Image univers Bouba le petit ourson Image univers Bouba le petit ourson

Bouba le petit ourson

Les aventures du petit ourson Bouba, de sa soeur Frisquette et de Moy, un petit garçon amérindien.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Vendus

Bouba et Frisquette ont été vendus à un cirque et Moy est arrivé trop tard… Mr Forestier fait alors avouer aux deux fermiers ce qui s’est passé et nos héros se lancent à la poursuite du cirque.



Année de production: 1977

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Générique d'ouverture


Début chanson thème


CHOEURS D'ENFANTS

♪ Bouba Bouba

Mon petit ourson

Tu roules et tu glisses

Sur la blanche blanche neige

Bouba Bouba

Fais bien attention

De ne pas t'éloigner

Du chemin de ta maison ♪


VOIX FÉMININE

♪ Dans la nuit noire et glacée

à côté de ta soeur Frisquette

Tu dors et tu dois rêver

Que tu es le roi de la fête

Amandine ta maman

Tremble de peur elle s'inquiète

Et toi dans ton canoë

Avec moi tu chantes à tue-tête ♪


CHOEUR D'ENFANTS

♪ Bouba Bouba

Mon petit ourson

Tu fais la joie et l'admiration

De ta famille

Bouba Bouba

Mon petit garçon ♪


VOIX FÉMININE

♪ Tu cours et tu vas à travers

Les champs et les bois ♪

L'oncle Émile

Forestier John

Et surtout Daklahoma

Te font des cadeaux princiers

Que tu gardes pour ton papa

Joy t'aime beaucoup tu vois

Elle pleure quand tu n'es pas là

Et Moy le petit Indien... ♪


Fin chanson thème


Titre :
Un nouveau propriétaire


NARRATEUR

Pendant que Daklahoma

et Moy travaillent

chez Monsieur Forestier, Bouba

et Frisquette ont été confiés

aux deux bergers,

Paco et Pedro.

L'ignoble Bonamy en profite

pour dresser des chiens à la

chasse à l'ours, et chaque

jour, les oursons doivent se

défendre contre ces chiens qui

sont entraînés à les attaquer.


BOUBA et FRISQUETTE sont attachés à un poteau et un gros chien les attaquent.


NARRATEUR

Au bout de quelques jours,

le pauvre Bouba était épuisé

et couvert de blessures.


FRISQUETTE

Bouba! Bouba...

Tu as mal.


BOUBA

Oh... Non, non...

Ça va. Oh!


FRISQUETTE

Pourquoi on essaie

pas de s'enfuir?


BOUBA

On peut pas s'enfuir.


FRISQUETTE

Et pourquoi?


BOUBA

Parce que notre ami le petit

Indien, il finira par revenir un

jour, et si ce jour-là il nous

trouve pas ici, on le reverra

jamais. Il faut l'attendre,

tu comprends?


FRISQUETTE

Oui...


BOUBA

N'aie pas peur,

je te défendrai contre

ces horribles chiens.


FRISQUETTE

Non, Bouba, tu pourras pas

te battre contre très longtemps,

ils sont trop méchants

et trop nombreux.


BOUBA

Si jamais ils essaient de

t'attaquer, je leur saute

dessus!

(En grognant)


PEDRO et PACO arrivent avec une grosse caisse.


PEDRO

Regardez, je vous

apporte à manger!


PACO

Fais attention, t'approches pas

trop, ils ont peut-être une dent

contre nous, vu la façon

dont ils sont traités.


PEDRO

Mais non, regarde-les,

ils sont pas méchants.

Ces mauvais traitements

les ont épuisés.


PACO

Ça, je dois dire que ce que

leur faire subir Bonamy est très

cruel. Je vois pas très bien

où il veut en venir en dressant

ces chiens contre eux.


PEDRO

Ah oui, t'as raison.

C'est pas très joli ce que

ces pauvres bêtes subissent,

je suis d'accord avec toi.

Allez, mangez ça, mangez

ça. Ça vous fera du bien!


FRISQUETTE renifle le contenu de la caisse, prend un morceau et le donne à BOUBA qui renifle à son tour avant de manger.


