Image univers Bouba le petit ourson Image univers Bouba le petit ourson

Bouba le petit ourson

Les aventures du petit ourson Bouba, de sa soeur Frisquette et de Moy, un petit garçon amérindien.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Qui a vu le gros ours?

Un ours terrifiant s’en prend aux troupeaux de moutons, ce qui inquiète très fortement les bergers. Bien entendu, ils pensent que la bête n’est autre Bouba!



Année de production: 1977

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Générique d'ouverture


Début chanson thème


CHOEURS D'ENFANTS

♪ Bouba Bouba

Mon petit ourson

Tu roules et tu glisses

Sur la blanche blanche neige

Bouba Bouba

Fais bien attention

De ne pas t'éloigner

Du chemin de ta maison ♪


VOIX FÉMININE

♪ Dans la nuit noire et glacée

à côté de ta soeur Frisquette

Tu dors et tu dois rêver

Que tu es le roi de la fête

Amandine ta maman

Tremble de peur elle s'inquiète

Et toi dans ton canoë

Avec moi tu chantes à tue-tête ♪


CHOEUR D'ENFANTS

♪ Bouba Bouba

Mon petit ourson

Tu fais la joie et l'admiration

De ta famille

Bouba Bouba

Mon petit garçon ♪


VOIX FÉMININE

♪ Tu cours et tu vas à travers

Les champs et les bois ♪

L'oncle Émile

MONSIEUR FORESTIER

Et surtout Daklahoma

Te font des cadeaux princiers

Que tu gardes pour ton papa

Joy t'aime beaucoup tu vois

Elle pleure quand tu n'es pas là

Et Moy le petit Indien... ♪


Fin chanson thème


Titre :
Enfin le printemps


NARRATEUR

Tout au long de ces interminables

journées d'hiver, Moy ne cessait de

penser à Bouba et à Frisquette.

Mais les oursons n'étaient jamais

revenus.

Un beau matin, le printemps

réapparut. Le sol, qui avait

bien souffert de l'incendie,

redevenait vert et les petits

animaux pouvaient enfin

gambader joyeusement.


À la cabane, DAKLAHOMA puise de l'eau au puits. Dans le ciel, les oies sont de retour.


Les cris des oies réveillent MOY qui se lève et sort retrouver son père.


MOY

Oh, c'était ça, le bruit. Les

canards sauvages sont de retour.

Bonjour papa.


DAKLAHOMA

Bonjour mon fils.

Tu as bien dormi?


MOY

Oh oui. Ce sont les canards

sauvages qui m'ont réveillé.


DAKLAHOMA

(En riant)

Ha, ha, ha, ha!

L'hiver est bien fini.

Le retour des oiseaux migrateurs

annonce toujours le printemps.


MOY

Et avec le printemps,

je vais revoir Joy.


DAKLAHOMA

Ah bon?


MOY

Bien oui, s'il n'y a plus

de neige sur le chemin qui va du

ranch jusqu'ici, elle pourra

revenir avec son poney.


DAKLAHOMA

Il n'y a plus d'obstacle,

c'est facile. Tu as envie

qu'elle vienne jouer avec toi?


MOY

Oh, j'espère qu'elle va venir

aujourd'hui. Ça fait tellement

longtemps que je ne l'ai pas vue.

Oui, ça fait plusieurs mois.


DAKLAHOMA

Mais il faut d'abord que tu te

laves la figure sinon, elle

va éclater de rire en te voyant.

Allez, je remplis le baquet.


MOY

Merci papa.

Oh, ha, ha! C'est froid!


MOY et DAKLAHOMA rient ensemble.


À la cabane de l'ONCLE ÉMILE c'est aussi le printemps, et l'ONCLE ÉMILE sort en s'étirant.


L'ONCLE ÉMILE

.. Oh, j'ai dormi comme

un loir. Oh... Hé, hé...

Tiens, ils sont déjà de retour.

Le printemps est revenu.

Il faut que je me remette

au travail, moi. Hum!

On va voir ce qu'il

y a dans la rivière.

(En chantant)

♪ Oh my darling ♪

♪ Oh my darling ♪

♪ Da di ♪


En se penchant dans la rivière.


L'ONCLE ÉMILE

Oh, d'après ce que je vois,

je vais ramasser des pépites

jusqu'à la fin de mes jours.

