Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Is Canada Truly Bilingual?

Enacted in 1969, the Official Languages Act has shaped modern Canada and its cultural identity.

Fifty years later, University of Ottawa’s Pierre Foucher and Richard Clément make a portrait of bilinguism in their book, titled “50 ans de bilinguisme officiel: Défis, analyses et témoignages”. The Law School professor and chairman of the Official Languages and Bilingualism Institute of the University of Ottawa take a look back at the rich and changing story of an act that changed Canada after the Laurendeau-Dunton Commission.

The law’s influence has impacted the country, sure, but it also changed the provinces who drew inspiration from it.

Nowadays, the status quo seems to have settled in, in the wake of many pushes forward. But Canada’s bilingualism is part of Canada’s DNA, in Pierre Foucher’s opinion.



Réalisateur: Raphaëlle Mercier
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Sur le Divan, PIERRE FOUCHER, Professeur de droit à l'Université d'Ottawa, nous parle de sa dernière publication : « 50 ans de bilinguisme officiel »


PIERRE FOUCHER

L'idée du livre est venue

d'une série de conférences qui

avait été organisée sous l'égide

du commissaire aux langues

officielles du Canada pour

réfléchir sur ce qu'avait

accompli la commission sur le

bilinguisme et le biculturalisme

au moment où elle avait été

créée pour mesurer le chemin

parcouru, et pour essayer de

penser au défi de l'avenir.

Lors des conférences, nos

conférenciers venaient de

milieux variés. On avait des

universitaires, on avait des

politiciens aussi qui

faisaient des témoignages.

Et pendant les conférences, il y

a eu, ça se voit dans les

textes, d'ailleurs, il y a eu

des débats assez intéressants,

donc un, entre autres, entre

Pierre Curzi, qui était député

du Parti québécois à l'époque et

Stéphane Dion à propos de la

pertinence bilinguisme. Alors

les deux textes sont dans le

livre côte côte, un après l'autre

et c'est vraiment intéressant

de voir la différence d'approche

entre les deux.

Alors, après 50 ans de

bilinguisme officiel, parce

qu'il faut bien dire que ça vise

la fonction publique fédérale,

il y a des succès. Au niveau

de la langue des services, par

exemple, les services au public,

aujourd'hui, sont beaucoup plus

faciles à obtenir qu'à l'époque

des travaux de la Commission.

La Commission avait décelé aussi

des différences salariales

importantes entre les

francophones et les anglophones

un peu partout au Canada,

les études qu'on publie dans le

livre nous ont démontré que ces

écarts-là ont été comblés. Un

autre succès, je dirais, c'est

la création même d'un poste

de commissaire aux langues

officielles. C'était nouveau

à l'époque. On l'oublie, comment

c'était nouveau. Et c'était

tellement novateur et original

que ça a été imité dans

beaucoup d'autres pays, de

sorte qu'aujourd'hui, il y a

une Association internationale

des commissaires linguistiques,

qui a d'ailleurs tenu sa réunion

bisannuelle à Ottawa en 2015.

Je suis optimiste dans le sens

d'un multilinguisme. Je pense

que la politique linguistique

a permis aux Canadiennes et

aux Canadiens de s'apercevoir

que ça n'est pas une catastrophe

d'avoir des services dans deux

langues. Ça n'est pas non plus

aussi divisif qu'on le disait,

que les opposants disaient dans

les années 60, au contraire.

Ça peut être un facteur d'unité.

Et c'est un facteur d'ouverture et

de tolérance qui fait en sorte

qu'on est peut-être mieux

disposés, aujourd'hui, à l'égard

d'autres langues que

le français et l'anglais.

Le livre est très intéressant à

lire, il est divisé en trois parties,

il y a une partie qui analyse certains

des chapitres ou des livres

que la commission avait publiés.

Par exemple, on a un chapitre

sur le bilinguisme de la ville d'Ottawa,

qui est d'actualité, qui est un sujet

d'actualité aujourd'hui. Le

débat entre Stéphane Dion et

Pierre Curzi sur la pertinence

du bilinguisme, et à la fin,

nous avons deux témoignages

qui sont absolument fascinants

à lire, l'un de Keith Spicer,

qui était le premier commissaire

aux langues officielles, et

qui raconte à Graham Fraser,

le commissaire aux langues

officielles au moment

des conférences et de la

publication, comment il a dû

manoeuvrer pour imposer la

crédibilité du commissariat et

on a aussi un témoignage de

M. Anstett, qui était ministre dans

le gouvernement manitobain au

moment de la crise linguistique

qui a secoué le Manitoba,

au début des années 1980.

J'étais là quand M. Anstett a

fait sa conférence, et il a reçu

une ovation debout. C'est un

témoignage extrêmement touchant,

sympathique et ça fait chaud au

coeur de voir que des

politiciens anglophones,

francophiles ont osé mettre

leur carrière politique en

jeu pour défendre le

principe du bilinguisme.



Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par