PEDRO

Oui, c'est bien. Tout ça,

c'est pour vous. Si vous

finissez tout, vous reprendrez

des forces et vous battrez

les chiens.


PACO et PEDRO regardent les oursons manger, puis s'approchent pour flatter les oursons.


PEDRO

Hé, hé! Ah...

Hé, hé... Hé, hé, hé!

Ha! Ha! Tu as vu, ils ne mordent

pas, je peux les caresser.


PACO

Oh oui, c'est bizarre.

Je vais essayer, moi aussi.


PEDRO

Et tu me lèches les mains,

hein? Ah! Hé, hé! Ah oui.

(En riant)

Ha! Ha! Ha! Il est

gentil, hein? Ha! Ha! Ha!


PACO

Oh...

(Se laissant lécher par FRISQUETTE)

Ha! Ha! Ha!


Plus loin, DAKLAHOMA fend du bois aidé de MOY.


MOY

Papa, je peux te parler?


DAKLAHOMA

Mais oui, mon fils. Qu'est-ce

qu'il y a? Tu veux te reposer

un peu?


MOY

Non, c'est pas ça. Je pense à

Bouba, je suis inquiet pour lui.


DAKLAHOMA

Ah bon? Et pourquoi tu

t'inquiètes pour lui?


MOY

Parce qu'on sait pas ce qui

se passe, là-bas. Bouba était

couvert de blessures quand

je suis allé à la cabane des

bergers, comme s'il s'était

battu. Je voudrais que tu le voies.


DAKLAHOMA

Ah... Bon, si ça peut te faire

plaisir, je t'accompagnerai,

mais un peu plus tard, quand

le travail sera terminé.


MOY

Oh... Oui, papa!


DAKLAHOMA

Il faut bien travailler

pour finir au plus vite.


MOY

Oui, compte sur moi.


MOY ramasse le petit bois. COOK arrive à ce moment.


COOK

Alors, Daklahoma, ça se passe

bien? J'ai l'impression

que ça avance vite.


DAKLAHOMA

Oui, j'aurai fini de couper le

bois à la fin de la journée.


COOK

C'est formidable. Ça tombe

bien, parce que j'ai un autre

petit travail à te confier.


DAKLAHOMA

Ah?


MOY

Oh...


DAKLAHOMA

Une des vaches est sur le

point de mettre un petit veau au

monde, mais celui qui s'occupe

de ça d'habitude est malade,

alors... J'en ai parlé

avec Monsieur Forestier,

il m'a dit de venir te demander

si tu voulais bien t'en

occuper aujourd'hui.


MOY

(Déçu)

Oh...


COOK

Tu es d'accord?


DAKLAHOMA

Oui, bien sûr, si c'est

Monsieur Forestier qui le

demande, je m'en occuperai.


COOK

Oui, oui, c'est bien ce qu'il

attendait de toi. Alors dès

que tu as fini de couper le

bois, tu vas à l'étable.


MOY continue de travailler en silence.


DAKLAHOMA

Écoute, Moy... C'est Monsieur

Forestier qui me demande ce

service. Tu comprends bien que

je ne pouvais pas lui refuser?

Alors, je te propose la chose

suivante: je vais faire ton

travail et le mien, comme ça,

tu pourras aller voir Bouba

tout à l'heure.


DAKLAHOMA recommence à fendre le bois.


DAKLAHOMA

(En fendant le bois)

Han! Han!

Han!


MOY

Dis, papa.


DAKLAHOMA

Oui?


MOY

Quand t'auras aidé la vache à

mettre son petit au monde,

tu pourras m'accompagner?


DAKLAHOMA

Oui, bien sûr, avec plaisir.


MOY

Tu me le promets?


DAKLAHOMA

Oui, je te le promets.

Et tu sais que je tiens

toujours mes promesses.


MOY

Si tu m'accompagnes, après,

je resterai pour t'aider.


DAKLAHOMA

Ah, ça, c'est une

très bonne idée.


Dans la cabane des bergers, les deux chiens sont couchés sur les couvertures et sur les tables.


