Image univers CinéTFO Image univers CinéTFO

CinéTFO

Retrouvez le meilleur du cinéma sur CinéTFO! Profitez de notre sélection de films offerts gratuitement pour (re)découvrir des classiques et des oeuvres incontournables du cinéma d'auteur contemporain. Pour la programmation en ondes, consultez le Passeport CinéTFO!

Site officielpour CinéTFO Télécharger le document Passeport de Ciné TFO.
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Les beaux gosses

Hervé, 14 ans, est un ado moyen. Débordé par ses pulsions, moyennement malin et au physique ingrat, il vit seul avec sa mère. Au collège, il s’en sort à peu près, entouré par ses bons copains. Sortir avec une fille, voilà qui mobilise toute sa pensée. Hélas, dans ce domaine, il accumule râteau sur râteau, sans toutefois se démonter. Un jour, sans très bien comprendre comment, il se retrouve dans la situation de plaire à Aurore, l’une des plus jolies filles de sa classe.



Réalisateur: Riad Sattouf
Acteurs: Vincent Lacoste, Anthony Sonigo, Alice Tremolières
Année de production: 2009

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Générique d'ouverture


MERYL embrasse une jeune fille à la sortie des classes.


HERVÉ et CAMEL observent la scène en bavant de jalousie.


MERYL marche vers HERVÉ et CAMEL.


HERVÉ

Hé! C'est quoi, ça? T'as

une meuf, toi? Depuis quand?


MERYL

Laisse tomber,

tu peux pas comprendre.


MERYL continue son chemin.


CAMEL

Hé, t'as fait

des trucs avec elle?


HERVÉ

Putain, il est plus

moche que nous, non?


CAMEL

Tu rigoles? C'est

la tête de cul de l'univers.


HERVÉ

Putain, vas-y,

je vais me suicider.


HERVÉ et BENJAMIN observent des filles dans la cour.


BENJAMIN

Fais-lui un choc sexuel.

À mon avis, t'y vas, et direct,

tu lui roules une pelle.


HERVÉ

Ouais, c'est ça, je la viole.

Merci, super conseil.


CAMEL et HERVÉ discutent sur le terrain de soccer.


CAMEL

Laisse pas passer ta chance.

Ça se représentera

peut-être jamais.


HERVÉ

Oui, mais, et toi, jamais

tu passes à l'action ou quoi?


CAMEL

Moi, je suis romantique, c'est

mon côté oriental. En plus,

je suis sur Laura.


HERVÉ

Bon, allez, j'y vais, là!


HERVÉ s'approche des filles.


EMMA

Tu fais quoi, la semaine prochaine?


HERVÉ

(À la copine de SADIA)

Salut, ça va?


LESLIE

Euh, ouais, mais t'es qui?


HERVÉ

Je suis... Enfin, j'imagine

que tu voudrais pas trop sortir

avec moi.


LESLIE

Euh... Non.


HERVÉ retourne vers CAMEL.


CAMEL

Alors?


HERVÉ

C'est hyper bien engagé.

Elle a dit: "Je sors d'une

relation difficile,

alors je suis pas

prêt à me réengager

parce que j'ai trop souffert

et qu'entre nous deux,

ce serait trop sulfureux."


CAMEL

Tu vois? Toujours passer

à l'action. Toujours!


Titre :
Les beaux gosses


HERVÉ se regarde dans une glace au travers des messages collés sur le mur d'un corridor de l'école.


LAURA

J'aime bien ta coiffure.

Trop stylée.


CAMEL écoute attentivement chaque mot de LAURA.


HERVÉ

Ah ouais?


LAURA

(Chuchotant)

J'ai un truc à te dire,

mais c'est un peu gênant.

J'ai pas envie qu'on nous voie.


LAURA et HERVÉ s'écartent.


LAURA

Tu sais garder un

secret, j'imagine?


HERVÉ

Ben ouais.


LAURA

Tu sais, j'ai entendu

ce que t'as dit à Leslie,

tout à l'heure.


HERVÉ

J'ai trouvé ça trop mignon. Elle

sait pas ce qu'elle rate, hein?


LAURA et HERVÉ sont derrière une porte vitrée et CAMEL les guette.


LAURA s'approche dangereusement d'HERVÉ.


HERVÉ

Ha...


LAURA

Et je me disais qu'on pouvait

se donner rendez-vous

tout à l'heure.

Puis on pourrait aller chez moi.

(Chuchotant)

Puis on pourrait faire l'amour.

J'ai envie de sentir le corps

d'un homme près du mien.


HERVÉ

Euh... Ha, ha...


LAURA

Mais dis-le si tu veux pas.

Je veux pas te forcer.


HERVÉ

Ah si, si, je veux.

Je veux à mort.


LAURA

À tout à l'heure.


OCÉANE passe par là.


PROFESSEURE D'ANGLAIS

What's up, Hervé?


HERVÉ, encore sous le choc, rit nerveusement.


Dans la classe d'anglais, LAURA raconte une anecdote.


LAURA

(Propos en anglais)

I was at home listening

to some music and doing

my homeworks.


PROFESSEURE D'ANGLAIS

(Propos en anglais)

Thank you, Laura.


CAMEL

(Chuchotant au loin)

Laura, c'était ma meuf.

Je devais sortir avec elle.


HERVÉ

Oui, mais, je passe à

l'action. Je suis tes conseils.

CAMEL

Elle sort plus avec Loïc?

Il va te défoncer

ta gueule, mon vieux.


PROFESSEURE D'ANGLAIS

(Propos en anglais)

What about... you, Mégane?

What did you do yesterday?


MÉGANE

Euh... I... euh...

worked on homeworks.


LOÏC

LAURA)

Elle est teubée.


HERVÉ

(chuchotant à CAMEL)

Non, ça va, elle est bien bonasse.

T'as vu ses yeux? Ils sont

bleus comme du Canard WC.


CAMEL

Tu vas peut-être la niquer.

Je crois que si ça arriverait,

je me suiciderais.

Non, non. Je te tue avant,

après je me tue.


PROFESSEURE D'ANGLAIS

(Propos en anglais)

Camel! Do tell us,

what did you do yesterday?


CAMEL

(Propos en anglais)

I did nothing especially.


PROFESSEURE D'ANGLAIS

(Propos en anglais)

Yes, continue.


LOÏC

Chuchotantß Vas-y, Lucky Strike. [CAMEL

(Propos en anglais)

I read books.


PROFESSEURE D'ANGLAIS

(Propos en anglais)

You read books?

Well, that's very good.

What kind of books?


CAMEL

(Propos en anglais)

Euh, pas "books",...

"journals".


PROFESSEURE D'ANGLAIS

(Propos en anglais)

No, not "journals",

newspapers.


PROFESSEURE D'ANGLAIS

(Propos en anglais)

What kind of newspapers?


CAMEL

Euh...

Télé Loisirs.


MAHMOUD rigole dans son coin.


PROFESSEURE D'ANGLAIS

Mahmoud?

(Propos en anglais)

So, what are your activities?


MAHMOUD regarde la professeure avec un regard niais et est sauvé par la cloche de fin de cours.


La PROFESSEURE D'ANGLAIS donne des instructions pour le prochain cours.


HERVÉ

Hé, on fait quoi?


LAURA

Bien, on va aux toilettes

et je te suce.


HERVÉ

Ah ouais?


LAURA

Non, mais t'as vu ta gueule?


CAMEL

Alors? Hein?


PROFESSEURE D'ANGLAIS

(Propos en anglais)

Bye, Hervé! Have a nice evening.


Les élèves circulent dans un corridor étroit, c'est la cohue.


Plus loin dans l'école, un groupe d'étudiants est assis par terre, HERVÉ et CAMEL font partie du groupe.


CAMEL écoute de la musique dans ses écouteurs.


HERVÉ

Hé, c'est quoi?


OCÉANE

Bien, c'est le contrôle

de SVT.


HERVÉ

Y a contrôle?


OCÉANE

Bien oui, y a contrôle.


HERVÉ

"Bien oui, y a contrôle."

Putain, mais pauvre fille,

cette meuf! Vous le saviez, vous?


CAMEL

Y a pas contrôle, c'est sûr!


BENJAMIN

Y a contrôle?


HERVÉ

Putain! J'ai complètement oublié.


NICOLAS

Vous êtes nazes. Ça fait des

semaines qu'il est prévu.

Une note pourrie de plus

pour vous, ça changera rien.


HERVÉ

Mais fais voir, le truc,

c'est sur quoi?


OCÉANE

Bien, c'est pas maintenant

que tu vas réviser.


HERVÉ

"Mais c'est pas maintenant

que tu vas gna, gna, gna."

Mais t'es conne ou quoi?

Putain, bouffonne, celle-là.

Aïe!


Un sac apparaît de nulle part sur la tête d'HERVÉ.


Un groupe d'étudiants avec LAURA en tête avance entre les jambes des étudiants assis sur le sol.


LOÏC

Collision en plein vol

entre Hervé et mon keus,

alors que je visais Moumoud.

T'as du fric, là?


LOÏC fouille les poches d'HERVÉ.


LOÏC

Oh, mais c'est Moumoud.

(S'approchant de MAHMOUD)

Moumoud, la petite

racaille de la classe.

(Tapant sur MAHMOUD)

C'est ça? C'est toi, Moumoud?

Tu te prends pour

une petite frappe, c'est ça?

Mais tu viens de quelle

banlieue, gars?


MAHMOUD crie en se faisant taper.


BENJAMIN

Mahmoud, dans une vie

antérieure, ça devait être

un criminel tellement il est

puni. Il a dû faire un massacre.


LOÏC

(Tenant ferme MAHMOUD)

Dégage tes mains!

Dégage tes mains!


LA PRINCIPALE

Comment s'appelle cette brute,

M. Jeanquatte?


MONSIEUR JEANQUATTE

(Prenant LOÏC par le col)

Il s'appelle Loïc,

Mme Duguesclin.


LOÏC

J'ai rien fait.


LA PRINCIPALE

Ah non, mais répondez pas.

Je vous mets une heure de colle.

(S'adressant à l'étudiante)

Rangez-moi cette croix.

(S'adressant à MÉGANE)

Oh, c'est joli, ça.


LOÏC et LAURA s'embrassent plus loin dans le corridor.


OCÉANE

J'ai bossé le contrôle jusqu'à

minuit. Je suis crevée...


HERVÉ

(Fouillant les notes de BENJAMIN)

Vas-y, fais voir

le contrôle de SVT, là.


CAMEL

Allez, fais voir.


BENJAMIN

Casse-toi, Camel.


CAMEL

C'est sur quoi?

(Grimpant sur BENJAMIN)

C'est sur la pénétration?


BENJAMIN

Non, mais casse-toi, là!

Tu fais chier.


Les élèves entrent dans la classe.


CAMEL

Hé, monsieur, c'est pas

aujourd'hui le contrôle?


PROFESSEUR DE SVT

Bon, Camel,

je viens de me lever, là.

Rien que de vous entendre, j'ai

envie d'aller me recoucher.

Allez, asseyez-vous.


BENJAMIN

Monsieur, il y a pas contrôle.

Vous avez dit que c'était

la semaine prochaine.


PROFESSEUR DE SVT

C'est ça, Benjamin.

Allez, asseyez-vous!


SADIA

Hé, monsieur, il y a contrôle?

PROFESSEUR DE SVT

Bon, Sadia, vous arrêtez

votre soupe.

Vous allez pas tous me demander

s'il y a contrôle.

Vous l'avez noté sur vos

agendas il y a 15 jours.

Je vous l'ai répété quatre fois.

Hervé, pas la peine

de sortir toutes vos affaires,

juste votre trousse.

Aurore, asseyez-vous.

Aurore, asseyez-vous.


LAURA

Monsieur,

il y a vraiment contrôle?


PROFESSEUR DE SVT

Laura, vous aviez

pas noté qu'il y avait

contrôle aujourd'hui?


LAURA

Si, si...


PROFESSEUR DE SVT

Si. Allez, c'est bien.


OCÉANE

Monsieur, j'ai noté, moi,

qu'il y avait contrôle.


PROFESSEUR DE SVT

C'est bien, Océane.


Le PROFESEUR distribue un questionnaire à chaque élève.


Des élèves rigolent au fond de la classe.


HERVÉ et CAMEL font de leur mieux pour répondre au questionnaire.


LAURA écrit un petit mot qu'elle passe derrière à LOÏC.


PROFESSEUR DE SVT

On se tait, là!


LAURA

(Chuchotant)

Hé, Loïc!

Loïc, tu passes?


LOÏC

HERVÉ)

De la part de toutes les filles

de la classe.


HERVÉ

Ah ouais?


LOÏC

Ouais.


HERVÉ ouvre le billet et lit : T tro moche et ta 1 tête 2 merd2.


CAMEL

C'est quoi? Hein? C'est quoi?


Chuchotant

C'est quoi?


PROFESSEUR DE SVT

Oh!


HERVÉ marche d'un pas rapide, suivi du PROFESSEUR DE SVT.


HERVÉ se dépêche d'entrer dans l'immeuble où il habite et le PROFESSEUR aussi. Tous les deux montent dans l'ascenseur sans se dire un mot. HERVÉ écoute de la musique dans ses écouteurs.


HERVÉ sort à son étage.


HERVÉ

Au revoir!


HERVÉ entre chez lui, dépose son sac.


MÈRE D'HERVÉ

Dis donc, mon petit chéri,

viens voir.

(Rentrant du linge du balcon.)

C'est catastrophique, regarde.

T'as vu? Il y en a plein le linge.

Sur les caleçons, les t-shirts,

les chaussettes, partout.

J'ai plus qu'à tout relaver.


HERVÉ

Putain, mais c'est de

la vieille merde!


MÈRE D'HERVÉ

Oui, bien, t'es pas obligé

d'employer ces mots, non plus.

Je sais pas ce que c'est.

C'est un produit qui coule

du balcon de ton prof en haut.

J'ai essayé de regarder, mais

je vois pas d'où ça peut venir.

Lui, il dit que ça vient pas

de chez lui, alors...


HERVÉ

Il m'a fait des attouchements,

tout à l'heure, dans l'ascenseur.


MÈRE D'HERVÉ

Non.



HERVÉ

Si, si, il m'a touché la bite,

comme ça.


