Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Le Divan: The Challenges of a Young Politician

Mathieu Fleury has been a councillor for Ottawa´s Rideau-Vanier ward since 2010. When he was elected five years ago, his young age caught the attention of both the media and the public. Since then, the young councillor has proven his worth. Mathieu Fleury tell us about the challenges he has had to face and gives us his opinion on the lack of women and racial minorities in the Ottawa City Council.



Réalisateur: Carine Ouellet
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Titre :
TFO 24.7


MATHIEU FLEURY , conseiller municipal à Ottawa, ajuste la caméra et va s'asseoir sur le Divan.


MATHIEU FLEURY

Malheureusement, il y a

pas beaucoup de jeunes

francophones impliqués

en politique municipale.

J'ai senti souvent les gens me

dire: "Ah, t'es jeune, t'es

jeune." Et la grande majorité

des gens me le disait en disant:

"Wow! C'est le fun, lâche pas.

C'est agréable de voir des

jeunes en politique." Mais il y

a d'autres fois, c'était plus

négatif vis-à-vis de moi.

C'était subtil, mais on a dit:

"Ah, Mathieu, tu es jeune,

tu vas pas être..."

C'était subtil, de dire:

"Ah, tu seras pas capable."

Ce que je vous dirais, c'est

que c'est normal. Il faut se

prouver, que ce soit un jeune ou

un nouveau membre en politique.


Le petit téléviseur diffuse des photos d'archives de MATHIEU, illustrant son propos.


MATHIEU FLEURY

Il faut démontrer notre

crédibilité, démontrer comment

on est honnête, être capable

de partager cet enthousiasme

pour la vie, pour l'avenir.

Ça m'a pas irrité, parce que

je suis jeune, c'est un fait.

Je suis à ma deuxième...

Ça fait cinq ans que je suis

élu, deuxième élection,

j'ai 30 ans.


D'autres photos d'archives défilent pour illustrer le propos.


MATHIEU FLEURY

Alors, je me considère encore

jeune. Je pense, l'étiquette

me colle un peu moins, parce

que les gens voient des

accomplissements. Je pense que

si on m'appelait encore "jeune",

ce serait parce qu'on dirait:

"Manque d'expérience." Ou "trop

jeune". Mais du fait qu'on a

des gros, gros projets, parmi

les plus gros en ville, les gens

voient qu'on est capable

d'avancer ces projets-là, alors,

on me fait plus confiance

maintenant qu'en début 2010.

Comment on fait ça à un si jeune

âge? Pour moi, ça a été de

me fixer un but. Alors, la

jeunesse, peu importe que ce

soit en politique, en médecine,

en droit, n'importe quoi

d'autre, le paramédic, chef

cuisinier, c'est de se fixer

des buts, d'après moi.

Quand on parle de lien avec

la politique, la jeunesse

en politique, le parallèle, pour

moi, c'est dire: "On veut pas

juste le même type de gens

en politique". On veut pas

juste des avocats, on veut pas

juste des gens qui ont étudié

en communication, en science

politique. Moi, j'apporte une

perspective: sciences de la

santé, activité physique,

nutrition, jeunesse. Pour moi,

j'ai un atout. Je pense que pour

les jeunes, c'est trouver ce

qu'on aime faire et pour les

gens en politique, c'est

vraiment diversifier, autant au

niveau de l'âge qu'au niveau de

l'expérience, l'expertise qu'au

niveau culturel et linguistique,

pour vraiment être capable de

représenter l'ensemble

de la ville.

On est 23 à la table du conseil,

on est 3 qui ont 30 ans. Mais

le point, pour moi, qui est

marquant, c'est qu'il y a pas de

jeunes femmes. Il y a des femmes

qui font un travail incroyable à

la table du conseil, mais elles

ont un certain âge. Ce serait

agréable de voir de jeunes

femmes. Aussi, on est pas

bien représentés au niveau

culturel et linguistique.

On a des conseillers qui sont

libanais, on en a deux. On en a

un qui est jordanien, on en a

un qui est pakistanais, mais

évidemment, on est pas

représentatif de l'ensemble de

la population à Ottawa. Et ça,

il y a beaucoup d'effort à

faire pour voir une diversité

culturelle et plus

de jeunes femmes.

Je suis toujours déçu. Les

jeunes connaissent bien les

représentants provinciaux,

fédéraux. Quand on leur demande

c'est quoi les enjeux à la

ville, les gens ont certains

points de repère. Parkland zone,

train léger. Mais à part ça,

rapidement, on se dit: Ah, il y

a un manque. Et l'élément que je

mettrais l'accent, c'est même

à l'Université d'Ottawa. Ils ont

un beau programme de sciences

politiques, il y a aucun cours

de politique municipale.

C'est décevant, c'est sûr que

les villes, surtout les grandes

villes, prennent un rôle

politique de plus en plus

important dans notre pays et

ce serait important vraiment

de rassembler une structure

de gestion et d'implication

à ce niveau-là.

Ce qu'on reçoit du fédéral,

c'est le passeport. Ce qu'on

reçoit de la province, c'est

l'éducation et la santé. Tout

le reste, on ouvre le robinet,

c'est l'eau de la ville. Quand

on sort de la rue, il y a un

trottoir, c'est la ville. Quand

on prend l'autobus, c'est la

ville. Quand on appelle le 911,

c'est la ville. Alors, tout ça,

c'est très près des gens,

alors c'est sûr, pour moi,

c'est ce qui m'intéresse.

Je pense, c'est de base, c'est

de dire: s'il y a une belle

qualité de vie, il faut pas

attendre que ça aille mal pour

participer. Il faut demeurer

impliqué, il faut faire partie

de l'activation au niveau

communautaire et au

niveau politique.


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par