Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Violence Knows No Gender

When discussing cases of domestic violence, the assumption is that the victims are always women. In reality, half of all domestic violence victims are men. And yet, there are almost no resources to come to their assistance. Men are often confronted with a sense of shame when dealing with such issues, as our traditional societal roles assume that they are to be the stronger sex. As a result, the fear of being ridiculed or not being taken seriously makes it so that such acts of violence often go unreported. A father and son, recently having liberated themselves from a hellish situation of domestic violence, bear witness to the fact that violence knows no gender and should never be tolerated. A Chrystelle Maechler production.



Réalisateur: Chrystelle Maechler
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Un GARÇON de 16 ans, témoin de violence domestique, témoigne à visage couvert.


GARÇON

La violence, c’est comme

un cancer. Ça peut affecter

n’importe qui.


Une affiche, sur laquelle on peut lire un titre en anglais laissant entendre que de l’aide est à portée de main, est présentée.


Un HOMME, un père de famille victime de violence domestique, témoigne à visage couvert.


HOMME

C’est pas très facile

pour un homme de discuter de

la violence contre lui par une

femme. Ça, c’est exactement ce

que je vis. C’est difficile pour

un homme d’avoir la sympathie

ou empathie pour quelque

chose comme ça.


JUSTIN TROTTIER, directeur général du centre canadien pour les hommes et les familles, accorde une entrevue.


JUSTIN TROTTIER

(Propos traduits de l’anglais)

Il y a une pression sociale. On appprend

aux hommes à ne jamais demander

aucune aide. Lorsque les hommes

se tournent vers leurs amis,

familles, églises ou toute autre

communauté, on se moque d’eux,

on ne les croit pas, simplement

car les hommes sont censés être

plus forts que les femmes. Les hommes

ont donc de nombreux obstacles

à franchir simplement pour avouer

qu’ils sont victimes et qu’ils ont besoin

d’aide.


Une animation en bonhommes allumettes illustre le prochain segment.


HOMME

J’étais marié depuis 18 ans et

au commencement, comme pour le

reste du monde, c’était vraiment

l’amour et le honey moon du

mariage. Pendant ce temps,

j’ai pas pensé que nous avions

un problème avec les conflits

ou la violence.


GARÇON

Il y avait de la

joie avec ma mère dans certaines

situations. Quand elle

m’achetait des choses, ou on

parlait de quelque chose comme

ma blonde. Et après cet incident

de la violence, c’était toujours

malheureux. J’avais aucune idée

de quoi penser de ma mère.


HOMME

Le 11e mois de mon

mariage, nous étions dans mon

char. Quand j’étais en train de

conduire, ma femme m’a frappé.

Elle a cassé mon nez. J’ai perdu

le contrôle de mon auto.

Je suis allé à l’hôpital, et la

femme à l’urgence, elle m’a dit:

"Comment est-ce que ça s’est

passé?" et j’ai hésité parce que

j’ai dit: Est-ce que je peux

dire à cette femme que ma femme

m’a frappé dans mon visage?

Qu’est-ce que tout le monde va

penser?


Dans l’animation, le personnage se fait montrer du doigt par d’autres personnages.


HOMME

Mais vraiment, c’était

bon parce que j’ai dit à la

femme: "Ma femme m’a frappé dans

le visage." Et elle a noté ça

sur les documents à l’hôpital.

Après 18 ans, avec toutes les

choses qui se sont passées dans

mon mariage, c’est bon pour moi,

que ce soit documenté

sur le papier.


Dans l’animation, une chaîne fait le tour d’une maison et elle est verrouillée à l’aide d’un cadenas.


JUSTIN TROTTIER

(Propos traduits de l’anglais)

6 % des hommes et 6,2 % des femmes

ont rapporté être ou avoir été au sein

de relations conjugales violentes

au cours des cinq dernières années.

Le problème est que nous avons

tellement peu de ressources.

Nous n’en avons déjà pas assez

pour les femmes, mais nous n’en

avons aucune pour les hommes,

en plus du fait que la société

considère que les hommes victimes

n’existent pas ou ne comptent pas.


HOMME

Pendant le reste de mon mariage,

j’ai pas parlé à personne de

ça et je sais que j’avais honte.

Moi, je suis un expert

maintenant pour appliquer

du maquillage parce que, pendant

mon mariage, j’avais beaucoup

d’occasions où c’était

nécessaire pour moi, pour mon

travail, pour aller en public,

de mettre du maquillage.


Dans l’animation, le personnage, triste, met un masque affichant un sourire par-dessus son visage.


JUSTIN TROTTIER

(Propos traduits de l’anglais)

On observe souvent les mêmes

comportements dans les différentes

histoires : ces hommes vont attendre

très longtemps avant de dénoncer

la violence faite contre eux.

Ils vont rester dans des relations

violentes pendant des années

avant d’aller chercher de l’aide.


HOMME

La dernière fois qu’elle m’a

attaqué, mon fils a vu ça.

Il était là, dans la maison,

quand elle a fait ça.


GARÇON

J’ai vu ma mère

qui a frappé mon père. Elle a

donné un coup, une marque sur

le visage, et j’ai aucune idée

quel âge j’avais, probablement

12 ou 13 ans. Je l’ai vu avec

mes yeux et j’avais peur.

Je pouvais pas bouger.


JUSTIN TROTTIER

(Propos traduits de l’anglais)

Souvent, avoir des enfants complique

encore l’équation. Les hommes qui

ont des enfants ont peur que s’ils

dénoncent la violence conjugale,

ils seront mis à l’écart du foyer et

leurs enfants resteront seuls

avec une mère dangereuse et

violente.


GARÇON

Quand je l’ai choisi comme

parent et quand je suis sorti

de la maison pour le voir,

je savais que je le protégeais

en partant de la maison.

J’avais peur quand il était

parti. C’était comme: OK,

maintenant, elle n’a plus de

personne pour frapper ou abuser

verbalement, et c’était

moi, le prochain.


HOMME

Il y a des hommes qui

souffrent en silence, et c’est

nécessaire maintenant, de donner

une voix aux hommes. Une voix

où c’est confortable de parler.

Et la société va pas dire: "Vous

êtes un homme. Suck it up."


JUSTIN TROTTIER

(Propos traduits de l’anglais)

Le fait que notre organisation

existe, que plusieurs douzaines

d’hommes acceptent de témoigner

et de raconter leurs histoires

encourage d’autres hommes à

oser venir en parler.


HOMME

L’amour, il y a pas

de violence avec l’amour.

Mon fils m’a aidé vraiment.

Ça pourrait pas être possible

pour moi d’être où je suis,

aujourd’hui, sans lui.

J’ai la paix.


GARÇON

C’est la vie à

vivre. Moi et lui, c’est la vie

idéale pour nous deux et

ça fonctionne, alors...

on est heureux.


Dans l’animation, les nuages gris et la pluie disparaissent au profit d’un soleil et de cœurs.

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par