MÈRE D'HERVÉ

T'es con ou quoi?

C'est pas drôle.

Un jour, ça t'arrivera

et je te croirai plus, et tu

seras tout seul avec ton secret.

Tu rateras ta vie.


La MÈRE D'HERVÉ prend son linge et sort de la cuisine. [HERVÉ

Bien, merci.

Je peux compter sur toi, alors.


La MÈRE D'HERVÉ revient et prend son fils dans ses bras.


MÈRE D'HERVÉ

Excuse-moi.


HERVÉ tire le rideau de la porte-fenêtre.


HERVÉ

Attends, attends,

on pourrait nous voir, là.


Plus tard au salon, HERVÉ regarde la télé en mangeant, étendu sur le divan.


ANIMATEUR TÉLÉ

Bonjour à tous,

c'est La Rue de la Quintaine.

Vous êtes ici chez vous.

La classe de cette semaine...


MÈRE D'HERVÉ

Dis, tu sais ce que j'ai

trouvé dans mes mails

ce matin, à l'agence?


HERVÉ

Non, vas-y, raconte.


MÈRE D'HERVÉ

Tes notes.

Ils m'ont envoyé ton bulletin

par mail, c'est moderne.


HERVÉ

Ah ouais? Et alors,

ça t'a plu? T'as kiffé?


MÈRE D'HERVÉ

Hum... Tu fais le malin,

mais c'est pas jojo, hein?

(S'approchant de son fils)

Comment tu fais

pour jamais dépasser 10?


HERVÉ

Bien, il vaut mieux

avoir 10 que moins.

De toute façon, je suis en 3e,

alors ils peuvent plus me virer.


MÈRE D'HERVÉ

Oui, mais j'aimerais tellement

que t'aies 11 ou 12, au moins

une fois.

(Appuyant ses jambes sur celles de HERVÉ)

Que je puisse me dire: il y a

du progrès, il y a de l'avancée.

Un peu comme une plante

qui pousse, tu vois?

Toi, tu restes au niveau du sol.

On dirait que tu veux pas

grandir.

Tu vois ce que je veux dire?


HERVÉ

Wahou, quelle image!

T'es poète ou quoi?


MÈRE D'HERVÉ

Et puis tes profs, ils mettent

jamais "peut mieux faire" ou

"capacités inexploitées".

Ils mettent toujours

"élève moyen".

Le monde est de plus en plus

dur. Il y aura de moins en moins

de place pour les gens moyens.

Elles sont bonnes,

ces pâtes au fromage, non?

Ça me rappelle les coquillettes

quand j'étais petite.


HERVÉ

T'es grave.


MÈRE D'HERVÉ

C'est ça, la dépression.

Tu te souviens de ton passé,

t'as des grosses

bouffées de nostalgie.

Je suis bien obligée de

les exprimer, sinon avec qui

je pourrais partager ça?

Hervé...

(Grouillant ses orteils)

Sois gentil... avec ta mère.


HERVÉ

Bon, ils me font mourir,

tes pieds, là..


MÈRE D'HERVÉ

Oh...


HERVÉ est à la fenêtre de sa chambre dans le noir et regarde la voisine d'en face se dévêtir.


Un bruit de porte ramène HERVÉ à son lit. HERVÉ allume une lampe au passage. Sa MÈRE entre.


HERVÉ

Merci, j'ai dit: "entrez".

Tu peux entrer, fais

comme chez toi.


MÈRE D'HERVÉ

(Sortant)

Oh, pardon!


La MÈRE D'HERVÉ frappe à la porte.


HERVÉ

Non, je suis occupé!


MÈRE D'HERVÉ

(Poussant la porte)

Oui, bien, tu m'énerves.

J'en ai pour deux minutes,

je mets ça dans le placard.


HERVÉ

Non, mais c'est bon, là,

je peux être tranquille!


MÈRE D'HERVÉ

Tu veux te masturber?


HERVÉ

Non, mais sors, là. C'est bon.


MÈRE D'HERVÉ

Aïe, aïe, aïe!


HERVÉ

Sors! Sors!


HERVÉ se lève pour bien fermer la porte derrière sa mère et reste un moment pour écouter.


HERVÉ éteint la lumière et retourne à sa fenêtre trop tard. HERVÉ se retourne à son lit, frustré. HERVÉ prend une revue et une chaussette.


Au matin, le réveil fait jouer la radio.


ANIMATEUR RADIO

De 6h à 8h du mat',

les réveils technos

sur Audio Remix.

Mégamix.


HERVÉ se réveille, et commence à s'habiller. En enfilant une chaussette, HERVÉ se rend compte rapidement de son erreur.


HERVÉ

Ah... Putain!


HERVÉ fait le trajet en autobus debout dans l'allée devant une jeune fille assise. HERVÉ soulève son chandail pour vérifier qu'il bande.


HERVÉ est au cours de mathématiques.


PROFESSEUR DE MATHS

Et donc, je vous rappelle

que si B, D et K sont nuls...


HERVÉ

BENJAMIN)

Mais genre, tu vois,

j'arrive dans le bus, je

m'accroche à la barre, et là...

Pfiou! Putain,

j'ai une gaule de ouf et tout.


BENJAMIN

Mais c'est les ondes

électromagnétiques qui font

bander, c'est tout à fait connu.

En fait, dans la bite, tu vois,

t'as des récepteurs

qui réagissent aux ondes

des moteurs.

Les ondes dilatent les veines

dans la bite et le sang,

il monte comme s'il voulait

sortir de ta bite.

Et hop! T'as une gaule d'enfer.

C'est un gros problème

sur les chantiers.

Les mecs, tu vois,

qui conduisent les tracteurs.

Imagine la galère: toute

la journée, grosse teub

dressée et tout.


NICOLAS

J'aimerais bien conduire

des engins comme ça, moi.


PROFESSEUR DE MATHS

Sinon, j'ai vos devoirs.

Ceux de la dernière fois.

Il y a un souci,

je pense qu'il y a

une belle majorité d'entre

vous qui n'a pas compris

le concept d'abscisses

et ordonnées.

Écoutez, on va revoir ça.


LOÏC

Monsieur?

Vous pouvez donner les copies

dans l'ordre des notes?


BENJAMIN

Ah, oui, ça serait bien, ça.


HERVÉ

Non, non, non!


LOÏC

Ça permet de nous situer

dans la classe, de voir

notre progression.

Comment on évolue.


PROFESSEUR DE MATHS

Il faudrait faire un débat,

mais on n'a pas le temps.

On fera ça la prochaine fois.

On va travailler plutôt.


WULFRAN

Hé, monsieur. Il me semble que

les élèves voudraient un débat.


PROFESSEUR DE MATHS

De quoi je me mêle?


ANAS

Monsieur! Wulfran,

c'est notre représentant.

Il a été élu au suffrage

universel, tu vois? Donc, là,

il a la chance de faire ça,

donc autant qu'il fasse ça, OK?


PROFESSEUR DE MATHS

Voilà, asseyez-vous. Merci.


WULFRAN

Bon, alors...

Qui c'est qui est pour faire

un vote sur le débat?

Bon, je crois qu'il y a

la majorité. Je pense qu'on

va faire un débat.


PROFESSEUR DE MATHS

Asseyez-vous. Asseyez-vous.


HERVÉ

C'est quoi, cette histoire?


NICOLAS

Bien sûr que si, c'est trop

bien, les classements.


HERVÉ

Mais t'es ouf, toi!


BENJAMIN

Mais attends, t'es

totalement cryptofasciste.


HERVÉ

Mais c'est clair!

Attends, t'es ouf, toi.


NICOLAS

Attends, mais les classements,

c'est la vie. Les forts, ils

doivent écraser les nuls.

(Plus tard à la cantine, HERVÉ mange avec CAMEL et BENJAMIN.)


HERVÉ

Moi, c'est les pieds que je

préfère dans le corps des meufs.

Quand je regarde

les pliures du plastoc

sur les chaussures,

je peux dire hyper facilement

si une meuf a

des beaux pieds ou pas.


BENJAMIN

T'es totalement déviant.

T'es un fétichiste déviant, toi.


HERVÉ

J'aime les meufs

qui ont des beaux pieds.


CAMEL

Laura?


HERVÉ

Beaux pieds.


CAMEL

La prof d'histoire?


HERVÉ

Ouais, bof.


BENJAMIN

Jenifer?


HERVÉ

Euh, non, moches pieds.


CAMEL

Aurore?


HERVÉ

Ah ouais, pas mal.

Pas mal pieds, je dirais.


NICOLAS

Et moi?


HERVÉ

Toi, tes pieds,

ils sont ignobles.

J'ai même pas besoin

de voir tes chaussures.

Rien qu'à voir ta tête, c'est bon.


NICOLAS

Bien, merci, hein.

(Quelqu'un vient pour s'asseoir à la table, mais HERVÉ bloque l'accès.)


HERVÉ

Non, non, c'est pris ici.


BENJAMIN

Il y a pas de place, là.

Allez, casse-toi.


CAMEL

On aurait pu le laisser

s'asseoir, quand même.


NICOLAS

On n'est pas obligés non plus.


HERVÉ

Bon, c'est quand qu'on sort

avec une meuf? Hein?


WULFRAN et JENNIFER prennent les deux places libres


WULFRAN

Hé, Jenifer. Je t'aime.

Mon amour, tu vois,

c'est comme...

un océan.

Un océan où tu serais la plage.

Tu voudrais bien être ma plage?


JENNIFER

Oui.

(Un étudiant passe près de la table et fait exprès de renverser son cabaret sur BENJAMIN.)


BENJAMIN

Oh, putain, non! Oh...


Dans une boutique de musique, CAMEL et HERVÉ essaient des guitares.


AURORE, LAURA et SADIA entrent et se dirigent au comptoir.


AURORE

Bonjour. Excusez-moi,

est-ce que vous

auriez une partition

pour contrebasse de Mozart?


VENDEUSE

Mozart. Non, mais tout

ce que j'ai, c'est là.


AURORE

Merci.


UNE CLIENTE

Je viens--

Encore vous?


VENDEUSE

Vous allez pas venir

m'emmerder tous les jours?


UNE CLIENTE

Qu'est-ce que vous avez

à me regarder comme ça?

Allez, casse-toi!


VENDEUSE

Plus vite! Plus vite!

(CAMEL et HERVÉ s'en donnent à cœur joie avec les guitares.)


VENDEUSE

Hé, vous, les deux singes

en haut! Vous allez

arrêter, oui?

Putain, mais quoi!


LA CLIENTE revient d dans le magasin.

VENDEUSE

Merde...


LA CLIENTE monte à la mezzanine où CAMEL joue encore. LA CLIENTE interpelle CAMEL.


CAMEL

Ah, c'est quoi?


UNE CLIENTE

Excusez-moi.


UNE CLIENTE

Vous n'avez pas vu un homme,

la quarantaine, toujours la cigarette

à la bouche?


CAMEL

C'est quoi, ça? Pardon,

je comprends pas ce que...

Mon mari est sorti.

Il y a les émeutes des jeunes.

Le général de Gaulle a disparu.


HERVÉ

Mais non, mais vous êtes pas

au courant? Hé, on est

dans le futur ici.

On vient de vous décongeler.


UNE CLIENTE

Ah bon?


HERVÉ et CAMEL se bidonnent. LAURA et AURORE se sont approchées.


LAURA

Il faut vraiment pas

avoir de coeur.


AURORE

Oh, mais c'est bon,

c'est marrant.


À l'arrêt d'autobus, CAMEL et HERVÉ attendent.

CAMEL

Tiens.


HERVÉ

Putain, mais j'en ai marre

des La Redoute.

On peut pas se prendre

un vrai truc de cul, plutôt?


CAMEL

T'es fou, c'est des filles

de la vraie vie là-dedans,

c'est bien.

Maintenant, c'est ultra rare,

complètement introuvable.

"La Redoute, 1986".

Oui, je l'ai pris

à ma grand-mère après

qu'elle est morte.

Pendant qu'HERVÉ feuillette la revue Tu remarques rien? [HERVÉ

Pfft.


CAMEL

Les photos sont pas

retouchées par ordinateur

comme aujourd'hui.

Regarde, on voit bien.

La chatte, les tétons.

Regarde leurs seins

comme ils sont bien soyeux.


HERVÉ

Wouh! Tu kiffes les seins

soyeux et bien épais,

comme tes cheveux.


CAMEL

Hé, c'est mon style, hein.


AURORE approche pour attendre l'autobus. CAMEL prend son catalogue et part en vitesse.


HERVÉ et AURORE sont debout dans l'allée du bus.


Un siège se libère et HERVÉ va s'asseoir.


AURORE vient s'asseoir sur le siège à côté.


AURORE

Salut.


HERVÉ

Salut.


AURORE

Elle était trop cheloue,

la vieille, hein!


HERVÉ

Ouais.


AURORE

Tu crois que c'est Alzheimer?


HERVÉ

Oui, ça doit être ça, oui.


AURORE

T'imagines

si on finit comme ça?


HERVÉ

Ouais! Ouais,

on aura un cancer.


HERVÉ rit de manière idiote et se ridiculise.


HERVÉ embrasse le miroir dans la salle de bains quand sa mère entre sans frapper.


MÈRE D'HERVÉ

Tu peux baisser

ta musique d'Arabe?


HERVÉ

Putain, frappe, merde!


MÈRE D'HERVÉ

Dans ta chambre, oui. La salle

de bain, c'est pour nous deux.

(Prenant sa brosse à dents)

Tu faisais quoi?

Tu te masturbais?

Tu pensais à quoi?


HERVÉ

À toi. Non, c'est bon,

l'intimité et la pudeur,

tu connais là?


MÈRE D'HERVÉ

Oh là là!

Je t'ai porté là, alors

c'est pas à moi que tu vas faire

le couplet sur l'intimité

entre les gens!


HERVÉ

Mais tu me fais chier!

Tu me fais chier!

Tu me fais chier!

J'en ai marre, là, OK?

Putain! Tu m'emmerdes!

OK? Putain!

Moi, si ça continue,

j'appelle Enfance maltraitée!


MÈRE D'HERVÉ

Eh bien, appelle-les! Appelle!

Tu vas te retrouver dans

un foyer, tu seras bien content!