Ouh, ce que c'est froid!

Oh! Mes pauvres mains

ne peuvent pas s'y habituer.


MOY regarde les moutons dans l'enclos.


MOY

Mange tout ce que

tu veux, petit mouton.

C'est l'herbe la plus tendre.

(En se retournant)

Oh? Ah...


MONSIEUR FORESTIER ET JOY galopent vers la maison de DAKLAHOMA.

JOY

Moy!


MOY

C'est Joy. Papa, regarde,

elle est revenue.


JOY

Bonjour. Tu vois que je tiens

mes promesses. Je t'avais dit

que je viendrais dès

que je pourrais. Je ne souhaite

qu'une chose: c'est que

l'hiver soit bien fini.


MOY

Oh oui, moi aussi.


JOY

Bonjour, Daklahoma.


DAKLAHOMA

Bonjour, Joy. Tu as

passé un bon hiver?


JOY

Oui, mais je comptais

les jours. J'avais envie

de revenir dans la montagne.


MONSIEUR FORESTIER

Daklahoma, je suis content

de voir que tu vas bien.

Tu n'as pas de souci?


DAKLAHOMA

Aucun, monsieur. Cette fois,

nous n'avons pas eu d'ennuis.


MONSIEUR FORESTIER

Bien. Je suis content

de voir que la forêt

n'a pas trop souffert

de l'incendie, finalement.

La nature a repris le dessus.


DAKLAHOMA

Les ruines de votre pavillon

de chasse sont les derniers

témoins de l'incendie

et je suis toujours triste

quand je les vois.


MONSIEUR FORESTIER

Oh, ce n'est pas la peine

d'être triste. J'ai décidé

de faire construire un autre

pavillon de chasse à l'endroit

même où j'avais bâti l'ancien.


MOY

C'est vrai, vous allez

reconstruire votre maison,

Monsieur Forestier?


MONSIEUR FORESTIER

Oui. Nous aimons tellement

venir passer quelques jours

dans cette montagne.

N'est-ce pas, Joy?


JOY

Papa disait toujours que

c'était pour me faire plaisir

qu'on venait ici, mais je sais

que ça te plaît plus que moi.


MONSIEUR FORESTIER

(En riant)

Ha, ha, ha!


JOY

C'est pour ça qu'il veut

reconstruire, qu'il veut une

maison comme celle

détruite par le feu.


MOY

Oh, alors c'est décidé,

tu vas venir passer

tes prochaines vacances ici?


JOY

Oui, je vais rester tout l'été.


MONSIEUR FORESTIER

Ha, ha! D'accord. Vous allez

bien vous amuser. Mais il faut

aussi penser à travailler

un peu. Daklahoma, je vais

avoir besoin de ton aide

pour reconstruire le

pavillon de chasse.


DAKLAHOMA

Mais bien sûr, Monsieur.

Je vous aiderai avec plaisir.


MOY

Moi aussi, je vous aiderai.

Je sais faire un tas de choses.

Tenez, j'ai déjà aidé papa

à construire notre maison

et elle tient toujours debout.


MONSIEUR FORESTIER

Ha, ha, ha! D'accord,

d'accord. Dans ce cas, je vous

attends tous les deux demain

matin au ranch. J'ai différents

petits problèmes que tu pourrais

m'aider à résoudre.


DAKLAHOMA

Vous pouvez compter sur nous,

Monsieur Forestier. Nous serons

demain matin au ranch.


MONSIEUR FORESTIER

Merci. Je savais que je

pouvais avoir confiance en toi.

Maintenant, ma petite chérie, il

faut que je rentre. Aujourd'hui,

j'ai beaucoup de travail.


JOY

D'accord, papa.


MONSIEUR FORESTIER

Ne fais pas de bêtises, hein?


JOY

Ne t'inquiète pas.


MONSIEUR FORESTIER

Au revoir, Daklahoma,

et à demain matin.


DAKLAHOMA

À demain matin, au ranch.


MOY

À demain matin,

Monsieur Forestier.


De son côté l'ONCLE ÉMILE voit les traces laissées par un gros OURS sur le bord de la rivière.


L'ONCLE ÉMILE

Aaah! Aaah! Mais qu'est-ce que

c'est que ça? Des traces d'ours?

Ma parole, mais c'est un géant!

Oh...


JOY et MOY marchent dans la forêt.


