Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Helping Others as a Means to Heal Oneself

When he was diagnosed with brain cancer and given only five years to live, Yves Boucher decided to attack the illness with a smile. He took to volunteering, accompanied by his dog Betty. Today, the duo makes regular visits to patients in Toronto´s Bridgeport hospital. Boucher is also a mentor for members of Gilda´s Club, a cancer support centre. Eight years after his diagnosis, this former firefighter is alive and well, and happy to be making a difference in the lives of others. An Andréanne Baribeau report.



Réalisateur: Andréanne Baribeau
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Titre :
24.7


YVES BOUCHER visite des personnes malades avec son chien, dans un hôpital.


YVES BOUCHER

J'aide les gens parce qu'il y a

du besoin. Puis je vais pas

mentir, ça me fait du bien.

Tu sais, quand t'as beaucoup de

mal, les choses qui se passent,

je trouve que quand tu fais

des bonnes oeuvres, ça aide

beaucoup à enlever le mal.

Mon dernier emploi, j'ai

travaillé comme pompier

pour la ville de Toronto.

J'avais 42 ans.


YVES BOUCHER qui fait partie de l'équipe des bénévoles de l'Ambulance Saint-Jean et du Gilda's Club, livre un témoignage dans son salon.


YVES BOUCHER

On m'a diagnostiqué avec

le cancer du cerveau.

Le médecin m'avait dit que

mon espérance de vie était

en bas de cinq ans, de trois

à cinq ans, puis ça fait

quelques années déjà.

J'ai en fait eu la chirurgie,

puis ça s'est bien passé.

Je suis en arrêt à long terme,

maladie à long terme depuis

huit ans, depuis ce temps-là.

(En s'adressant au chien)

Sit!


YVES BOUCHER joue avec son chien Betty.


YVES BOUCHER (Narrateur)

Après une année de traitement,

j'ai eu le chien, une semaine

après ma fête. Puis là, j'ai

rencontré les Ambulances

Saint-Jean, puis on a présenté

Betty aux Ambulances Saint-Jean.

Ils ont adoré le chien et tout

le monde pensait qu'elle

faisait partie de l'équipe

d'Ambulance Saint-Jean.

(En s'adressant au chien.)

Sit!

Good girl.


YVES BOUCHER enfile un dossard sur lequel on peut lire « Please pet me », à son chien BETTY.


YVES BOUCHER (Narrateur)

Depuis ce temps-là, je travaille

avec les Ambulances Saint-Jean

dans les hôpitaux locaux.


YVES BOUCHER se rend à l'hôpital Bridgepoint.


YVES BOUCHER (Narrateur)

Avec la chienne, de chambre

en chambre, on se promène sur

le plancher, puis les gens me

disent qu'ils veulent voir le

chien ou non cette journée-là.

(S'adressant à une personne malade en anglais)

A dog therapy. This is Betty,

we're visiting.


YVES BOUCHER (Narrateur)

Je trouve ça plaisant,

parce que ça ouvre des

portes de communication.


YVES BOUCHER fait rencontrer BETTY à un personne âgée malade.


YVES BOUCHER (Narrateur)

Il y en a qui braillent,

qui pleurent comme c'est pas

possible, parce qu'ils disent

que c'est le plus gros amour

qu'ils ont eu ce mois-là

ou cette semaine-là.


Une autre personne malade rencontre BETTY dans sa chambre d'hôpital.


PAT BROWN, directrice générale du Gilda's Club de Toronto témoigne. Pendant le témoignage de PAT BROWN on suit YVES BOUCHER dans ses activités de bénévolat avec sa chienne en alternance avec l'entrevue.


PAT BROWN

(Propos traduits de l'anglais)

On remarque tout de suite

la présence d'Yves.

Quand il entre dans une

pièce, on voit son sourire;

il resplendit!

Les gens ont tendance à

graviter autour de lui

et c'est encore plus puissant

quand il est accompagné

de sa chienne Betty.

Les animaux aident à rendre

les gens à l'aise.

Yves partage si généreusement

son temps et celui de Betty.


YVES BOUCHER (Narrateur)

Ça m'a aidé énormément,

du fait que j'ai pu parler

avec d'autres gens. Ça me

garde occupé, puis j'aime ça,

travailler avec les gens.

Vu que je peux pas travailler

comme pompier, ça me permet

de sortir de la maison et

de faire des activités, puis

avoir ma propre vie à moi.


YVES BOUCHER se rend aux bureaux de Gilda's Club. PAT BROWN le reçoit amicalement avec sa chienne BETTY.


PAT BROWN

(Propos traduits de l'anglais)

Yves nos a grandement aidé

à recruter d'autres bénévoles.

C'est sa vitalité, son attitude

positive et son désir

de faire une différence qui

incite les gens à s'engager

à leur tour.

C'est ce qui a rendu l'expérience

si plaisante.

Il y a tout un groupe de gens

qui fréquentent notre centre

grâce à Yves et c'est très

amusant quand ils sont

tous ici.


YVES BOUCHER joue au billard avec d'autres membres du Gilda's Club.


DOMENIC GUARAGNA

(Propos traduit de l'anglais)

Yves est une grande source

d'inspiration pour moi.

Il me donne beaucoup de

force et est un ami extraordinaire,

d'une grande gentillesse.


DOMENIC GUARAGNA, membre bénévole du Gilda's Club témoigne dans les locaux du Club.


DOMENIC GUARAGNA

(Propos traduit de l'anglais)

Il me donne envie d'être

le meilleur de moi-même

et d'aider les gens.

Il m'a enseigné la gratitude

et l'importance de voir la

vie de façon positive.


YVES BOUCHER (Narrateur)

J'essaie de garder le moral,

tu sais, être positif, parce

que des fois, ça descend,

puis là, tout le monde

rentre dans ce tourbillon-là.

Mon médecin général m'avait dit:

"Oh, t'es pas chanceux, t'as le

cancer."


On revient au témoignage de YVES BOUCHER, chez lui.


YVES BOUCHER

Je lui dis: "Je veux

pas être méchant, mais tu vas

mourir aussi. On est faits pour

naître puis mourir un jour."

Pendant ce temps-là, j'ai

toujours dit que quand quelqu'un

a le cancer, ça nous permet

de faire des choses qu'on n’aurait

peut-être pas pensé à faire.

Tu sais, il y a des gens, quand

je travaillais comme pompier,

qui mouraient sur le divan,

ils écoutaient la télévision.

Il y a peut-être des choses

qu'ils auraient aimé faire.

Puis moi, ça m'a permis de vivre

des rêves que j'aurais peut-être

jamais faits. Avant, j'y aurais

même pas pensé.

Je suis pas à plaindre. Je suis

en vie, puis ça fait longtemps

que je devrais être mort.


De nouveau au Gilda's Club, autour de la table de billard, quelques membres s'amusent.


DOMENIC GUARAGNA

(Propos traduit de l'anglais)

Je crois que son approche et

son attitude positive ont

contribué à prolonger sa vie.

Le rire joue un grand rôle

dans la guérison.

Je crois que le fait d'aider

les gens lui a donné la force

d'être encore là aujourd'hui.


YVES BOUCHER

Tous les six mois, je vais

voir si j'ai des problèmes avec

la tumeur, mais présentement,

ils ont aucune idée, donc...

On prend ça tiguidou,

comme on dit en français.

Je m'attarde pas à penser du

côté de la mort. Moi, c'est du

côté positif: qu'est-ce que je

peux faire pour aider les gens?


YVES BOUCHER sort avec sa chienne BETTY.


Générique de fermeture


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par