HERVÉ

Tu m'emmerdes! Tu m'emmerdes!

Oui, je serai bien content,

parce que toi, tous les jours,

tous les jours tu me casses

les couilles avec ta branlette!

Tu m'emmerdes!

Tu m'emmerdes! Putain!

On peut même plus se branler

tranquille dans cette maison!


CAMEL rejoint ANAS et JENNIFER dans la salle des pas perdus.


LAURA et AURORE se tiennent par les épaules. [UN ÉTUDIANT

Putain, j'arrive pas

à y croire, mon vieux.


CAMEL

Putain, c'est la merde.

Qu'est-ce qu'il y a, là?


GOULVEN

C'est grave!


CAMEL

Ah ouais?


Des filles n'arrêtent pas de pleurer.


CAMEL

Hé, pourquoi vous pleurez?

(HERVÉ, BENJAMIN et NICOLAS sont regroupés plus loin.)


HERVÉ

Hé, mais qu'est-ce

qu'il se passe ici, là?


BENJAMIN

Bonne nouvelle, Loïc est mort.


HERVÉ

Sérieux?


HERVÉ

Mais c'est quoi qui l'a tué?


NICOLAS

Non, mais l'important,

c'est qu'il soit mort.

(Dans la classe de français, tous affichent un air concentré.)


PROFESSEUR DE FRANÇAIS

(Lisant)

"Ma petite femme,

"je t'écris cette lettre

sur une pierre plate

"dans la boue et les douilles,

entre deux averses

de pluie glacée."

"Je ne sais pas

si elle te parviendra,

je préfère ne pas y penser."


CAMEL

(Chuchotant à HERVÉ)

De quoi il peut être mort?

Overdose?


BENJAMIN

Méningite foudroyante.

Je l'ai vu, hier. Il faisait

comme ça avec son cou.

Comme s'il avait un torticolis.

Ils vont tous nous mettre

en quarantaine.

On le sait pas encore, mais

parmi nous, il y en a plein

qui sont condamnés.


NICOLAS

Doucement, tu perds la tête.


PROFESSEUR DE FRANÇAIS

Dites donc, la bande des quatre.

Si ma façon de lire ne vous

plaît pas, vous pourriez avoir

le respect d'écouter

le texte pour ce qu'il est.

Vous avez une sensibilité?

Au fond de vous-même.

Vous n'êtes pas complètement

frigorifiés?


CAMEL

Non, monsieur.

On n'est pas frigorifiés, nous.

"Gna, gna, gna, gna."

Eh bien, me voilà rassuré, Camel.

On continue.

(Lisant)

"Hier, une offensive a été

lancée et nous sommes

partis au combat."


HERVÉ est aux lavabos.


CAMEL

(Dans un cabinet de toilette)

Hervé! Hervé,

je te fais une tartine.


HERVÉ

Oh, putain!


HERVÉ a le pantalon éclaboussé.


LA PRINCIPALE marche avec monsieur JEANQUATTE dans la cour.


MONSIEUR JEANQUATTE

Vous savez, Loïc,

la mort n'est pas

une fin en soi.

Ça peut être le

début de quelque chose.

N'est-ce pas, Mme Duguesclin?


LOÏC marche avec la PRINCIPALE et monsieur JEANQUATTE.


LA PRINCIPALE

Mais oui, c'est tout à fait vrai.

Vous savez, c'est

comme le brevet des collèges.

On croit que c'est

la fin de quelque chose,

et en fait, c'est

le début d'une nouvelle ère.

En plus, vous travaillez bien,

Loïc.


HERVÉ sort des toilettes.


AURORE


Regardant le pantalon d'HERVÉ

Qu'est-ce que

tu t'es fait là?


HERVÉ

Non, non, mais c'est le

robinet, c'est pas de la pisse.


AURORE

Tu savais que le grand-père

de Loïc est mort.


HERVÉ

Ah, c'est son grand-père!

Ah, je me disais...


AURORE

(Au bord des larmes)

Ils sont morts,

toi, tes grands-parents?


HERVÉ

Ouais, bien, ouais, ouais.

Ils sont morts dans un accident

de voiture quand j'étais petit,

je m'en souviens plus.

Complètement écrabouillés,

les quatre d'un coup! Prrrt!


AURORE

Moi, ils sont encore vivants, tu vois.

Ça me ferait trop bizarre

s'ils mouraient. Je sais,

je les aime trop.


HERVÉ

Mais non, mais t'inquiètes,

ils vont pas mourir.

Non, mais sérieux,

ils vont mourir, mais...

Enfin, pas maintenant,

Les grands-parents, ils meurent

très, très vieux, en général.

Ils sont moyens vieux

ou vieux vieux, les tiens?


AURORE

Moyen vieux.


HERVÉ

Moyen vieux?

Non, mais moyen vieux, ils vont

jamais mourir, t'inquiète.

Enfin, si, mais... Enfin, non.


AURORE

Merci.


HERVÉ rit de manière insignifiante.


HERVÉ est couché dans son lit et regarde une revue de musculation en écoutant la radio.


ANIMATEUR RADIO

Dans le cadre unique

des remparts de Saint-Malo,

assiste au concert des

meilleurs rappeurs de Bretagne:

Armand Ghetto, Rennes en

force, les Cousins de Lamballe

et des dizaines d'autres groupes,

avec, pour cette première édition,

la présence exceptionnelle de

50 Cent comme parrain

du rassemblement.

Un événement historique

à ne pas manquer.

Tu veux rencontrer

des jeunes...


HERVÉ se lève en catastrophe et cherche dans son agenda.


HERVÉ

Oh, putain!

Français, expozé Mec

historik a rendre.


AURORE et HERVÉ font le circuit d'autobus ensemble.


AURORE

(Lisant)

"Ainsi, la carrière

de Curtis Jackson,

"alias 50 Cent, aurait pu ne

jamais commencer s'il était

mort suite aux neuf balles

"qu'il a prises dans le

corps à cause de problèmes liés

à divers trafics en tout genre.

"Mais comme le disait 50 Cent:

'Beaucoup d'hommes

me souhaitaient la mort,

mais je suis immortel, négro.'"

Ouais, bof, ta conclusion,

je suis pas vraiment sûre.

Je sais pas.

Je la trouve un peu... malhabile.


HERVÉ

Mais si c'est ce qu'il a dit?


AURORE

Ouais, mais non.

Je pense que tu peux

faire plus percutant, tu vois?

Et franchement, je suis pas sûre

que 50 Cent soit vraiment

un personnage historique.


HERVÉ

Quoi? Non, mais attends,

il est complètement

historique, ce mec.


AURORE

Ouais... Le gars qui lui a

tiré dessus, il a dit quelque

chose avant de tirer?


HERVÉ

Euh, ouais. "Ouais, putain,

négro, t'as voulu te la jouer!

Non, mais tu te prends

pour qui, négro, putain?"

(Imitant des tirs de revolver)

Pan! Pan! Pan! Pan! Pan! Pan!


AURORE

D'accord. D'accord.

Au gymnase, les garçons font de la course en slalom, à l'aveugle [PROFESSEUR DE GYM

Benjamin, Meryl,

préparez-vous.


BENJAMIN

Non, j'ai trop peur,

je vais faire un malaise.


PROFESSEUR DE GYM

Oui, bon, écoutez votre malaise,

vous le ferez sur le terrain. Allez-y!

(Donnant un coup de sifflet)

C'est bien, restez dans les

plots. Mentalisez le parcours!


LOÏC

LAURA)

Allez, tu t'en remettras.


PROFESSEUR DE GYM

Allez, restez dans les plots,

c'est bien!


AURORE se penche pour nouer ses lacets. HERVÉ en profite pour regarder son décolleté.


PROFESSEUR DE GYM

Il faut mémoriser le parcours!

C'est bien, c'est bien.

Pas mal, pas mal. Nul!


CAMEL

HERVÉ)

Elle t'a vraiment aidé

à faire ton exposé?

Moi, je dis, ça sent le plan sexe.


HERVÉ

Ouais, t'es un petit génie, toi.


CAMEL

Ouais.


PROFESSEUR DE GYM

En aveugle, j'ai dit!

Hervé, Camel, allez.


SADIA et FRANÇOISE s'approchent de la professeure.


SADIA

Madame, il y a

Laura qui pleure.

Loïc vient de la larguer.


PROFESSEUR DE GYM

Camel, c'est nul, ça!


CAMEL s'affale à plat ventre sur le sol.


SADIA

Laura, ça va?


LAURA

Mais ta gueule,

toi! Sale boudin!


HERVÉ se dirige droit vers le matériel entreposé avec son bandeau sur les yeux.


HERVÉ

Il y a pas de sifflet, madame?


HERVÉ trébuche et s'écrase dans le trampoline replié.


Quelques objets lourds tombent sur HERVÉ qui sort le nez ensanglanté.


Une fille du groupe s'évanouit.


Dans le bus, HERVÉ est assis. Il a encore des bouchons de ouate ensanglantés dans les narines. AURORE s'approche.


AURORE enjambe le siège d'HERVÉ et soulève son sac pour s'asseoir.


AURORE

Ah, putain, il est

super lourd, ton sac!


LAURA

Il y a quoi là-dedans?

Tu voles ou quoi?


HERVÉ

Non.


AURORE

(Cherchant à ouvrir le sac d'HERVÉ)

Vas-y, fais voir.


HERVÉ

Non, non, non.


AURORE

Moi, je vole.


Montrant un emballage de gadgets

Regarde,

j'ai pris ça aujourd'hui.


HERVÉ

Et tu fais quoi avec après?


AURORE

Je sais pas.

Ça m'excite. Je trouve ça

super excitant, tu sais.

Tu sais, quand je vole,

à chaque fois, je me dis:

ouais, c'est la dernière fois

que je le fais.

Et c'est là que ça devient

vraiment bon, tu vois?

Tu sais, je vole. Des fois, je

jette directement à la poubelle,

mais c'est juste histoire

de voler. Je trouve ça excitant.

Non, ça te le fait pas, toi?


HERVÉ

Non. Enfin, en général,

je préfère acheter,

mais voler, c'est cool aussi.


AURORE

Les filles, elles aiment bien

les nez cassés.

Tu sais, genre sexy un petit peu.

Viril, tu vois, le boxeur.

Bon, moi, je suis pas

trop fan, mais...


HERVÉ

Putain, en tout cas, j'espère

qu'il est pas cassé le mien,

parce que déjà qu'il est

bien énorme au naturel.


AURORE

Mais ça te fait mal?


Appuyant sur le nez d'HERVÉ.

Genre, si je fais ça, t'as mal?


HERVÉ

Aïe, putain!


AURORE

Oh, ça doit être chiant

pour embrasser.


HERVÉ

Ah ouais, j'y vais.


AURORE retient HERVÉ et l'embrasse sans crier gare.


HERVÉ regarde le catalogue de CAMEL.


HERVÉ est devant les machines distributeur. Un jeune rasé arrive


JEUNE RASÉ

Tu mets du temps, là, asyv!

Asyv, casse-toi, fils de pute!


AURORE

Salut.


HERVÉ

Salut.


AURORE

Tu fais quoi samedi soir?


HERVÉ

Euh... Samedi soir...

Bien, non, j'aime pas trop

sortir le samedi soir.

Parce que c'est un peu le jour

de la semaine où je peux

me reposer et tout.


AURORE

Ah, ouais? Parce qu'en fait,

ma soeur fait une fête

pour son diplôme d'école

de commerce chez moi.

Et comme je peux inviter

des copains, je me disais,

peut-être tu pouvais venir.


HERVÉ

(Tenant une banane déjà pelée.)

Ah, bien...

Bien, enfin, je sais pas

si j'ai un truc.

Enfin, je te redirai.


CAMEL

(S'immisçant)

Salut. Moi, je suis libre,

je peux venir?


AURORE

Euh, bien, écoute...

Faut voir.


CAMEL

Est-ce qu'il y aura

des gens genre Laura?

Ouais, elle sera là Laura?


AURORE

Bien, écoute...

Bon, je vais y aller.


AURORE s'en va pour chasser le malaise


AURORE

Elle veut ton corps.

Elle veut ton corps, mec.


HERVÉ

N'importe quoi. Elle a dit:

"Je peux inviter des 'copains'."

Elle a hyper insisté sur "copain".


CAMEL

Elle veut ton corps.

Moi, je vais emballer Laura.

Séduction orientale, mec.


HERVÉ soupire en s'éloignant.


CAMEL

(Suivant HERVÉ)

Hé, tu me passes

de la banane?


Les quatre copains sont réunis devant un jeux de Ouija et boivent de la bière.


BENJAMIN

Vas-y, envoie la binouze.

C'est bon, t'as fini, là?


NICOLAS

Il y a comme déjà

une ambiance de cadavre.


BENJAMIN

(Prenant une gorgée)

Allez, on y va?


ENSEMBLE

(En posant un doigt sur le pied d'un verre renversé)

Satan, prince des ténèbres,

permet à tes enfants

de parler avec les morts.

Satan, prince des ténèbres,

permet à tes enfants

de parler aux morts.

Qui es-tu, esprit

des ténèbres? Qui es-tu?

Tu es Lucifer?


Le verre va vers le non ou vers le oui selon la question.


HERVÉ

C'est toi, papi?


CAMEL

Hitler?

Oh, putain, c'est Hitler.


NICOLAS

Attendez, c'est bon, les

gars, on arrête, là.


BENJAMIN

Je sais pas,

posez une question, vous.


CAMEL

Euh... Hitler?

Est-ce que je vais...

rouler une pelle à Laura?

Même la niquer

pendant la teuf, hein?

"T", "R", "O", "P", "A".


NICOLAS

C'est chelou, quelqu'un

a répondu "trop pas".

Qui c'est qui va sortir

le premier avec une fille ici?


BENJAMIN

"B", "E", "N".


BENJAMIN

Oh, putain, t'es relou!


HERVÉ

Hé, mais t'es lourd, vas-y.


BENJAMIN

Hé, c'est pas moi

qui fais bouger le verre.


NICOLAS

J'ai eu trop peur.

Mon coeur battait trop vite.


BENJAMIN

Putain, c'est pas

moi qui bouge le verre.


HERVÉ

C'est naze comme technique.

On devrait égorger des animaux

pour invoquer Satan.


