Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Lavender Dream

Rolande Leblanc and her partner fell in love during a trip in the lavender fields. They firmly decided that they, too, would one day own a lavender farm. Despite harsh winters and the toil required through the years, they built their lovely “Lavender Dream” in Hillier in Prince Edward County, Ontario.

A story by Chrystelle Maechler.



Réalisateur: Chrystelle Maechler
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

ROLANDE LEBLANC, propriétaire de PEC LAVENDER, nous parle de la culture de la lavande. Tout au long de l'entrevue, on nous présentent les champs fleuris et on nous présente les produits de transformation de la lavande.


ROLANDE LEBLANC (Narratrice)

C'était un rêve qu'on avait, puis

finalement, on l'a réalisé.

En 1999, nous étions allés

en Nouvelle-Zélande. Et, puis

on avait vu un beau champ de

lavande. Donc, on s'était dit:

Ah, ça serait beau de faire

ça un jour. C'est vrai que c'est

beau, parce qu'un beau champ

en fleurs, il y a rien de

plus beau que de voir ça.

En 2005, moi et mon conjoint, on

a décidé de déménager ici, dans

le comté de Prince-Édouard et de

commencer une ferme de lavande.

On est arrivés avec plein

d'énergie, plein de vouloir

faire quelque chose

de différent.

Moi, je suis géographe, donc

je suis pas allée à l'école pour

apprendre à faire pousser les

choses. C'est la même chose pour

mon conjoint. Il a grandi en

ville, à Toronto, donc c'était

pas vraiment l'endroit idéal

pour avoir des grands jardins.

Mais avec la lecture, avec

la persévérance, c'est sûr

que, bon, on apprend

avec nos erreurs.

La lavande, ça prend trois

ans avant de devenir mature.

Naturellement, la première

année, quand on a mis nos

plants, on en a pas beaucoup

parlé parce que, justement, on

savait pas si, bon, ça allait

pousser, si ça allait passer

à travers nos hivers canadiens.


Les champs de lavande sont ensevelis sous la neiges.


ROLANDE LEBLANC (Narratrice)

Et le printemps d'après, bon,

nos petits plants étaient tous

en vie encore, donc ça nous a

encouragés. La température a été

superbe jusqu'en 2013. Donc,

on a eu des hivers, mais pas

des hivers trop durs.

C'était, bon, à -20,

25°C. La lavande, ça

va bien. Si on va moins que

-25, comme on a eu l'hiver

dernier et l'hiver d'avant, à ce

moment-là, les plants aiment pas

beaucoup ça. Donc, c'est ça.

On est à la merci de la nature.

Il faut composer avec.


Les rangées de plants de lavande sont couvertes en prévision de l'hiver.


ROLANDE LEBLANC (Narratrice)

À partir de 2014, on a commencé

à couvrir nos plants,

justement pour les protéger

de ces grands froids-là.

La recette secrète pour faire

pousser la lavande, bien, il y a

trois choses à ne pas oublier:

c'est le plein soleil, qui

veut dire au moins six heures

d'ensoleillement par jour; un

sol bien drainé; après ça, bien,

c'est pas trop d'eau lorsque

le plant est établi. Donc,

la lavande aime chaud et sec, et

c'est ce qu'on a ici, dans le

comté de Prince-Édouard, surtout

dans le sud-ouest du comté.

On a comme une espèce de

microclimat. Donc, c'est

très favorable à la

culture de lavande.


Sur les tablettes, on trouve les produits de transformation de la lavande.


ROLANDE LEBLANC (Narratrice)

L'automne, l'hiver, c'est le

temps où on fait nos produits.

On doit avoir une soixantaine

de produits, qu'on fait ici.

On utilise des huiles

naturelles, on aime pas le

synthétique. Mon conjoint,

c'est lui qui fait les huiles

essentielles. On a une espèce de

gros chaudron, en fait, et on

met de l'eau dans le fond.

Puis on accumule tout le

matériel par dessus et, puis

on le compacte très, très fort.

On met le couvercle et, puis

on allume la flamme. La vapeur

passe à travers le matériel.

Ça va dans un condenseur. Donc,

de vapeur, ça redevient liquide.

Et ce qu'on recueille au bout,

c'est l'hydrolat et les huiles.

L'hydrolat est plus dense, donc

il se dépose au fond et, puis

l'huile flotte sur le dessus. De

ces deux produits-là, on va les

utiliser, par exemple, dans nos

savons, dans les crèmes, dans

les lotions, dans le chocolat.

Donc, il y a pas de perte.

On utilise tout, tout de la lavande.


La boutique est pleine de client.


ROLANDE LEBLANC (Narratrice)

Bien, ça sent tellement bon.

C'est une odeur... On peut pas

se fatiguer de cette odeur-là.

Il y a un moment donné, parce

qu'on est toujours dans la

lavande, on vient qu'on la sent

plus parce qu'on est toujours

dedans. Et, puis le printemps,

quand on va désherber, là, parce

qu'on a pas été dedans pendant

quelques mois, là, tout d'un

coup, on sent la lavande encore.

Puis, là, je me dis à chaque

année: Ah, c'est pour ça

que je le fais.


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par