Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Art: Haiti Finds New Hope in Theatre

What Haiti lacks in size, it makes up for in strength of character. The whole world watched as the small Caribbean island reeled from the 2010 hurricane. A few years later, the creators of Espoir Espwa, a play presented at the Théâtre français de Toronto last February, took on a mission: to change people´s perception of this beloved country. In creating characters that genuinely resemble real-life Haitians, as opposed to those portrayed by the media after the natural disaster, they send a message of hope, a true reflection of the Haitian culture. Espor Espwa is concrete proof that art can do much more than merely entertain.



Réalisateur: Fabienne L'Abbé
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

FABIENNE L’ABBÉ réalise une entrevue avec les trois auteures et comédiennes qui ont développé la pièce de théâtre Espoir Espwa, soit DJENNIE LAGUERRE, EDWIGE JEAN-PIERRE et CARLINE ZAMAR. L’entrevue est entrecoupée d’extraits de la pièce.


FABIENNE L’ABBÉ

Tous les Haïtiens ont été

bouleversés par le séisme qui

a dévasté Haïti le 12 janvier

2010, peu importe s’ils se

trouvaient sur place

ou ailleurs dans le monde.

Six ans plus tard, trois

comédiennes d’origine haïtienne

se sont réunies ensemble pour

créer une œuvre théâtrale leur

permettant de s’exprimer sur

le sujet et de changer l’image

négative médiatisée de leur

Haïti chéri avec la

pièce Espoir Espwa.

Une création théâtrale à

saveur sociale qui fait

réfléchir, on aime ça.


Des extraits de la pièce Espoir Espwa, au théâtre français de Toronto, sont présentés. Un joueur de djembé entre sur scène, suivi de quelques femmes qui chantent.


FABIENNE L’ABBÉ

Bonjour Djennie, Edwige et

Carline. Merci d’être ici.


DJENNIE LAGUERRE

Bonjour.


FABIENNE L’ABBÉ

Vous avez créé ensemble à

trois la pièce

Espoir Espwa.

Quel était le but de

cette création-là?


DJENNIE LAGUERRE

C’était de parler d’Haïti,

de créer des rôles de

femmes différents,

qu’on voit pas tout le temps, de

femmes noires et émancipées.


EDWIGE JEAN-PIERRE

Moi, je suis née au Canada.

Je suis jamais allée en Haïti,

je parle pas le créole.

Mais c’était essentiel pour moi

qu’il y ait une voix pour

ceux qui sont de la

première génération.


CARLINE ZAMAR

Après le tremblement de terre,

mais même avant aussi, la parole

était beaucoup à des gens

de l’extérieur qui

allaient vers Haïti,

qui donnaient leur version. On a

préféré avoir une démarche où on

donnait la parole à des gens qui

étaient restés. Et on voulait

raconter une autre histoire,

raconter la nôtre, mais surtout

raconter l’histoire

des gens qui sont là-bas.


DJENNIE LAGUERRE

Et moi, j’ai grandi ici

depuis l’âge de 4 ans,

alors je me trouve pas mal

canadienne. Je dirais que

je suis Canadienne haïtienne. On

m’a souvent dit de pas écrire à

propos d’Haïti parce que j’étais

trop canadienne. Mais là,

je vois que si tu t’attaches

aux sentiments universels,

il y a personne mieux que moi,

que toi ou que toi pour écrire.


Des extraits de la pièce sont présentés.


CARLINE ZAMAR

Parfois, je me sens seule.


DJENNIE LAGUERRE

Mais tout le monde

vous aime, ici.


CARLINE ZAMAR

Oui, mais le soir,

je rentre seule.

Et quand je suis seule à

la maison, je ne peux pas

m’empêcher de penser à...

Mon doux rebelle.

Mon negmarron.


DJENNIE LAGUERRE

Parlez-moi de lui.


FABIENNE L’ABBÉ

(Poursuivant l’entrevue)

Vous avez choisi de vous

éloigner de l’image de misère,

de tristesse qu’on associe

souvent avec Haïti. Pourquoi

c’est important pour

vous de faire ça?