CAMEL

On peut aller à Truffaut

acheter des poussins,

c'est pas cher.


HERVÉ

Ouais, voilà.


BENJAMIN

Venez, on fait

le truc de la télé.

Tu te mets sur une chaîne

où il y a du brouillage.

Et t'invoques les esprits.

Les esprits, ils créent

des interférences.


NICOLAS

Hum...


HERVÉ

Mais c'est naze.


CAMEL

C'est naze.


HERVÉ

Toutes tes techniques, elles

sont nazes. T'es naze.


CAMEL

T'es naze.


HERVÉ

T'es naze et t'es gros.


Une vibration se fait entendre soudainement.


BENJAMIN

Oh, merde, mon portable.


CAMEL

Putain...


HERVÉ

Depuis quand t'as un portable?

Tu connais personne à part nous.


BENJAMIN

La ferme.

Allô, maman? Oui, maman.


NICOLAS

(Pouffant)

"Allô, maman?"


Le lendemain tout près de l'école, AURORE marche avec HERVÉ.


AURORE

Mais euh...

tu pourrais dire à Camel de

pas venir aussi, s'il te plaît?

Parce que là, il s'est un peu

incrusté, et Laura

m'a vraiment dit que s'il venait,

elle viendrait pas, donc...


HERVÉ

Pas de problème. C'est parce

qu'il est Arabe, je comprends.


AURORE

N'importe quoi, c'est pas

parce qu'il est arabe.


HERVÉ

Non, mais Camel,

je lui dis un truc,

il comprend tout de suite.

Je suis comme son grand-frère.


AURORE rejoint ses amies et HERVÉ approche de BENJAMIN et CAMEL qui discutent.


CAMEL

Tu vois, ça tombe bien.


NICOLAS

Y a moyen de venir

à la fête d'Aurore?

Benjamin et moi,

on aimerait bien venir.


HERVÉ

Non, c'est mort.


BENJAMIN

C'est bon, essaye de nous

incruster. Je sais pas,

fais un effort.


HERVÉ

Non, c'est pas possible.

C'est pas très grand,

il y a plus de place.

En plus, c'est sur invitation,

il y a plus d'invitations.

Y a des invités, ils pourront

même pas venir.

Moi, c'est juste, déjà.


NICOLAS

T'es vraiment une ordure.

Tu pourrais lui demander.


BENJAMIN

C'est bon. Laisse-les.

Ils sont bien contents

de se débarrasser de nous.

Je viens de comprendre

le sens du mot "hypocrisie".


CAMEL

Bon, c'est bon

de l'air! Lâchez-nous.

Bon, alors, on fait comment?


HERVÉ

Bien, justement,

je voulais te dire...

Je voulais... Euh...

Hum.

Je suis pas sûr

d'y aller, en fait.


CAMEL

Ah bon?


HERVÉ

Ouais.

Non, mais viens, je suis sûr,

ça va être pourri.

Viens, on y va pas.


CAMEL

Mais t'es fou,

on va s'éclater. Moi,

j'y vais si t'y vas pas.

Donne-moi l'adresse d'Aurore.

Attends, je la note.

T'es fou, hein. T'es fou.


PROFESSEUR DE FRANÇAIS

Emma et Mondrian...

très brillant. 18.

(S'avançant devant SADIA qui pleure)

Allez, Sadia, remettez-vous.

Tout n'est pas perdu.

Vous pouvez mieux faire, hum?

Rien ne sèche plus vite qu'une

larme, disait Oscar Wilde.


KOULMEN

Putain, elle a 14 et elle chiale.

Grosse désespérée de la vie.


PROFESSEUR DE FRANÇAIS

Mahmoud. Pas mal, votre exposé

sur Jimmy Carter.

Vraiment bien. 17.


GOULVEN

Regarde.


PROFESSEUR DE FRANÇAIS

Laura.


GOULVEN

(Montrant le dernier livre écrit par le professeur)

"L'itinéraire trash et

tourmenté d'un professeur

de français de collège

dans le milieu gay breton

underground."


PROFESSEUR DE FRANÇAIS

Goulven, qu'est-ce que

vous cachez là? C'est quoi?


GOULVEN

Monsieur, je peux

avoir une dédicace?


PROFESSEUR DE FRANÇAIS

Euh... Bon, tout à l'heure.

Rangez-moi ça.

Hervé... qui nous fait

un exposé sur un athlète-rappeur

américain.

"Cinquante cents".

C'était mal parti,

et puis la conclusion donne

un tout autre éclairage

à l'ensemble.

On est sous le charme. 12.


HERVÉ

Oh, la vache! 12 sur 20!

C'est le plus beau jour

de ma vie.


PROFESSEUR DE FRANÇAIS

Euh... Camel, vous,

vous avez choisi

Jean-Luc Reichman.

Manque de pertinence quant

à l'importance historique.

8 sur 20.

Putain, j'avais bossé

comme un malade.

Langage.

Bon, sortez vos lettres

de militaires.

On va poursuivre la lecture.


HERVÉ

BENJAMIN)

Hé, passez un livre,

on a oublié le nôtre.


BENJAMIN

Mais oui.


HERVÉ

Cool, merci.


BENJAMIN

En fait, non.


HERVÉ

Hein?

Comme ça tu comprends

le sens du mot "hypocrisie".


HERVÉ

Vas-y, fais pas

ton bâtard, mon gars.


PROFESSEUR DE FRANÇAIS

Nous en étions, je crois...

page 129.


HERVÉ finit par trouver un livre et l'ouvre.


PROFESSEUR DE FRANÇAIS

(Lisant)

"Hier... une offensive a été lancée et

nous sommes partis au combat."


HERVÉ est grimpé sur un caddie que sa mère pousse dans une allée du supermarché.


MÈRE D'HERVÉ

Descends de ce caddie.


HERVÉ

Oh, c'est bon.


PROFESSEUR DE FRANÇAIS

Prends-moi trois "pertes

importantes", le paquet violet.


MONSIEUR JEANQUATTE

Hé, mais qui voilà?

Mon pote Hervé.

Checke , man. Ça va?


HERVÉ

Bonjour.


MONSIEUR JEANQUATTE

Bonjour, madame.


HERVÉ

C'est M. Jeanquatte,

le CPE du collège.


MÈRE D'HERVÉ

Ah! Bonjour, monsieur.


MONSIEUR JEANQUATTE

Bonjour, madame.


MÈRE D'HERVÉ

Vous devez avoir des journées

chargées, il doit vous donner

du fil à retordre.


MONSIEUR JEANQUATTE

Mais c'est une petite

racaille, Hervé!


MÈRE D'HERVÉ

C'est-à-dire?

S'il fout le bazar, il faut

pas hésiter à me le dire.

C'est quoi, cette

histoire de racaille?


HERVÉ

Non, mais...


MONSIEUR JEANQUATTE

Mais non, madame,

il est très gentil.

C'est un des plus gentils

et il se comporte très bien.


MÈRE D'HERVÉ

Vous savez, c'est un truc de

famille, son père est militaire.

C'est le genre de gars:

"Il y a que moi qui compte.

Paf! Je roule pour moi,

poussez-vous que je m'y mette."

Il est comme ça, Hervé.

Hésitez pas, mettez-lui 2 heures

de colle, ça le fera travailler.


LA PRINCIPALE

(Se frottant contre JEANQUATTE)

Bonjour!


MÈRE D'HERVÉ

Bonjour.


MONSIEUR JEANQUATTE

Hervé, 3e C.

Et c'est sa maman.


MONSIEUR JEANQUATTE

Bon, bien...


LA PRINCIPALE

On n'a pas fini les courses.


MONSIEUR JEANQUATTE

On va vous laisser

faire vos courses, alors.


MÈRE D'HERVÉ

Ah, bon. Bien, bonnes courses

à vous aussi, alors.


MONSIEUR JEANQUATTE

C'est secret, OK?


HERVÉ

Aucun problème, négro.


MONSIEUR JEANQUATTE

Au revoir, madame.


MÈRE D'HERVÉ

Au revoir.


HERVÉ et sa mère poursuivent leurs courses.


HERVÉ prend quelques bananes et commence à en manger une tout de suite.


ANNONCE RADIO

Message à la sécurité.

Youssef est demandé à l'entrée.

Merci, Youssef.


MÈRE D'HERVÉ

Hé, y a une fille que t'aimes

qui va à cette fête, hein?


HERVÉ ignore sa mère


MÈRE D'HERVÉ

Je suis sûre!

T'as jamais été aussi motivé

pour venir au magasin avec moi.

Tu veux te faire beau?


HERVÉ

Oui, c'est ça, t'as

tout compris à la vie, toi.


MÈRE D'HERVÉ

Je te connais.

Je suis dans ta tête.

Je suis dans ta tête!


HERVÉ

Hé, putain! Vois le pull.

Vois le pull!

Hé, mais regarde, il est trop

stylé. Il me faut un truc

comme ça, s'il te plaît,

Ils en ont tous dans ma classe.

S'il te plaît.


MÈRE D'HERVÉ

Non, non.


HERVÉ

Mais regarde, mais touche

la qualité. Ça va durer

au moins 5 ans, ça.


MÈRE D'HERVÉ

Mais c'est un truc d'Arabe!

C'est vraiment affreux.


HERVÉ

Mais je suis un Arabe!

S'il te plaît...


HERVÉ monte à l'appartement d'AURORE.


HERVÉ

Non, mais tu viens pas à

la fête. Arrête de te recoiffer,

tu viens pas à la fête.

Tu restes ici, toi.


MÈRE D'HERVÉ

Je viens pas,

je veux voir où tu vas.


HERVÉ

Non, c'est bon,

tu restes là. Allez.


HERVÉ sort de l'ascenseur et sa mère le suit.


HERVÉ

Non, mais casse-toi! Mais

c'est bon, là. Tu t'en vas.


MÈRE D'HERVÉ

On est pas sûr que c'est ici.


HERVÉ

Mais si, c'est ici.

Mais non, mais arrête!

Putain...


LA MÈRE D'HERVÉ sonne à la porte.


HERVÉ

Putain, mais tu fais chier, là!


LOÏC

C'est "Véher"? Gros vénère,

mais qu'est-ce que tu fais là?


HERVÉ

Je suis invité par Aurore.


Les garçons se bidonnent


ANAS

T'es sérieux? Tu vas pas

me dire que tu l'as cru, là?


LOÏC

Et t'es venu avec ta meuf?

Oh, le bâtard, "il est

venu avec sa meuf".


Les garçons retournent à l'intérieur et une jeune fille arrive à la porte.


CONSTANCE

Qui c'est, celui-là?


HERVÉ

Euh... Je m'appelle Hervé.


CONSTANCE

Eh bien, entrez, entrez.

Restez pas là.

Oh! J'adore ce prénom.


HERVÉ et sa mère suivent CONSTANCE à l'intérieur.


CONSTANCE

Alors, moi, c'est Constance.

Ah, bien, venez.

Venez boire un verre.


AURORE

Hervé!

Regarde, c'est lui, Hervé.

Alors, je te présente

mes cousines: Ludivine,

Marie et Suzanne.


SUZANNE

Il est trop beau, ton sweat.


MARIE

C'est toi qui veux sortir

avec ma cousine?


LUDIVINE

T'es folle!

Qu'est-ce que tu racontes?


SUZANNE

Laisse-la dire, elle a raison.


MARIE

Tu veux pas sortir avec elle?

T'es trop con.


HERVÉ s'éloigne des cousines.


LES COUSINES

Il est trop beau!


CONSTANCE

Il est trop moche!


LUDIVINE

Oui, il est moche.


MARIE

Il est moche.


AURORE

Tiens, c'est lui, Hervé.


MÈRE D'AURORE

Voilà le grand blessé du nez?

Oh, mais t'es très mignon.

T'es très mignon.

Bonjour! Mais qu'est-ce

que tu me disais?

Qu'il était un petit peu...

Hein?


La mère D'AURORE fait un geste qui évoque les photos du catalogue. HERVÉ a comme un malaise.


MÈRE D'AURORE

Ça va? Qu'est-ce qu'il y a?


HERVÉ

Oui, non, non. Enfin, c'est

le choc. Je me suis pris la

vieille barre dans le nez.


MÈRE D'AURORE

Oh...T'es très mignon.

On entend parler de toi,

ici, dans cette maison.


MÈRE D'HERVÉ

Bonjour!


MÈRE D'AURORE

Bonjour.


MÈRE D'HERVÉ

Bonsoir, pardon.

Je suis la maman de lui, là.

Je m'appelle Zoé.


MÈRE D'AURORE

Ah! Voilà.

Enchantée. Véronique.


MÈRE D'HERVÉ

Bonsoir.


MÈRE D'AURORE

Alors, est-ce que

vous savez ce qu'on fête?


MÈRE D'HERVÉ

Non.


MÈRE D'AURORE

Ma fille a eu son diplôme

d'école de commerce,

alors, voilà.

On est très fiers.

Vous avez d'autres enfants?


MÈRE D'HERVÉ

Oh, bien, euh... Il est

multiple, l'enfant, là.

C'est comme si j'en avais plein


MÈRE D'AURORE

Ah, c'est amusant.

Vous aussi, vous êtes multiple?


MÈRE D'HERVÉ

Ah, non. Moi, je suis

en dépression.

Ah... Ah, c'est triste.

Ah!


MÈRE D'AURORE

Alors, voilà, ça, c'est Éric.

C'est le papa d'Anas.

Il était dans ma classe.

Voilà le père de Loïc.

On était tous ensemble

au collège à votre âge.

Voilà, ça nous rappelle des...

des souvenirs, Zoé. Zoé.


La mère d'HERVÉ semble ravie de voir que d'autres parents sont là.


AURORE et HERVÉ s'éloignent et changent de pièce.


HERVÉ

Elle fait quoi,

ta mère, comme métier?


AURORE

Rien. Enfin, elle essaie

d'écrire un livre.

Elle était un peu mannequin

aussi, quand elle était jeune.


HERVÉ

Ah ouais, c'est sympa.


AURORE

Tiens, tu veux manger un truc?

Boire quelque chose?


HERVÉ

Ouais...


AURORE

Mais non, pas de l'alcool.


LOÏC

Aurore! Aurore!

Hé, regarde qui est là.


AURORE

Eude!