PEDRO

Quand on les compare aux deux

oursons, ces chiens, ils ont des

manières insupportables.


PACO

Oui, regarde celui-là. Il

s'étale sur mon lit comme s'il

était chez lui. Je me demande

bien pourquoi on les oblige

pas à coucher dehors.


PEDRO

Tu sais bien que Bonamy

a insisté pour qu'ils

restent à l'intérieur.


BONAMY

(En appelant de l'extérieur)

Pedro! Paco!


PEDRO ET PACO

Hein?


BONAMY

Sortez les chiens!


PEDRO

Mais pourquoi? Vous

allez pas recommencer?


BONAMY

Ne discutez pas!


PEDRO

Oui, tout de suite, monsieur.


BOUBA et FRISQUETTE sont toujours attachés à leur poteau dehors. BOUBA grogne en se tenant sur ses gardes.


BONAMY et MONSIEUR FORESTIER sont debout devant les oursons.


BONAMY

Qu'est-ce que je vous disais,

regardez ces oursons, ils sont

morts de peur. Grâce à mon

entraînement intensif, vos

gentils chiens sont en train

de se transformer en

redoutables chiens de chasse.


MONSIEUR FORESTIER

Arrêtez de parler tout

le temps, c'est fatigant.

Montrez-moi plutôt ce que

valent mes chiens.


BONAMY

Hum... Oui, bien sûr,

tout de suite. Et croyez-moi,

ils vont vous étonner.


PEDRO et PACO arrivent en tenant les chiens en laisse.


BONAMY

(En s'adressant à PEDRO)

Arrête-toi! Où tu vas, espèce

d'idiot? Laisse-moi les

chiens et amène les oursons.


PEDRO

Les oursons? Mais qu'est-ce

que vous voulez faire

encore avec eux?


Les chiens aboient et s'énervent devant les oursons.


BONAMY

Je vais montrer à monsieur

comment ces chiens savent se

battre contre des bêtes

féroces sans avoir peur.


PEDRO

Bien, très bien...


PEDRO et PACO détachent les oursons pendant que BONAMY tient les chiens qui s'impatientent.


PACO

Si cette brute recommence à

lâcher les chiens contre eux,

ces pauvres bêtes pourront

pas résister longtemps.


PEDRO

Eh oui, je sais, mais comme on

les détache, elles pourront

peut-être s'échapper.


PACO

Oui, c'est vrai, et ça vaudra

mieux pour elles que de se

battre contre ces

ignobles chiens.


BONAMY

Arrêtez de marmonner,

tous les deux et écartez-vous de là.


BOUBA et FRISQUETTE n'ont pas le choix d'affronter les chiens. Un des chiens s'attaque à FRISQUETTE. BOUBA se dresse sur ses pattes pour protéger FRISQUETTE qui se cache derrière.


Le chien saute sur BOUBA et tous les deux roulent dans l'herbe pendant leur combat. D'un coup de griffe sur le museau, BOUBA réussit à effrayer le chien.


MONSIEUR FORESTIER

J'ai l'impression que

ça ne se passe pas du tout

comme vous le disiez.


BONAMY

(En lâchant deux autres chiens)

Oh, vous allez voir,

attendez une minute.


Les chiens courent vers BOUBA et FRISQUETTE qui est cachée près d'un arbre.


BOUBA

Frisquette, à mon signal,

on fait comme je t'ai dit.


FRISQUETTE

D'accord.


Les chiens sautent sur BOUBA qui donne de grands coups de griffe.


BOUBA

Vas-y!


Aussitôt FRISQUETTE grimpe sur l'arbre et BOUBA la suit de près.


FRISQUETTE

Oui!


Les chiens restent au bas de l'arbre et aboient d'impuissance.


BONAMY, PEDRO, PACO et MONSIEUR FORESTIER sont fort étonné du dénouement.


Les deux oursons sont maintenant agrippés à une branche.


BOUBA

Maintenant, attention, il

faudra sauter bien ensemble.


FRISQUETTE

Oui! Oui...


BOUBA et FRISQUETTE se laissent tomber sur deux chiens, ce qui effraie les autres qui partent en courant.


