Image univers CinéTFO Image univers CinéTFO

CinéTFO

Retrouvez le meilleur du cinéma sur CinéTFO! Profitez de notre sélection de films offerts gratuitement pour (re)découvrir des classiques et des oeuvres incontournables du cinéma d'auteur contemporain. Pour la programmation en ondes, consultez le Passeport CinéTFO!

Site officielpour CinéTFO Télécharger le document Passeport de Ciné TFO.
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Nobody Knows

Quatre frères et soeurs vivent avec leur mère. L’aîné, Akira, s’occupe de ses jeunes frères et soeurs, chacun d’un père différent. Un matin d’hiver, leur mère disparaît et les enfants commencent à vivre seuls.



Réalisateur: Hirokazu Koreeda
Acteurs: Yuya Yagira, Ayu Kitaura, Hiei Kimura
Année de production: 2004

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Nobody knows est un film en langue originale japonaise, sous-titré en français. Seuls les sous-titres français sont relevés dans ce document.


Texte informatif :
Ce film s'inspire de faits réels qui ont eu lieu à Tokyo. Mais les détails de l'histoire et les personnages dépeints sont fictifs.


Générique d'ouverture


Des gens sont assis dans un wagon de train.


Une femme tient une mallette rose.


Titre :
Nobody knows


KEIKO se présente avec son fils chez son nouveau propriétaire.


KEIKO

Bonjour.

Je suis Mme Fukushima.

Je viens d'emménager

au 203. Nous sommes

venus nous présenter.

Ce n'est pas grand-chose.


YOSHINAGA accepte le présent que KEIKO lui offre.


YOSHINAGA

Merci beaucoup.


KEIKO

Je vous en prie.

Mon mari travaille

à l'étranger.

Je vivrai donc seule ici

avec mon fils.


YOSHINAGA

En cas de besoin,

n'hésitez pas.


KEIKO

Je vous remercie.

(S'adressant à son fils)

Présente-toi.


AKIRA

Je m'appelle Fukushima Akira.


YOSHINAGA

Tu vas au collège?


AKIRA

Je suis en CM2.


YOSHINAGA

C'est vrai?

Tu fais plus grand.

À ton âge, on est raisonnable.

Les petits créent

des problèmes avec les

autres locataires.


KEIKO

Ne vous inquiétez pas,

il est très sérieux.

J'ai de la chance,

il tient de son père.

C'est un bon élève.

Comme il est en CM2,

il va bientôt se mettre

à l'anglais...


AKIRA descend l'escalier pour accueillir les déménageurs à l'entrée de l'immeuble.


AKIRA

Maman.


AKIRA regarde de grosses valises dans le camion.


KEIKO et AKIRA montent les valises en faisant beaucoup d'efforts. Des sons proviennent de la valise.


KEIKO

Chut!


Les deux valises sont au milieu du salon. KEIKO guide les déménageurs pour les objets lourds.


KEIKO

Mettez ça dans la

pièce du fond.


DÉMÉNAGEUR

Dans la salle à manger?


KEIKO

Oui.


AKIRA regarde les valises avec impatience.


Le camion de déménageurs quitte l'endroit. KEIKO et AKIRA regardent partir le camion.


KEIKO monte chez elle avec AKIRA.


AKIRA

Le proprio s'est remarié, non?


KEIKO

Je te parie que sa première

femme est morte

et qu'il vient de se

remarier.


En entrant dans l'appartement, une des valises s'ébranle toute seule.


YUKI

(Voix provenant des valises)

Attends Shigeru!


SHIGERU

(Voix provenant des valises)

J'en peux plus!


YUKI

Attends.


KEIKO

Allons-y!


KEIKO et AKIRA ouvrent les valises.


KEIKO

Ça va?

Tu as eu chaud?


YUKI

J'ai chaud.


KEIKO

C'est bien, tu as tenu bon!


YUKI

J'ai eu chaud.


KEIKO

Voilà ta nouvelle maison.


SHIGERU toujours dans sa valise frappe pour sortir.


AKIRA

Attends, Shigeru,

on te laisse sortir.


KEIKO

On le laisse sortir?


AKIRA

Je vais t'ouvrir.


KEIKO

Le petit monstre va sortir.


AKIRA ouvre la valise et SHIGERU fait la grimace pour faire le monstre.


KEIKO

Tu as eu chaud?


SHIGERU

Trop chaud.


KEIKO

Je te félicite.

On est arrivés.

OK.

Opération réussie!


YUKI

On est à quel étage?


KEIKO

Notre nouvelle maison

est au premier étage.

Appartement 203.


SHIGERU joue sur le balcon.


KEIKO

(Voix provenant de l'intérieur)

Shigeru, rentre!

Tu vas te faire voir!

On va encore devoir

déménager. Rentre!

Je t'ai dit de rentrer.

Va le chercher, Akira.


AKIRA fait entrer son frère.


KEIKO

Reste à l'intérieur.


KEIKO et YUKI plient des vêtements la chambre.


KEIKO

Shigeru, il faut que tu

ranges tes affaires.


AKIRA

Je vais chercher Kyoko

à la gare.


KEIKO

Sois prudent!

À tout à l'heure.

Tu connais le chemin?


AKIRA

Oui.

J'y vais.


KEIKO

À tout à l'heure!


AKIRA court dans la ville éclairée par de multiples lanternes.


KYOKO attend à la gare.


AKIRA

Tu m'as attendu?


KYOKO

Tu es en retard.


AKIRA

Excuse-moi.


AKIRA et KYUKO marchent ensemble vers la maison.


KYOKO

L'appartement est grand?


AKIRA

Il y a trois pièces.

C'est assez grand.


KYOKO

Et la machine à laver?


AKIRA

On l'a mise sur

le balcon.


KYOKO

Le balcon?


KYOKO attend en bas de l'immeuble.


AKIRA

(Chuchotant)

Kyoko.


KYOKO monte l'escalier en silence derrière son frère.


AKIRA

(Entrant dans l'appartement)

Nous voilà.


C'est l'heure du repas.


SHIGERU

Moi, je sais comment

on met la soupe.

Je sais comment on fait.


AKIRA

Alors, vas-y.


KEIKO rigole en voyant AKIRA déposer son couvert sur la table.


KEIKO

Ces baguettes sont

immenses!

Tant pis, ça fera l'affaire.


YUKI

J'adore ça!


KEIKO

C'est bon?

Je peux vous parler, les enfants?

Maintenant que nous sommes

dans notre nouvelle maison,

je vais vous expliquer

une nouvelle fois les règles.

Promettez-moi de les respecter.

C'est d'accord.


YUKI

Il y en a combien?


KEIKO

Tout d'abord,

vous ne devez pas crier.

C'est possible?


YUKI

Oui.


KEIKO

Très bien.

Ensuite, vous ne devez

pas sortir.


YUKI

Je sais.


KEIKO

C'est possible?

Même sur le balcon,

c'est interdit.

C'est compris?

Vous me le promettez?

(S'adressant à SHIGERU)

Tu en es capable,

petit monstre?


SHIGERU grogne en guise de réponse.


KEIKO

Tu es celui qui doit

vraiment me le promettre.

Il est absolument interdit

de sortir.

Tu en es capable?

T'es cap?


SHIGERU fait des grimaces et des simagrées sans rien dire.


KYOKO

Il n'a pas levé la main.


KEIKO

Tu te souviens la dernière

fois? Nous avons dû

déménager parce que tu

faisais trop de bruit.

On a retrouvé une belle

maison. Cette fois,

tu dois respecter les

règles.


KYOKO

Comment je vais faire

la lessive?


KEIKO

C'est vrai... Tant pis.

Pour faire la lessive,

exceptionnellement,

Kyoko sortira discrètement.

Tu ne dois pas aller avec

elle, Shigeru. C'est compris?

Et toi, Akira, tu sais déjà

tout ça, mais... comme je

rentre tard parfois,

tu dois t'occuper de tes

frères et sœurs.

