Universe image Wendy Universe image Wendy

Wendy

Wendy is the kind of girl who makes a great best friend, with her big heart and positive approach to life.  Modern and fun loving, she likes hanging out with her friends chatting about fancying boys and even falling in love. Horses are her passion and she has a special way with them that some people call a 'sixth sense'.

Share

A plugin is needed to display this content

https://get.adobe.com/flashplayer/

The Investigation

Wendy and Christian are racing in the woods when Sultan panics and runs off. He`s then accused of injuring a girl during his flight. Afraid he might lose his horse, Christian lashes out on Wendy.



Production year: 2012

Accessibility
Change the behavior of the player

VIDEO TRANSCRIPT

Wendy est une jeune fille passionnée d'équitation qui nous entraîne dans ses aventures au cœur du monde hippique, vibrant au rythme de la compétition.

Début chanson thème


CHANTEUSE

♪ Rose Vallée

c'est l'endroit rêvé

Du matin jusqu'au soir

Wendy attend de nous y voir

On va vraiment s'amuser

Des chevauchées endiablées

C'est l'aventure

toute la journée

Allons jusqu'aux écuries

Pour faire la fête

c'est parti allez ♪♪

(Fin chanson thème)

(Début information à l’écran)

(L'enquête)

(Fin information à l’écran)

(WENDY et CHRISTIAN galopent à vive allure.)


[CHRISTIAN:] Bon alors, tu acceptes

ta défaite?


[WENDY:] Ha! Tu rêves ou quoi?
[CHRISTIAN:] C'est vrai que Déesse n'est

pas si nulle que ça...

pour une jument américaine.


[WENDY:] Oh, tu veux voir ce qu'elle a

dans le ventre? Regarde.


[WENDY dépasse à ce moment CHRISTIAN. Un peu plus loin, HENRIETTE photographie des oiseaux. WENDY et CHRISTIAN s'approchent d'elle à vive allure. [WENDY:] Attention!
[HENRIETTE:] Ah!

HENRIETTE évite de justesse WENDY et CHRISTIAN, mais trébuche sur une pierre et chute par terre. Au même moment, un vol d'oiseaux passe près de CHRISTIAN qui tombe à la renverse dans un buisson.


[CHRISTIAN:] Ah...

HENRIETTE et CHRISTIAN se relèvent.


[WENDY:] Tout va bien?

Rien de cassé?


[CHRISTIAN:] Ça va.
[HENRIETTE:] Je suis juste un peu sonnée.
[WENDY:] Je suis vraiment désolée,

grand-mère. On dirait que

tu t'es battue avec ce buisson.

(WENDY se tourne ensuite vers CHRISTIAN.)



[WENDY:] Tu es tout égratigné,

mon pauvre.



CHRISTIAN

Écoute, je t'ai dit que ça

allait, c'est clair?


[WENDY:] Eh bien, tant mieux.

Parce que Sultan n'est plus là.

Il a détalé.


[CHRISTIAN:] C'est pas vrai! Grrr!

Tout ça, c'est ta faute, Wendy!

C'est elle qui m'a poussé

à faire la course.



WENDY

Parce que pendant toute la

balade, tu t'es moqué de Déesse.



HENRIETTE

Arrêtez de vous rejeter

la faute, les enfants. C'est

dangereux de faire la course

en forêt. Et vous le savez

aussi bien l'un que l'autre.

(HENRIETTE se penche alors pour prendre son appareil photo tombé sur le sol.)


[WENDY:] Il est abîmé?

HENRIETTE

J'espère bien que non.

Il appartient à la Société de

protection de la nature

d'Old Bury. Je prends des

photos d'oiseaux pour la

collecte de fonds qui a lieu

bientôt.


HENRIETTE examine l'appareil et prend un cliché.


[HENRIETTE:] Il a l'air de marcher.

Dépêchez-vous de retrouver Sultan.


Un peu plus tard, WENDY et CHRISTIAN sont à la recherche de SULTAN.



CHRISTIAN

Je comprends pas où il peut être.

On a regardé dans tous les coins.


[WENDY:] Ça fait au moins dix fois

que je te dis qu'il a dû rentrer

tout seul à l'écurie.


[CHRISTIAN:] Et s'il est pas là-bas?

Je ne peux pas retourner

au club sans lui.


[WENDY:] Ce ne serait pas plus simple

d'appeler pour demander s'il y est?



[CHRISTIAN:] Hors de question.

Ce cheval vaut une fortune.

Mes parents

deviendraient complètement

dingues s'ils savaient que je

l'ai laissé s'échapper.