Le groupe d'humains est très surpris. Les oursons courent à la poursuite des chiens qui fuient en braillant.


PEDRO

Oh! Bravo, Bouba!


PACO

Ces petits oursons sont très

courageux, t'as vu comme les

chiens ont eu peur, alors

qu'ils sont plus nombreux?


Les chiens se sont réfugiés près d'un rocher en geignant.


MONSIEUR FORESTIER

Qu'est-ce que c'est? Vous

m'avez fait venir jusqu'ici pour

assister à ce numéro de cirque?


BONAMY

Mais... Je ne comprends pas,

ils étaient féroces, pourtant.

Qu'est-ce que vous faites?

Arrêtez de gémir! Attaquez les

oursons! Je vous ordonne

de les attaquer!


MONSIEUR FORESTIER

Non, ça suffit comme

ça, Bonamy. Ça suffit!

Ce n'est pas la peine de crier

comme un abruti sur ces pauvres

bêtes. Quand un chien a eu peur

d'un animal une fois dans sa

vie, on n'en fera plus jamais un

chien de chasse. Je suppose

que vous savez ça, Bonamy.

Maintenant, mes chiens ne

sont plus bons à rien à cause

de vous.


MONSIEUR FORESTIER fouille dans la poche de BONAMY.


BONAMY

Mais... Oh, non, je vous

en prie! Laissez-moi mon argent!


MONSIEUR FORESTIER

Je reprends mon bien, puisque

vous n'avez pas fait le travail

auquel vous vous étiez engagé.

J'ai même droit à un dédommagement

... Mais j'aurai honte d'accepter

quelque chose de vous.

Disparaissez, et que

je ne vous revoie jamais!


PEDRO et PACO se moquent de BONAMY qui n'entend pas à rire du tout. MONSIEUR FORESTIER, lui, est parti en colère.


BONAMY

(En s'adressant aux oursons)

Vous m'avez bien ridiculisé,

vous deux, mais croyez-moi,

vous me le paierez.


À la taverne de la ville, des hommes sont réunis pour se détendre.


NICK et CARTER entrent et se dirigent au bar où BONAMY prend un verre.


NICK

Salut. J'ai entendu dire que

tu voulais nous rencontrer.


CARTER

Il paraît même que c'est important.


BONAMY

Soyez pas si pressés. Buvons

avant de parler affaires.

(En s'adressant au tenancier)

Amène deux autres verres!


NICK

C'est la première fois que tu

offres à boire, ça doit être

d'une grosse importance.


CARTER

C'est même inquiétant venant

de ta part. Tu dois avoir

une mauvaise nouvelle

à nous annoncer.


BONAMY

Absolument pas! Au contraire,

c'est une très bonne nouvelle.

Je peux vous fournir les animaux

que vous m'avez demandés.


NICK

Qu'est-ce que tu racontes?

Quels animaux? Je comprends

rien du tout.


BONAMY

Comment, tu ne te souviens

pas? Tu sais bien, ces deux

oursons que tu aimais tant,

ceux qui buvaient de la bière.


NICK

Et tu nous as dérangés pour ça?

Moi, je trouve pas ça très important.


BONAMY

C'est toi qui m'as dit que

tu voulais ces bêtes. Hein?


CARTER

N'essaie pas de te moquer de

nous avec ces deux oursons,

parce que je t'annonce

qu'on sait déjà tout. Oui.


NICK

Mais oui, tu nous prends

pour des idiots ou quoi? Tout le

monde sait que ces oursons,

paraît-il doux comme des

agneaux, ont donné une leçon

à des molosses que tu

essayais de dresser.


BONAMY

Mais qu'est-ce que c'est

que cette histoire?

C'est un mensonge!


CARTER

Alors, quand tu t'es aperçu

que personne voulait te les

acheter, t'as pensé que

tu pouvais nous rouler,

nous faire payer très cher

des animaux inutiles.


BONAMY

C'est pas la peine de raconter

n'importe quoi, parce que je

sais aussi bien que toi que

ces animaux peuvent travailler

dans un cirque. Et toi, Nick,

tu m'as répété plusieurs

fois que tu aimerais bien

dresser des oursons.