C'est entendu.

Et puis, n'oublie pas

de travailler.

Tu as bien compris,

Shigeru?

C'est compris? Sinon...


SHIGERU

J'ai envie de rire.


KEIKO

Je te fais une piqûre.


YUKI

Non, pas une piqûre.

Des piments!


KEIKO

Des piments?


SHIGERU

Oh non!


KYOKO

On lui fera avaler.


YUKI

C'est ça.


KEIKO

Le « châtiment des

piments » t'attend.

C'est compris?

La prochaine fois que

tu hurles, on t'enferme

dans la valise.


SHIGERU lâche un petit cri.


KEIKO

Moins fort!


SHIGERU

Mais...


KEIKO

C'est ça.

Dans la valise.


YUKI

Ça, c'est une bonne idée.


KEIKO

Enfermez-le

quand il fait trop

de bruit.


YUKI

D'accord, on s'y mettra

à tous.


Le soir venu, toute la famille dort dans la chambre.


KYOKO

(Chuchotant)

Maman...


KEIKO

Hum?


KYOKO

Ces tatamis sentent bon.


KEIKO

Les tatamis?

Qu'est-ce qu'ils sentent?


KYOKO

Ils sentent l'herbe

sauvage.


KEIKO

Ça sent bon, hein?

C'est parce qu'ils sont neufs.

Ils sont encore verts.

On va bien dormir, tu crois pas?


KYOKO

Bonne nuit.


Au matin, AKIRA et KEIKO se préparent pour la journée.


AKIRA

Tu rentres tard?


KEIKO

Ce soir?

Laisse-moi réfléchir.

Quel jour est-on?

Oui, je pense...

je risque de rentrer tard.


AKIRA

Tu dîneras en rentrant?


KEIKO

Est-ce que je dînerai?

Quel est le menu, ce soir?


AKIRA

Peut-être un curry.


KEIKO

Un curry? J'en veux.

Gardes-en-moi.

S'il te plaît.

J'en mangerai peut-être.


AKIRA

Bonne journée.


KYOKO

Maman est déjà partie?


AKIRA

Elle vient de sortir.


KYOKO se lève et ouvre

les tentures pour regarder

sa mère partir.]


AKIRA range les cartons dehors. SHIGERU est assis dans sa valise et regarde la télé. YUKI défait son carton de peluches et de jouets. KYOKO range les livres dans l'étagère.


SHIGERU se promène en enjambant les cartons.


KYOKO

C'est dangereux.


SHIGERU prend du cola dans le réfrigérateur. Il est le seul à ne pas participer au rangement de la maison.


KYOKO dépose un petit piano jouet sur une tablette.


KYOKO

Je le mets là.



AKIRA regarde dehors.


AKIRA

Je vais faire des courses.


KYOKO

À tout à l'heure.


YUKI

Achète-moi

des chocolats Apollo.


AKIRA se promène en ville. Au supermarché, AKIRA compare les prix.


AKIRA

(Pour lui-même)

150 yens.

Je pourrais acheter

des kakis.

J'en vois pas.

Je vois pas les chocolats

Apollo.


Sur le chemin du retour, AKIRA visite le quartier.


AKIRA

(Pour lui-même)

Un centre de jeux vidéo...

La quincaillerie Inegaya...

Lunettes à doubles foyers...


Dans un dépanneur, AKIRA trouve les APOLLO CHOCO.


AKIRA

(Pour lui-même)

J'ai trouvé.


CAISSIER

Vous les prenez comme ça?

Sur 100 yens.

Merci beaucoup.


AKIRA continue son chemin vers la maison.


AKIRA prépare le repas.


YUKI mange quelques Chocolats puis referme la boîte.


YUKI

Je les mangerai plus tard.


KYOKO

Ça va?


AKIRA

Oui.


KYOKO est dans la salle de bain.


KYOKO

Le bain est prêt AKIRA.


AKIRA

Vas-y.


KYOKO

D'accord.


AKIRA a préparé un ragoût. [SHIGERU

Tu as mis des carottes?


AKIRA

Oui.


SHIGERU

J'en veux pas.


AKIRA

Si, tu dois en manger.


KYOKI fait la lessive sur le balcon.


AKIRA

Kyoko, le dîner est prêt.


Plus tard, les petits se brossent les dents pendant que KYOKO et AKIRA font la vaisselle.


KYOKO

Shigeru a encore laissé

ses carottes.


Avant de dormir, KYOKO suspend le linge à sécher. AKIRA fait des devoirs. Il ouvre un livre : « Japonais – niveau élémentaire »


KYOKO

Maman arrive.


KYOKO court à la porte et tient la poignée pour ouvrir à sa mère.


KEIKO

Me voici!


KYOKO

Bonsoir.


KEIKO

Quel froid de canard!

Il fait bon, ici.

Tu n'es pas couchée?


KYOKO

J'ai étendu le linge.


KEIKO

Tu es formidable!

Merci.

Qu'est-ce que je vois là?

Tu m'en sers une assiette?

(S'assoyant près de AKIRA)

J'ai froid.

(S'adressant à KYOKO)

Tu t'en sors?


AKIRA

Ça marche pas.


KEIKO

C'est pas vrai?

(Se levant pour vérifier la cuisinière)

Ça s'est éteint.


KEIKO remet l'interrupteur.


KEIKO

À toi de jouer.


AKIRA montre son devoir.


AKIRA

C'est bon?


KEIKO

Montre-moi ça.

(Lisant à voix haute)

« Une nation qui

a prospéré environ

300 ans Av. J.C. »

Où est le problème?


AKIRA

Je voudrais savoir

si c'est bien écrit.


KEIKO

Non, tu as fait une

faute d'orthographe.

Quand tu ne sais pas,

au lieu de demander,

regarde là-dedans.

Comme ça, tu t'en souviendras.


KEIKO feuillette un cahier.


KEIKO

C'est Shigeru qui a fait

ça? C'est quoi ça?

C'est de toi, Akira?


AKIRA

Non.


KEIKO

C'est Kyoko?


AKIRA

Je hais les maths!


KYOKO devant le comptoir sourit en entendant sa mère.


KEIKO

Six fois six...

ça fait...

Six fois six...

Allez!

Six fois six...


AKIRA

Je peux me débrouiller

tout seul.


Le téléphone sonne.


AKIRA

Six fois six font

trente-six.


KEIKO s'éloigne pour répondre au téléphone.


KEIKO

Allô?

Oui, c'est moi.

C'est bruyant.

J'entends rien.

Il y a du bruit.

Où es-tu?

Au karaoké?

Pas maintenant.

Il est trop tard!

Tu es avec qui?

C'est vrai?

Dommage!


Au matin, tous dorment encore sauf KYOKO.


KEIKO se réveille.


Toute la famille est réveillée, mais reste dans le lit et joue à un jeu.


KEIKO

On commence par... 2


KEIKO

Et... 3


SHIGERU

Oh non!


KEIKO

Et... 1.

(Faisant une grimace)

Et... 3


YUKI

Et... 4


SHIGERU

Super!


KEIKO

C'est à moi!

Et... 2.


KEIKO

J'ai perdu!

Je suis privée de repas!


Plus tard, KEIKO coiffe YUKI.


YUKI

Ça me donne pas envie

de dormir.


KEIKO

S'il n'y a pas de couvercle,

qu'est-ce qu'il peut y avoir

dedans?


YUKI

On peut pas savoir.

Si on ferme les yeux

et qu'on met quelque chose

sans savoir ce que c'est...


C'est au tour de KYOKO de se faire coiffer. Elle regarde les produits de beauté de sa mère sur la coiffeuse.


KYOKO

Maman...


KEIKO

Hum?


KYOKO

Je voudrais aller à l'école.


KEIKO

À l'école?

C'est pas drôle

d'aller à l'école.

En plus, comme tu n'as

pas de papa,

tu vas te faire embêter.