JOY

C'est triste. L'incendie a détruit

une bonne partie de la forêt.

Tous les arbres sont calcinés.


MOY

T'inquiètes pas, tout ça

repoussera un jour. Regarde,

il y a un peu d'herbe.


JOY

Moy, viens voir. Je crois

que j'ai jamais vu des fleurs

aussi jolies. C'est vraiment

extraordinaire. Il y a un incendie

qui détruit tout,

la neige recouvre les cendres,

et au printemps, les fleurs

repoussent. Finalement,

c'est peut-être le signe

que nous reverrons les oursons.


MOY

Ce serait formidable de pouvoir

rejouer avec eux

comme l'été dernier. Tu te

souviens, on s'amusait bien.


JOY se souvient des jeux avec les oursons.


JOY

Vite, cours, Frisquette!

(En riant)

Ha, ha, ha!


MOY

(En riant)

Ha, ha, ha!


JOY

Moi aussi, je voudrais

devenir ton amie. Si tu veux,

demain, je t'apporte des

bonbons au miel. Ha, ha!


De retour à la réalité, JOY se tourne vers MOY qui affiche un air tristounet.


JOY

Ils ne sont jamais revenus par

ici, depuis l'été dernier?


MOY

Non. Il y a longtemps. Quand

il a fini de neiger, je suis

vite sorti de la maison pour

voir s'ils étaient venus, mais

ce n'était que des empreintes de

chevreuils ou de renards,

et depuis, plus rien.


JOY

Ils doivent plus être

dans les environs.

Ils sont sur l'autre montagne.


MOY

Oui. Ils ont dû avoir peur

du feu, ils ont filé le plus loin possible.


JOY

Mais l'incendie est terminé

depuis longtemps. L'herbe et les

fleurs repoussent. On va bientôt

voir revenir tous les animaux

qui ont fui l'incendie. Il n'y a

pas de raison que Bouba et

Frisquette reviennent pas avec

les autres. Tu crois pas?


MOY

Mais oui, t'as raison,

bien sûr. J'y avais pas pensé.


JOY

Et si jamais ils avaient

beaucoup grandi, tu te rends

compte? On passerait à côté

d'eux sans même les reconnaître.


MOY

Oh non. Ça, je les reconnaîtrais

les yeux fermés.


L'ONCLE ÉMILE arrive en courant.


L'ONCLE ÉMILE

Han... Han... Hé, Moy!


MOY

Oncle Émile, qu'est-ce qui se passe?

Pourquoi tu cours comme ça?


L'ONCLE ÉMILE

Je vais à la maison voir ton

père. J'ai une grande nouvelle

à lui annoncer. J'ai découvert

des traces de pattes d'ours

près de la rivière.


MOY

Tu as vu des traces d'ours?


L'ONCLE ÉMILE

J'ai d'abord pensé que

c'était une bonne surprise, que

c'était peut-être Bouba, quoi.


MOY

Ah, tu penses que

c'était peut-être Bouba?


L'ONCLE ÉMILE

Non, j'ai seulement vu

des traces. Ça peut être celles

de Bouba, comme ça peut être

celles d'un autre ours.


MOY

Il faut aller prévenir papa.


JOY

Oui, vite.


MOY et JOY se précipitent sans attendre le vieil oncle ÉMILE.


L'ONCLE ÉMILE

Mais... Moy, attendez-moi!

Je vais avec vous. Moy!



DAKLAHOMA observe les traces sur le bord de la rivière en compagnie de L'ONCLE ÉMILE, JOY et MOY.


L'ONCLE ÉMILE

Alors, qu'est-ce que

tu en penses?


DAKLAHOMA

Je ne sais pas. Je les

trouve terriblement grandes.


L'ONCLE ÉMILE

Oui, je vois bien que

ce ne sont pas des empreintes

de petit ourson.

Mais ils ont peut-être grandi.

Ils sont devenus adultes.


DAKLAHOMA

Oui, tu as raison. Les ours

grandissent beaucoup en un an.

Ils ont peut-être atteint

leur taille définitive.


MOY

Tu entends? Bouba et

Frisquette sont revenus, alors!


DAKLAHOMA

Non, non, non, Moy. J'ai dit

que c'était possible, mais pas

certain. Mais en tout cas, si ce

sont bien les traces de Bouba,

ça veut dire qu'avec Frisquette,

ils sont devenus aussi grands

qu'un adulte et en un an.