CARTER

Ah non, n'insiste pas. C'est

déjà très difficile de dresser

des animaux sauvages, alors si

en plus ils sont méchants, hein!

Qu'est-ce que t'en penses, Nick?


NICK

Je suis d'accord avec toi,

Carter. Pour que les animaux

sauvages soient spectaculaires,

il faut qu'ils soient exceptionnels.


BONAMY

Et justement, vous devez

me croire, ces deux oursons

sont exceptionnels.


NICK

Admettons-le pour te faire plaisir,

et puisque tu es un de nos amis

et que tu as pensé à

nous, on va essayer de t'aider,

à condition bien sûr que tu

en demandes un prix raisonnable.

Alors, tu me dis combien tu

veux pour ces deux oursons?


BONAMY

Oh, pratiquement rien!

Parce que c'est vous, je

vous les laisse pour 50$.


CARTER

Quoi, 50$?! Tu te moques de

nous? Allez, viens, on s'en va.


NICK

Allons-nous-en!

Allez, au revoir.


CARTER

Oui, et merci pour le verre.


BONAMY

Mais... Partez pas comme ça!

Attendez!


CARTER

Hein?


BONAMY

Ça va, on peut envisager un rabais.

CARTER

Ah, bien voilà!


NICK et CARTER déjà près de la porte, rebroussent chemin en riant.


Plus tard dans un sentier, près de la cabane des bergers, BONAMY montre l'endroit où dorment les oursons à ses deux compères.


BONAMY

Ils sont là.

(En s'adressant aux bergers)

Amenez-moi ces deux animaux,

au lieu de rester plantés

comme des piquets.


PEDRO et PACO restent sans bouger.


PEDRO

Excusez-moi, Monsieur Bonamy,

mais qu'est-ce que vous

allez faire, maintenant?


BONAMY

J'ai pas besoin de te donner

des explications. Amène-moi

ces oursons tout de suite!


PEDRO

Oui, oui, Monsieur

Bonamy, je vais le faire.


PACO et PEDRO détachent les oursons et aussitôt BONAMY se saisit de leurs laisses.


BONAMY

Allez, sortez, les petits!

Donne-moi ça.


BOUBA et FRISQUETTE reste sur leurs gardes en grognant.


BONAMY

Ah! Avancez! Obéissez!

Je vais me mettre en colère!

(En avançant d'un pas)

Attention!


NICK

On ne peut pas dire qu'ils

obéissent vite à tes ordres.


BONAMY

Parce que je suis trop gentil

avec eux, mais avoue

qu'ils valent bien 20$.


NICK

Non, non! C'est beaucoup trop

cher, je te dis qu'il me fallait

des animaux dociles pour leur

apprendre des tours. Avec eux,

ce sera carrément impossible.


BONAMY

Oh...


CARTER

Oui, et puis ils sont pas en

bon état. Ils sont couverts

d'égratignures. Moi, je te

conseille de ne pas les

payer plus de 10$ chacun.


BONAMY

Non, tu veux plaisanter,

j'espère?


PACO

Cette fois, il est devenu fou,

t'as entendu? Il veut vendre

ces pauvres bêtes!


PEDRO

Oh oui! J'en ai froid dans le

dos rien qu'à l'idée de ce que

je vais dire à Daklahoma...


NICK

Bon... Voyons un peu

ce qu'ils valent. Viens ici,

toi. Allez, obéis.


NICK se penche vers FRISQUETTE qui lui mord la main.


NICK

Ah là là! Mais ils mordent

en plus! Ce sont de véritables fauves,

alors maintenant je vais être

très clair: je ne donnerai pas

un seul dollar pour ces oursons.


BONAMY

Oh non! Non, ne me dis pas ça.


NICK

C'est impossible de monter un

numéro avec eux dans un cirque,

alors vends-les à qui tu veux,

mais pas à moi. Tu les

veux, toi, Carter?


CARTER

Ah oui, oui! Je suis

preneur, mais 15$ pour les deux.


