Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Top 5: Vanishing Christmas Traditions

While originally a Christian celebration, Christmas has since become highly commercial. Do you know where the bearded man in a red suit who distributes gifts to children on the 24th of December comes from? Santa Claus, originally named Saint-Nicolas, was first a Christian saint. For many Canadians, the religious aspect fades away with every passing year. Pierre Anctil, a specialist of Canadian history and a professor at the University of Ottawa, presents five Christmas traditions that are getting lost to time.



Réalisateur: Caroline Leal
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

PIERRE ANCTIL, professeur d'histoire canadienne, présente «5 traditions de Noël qui disparaissent».


Intertitre :
5. Saint-Nicolas


PIERRE ANCTIL

Avant le fameux père Noël

qu'on connaît aujourd'hui, il y

avait des Saints de l'Église,

en particulier saint Nicolas,

qui représentait, en quelque

sorte, le personnage qui donnait

des cadeaux aux enfants.

C'était un évêque de l'église

catholique, saint Nicolas,

qui a vécu au 4e siècle de notre

ère, et qui a représenté cette

tradition pendant longtemps.

On disait: "C'est saint Nicolas

qui te donne des cadeaux,

c'est la fête de saint Nicolas."

Aujourd'hui, évidemment,

on parle moins de ça, on pense

plus au père Noël commercial

qu'on voit, et ça, c'est une

invention beaucoup plus récente.


Intertitre :
4. Le bas de Noël


PIERRE ANCTIL

Avant d'emballer les cadeaux

dans du beau papier et de faire

des belles boîtes, les gens

étaient pas dans ce contexte,

vivaient de façon plus modeste.

Alors, on prenait un bas, un

gros bas d'hiver, et on mettait

des friandises dedans ou des

cadeaux, souvent, des oranges,

des noix, des choses qu'on

voyait pas en plein hiver,

et on remettait ça aux enfants.

On accrochait ça. C'était

la forme que prenait, plus

traditionnellement, avant notre

période, le cadeau de Noël.


Intertitre :
3. La crèche


PIERRE ANCTIL

La crèche, c'est une tradition

européenne probablement qui

remonte au moyen-âge. Alors,

on mettait en scène la naissance

du Christ dans le lieu où

l'Évangile disait que le Christ

était né, donc, dans une étable.

Ça prenait une très grande

importance, parce qu'on amenait

le petit Jésus le jour

de Noël, le 25, à s'asseoir,

à se présenter dans la crèche,

et on en faisait une cérémonie,

donc, une procession ou

l'occasion d'une prière ou

l'occasion de vraiment souligner

la naissance du Christ.


Intertitre :
2. Les chants religieux


PIERRE ANCTIL

Alors, une des traditions,

c'était de passer de maison

en maison, et puis, donc,

d'entonner les chants de Noël

pour des familles qui se

regroupaient à la porte.

On pouvait faire ça le soir

du 25 ou durant la journée. On

attendait la naissance du Christ

pour faire ça, et c'était

essentiellement, évidemment, des

chants religieux, des chants qui

avaient une tradition, parfois,

dont on ne connaissait pas

l'auteur. Les mélodies étaient

connues, les paroles étaient

connues souvent en latin.

Et on chantait ça pour faire

valoir le moment précis où

la fête avait lieu. Ça prenait,

évidemment, pas une forme

commerciale. C'est avant que

l'on enregistre la voix. C'est

avant qu'il y ait des disques,

c'est avant qu'il y ait la

télévision. Alors, c'était pas

le talent qui était important,

c'était la chaleur, l'intensité

du moment. Et on faisait ça

pour plaire aux gens

et pour être ensemble.


Intertitre :
1. La messe de minuit


PIERRE ANCTIL

C'était...

probablement, la messe de

minuit, la plus grande occasion

solennelle sur le plan

religieux, la naissance du

Christ. C'était aussi un grand

évènement social, et c'était

un évènement très, très joyeux.

Alors, c'est comme un

des sommets du calendrier

de l'époque qui se confondait...

Le calendrier religieux et le

calendrier civil étaient une

seule et même chose. Aller à la

messe de minuit dans le froid,

en plein hiver, et à un moment

où on s'attend pas d'être

à l'église... Alors, c'était,

évidemment, ça touchait le

merveilleux, l'extraordinaire.

Ça avait une qualité tout à fait

particulière. En plus, on est

dans une époque, évidemment,

où tout le monde est croyant,

ou du moins, tout le monde

pratique la foi ouvertement

dans des milieux à petite

échelle. C'est très différent

de ce qu'on connaît aujourd'hui.



Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par