[WENDY:] Sultan est un animal très

intelligent. Et il connaît bien

cette forêt. Où veux-tu qu'il

aille sinon au club?


[CHRISTIAN:] Hum. Bon, très bien.

Allons-y.


Un peu plus tard, CHRISTIAN et WENDY sont de retour au ranch. FLAVIO et le PÈRE DE WENDY s'occupent de SULTAN.



[CHRISTIAN:] Sultan!
[WENDY:] Alors, tu vois, je t'avais

bien dit qu'il serait ici.



[PÈRE DE WENDY:] Il est arrivé

il y a une dizaine de minutes et

j'étais sur le point de partir

à ta recherche.


[CHRISTIAN:] Il va bien?
[FLAVIO:] Ouais, ça va.

Il est juste un peu inquiet.


[PÈRE DE WENDY:] Que s'est-il passé?
[WENDY:] Eh bien, euh...

on se promenait et...



[CHRISTIAN:] Un oiseau

s'est brusquement envolé.

Sultan a été surpris et a paniqué.



PÈRE DE WENDY

Ça arrive quelques fois.

L'important c'est que personne

n'ait été blessé.


[CHRISTIAN:] Merci. Je vais m'en occuper

maintenant.

(Le PÈRE DE WENDY et FLAVIO s'éloignent. WENDY flatte SULTAN.)


[WENDY:] T'es rentré à la maison tout

seul comme un grand, pas vrai mon beau?



[CHRISTIAN:] Oui, bon, d'accord.

T'avais raison. C'est ce que tu veux

m'entendre dire, Wendy?


[WENDY:] Non. Je suis simplement

contente qu'il aille bien.


[CHRISTIAN:] Et si c'était pas le cas?

Ce serait entièrement de ta faute.


[WENDY:] Pourquoi tu répètes ça

sans arrêt? Toi aussi t'as fait

la course, je te signale.

Un petit merci, en revanche,

aurait été le bienvenu.

(Un peu plus tard, JERRY est dans l'enclos d'exercice avec BAJAN et WENDY.)


[JERRY:] Ah. Bajan n'est pas dans

son état normal.


[WENDY:] Qu'est-ce que tu veux dire?
[JERRY:] Il est un peu faible et assez

nerveux. Tu sais ce qu'il a?


[WENDY:] Il a l'air de se déplacer

normalement. Fais-lui faire le

parcours pour voir.


[JERRY:] Tu as entendu?

C'est parti, mon beau!


JERRY s'élance sur le parcours d'obstacles. Au premier obstacle, BAJAN freine brusquement.


[JERRY:] Wô! Tout doux.

Tu vois ce que je disais.

Je ne peux rien faire. Il est

comme ça depuis ce matin.


[WENDY:] Ouais, c'est vrai que ça ne

lui ressemble pas.

(Soudain, JERRY et WENDY entendent une voix forte au loin. Au même moment, M. GIBBS discute avec le PÈRE DE WENDY, le PÈRE DE CHRISTIAN, CÉLESTE et CHRISTIAN qui tient SULTAN en bride.)

[M. GIBBS:] Je n'ai aucune

raison de me calmer!

Je me suis douté que ce cheval

appartenait à ce club étant

donné que c'est le seul

dans les parages.

(WENDY s'approche à ce moment d'eux.)


[WENDY:] Mais qu'est-ce qui se passe?

PÈRE DE WENDY

Monsieur Gibbs accuse Sultan

d'avoir blessé sa fille tout

à l'heure dans la forêt.


[WENDY:] Comment c'est arrivé?

(M. GIBBS)

Nous habitons à deux pas

d'ici. Céleste revenait de chez

une amie. Pour rentrer plus

vite, elle a emprunté un

sentier qui longe la forêt

quand tout à coup, ce monstre

a surgi et l'a projetée à terre.


WENDY (à CÉLESTE)

Tu es bien certaine que c'est

ce cheval qui t'a fait tomber?


[CÉLESTE:] Hum-hum. Oui. C'est sûr.

C'est ce cheval. C'est lui qui

m'a fait tomber.

(CÉLESTE se colle contre les jambes de M. GIBBS en sanglotant.)


[M. GIBBS:] Il n'y a pas de doute.

Elle l'a reconnu. Alors, soyez

gentil d'arrêter avec vos

questions et laissez-la

tranquille. Elle est encore

sous le choc.


[WENDY:] Quand est-ce que ça a pu

se passer?


[CHRISTIAN:] Quand il m'a échappé.

Tout à l'heure.



PÈRE DE CHRISTIAN

Je n'étais pas au courant

de cette histoire.



PÈRE DE WENDY

Sa petite escapade n'a pas

duré bien longtemps, vous savez.