Tu n’as pas besoin

d'y aller.


Plus tard, AKIRA et KEIKO sont dehors sur le balcon où les tatamis sont suspendus.


KEIKO

Ça sent bon, hein?

Ça sent le soleil.


AKIRA

Ça sent le soleil?


KEIKO

Oui. Quelle belle journée!


KEIKO tape les tatamis.


KEIKO

Tu sais...

maman est amoureuse.


AKIRA

Encore?


KEIKO

Ne dis pas ça.

Cette fois-ci,

c'est vraiment quelqu'un

de gentil et de sérieux.

Je pense qu'il s'occupera

de moi. Alors, s'il me

promet de se marier

avec moi, on pourra tous

vivre dans une grande

maison, vous pourrez aller

à l'école et Kyoko pourra

faire du piano.

Attends encore un tout

petit peu.

Cette fois, je crois vraiment...


La nuit venue, tout le monde est couché sauf AKIRA qui s'est endormi sur la table.


Des bruits extérieurs réveillent AKIRA qui va voir à la fenêtre. KEIKO descend d'une voiture taxi en faisant des saluts à une personne restée à l'extérieur.


AKIRA entend venir sa mère et se recouche sur la table comme s'il dormait.


KEIKO

Bonsoir.

J'ai dit, bonsoir!

Voilà des sushis!

Me voilà!

Vous dormiez?

Venez les enfants.

On m'a offert des sushis.

J'ai ramené des sushis.

Venez. Vous êtes

réveillés?

(S'adressant à SHIGERU)

T'es réveillé? Tu me fais

la tête?

Viens me voir, Yuki.

Viens, ma chérie.


KYOKO se lève et s'adresse à AKIRA qui est toujours à table.


KYOKO

Maman sent l'alcool.


KEIKO

Tu dormais?

Excuse-moi.

Aujourd'hui, maman

a passé une bonne journée.


KYOKO

(Offrant un verre d'eau à sa mère.)

Tiens, maman.


KEIKO

Aaah!


AKIRA prépare la table pour manger les sushis.


KEIKO

Akira!

Vous savez, Akira

commence à ressemble

à son père.

Il a exactement les même

yeux. Le papa d'Akira...

travaillait à Haneda.

(S'adressant à YUKI)

Tu connais Haneda?

C,est un endroit avec

plein d'avions.

Tu connais, hein, Shigeru?

Il travaillait là.


AKIRA met de l'eau à bouillir.


KEIKO

Au fait, Akira...

tu te souviens du jour

où tu es allé voir ton père?


AKIRA

Non.


KEIKO

On a pris le monorail

pour aller à

l'aéroport d'Haneda.

Tu as oublié?

Kyoko, ton papa...

était producteur

de musique. Je sais!

Je vais m'occuper

de tes jolies mains.

Je vais te mettre du vernis.


KEIKO

Maman...

en fait, à un moment...

elle voulait devenir

chanteuse.

J'y étais presque arrivée...

avec ton papa, Kyoko.

(Le vernis déborde)

J'en ai mis trop!

Je voulais enregistrer

un disque.

J'y étais presque...

et puis, ça n'a pas marché.

Pourtant, j'y tenais vraiment.


Au matin, AKIRA est tôt levé. Un homme joue avec son enfant dehors. AKIRA trouve un mot dans son cahier : « Akira, ta maman doit partir quelque temps. Occupe-toi de Kyoko, Shigeru et Yuki.


Dans une enveloppe, KEIKO a laissé des billets de banque. AKIRA compte la somme.


KYOKO regarde l'enfant jouer à la balle, dehors. Elle voit aussi le propriétaire avec sa femme et son chien.


KYOKO ouvre la porte du balcon et sort pour faire la lessive.


AKIRA vient voir KYOKO sur le balcon.


AKIRA

Je vais faire des courses.


KYOKO

À tout à l'heure.


AKIRA

Au fait, maman est partie

quelque temps.


KYOKO

Pourquoi?


AKIRA

Je crois que c'est pour

son travail.

J'y vais.


KYOKO

À tout à l'heure.


Devant le distributeur d'argent, AKIRA fait un dépôt.


VOIX AUTOMATISÉE

Veuillez indiquer le numéro

de compte du bénéficiaire

du virement.


AKIRA dépose les billets dans la machine.


AKIRA marche dans le quartier en réfléchissant à ses nouvelles responsabilités.


AKIRA

(Pour lui-même)

Le loyer, l'électricité...

le téléphone, le gaz.

Il faut aussi...

des mouchoirs en papier...


AKIRA regarde les revues dans un dépanneur.


AKIRA passe à la caisse, puis il retourne dans le quartier. Le propriétaire du dépanneur court derrière AKIRA.


PROPRIÉTAIRE DU DÉPANNEUR

Suis-moi.


Le PROPRIÉTAIRE DU DÉPANNEUR pousse AKIRA dans son bureau. Et trouve plusieurs trucs impayés dans le sac d'AKIRA.


PROPRIÉTAIRE DU DÉPANNEUR

Tu fais toujours ça?


AKIRA

Non.


PROPRIÉTAIRE DU DÉPANNEUR

C'est la première fois?


AKIRA

Je n'ai rien volé.


PROPRIÉTAIRE DU DÉPANNEUR

Alors, qu'est-ce que ça fait là?

Ton nom?


AKIRA

Fukushima Akira.


PROPRIÉTAIRE DU DÉPANNEUR

Fukushima Akira.

Tu es de quelle école?

Comment s'appelle

ton père?


AKIRA

Je n'ai pas de père.


PROPRIÉTAIRE DU DÉPANNEUR

Tu n'as pas de père?

Et ta mère?


AKIRA

Elle est partie travailler.

Elle n'est pas là.


PROPRIÉTAIRE DU DÉPANNEUR

Où est-elle?

Dis-le-moi ou je vais devoir

appeler la police.


CAISSIÈRE

(Voix au loin)

Ce n'est pas lui qui a volé ça.

Les enfants qui lisaient

des BD ont mis ça dans

son sac.


PROPRIÉTAIRE DU DÉPANNEUR

C'est pas lui?


CAISSIÈRE

Non, je ne pense pas.


PROPRIÉTAIRE DU DÉPANNEUR

T'aurais pu me dire

ça plus tôt!


CAISSIÈRE

Je m'excuse.

C'est trop facile

de s'excuser!


PROPRIÉTAIRE DU DÉPANNEUR

Ça reste entre nous, d'accord.

Je vais t'offrir des brioches

à la viande.

(S'adressant à la caissière)

Dépêche-toi.


AKIRA

Merci beaucoup.


AKIRA retourne chez lui.


AKIRA fait les comptes en gardant les factures dans un cahier.


KYOKO

Faut que tu mettes un plus.


AKIRA

9 824 yens.


YUKI

9 824 yens?


AKIRA

J'ai oublié de compter

ça.


Les petits sont endormis. AKIRA n'arrive pas à dormir. Il se lève et va au téléphone.


KYOKO est réveillée par la tonalité des touches.


Le lendemain, AKIRA voyage en train.


AKIRA va voir un homme à la compagnie de taxi


L'homme dort dans sa voiture. AKIRA attend que l'homme sorte pour s'adresser à lui.


AKIRA

Bonjour.


L'homme va aux toilettes et revient vers AKIRA.


UN COLLÈGUE DE TRAVAIL

C'est ton jour de congé, non?


SUGIHARA

Je travaille ce soir.

Ça sert à rien de rentrer

chez moi.


SUGIHARA et AKIRA sont assis ensemble dans la voiture.


SUGIHARA

Comment va ta mère?


AKIRA

Elle n'est pas rentrée

depuis un mois.


SUGIHARA

C'est vrai?

Quel âge ça te fait?


AKIRA

12 ans.


SUGIHARA

Et Yuki?


AKIRA

Elle va bien.


SUGIHARA

Elle me ressemble?


AKIRA

Oui.


SUGIHARA

C'est vrai?


