Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Aldor, Clear Views for a Blind Man

Aldor was a curious child, always tinkering with the objects around him. At the age of 14, he found what he thought was a small electric engine. When he plugged it in, it blew up in his face. It was a detonator! Aldor lost his eyesight, and his life was forever changed. He went to the Halifax School for the Blind for eight long years. There, he learned many things, including braille and how to develop his other senses, such as hearing and touch. He has also dedicated himself to understanding mechanics, and now fixes lawnmowers, washers, dryers, and all kinds of objects for his friends. Aldor Gionet tells us his story. Life goes on, and nothing can stop him!



Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

ALDOR GIONET est un non-voyant. Il accorde une entrevue et explique les circonstances entourant sa cécité.


ALDOR GIONET

À 14 ans, on est jeune, on

prend toutes sortes de risques,

je savais pas qu’il allait

m’arriver un accident.

Je pensais pas que ça

allait arriver à moi.

Il y a eu une explosion

et j’ai perdu la vue.

Qu’est-ce que j’ai? J’ai entendu

mes frères, mes sœurs pleurer.

J’ai entendu la porte s’ouvrir,

la civière déposée à côté de

moi. Il m’a pris mon pouls,

il a dit: "Il y a pas de pouls."

Il m’a placé un linge sur la

tête, il a dit: "Il est mort."

J’avais perdu mes deux doigts.

Tous mes autres doigts

étaient presque tous partis.

Ma face était

toute en sang. Il m’a touché

mes yeux. J’avais plus d’yeux.

Mais j’étais pas mort.

J’ai été transporté à Hamilton.

Docteur Thompson,

il m’a réparé mes doigts,

mon pouce, et ma face.

J’étais là comme une momie.

Ma mère dit: "Aldor", elle

dit... "Qu’est-ce que tu vas

faire dans ta vie, astheure

que tu vas rester aveugle

tout le temps?"

Dans ce temps-là,

j’avais 16 ans.

J’ai été à Halifax.


Une photographie de l’école des aveugles Sir Frederick Fraser School, à Halifax en Nouvelle-Écosse, est présentée.


ALDOR GIONET

(Poursuivant l’entrevue)

J’étais vraiment perdu,

je connaissais personne.

Je connaissais même pas

l’anglais et je savais pas

où est-ce que j’allais.

C’était vraiment dur pour moi.

Je te dis, c’était pas facile.

Ça a tout changé

ma vie au complet en

une fraction de seconde.


Une photographie des parents d’Aldor est présentée.


ALDOR GIONET

(Poursuivant l’entrevue)

Revenu à la maison, j’avais une

idée comment que la maison était

faite. Je savais combien il

y avait de marches, je tâtais

le mur, tout de mémoire.

L’oreille a commencé à se

développer. Mes amis

jumeaux qui venaient me voir,

je pouvais voir qui était qui,

sans parler. Seulement

à les entendre respirer.


Texte informatif :
Simulation


ALDOR GIONET marche en bordure de l’autoroute, face aux voitures.


ALDOR GIONET

(Poursuivant l’entrevue)

Je me sentais inutile. Vraiment.

Je savais pas quoi faire.

Pour moi, la vie s’arrêtait.

J’ai venu à comprendre

qu’il faut que tu t’accroches

à quelque chose.


Des photographies montrant ALDOR GIONET et son chien sont présentées.


ALDOR GIONET

(Poursuivant l’entrevue)

J’ai été voir un docteur de vue,

pour la vue. Il a dit: "Hum,

je vois que ton œil gauche,

je pense que c’est ça qui

te donne des maux de tête."

Ils m’ont enlevé l’œil

gauche. Il dit: "Bon,

dans deux ans, on va

t’enlever l’œil droit."

J’avais 25 ans.

Quand j’ai été pour l’enlever,

il a dit: "Hum", il dit:

"Veux-tu le faire enlever

ou que j’essaie de te donner

un petit peu de vision?"

J’ai été: "Bien, si tu peux me

donner un petit peu de vision,

j’ai dit, ça va bien bien

correct." Au mois de juin,

il est arrivé à moi, il a dit:

"Je suis content. Je vais

te donner un peu de..."

..."de vision."


ALDOR GIONET arrive à l’épicerie COOP de Caraquet et fait son marché.


ALDOR GIONET

(Poursuivant l’entrevue)

Il a dit: "Je t’opère demain."

Et là, je pense à moi-même.

"Eille, je commence

à voir la clarté!"


ALDOR GIONET, de retour chez lui, se rend à son garage à l’aide d’un véhicule tout-terrain à trois-roues. Rendu dans son garage, il répare un moteur d’auto, des bicyclettes, une scie mécanique et plusieurs autres choses.


ALDOR GIONET

(Poursuivant l’entrevue)

Et là, la vision est venue

graduellement, augmentait,

augmentait jusqu’à 6 %,

ce qui est rien.

Moi, et la mécanique,

ça a commencé que mon

frère avait un vélo.

Il avait tout démanché. Moi, je

l’ai pris, je l’ai tout amanché

de nouveau. Je faisais ça

malgré que je voyais pas.

Je bardassais dans le noir.

Il y a personne, personne,

personne qui touche à

ma mécanique. Je fais

ça tout moi-même.

Si ça peut se démancher,

je le répare.

Comme chasseuse, souffleuse,

tracteurs à gazon de toutes les

sortes, tondeuse, bicycle à gaz,

3 roues, mini bike, motoneige,

poêle, des stéréo.

Pas grand-chose qui me

stuck.

Moi j’aime ce que je fais

et je le fais avec amour,

je suis vraiment fier de moi.



Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par