Il faut donc les approcher

avec précaution.


MOY

Et pourquoi il faudrait

faire attention avec Bouba?


DAKLAHOMA

Parce qu'il est très possible

qu'il ne soit plus aussi

gentil qu'autrefois.


MOY

Je suis sûr que tu te trompes,

papa. Bouba est notre ami

et il le sera toujours.


JOY

Tu crois vraiment

qu'il aurait pu nous oublier?


DAKLAHOMA

(En acquiesçant)

Han-han...


MOY

Oh, je suis sûr que Bouba

se souvient de moi. Il a pas pu

m'oublier, c'est pas possible!


DAKLAHOMA

Attends, Moy, ne t'énerve pas.

Je souhaite sincèrement que tu

aies raison, mais un ours adulte

est un animal féroce qui n'aime

pas beaucoup les hommes.


MOY

Oh?


En regardant les pistes laissées par l'ours MOY réfléchit.


En chevauchant dans la forêt, JOY et MOY discutent.


JOY

Dis, à ton avis, c'est Bouba

qui a laissé ses traces ou

c'est un autre ours?


MOY

Ça, je sais pas. Mais en tout

cas, les traces sont énormes.


JOY

Oui. Mais c'est pas parce

qu'il est devenu grand

qu'il nous aurait oubliés.

Ça, je le crois pas.


MOY

Moi aussi, ça me paraît

impossible. Je suis sûr

que quand il nous verra, il nous

reconnaîtra tout de suite.


JOY

Et on va sûrement

le revoir bientôt.


MOY

Oui. Maintenant qu'il fait

beau, il va revenir.


JOY

Tu sais, c'est pas la peine

de m'accompagner plus loin.

Je peux rentrer toute seule.


MOY

Oh, c'est vrai, ta maison

est au bout du chemin.


JOY galope et quittant MOY.


JOY

Au revoir!


MOY

Au revoir!


Sur le chemin du retour MOY regarde vers l'autre montagne.


MOY

Bouba, Frisquette, si vous êtes

sur l'autre montagne, revenez

vite parmi nous, comme ça,

on pourra jouer comme avant.


PEDRO et PACO s'occupent de faire paître les moutons dans la montagne.


PEDRO

Ah... Oh là, là, là... Hmmm...

On passe notre temps à garder

les moutons et les veaux.


PACO

Ce qui est intéressant, c'est

que c'est pas trop fatigant.


PEDRO

Pour toi, peut-être parce que

tu n'es pas capable de réfléchir

deux secondes, mais moi, j'ai

besoin d'un travail hautement

qualifié. Et en plus, j'ai vu

quelque chose de bizarre.


PACO

On peut savoir

ce que t'as vu de bizarre?


PEDRO

Bien sûr, puisque je l'ai vu.

Sincèrement, tu n'as pas les

yeux en face des trous. Tu n'as

pas remarqué que le nombre

des moutons avait diminué?


PACO

(En bâillant)

Ah, c'est ça que tu trouves bizarre?


PEDRO

Bien oui, pourquoi?

Ça t'étonne pas, toi?


PACO

Oh, pas vraiment, non.

J'avais déjà remarqué la même

chose quand on gardait

les veaux l'autre nuit.


PEDRO

C'était la même chose avec les

veaux? Mais tu es complètement

fou! Pourquoi tu ne l'as pas dit?

C'est grave, ça!


PACO

Je l'ai pas dit parce que

j'étais pas sûr. J'ai pas voulu

compter parce que j'avais

peur de m'endormir.


PEDRO

Espèce d'idiot.

(En donnant un coup de bâton)

Il faut que nous comptions

tout de suite.


PACO

D'accord, mais on peut

compter sans frapper.

Et puis d'ailleurs, comment

veux-tu qu'on compte?

Ils sont tous éparpillés.


PEDRO

Oh, bien si c'est que ça,

je vais les réunir,

moi, les moutons.

(En sifflant)

Eh bien, tu vois, ç'a pas

été difficile. Et maintenant,

tu te mets au travail.


PACO

Moi aussi?


PEDRO

Toi aussi. Tu commences

tout de suite.


PACO

(En riant)

Ha, ha, ha! J'ai compris,

tu sais pas compter, alors tu me

demandes de le faire à ta place.


