Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

A Second Chance for a Dream!

Yves Landry, 40, comes from Northwest New Brunswick. He has been battling cancer for over a year, and the experience has completely changed his lifestyle. With a renewed sense of purpose and determined to make the most out of every moment, he delved into the circus arts. Today, he is the co-founder a circus school in the Southwest. He also visits schools as a speaker, and his conferences combine performance and personal accounts to raise young people´s awareness about preventing the disease.



Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

YVES LANDRY, un artiste du cirque, pratique une chorégraphie. Ses pieds sont retenus à un long tissu. Il a la tête en bas, les pieds en haut, et il tourne sur lui-même.


YVES LANDRY accorde ensuite une entrevue.


YVES LANDRY

Quand j’ai découvert le

cirque, pour moi, ça a été une

révélation. Je m’y attendais

pas et j’ai réalisé que

j’aimais ça énormément.

Quand j’ai appris que j’étais

atteint du cancer, bien, j’ai

été complètement déboussolé.

Je savais plus où m’aligner.

Avec un avenir incertain,

je savais que je devais agir.

J’ai décidé que, bon, une chose

que je voulais toujours faire,

c’est de monter sur échasses,

essayer ça, et puis c’est

ce que j’ai fait.

J’ai assisté à un atelier, je

suis monté sur échasses, j’ai

dit: "Oui! Ça me parle, ça me

complète. Je vais faire ça."


YVES LANDRY est sur une scène. Monté sur ses échasses, il fait des étirements avant son spectacle.


YVES LANDRY

Et à partir de là, je suis

tombé en amour avec les arts

du cirque. Jamais j’aurais cru

que j’aurais aimé ça, mais

encore là, ça me complétait.

Et aujourd’hui, bien, c’est

ça, j’ai tout laissé de côté

pour faire que du cirque à temps

plein à l’âge de... Bon, j’ai

commencé à l’âge de 40 ans,

mais là, je suis rendu

à 44, donc, ça se fait.


Dans le cadre d’un défilé dans les rues, YVES LANDRY, monté sur ses échasses et vêtu tout de blanc, déambule avec deux autres personnes également sur des échasses.


YVES LANDRY

(Poursuivant l’entrevue)

Dans le cirque, les disciplines

que je pratique, entre autres:

le tissu aérien, le trapèze

aérien, un petit peu

de corde lisse.

Je fais l’acrobatie sur

échasses, des équilibres et

puis de l’acrobatie au sol,

grosso modo, mais c’est ce

que je fais en général.


YVES LANDRY est sur scène et pratique une chorégraphie en se tenant en équilibre sur les mains.


YVES LANDRY

(Poursuivant l’entrevue)

Lorsque j’ai essayé les

disciplines de cirque, pour

les premières fois, surtout

l’aérien, j’étais sur un nuage,

j’étais dans un autre état.


YVES LANDRY pratique ensuite quelques mouvements de tissu aérien.


YVES LANDRY

(Poursuivant l’entrevue)

C’est là que je réalise que

quand je fais ça, je suis

dans mon élément, je suis

en train de suivre mon

étoile à moi, tu sais.

C’est important de suivre ça,

de pouvoir se reconnaitre

quand on fait des choses

qui nous complètent, là.

Parce que j’ai retrouvé cette

joie de vivre là. J’ai réalisé

que, bon, la vie m’a donné une

deuxième chance.


Des extraits d’un spectacle d’YVES LANDRY, alors qu’il est monté sur des échasses, sont présentés. Il s’adresse ensuite à une classe de jeunes dans le cadre de conférences qu’il donne.


YVES LANDRY

(Poursuivant l’entrevue)

Je vais en

profiter pour passer le message.

C’est dans les conférences que

j’ai présentées dans les écoles,

j’ai trouvé ça important de dire

aux jeunes: "C’est le temps

ou jamais de se découvrir,

d’apprendre à se connaitre.

Que ce soit être mécanicien

de voitures. Si t’aimes ça faire

ça, tu te sentiras pas comme

si tu t’en vas au travail.

Tu vas aller t’amuser à faire

ça, puis on va te payer."

Alors, c’est ça l’importance

d’être heureux dans la vie, de

pas sentir qu’on est toujours

en train de s’en aller au

travail, d’en arracher là.

C’est important de faire

ce qu’on aime.


YVES LANDRY est sur scène et jongle avec trois balles.


YVES LANDRY

(Poursuivant l’entrevue)

Ça m’a amené à découvrir les

arts du cirque. C’est ce que je

fais à temps plein maintenant.

À 40 ans, ça se fait. Et puis,

bon, bien, je suis heureux.

Je vole, je suis un oiseau.


YVES LANDRY exécute quelques mouvements de tissu aérien en spectacle.


YVES LANDRY

(Poursuivant l’entrevue)

Lorsque les gens viennent me

voir à la suite des conférences,

je me sens comme si j’ai

accompli quelque chose.


Des spectateurs, à la fin du spectacle, viennent rencontrer YVES LANDRY.


YVES LANDRY

(Poursuivant l’entrevue)

Ça confirme. Quand ils viennent

me voir, ils viennent me parler,

ils me disent des choses,

puis là, je comprends: oui, j’ai

touché certaines personnes.

Et puis j’ai rencontré plusieurs

enseignants aussi, à la fin des

conférences, qui disaient que

c’est rare, dans les écoles, où

ce que les jeunes vont se lever,

faire une standing ovation.

Je l’ai eu dans presque toutes

les écoles. Donc, ils ont dit:

"Bravo, t’as réussi à aller

les chercher." Tu sais, donc...

Je me sens comme si j’ai

complété quelque chose.


YVES LANDRY salue les spectateurs à la fin de son spectacle.


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par