Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Is Textile a Form of Art?

Textile is often associated with crafts or with fashion. And yet, it´s also an art—one that is too-often misrepresented and too little known. However, it´s the art form that speaks the most to textile artist Line Dufour. Her fascination with the loom began when she was well into adulthood, and since then it has grown, allowing her to experiment with various materials and present a very contemporary vision of what the rest of us simply know as weaving. A Chrystelle Maechler production.



Réalisateur: Chrystelle Maechler
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Dans ce reportage sur le milieu de l’art textile, une entrevue est réalisée avec Line Dufour, artiste textile. L’entrevue est entrecoupée d’images montrant plusieurs œuvres textiles, dont certaines sont de Line Dufour, ainsi que des images présentant Line Dufour au travail avec son métier à tisser.


LINE DUFOUR

Il y a beaucoup

d’émotions qui se passent

à travers les textiles

que nous possédons.

On vient tous d’une culture

de tissage. Chacun de nous vient

de quelque part dans le monde

et on emmène avec nous

nos pratiques de tissage.

Je m’appelle Line Dufour.

Je suis une artiste de textile.

Je crois que l’art textile, les

choses que je fais, m’a choisi.

Je marchais dans la rue une

journée, j’avais à peu près

peut-être 21 ans, j’avais jamais

vu un métier, je savais même pas

c’était quoi et je regardais

dans une vitrine de magasin.

J’ai vu un métier de tissage.

Et tout à coup, c’est comme

la planète a tout ébranlé.

Une seule manière je peux

comparer ça, c’est quand le

monde dit il "tombe en amour",

c’est un petit peu ce feeling-là.

Je crois que mon enfance avait

un grand rapport à ma décision.

J’ai été abandonné dans un

pensionnat, dans un orphelinat,

puis il y avait un manque

d’amour dans ma vie. Et c’est

pour ça que ça m’a pris du temps

à m’embarquer dans ma voie

parce qu’il fallait que

je réfléchisse à mes décisions

que j’allais faire avec ma vie,

parce que j’étais

une personne pauvre.

Mais finalement, j’ai réalisé

que si je bâtissais pas ma vie

sur une plate-forme d’amour,

aimer ce qu’on fait, aimer les

gens avec qui on est, que je ne

serais pas capable de me

motiver de sortir de mon lit.

Alors, ça a commencé là.

Tout mon travail, n’importe

quoi, même dès le début, c’est

toujours basé sur l’émotion.

Dans mon enfance, j’ai été

obligée d’être silencieuse.

Et pour moi, m’exprimer

verbalement, c’est toujours

un défi. C’est pour ça

que c’est devenu de plus en plus

important dans mon travail

d’avoir la liberté d’exprimer

mes émotions sur un sujet.

Et c’est mon premier langage.

Les artistes en textile,

ils explorent beaucoup de

différents éléments de textile

plutôt comme installation.

Souvent, ils essaient

de traverser les limites

des techniques de textile,

mais aussi en respectant

les traditions de textile.

On utilise les fibres optiques.

On utilise des fils UV, des fils

électriques, des pigments

qui sont thermochromatiques,

ça veut dire qu’ils changent

avec la chaleur. Alors,

c’est vraiment intéressant.

C’est un défi d’essayer

de bâtir une vie comme

artiste textile. Il y a beaucoup

de discrimination contre

les artistes qui choisissent les

textiles pour s’exprimer. Et on

peut voir ça dans les musées.

Il y a un manque, une pénurie

d’artistes et ceux qui sont

renommés, c’est pas beaucoup.

C’est quelques-uns.

Franchement, je crois

que souvent, ces pratiques-là

sont liées aux pratiques

des femmes, à la domesticité.

Alors, les choses de domesticité

ne sont pas valorisées.

Je crois que c’est une chose

sociale. Et c’est intéressant

que si un homme pratique,

il a tout, tout de suite.

Il est valorisé.

J’aimerais ça voir plus

de textile art dans les musées.

J’aimerais voir aussi

plus de femmes aussi.

J’aimerais ça voir

qu’un art textile se vendra pour

35 millions de dollars comme une

peinture de Chagall ou Picasso

ou... Tu sais, on n’est pas

arrivé, mais c’est vers

là qu’il faut se diriger.



Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par