Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

Tarois: Franco-Ontarian French?

Do Franco-Ontarians speak a language of their own? If so, should that language have its own name? Hélène Koscielniak, writer and former teacher, has chosen to name it Tarois. She wants Franco-Ontarians to be proud of who they are and to speak a language that truly represents them, instead of being snubbed for not speaking “proper French.” According to Koscielniak, Tarois is a kind of strictly oral French which represents Franco-Ontarians, particularly those from the North.



Réalisateur: Caroline Leal
Production year: 2015

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT


HÉLÈNE KOSCIELNIAK, une auteure, s'assoit sur le divan en studio, elle s'adresse directement au public de l'émission.


HÉLÈNE KOSCIELNIAK

Une langue, c'est l'expression

d'une culture. Alors, ce que

l'on vit chez soi, on l'exprime.

C'est notre communication.

Le tarois ne sera pas

une langue qui va diviser

les Franco-Ontariens.

Ce que moi, j'ai nommé le

tarois, je dirais que ce sont

les Franco-Ontariens du nord

de l'Ontario. Par contre, il y a

beaucoup d'expressions qui font

partie du tarois que l'on entend

À travers l'Ontario

chez les Franco-Ontariens.

Pour nommer notre langue,

il fallait nécessairement lui

donner un nom. Alors, j'ai

choisi le tarois, parce que ça

vient de l'expression "ontarois"

qui était le nom que l'on nous

donnait avant de nous avoir

baptisés les Franco-Ontariens.

Je voulais nommer notre

langue, parce que j'ai pensé

spécifiquement au

Nouveau-Brunswick où plusieurs

Néo-Brunswickois parlent le

chiac et ils sont fiers de leur

langue. Et moi, je me disais:

"Pourquoi est-ce que nous,

on ne serait pas fiers

de notre langue?"

Le tarois est une langue orale.

Ce n'est pas une langue écrite.

C'est un mélange d'ancien

français, de français standard,

d'anglais, d'anglicismes.

Certains mots aussi que nous

avons intégrés dans notre langue

viennent de la langue indienne.

Jamais, jamais chez nous on

n'entendrait une question d'un

adolescent à l'autre qui lui

dirait: "Bien, bonjour, Maxime.

Ça va bien ce matin?

Comment est allée ta partie

de hockey hier soir?"

On entendrait: "Hé! Max.

What's up? Comment ça va?

Comment s'est allée ta

game hier?"

Et je me suis dit: il faudrait

la nommer cette langue-là

pour lui donner une certaine

légitimité. Mais c'était aussi

pour autant que possible

minimiser ou même faire

disparaître cette insécurité

linguistique là que nous

avons à parler notre langue.

Une langue, ça comporte

un vocabulaire, ça comporte

une grammaire. Un accent, c'est

plutôt relié au ton de voix,

à savoir où on met l'importance

sur quelle syllabe par exemple.

Si on compare un Français

qui arrive de la France avec une

personne qui parle strictement

le tarois, les deux langues sont

tellement différentes que je

suis pas certaine que les gens

finiraient par se comprendre.

Les gens depuis longtemps

ressentent tellement

d'insécurité face à cette

langue-là. Surtout ceux qui ne

peuvent pas s'exprimer et en

français standard de façon

courante. On leur a tellement

dit que leur langue n'est pas

bonne, que c'est du mauvais

français. Si on pouvait

développer une certaine fierté

de la façon dont on communique,

je pense que ça aiderait

nos personnes.

Les puristes sont totalement pas

d'accord avec moi. Ces gens-là

trouvent que ce serait presque

une abomination d'accepter

le tarois. Tandis que les autres

qui, de jour en jour, parlent

le tarois, eux me disent:

"Ah! Hélène, ça fait longtemps

que quelqu'un aurait dû dire

cette réalité-là."

Je n'ai pas de réponse

à apporter à savoir si on

devrait officialiser la langue

du nord de l'Ontario, mais je

voudrais quand même que l'on

puisse être fiers de ce que nous

sommes et qu'on puisse exprimer

ce que l'on est et notre

culture. Et que ce soit accepté,

que ce ne soit pas une langue

qui est rabrouée et qu'on se

fasse continuellement dire

que c'est pas du bon français.

C'est un type de français.

C'est le tarois.


Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par