PÈRE DE CHRISTIAN

Je suis le propriétaire et

en tant que tel, je suis prêt

à payer pour le préjudice.

[M. GIBBS:] Je ne veux pas de votre

argent. Je veux que ce cheval

quitte définitivement le club

de Rose Vallée et au plus tôt.


[CHRISTIAN:] C'est pas possible.

Vous plaisantez?


[WENDY:] Sultan ne ferait pas de mal

à une mouche, voyons.

[M. GIBBS:] Vous croyez? Eh bien, sachez

que je vais porter cette affaire

devant les tribunaux.

Immédiatement.


M. GIBBS et CÉLESTE s'éloignent.



PÈRE DE CHRISTIAN

Allez, à la maison.


Un peu plus tard, dans l'écurie, BAJAN hennit bruyamment devant FLAVIO, WENDY et JERRY.


[FLAVIO:] Euh, j'ai remarqué que Bajan

n'était pas le seul. Finaud

aussi se comporte bizarrement.


CARRIE (voix hors champ)

Aïe!

(FLAVIO, WENDY et JERRY courent vers CARRIE qui est à quelques mètres.)


[JERRY:] Hein?
[CARRIE:] Pablo m'a mordu la main.
[WENDY:] Ma pauvre. Ça va?
[CARRIE:] Ouais. Mais c'est la

première fois qu'il fait ça.


[JERRY:] C'est peut-être un virus qui

les met dans cet état.


[FLAVIO:] Il n'y a qu'un moyen de le

savoir. Il faut appeler Stéphanie.

(Quelques instants plus tard, WENDY est seule avec SULTAN.)


[WENDY:] T'as entendu ça, mon beau?

Tu n'es pas le seul à avoir

des problèmes en ce moment.

(HENRIETTE s'approche à ce moment avec PAULIE.)



[WENDY:] Où est-ce que tu vas

comme ça, grand-mère?


[HENRIETTE:] Au magasin d'antiquités.

Il faut que je remplace ta mère.


[WENDY:] Oui, c'est vrai. Elle est

partie à un salon d'antiquaires.


[HENRIETTE:] Je dois t'avouer que ça ne

m'arrange pas tellement.

Je suis déjà débordée avec

la collecte de fonds.


[WENDY:] Est-ce que je peux faire

quelque chose?


[HENRIETTE:] Tout à fait. Va voir

Christian et propose-lui ton aide.


[WENDY:] Alors, là, il n'en est pas

question. Il veut me mettre

toute cette histoire sur le dos.


[HENRIETTE:] Il est effondré, Wendy.

Comment réagirais-tu s'il

s'agissait de Déesse ou de Penny?


[WENDY:] Hum. Je crois que je serais

dans tous mes états.



[HENRIETTE:] C'est vraiment fâcheux

ce qui est arrivé, mais M. Gibbs

est un homme sage et réfléchi.

C'est ce qu'on m'a dit en tout cas.


[WENDY:] Tu le connais?
[HENRIETTE:] Pas personnellement, mais,

c'est un des membres de la

Société de protection de la

nature et je sais que ce sont

tous des gens très biens.

Je suis convaincue qu'il y a

un moyen d'arranger les choses.


[WENDY:] Bon, d'accord, je vais parler

à Christian, mais c'est pas

gagné d'avance.


Quelques instants plus tard, WENDY s'approche de CHRISTIAN dans la maison du ranch.



[WENDY:] Salut, Christian.

Qu'est-ce que tu regardes?


[CHRISTIAN:] Les annonces des gens

qui vendent leurs chevaux.

Ça se voit pas?


[WENDY:] Je peux savoir pourquoi?

[CHRISTIAN:] L'avocat de

monsieur Gibbs a appelé le club.

Plus personne n'a le droit

de monter Sultan.

Donc, mes parents m'ont dit de

me trouver un nouveau cheval.

Il ne faudrait pas que je rate

un jour d'entraînement.


[WENDY:] Non, c'est vrai? C'est

la seule chose qui les

préoccupe dans tout ça?


[CHRISTIAN:] Oh, attends, y a encore

mieux. Selon eux, je suis

l'unique responsable de ce qui

est arrivé.


[WENDY:] Je suis désolée pour toi,

Christian. Je te le dis sincèrement.


[CHRISTIAN:] Ils ont investi une telle

somme d'argent dans Sultan.

Ça va être un sacré coup dur

pour eux si jamais il est... ah.


[WENDY:] Ils t'ont dit quand l'affaire

serait jugée?


[CHRISTIAN:] Dans deux jours.
[WENDY:] Dans deux jours? Comment

ça peut aller aussi vite?