EUDE

Aurore!

Ça fait super plaisir.

Mais t'es sublime!

J'ai une pêche d'enfer.

On va danser.


LAURA

Tiens, mais t'es là, toi.

Mais ça va être

une soirée géniale, alors.


ANAS

Aïe, aïe, aïe, hein?

Beau gosse.


CAMEL se fait reconduire par son père qui chante une chanson en arabe.


PÈRE DE CAMEL

Camel, c'est impossible

que ce soit là, on

est trop loin du centre.


CAMEL

C'est pas possible.

T'es sûr que c'est là?


CAMEL

Oui, c'est là, c'est là.


CAMEL

Où, c'est là? Où?


La MÈRE D'HERVÉ danse avec le PÈRE D'ANAS en riant.


LE PÈRE D'ANAS

(Chuchotant)

Tu me veux?

J'ai envie de toi.


AURORE boit du champagne seule sur un divan. ANAS la rejoint.


ANAS

Putain... Je sais pas combien

j'ai eu de belles-mères,

mais là, je sens que je vais

encore en avoir une autre.

Tu sais comment on l'appelle,

mon père? La bite humaine.


LAURA

C'est normal, aussi.

Il est trop beau.


AURORE

Tu danses?


HERVÉ

Ah, ouais. En plus,

je danse assez bien.


CHANSON

♪Pour toi

je porterais le voile ♪

♪ Et on mettrait ♪

♪ Les voiles ♪

♪ Vers ton pays ♪

♪ Natal ♪


CAMEL entre en trombe.


CAMEL

Hé, "zone industrielle de

Saint-Grégoire". Merci, enculé.


HERVÉ

Non, mais c'était pour--


CAMEL

Tu t'es bien foutu

de ma gueule!

Ça, y est, c'est officiel,

je te fais la gueule.


AURORE

Tu veux boire un truc?


CAMEL

T'imagines?

Il m'a filé une mauvaise adresse

pour pas que je vienne.

Je sais pas pourquoi

tu veux sortir avec lui,

c'est vraiment un naze.


CAMEL voit ANAS et LAURA qui s'embrassent.


CAMEL

Ils sortent

ensemble, maintenant?


HERVÉ

Mais oui, mais oui.

Je voulais pas que tu viennes

pour te préserver de ça.


CAMEL

Putain...

(Parlant de la mère d'AURORE)

La Redoute, 1986, page 320,

sous-vêtements, sur le canap'.


CAMEL

C'est pour moi, ça.

C'est pour moi.

C'est pour moi!

(La mère d'AURORE danse. HERVÉ et AURORE regarde la scène. AURORE est sidérée et HERVÉ sourit bêtement.)


HERVÉ

Ça, c'est Camel!


HERVÉ

Tu danses?


LA MÈRE D'HERVÉ approche.


HERVÉ

Qu'est-ce qu'il y a?


MÈRE D'HERVÉ

Je crois que je vais faire

une connerie avec ce mec.

Je le vois, c'est un queutard.

Ça va être des embrouilles. Je

vais être dans une galère...

Il est marié.


HERVÉ

Bon, c'est bon, on y va.


Le lendemain à la cantine, HERVÉ et CAMEL sont au comptoir de service.


CAMEL

J'étais à 2 cm de la pelle.

Tu le vois, ça? 2 cm.


HERVÉ

Oui, mais être à 2 cm,

c'est pas être dans le mille.

Et puis en plus, c'est la mère

à Aurore, alors elle est

vieille et tout.


CAMEL

T'es malade! C'est une

femme mature. C'est elles qui

sont les plus chaudasses.

Ça, c'est une

mamans-trop-chaudasses.com.


HERVÉ

C'est quoi, ça?


CAMEL

Ça. C'est un site porno trop

bien. C'est des mamans qui se

tapent des petits jeunes.


HERVÉ

Ah ouais? C'est bien, ça?


CAMEL

Bien, ouais, c'est ce

que je préfère.

Alors, tu comprends

comment je suis trop content!


HERVÉ

Non, mais tu vas

faire quoi avec aussi?

Et tu laisses tomber

pour Laura?


CAMEL

Mais t'inquiètes,

je gère les deux trucs.


HERVÉ

Ah ouais, putain...


AURORE marche pour rentrer chez elle. HERVÉ rejoint AURORE.


HERVÉ

Hé, tu prends pas le bus?


AURORE

Non, je vais rentrer à pied.


HERVÉ

Mais toute seule, comme ça?


AURORE

Je suis pas toujours obligée

de rentrer avec des gens.


HERVÉ

Elle était super,

ta fête, hein.


HERVÉ

Elle s'est bien terminée?


AURORE

Oui, super.


HERVÉ

Sauf que Laura me fait

la gueule à cause de Camel

et que Camel a passé la soirée

entre les seins de maman.


AURORE

Sinon c'était génial.


HERVÉ

Ah...

Euh, je me demandais... Enfin...

Ça te dirait pas de... Enfin,

tu veux pas sortir avec moi?


AURORE

Avec qui?


HERVÉ

Bien, avec moi.


AURORE

Avec toi?

Mais ça va pas,

t'es malade.

Tu sais, les garçons veulent

toujours sortir avec moi.

Moi, je veux juste rester

amie, je suis trop jeune.

Encore, quand j'aurai

l'âge de ma soeur, peut-être.

Mais là, franchement,

ça sert à quoi?


HERVÉ

Mais c'est une

super expérience!


AURORE

Non! Non, non, non.


HERVÉ

Non, mais genre, tu vois,

il faut la ranger dans

le coffre-fort,

autrement, tu peux pas

l'avoir chez toi.


AURORE

Hum-hum.


HERVÉ

Et genre, il faut aller

régulièrement au stand de tir,

sinon on peut te la retirer.

Hum-hum.

Mais ça doit être cool

d'avoir une arme, quand même.

(S'arrêtant devant chez lui)

Bon. Ben.. J'y vais.

J'ai un rendez-vous chez moi.


AURORE

Bon, bien, salut.


AURORE embrasse longuement HERVÉ qui prend un certain temps avant de réagir.


HERVÉ

(Haletant)

T'as... t'as changé d'avis?


AURORE

Hum-hum.


AURORE recommence.


AURORE

Tourne pas toujours

ta langue dans le même sens.


HERVÉ

Mais attends, c'est mon style

de roulage de pelle.

Chacun son style

de roulage de pelle.

Heureusement que tout le monde

a pas la même technique.

Chacun sa technique.


AURORE

Et euh...

T'as embrassé qui déjà?


HERVÉ

Bien, des autres gens.

Des filles, des Italiennes.


AURORE

Attends, il y a l'autre

qui nous mate, là.

J'y vais, à demain.


LE PROFESSEUR DE SVT arrive avec ses courses.


PROFESSEUR DE SVT

Alors, on fait

ses devoirs, là?


HERVÉ est dans son lit avec un sourire béat. HERVÉ danse, heureux.


Le lendemain au petit-déjeuner, HERVÉ mange et sa mère boit son café.


Dans l'autobus qui mène à l'école, HERVÉ et AURORE s'embrassent.


CAMEL marche sur la rue et remarque le couple enlacé dans l'autobus. CAMEL court derrière le bus pour ne pas manquer une seconde de la scène.


Au bout d'un moment, l'autobus prend les devants et CAMEL reste sur le bord de la rue.


LE PROFESSEUR DE MATHS donne son cours.


PROFESSEUR DE MATHS

Alors, maintenant qu'on a vu

comment fonctionnait le principe

de l'action-réaction

et comment on peut produire une

poussée par l'éjection de gaz...


CAMEL

Alors, la langue et tout,

la bave, comment tu fais?

Ça coule pas sur les côtés?

Ça fait pas des "coulaisons"?


CAMEL et HERVÉ discutent de baisers dans le fond de la classe.


HERVÉ

Bien, non. En fait,

ça se fait naturellement.

Tu vois, c'est aspiré.


CAMEL

Il faut faire ventouse

avec la bouche?


HERVÉ

Bien, non, tu sais, mais avec

les mouvements, ça coule pas.

Ça... ça fait un courant.

Un peu comme avec les

hélices des bateaux.


CAMEL

Du mouvement?

Mais quel mouvement?


HERVÉ

Bien, tu tournes,

tu tournes... Attends,

je te montre.


HERVÉ enfonce un doigt dans la bouche de CAMEL pour imiter le mouvement de langue d'un baiser.


PROFESSEUR DE MATHS

... se compose

d'une chambre de combustion,

dans laquelle se produit

la réaction chimique...


HERVÉ

Voilà. Attends,

tourne pas toujours

dans le même sens.


PROFESSEUR DE MATHS

Non, mais c'est quoi, ça?

Donc, la partie de cette tuyère

qui va, en s'évasant...


CAMEL et HERVÉ sont aux toilettes. CAMEL se regarde dans le miroir.


CAMEL

(Imitant une fille)

Camel...

Je te permets de m'embrasser.

(Reprenant sa voix)

Bien, écoute, allez.

(Embrassant le miroir)


CAMEL et HERVÉ sort dans la salle des pas perdus.


CAMEL

Hé, t'es cap' d'aller

l'embrasser, là, tout de suite?


HERVÉ

Tu me prends pour

un mytho ou quoi?

Vas-y, une pelle, c'est rien.


HERVÉ sort dans la cour et se dirige vers AURORE pour l'embrasser. AURORE le repousse aussitôt. LOÏC et ANAÏS s'en mêlent.


HERVÉ recule et retourne près de CAMEL.


CAMEL

Bien, alors, qu'est-ce

qu'il s'est passé, là?


HERVÉ

Oh, c'est fini.

Je crois qu'elle veut plus.

Ça aura pas duré longtemps.


Dans la classe de français, HERVÉ est assis à côté d'AURORE.


PROFESSEUR DE FRANÇAIS

"Je suis en enfer, ici.

"La souffrance et la douleur

sont devenues mes compagnons.

"Et j'en viens à me dire que

si un jour je ne les ai plus,

ils me manqueront

comme toi, tu me manques."


À la sortie des classes, HERVÉ et CAMEL marchent ensemble. AURORE appelle HERVÉ.


AURORE

Viens, on va ailleurs.


HERVÉ suit AURORE.


CAMEL

Hé, qu'est-ce tu fous?


HERVÉ et AURORE marchent dans un parc.


Plus tard, HERVÉ et AURORE sont étendu dans un jardin fleuri.


AURORE

Tu pleures?


HERVÉ

Mais non, c'est les bonbons.

J'aime bien quand c'est

tellement acide que

t'en pleures.

Après, tu peux faire genre

"je pleure" et tout.


AURORE embrasse HERVÉ qui se retire et s'assoit en s'éloignant.


HERVÉ

T'avais honte de moi, tout à

l'heure, hein? Tu croyais que

j'allais faire quoi?


AURORE

Non, mais... Je veux pas que

les autres sachent ce

qu'on fait, tu vois?

Moi, je sors avec personne.


HERVÉ

Bien, si tu sortais avec Loïc,

t'aurais pas peur de le dire

à tout le monde.


AURORE

Avec Loïc? Mais n'importe

quoi. Loïc, c'est comme

mon frère.


HERVÉ

Ouais, bien, l'inceste entre

frères et soeurs, ça existe.


AURORE

Tu veux pas qu'on se marie?

Qu'on fasse des bébés et tout?

Comme ça on pourrait

passer à la télé,

comme le plus jeune couple

de parents de France.


HERVÉ

Euh, ouais, enfin, je sais pas

trop. C'est peut-être

un peu tôt, non?


AURORE

Mais je déconne.

T'es grave, toi.


HERVÉ

Ça doit être pas mal d'avoir

un gosse, quand même.

Il t'obéit et tout.

Il fait ce que

tu lui dis de faire.

Il range ta chambre.


Un ballon de soccer frappe AURORE.


AURORE

Hé, qu'est-ce que tu fais, là?


JOUEUR DE FOOT

Vas-y, ferme ta gueule!


HERVÉ

Attends, je dois y aller,

là. Ma mère va gueuler.


AURORE

Quoi? Ferme ta gueule?

Tu veux que je ferme

ma gueule? Tu me jettes

un ballon dessus, tu veux

que je ferme ma gueule?


JOUEUR DE FOOT

Fais pas la maligne avec moi,

je te le dis direct.


AURORE

Je ne fais pas la maligne,

mais tu me jettes pas un ballon

dessus. Maintenant,

tu t'excuses tout de suite.


Pendant l'altercation, HERVÉ s'éloigne et garde ses distances.


JOUEUR DE FOOT

Je te dis, je vais pas m'excuser.


AURORE

Tu t'excuses tout de suite!


Dans sa chambre, CAMEL joue de la guitare.


HERVÉ

(Voix au loin)

Bonjour.


PÈRE DE CAMEL

(Voix au loin)

Ah, Hervé!


HERVÉ glisse sa tête dans la porte.


HERVÉ

(Changeant sa voix)

Bonjour, bonjour!

C'est vous le jeune Arabe gay

qui laisse son numéro

dans les cabines téléphoniques

pour se faire enculer?


HERVÉ s'élance sur le lit et empoigne HERVÉ.


CAMEL

Vas-y, lâche-moi!

Qui t'a dit d'entrer?


HERVÉ

Oh, il fait

sa petite porcine en colère.


CAMEL

Tu dis que tu viens chez moi

et je sais pas quand t'arrives.

Vas-y, sors de chez moi!


HERVÉ

Hé, t'as qu'à avoir

une meuf aussi.


CAMEL

T'es bien content, hein?

T'es bien content, maintenant,

avec ta pute.


HERVÉ

Mais qu'est-ce

qu'il me fait, là?


CAMEL

Tu pourrais avoir un minimum

de respect pour ce que

je suis, quand même.

Tu l'as niquée?

Bien, ouais. Dans un buisson.

Ambiance sado-maso, mon gars.


HERVÉ imite des gémissements de filles.


CAMEL

Sérieux?


HERVÉ

Non. T'es con ou quoi?


CAMEL

Bien, franchement,

à notre âge, c'est fréquent.

Vous pourriez baiser.

On n'est plus des enfants.

Ouais, mais je la sens pas

méga prête.

Tu vois, c'est genre

une sainte-nitouche.

Mais entre nous,

c'est super sérieux.

On a parlé de faire

des enfants et tout.


