Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Humour Without Borders

Neev Bensimon and Eddy King, two up-and-coming Francophone comedians of immigrant origin, talk about what it´s like to make people laugh for a living and to work with various audiences under various circumstances. They see humour as a universal language that helps us distance ourselves from our experiences so we can process them and exorcise our fears.
And while their performances do not only address ethnic communities, they do take audiences on a trip through different cultures, accents, customs and, of course, all the madness of modern life. An Éric Bachand production.



Réalisateur: Eric Bachand
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Il s’agit d’un reportage portant sur deux humoristes, NEEV, humoriste depuis 7 ans, un juif québécois d’origine marocaine et EDDY KING, humoriste depuis 9 ans, un Québécois né en France d’origine congolaise. Les entrevues se déroulent dans un bar.


NEEV

(S’adressant à l’interviewer)

Bonjour.


EDDY KING

(S’adressant à l’interviewer)

Bonjour. Ça va?


NEEV

(S’adressant à l’interviewer)

Ça va. Ça va bien?


EDDY KING

(S’adressant à l’interviewer)

Merci. Oh là là.

Qu’est-ce qui me fait rire?

Tu glisses sur une peau

de banane, tu vas me

faire marrer. Ah oui!


NEEV

Écoute...

C’est un peu nul à dire,

mais moi un pet, là. Quelqu’un

qui pète... C’est bête, c’est

puéril, c’est infantile. Ma

blonde me chicane à chaque fois

à cause de ça, mais je peux rire

aux larmes pendant dix minutes.


EDDY KING

Tu sais, en tant qu’humoriste,

dans le fond, on voit tellement

genre des techniques pour faire

rire, tellement structurées,

que des fois, les plus bêtes

nous font pisser de rire.


NEEV

Ah, bien oui!

Bien, alors, Mouloud!

Alors, Mumbala!


EDDY KING

Alors, alors, alors!

Moi, c’est ça, mes

reactions shots. Ça y est. Vous

vous démerdez avec ça.

(Prenant un accent français)

Bien, bien alors!


NEEV

(Prenant un accent français)

Ah bien, alors!


EDDY KING

Ah, bien oui, han!


NEEV

(Poursuivant l’entrevue)

Faire rire des gens

que t’as jamais vu de ta vie

dans des endroits que t’as

jamais été, ça, ça s’apprend.

Moi, j’étais drôle, j’étais le

gars drôle. Tout le monde qui a

été en humour a été soit le gars

drôle, soit le gars rejeté ou

les deux ensemble, tu sais. Mais

apprendre le métier d’humoriste,

tu sais, genre Seinfeld, c’est

pas quelqu’un de drôle, c’est un

chirurgien de la blague. Il fait

rire tout le monde, partout dans

le tout le monde, peu importe

d’où tu viens, ton

background,

ce que t’as vécu. Il

relate à tout le monde.


EDDY KING est sur scène dans le cadre de son spectacle.


EDDY KING

Le curling, moi, quand je

le regarde, qu’est-ce que c’est?

C’est des gens qui passent

le balai en gueulant.

Et ça, c’est n’importe quelle

maman africaine que je connais.


Les spectateurs rient.


NEEV

(Poursuivant l’entrevue)

On rit du racisme et des

différences culturelles parce

qu’on le vit et ça fait partie

de la réalité du quotidien

de notre génération. Je fais

beaucoup d’accents, je suis

très représentatif de ce qu’est

Montréal aujourd’hui, tu vois.


NEEV est sur scène dans le cadre de son spectacle.


NEEV

(Prenant un accent espagnol)

Je suis Colombien, voilà. Je parle le

français parce que j’ai vécu

à Paris

para cinco anos,

pendant cinq ans, oui. Moi, j’ai

quitté la Colombie parce que mon

médecin me l’a dit. Cocaïne

et café toute la journée!


Les spectateurs rient.


NEEV

(Poursuivant l’entrevue)

En montant sur scène, j’ai

ouvert une porte à toute une

population qui n’était pas

desservie, si tu veux, encore.

Je représente beaucoup de monde,

Eddy aussi, tu vois. Et ça

attirait dans la nouveauté,

dans la fraîcheur de ce qui se

faisait à l’époque quand on est

arrivés. Puis, bon, avec la

force des choses, en pratiquant

notre métier, en l’apprenant

déjà, on a développé

d’autres cartes à jouer.