PEDRO

Qu'est-ce que tu racontes? Je

sais peut-être pas compter avec

la tête, mais avec les doigts, si.

Et je sais que dans

une main, il y a cinq doigts.

Et quand on sait ça, on peut

tout compter. Allez, commence.


PACO

Ah, d'accord. Alors un, deux,

trois, quatre, cinq, six...

Tiens, j'ai un trou.

Qu'est-ce qu'il y a après six?


PEDRO

Qu'est-ce qu'il y a après six?


PACO

Oui.


PEDRO

Attends. Ça, je le savais.

Après six, qu'est-ce qu'il

y a, voyons... Ah oui,

c'est ça, c'est huit.


PACO

Ah, huit.

Alors huit, neuf, dix...

Pedro, c'est pas possible.

Il me reste encore un doigt.


PEDRO

Mais t'es complètement fou,

t'as rien compris: tu comptes

les moutons, pas tes doigts.

Attention: un, deux, trois,

quatre, cinq, six, huit.

Ah non, c'est pas bon, ça.

Je recommence. Un, deux, trois,

quatre, cinq, six... Non, mais

vous avez fini de bouger,

sales moutons? C'est pas

possible, hein! Argh!


PACO

(En riant)

Ha, ha, ha!


PEDRO

Bon, bon, d'accord. Si je peux

pas vous compter, je vais faire

comme si vous étiez tous là.


PACO

(En riant)

Ha, ha, ha!


PEDRO

Et toi, puisque tu ris

bêtement, tu vas monter la garde

cette nuit. Ça te punira.


PACO

Oui, mais je suis fatigué.

J'ai pas dormi la nuit dernière

parce que tu ronflais.


PEDRO

Bon, je veux bien admettre

qu'il m'arrive de ronfler

quand je suis enrhumé. Alors,

nous allons monter la garde

tous les deux ensemble.

Hé, doucement, doucement.

Ne vide pas la bouteille.


La nuit venue, PEDRO et PACO montent la garde près d'un feu de camp. PACO boit un peu de vin pour se tenir éveillé.


PACO

Je me suis juste

humecté les lèvres.


PEDRO

Heureusement, tu supportes pas

le vin. Cette nuit, il faudra

ouvrir l'oeil.


PACO

Quoi, tu crois que cette nuit,

quelqu'un ou quelque chose

viendrait voler les bêtes?

Ce serait bien si on allait

dormir à la cabane.


PEDRO

Tu n'as pas à avoir peur

puisque je suis avec toi.

Je veille sur nous.

(En bâillant)


PACO

(En riant)

Ha, ha, ha! Petite nature, va.

Tu n'as pas autant de

résistance que moi...


PACO et PEDRO dorment au bord du feu. Les moutons bêlent.


PEDRO

(En se réveillant)

Hein? Paco, debout!


PACO

C'est l'heure du café?


PEDRO

Oh, mais... Non, je t'avais

demandé de monter la

garde et tu t'es endormi.


PACO

Je voulais pas, mais tes

ronflements m'ont plongé

dans une grande torpeur.


PEDRO

Bon, ça va, j'ai compris.

Maintenant, il faut être

vigilant. Oh, je ne sais pas ce

qui peut arriver. Méfions-nous.


Un bruissement de feuilles attire l'attention de PEDRO. PACO se précipite sur PEDRO.


PEDRO

Mais lâche-moi, idiot.

Je vais pas m'envoler, enfin.


PACO

Ce bruit...

Qu'est-ce que c'est?


PEDRO

Je n'en ai aucune idée, mais

on ne va pas tarder à la savoir.


PEDRO et PACO se dirigent vers le troupeau.


PACO

Est-ce que t'as

vu ce que j'ai vu?


PEDRO

Ne me pousse pas!

Et surtout, tais-toi!

Ah!


Une ombre se glisse derrière les rochers.


PACO

Qu'est-ce qu'il y a, Pedro?

Dis-moi quelque chose!


Le grognement d'un ours adulte fait trembler PACO et PEDRO.


Le gros OURS se dresse, et son ombre projetée sur les rochers est gigantesque. PEDRO et PACO sont sidérés.


PACO et PEDRO

(En s'enfuyant)

Ah secours!

À l'aide! Au secours!


L'ours profite du départ de PACO et PEDRO pour attaquer les moutons.