[CHRISTIAN:] Monsieur Gibbs a

des relations influentes. Il a pu faire

accélérer la procédure.

Mes parents disent que ça

s'annonce mal.


[WENDY:] Mais les coupables dans

l'histoire, c'est nous.

Toi et moi. C'est pas Sultan.

Il faut à tout prix qu'on le

sorte de là en prouvant qu'il

est innocent.


[CHRISTIAN:] Et comment on fait ça?

Dis-moi.


[WENDY:] J'en ai aucune idée. Mais en

tout cas, on doit essayer.


[CHRISTIAN:] À quoi bon se fatiguer?

C'est trop tard.


[WENDY:] Y a un truc qui va pas

chez toi. On dirait que ça ne

te fait ni chaud ni froid

alors que tu devrais te battre

pour ton cheval!


[CHRISTIAN:] Tu n'as aucune leçon à me

donner, Wendy! Va-t'en.


[WENDY:] Excuse-moi de vouloir

t'apporter mon soutien dans

cette épreuve.


[CHRISTIAN:] Je te remercie, mais je crois

que t'en as assez fait comme ça.


[WENDY:] Tu me déçois beaucoup!

Sultan lui, ne t'abandonnerait

jamais aussi facilement.

(WENDY quitte la maison. CHRISTIAN se frotte la tête en soupirant. Un peu plus tard à l'écurie, la VÉTÉRINAIRE examine BAJAN devant JERRY, CARRIE et FLAVIO.)



VÉTÉRINAIRE

La bonne nouvelle c'est

que Bajan, Finaud et Pablo sont

en très bonne santé... physique.


[FLAVIO:] Et la mauvaise nouvelle?
[VÉTÉRINAIRE:] Eh bien, je pense qu'ils

souffrent de troubles du sommeil.


[JERRY:] Vous croyez qu'ils font...

des insomnies?


[VÉTÉRINAIRE:] Oui. En quelque sorte.

Il se trouve que leurs boxes

sont toutes dans le même coin

de l'écurie.


[CARRIE:] Mais alors, euh...

À quoi est-ce que c'est dû?


[VÉTÉRINAIRE:] Je n'en sais rien.

Mais je suis pratiquement

certaine que quelque chose

les empêche de dormir la nuit.


[FLAVIO:] Eh bien... il n'y a qu'une

façon de savoir ce que c'est.


[JERRY:] Il faut surveiller les lieux

toute la nuit. Wou!


[CARRIE:] Génial. On se retrouve

à quelle heure?


[FLAVIO:] Euh... ce genre d'opération,

ça peut être, euh...

ça peut faire très peur.


[JERRY:] Ouais, c'est plus un...

un truc de mecs. Enfin, tu vois?


CARRIE, offusquée, sort du ranch. Le soir venu, WENDY imprime une photo de SULTAN sur son imprimante. CARRIE est à ses côtés.


[WENDY:] C'est gentil de m'avoir donné

cette belle photo de Sultan.


[CARRIE:] C'est bien normal.

Crois-moi, avec cette affiche,

l'information va circuler.

Si des gens ont vu ce qui s'est

passé, je suis sûre qu'ils appelleront.


[WENDY:] Ouais. En espérant que ce

soit avant le jugement.


[CARRIE:] Une seconde. Pourquoi

y a pas le numéro de portable

de Christian?


[WENDY:] Parce qu'il a baissé les

bras. Il trouve ça inutile.


Le PÈRE DE WENDY cogne alors à la porte de la chambre.



[WENDY:] Oui, entrez.

(Le PÈRE DE WENDY entre.)



PÈRE DE WENDY

Qu'est-ce que vous faites

encore debout? Vous savez

l'heure qu'il est, les filles?


[WENDY:] Oui, mais c'est pour la bonne

cause, papa.



[PÈRE DE WENDY:] Oh, je vois.

C'est bien. Je suis fier de vous.

Il faut essayer de le sauver.

Mais tâchez de finir au plus

vite, c'est compris?

(Le PÈRE DE WENDY sort de la chambre. CARRIE prend alors un sac de couchage et s'apprête à sortir.)


[WENDY:] Où est-ce que tu vas

comme ça?

(CARRIE pointe vers l'écurie où se dirigent FLAVIO et JERRY avec leur sac de couchage.)


[WENDY:] Tu vas surveiller l'écurie?
[CARRIE:] Je vais infiltrer l'opération.

Un peu plus tard pendant la nuit, FLAVIO ronfle dans son sac de couchage. JERRY le pousse du bras. FLAVIO s'éveille alors en sursaut.


