Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Pandaléon´s New Album, Atone

Franco-Ontarian band Pandaléon is releasing their brand new album, Atone. The trio made up of Marc-André Labelle and brothers Frédéric and Jean-Philippe Levac recorded the album in an old abandoned school, an experience that made them realize that their own childhoods were indeed well behind them. Inspired by these lost years, the record invites the listener to delve deep into an immersive music experience. Here, the band tell us all about the writing process for the song Amiante.



Réalisateur: Carine Ouellet
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT


Les trois membres du groupe Atone s'assoient sur un divan. FRÉDÉRIC est claviériste et chanteur, MARC-ANDRÉ LABELLE est guitariste et JEAN-PHILIPPE LEVAC est chanteur et batteur. Ils s'adressent directement au public de l'émission.


FRÉDÉRIC LEVAC

On vient de sortir un nouvel

album qui s'appelle Atone

et... Bien, c'est un album

qui parle beaucoup du passé,

du début jusqu'à la fin, mais

à la fin on arrive vraiment

au présent. Atone, c'est

la seule pièce, si tu veux,

qui est... qui parle au présent.

Et finalement, quand il est venu

le temps de choisir notre titre

d'album, bien c'était vraiment

comme ça qu'on se sentait

à ce moment-là, fait que c'est

pour ça qu'on l'a appelé Atone.


Texte informatif :
Atone: «Qui manque d'énergie, de dynamisme, de vitalité; morne apathique» -Le Larousse


JEAN-PHILIPPE LEVAC

Bien, Amiante, ça parle

de la petite école, en fait.

Justement on a enregistré

l'album dans l'école.

Ça parle des souvenirs

qu'on a à la petite école,

ça parle des jeunes, des enfants

qui jouent à la récré,

ça parle de tout ce qu'on vit

à l'école primaire, en fait.


FRÉDÉRIC LEVAC

Vers la fin de la toune,

c'est une toune qui nous ramène

à aujourd'hui et qui nous dit

que... c'est fini ce temps-là,

on n'est plus des élèves

et que, malheureusement,

on ne va plus à la récréation.


Défilent des images des musiciens en studio.


FRÉDÉRIC LEVAC

Le processus de création

des chansons, de la plupart

des tounes, va commencer avec de

la musique qu'on va créer nous

trois ensemble, puis une fois

qu'on trouve ça intéressant,

bien après on ajoute un texte.


MARC-ANDRÉ LABELLE

On va discuter d'un sujet, d'à

quoi la toune nous fait penser.


FRÉDÉRIC LEVAC

Ouais.


MARC-ANDRÉ LABELLE

On "brainstorme" là-dessus.


FRÉDÉRIC LEVAC

La raison pour quoi on essaie

de rester dans la poésie et dans

les textes qui sont imagés et

pas nécessairement trop directs,

c'est justement pour coller

à notre musique, parce qu'on a

une musique qui a besoin

d'une écoute attentive,

on a besoin de...

de prendre le temps de l'écouter--


JEAN-PHILIPPE LEVAC

Et de l'écouter

plus qu'une fois, des fois.


FRÉDÉRIC LEVAC

Hum-hum. Pour essayer

de comprendre tous les éléments

et comment ça se place

et textuellement aussi.

Fait que ça colle bien à nous

et c'est ça que c'est,

Pandaléon, tout simplement.


On entend une de leurs chansons en arrière-plan.


FRÉDÉRIC LEVAC

On est rentrés dans l'école avec

déjà des tounes de composées.

Tu sais, on avait une certaine

pré-prod de faite, mais en se

disant: OK, on va rentrer avec

des tounes et on essaiera des

trucs rendus là pour ce qui est

de l'enregistrement et pour

ce qui est des arrangements

et de la sonorité, finalement.


MARC-ANDRÉ LABELLE

De faire ça dans un lieu comme

ça, ça nous a permis de... je

sais pas, de triper et d'essayer

des nouvelles techniques et

de se promener dans toutes les

salles et d'utiliser la vraie

réverbération comme outil.

Et de se laisser inspirer,

surtout, par le lieu

pour que ça puisse refléter

mieux dans l'album.


FRÉDÉRIC LEVAC

On se rencontrait le matin

et on se disait: Bon, on va

travailler sur telle toune

aujourd'hui, quel genre

de son qui nous intéresse pour,

justement, les instruments

de base, comme les drums

et les guitares et les claviers.

Fait qu'une fois qu'on avait, si

tu veux, ce squelette-là, qu'on

avait trouvé les sons qui nous

intéressaient, bien c'est là

qu'on se mettait à empiler

des sonorités et les couches

et expérimenter dans plein de

différentes pièces de l'école.

Ça a été beaucoup aussi des...

Jouer avec les réverbérations

naturelles, les échos, tu

sais. De "rooter" des signaux

de guitare dans un gymnase

ou des voix ou un truc du genre.

Ça a été pas juste des

percussions, pas juste du temps

à tapocher sur des pupitres;

ça a pas juste été ça.

Ça a été comme un laboratoire

pour nous trois. Les trois,

on est des fans de ça,

fait que c'était le fun.

Tu te souviens de tout l'amour

et de tout le temps que t'as

accordé à ça et tu dis: Regarde,

j'ai fait ça dans ma vie, tu

sais. Nous, c'est ça, le

band. C'est des projets et c'est

ça qui nous allume. C'est ça

qui nous donne de la drive.

Fait que de terminer un projet

de même, bien, on le sort et on

passe au prochain. Fait que oui,

on est vraiment contents.


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par