Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Caledon Eco-Village: Why Choose Communal Living?

We talk to residents of Caledon´s Whole Village to learn more about why they chose the communal lifestyle. Some are in it to learn about agriculture, while others want to raise their kids away from the city, with communal values and the smallest carbon footprint possible. Discover what everyday life looks like for the 30 residents of Whole Village, a peaceful haven an hour outside of Toronto. Here, people learn to live in harmony with one another. An Andréanne Baribeau report.



Réalisateur: Andréanne Baribeau
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT


Titre :
La vie dans un écovillage


FRÉDÉRIC PARIS, bénévole chez Whole Village témoigne de son expérience. Défilent des images de lui dans un petit poulailler.


FRÉDÉRIC PARIS

J'étais intéressé par

l'auto-suffisance, l'autonomie,

l'agriculture bio. Je suis

tombé sur les écovillages.

C'était pour moi le meilleur

moyen d'essayer de

toucher à la terre,

de prendre goût à ça. Juste

d'apprendre comment on

produisait de la nourriture

d'une manière plus éthique.


BRENDA DOLLING témoigne à son tour, elle est une membre fondatrice de Whole Village.


BRENDA DOLLING

(Propos traduits de l'anglais)

On habite une ferme d'environ

200 acres, à Caledon. On a décidé

de l'acheter et d'y fonder

une communauté intentionnelle

où on tente de cultiver la terre

et produire notre propre nourriture,

tout en réduisant notre empreinte

écologique.


On montre des images d'un système de récupération de l'eau de pluie ainsi que d'une toilette sèche à l'extérieur, puis d'une voiture portant des autocollants incitant à supporter les fermiers locaux et l'agriculture biologique.


BRENDA DOLLING

(Propos traduits de l'anglais)

On a une vision et des buts communs.

On partage non seulement la terre

mais aussi notre espace de vie,

nos outils et nos talents.


FRÉDÉRIC PARIS déplace des ballots de foin dans une grange.


FRÉDÉRIC PARIS

C'est un endroit vraiment

intéressant du point de vue

humain, du point de vue du

travail aussi. On revient

vraiment aux choses simples,

mais en même temps, toutes

les problématiques d'une vie

en groupe sont quand

même présentes.


On montre des images de KATYNA ST-GELAIS et FRÉDÉRIC PARIS faisant la cuisine avec une fillette.


KATYNA ST-GELAIS, une résidente de Whole Village, témoigne à son tour.


KATYNA ST-GELAIS

Pour moi, c'est vraiment la

vie plus simple. C'est d'avoir

ma petite grandir dans un aspect

plus sain, qu'elle soit plus

au courant des décisions qu'elle

fait au courant de sa vie,

de qu'est-ce qu'elle achète,

la nourriture qu'elle mange, les

conséquences que tous nos choix

ont dans notre vie et pas juste

pour nous, pour l'environnement,

pour les générations qui vont

nous suivre.

(S'adressant à la fillette)

Tu veux aller voir Brenda?

Tu veux jouer dehors?


BRENDA DOLLING

(Propos traduits de l'anglais)

On a créé une coopérative

où tous les propriétaires

ont une part égale de la terre

et une portion de l'habitation

écologique.


On montre des images de résidents accrochant leur linge sur une corde à linge.


On montre ensuite des images de l'intérieur de l'habitation.


BRENDA DOLLING

(Propos traduits de l'anglais)

On y retrouve nos appartements;

par exemple, le mien fait 600 pieds carrés

et je l'ai payé environ 167 000$.

mais ça inclut aussi l'espace commun,

qui fait près de 6500 pieds carrés.

J'ai donc accès à beaucoup d'espace pour le prix.


KATYNA ST-GELAIS se trouve à l'intérieur de l'espace commun avec sa fille.


KATYNA ST-GELAIS

(S'adressant à sa fille)

T'es correcte,

pour y aller toute seule?


KATYNA ST-GELAIS

Ça fait cinq ans et demi que

j'habite ici. Je suis aux études

en ce moment et je travaille

aussi à l'extérieur. Alors,

moi, c'est un peu plus la vie

quotidienne dont je suis la plus

habituée. Je me lève, je lève

ma petite, je la prépare pour

l'école, je m'en vais à l'école

ou au travail. Mais quand

je reviens, c'est un peu plus la

famille qu'au village. On vient,

puis il y a des soupers en

commun. La petite va jouer

avec les autres enfants qui

habitent ici.


FRÉDÉRIC PARIS

Je décrirais ça vraiment comme

un peu une famille, vraiment.

Pas du point de vue émotionnel

ou quoi que ce soit, mais plus

du point de vue du système

en fait. Si tu as besoin

d'informations, tu irais voir ta

mère. Bien là, il y a plein de

mères aux alentours. T'as besoin

d'aide pour quelque chose, il y

a l'équivalent de ton frère qui

est tout le temps à deux pas.


On montre des images de plusieurs personnes cuisinant et mangeant ensemble.


Un tableau écrit à la main indique que 0,000823 % des canadiens vivent dans des écovillages.


BRENDA DOLLING

(Propos traduits de l'anglais)

On gère aussi la coopérative

selon le modèle du consensus,

donc chaque personne a son mot à dire.

Quand on accepte de nouveaux membres,

on leur demande de participer

à au moins 50% des réunions,

de se joindre à un de nos comités,

d'aider à faire le ménage

dans les espaces communs

et de contribuer à la gestion de la terre.


On montre des images de la liste de répartition des tâches domestiques, puis des images de personnes travaillant à construire un balcon.


KATYNA ST-GELAIS

La réaction des gens

lorsqu'ils apprennent que

j'habite dans une commune,

hum, vraiment... Il y a toutes

sortes de réactions.

Malheureusement, j'ai beaucoup

d'amis qui viennent pas me

visiter ici, alors j'ai

appris à vivre avec ça.


FRÉDÉRIC PARIS

La vie en communauté, ça peut

marcher, mais il faut vraiment

avoir les bonnes personnes.

Là-dessus, je suis encore en

réflexion parce qu'il suffit

qu'il y ait une seule personne

qui crée du trouble et qui

s'entende pas bien avec les

autres pour que tout

soit un peu infecté.

Je dirais, si on veut et qu'on a

vraiment la motivation de vivre

avec ces beaux gens-là, il y a

toujours un moyen de faire ça.


On montre des images des serres sur le terrain, puis d'un étang et de son quai.


KATYNA ST-GELAIS

On a tellement de beauté

autour de nous. Ici, les gens

ont vu ma petite grandir à

partir de la journée où elle née

parce qu'elle est née ici.

En ce moment, je m'imagine pas

retourner à la ville du tout.

C'est ici que je me

trouve confortable.


Générique de fermeture


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par