PEDRO et PACO rentrent dans leur cabane.


PACO

Vite, ferme la porte!


PEDRO

Ah, ah... Oh...


Les bêlements des moutons attaqués finissent de terroriser PACO et PEDRO qui se cachent sous leur couvertures.


Le lendemain, DAKLAHOMA traverse le lac en pagayant avec MOY.


Au ranch de MONSIEUR FORESTIER, DAKLAHOMA a une surprise.


MONSIEUR FORESTIER

Je suis désolé de t'avoir fait

venir jusqu'au ranch, mais

Cook m'a signalé un problème

qui pourrait bien être

de tes compétences.


PEDRO ET PACO arrivent à ce moment en courant.


PEDRO ET PACO

Monsieur Forestier!


PACO

Monsieur Forestier! Monsieur!


MONSIEUR FORESTIER

Mais qu'est-ce qui se passe?


PEDRO

Nous avons vu un ours.


PACO

Un ours gigantesque.


MONSIEUR FORESTIER

Un ours?


PEDRO ET PACO

Oui, un ours!


PEDRO

On ne peut même plus appeler

ça un ours. C'est un monstre.


PACO

Oui, c'est même pire

qu'un monstre. J'ai jamais vu

une chose pareille de ma vie.


PEDRO

Quand il est apparu, son ombre

couvrait toute la montagne.


MONSIEUR FORESTIER

Calmez-vous et dites-moi

ce qui s'est passé.


PACO

Bien voilà, on était de garde

auprès du bétail quand Pedro a

dit qu'il manquait des bêtes.

Moi, je l'avais déjà remarqué

parce que j'avais compté les bêtes--


PEDRO

Qu'est-ce que tu racontes,

menteur? Tu sais même pas

compter jusqu'à dix!


PACO

Ha, ha! Ce que t'es bête,

gros nigaud. C'était pour

te faire marcher.


PEDRO

Ah, tu te moques de moi, toi?


MONSIEUR FORESTIER

Bon, ça suffit! Arrêtez de

vous disputer. Racontez-moi

exactement ce qui s'est passé.


PEDRO

Bon, eh bien voilà--


PACO

C'est comme je le disais...


MONSIEUR FORESTIER

Assez!

Nous allons rester là toute la

journée si vous ne parlez pas

chacun votre tour. Pedro,

commence, nous t'écoutons.


PEDRO

Oui, voilà. On surveillait

le troupeau quand on a remarqué

qu'il manquait des bêtes.

Alors, on a décidé de monter

la garde toute la nuit.


PACO

Oui, toute la nuit.

On n'a pas dormi de la nuit.


COOK

Et vous avez vu apparaître

un gros ours qui a emporté

une des bêtes, c'est ça?


PEDRO ET PACO

C'est ça, oui.


COOK

T'as d'incapables! Et depuis

le temps que vous gardez des

bêtes, vous ne savez toujours

pas comment éloigner un ours?


PEDRO

Alors là, vous êtes injuste

avec nous. Comment vous pouvez

dire ça? Vous n'avez pas

vu l'ours. Il est gigantesque.

À mon avis, j'exagère pas,

il mesure au moins

une dizaine de mètres.


PACO

Comment, une dizaine

de mètres? Il fait au moins

15 mètres de haut.


COOK

Un ours de 15 mètres?


PEDRO

Ouais.


COOK

Non, mais vous croyez que nous

sommes aussi bêtes que vous?

Vous n'avez pas pu le voir,

ça n'a jamais existé et ça

n'existera jamais sur Terre.


PEDRO

C'est bien ce que je pensais,

mais moi, je l'ai vu, moi, hein.


COOK

Et moi, je dis que

vous aviez bu et que vous avez

eu des hallucinations.


PEDRO

On n'avait pas bu une goutte.


COOK

Ha... Si vous avez inventé

cette excuse parce que

vous avez perdu une bête,

faudra trouver mieux.


MONSIEUR FORESTIER

De toute façon, il serait

prudent d'aller voir

les traces sur place.


COOK

Entendu. Et j'espère

pour vous que nous allons

trouver des traces sinon,

vous aurez affaire à moi.


MOY et DAKLAHOMA retournent vers le canoë pour rentrer par le lac.


MOY

Papa.


DAKLAHOMA

Oui?


