Universe image TFO 24.7 Universe image TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, the new francophone point of view. A magazine that entertains, informs, and comments on French-Canadian social and cultural finds. TFO 24.7 presents artisans, artists, youths, entrepreneurs, leaders, and many others who breathe life into French-Canadian culture from coast to coast. Stories, features, interviews, humour, and opinion videos: a show that offers an authentic look on our French-Canadian identity.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

The Yurt: Increasingly Popular in Ontario

Yurts, round tents used for over a century in Mongolia, are gaining popularity in North America. Inexpensive and easy to build, yurts are an interesting alternative to cottages and are attracting an increasing number of “glamping” fans. Some people even live in them all year round, while businesses use them as boutiques or work spaces. Yurta, an Ontario company located near Pickering, jumped on the opportunity that yurts presented. A report by Andréanne Baribeau, with the collaboration of Renaud Lafond.

Images: Heatherton, Stefan_Fotos, Ahora Valley, Lauren Knapp, Yurta (Patrick Ladisa)

Réalisateurs: Andréanne Baribeau, Renaud Lafond
Production year: 2016

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

PHILIPPE COUTON, propriétaire d’une yourte, accorde une entrevue. Il se trouve à l’intérieur d’une yourte.


PHILIPPE COUTON

Il y a quelques années, on a

acheté un terrain parce qu’on

aime la nature et puis on aime

être à l’extérieur. On venait

camper au début tout simplement.

On s’est renseignés sur ce qu’on

pourrait construire. La yourte

semblait une solution idéale.

Donc, on a acheté la yourte l’an

dernier, à la fin de l’année

dernière. Cette yourte, c’était

pour nous surtout. Pour venir

les fins de semaine avec les

enfants. Mais en même temps,

bon, c’était une façon

de récupérer un peu de

l’investissement, de la louer

de temps en temps. Et ça marche

assez bien. Donc, elle est

listée sur Airbnb, ce grand site

de location personnelle.

C’est surtout des amateurs

de la nature, surtout des gens

de Toronto, quelques personnes

d’Ottawa qui viennent ici. Pour

eux, c’est intéressant parce

qu’il y a une rivière, il y a

un canot. Ils ont pas besoin

d’amener leur matériel

de camping avec eux.


PATRICK LADISA, président de Yurta, accorde une entrevue.


PATRICK LADISA

Moi, je dirais que depuis

trois, quatre ans, la popularité

des yourtes augmente énormément.

Ce qu’on voit chez nos clients,

c’est des gens qui veulent

retourner en nature, qui sont

urbanisés, qui s’ennuient de

la nature, mais qui veulent pas

aller dans une tente,

coucher par terre. Ils veulent

un certain niveau de confort.


PATRICK LADISA se retrouve ensuite près d’une yourte et il l’a décrit, avant d’en faire la visite.


PATRICK LADISA

(Poursuivant l’entrevue)

On se trouve devant une

yurta de 17 pieds, 226 pieds carrés.

Elle est bien installée sur une

plateforme ronde. C’est ça qui

permet vraiment à la yourte

d’être bien installée,

d’être chauffée effectivement

tout l’hiver.

Allons voir à l’intérieur.

Pour nous, une yourte, c’est

une tente. Alors, c’est une

ossature, c’est un revêtement

de toile. Et c’est quelque chose

qui est très, très léger et qui

est censé te rapprocher de

la Terre, de te rapprocher de

la nature. Et puis, c’est beau,

dans le fond. C’est quelque

chose, pour nous, qui est très,

très beau. C’est fort probable

que nos ancêtres vivaient pas

mal tous dans des habitations

rondes. Alors, quand les gens

rentrent dans cet espace-là,

il y a une connexion qui est

vraiment... qui est profonde

pour eux. Ils ne la comprennent

même pas, mais ils se sentent

à l’aise dans la yourte

tout de suite.

Alors, on voit de plus en plus

de yourtes dans les villes, dans

les centres urbains, dans les

restos. Et on voit vraiment des

entreprises qui embarquent dans

ça aussi, qui voient la beauté

de la yourte et qui veulent

l’offrir à leurs clients aussi.


Des images de gens en Mongolie qui montent une yourte au milieu de la plaine sont présentées.


PHILIPPE COUTON

(Poursuivant l’entrevue)

La yourte d’origine, c’est

utilisé en Mongolie donc. Et

l’usage que nous, on en fait

est tout à fait différent

de celui que font ces peuples

mongols qui l’utilisent pour

des raisons pratiques aussi.

Pour suivre un troupeau, pour se

déplacer sur les steppes. Donc,

c’est vrai qu’il y a ce lien

avec ces traditions-là.


Des photos de différentes yourtes défilent.


PATRICK LADISA

(Poursuivant l’entrevue)

Une yourte qui est faite

en Mongolie, c’est sûr que

c’est pas adapté à notre climat.

Ce sont des yourtes qui sont

faites pour un climat très sec.


PATRICK LADISA est avec une dame qui s’occupe de coudre une toile.


PATRICK LADISA

(Poursuivant l’entrevue)

Alors, nous, on a vraiment passé

beaucoup de temps à développer

une toile pour qu’elle soit

étanche, mais qu’elle respire

pareil. Dans la tradition,

c’est des matériaux naturels

qu’on utilise. Alors, nous

aussi, on utilise les matériaux

les plus naturels qu’on puisse

se servir, dont l’isolant

de laine pure. L’ossature

est faite de bois.


PHILIPPE COUTON

(Poursuivant l’entrevue)

C’est agréable, parce qu’il y

a les avantages d’une tente avec

le double avantage que c’est

beaucoup plus solide. S’il y a

une grosse tempête ou s’il pleut

ou s’il fait très froid à

l’extérieur, on est quand

même beaucoup mieux protégés

que dans une tente légère

et normale comme en camping.

Ce qui nous intéressait un

petit peu aussi, c’est moins

réglementé. Il y a pas besoin de

permis de construire, il y a pas

de besoin de préparer tout

un site aussi comme une vraie

maison ou un chalet.


Plusieurs photos de différents types de yourtes défilent.


PATRICK LADISA

(Poursuivant l’entrevue)

C’est sûr qu’on vit dans

un abri qui est revêtu de toile,

alors, il y a des gens qui

s’inquiètent un peu pour la

sécurité. L’ajustement principal

que les gens font, surtout

en Amérique du Nord, c’est qu’on

vit dans un monde de surplus,

ici, et d’excès. Et la yourte,

c’est l’ultime simplicité et

de ce qu’il y a de plus minime.

Alors, c’est un gros ajustement

pour certaines gens, c’est sûr.


PHILIPPE COUTON

(Poursuivant l’entrevue)

Je crois que c’est vraiment

une très bonne expérience.

Il faudra voir au long terme

aussi, mais pour l’instant,

ça en vaut largement la peine.




Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Documentary
  • Category Education
  • Category Entertainment
  • Category Fiction
  • Category Music
  • Category Report

Résultats filtrés par