CARLINE ZAMAR

J’ai vécu jusqu’à l’âge

de 23 ans en Haïti.

Ce qu’on me montre et ce que

je... C’est comme il y a... Je

me dis: C’est de quel pays qu’on

parle? Moi, je me reconnais pas.

Je ne dis pas qu’il y a pas de

misère, mais je ne me reconnais

pas dans cette misère-là.

C’est comme si on résume ce pays

à la misère, et c’est pas vrai.

Il y a quelque chose de la vie.

Si on a envie d’y goûter,

tu sais... On peut

pas être raisonnable.


FABIENNE L’ABBÉ

(Rigolant)

"On peut pas être

raisonnable", c’est bien dit!

Je pense qu’il y a beaucoup

de Canadiens qui peuvent

tirer les bonnes leçons

de ce que vous apportez.


Des extraits de la pièce sont présentés.


CARLINE ZAMAR

J’ai fait un rêve.

Bon, tout le monde rêve, en

Haïti comme ailleurs, mais

nous, on ne se pare pas.

On comprend ce qui nous arrive

et on trouve les solutions à

nos problèmes dans nos rêves.


FABIENNE L’ABBÉ

(Poursuivant l’entrevue)

Comment on parvient à changer

l’image qu’on a d’Haïti? À

part avec des créations

comme la vôtre.


DJENNIE LAGUERRE

Il faut y aller, il faut en

parler. Il faut continuer d’en

parler, rencontrer les gens.


CARLINE ZAMAR

Dans la pièce, on dit que

Haïti n’est pas virtuelle.

On a voulu dénoncer ça. C’est

comme si tout ce qu’on sait

d’Haïti, c’est ce qui se

dit dans les médias.

Notre pièce de théâtre se passe

à la montagne, donc on

invite les gens à aller dans

l’arrière-pays, de pas aller

juste à Port-au-Prince,

d’aller --


DJENNIE LAGUERRE

C’est pas juste

Port-au-Prince.


CARLINE ZAMAR

C’est pas juste

Port-au-Prince. Tu sais, d’aller

vraiment rencontrer les gens,

les... Tu sais, l’habitant.


FABIENNE L’ABBÉ

Oui.


Des extraits de la pièce sont présentés.


CARLINE ZAMAR

Un jeune homme sorti

de nulle part...

... m’attrape par la main

et m’invite à danser.

Jésus! Qu’il est beau!

(Riant)

Grand...

Noir comme la nuit.

Un corps musclé...


FABIENNE L’ABBÉ

(Poursuivant l’entrevue)

En général, les artistes ont

un regard très différent sur le

monde. Selon vous, pourquoi

c’est important que les artistes

s’expriment sur des sujets qui

sont peut-être plus lourds

ou plus difficiles, comme

justement, celui que vous

abordez dans

Espoir Espwa?


DJENNIE LAGUERRE

C’est pas nécessairement les

politiciens puis les présidents

qui changent le monde. C’est

souvent les artistes, parce

qu’on peut prendre des voies

pour être la voix du peuple.

On peut passer dans les

sentiments sans perdre le

côté des faits, la recherche,

l’intellectuel. On n’a pas

peur de prendre des risques.


CARLINE ZAMAR

Il y a pas qu’une histoire, et

c’est ça qui est beau aussi.

Donc, on a quelque chose de très

vrai et de sincère

qu’on veut partager.

Le travail aussi d’un artiste,

d’un poète, c’est de montrer une

partie de son monde

aussi, en toute vérité.


FABIENNE L’ABBÉ

Eh ben, voilà pourquoi les

arts sont essentiels à la vie.


ENSEMBLE

Oui!


FABIENNE L’ABBÉ

Je le dis souvent, mais

c’est vrai! Merci beaucoup.


DJENNIE LAGUERRE

Merci.


EDWIGE JEAN-PIERRE

C’est moi qui vous remercie.


CARLINE ZAMAR

Merci beaucoup.


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par