AKIRA entre dans un centre de jeux rempli de jeunes. Il cherche quelqu'un. Un homme en uniforme lui fait des signes.


AKIRA attend dehors. Entendant des pleurs d'enfants, AKIRA remarque un enfant laissé seul dans une voiture.


HOMME

Akira?


L'HOMME devant une machine distributrice compte sa monnaie. [HOMME

Prête-moi 10 yens.


L'HOMME approche d'AKIRA.


AKIRA

Tu veux 10 yens?


HOMME

Allez, c'est rien!

Il est énorme, ton portefeuille!


AKIRA

C'est un vieux truc

à maman.


HOMME

À qui?


AKIRA

À maman.


L'HOMME prend l'argent et retourne à la machine distributrice.


HOMME

Vous avez déménagé, non?

C'est grand?


Plus tard, AKIRA discute avec l'HOMME.


HOMME

T'as des poils pubiens?


AKIRA

Non.


HOMME

Menteur! J'en avais

à 11 ans.


AKIRA

C'est pas vrai.


HOMME

Je te jure.


AKIRA

En fait...


HOMME

Pourquoi tu souris comme ça?


AKIRA

En fait... comme maman

est partie, on n'a plus

d'argent.


HOMME

Tu plaisantes?

J'ai pas d'argent, moi.

Il te reste combien?


AKIRA

Environ 10 000 yens.


HOMME

C'est bien assez.

Je suis dans la merde

en ce moment.

Ma nana a acheté

un max de trucs avec

mes cartes de crédit.

C'est l'enfer, ces cartes!

Je bosse comme un fou

pour rembourser.

(Fouillant ses poches)

C'est tout ce que j'ai.

C'est la dernière fois.


AKIRA

Merci.


HOMME

Allez, j'y vais.

Au fait, Yuki n'est

pas ma fille.

Avec ta mère, j'ai

toujours porté une

capote. Salut.

(Désignant un breuvage)

Merci pour ça.

Au revoir.


AKIRA lance sa cannette comme une balle de baseball vers les poubelles, mais rate sa cible.


AKIRA

Je suis vraiment nul!

(Marchant sous la pluie)

Ça caille!


De retour à la maison, AKIRA fait les comptes.


AKIRA

(Pour lui-même)

Au supermarché,

j'ai dépensé 674 yens.

Il me reste 650 yens.

Combien y avait-il

au départ dans mon

portefeuille?


KYOKO lit une histoire à YUKI.


KYOKO

(Lisant)

« J'ai rencontré Bubu

le cochon qui semait

des graines de navet. 

Tu as un bien joli sac.

C'est ma mère qui me

l'a fait...


SHIGERU joue avec une figurine dans la porte ouverte du balcon. [SHIGERU

Où ça? Où ça?


Une pièce de la figurine tombe sur le balcon. SHIGERU se retourne sachant qu'il ne doit pas sortir. Couché sur le sol, SHIGERU tente de ramasser la pièce sans sortir.


AKIRA

Shigeru, tu ne dois pas sortir.


SHIGERU

Je sors pas.

Je sors pas.


SHIGERU prend une chaussure pour rattraper la pièce de son jouet.


KEIKO

(Entrant dans l'appartement)

Me voilà!


YUKI

Bonjour, maman.


KEIKO

Comment ça va?

Comment allez-vous?


SHIGERU

Bonjour.


KEIKO

Bonjour, mon chéri.

Je vous ai apporté

des cadeaux.

C'est pour toi, Yuki.


YUKI

Merci.


KEIKO

Ça, c'est pour Shigeru.


KEIKO

(S'adressant à AKIRA)

Bonjour.

Akira.


KEIKO donne un sac à AKIRA.○ [KEIKO

Ça fait si longtemps.


KYOKO

Tu veux que je l'ouvre?


YUKI reçoit une peluche sac à dos.


KEIKO

Tu peux le porter sur

ton dos.


SHIGERU

C'est mignon!


KEIKO

Tu le mets sur ton dos?

Tu peux mettre des

choses dedans

et le porter comme ça.


KYOKO s'occupe du linge qui sèche. KEIKO coupe les cheveux d'AKIRA.


KEIKO

(S'adressant à AKIRA)

Sur les côtés

je te dégage les oreilles?

C'est sûr?

(S'adressant à YUKI)

Ça lui va bien, les cheveux

courts.

Qu'est-ce que tu préfères,

Yuki?


YUKI

Les cheveux longs.


KEIKO

Tu le préfères

avec les cheveux longs?

Oh non. Tant pis.

Je peux encore couper

un peu.


SHIGERU se regarde faire des grimaces dans la glace.


KEIKO

Pourquoi tu fais cette tête?

C'est plus net, comme ça.

C'est trop court devant?

Ça va, non?

C'est trop court?


SHIGERU fait signe que oui.


KEIKO

C'est pas vrai.

C'est pas grave

ça va repousser.

Arrête un peu.

Tu es mignon comme ça?

Je t'assure.


Le cadeau de AKIRA est sur la table. C'est une écharpe en tricot et une bande dessinée.


SHIGERU s'amuse avec ses figurines téléguidées.


SHIGERU

Maribo!

Paf! Je t'ai eu!

(Criant)

Paf, Maribo!


AKIRA joue avec son frère en commandant une des figurines.


SHIGERU

Maribo!


KYOKO est devant la coiffeuse de sa mère et regarde le vernis à ongles. KYOKO échappe la bouteille de vernis sur le plancher. [KYOKO

Maman.


KEIKO

Qu'est-ce que tu fabriques,

Kyoko?


KEIKO essuie le vernis sur le plancher.


KEIKO

Qu'est-ce que tu fais?

Ne touche pas à mes affaires.

Comment on va faire?

Ça ne part pas.


KYOKO

Tu étais où, en vrai?


KEIKO

Je te l'ai dit,

je suis allée travailler.


KYOKO

Pendant un mois?


KEIKO

Je suis allée à Osaka.

Ça faisait trop loin.

Je ne veux plus que

tu touches à mes affaires.


KYOKO tient toujours le pinceau de vernis dans sa main et remarque son doigt taché de vernis.


KYOKO joue sur son petit piano.


KEIKO fait ses bagages.


YUKI

Qu'est-ce que tu fais?


KEIKO

Aujourd'hui, maman

doit sortir.

Elle se prépare.


SHIGERU

Tu t'en vas déjà?


KEIKO

Aujourd'hui, maman

a beaucoup de choses

à faire.

Mais... je serai là pour

Noël.


KEIKO marche avec sa valise en discutant avec AKIRA qui l'aide à porter une autre valise.


KEIKO

5 000 yens?

Il aurait pu te prêter

un peu plus.

Quand même, vous n'êtes

plus des gamins.

Mais les chauffeurs

de taxi et les centres

de Pachinko n'ont plus

de clients. C'est la crise.

Retourne le voir si tu as

des ennuis.

Il fait froid, hein?

Il y a beaucoup de vent.

J'ai froit.


AKIRA

Tu as parlé de nous

à ton ami?


KEIKO continue son chemin sans répondre.


KEIKO

Je t'ai déjà dit que

j'allais le faire.


KEIKO et AKIRA dînent au restaurant.


KEIKO

T'as du sucre.

T'as du sucre

sur la bouche.


KEIKO refuse que sa mère lui nettoie la bouche.


KEIKO

T'es désagréable.


AKIRA

Je te l'ai déjà demandé

plusieurs fois.

Quand nous laisseras-tu

aller à l'école?


KEIKO

Tu recommences

avec ça? T'as pas

besoin d'y aller.

Des tas de gens

sont devenus célèbres

sans jamais aller

à l'école.


AKIRA

Qui ça?


KEIKO

J'en sais rien,

mais il y en a plein.


AKIRA

Tu es vraiment égoïste,

maman.


KEIKO

Tu as vu comment

tu me parles? Tu veux

savoir qui est le plus

égoïste?