[JERRY:] Hé!
[FLAVIO:] Je suis réveillé. Je suis

réveillé! Je me reposais juste

un peu les yeux, c'est tout.


Soudain, ils entendent des bruits métalliques.


[FLAVIO:] T'entends ça, Jerry?
[JERRY:] Je crois que quelque chose

s'approche.


Un rire démoniaque se fait entendre. CARRIE surgit avec une lampe de poche allumée sous le menton. FLAVIO et JERRY crient d'effroi.


[CARRIE:] Ha! Ha! Je vous ai eus!
[FLAVIO:] Hein? Carrie?
[CARRIE:] Je savais pas que les mecs

pouvaient avoir la trouille à ce point.


[FLAVIO:] On peut savoir

ce que tu fais ici?


[CARRIE:] Pablo est mon cheval et

c'est chez moi ici. Donc

je vais rester, que ça vous

plaise ou non.


Un peu plus tard pendant la nuit, des hurlements de loups se font entendre.


[JERRY:] C'est vraiment trop barbant.

Je rentre me coucher.


Des couinements se font entendre à ce moment.


[FLAVIO:] Carrie, est-ce que...?
[CARRIE:] Euh, non, c'est pas moi.

En tout cas, pas cette fois.


Les couinements se font entendre de nouveau. Ils sortent de leur sac de couchage en criant.


[EN CHOEUR:] Ah!

(CARRIE allume sa lampe de poche vers le plafond de l'écurie. Plusieurs chauves-souris y volent.)


[CARRIE:] Ha! Ha! Venez voir par là.
[FLAVIO:] Des chauves-souris?

Ils rient en choeur. Le lendemain matin, FLAVIO, JERRY et CARRIE bâillent autour de la table de la cuisine en se frottant les yeux. WENDY s'approche d'eux et leur montre l'affiche d'information sur SULTAN.


[JERRY:] Formidable.
[WENDY:] Bien dis donc, ça fait plaisir

de voir autant d'enthousiasme.


[JERRY:] Je suis désolé, mais on a

passé une nuit épuisante.


[WENDY:] Vous avez découvert ce qui

perturbe les chevaux?


[CARRIE:] Des chauves-souris.
[FLAVIO:] Maintenant, il faut trouver

un moyen de s'en débarrasser.

Euh, vous avez des idées?


[WENDY:] Demande à Henriette.
[CARRIE:] Bonne chance pour ta petite

enquête.


WENDY sort à ce moment de la cuisine. À l'extérieur, elle salue HENRIETTE qui s'éloigne du ranch en carriole.


[HENRIETTE:] Je suis en retard.

Je dois aller au magasin.

(CHRISTIAN s'approche à ce moment.)


[WENDY:] Ah, Christian?
[CHRISTIAN:] Je... je viens t'aider.

C'est pas trop tard? Hum, c'est pas mal.

Non, en fait, c'est parfait.

Alors, on commence par où?


Un peu plus tard, WENDY et CHRISTIAN collent et distribuent des affiches d'information sur SULTAN. Plus tard, ils posent leur dernière affiche sur un arbre en forêt.


[WENDY:] C'est notre dernière affiche.

[CHRISTIAN:] On peut dire que la boucle

est bouclée, puisque c'est ici que

tout a commencé.


[WENDY:] Lorsque Sultan s'est enfui.
[CHRISTIAN:] Bah, ça fait déjà plusieurs

heures. Quelqu'un aurait dû

nous contacter depuis le temps.


[WENDY:] T'en fais pas. Poser les

affiches, ce n'est que la

première étape de mon plan.



[CHRISTIAN:] Parce que ton

plan est en plusieurs étapes?


[WENDY:] Hum-hum. Qu'est-ce que

tu crois? Maintenant, nous

devons en parler à autant de

personnes que possible.

Y a forcément quelqu'un qui a

vu quelque chose. J'en mettrais

ma main au feu. Le tout, c'est

qu'on trouve ce témoin.


[CHRISTIAN:] Hum. Ce serait sans doute

plus efficace et plus rapide si on se sépare.


[WENDY:] Pourquoi pas?
[CHRISTIAN:] Tu m'appelles, promis?
[WENDY:] Ouais. à la seconde où il y a

du nouveau.


[CHRISTIAN:] Moi aussi. Oh, attends.

Et si jamais ce soir on en est

au même point?


[WENDY:] On se retrouve ici à la

première heure demain.

On essayera de refaire

le chemin que Sultan a emprunté

pour rentrer.



[CHRISTIAN:] Ça roule.