CAMEL

Ouais, mais c'est pas qu'en

roulant des pelles

que ça arrive. Il faut mettre

la saucisse, mon vieux.



HERVÉ

Tu te rappelles quand on

était en 6e et que la soeur

de Meryl était en 3e?

Comment on l'avait vue se faire

baiser sur la plage.

Ah, ouais.


CAMEL se jette sur HERVÉ et tous les deux gémissent pour imiter la scène évoquée.


HERVÉ

Oh, oh, oh!

Non, mais là, il faut vraiment

que tu trouves une meuf.


HERVÉ prend un coussin de tête de mort et prend une voix étrange.


HERVÉ

Ouh, Camel!

Vous êtes un pédé!


CAMEL

Trop con, toi!


HERVÉ

(Jouant avec une poupée KEN)

Madame, s'il vous plaît...

Ça fait longtemps

que je n'ai pas niqué.


CAMEL regarde son ordinateur portable.


CAMEL

Ah, tiens, regarde.

J'ai un truc à te montrer.


Une photo de groupe avec l'inscription : Au revoir Abdel Kader, apparaît. Ensuite, CAMEL fait plusieurs manipulations de fichiers.


HERVÉ

C'est quoi? C'est à ton père?


CAMEL

Non, mais je les planque

dans ses dossiers, comme ça,

je suis sûr qu'il pourra

jamais les trouver.


HERVÉ

Putain, arrête, j'ai

plus envie de mater ça, là.

Une fois que tu peux

le faire en vrai, ça perd tout

son intérêt, ce truc-là.

C'est même un peu dégradant.


CAMEL

Pour l'instant, t'as encore

rien fait. Alors, tu regardes,

et tu prends la chaussette.


CAMEL ouvre le site Mamans-trop-chaudasses.com.


MAMAN CHAUDASSE

J'ai un après-midi de libre.

Mes enfants ne sont pas là.

Je vais en profiter pour faire

le ménage et frotter partout.

J'adore... quand tout est

bien propre.


Un jeune homme visite MAMAN-CHAUDASSE.


JEUNE HOMME 

Bonjour. Je viens voir

si Stéphane est là.

Ce serait pour aller

faire du surf avec lui.


MAMAN CHAUDASSE

Ah, non, il est sorti.

Mais il devrait pas tarder.

Vous voulez rentrer?

Je suis sa maman.


JEUNE HOMME 

Bonjour.


MAMAN CHAUDASSE

Ça vous dérange, si je

frotte encore un peu?


JEUNE HOMME 

Non.


MAMAN-CHAUDASSE passe l'aspirateur en faisant bien attention de présenter son postérieur au jeune garçon.


Le JEUNE HOMME fait des miettes sur le divan en mangeant.


MAMAN CHAUDASSE

Ah, non!

Mais je viens de nettoyer!

Il y en a partout.


MAMAN-CHAUDASSE retire le bec du tuyau d'aspirateur et le pointe sur le JEUNE HOMME.


CAMEL et HERVÉ se masturbent.


HERVÉ

Oui!


Au matin, HERVÉ prépare son petit-déjeuner en regardant par la fenêtre.


Le PÈRE D'ANAS entre dans la cuisine.


PÈRE D'ANAS

Salut.


Le PÈRE D'ANAS se verse un café en sifflant.


PÈRE D'ANAS

Bon, bien, salut, hein?

Je la réveille pas, mais...

tu lui diras que...

c'était bien, quoi.

J'ai adoré.

Allez, ciao, bonhomme.


HERVÉ est avec AURORE dans la chambre d'AURORE.


AURORE

À ton avis, c'est quoi?


HERVÉ

T'as volé tout ça?

Mais tu fais quoi avec après?


AURORE

Ben, je sais pas. Je les

laisse là, tu vois.


HERVÉ

Ah ouais, je collectionnais

les porte-clés Pokémon avant.


AURORE

Ah oui?


HERVÉ

Mais j'ai laissé bêtement.


AURORE

Et tes parents,

ils font quoi, dans la vie?


HERVÉ

Ma mère, elle est

dans un truc d'assurances

et mon père, il pilote

des avions dans l'armée.

Il largue des bombes et tout.


AURORE

Ah, ouais...


HERVÉ

Mais ils sont divorcés.


AURORE

Sérieux?

Moi, ça me ferait trop bizarre

si mes parents divorçaient.

Je pense que je partirais

de chez moi, tu vois.


HERVÉ embrasse AURORE.


AURORE

Arrête! Qu'est-ce

que tu fais, là?


HERVÉ

Quoi? Personne peut nous voir.

Arrête, casse-toi!

Je veux pas là, mais

qu'est-ce que tu fais?


HERVÉ

Désolé, désolé.

Pardon. Ça va...


AURORE

Qu'est-ce qui te prend là?

Pourquoi tu me sautes

dessus comme ça?

Qu'est-ce que t'as avec

ton slip? T'as un problème?


HERVÉ

Quoi? Il est normal, mon slip.


AURORE

Pourquoi tu mets tes

mains comme ça?


HERVÉ

C'est bon, j'ai compris. Je

suis moche, j'ai un gros pif.


AURORE

Mais non...


HERVÉ

J'ai des boutons,

je suis boiteux. Tu peux

me le dire que je te dégoûte.


AURORE

T'es bête, c'est pas une

question d'être beau ou quoi.

On saute pas sur les filles

comme ça.


HERVÉ

Ah ouais, et pourquoi

tes potes c'est Loïc et Anas

et pas Mahmoud ou Camel?


AURORE

Je sais pas, c'est une

question de feeling, tu vois.

Il faut être à l'écoute aussi.

Ils sont plus à l'écoute, eux.

Il y a des détails qui trompent

pas quand une fille veut

sortir avec toi.

Vous les voyez pas, c'est pour

ça que vous êtes tout seuls.


HERVÉ

Mais si, c'est genre quand

elle fait des petits

glapissements.


AURORE

Mais non.

Déjà, quand une fille

te regarde en se recoiffant,

ça veut dire que tu lui plais.

Et après, tu vois le truc noir

au fond de l'oeil?


HERVÉ

Hum.


AURORE

Bien, quand

il est super ouvert,

ça veut dire que la fille,

elle veut faire genre le sexe.


AURORE et HERVÉ s'embrassent dans le lit d'AURORE.


HERVÉ caresse AURORE prudemment.


AURORE

Non.

Non.


HERVÉ tente de glisser sa main sous le chandail d'AURORE.


AURORE

Non!


AURORE rabat la couverture sur eux.


HERVÉ commence à agiter son bassin.


AURORE

Mais qu'est-ce que tu fais, là?


HERVÉ

(Éjaculant dans son pantalon)

Oh...


AURORE

Mais qu'est-ce que

tu fais, là?


HERVÉ

Mais rien.


AURORE

Tu t'es branlé sur moi

ou quoi?


HERVÉ

Mais non, mais enfin...

Oui, mais...


AURORE

Si, si, tu t'es

branlé sur moi, là!


HERVÉ

Je suis désolé...

C'est sorti tout seul, t'avais

la pupille super dilatée.


AURORE

Mais t'es dégueulasse!

Espèce de sale

pervers précoce, va!

Vas-y, dégage de chez moi!

Dégage de chez moi!

Tu dégages d'ici! Tu sors!


Dans la cour de l'école, CAMEL et HERVÉ sont assis ensemble.


CAMEL

Elle est où, ta meuf, là?

Je la vois pas.


HERVÉ

Elle viendra plus.

Putain, j'ai grave merdé,

mon gars. Je crois

que je l'ai traumatisée.


CAMEL

Tu lui as fait quoi?


HERVÉ

Putain, elle va changer

de collège, elle va appeler

les flics ou je sais pas quoi.


CAMEL

Tu l'as violée?


HERVÉ

Je vais prendre une banane,

t'en veux une?


Plus loin, un groupe de filles est rassemblé sous le porche.


SADIA

(Poussant MÉGANE)

Allez, vas-y.

Allez!


MÉGANE

Hé, Hervé.

Enfin, je voulais te dire...

Euh... Tu veux sortir avec moi?

Enfin... Je t'aime.


HERVÉ

Hein, quoi? Répète?

Je suis amoureuse de toi.

(Ricanant)

Mais t'es ouf! T'as vu

ta gueule? T'es un boudin!

Oh, la pauvre meuf!

(MÉGANE pleure.)


FRANÇOISE

Alors, il t'a dit quoi?

Il veut bien?


MÉGANE

(Pleurant)

Oh...


HERVÉ marche tout souriant vers le fond de la cour.


Deux garçons agressent HERVÉ.


HERVÉ

Aïe!


HERVÉ est par terre pendant que les deux garçons le rossent.


LOÏC

Vas-y, vas-y, c'est

bon. Stop, stop. Stop!

C'est bon, c'est bon!

Stop! C'est bon.

Alors, à ce qui paraît,

tu veux te taper Aurore,

c'est ça?


LOÏC frotte le visage de HERVÉ, pendant qu'un attroupement de jeunes l'encercle.


HERVÉ

Mais t'es trop moche, gars.

Mais regarde-toi.

Est-ce que tu t'es vu, putain?

Tu sais quoi, tes boutons?

Hop, je te les efface.

Je te les efface tous bien.

Ouais, comme ça.


AURORE arrive en courant.


AURORE

Mais ça va pas, mais

qu'est-ce que tu fous?


LOÏC

Tu comprends?


AURORE

Casse-toi! Mais ça va

pas, non?

T'es malade ou quoi?


AURORE pousse LOÏC pour secourir HERVÉ.


AURORE embrasse HERVÉ qui est toujours par terre.


Aux toilettes, CAMEL raconte l'événement à WULFRAN en pissant.


CAMEL

En fait, Loïc, il lui a fait:

"Vas-y, sale fils de pute,

file-moi la thune."

En fait, il voulait

le racketter de 10 euros,

et Aurore, pour le défendre,

elle lui a roulé une pelle.


AURORE et HERVÉ s'embrassent devant l'immeuble d'HERVÉ.


La rumeur court comme un feu de poudre.


WULFRAN

JENNIFER)

Aurore donnait 10 euros

à Hervé, et Loïc, lui, il a

essayé de les racketter.

Alors, elle, elle est

sortie avec Hervé.

Ah...


AURORE et HERVÉ s'embrassent.


La rumeur circule dans la classe de science.


JENNIFER

KOULMEN)

En fait, Hervé, il a prêté du

fric à Aurore, genre 20 euros.

Et Aurore, elle lui a rendu

que 10. Donc, Hervé, pour

se faire rembourser, il a voulu

lui rouler une pelle. Donc,

Loïc, il lui a pété la gueule.


KOULMEN raconte à NICOLAS et BENJAMIN.


KOULMEN

Hervé devait du fric à Aurore

et elle lui a dit: "Roule-moi

une pelle en échange."

Et Loïc, il s'est

bien énervé. Il a essayé

de lui péter la gueule.


AURORE et HERVÉ s'embrassent.


AURORE

Tu vois, c'est mieux

quand tu varies avec la langue.


HERVÉ

Bien, je développe

ma technique.


BENJAMIN raconte à PABLO.


BENJAMIN

Il paraît qu'Aurore, elle

s'est fait payer 10 euros

pour rouler des pelles.

C'est Koulmen qui a vu

Hervé l'embrasser.


AURORE et HERVÉ s'embrassent. Quelqu'un arrive dans l'allée en portant des paquets.


MÈRE D'HERVÉ

Ouh là là là!

Ha, ha! Pardon.


Plus tard, HERVÉ mange, allongé sur le divan.


MÈRE D'HERVÉ

(Parlant au téléphone)

Ah, je l'ai vue, je l'ai vue!

C'était une fille.

Ah, non, je lui ai

jamais mis de pression.

Il faisait ce qu'il voulait.

Pas de pression,

super cool, et voilà.

Non! Elle est super mignonne.

C'est la fille des bourges

chez qui on a été faire

la boum, là. T'aurais vu

comment il la tenait...

Il la serrait comme un homme.

Comme un homme.

Ça fait bizarre de voir ça!

Je t'embrasse.


HERVÉ

Hé, tu peux pas éviter de

raconter mes histoires perso

à tout le monde, là?


MÈRE D'HERVÉ

(Bécotant son fils)

Oh là là, mon chéri adoré!


HERVÉ

Allez, c'est bon! Lâche-moi.


MÈRE D'HERVÉ

(Regardant un portrait d'HERVÉ petit)

Tu râlais moins,

quand t'étais petit.


HERVÉ

Ouais, ouais, il faut que tu

l'enlèves, ton tableau pourri,

là. Il empeste.


MÈRE D'HERVÉ

Non, j'adore, t'es mignon.

On dirait le petit personnage,

là, le petit Grégory.


AURORE et HERVÉ sont allongés sur les matelas dans le gymnase et se bécotent.


NICOLAS et CAMEL discutent sur le matelas d'atterrissage des sauts.


NICOLAS

Mais, t'étais au courant, toi?


CAMEL

Et toi, t'es au courant

que t'es un fion?


BENJAMIN

(Atterrissant sur le matelas)

Mais putain, t'aurais pu

nous le dire quand même.


CAMEL

Voilà, je vous le dis:

vous êtes des fions.


MAHMOUD atterrit à son tour en chialant.


BENJAMIN

Elle a des copines pour nous,

Aurore, ou pas?


CAMEL

Désolé, c'est à moi

d'en profiter en prem's.

Et perso, je suis sur Laura,

alors pas touche.


PROFESSEUR DE GYM

Allez, on change d'atelier,

maintenant!


AURORE se tient sur les bras la tête en bas. [AURORE

Hé, tiens-moi mieux, là!

Je vais me casser la gueule.


GOULVEN

Hé, Aurore, tu veux que je te

tienne? Il va te faire tomber.


HERVÉ

Mais casse-toi, là!


AURORE et HERVÉ sont de nouveau allongés sur les tapis de gymnastique.


AURORE

Tu fais quoi demain après-midi?

Tu pourrais venir chez moi.

Puis, euh...

On pourrait faire ce que tu

voulais faire la dernière fois.


HERVÉ

Euh, je voulais faire quoi,

la dernière fois?


AURORE

Ben... On pourrait baiser

comme des dieux.