C'est ton père qui

est parti en me laissant

toute seule.

Tu crois pas?

J'ai pas le droit

d'être heureuse?

Ça suffit!

Je sais qui est

devenu célèbre.

Le premier ministre

Tanaka. Ça te dit

quelque chose?


AKIRA

Non.


KEIKO

T'étais pas né.

Je sais...

le catcheur Antonio

Inoki.

Il a pas dû aller

à l'école.

Enfin, j'imagine.


AKIRA

N'importe quoi.


KEIKO

Tais-toi.

Mange et dépêche-toi.


AKIRA accompagne sa mère à la gare.


KEIKO

Je t'enverrai bientôt

de l'argent.


AKIRA

Tu seras là à Noël?


KEIKO

C'est promis.

Je reviens bientôt.

Prends soin d'eux.


AKIRA reste dans la gare et regarde sa mère s'éloigner.


Les enfants vivent calmement. Le froid embue les fenêtres.


YUKI

Il existe pour de vrai,

Totoro?


SHIGERU

T'es folle!

Tu sais comment

il est grand?


YUKI

Oui, il est super grand.


AKIRA a reçu du courrier.


KYOKO

S'il existait pour de

vrai bonjour les dégâts.

Il serait arrêté par la police.


Autour de la table, les enfants discutent.


AKIRA

Vous croyez aux ovnis?


SHIGERU

Non.


YUKI

Moi non plus.


AKIRA

Si les martiens existent,

les ovnis aussi.


YUKI

C'est vrai que les martiens...


SHIGERU

Et les zombis,

s'ils existaient?


AKIRA

Le père Noël,

vous y croyez?


YUKI

Oui.


AKIRA

Il existe.

Vous croyez?

Il n'y a qu'un Père Noël, non?


KYOKO

C'est impossible

qu'il aille seul dans tout le

Japon.


AKIRA

Si, le Père Noël peut faire ça.


SHIGERU

Ouais, il y en a

de plein de sortes.


KYOKO regarde la tache de vernis sur le sol.


Dans la ville, les gens font leurs emplettes de Noël.


Le PROPRIÉTAIRE du dépanneur et la CAISSIÈRE vendent des articles devant le magasin. AKIRA attend les soldes de dernière minute pour acheter un cadeau.


Sur le chemin du retour, AKIRA voit une jeune fille jeter des choses à l'eau sur le pont.


AKIRA et KYOKO lavent la vaisselle.


KYOKO

Maman n'est pas revenue.


AKIRA

Elle a été retenue

par son travail.


KYOKO

C'est à cause de ce

que je lui ai dit.


AKIRA

Mais non.


AKIRA est assis dans un parc et regarde d'autres enfants jouer.


RÉCEPTIONNISTE

(Voix au téléphone)

Les Galeries Sanwa, bonjour.


AKIRA

Je voudrais parler

à Mme Fukushima.


RÉCEPTIONNISTE

(Voix au téléphone)

Qui est à l'appareil?


AKIRA

Je suis son fils.


RÉCEPTIONNISTE

(Voix au téléphone)

Ne quittez pas.


AKIRA tente de joindre sa mère à son travail depuis une cabine publique.


GÉRANT

(Voix au téléphone)

Je suis désolé.

Mme Fukushima nous

a quittés le mois dernier.

De quoi s'agit-il?


AKIRA raccroche le téléphone et marche dans la ville.


AKIRA est de retour auprès de son frère et ses sœurs. Chacun a un bol de nouilles instantanées devant lui.


AKIRA

Encore combien de minutes?


SHIGERU

Attends.


SHIGERU

C'est pas prêt?

Encore combien de minutes?


YUKI

Encore une minute.


KYOKO

Tu crois.


SHIGERU

C'est pas prêt.

Je crois que c'est bon.


KYOKO

Tu crois


AKIRA

Alors, on y va.


YUKI

Bon appétit!


SHIGERU

Allez-y.


KYOKO

Bon appétit.


SHIGERU

Je vais lécher le couvercle.


AKIRA

C'est bon?


YUKI

Très bon!


SHIGERU ajoute du riz au bouillon de sa soupe pour compléter son maigre repas.


AKIRA cherche sa mère.


AKIRA

(Parlant au téléphone)

Bonjour, je cherche

un numéro de téléphone.

Préfecture de Kanagawa,

Kawasaki, Nakahara-ku...


AKIRA compose un numéro sur le téléphone.


MME YAMAMOTO

(Voix au téléphone)

Allô, ici Mme Yamamoto.

Allô?

Allô?

Qui est-ce?

Il n'y a personne au bout du fil.


AKIRA regarde ses frère et sœurs et se ravise.


Le PROPRIÉTAIRE de l'immeuble rentre chez lui et croise des locataires.


LOCATAIRES

Bonsoir. Bonne année!


AKIRA court jusqu'au dépanneur et en sort avec un petit sachet. Puis il marche dans la rue. Dans une vitrine, AKIRA remarque la jeune fille qu'il avait vue sur le pont.


AKIRA discute avec SAKI.


AKIRA

Après, c'est Kyoko.


SAKI

(En prenant des notes)

Kyoko.

Ça s'écrit comme

d'habitude?


AKIRA

Akira.


SAKI

Akira.


AKIRA écrit lui-même son nom.


AKIRA

Oui, c'est parfait.


AKIRA rentre avec des cadeaux pour les petits et pour KYOKO.


AKIRA

Maman nous a envoyé

des étrennes.

Et voilà!

Tiens, Yuki.


YUKI

Merci.


AKIRA

Shigeru.


SHIGERU

Merci.


AKIRA

Kyoko.

C'est pour toi.


KYOKO

Merci.


SHIGERU

4 000 yens!

J'ai eu 4 000 yens!

C'est pas vrai.

J'ai que 2 000 yens.


YUKI

1 000 yens.


AKIRA

Moi, j'ai eu 4 000 yens.

4 000 yens.


KYOKO range son argent dans une petite boîte.


AKIRA

Tu veux acheter quoi,

Yuki?


YUKI

Une poupée.


AKIRA

Et toi, Shigeru?


SHIGERU

Des rollers.


AKIRA

Des rollers?


AKIRA

Et toi, Kyoko?


KYOKO

Je vais économiser

pour m'acheter un piano.

Et toi, Akira?


AKIRA

Un gant de baseball.


Le temps passe. KYOKO et YUKI regardent par la fenêtre.


YUKI

Non. Je veux aller chercher

maman à la gare.


KYOKO

Elle ne reviendra pas

aujourd'hui.


KYOKO

Je suis sûre que si.


AKIRA

Elle sera là,

la semaine prochaine.


SHIGERU

T'es sûr que c'est vrai?


AKIRA

Oui, elle va revenir.


SHIGERU

Comment tu le sais?


AKIRA

Parce que.


KYOKO

Elle sera là, la semaine

prochaine.

C'est l'anniversaire

de Yuki.


KYOKO habille YUKI pour aller dehors. Puis AKIRA choisit des chaussures assez chaudes pour sa soeur.


AKIRA

Tu mets celles-ci?


YUKI choisit de mettre des pantoufles qui font couic couic.


AKIRA marche dans le corridor avec sa sœur. Près de l'escalier, il s'arrête.


AKIRA

Arrête. C'est bon.


Le PROPRIÉTAIRE et sa femme arrivent en même temps que AKIRA et YUKI au bas de l'escalier.


ÉPOUSE

Bonsoir.

Vous sortez?


YOSHINAGA

Où allez-vous?


YUKI

Je vais chercher maman

à la gare.



ÉPOUSE

C'est bien.

Comment t'appelles-tu?


YUKI

Yuki.


ÉPOUSE

Quel âge as-tu, Yuki?


YUKI

J'ai 5 ans.


ÉPOUSE

C'est vrai, tu as 5 ans?


AKIRA

C'est ma cousine.

Elle dort chez nous, ce soir.


YOSHINAGA

Ah bon?

Au revoir.