(WENDY et CHRISTIAN s'éloignent à bicyclette. Pendant ce temps, JERRY, FLAVIO et CARRIE marchent dans la forêt avec de grosses boîtes entre les mains.)



[CARRIE:] Vous avez demandé

conseil à Henriette?


[FLAVIO:] Non. Elle était déjà partie.
[JERRY:] C'est pas grave. On peut

régler le problème tout seul.


[CARRIE:] En tout cas, vous avez bien

fait d'enfiler des gants.

J'ai lu sur Internet que les

chauves-souris peuvent mordre

si elles se sentent en danger.



[FLAVIO:] Ça, ça m'étonnerait.

Ce sont des petites créatures

inoffensives. Ici, c'est pas

mal. Allez, il est temps de les

libérer.


FLAVIO et JERRY déposent les boîtes au sol, puis les ouvrent. Les chauves-souris s'échappent. FLAVIO crie et se jette à plat ventre.


[CARRIE:] Ha! Ha! Ha! Ne crains rien,

elles ont un bon sonar. Y a

peu de chance qu'elles

s'empêtrent dans ta superbe

coiffure, Flavio.


[JERRY:] Allons, n'aie pas peur de ces

petites créatures inoffensives.


Une chauve-souris passe à ce moment près de JERRY. JERRY crie et se jette à plat ventre.


[FLAVIO:] Qu'est-ce que tu disais?
[CARRIE:] Debout. C'est fini.

En espérant que ça va marcher.


[JERRY:] Y a pas de raison.
[CARRIE:] Eh bien, j'ai lu que les

chauves-souris retournaient

parfois aux endroits qu'elles

aimaient particulièrement.


[FLAVIO:] Pas cette fois

C'est définitivement réglé.

J'en suis sûr et certain.

Ah, il fallait nous voir

aujourd'hui.

(Le soir venu, CARRIE, FLAVIO, JERRY et WENDY s'occupent des chevaux à l'écurie.)


[JERRY:] On fait une super équipe

anti chauve-souris.



[FLAVIO:] Les chevaux vont enfin

dormir correctement cette nuit.


[WENDY:] Génial! Voilà au moins

un problème de réglé.


Le cellulaire de WENDY sonne à ce moment. Elle répond.


[WENDY:] Allô? Ah, salut Christian.

Non. Désolée. Personne n'a

rien vu. Non, sinon je t'aurais

appelé comme j'avais dit.

Ouais, c'est ça. à demain matin

alors.

(WENDY raccroche.)


[WENDY:] Il est complètement

paniqué. On n'a toujours pas

trouvé de témoin.


[JERRY:] Qu'est-ce que

vous comptez faire?


[WENDY:] Le jugement doit être rendu

demain. Ah, je commence à me

dire que c'est fichu.


[CARRIE:] Hum?

PABLO hennit légèrement. CARRIE flatte PABLO.



[CARRIE:] Tout doux, mon beau.

(CARRIE lève ensuite les yeux et voit des chauves-souris qui volent près du plafond de l'écurie.)


[CARRIE:] Là. Ah, je vous l'avais dit.
[JERRY:] On fait quoi maintenant?
[FLAVIO:] Ça, je n'en ai aucune idée.

Mais ce qui est sûr, c'est

qu'il faut se débarrasser

de ces bestioles.


Le lendemain matin, WENDY approche de CHRISTIAN à bicyclette.


[CHRISTIAN:] T'es en retard.
[WENDY:] Désolée. C'est parce que

j'ai interrogé quelqu'un

qui se promenait.


[CHRISTIAN:] Et alors?
[WENDY:] Il a rien vu qui pourrait

nous être utile.


[CHRISTIAN:] On n'a aucune piste.

Je savais que cette enquête

nous mènerait nulle part.


[WENDY:] Ouais, enfin toi, t'avais

même pas de plan à proposer,

je te signale.


[CHRISTIAN:] Admets-le. C'est fini.

Y a plus d'espoir.


[WENDY:] Hé! Moi aussi je suis en

colère, mais c'est pas une

raison pour polluer la nature.

(CHRISTIAN lance alors une affiche d'information au loin. L'affiche est emportée par le vent et reste pris dans une branche d'arbre. WENDY tente en vain de récupérer l'affiche.)



[CHRISTIAN:] Laisse-moi faire.

(WENDY remarque alors un appareil photo fixé à l'arbre.)


[WENDY:] Regarde là-haut.

T'as vu ça?



[CHRISTIAN:] Pourquoi on a mis

un appareil photo dans cet arbre?


[WENDY:] Pour prendre des photos,

ça tombe sous le sens, non?

Y en a un autre dans celui-là.

(WENDY pointe vers un autre arbre.)