MOY

Tu crois que c'est vrai, ce

qu'ils racontent, pour l'ours?


DAKLAHOMA

Ce qui est vrai, c'est que les ours

qui sortent de leur hibernation

sont toujours affamés.


MOY

Oh...


DAKLAHOMA

Il s'agit sans doute d'un

ours féroce qui est descendu

de la montagne. Il faut

que tu sois très prudent.

Il est peut-être dangereux.


Le soir venu, au ranch de MONSIEUR FORESTIER, le gros OURS rôde et le bétail s'énerve.


L'OURS détruit une partie de l'étable pour attaquer les bœufs.


Le lendemain matin, MONSIEUR FORESTIER et ses employés constatent les dégâts.


COOK

Monsieur Forestier,

s'il vous plaît.

Effectivement, l'ours

est très grand.


MONSIEUR FORESTIER

Oui, c'est bien un ours.


COOK

Il y a beaucoup de chances

pour que ce soit lui qui ait

attaqué le troupeau gardé

par Paco et Pedro.


MONSIEUR FORESTIER

Ce sont les traces d'un ours

adulte, mais pas gigantesque

comme ils le disent. Il est

possible qu'il ne s'agisse

pas de la même bête.


COOK

Ça m'étonnerait beaucoup,

Monsieur Forestier. Je crois en

réalité que Pedro et Paco ont vu

l'ombre de l'ours quand il s'est

trouvé près de la flamme de leur

feu de camp et il leur est

apparu cinq fois plus grand.

Non, non, moi, je dirais que les

traces ont été faites par cet ourson

qui s'appelait Bouba.


MONSIEUR FORESTIER

Hum, ce seraient les traces

de Bouba?


COOK

Il avait disparu avant

l'hiver. Ça va faire presque un

an qu'on ne l'a pas vu. Il a eu

le temps de grandir, croyez-moi.


MONSIEUR FORESTIER

Peut-être.


COOK

Et Bouba savait qu'il y avait

des veaux dans ce ranch

et que les moutons

dans la montagne étaient

gardés par Pedro et Paco.


MONSIEUR FORESTIER

Oui, bien entendu. Mais ce ne

sont que des suppositions.

Rien ne prouve que

ce soit lui le coupable.


COOK

Bouba n'a jamais été habitué

à chercher sa nourriture dans la

forêt. En revanche, il n'a pas

peur de l'homme. Il est venu

se servir. Pour moi, c'est lui.

Il faut absolument s'élancer à

sa poursuite. Sinon, on ne sait

pas ce qui peut encore arriver.

Laissez-moi m'en occuper.


JOY est sur place et entend les propos de COOK.


JOY

(Sidérée)

Oh!


JOY arrive à toute vitesse chez DAKLAHOMA.


JOY

Moy!


MOY

Eh bien, qu'est-ce qui

se passe? Il est arrivé

quelque chose? Tu es malade?


JOY

Non, c'est pas moi. Je suis

pas malade. Pendant la nuit,

un ours est entré dans le ranch

et a emporté un de nos veaux.

Cook a dit que c'est sûrement

Bouba le coupable et qu'il allait

le tuer.


MOY

Il va le tuer?


NARRATEUR

En effet, l'ours gris grandit

beaucoup au cours

de sa première année et Bouba

avait déjà près d'un an. Il est

possible aussi que ce soit

ses traces, bien que nos amis

soient persuadés du contraire.


Générique de fermeture


Début chanson thème


CHOEURS D'ENFANTS

♪ Bouba Bouba

Mon petit ourson

Tu roules et tu glisses

Sur la blanche blanche neige

Bouba Bouba

Fais bien attention

De ne pas t'éloigner

Du chemin de ta maison ♪


VOIX FÉMININE

♪ Dans la nuit noire et glacée

à côté de ta soeur Frisquette

Tu dors et tu dois rêver

Que tu es le roi de la fête

Amandine ta maman

Tremble de peur elle s'inquiète

Et toi dans ton canoë

Avec moi tu chantes à tue-tête ♪


CHOEUR D'ENFANTS

♪ Bouba Bouba

Mon petit ourson

Tu fais la joie et l'admiration

De ta famille

Bouba Bouba

Mon petit garçon ♪


VOIX FÉMININE

♪ Tu cours et tu vas à travers

Les champs et les bois ♪


Fin chanson thème




Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Âge
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par