EDDY KING

Tu te rappelles, il y a

quelques années? C’était

toujours la même chose. Chaque

interview, on nous disait:

"Pourquoi vous faites de

l’humour ethnique?" Mais c’est

pas de l’humour ethnique. Si

je ferais de l’humour ethnique,

c’est moi et trois Congolais,

on se comprendrait.


NEEV

Et on serait mort de rire.


EDDY KING

Oui, oui, on serait... Bien

ouais, bien oui. C’est pas ça,

tu vois. C’est pas de l’humour.

C’est de l’humour qui parle

à tout le monde, qui parle

à tout le monde, universel.


NEEV

Et c’est de l’humour qui parle

de nous, tu vois. Ça veut dire,

comme je te l’ai dit, peu

importe le vécu de la

personne... Tu sais, il y a des

gens qui parlent de suicide

parce qu’ils ont quelqu’un dans

leur famille qui ont vécu ça.

Moi, non. Tu vois? Je

touche du bois, mais...


EDDY KING

Il y a personne qui va

aller lui dire: "Tu fais de

l’humour de suicide, quoi!"


EDDY KING est sur scène dans le cadre de son spectacle.


EDDY KING

Non, mais c’est vrai. Si jamais

ma fille ramène un mec comme moi

À la maison, je te jure... Hé,

je crois que je vais pleurer.

Je vais être dévasté. Je vais

devoir lui dire: "Chérie, tu

peux faire mieux que ça. Ta

mère, elle peut pas, mais toi,

tu peux faire mieux que ça."


Les spectateurs rient.


NEEV

(Poursuivant l’entrevue)

Il faut rire de tout.

Le fait de rire ou de mettre en

scène des choses difficiles,

c’est pas nous qui l’inventons.

Les Grecs mettaient en scène

la tragédie, des meurtres, pour

éviter que la population aille

vers leurs pulsions, tu vois.

Alors, nous, c’est un peu ça,

mais à une version 2000 ans

après, quoi. Mais ça reste

le même procédé. On met en scène

des choses difficiles pour que

les gens qui n’arrivent pas à en

parler ou ne savent pas comment

en parler puissent se retrouver.


EDDY KING

(Poursuivant l’entrevue)

Quand j’ai

commencé en humour, pour avoir

plus de temps de scène, je me

suis dit: Bien, je vais essayer

de le faire dans les deux

langues, même si mon anglais

était pas parfait, c’est pas

grave. Du temps de scène,

c’est du temps de scène. En

tant qu’humoriste, ton temps de

scène, c’est comme les heures de

vol pour un pilote. C’est très

important, il faut que tu les

accumules, il faut absolument

que tu les accumules pour avoir

un certain niveau. Donc, pour

moi, c’est le moyen de les

doubler très, très rapidement

vu que je vis dans une ville

qui est bilingue.


NEEV

Je fais de l’humour en

français parce que je pense

en français, je dénonce en

français, si tu veux. Et à un

moment donné, on m’a proposé

de faire des

shows bilingues.

J’ai essayé, ça a marché

correct. Je me plais à le faire.

Honnêtement, c’est un différent

public, c’est une différente

game. C’est cool.


NEEV est sur scène dans le cadre de son spectacle et tient des propos en anglais.


NEEV

Zip it! Shut up! Am I clear?

Today is supposed to be her

day. She's supposed to look

like a princess.


Les spectateurs rient.


NEEV

(Poursuivant l’entrevue)

J’ai remarqué qu’il y a

plusieurs différences, tu

vois, notamment dans le rythme

utilisé, dans la façon de

raconter une blague. En anglais,

c’est très précis, hein. Le

moins de mots possible pour

dire la même chose alors que la

tradition francophone, elle est

très "conteur". Alors, je vais

te raconter que j’étais au

dépanneur, on peut parler

20 minutes, tu vois. Alors qu’en

anglais, il va te dire:

"Yeah,

I went to the dep", boum,

punch. Tu vois? Donc, c’est une

autre approche, c’est différent.

L’humour, t’as ta validation

toutes les 15-20 secondes.

Alors, autant quand tu l’as pas,

c’est agressivement douloureux,

mais quand tu l’as, c’est pure

adrénaline qui pompe.

C’est malade.


Lors du spectacle de NEEV, les spectateurs l’applaudissent.


NEEV

(Remerciant les spectateurs)

Merci, merci.


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par