HERVÉ

(Ricanant en s'éloignant Euh... Faut voir. [AURORE s'étend complètement sur le tapis.)


PROFESSEUR DE GYM

Aurore, vous n'êtes pas

au Cap d'Agde!


LOÏC saute sur le trampoline et s'étend sur le sol après son saut.


JEUNE HOMME

Ça va, Loïc?

Qu'est-ce que t'as?


LOÏC

Je me suis fait

mal au nez, ça va.


JEUNE HOMME

Mon frère,

t'as un double coude!


LOÏC s'évanouit en voyant son bras fracturé.


JEUNE HOMME

Hé, madame!

Y a un problème, là.


ANAS

(S'approchant de LOÏC)

Bien fait pour ta gueule!


PROFESSEUR DE GYM

Oh, merde! Oh, le bordel!

Oh, il a deux coudes!

Hé, mais t'as deux coudes?

Oh, putain! Nom de Dieu

de merde. Bordel à queue.

Mais qu'est-ce que c'est

que ce bordel de merde?


Tous les élèves se rassemblent pour voir la blessure de LOÏC.


CAMEL

Pas mal.


HERVÉ est en voiture avec son père.


PÈRE D'HERVÉ

Alors, comment va Caroline?

Toujours à fond?


HERVÉ

Non, c'est fini.

Je sors plus avec elle.



PÈRE D'HERVÉ

Ah ouais? T'es tout seul,

maintenant? T'aimes plus

les filles? Tu sors avec

ton petit Arabe? Camel?


HERVÉ

Mais non, j'en ai une nouvelle.

Elle s'appelle Aurore.

Elle est trop bonne.

Dis donc, t'enchaînes.

C'est une usine, mon vieux.

Hé, tu mets des capotes,

j'espère. T'oublies pas.


HERVÉ

Mais ouais, t'inquiète!

Une fois, j'en ai mis deux,

alors ça risque rien.


PÈRE D'HERVÉ

J'étais comme toi, à ton âge.

Toujours en avance,

en train de faire

des expériences que les

autres imaginaient même pas.

J'ai couché avec deux filles

en même temps en seconde.

Je sais pas si tu te rends

compte, mais à mon époque,

si les gars se roulaient

des pelles, c'était déjà

le bout du monde.

(Reniflant)

Tu sens pas une odeur, là?

Attends, t'as marché

dans la merde ou quoi?


HERVÉ

Ah, non, c'est le pull.

Parce qu'il y a des gouttelettes

qui puent cheloues qui tombent

de chez le voisin du dessus.


PÈRE D'HERVÉ

Oui, mais ça, c'est les avions

de ligne. Des fois, il y a des fuites

dans leurs toilettes.

À mon avis, l'immeuble de ta

mère est sous un couloir aérien.

Il faut lui dire qu'elle fasse

sécher les linges à l'intérieur.


HERVÉ

Papa?


PÈRE D'HERVÉ

Ouais?


HERVÉ

C'est toi ou maman qui a

décidé de m'appeler Hervé?


PÈRE D'HERVÉ

C'est moi.


HERVÉ

Mais c'est pourri comme nom.

Enfin, t'aurais pas pu

me donner un nom normal?

Loïc ou Nicolas, je sais pas.


PÈRE D'HERVÉ

Ta grand-mère

adorait Hervé Vilard.

Elle est morte, alors...

on a changé ton prénom

au dernier moment pour

lui faire plaisir.

On avait choisi Yannick

avec te mère, à cause

de Yannick Noah.

Hervé, c'est très joli, hein,

tu sais.

(Arrêtant la voiture)

Attends, bouge pas.


LE PÈRE D'HERVÉ se dépêche d'aller aider une femme en panne au bord de la route.


LA FEMME fait de grands gestes en pestant. LE PÈRE D'HERVÉ revient vers la voiture.


Dans la chambre d'AURORE, HERVÉ est couché sur le lit pendant qu'AURORE joue de la contrebasse.


AURORE

(Arrêtant de jouer)

T'aimes pas?


HERVÉ

Si, si, mais je peux pas

mettre un peu de musique, là?

J'ai emmené un CD.


AURORE se couche sur HERVÉ et commence à l'embrasser.


HERVÉ

Euh... Ouh là!


AURORE

T'as mal au ventre?


HERVÉ

Non, non...


AURORE

Tu veux aller aux chiottes?


HERVÉ ricane en se levant et se dépêche de mettre de la musique.


AURORE retire ses chaussures.


HERVÉ met un disque de rap.


HERVÉ

Tu vas voir, ça déchire.


HERVÉ remarque les pieds très sales d'AURORE.


HERVÉ

(Petits rires embarrassés)

Bon, je vais y aller, hein?


AURORE

Hé, tu vas où?


Dans sa chambre HERVÉ imite AURORE pour impressionner CAMEL.


HERVÉ

Oh, vas-y,

plus fort! Oh, je jouis!



CAMEL

Ah ouais?


HERVÉ

Eh ouais!


CAMEL

T'es sûr?


HERVÉ

Bien, elle l'a dit!

Elle faisait: "Oh, Hervé!

Oh, merci de me faire jouir!"



CAMEL

Je sais pas, tu sais,

les meufs, des fois,

elles font semblant.


HERVÉ

Non, mais ça, c'est au

cinéma ou dans les vieilles

pièces de théâtre cheloues.


CAMEL

C'est dans la vraie vie.

Elles simulent. Ma mère faisait

des blagues comme ça à mon père.

Et sinon, la chatte,

c'est comment à l'intérieur?


HERVÉ

Ouais, mais genre,

genre tu vois, c'est mou.

Enfin non, c'est...

c'est dur, mais c'est très sec.

Je pensais pas

que c'était aussi sec.

Genre, c'est un peu

comme de la vieille narine.


CAMEL

Y a un truc pointu

à l'intérieur qui rentre

dans ta bite?


HERVÉ

Non, mais t'inquiètes,

on a utilisé toute la boîte

de capotes tellement on a baisé.


MÈRE D'HERVÉ

Hervé, y a une fille

pour toi au téléphone.


HERVÉ

(Au téléphone)

Ouais, allô, c'est qui?

Ah, ouais, salut. Ça va?


CAMEL

Hé! Hé! Elle dit des trucs

de cul, là, hein?

Elle dit des trucs de cul, hein?


HERVÉ

Ouais, demain...

Euh, non, non!

Demain, c'est pas possible.

Enfin, je sais pas.

Ah non, non. Chez moi,

c'est pas possible.


MÈRE D'HERVÉ

Mais si, c'est possible!

C'est possible!


HERVÉ

Ouais, ben ouais, d'accord.

On fait ça, alors.

Demain, devant le collège.

Allez, salut.


CAMEL

Hé! Hé! Tu reniques demain?

Hein? Tu reniques demain?


CAMEL et HERVÉ retournent à la chambre d'HERVÉ.


MÈRE D'HERVÉ

Mais pourquoi tu sépares

les gens, comme ça?

Pourquoi tu veux pas

qu'on fasse connaissance?

De quoi t'as honte?


AURORE et HERVÉ prennent un café sur une terrasse.


AURORE

Hé, au fait, pourquoi t'as pas

voulu venir chez moi, cet aprèm?


HERVÉ

Bien, parce que c'est pas bien

de toujours faire la même chose.

Il faut faire un peu de

variation dans notre couple.


AURORE

En fait, t'as trop peur.


HERVÉ

Peur de quoi? Moi, j'ai déjà

baisé de toute façon.

Tu crois quoi?


AURORE

Hé, regarde.

(Parlant d'un couple de vieux clochards.)

C'est nous, là,

si je reste un peu trop

longtemps avec toi.


HERVÉ

Je crois pas, non.

(Montrant un jeune professionnel)

Tiens, moi, je suis là-bas.


AURORE

Ah, ouais...

Ah, ouais, la méga classe.


HERVÉ

(Pointant un couple avec un enfant)

Tiens, non,

on est là-bas, nous.


AURORE

Non, je pense que je t'aurais

largué avant, tu vois.

(Parlant d'un homme qui tient la main d'un handicapé)

Par contre, regarde,

toi, t'es là avec ton fils.


HERVÉ

Ouais, surtout,

c'est ton fils aussi.


AURORE

Hé, ça te dit,

un resto-basket?


HERVÉ

C'est quoi, ça?


AURORE

Bien, on se casse sans payer.

Et franchement,

il est dégueu, le café.


HERVÉ

Mais bien sûr.

Comment tu me testes, toi.


AURORE

Vas-y, t'es cap'?


HERVÉ

Ben ouais.

OK.

Vas-y, 1, 2... 3!


Dans sa chambre, HERVÉ discute avec CAMEL en jouant à un jeu vidéo.


HERVÉ

(Changeant sa voix)

Vas-y, y a quoi, là?

Ah, mais moi, je vais

te dépouiller, mon frère!

Hé, vas-y, tu crois quoi?

Hé, sale tête de clébard,

sur la tête de ma mère au bled,

je te défonce, moi!

(Reprenant sa voix)

Ah, putain,

j'ai des courbatures

à la langue

à cause du cul.


CAMEL observe la voisine d'en face par la fenêtre.


CAMEL

Oh! Putain, la vache,

la vache, la vache!

Ça, c'est pour nous!

Ça, c'est pour nous.

Ça, c'est pour nous!

Chaussette.


HERVÉ et CAMEL se branlent devant la fenêtre.


Soudain la voisine remarque qu'elle est observée et va à la fenêtre.


CAMEL

Putain...


CAMEL et HERVÉ s'éloignent rapidement de la fenêtre.


HERVÉ

Elle nous a vus?

Elle nous a vus?


CAMEL

Putain, merde...


HERVÉ

Putain, on est dans la merde.

On est dans la merde!


CAMEL

Putain...


CAMEL se lève pour partir.


HERVÉ

Mais non, mais tu peux pas!

Ils sont en bas.

Ils vont nous tuer!


CAMEL

Putain, on va aller en taule.

On est des malades!


HERVÉ

Mais c'est toi, le malade!

C'est ta faute, là, putain...

Moi, j'avais une meuf,

une vie de couple.


CAMEL

Dis-leur un truc.

On dit qu'on

les regardait pas...

Putain, je vais leur parler.


HERVÉ ouvre sa fenêtre.


HERVÉ

Euh... Bonjour...

C'est pas nous.

Enfin, on faisait rien.


Quelque chose passe devant la fenêtre.


HERVÉ

Putain.


CAMEL

Putain.


HERVÉ et CAMEL se retirent de la fenêtre. Dehors, un homme est effondré sur le sol après avoir sauté du toit.


HERVÉ

Putain, on a eu chaud.


CAMEL

Ouais, on a eu chaud.


BENJAMIN invite HERVÉ et CAMEL pendant un cours.


BENJAMIN

Venez, on fait un Donjons

et Dragons, comme d'hab'!



HERVÉ

Mais non, hé, sérieux,

on se mate un bon petit film

de cul sur ton ordi.


NICOLAS

C'est pourri, ça!


HERVÉ

C'est de la merde,

Donjons et Dragons!

Vous faites chier avec ça.


BENJAMIN

Tu pues la merde

avec ton truc.


AURORE approche d'HERVÉ.


AURORE

Tu fais quoi, cet après-midi?

Mes parents sont pas là.


HERVÉ

Ah, bien, enfin... Je dois

passer chez Benjamin.


AURORE

Je peux venir?


HERVÉ

Ouais, mais non, parce qu'on

va faire un vieux jeu de rôle,

ça fout les boules et tout.


AURORE

C'est genre un vrai jeu ou

c'est un machin sur une console?


BENJAMIN

Un vrai.


C'est un vrai jeu, mais

HERVÉ

après, tu vas flipper.


AURORE

Mais c'est bon, je suis

pas une trouillarde

comme toi, moi.


BENJAMIN

Hé, tu connais

les jeux de rôle?


AURORE

Bien, ouais.


NICOLAS

Oh, viens, alors. Vas-y viens.


BENJAMIN

Ouais, viens...

Trop, viens.


AURORE

OK. Bon, bien,

à tout à l'heure.


HERVÉ

Mais vous faites quoi, là?


BENJAMIN

C'est bon,

ça va être la tienne.


HERVÉ

C'est pas la mienne?

C'est ma meuf

si t'avais pas remarqué.


CAMEL

T'as de l'action avec elle.


HERVÉ

Ça va mettre

de l'action? Mais on va

jouer à Donjons et Dragons.


LA PRINCIPALE et MONSIEUR JEANQUATTE entrent dans la classe.


WULFRAN est assis sur le bureau du professeur.


LA PRINCIPALE

Descendez!


WULFRAN

Hé, je suis délégué.


LA PRINCIPALE

Et enlevez vos lunettes.


WULFRAN enlève ses lunettes, mais ses cheveux lui couvrent les yeux.


LA PRINCIPALE

Ah oui, c'est vrai,

vous êtes non-voyant.


WULFRAN

Malvoyant!


LA PRINCIPALE

Pardon.


WULFRAN

Ouais!


Au fond de la classe, des jeunes se chamaillent.


ANAS

Casse-toi, casse-toi,

casse-toi!


Au bout d'un moment les élèves remarquent la présence de la PRINCIPALE et chacun reprend sa place.


LA PRINCIPALE

Bon... J'ai une triste nouvelle

à vous annoncer.

Votre professeur de biologie,

M. Salkarian, est décédé hier.

Son enterrement aura lieu demain.

Ceux qui veulent y assister

le pourront. Prévenez juste

le surveillant général.


LAURA

Madame?

Il y a toujours contrôle?


LA PRINCIPALE

Mais bien sûr que non!


BENJAMIN

Hum... Ouais, et on pourrait

savoir de quoi il est mort ou pas?


LA PRINCIPALE

Pas.


LA PRINCIPALE sort de la classe.


Chez BENJAMIN, AURORE joue à Donjon dragon avec les garçons, dans la salle à manger enfumée.


BENJAMIN

À travers les épaisses

brumes du royaume d'Irius,

trois mercenaires venus des

lointaines plaines foudroyées

arrivèrent dans une clairière

sacrée.


HERVÉ

Hé, pousse pas.


AURORE

Hé, mais on est

obligés de fumer, là?


BENJAMIN

Bon, vous arrivez

dans la clairière.

Au milieu de celle-ci, une nana.


AURORE

Une elfe.