BONAMY

Non, mais... tu m'as bien

regardé? Paie-moi 18$

et emporte-les.


CARTER

Non, non. Seulement 15!

Décide-toi vite, c'est à

prendre ou à laisser.


BONAMY

T'es qu'un profiteur.


Les deux oursons sont prêts à attaquer et grogne en montrant les crocs.


CARTER

(En sortant des billets)

Tu as de la chance d'avoir

trouvé un acheteur comme moi.

Allez, tiens, voilà l'argent.


BONAMY

Espèce de canaille.


Dans l'étable, la vache vient de mettre bas. DAKLAHOMA et MOY nettoient le veau qui vient de naître.


DAKLAHOMA

Excuse-moi, on a passé la

nuit ici et je n'ai pas pu

t'accompagner pour voir Bouba.


MOY

Mais ça ne fait rien, papa, ça

m'a fait plaisir de t'aider

à mettre ce veau au monde.


JOY

(En appelant de l'extérieur)

Moy!


MOY

Oh, c'est Joy...


JOY

(En arrivant en courant)

Ah... Ah... Hi! Hi!


MOY

T'es tout essoufflée,

pourquoi est-ce que tu

as couru aussi vite?


JOY

C'est parce que j'ai une

bonne nouvelle! Je voulais

te l'apprendre très vite.


MOY

Eh bien, vas-y, dis-la-moi.


JOY

C'est extraordinaire! Voilà,

Bouba et Frisquette vont

habiter à la maison!


MOY

Quoi?


JOY

L'autre fois, quand toi et moi

on a vu les traces de morsures

sur le dos du pauvre Bouba,

j'étais triste. J'en ai parlé

à papa, il ne savait pas que

les deux oursons étaient

chez les bergers.

Alors, il m'a dit qu'il y avait

assez de place ici pour les

loger sans que ça dérange les

autres animaux, et que si les

vaches ne donnaient vraiment pas

de lait à cause d'eux, on

mettrait les oursons où les

vaches ne les verraient pas.


MOY

C'est impossible...

C'est pas vrai!


JOY

Si, si! Je te jure que c'est

vrai. Après, il a ajouté:

"Si tu n'étudies pas bien,

je les renverrai dans la

montagne." Hi! Hi! Hi!


MOY

T'as raison, c'est une bonne

nouvelle.

(En s'adressant à son père)

On peut ramener

Bouba et Frisquette avec

nous, tu es content?


DAKLAHOMA

Je le suis autant que toi,

mon fils. C'est très gentil

d'avoir couru pour venir

nous le dire aussi vite.

Tu remercieras ton papa.


JOY

Hi! Hi! Oh! On pourrait aller

les chercher maintenant. J'ai

pas de leçon à apprendre pour

demain et Hélène m'a donné

la permission d'y aller.


MOY

Je peux, papa?


DAKLAHOMA

Mais oui, mon fils,

tu l'as bien mérité.

Tu as assez travaillé.


MOY

Oh, merci, papa,

merci beaucoup!


MOY et JOY partent en courant et en riant de joie.


Pendant ce temps, CARTER et NICK mettent les deux oursons dans une cage, dans leur carriole.


CARTER

Hue!


BONAMY, PEDRO et PACO regardent la carriole partir.


BONAMY

Écoutez-moi bien, vous deux.

Personne ne doit savoir ce

qui s'est passé, surtout

pas Daklahoma.


PEDRO

Mais, Monsieur Bonamy, si on--


BONAMY

Tais-toi! Si jamais vous

commettiez l'imprudence

d'être trop bavards, alors je

bavarderai aussi au sujet

de l'incendie de la cabane.


PACO

Mais vous oubliez que

nous n'avons pas agi seuls!


BONAMY

Et alors? Je m'en moque!

Je dirai que vous étiez

mes complices.

(En riant)

Ha! Ha! Ha!


JOY et MOY arrivent à la cabane des bergers et remarquent la carriole qui s'en va.


MOY

Bouba! Frisquette!

Où sont-ils?

(En entrant dans la cabane.)

Pedro? Paco?


PEDRO

Bonjour, les enfants.


