Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Joël Asselin, Rising Star of Weight-Lifting

Joël Asselin lifted his first weights at the age of 10, at the Sudbury weightlifting club owned by Bob LeClair and Alex Fera, the weightlifting pillars of Sudbury. Like many kids, Joël didn’t care about the sport at first if not to improve his strength, in order to better perform at hockey. Now, though, Joël Asselin is 16 and is one of the rising stars of his discipline in Ontario. Through his competition wins, and thanks to his excellent technique, and the amazing advice of his coach Alex Fera, Asselin will, for the first time, have an opportunity to participate in January 2016 in the junior national championships and measure up to the 20 best weightlifters under 20 in the country.



Réalisateur: Eric Bachand
Production year: 2016

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Dans le topo qui suit, on présente JOËL ASSELIN, haltérophile. ALEX FERA, entraîneur au club d'haltérophilie de Sudbury, parle de cette discipline sportive, mais aussi de l'avenir de JOËL ASSELIN dans ce sport. Pendant qu'ils parlent, défilent des images venant appuyer leurs propos.


JOËL ASSELIN

Ça m'inspire

de voir toutes les photos puis

l'histoire dans l'haltérophilie

à Sudbury. Ça me fait penser

que wow! Il y en a du monde qui

se sont entraînés puis qui sont

rendus loin. J'ai l'impression

que je suis en train de

poursuivre la tradition.


ALEX FERA

Oh, easy.

Joël, easy. Good job.

(Propos traduits de l'anglais)

La plupart des gens n'arrivent

pas ici en disant : «Je veux

devenir un haltérophile olympique».

Ils sont des joueurs de hockey, football

et ils veulent développer une meilleure

explosion. Une fois qu'ils apprennent

la technique et comment l'utiliser

en compétition, ils deviennent accroc.

Ils veulent ensuite participer aux

compétitions olympiques en haltérophilie.


JOËL ASSELIN

J'ai commencé

à faire de l'haltérophilie quand

j'avais 10 ans. Puis l'idée

c'était que je voulais bâtir mes

muscles pour le hockey parce que

je jouais du hockey compétitif.


ALEX FERA

Good. Easy.


JOËL ASSELIN

J'ai 16 ans. Je pèse environ

135 livres. Au début, je levais

15 kilos. Maintenant, je peux

lever 100 kilos qui est

220 livres. Mon but c'est

d'au moins d'ici à la prochaine

compétition, au moins 108 kilos.


ALEX FERA

Nice. Up. Good.


JOËL ASSELIN

Dans l'haltérophilie, c'est

tout à propos de la vitesse puis

la force puis la technique.


ALEX FERA

Down. It was easy, hey?

(Propos traduits de l'anglais)

Ce sport conditionne notre pensée

à envoyer des messages à nos

muscles; «on a besoin que vous soyez

plus rapides... vous devez être plus

explosifs...» En apprenant ce sport

évidemment on devient plus fort.

On travaille les muscles à répétition,

mais aussi on développe la flexibilité,

la vitesse mais aussi tous les autres

aspects psychologiques.

On fait toujours face à des obstacles

et on doit les surpasser. J'enseigne

alors qu'il faut toujours rester positif

et appliquer ces connaissances à la

vie en général. On veut connaître le

succès à tous les niveaux.


JOËL ASSELIN

L'haltérophilie, des fois,

ça m'aide à monter le stress.

Ça me permet de me dépasser.

Quand je m'entraîne puis que

je suis dans les compétitions,

un des plus gros aspects,

c'est d'être concentré.


ALEX FERA

(Propos traduits de l'anglais)

Joe a vraiment pris goût à

l'haltérophilie olympique. Il

s'est amélioré de façon drastique

depuis 5 ans. À 16 ans, il s'est

déjà classé parmi les 5 meilleurs

juniors en Ontario. Cette année,

on espère qu'il se qualifiera pour

le championnat junior canadien.

Il a encore 3 ou 4 ans pour atteindre

un niveau national en tant qu'adolescent.


JOËL ASSELIN

Souvent dans les compétitions,

je me sens calme, mais on dirait

que tout le monde alentour de

moi qui me supportent,

ils sont nerveux pour moi.

Mes parents me soutiennent

beaucoup puis ça m'aide

parce qu'ils sont

tout le temps là pour moi.


ALEX FERA

(Propos traduits de l'anglais)

L'haltérophilie est un sport inhabituel,

ce n'est pas un sport d'équipe,

on n'affronte pas quelqu'un d'autre.

On doit exceller à sa performance,

c'est toi contre la gravité. Joe est

capable de rester concentré et calme.

Il a cette habileté de s'activer au

bon moment. C'est la clé de son

succès. Il n'y a pas beaucoup d'athlètes

comme ça. J'ai eu la chance d'entraîner

l'olympien Kevin Roy. Je trouve qu'ils

se ressemblent. Ils ont la même

capacité de se surpasser juste au bon

moment. Vraiment impressionnant.


JOËL ASSELIN

Durant les compétitions, je

pense à comment je vais soulever

les poids et je suis convaincu

que je peux le faire.

Mais des fois, c'est comme:

Oh! C'est pesant ça.

Des fois quand je suis

en train de lever, j'ai

l'impression que j'ai le monde

sur mes épaules. Ça me force

à faire mon objectif

de lever le poids.



Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par