BENJAMIN

Que faites-vous?


CAMEL

Parbleu, une elfe.

Je déteste les elfes.


HERVÉ

Un instant, Camelius.


NICOLAS

Tiens. J'ai envie de la tuer

avec mon petit poignard.


AURORE

T'es sérieux, là?


NICOLAS

C'est bon.


AURORE

Bon. Moi, je vais à la

rencontre de ces messieurs.


BENJAMIN

Attends, attends.

Fais un lancer

de vigilance d'abord.


AURORE lance le dé.


BENJAMIN

Ah, désolé. Quatre, c'est pas

assez. Donc, tu vas vers eux,

mais tu l'as pas vu,

mais dans les arbres,

il y a un shnorg venimeux.

Donc, tu marches dessus,

il te mord à la cheville

et hop, tu t'évanouis.


AURORE

Vas-y, c'est nul.


BENJAMIN

Ouais. Qu'est-ce que

vous faites, les mecs?


CAMEL

Je la fouille.


NICOLAS

Moi aussi.


BENJAMIN

Faites un lancer d'abord.


CAMEL lance le dé.


BENJAMIN

Très bien.

Treize. Donc, tu la fouilles.

Tu prends son arme,

ses vêtements,

et maintenant,

elle est toute nue.


NICOLAS

Allez, Aurore, déshabille-toi.


HERVÉ

Oh! Arrête ça tout de suite

ou je te pète la gueule.


NICOLAS

C'est bon, on peut

bien rigoler.


AURORE

C'est quoi ton jeu de merde?


BENJAMIN

Si tu veux te casser,

tu te casses, putain!


AURORE

Pourquoi je suis nue

et évanouie?


BENJAMIN

Eh! Mais pour qui

elle se prend cette connasse!


AURORE

Quoi, c'est moi la connasse?


BENJAMIN

C'est pas parce que tu fais 10

euros pour rouler des pelles et

que c'est Hervé qui te dévierge

derrière les buissons dans

les parcs que tu dois pourrir

notre party, là.


HERVÉ

Quoi?


BENJAMIN

C'est Camel

qui nous a raconté ça.


CAMEL

C'est pas vrai.

Bon, si, c'est vrai.


AURORE

Putain, mais c'est des gamins,

tes potes!

C'est bon, je me casse.


HERVÉ

Ils rigolent.

Ouais, super drôle.

Vous êtes tous aussi nuls.

Sauf que toi,

t'es encore pire. Vas-y!

Sale bouffon, va!


AURORE quitte l'endroit en claquant la porte.


CAMEL

Désolé.


BENJAMIN

Sympa, l'ambiance.


NICOLAS

Bon, on reprend?


En classe de musique, NICOLAS chante.


NICOLAS

♪ L'étendard sanglant est levé ♪

♪ L'étendard sanglant est levé ♪

♪ Entendez-vous

dans nos campagnes ♪

♪ Rugir ces féroces soldats ♪


AURORE fait un dessin sur le plâtre de LOÏC.


HERVÉ

C'est fini, là, c'est hyper fini.


CAMEL

Allez, t'en fais pas. T'en

trouveras d'autres, des nanas.


HERVÉ

Oui, mais elle, c'est...

Je sais pas... Enfin, c'est

la femme de ma vie, tu vois.

Voilà, j'ai loupé le train

et puis il est passé.

Maintenant, ma vie est foutue.

Je vais crever tout seul.


NICOLAS

♪ Formez vos bataillons ♪


CAMEL

Faut s'y faire, mec.

Moi, je me rappelle

le jour où mon père enlevait

les petites roues de mon vélo.

J'ai pleuré, mais j'ai pleuré.

Je comprends ce que tu ressens.

Le sentiment d'une époque

terminée. Genre, la nostalgie.


PROFESSEUR DE MUSIQUE

Ouais, pas génial.

Un peu faux. Sept.

Bon, maintenant,

on va écouter une compo

de Camel qui s'appelle...


CAMEL

Exosquelette totale

destruction.


CAMEL branche sa guitare et joue.


Dans l'autobus pour rentrer, HERVÉ est assis seul. HERVÉ remarque la fille assise devant lui.


La fille ramasse ses cheveux derrière l'oreille.


AURORE et LAURA marchent dans la cour d'école.


AURORE

Là, tu vois, je lui ai dit:

"Toi, t'es encore pire."


LAURA

Non! Et lui, il a fait quoi?

Il s'est senti con ou quoi?


AURORE

Bien, rien, non,

il a rien dit, tu vois.

Il m'a regardé, genre...


LAURA

Remarque, t'avais raison.

Lui, évanoui dans la clairière,

il aurait pu t'aider.


AURORE

Oui, c'est clair. Mais tu

vois, j'avoue, Hervé, quand

tu le vois comme ça

avec sa vieille coupe

de merde et tout, t'as

vraiment l'impression

qu'il est juste horrible.

Mais au fond, je sais pas,

il est trop chou.


LAURA

Oh... Ah...

J'y crois pas.


HERVÉ embrasse une fille dans les buissons au fond de la cour.


LAURA

Salut, Hervé.


AURORE

Salut.

Tu vas bien?

T'es vraiment un singe!

(En frappant HERVÉ avec sa veste)

T'es vraiment dégueulasse.

Merci, hein!


HERVÉ

Mais qu'est-ce que... Aïe!


AURORE

Super cool, merci, hein!

Hein? Mais...


LA FILLE DE L'AUTOBUS

Attends, mais elle est

lourde, elle, ou quoi?



NOUVEAU PROFESSEUR

Alors, donc, vous en étiez restés

à la reproduction humaine,

je crois, avec M. Salkarian.

Hein? Voilà. Donc, bien...

Le coït.


HERVÉ raconte sa rencontre à CAMEL.


HERVÉ

Genre, elle est arrivée,

elle est montée dans le bus et

elle s'est mise en face de moi.

Là, tu vois, j'ai grave senti

que j'avais du feeling.

Et genre, après,

elle a commencé

à se recoiffer et tout.

Et elle a mis ses cheveux

derrière son oreille.

Et là, je l'ai regardé à mort

dans son oeil droit

et sa pupille,

elle était ultra dilatée.

Alors, je me suis assis à côté

d'elle et je l'ai emballée.


CAMEL

Le truc complètement

à la tunisienne.


HERVÉ

Mais ouais!


WULFRAN

(Chuchotant)

Hé, mec, pst!

Paraît que t'as largué

Aurore. C'est vrai?


HERVÉ

(Chuchotant)

Mais non, c'est elle

qui m'a largué.

Mais moi, je m'en fous, hein.


JENNIFER

Mais n'importe quoi.

C'est toi qui l'as larguée.

De toute façon,

il y a du monde qui t'a vu

avec ta nouvelle copine.


CAMEL

Alors, c'est toi ou elle?


HERVÉ

Cherche pas à comprendre.


LAURA se retourne pour regarder HERVÉ.


NOUVEAU PROFESSEUR

... servir de lit pour l'évolution

de l'oeuf. Qui deviendra

plus tard, qui sait,

un joli bébé et on aura plus tard

un gentil collégien.


Sur le balcon, la MÈRE D'HERVÉ est découragée de trouver des taches sur son linge.


MÈRE D'HERVÉ

Regarde, il y en a

plein le linge.

Partout, partout.


Un avion passe. La MÈRE D'HERVÉ et HERVÉ s'avancent pour regarder l'avion et se font éclabousser d'eaux usées.


HERVÉ et la FILLE DE L'AUTOBUS s'embrassent dans un café.


HERVÉ

Hé, tourne pas toujours

la langue dans le même sens.

Varie un peu.


LA FILLE DE L'AUTOBUS

Oh, ça va, pardon.


SERVEUR

Ta clope, ta clope, oh!


HERVÉ

Je l'ai pas allumée.


LA FILLE DE L'AUTOBUS

T'as pas peur du cancer?


HERVÉ

Si. J'ai peur. Je vais mourir.

Allez, bois ton café.


Dans le café, une équipe de foot chante une chanson de ralliement.

HERVÉ

Hé, on fait un resto-basket?


LA FILLE DE L'AUTOBUS

Ouais. C'est quoi?


HERVÉ

1, 2, 3...


HERVÉ se rue sur la porte pour sortir, mais la porte est bloquée.


HERVÉ

On peut avoir les reçus,

s'il vous plaît?


JENNIFER discute avec CAMEL dans la cour d'école. JENNIFER est assise sur la table tandis que CAMEL est couché dessous la table.


JENNIFER

Mais genre, toi, t'es un Arabe

et tu kiffes le métal.

T'aimes pas le rap?


CAMEL

Mais non, tu comprends pas.

Parce que moi,

je me sens plus proche

de Satan dans mon esprit.


JENNIFER

OK, mais franchement, hier,

c'était super bien joué.

Tu prends des cours?


CAMEL

Oui, je prends des cours

avec l'ancien guitariste

des Baby Violators.


JENNIFER

(Descendant rejoindre CAMEL)

Attends, sérieux?

Baby Violators, ceux qui

enflamment les poussins

sur scène.


CAMEL

Ah, tu connais?


JENNIFER

Bien oui, je connais.

J'ai tous leurs albums.


CAMEL

Ah ouais.


HERVÉ est seul dans son coin.


JENNIFER

(Voix au loin)

Ouais, ouais. Enfin, au bout

du troisième, parce qu'après...


CAMEL

(Voix au loin)

... parce que, en fait, avant,

ils étaient tous bouchers.


AURORE gare son scooter de l'autre côté de la grille.


HERVÉ

Hé, t'as un scooter?


AURORE

Salut.


HERVÉ

Depuis quand?


AURORE

Hier.


HERVÉ

Ah... Et tu prends

plus le bus alors?


AURORE

Bien, non. L'année prochaine,

je serai au lycée, donc j'aurai

besoin du scooter.


HERVÉ

Il est mortel.


AURORE

(Rejoignant HERVÉ dans la cour d'école.)

Oui, mais je suis pas

encore à l'aise dessus.

J'arrête pas de me manger

des portières.


HERVÉ

Au fait, je voulais te dire...

je t'aime.


AURORE

Quoi?


HERVÉ

Bien, je t'aime.

Mais avant, j'étais con et tout.

Mais maintenant,

j'ai vécu des trucs et tout.

Donc, je le sais.

Avant, c'est parce que j'avais

pas l'habitude. Mais maintenant...

je t'aime, quoi.


AURORE

Écoute, on reste copains.


AURORE continue son chemin. HERVÉ aperçoit CAMEL sous la table avec JENNIFER.


CAMEL

HERVÉ)

Hé, tu viens?

(Riant)

Tu pleures, là?

Hé, il pleure!

Ah, le gros pleureur. Hé, mec,

c'est les bébés qui pleurent.

Toi, t'es pas un bébé.

Hein, t'es pas un bébé.


HERVÉ pleure et n'entend plus les propos de CAMEL.


CAMEL joue de la guitare dans sa chambre, pour JENNIFER. JENNIFER agrippe CAMEL pour l'embrasser.


À l'hôpital, LOÏC attend pour enlever son plâtre.


INFIRMIÈRE

Suivant.


LOÏC entre dans le bureau très heureux en voyant l'allure de l'infirmière.


BENJAMIN se fait servir le repas par sa maman.


MÈRE DE BENJAMIN

Tiens, mon chéri.


BENJAMIN

Merci, maman.


GOULVEN se fait mettre un appareil dentaire chez le dentiste.


NICOLAS suit des traitements chez le kinésiste.


ANAS fait du théâtre.


ANAS

Qui es-tu?


FRANÇOISE

Ah, votre femme, monseigneur.

Votre fidèle femme.

Viens, jure-le et damne-toi

de peur.


LAURA fait la belle dans la cour d'école.


LAURA

Connasse...


MÉGANE s'approche et gifle LAURA.


JEUNE HOMME

Wô!


WULFRAN lit de la poésie aux toilettes.


Plus tard, HERVÉ est en costume et porte une mallette dans un mail commercial.


HERVÉ

Non, écoute, j'ai dit pas

moins de 650 000 euros.

Attends, je te rappelle.


HERVÉ remarque une jeune femme dans une boutique de chaussures.


HERVÉ

Aurore?


AURORE

Hervé?


AURORE place les chaussures sur les étals.


HERVÉ

Alors, comment ça va?

Ça fait longtemps.

Qu'est-ce que tu deviens?


AURORE

Bien, écoute, tu vois,

je vends des chaussures

dans un magasin.

Et toi?


HERVÉ

Bien... Moi,

je suis agent immobilier.


HERVÉ parle à ANAS dans la voiture.


HERVÉ

Et genre, tu vois, Aurore,

je lui proposerais

de se voir le midi,

vers son boulot. Tu comprends?

Genre, on aura fait chacun

notre truc de notre côté

et puis on se retrouva.

On quittera nos vies

et on se remettra ensemble.

Et puis on recommencera.

Hein, tu crois pas?


LE PÈRE D'ANAS et la MÈRE D'HERVÉ sont ensemble sur la banquette avant, tandis que ANAS et HERVÉ sont derrière.


ANAS

Attends, attends, là.

Je dois envoyer mon texto.


MÈRE D'HERVÉ

Pas les portables

dans la voiture. Ça donne

le cancer du cerveau.

C'est très, très dangereux,

le portable.


PÈRE D'ANAS

Oh, t'arrête ça, toi.

T'as pas entendu?


La voiture ralentit devant le collège.


ANAS

Vas-y, t'arrête pas devant le

collège, là. Continue, continue.

T'es chiant!


Les garçons descendent de la voiture.


MÈRE D'HERVÉ

(Embrassant ANAS)

Bisou, bisou, bisou!


ANAS

Hé, tu te tiens à carreau.


MÈRE D'HERVÉ

HERVÉ)

Et vous nous attendez devant

le porche à 17h.

Puis si on est en retard, vous

nous attendez quand même.

(Embrassant HERVÉ)

Hein?


HERVÉ

Salut, gamin.


HERVÉ et ANAS marchent vers la cour. AURORE est avec WULFRAN.


AURORE

Salut.


CAMEL a une toute nouvelle coiffure et est avec JENNIFER.


CAMEL

Salut, ça va?


HERVÉ embrasse sa nouvelle copine.


Générique de fermeture

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Cinéma
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par