YUKI

Au revoir.


ÉPOUSE

Elle est mignonne.


YUKI marche avec AKIRA sur la rue du marché et nomme tout ce qu'elle voit.


YUKI

Tomates, radis,

brocolis, potiron, carottes...

champignons.

Des assiettes, des tasses...

La boucherie.


YUKI et AKIRA attendent devant la gare. YUKI sort ses Choco Apollo.


YUKI

Il n'en reste plus qu'un.

C'est mon dernier.


YUKI et AKIRA rentrent seuls. KEIKO n'est pas venue.


Le bruit d'un train attire l'attention de YUKI qui s'arrête.


AKIRA

C'est le monorail.

Il va à l'aéroport d'Haneda.

Un jour, on le prendra

pour aller voir les avions.


YUKI

D'accord.

On fera ça.


AKIRA fait des courses. En traversant le parc, AKIRA trouve une balle. AKIRA s'amuse à lancer la balle en l'air pour la rattraper.


Puis à l'aide d'une branche, AKURA frappe la balle.


KYOKO regarde l'enveloppe marquée : « Étrennes pour Kyoko » La note dit : « Pour ma petite Kyoko.


Pendant ce temps, les autres s'occupent à leur manière dans l'appartement.


SHIGERU ouvre la porte du balcon pour jouer avec son jouet qui lance des projectiles et les fait tomber sur le balcon.


SHIGERU profite de l'occasion pour sortir sur le balcon.


AKIRA fait les courses et remarque que les garçons de son âge ont des bicyclettes.


AKIRA entre dans le centre de jeux et observe les joueurs manier les manettes ou le volant selon la machine choisie.


Le soir venu, AKIRA retourne chez lui en passant par la rue commerciale.


Le printemps venu, AKIRA est debout derrière un jeune, à vélo. Un autre jeune roule à vélo à leurs côtés.


JEUNE

1, 2, 3, 4 et on tourne

à 5.


AKIRA

Non, c'est à 6.


JEUNE

Je suis sûr que c'est à 5.


AKIRA

Je te dis que c'est à 6.


JEUNE

Écoute, mec...

T'es même pas arrivé

à faire Kamehameha.


JEUNE 2

C'est pas vrai.


AKIRA et ses amis sont à l'arcade.


JEUNE 1 : Oh non, c'est un peu trop loin. [JEUNE 2

Zut, j'aurais pas dû.


AKIRA

Oh!


JEUNE 2

T'es trop fort, toi!


AKIRA manie un volant dans un jeu de course automobile.


JEUNE 2

Tu freines?


AKIRA

Non.


JEUNE 2

La classe!

Faut que tu l'écrases!


AKIRA s'amuse.


JEUNE

L'autre bagnole est en feu.


AKIRA achète quelques trucs au dépanneur.


Les deux autres garçons lisent des bandes dessinées pendant que AKIRA paie à la caisse.


CAISSIÈRE

Ce sont tes amis?


AKIRA

Oui, ce sont mes amis.


CAISSIÈRE

Ça fait 197 yens.


AKIRA et ses amis arrivent à un grand escalier qu'ils descendent à pied, en tenant leurs vélos.


AKIRA

Descendons.


AKIRA et ses amis roulent en ville.


Quand AKIRA rentre chez lui, il fait déjà nuit.


AKIRA

Merci.


JEUNE 2

On y va?

Salut.


JEUNE

Salut.


AKIRA

Merci.

À demain.


JEUNE

Salut.


JEUNE 2

Salut.


AKIRA est devant le distributeur d'argent automatique.


VOIX MÉCANISÉE

Veuillez indiquer

le montant du virement.

Veuillez indiquer

le montant du virement.

Veuillez...


À la maison SHIGERU a pris l'habitude d'aller sur le balcon. Tous ses jouets y sont étalés. KYOKO et YUKI s'occupent chacune de son côté.


AKIRA entre avec ses amis.


JEUNE

Bonjour!


JEUNE 2

Bonjour.


JEUNE

C'est ce jeu-là?


JEUNE 2

Super, on fait une partie.


AKIRA ne se soucie pas de ses frères et sœurs et joue à un jeu vidéo avec eux.


VOIX ÉLECTRONIQUE

(Dans le jeu vidéo)

Tu es prêt?

Ça commence!


KYOKO, SHIGERU et YUKI regardent les trois garçons s'amuser.


JEUNE

Ouais, super génial!


JEUNE 2

Quoi?


JEUNE

Prends ça!


Des jeunes arrivent à l'immeuble d'AKIRA en portant un sac d'emplettes.


JEUNE

Un coca et quoi d'autre?


AKIRA

Un coca, un jus d'orange

et un CC Lemon...


KYOKO étudie dans la cuisine sur la table remplie d'enveloppes de friandises.


JEUNE

Nous voilà.


JEUNE 2

Vous en avez mis du temps.

Qu'est-ce que vous avez foutu?


JEUNE 2

Je veux un Coca.


JEUNE

Moi aussi.


Ils sont maintenant trois amis d'AKIRA à jouer dans l'appartement.


SHIGERU

Il attaque.


JEUNE 3

Tu m'as eu, enfoiré.


SHIGERU

C'est lui qui a attaqué.


KYOKO lit la notice sur un compte. « Votre facture d'électricité reste impayée.


JEUNE

(Jouant au jeu vidéo)

Barre-toi, connard!


SHIGERU commence à agacer les plus grands.


JEUNE 3

Bien joué!


JEUNE

(Poussant SHIGERU)

Barre-toi!


YUKI remarque son frère triste dans un coin.


JEUNE 2

Je te l'avais dit.


JEUNE

Tu y arriveras jamais.


AKIRA se retourne et voit ses sœurs fatiguées, mais continue de jouer avec ses amis.


Le lendemain, les amis sont toujours dans la maison. YUKI et KYOKO se sont isolés dans la pièce de leur mère. KYOKO entend la conversation des garçons à côté.


JEUNE

On va au magasin, Akira?


JEUNE 2

J'ai faim. Achète-nous un truc.


AKIRA

D'accord.


SHIGERU

Je viens avec vous.


AKIRA

Tu restes ici.

Touche pas au jeu.

T'as entendu?


AKIRA est dans le dépanneur avec ses amis.


AKIRA

Qu'est-ce que tu fais?


L'ami d'AKIRA met des friandises dans sa poche et fait signe à AKIRA de faire de même.


AKIRA regarde vers la caisse pour voir si quelqu'un le voit.


JEUNE

Hé, regardez!

Vous avez vu ça?

Elle a des gros nichons,

hein?


JEUNE 2 s'éloigne et laisse JEUNE avec AKIRA.


JEUNE

C'est cool, hein?

T'as vu?

C'est cool, hein?


JEUNE 2 attend dehors devant les vélos. AKIRA et l'autre le suivent dans une entrée d'immeuble. JEUNE 2 sort la boîte qu'il a volée.


JEUNE

Tu l'as volé?


JEUNE 2

À ton tour, Akira.

On est tes potes, non?

Vas-y.

On se barre.


AKIRA reste seul dans l'entrée, pendant que les deux autres s'en vont.


JEUNE

(Suivant l'autre)

Attends-moi.


AKIRA regarde l'emballage contenant une figurine, assis seul dans un parc.


De retour chez lui, AKIRA joue seul devant sa télé.


AKIRA est seul devant l'immeuble. AKIRA traîne toute la journée au parc près d'un terrain de baseball.


Deux jeunes filles passent devant AKIRA. Les jeunes sortent de l'école.


JEUNE FILLE 1

C'est pas ton type?


JEUNE FILLE 2

Tu plaisantes! Il est

trop passionné.

J'aime pas ça.


JEUNE FILLE 1

Mais c'est ça qui

le rend cool!


JEUNE

Ça fait un bail.


AKIRA

Salut.


JEUNE

Ça va?


AKIRA

Ouais, ça va.


AKIRA remarque les chaussures de sport neuves et immaculées de son ami.


