Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Top 5: Interpreting Body Language

Even when we say nothing, our body is constantly talking. The way we present and carry ourselves can often betray our thoughts and personality. Scientists have shown that even our morphology can play a communicative role: tall, slim people, for example, are generally better perceived by their peers than are short and stout people. And even when we do speak, various intentions can be tagged onto us just by the tone used in our speech. And that is what we call non-verbal communication.



Réalisateur: Caroline Leal
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

LUC BONNEVILLE, professeur de communication à l'Université d'Ottawa, présente 5 façons d'analyser le langage non verbal.


Intertitre :
5. La gestuelle


LUC BONNEVILLE

Les chercheurs vont montrer

que ce qui est important dans

une interaction, c'est pas ce

qu'on dit... C'est pas tant

ce qu'on dit que ce qu'on ne dit

pas, finalement, parce que notre

corps accompagne le parler,

le dire et on a tendance,

donc, à décoder ce que la

personne dit en fonction

de la façon dont on bouge.

Et c'est pour ça qu'on dit que

notre corps nous trahit, parce

que finalement, on est condamné

à communiquer, dans la mesure

où même si on reste comme ça,

sans bouger, bien, on dit

quelque chose, on communique

quelque chose.

Quelqu'un, par exemple, qui a

une poignée de main molle, dans

notre société occidentale, etc.,

c'est considéré comme

étant plutôt mal vu.

Celui qui lui donne la main

va éventuellement lui prêter

des intentions, comme étant

quelqu'un, par exemple, qui

est peut-être pas sérieux,

qui est malhonnête, quelqu'un

qui est peut-être pas rigoureux

dans la vie, etc.


Intertitre :
4. La morphologie


LUC BONNEVILLE

Les caractéristiques physiques,

donc, ce sont la grandeur

de l'individu... On sait

que plus on est grand,

plus on a de chances d'avoir

une influence dans la vie.

On vit dans une société où le

corps, l'apparence physique

jouent un rôle central.

Et on sait très bien,

finalement, que quelqu'un qui

est obèse, surtout chez les

jeunes, bien, c'est quelqu'un

qui va être plutôt exclu,

marginalisé, etc.

Donc, finalement, la

communication non verbale

se joue aussi à ce niveau-là,

au niveau des caractéristiques

physiques. Et ça, on est

prisonnier de ça.


Intertitre :
3. Les accessoires


LUC BONNEVILLE

C'est tout, finalement, les

objets qu'on a sur soi-même.

Alors, c'est, éventuellement,

les vêtements qu'on porte.

En particulier, chez les jeunes,

les marques sont importantes,

où on les met en évidence.

Si on est marié, on a un jonc.

C'est une forme de communication

non verbale. Ça dit quelque

chose à son entourage, puis les

gens interprètent, essaient de

se faire une image de nous-mêmes

en fonction de la façon dont

ils nous perçoivent.

Donc, les vêtements qu'on porte,

les accessoires, les montres,

les bijoux. Ce sont les choses

aussi qu'on a autour

de soi-même.

Le type de chien qu'on promène.

On sait très bien qu'on conduit

aussi beaucoup des voitures non

seulement pour se rendre d'un

point A à un point B, mais

c'est beaucoup plus que ça.

On projette une image, des

valeurs, etc. Puis on veut

que les gens nous perçoivent,

nous reconnaissent comme étant

quelqu'un d'un certain statut

social en fonction, justement,

de tout ce qu'on porte, tout

ce qu'on a, tout ce qui habille,

finalement, notre corps.


Intertitre :
2. La proxémie


LUC BONNEVILLE

La proxémie, c'est la façon

dont on régule les distances

quand on est en interaction avec

une personne en particulier,

dépendamment du statut

de cette personne-là:

un employeur, un subordonné, un

ami, un collègue, un amoureux.

On a tendance, dans l'espace,

à respecter une certaine

distance qu'on appelle

la bulle, finalement.

Alors, évidemment, on peut

prêter des intentions aux gens

qui transgressent, on pourrait

dire, donc, cette bulle-là,

en particulier.

Parce que ce sont des gens

qui veulent dominer, qui veulent

nous influencer, qui veulent

nous séduire. On sait que

finalement, les premières étapes

de la séduction, en particulier,

ça a beaucoup été analysé

dans les bars, etc., c'est

la possibilité, justement,

d'entrer progressivement dans

la bulle d'une personne, en

particulier pour voir comment

la personne va réagir.


Intertitre :
1. Le paralangage


LUC BONNEVILLE

On fait souvent la séparation

entre langage verbal

et langage non verbal.

Or, dans le langage verbal, le

dit, il y a aussi du non verbal,

dans le sens où finalement,

on peut prêter des intentions,

on peut comprendre le sens

caché des messages à travers

ce que dit la personne.

Donc, l'énoncé. Si je dis: "il

fait beau ici", c'est un énoncé.

Mais si je le dis en criant ou

en pleurant... Donc, en fait,

ce qui est important à analyser,

c'est pas l'énoncé, "il fait

beau ici", mais c'est

l'énonciation. C'est

la façon dont je le dis.

Le vouvoiement, le tutoiement,

donc, en fait, aussi, ça,

ça instaure des relations

entre les gens.

Donc, en fait, le paralangage,

c'est tout ça. C'est,

finalement, tout ce qu'on

peut comprendre ou interpréter

à partir de ce qui est dit.


Texte informatif :
arts.uottawa.ca/communication

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par