MOY

Bien, où est-ce qu'ils sont?


PEDRO

Ah, tu veux parler des oursons?


JOY

Oui, on est venus les chercher

pour les ramener au ranch

comme papa l'a dit, mais

ils sont pas dehors.


PEDRO ET PACO

Vous venez les chercher?


JOY

Bien oui, finalement, papa

est d'accord pour qu'ils

restent avec nous.


PEDRO

Ah, Monsieur Forestier

est d'accord?


MOY

Oui, on voudrait vous

remercier de bien

vous être occupés d'eux.


PEDRO

Bien, les enfants, on sait pas

comment vous le dire, mais...


MOY

Quoi?


PEDRO

On doit vous dire que,

malheureusement, ils

se sont échappés.


JOY

Ils se sont échappés?!


MOY

Quoi? Mais comment?


PEDRO

Ils ont coupé leurs cordes

avec leurs dents et quand on

leur a apporté à manger,

ils avaient disparu.


MOY

C'est pas possible, vous

nous racontez des histoires.


PACO

Tu nous crois capables de

raconter des histoires à propos

d'un événement aussi tragique?


De retour au ranch, MOY avise son père.


MOY

Ils sont plus là!


DAKLAHOMA

Qu'est-ce que tu dis? Ils se

sont échappés de la cabane des

bergers, mais comment

ils ont fait?


MOY

Oui, ils ont coupé leurs

cordes avec leurs dents et

après ça, ils ont dû repartir

dans la montagne.


DAKLAHOMA

Ne perdons pas de temps.


DAKLAHOMA part à cheval avec MOY dans la montagne.


Près de la cabane brûlée, MOY appelle les oursons.


MOY

Bouba! Frisquette!

Bouba? Frisquette?

Boubaaa! Friiisquette!

Papa, ils sont pas par ici.


DAKLAHOMA

Non, je ne vois aucune

trace sur le sol.


MOY

Ils sont sûrement partis là-haut,

dans la montagne, là où ils

vivaient avec Amandine.


L'ONCLE ÉMILE s'est joint à DAKLAHOMA et MOY pour chercher.


MOY

Frisquette! Bouba!

Bouba! Frisquette!

Où êtes-vous?

Répondez-moi!


L'ONCLE ÉMILE

Bouba et Frisquette ont

voulu leur liberté. C'est

épouvantable, on ne les

reverra plus jamais. Shif!


MOY va voir dans la tanière d'AMANDINE, mais elle est vide.


MOY

Je comprends pas,

ils sont pas là non plus.


DAKLAHOMA

Non... Je ne vois aucune trace

fraîche d'ourson par ici.


MOY

Frisquette! Bouba!

Répondez-moi, où êtes-vous?

Boubaaa! Frisquette!

Bouba! Frisquette!

Bouba! Frisquette!


La carriole de NICK et CARTER est loin dans la campagne.


NARRATEUR

Mais ni Bouba ni Frisquette

n'entendirent les appels

désespérés du pauvre Moy.

Ils étaient déjà loin,

enfermés dans une cage, dans le

chariot de Carter et de Nick,

en route pour le cirque

où les attendent de

nouvelles aventures.

(Générique de fermeture)


Début chanson thème


CHOEURS D'ENFANTS

♪ Bouba Bouba

Mon petit ourson

Tu roules et tu glisses

Sur la blanche blanche neige

Bouba Bouba

Fais bien attention

De ne pas t'éloigner

Du chemin de ta maison ♪


VOIX FÉMININE

♪ Dans la nuit noire et glacée

à côté de ta soeur Frisquette

Tu dors et tu dois rêver

Que tu es le roi de la fête

Amandine ta maman

Tremble de peur elle s'inquiète

Et toi dans ton canoë

Avec moi tu chantes à tue-tête ♪


CHOEUR D'ENFANTS

♪ Bouba Bouba

Mon petit ourson

Tu fais la joie et l'admiration

De ta famille

Bouba Bouba

Mon petit garçon ♪


VOIX FÉMININE

♪ Tu cours et tu vas à travers

Les champs et les bois ♪


Fin chanson thème




Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Âge
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par