JEUNE

Elles sont trop grandes.

Ça me va pas.

Ma mère a fait exprès

parce que je grandis vite.

C'est la honte.


JEUNE 2

Oh!

(En voyant AKIRA)

Ça fait un bail.

Quoi de neuf? Ça va?


AKIRA

J'ai acheté un nouveau

jeu. Vous venez à la maison?


JEUNE 2

J'irai quand j'aurai le temps.

À plus.


JEUNE

J'ai mes cours du soir,

excuse-moi.

Salut.


AKIRA

Salut, à plus.


JEUNE 4

(Voix au loin)

C'était qui?

Allons jouer chez lui.


JEUNE 2

Ça pue chez lui.


JEUNE 4

C'est pas vrai?

Ça sent quoi?


JEUNE 2

Ça pue les poubelles.

C'est le boxon chez lui.


JEUNE 4

Ça sent le pourri?


Des écolières regardent par une fenêtre.


ÉCOLIÈRE 1

La voilà.


Les jeunes filles s'enfuient en courant. AKIRA les remarque.


Une jeune fille marche seule. AKIRA s'approche de la jeune fille. C'est celle qui l'avait aidée à Noël.


Dans le stationnement, un petit hôtel a été dressé : des chaussures de fille, des fleurs, un brûleur à encens et un écriteau : Ci-gît Migozuchi Saki.


Dans la maison, c'est de plus en plus à l'envers. Des piles de papiers et des sacs-poubelle pleins sont empilés partout.


SHIGERU joue à son jeu vidéo.


KYOKO est seule, enfermée dans le noir. On sonne à la porte.


SHIGERU crie. KYOKO lui fait signe de garder le silence.


YOSHINAGA

(Voix à travers la porte)

S'il vous plaît?

Mme Fukushima?


AKIRA rentre chez lui d'un pas lent. Il voit YOSHINAGA devant la porte et comprend ce qui se passe. AKIRA se cache le temps que YOSHINAGA s'en aille.


De retour à la maison, AKIRA rassure YUKI.


AKIRA

Il est parti. Ne t'inquiète pas.


À la petite épicerie, du coin, AKIRA parle avec la caissière.


CAISSIÈRE

Tu as quel âge?


AKIRA

12 ans.


CAISSIÈRE

Tu ne peux pas travailler

avant l'âge de 16 ans.

Tu devrais peut-être

prévenir la police

ou les services sociaux.


AKIRA

Si je fais ça,

on ne pourra plus vivre

tous ensemble.

C'est déjà arrivé et

ç'a été très dur.


CAISSIÈRE

Ah bon?


AKIRA compte ce qu'il lui reste d'argent. Devant les nouvelles factures qui sont rentrées.


KYOKO lui apporte l'argent qu'elle a reçu à Noël.


AKIRA

Non, c'est pour ton piano.


KYOKO

C'est bon.


AKIRA et SHIGERU prennent un bain ensemble.


AKIRA dépose des chaussures pour son frère et ses sœurs. Puis ils sortent dehors, tous les quatre.


Les quatre enfants courent sous les cerisiers en fleurs, puis se rendent au grand escalier.


SHIGERU

On fait la course.

Laisse-moi gagner,

Akira!


Les enfants entrent sont dans la petite épicerie pour la première fois.


SHIGERU a les bras chargés de friandises. Finalement c'est un panier plein qu'il dépose au comptoir.


SHIGERU

Bonjour.


CAISSIÈRE

Ta mère est revenue?


Les enfants vont ensuite jouer au parc.


YUKI grimpe sur un piédestal.


YUKI

Qui est la plus grande?

(Se comparant à KYOKO)

On est pareilles.


AKIRA et SHIGERU font tourner le tourniquet en riant et en criant à leur guise.


En rentrant à la maison, les enfants s'attardent à des fleurs qui poussent dans les caniveaux.


KYOKO

Là aussi, il y a des graines.


YUKI

C'est vrai?


KYOKO

Prends-les.


YUKI

Moi, je prends celles-ci.


SHIGERU

Et moi, celles-ci.

Regarde, Akira.


KYOKO

Quelqu'un a dû jeter

ces fleurs.


YUKI

Les pauvres fleurs.


Les enfants ramassent plusieurs graines.


SHIGERU

2, 3, 4.


YUKI

C'est super.


YUKI et KYOKO jouent ensemble.


YUKI ET KYOKO

Pierre, feuille, ciseaux!

Pierre casse ciseaux.

Pierre, feuille, ciseaux!


SHIGERU court tout son saoul.


SHIGERU

Je peux plus m'arrêter!


SHIGERU ramasse des cailloux. AKIRA met de la terre dans un sachet de plastique.


KYOKO

Akira, tu as pris

de la terre?


AKIRA

Oui.


AKIRA

Shige!


AKIRA et les autres rentrent chez eux. Devant l'immeuble, ils attendent que l'épouse de propriétaire ait terminé sa conversation avec les voisines.


Ils se dépêchent d'entrer, sauf SHIGERU qui est resté dehors.


AKIRA

Shigeru!


SHIGERU court rejoindre les autres et oublie son sac derrière lui.


AKIRA

Shigeru!

Le sac!


De retour à la maison, AKIRA montre à écrire à YUKI et SHIGERU.


YUKI

Je me suis trompée


AKIRA

(Aidant sa soeur)

Yu... ki...


Chacun a écrit son nom sur un pot. Ensuite ils plantent les graines dans les quatre pots sur le balcon.


KYOKO

Akira, j'arrive pas

à allumer.


On a coupé l'électricité.


KYOKO

Dans la salle de bain,

non plus.


AKIRA et SHIGERU cherchent de l'eau à la fontaine publique.


SHIGERU

(Chantant)

Mme Ficelle, Mme Ficelle,

où es-tu?


Au fil des jours, les enfants sortent se laver et faire la lessive dans le parc. SAKI lit, seule sur un banc en les observant.


SHIGERU

Qu'est-ce que tu fais?

Tu vas pas à l'école?


SAKI

Non.


SHIGERU

Moi non plus,

j'y vais pas.

(Se glissant derrière un arbre.)


SHIGERU

Il y a un trou

de cigale ici, tu sais?


AKIRA

Je savais pas.


Après un moment, SAKI se joint aux enfants et s'amuse avec eux à Roche, papier, ciseaux pour monter le grand escalier.


ENSEMBLE

Un coup pour rien!


SHIGERU

A.. .na... nas.


ENSEMBLE

Pierre casse ciseaux,

Pierre, feuille, ciseaux!


YUKI

Cho... co... lat.


ENSEMBLE

Pierre casse ciseaux,

Pierre, feuille, ciseaux!

Un coup pour rien.


Les enfants rentrent dans l'appartement toujours aussi sale en portant de l'eau. SAKI les accompagne.


KYOKO accroche le linge à sécher. Les petits arrosent les plantes sur le balcon et SAKI les observe.


En marchant, SAKI marche sur un bout de crayon et le dépose sur la table où elle voit les factures et les avis de suspension : « Nous avons suspendu votre alimentation en eau courante.


AKIRA dépose quelques courses dans le réfrigérateur qui sert d'armoire.


Les plantes poussent sur le balcon. YUKI fait le portrait de SAKI.


KYOKO joue sur son mini piano. SAKI joue quelques notes aussi.


AKIRA sent ses vêtements pour savoir lequel il portera.


KYOKO

Qu'est-ce que tu fais?


AKIRA

Rien.


KYOKO

Tu as attrapé froid?

Tu as une drôle de voix.


AKIRA

La ferme.


AKIRA est dehors avec SAKI.


SAKI

Tu t'es lavé les cheveux?


AKIRA

Oui, hier, au parc.


SAKI achète un breuvage pour AKIRA.


SAKI

C'est frais, hein?


AKIRA ne boit pas son breuvage, il se rafraîchit en posant le contenant sur son visage. AKIRA et SAKI marchent ensemble.