[WENDY:] Ils ont des détecteurs de

mouvement.


[CHRISTIAN:] Et alors?
[WENDY:] J'ai une idée. Suis-moi!

[CHRISTIAN:] Attends!

Où est-ce qu'on va?


Un peu plus tard, WENDY et CHRISTIAN approchent du magasin d'antiquités.


[CHRISTIAN:] Le magasin d'antiquités

de ta mère? Pourquoi?


[WENDY:] Il faut que je parle

à ma grand-mère.

(Ils entrent dans le magasin.)



HENRIETTE

Je présume que vous n'êtes pas

là pour chiner les enfants.


[WENDY:] Il y a plusieurs appareils

photo dans la forêt.

Est-ce qu'ils sont à toi?


[HENRIETTE:] Ils sont à la Société de

protection de la nature.

Ils sont équipés de détecteurs

de mouvement. Ce qui nous

permet d'obtenir des photos

d'oiseaux pour la collecte de

fonds tout en tenant le magasin.


[WENDY:] Dis-moi, y a longtemps que

tu les as posés?


[HENRIETTE:] Ça va faire deux jours.

C'est pour ça que j'étais dans

la forêt lorsque vous avez

failli me renverser.


[WENDY:] Est-ce que tu as pu obtenir

des photos depuis?


[HENRIETTE:] Oui, bien sûr. J'en ai

beaucoup. J'ai posé des

appareils partout. J'étais

justement en train d'imprimer

les clichés les plus intéressants.


[WENDY:] Tu peux nous les montrer?

S'il te plaît.



[HENRIETTE:] Avec plaisir.

Mais qu'est-ce que vous cherchez

exactement?


[WENDY:] Il se peut que sur

ces photos...



[CHRISTIAN:] On voit ce

qui est réellement arrivé à Sultan.



[HENRIETTE:] Ah! Eh bien, tenez,

les voilà. Je n'ai pas encore eu le temps

de toutes les trier.

(WENDY regarde alors plusieurs photos.)


[WENDY:] Regardez! C'est Sultan, j'en

suis sûre.

(SULTAN et CÉLESTE sont sur quelques photos.)


[WENDY:] Ah... On dirait bien

que Céleste a essayé

de le monter.



[CHRISTIAN:] Le panneau qu'on voit

sur la droite est sur un chemin qui

est tout près de l'écurie.


[HENRIETTE:] En effet. Je l'ai posé là

il y a longtemps pour que

les gens ne perturbent pas

les oiseaux qui nichent dans

cette zone.


[WENDY:] Donc, Sultan était presque

arrivé quand Céleste l'a

trouvé. Vous avez vu?

Le panneau est le même sur

toutes les photos. Ce qui veut

dire que Sultan n'a pas bougé

d'un centimètre. Il ne l'a pas

jetée à terre. En fait, Céleste

est tombée toute seule.

Sultan n'y est absolument

pour rien.


[CHRISTIAN ET WENDY:] Ouais!
[HENRIETTE:] Beau travail. Vous pouvez

être fiers de vous.



[WENDY:] Tu veux bien nous imprimer

ces photos?

(Le cellulaire de WENDY sonne à ce moment.)


[WENDY:] Oui, allô?
[CARRIE:] Ça y est, le jugement a été

prononcé. Ils sont en train

d'emmener Sultan.



[WENDY:] Tu dois à tout prix les en

empêcher, Carrie. Fais ce

que tu peux pour les retenir.

Nous avons enfin la preuve

que Sultan est innocent.

Il faut y aller. Dépêchons-nous.


WENDY prend les photos que lui tend HENRIETTE, puis s'élance à la course avec CHRISTIAN jusqu'à leur vélo.


[WENDY:] Regarde, t'as un pneu crevé.
[CHRISTIAN:] Ah! On n'a pas le temps de

le réparer. Tant pis. Je reste. Vas-y sans moi.


[WENDY:] Non, il n'en est pas question.

On va sauver Sultan

tous les deux.

(HENRIETTE s'approche d'eux à ce moment.)


[HENRIETTE:] Vous pouvez prendre

la carriole. Elle est juste derrière.


[WENDY:] Allez, viens.

WENDY et CHRISTIAN montent à bord de la carriole tirée par PAULIE.


[WENDY:] On rentre à la maison, Paulie.

On doit y être le plus vite possible.

Grimpe!


[CHRISTIAN:] Est-ce qu'au moins tu sais

comment on conduit cet engin?


[WENDY:] On va le savoir très bientôt.

Moi, si j'étais à ta place,

je m'accrocherais.


[CHRISTIAN:] Oh euh, c'est gentil, mais,

je crois que ça va aller.


[WENDY:] D'accord. Comme tu voudras.

WENDY s'élance et CHRISTIAN perd l'équilibre.


[CHRISTIAN:] Oh! Oh!

Euh, t'as peut-être raison, en fait.


Un peu plus tard, CARRIE, le PÈRE DE WENDY, le PÈRE DE CHRISTIAN, M. GIBBS et CÉLESTE regardent SULTAN alors qu'il est conduit dans un camion.


[PÈRE DE WENDY:] Je suis sûr qu'on peut

trouver une autre solution.



PÈRE DE CHRISTIAN

Que diriez-vous si je doublais mon offre?

[M. GIBBS:] Je vous l'ai déjà dit,

ce n'est pas l'argent qui

m'intéresse. Je veux simplement

être assuré que ce monstre ne

sera plus dans les parages et

qu'il ne sera plus susceptible

de blesser nos enfants.


[CARRIE:] Mais... ma soeur m'a appelée

et elle m'a dit qu'elle avait

la preuve que Sultan était innocent.

[M. GIBBS:] Eh bien, ta soeur doit faire

erreur. Ma fille, Céleste,

a formellement reconnu cet animal.


Alors que le camion emportant SULTAN est sur le point de partir, WENDY et CHRISTIAN arrivent en carriole.


[WENDY:] Attendez!

WENDY court vers M. GIBBS et lui tend les photos.


[WENDY:] Regardez ça, monsieur Gibbs. [M. GIBBS:] Ah...

Qu'est-ce que... je n'y

comprends rien. Céleste,

tu peux m'expliquer ce qu'on

voit sur ces photos?



WENDY (honteuse)

Ah, vraiment, je suis

désolée. Je voulais pas causer

tous ces problèmes. Mais ce

cheval était si gentil, j'avais

pas peur une seconde.

Je voulais juste faire un tour

avec lui, mais je savais que

tu voudrais jamais parce que

tu as peur des chevaux.


M. GIBBS (soupirant)

J'ai eu un accident quand

j'étais jeune. Une grave chute

de cheval. Ma fille aurait dû

me dire la vérité. Je suis

sincèrement désolé.



PÈRE DE WENDY

Que diriez-vous si Céleste

prenait quelques cours

d'équitation dans notre club,

gratuitement bien sûr...

et en toute sécurité.

[M. GIBBS:] C'est très généreux de votre

part. Surtout après ce qui

vient de se passer.


[CÉLESTE:] Oh, s'il te plaît, dis oui!

Dis oui!

[M. GIBBS:] C'est entendu.
[CARRIE:] Maintenant, il ne nous reste

plus qu'à trouver une solution

pour les chauves-souris.

[M. GIBBS:] Quel est votre problème?

Je m'y connais un peu

en chauves-souris.


CARRIE sourit. Pendant ce temps, CHRISTIAN sort SULTAN du camion. Un peu plus tard, FLAVIO, CARRIE, JERRY et M. GIBBS installent un gîte à chauves-souris en forêt.


[FLAVIO:] Bon, ça devrait aller.
[CARRIE:] Vous croyez qu'elles aimeront

leur nouvelle maison?

[M. GIBBS:] Les chauves-souris peuvent

être difficiles, mais si elles

ont un gîte digne de ce nom,

il y a peu de chance qu'elles

retournent à l'écurie.


[JERRY:] Et ça, c'est pas n'importe

quel gîte, c'est le palais

de la chauve-souris.

[M. GIBBS:] Ces boîtes sont trouées pour

laisser passer l'air et il n'y a

pas de bord coupant, ce qui

permet de les transporter sans

les blesser, ni les stresser.

Allez, c'est parti. Tout en

douceur. C'est bien.

Voyons ce que ça donne.

(JERRY et FLAVIO donnent les chauves-souris à M. GIBBS qui les dépose dans le gîte.)


[CARRIE:] Ça marche!

Elles adorent!

(Ils rient en choeur.)


WENDY, CHRISTIAN et HENRIETTE arrivent à ce moment. HENRIETTE tient deux vélos.


[WENDY:] Oh, nos vélos.

Merci, grand-mère.



[CHRISTIAN:] Et c'est vous

qui avez changé mon pneu?


[HENRIETTE:] Je n'en ai peut-être pas

l'air, mais ça fait partie de

mes nombreux talents.

N'est-ce pas merveilleux tout

ce qu'on peut accomplir quand

on travaille à deux et qu'on

se serre les coudes?

(Générique de fin)

Episodes

Choose a filtering option by age, fiction or season

  • Category Age
  • Category Fiction

Résultats filtrés par