SAKI

Ta mère revient quand?


AKIRA

Elle ne reviendra plus.

Je crois.


SAKI rentre chez elle, dans un immeuble chic. AKIRA reste seul sur la rue.


AKIRA rentre chez lui dans le noir. Il écoute la retransmission de qui parvient jusqu'à lui par la fenêtre.


Le lendemain YUKI transporte de l'eau. Des enfants rassemblés rient d'elle.


YUKI

J'ai pas chaud.

Si j'ai chaud.

J'ai pas chaud,

puisque je l'ai dit.


AKIRA va à la petite épicerie du coin, il porte un seau pour chercher de l'eau. AKIRA sort de l'épicerie sans acheter il attend derrière et le PROPRIÉTAIRE sort lui donner de la nourriture.


PROPRIÉTAIRE DU DÉPANNEUR

Mangez vite les sushis

au tofu frit.


SHIGERU regarde les enfants manger des barres glacées. AKIRA le rejoint.


AKIRA

Shigeru.


SHIGERU

T'en as au saumon?


AKIRA

Non, j'ai que ça.


SHIGERU

Oh non!


SAKI est chez AKIRA avec KYOKO et YUKI. Elles regardent les plantes sur le balcon.


KYOKO

C'est celle de SHIGERU.

Elle est morte.


YUKI s'endort sur les genoux de SAKI.


L'épouse du PROPRIÉTAIRE entre dans l'appartement.


ÉPOUSE

Je m'excuse, la porte

était ouverte.

Je suis la propriétaire.

Je viens pour le loyer.

Où est votre mère?


KYOKO

Elle est partie travailler

à Osaka.


ÉPOUSE

Vous êtes des cousins?


KYOKO fait signe que oui.


AKIRA marche dans la rue avec SAKI.


SAKI

Je vais gagner de l'argent.


AKIRA

Comment?


SAKI attend dans un lieu public. Un HOMME portant une mallette approche et SAKI part avec lui.


AKIRA attend le retour de SAKI, dans une rue du centre-ville. Dans la soirée, SAKI sort d'un restaurant avec l'HOMME et rejoint AKIRA pour lui donner l'argent.


SAKI

Tiens.


AKIRA

Non.


SAKI

Pourquoi?

On est juste allés

au karaoké.


AKIRA

Non.


AKIRA prend quand même l'argent et s'enfuit.


AKIRA court à travers la ville jusqu'à l'épuisement. Il fait nuit.


AKIRA se réveille avant ses frère et sœurs.


SHIGERU ne dort pas, il mange, couché sur son tatami.


AKIRA

Qu'est-ce que tu manges?

Crache.

C'est quoi?


SHIGERU

Du papier.


AKIRA prend les quelques pièces qui lui restent et va chercher à manger à la petite épicerie.


PROPRIÉTAIRE DU DÉPANNEUR

Ça fait 287 yens.


AKIRA

Le compte y est.


Une FEMME discute avec une autre FEMME.


FEMME 1

Il a fait un bon trimestre?


FEMME 2

Son carnet de notes?

C'est une catastrophe.

Il a eu une très mauvaise

note en japonais.


FEMME 1

Mon fils aussi.


SHIGERU sort de l'immeuble seul et se rend devant des machines-distributrices pour vérifier s'il y a de la monnaie qui traîne.


SHIGERU se promène sur une rue commerciale à la recherche de nourriture.


SHIGERU

(Pour lui-même.)

Je vais bien trouver

quelque chose.


AKIRA rentre chez lui avec deux bols de soupes.


AKIRA

Où est Shigeru?


YUKI

Je sais pas.


KYOKO est cachée dans un placard.


AKIRA

Qu'est-ce que tu fous?

Où est Shigeru?


KYOKO

Je sais pas.


AKIRA court dans la ville, à la recherche de SHIGERU.


AKIRA trouve SHIGERU en train de jouer avec d'autres garçons.


AKIRA

Shigeru!

J'ai acheté les nouilles

que tu voulais!


SHIGERU

Et alors!


AKIRA

Fais gaffe, merdeux!

(Cassant le jouet de SHIGERU)

Je veux plus te voir!


SHIGERU

C'est malin!


AKIRA s'en va, laissant son frère derrière avec son jouet cassé.


ENFANT 1

Il l'a cassé!

Il est balèze!


SHIGERU

Tu parles! Il est bête!


SHIGERU rejoint AKIRA.


SHIGERU mange les nouilles sans comme un pain sec.


Par une journée de pluie, AKIRA se rend quand même au parc pour puiser de l'eau à la fontaine.


Par grandes chaleurs, les enfants restent couchés, sauf SHIGERU qui prend soin des plantes.


YUKI joue du piano jouet pour passer le temps.


AKIRA

Yuki, arrête.


YUKI

Je veux faire pipi.


AKIRA

Pourquoi t'as pas fait au parc?

Fais dans la salle de bain.


YUKI

Non.

Elle va revenir, Saki?


AKIRA ouvre le réfrigérateur pour chercher de l'eau.


AKIRA

Shigeru, tu as pris toute

l'eau!

On n'a plus rien à boire!


YUKI

Elle va revenir, SAKI?


AKIRA

Non.


AKIRA fouille dans la penderie et sort des vêtements.


KYOKO

Qu'est-ce que tu fais?


AKIRA

Je vais les vendre.

On n'en a plus besoin.


KYOKO

(Agrippant un des vêtements)

Arrête!


AKIRA

Quoi?


KYOKO

Lâche!


AKIRA

Ta gueule!


KYOKO

Rends-moi ça.


AKIRA

Pousse-toi!


KYOKO

Touche pas à ça.


AKIRA pousse KYOKO qui finit par s'enfermer dans un placard.


AKIRA

Elle ne reviendra plus.

Je m'en fous.

Reste là-dedans, imbécile!


Les petits regardent AKIRA d'un air triste.


AKIRA sort de la maison.


AKIRA regarde une partie de baseball.


ENTRAÎNEUR DE BASEBALL

Miyauchi!

Ne bouge pas trop les jambes!

Kato!

Il est où, Yano?


JEUNE JOUEUR

En cours de rattrapage.


ENTRAÎNEUR DE BASEBALL

Ah bon?


UN JOUEUR

Il nous manque un joueur.


L'ENTRAÎNEUR est à la fontaine, près de l'endroit où AKIRA observe a partie.


ENTRAÎNEUR DE BASEBALL

En quelle classe es-tu?


AKIRA enfile un uniforme de baseball.


ENTRAÎNEUR DE BASEBALL

Akira, tues no 9, champ droit.


La partie commence.


ENTRAÎNEUR DE BASEBALL

Alignez-vous!


LES JOUEURS

Oui!


Les deux équipes se saluent.


ANNONCEUR

Le match entre les

White Bears et les Kenzan

Fighters va commencer.]


LES JOUEURS

Bonne chance!

(En saluant)

Bonne chance!


AKIRA est en position au champ droit.


À la maison, SHIGERU et YUKI sont laissés à eux-mêmes.


L'équipe de AKIRA prend son tour au bâton. AKIRA fait quelques essais pour se pratiquer à frapper la balle.


ENTRAÎNEUR DE BASEBALL

Akira, rapproche tes mains,

comme ça.

Quand la balle arrive,

tu donnes un grand coup dedans.

Un grand coup, d'accord?


Un joueur frappe la balle.


ENTRAÎNEUR DE BASEBALL

Belle frappe!


LES JOUEURS

(Chantant)

Un grand, un grand

home run qui va jusqu'au

paradis pour étonner

les papis...


AKIRA joue au baseball.


AKIRA rentre chez lui et trouve SHIGERU et KYOKO au chevet de YUKI qui a fait une chute sur le sol.


KYOKO

Elle peut plus se relever.


AKIRA

Yuki! Yuki!


SHIGERU

Elle est tombée de la

chaise.


YUKI est inconsciente sur le sol.


AKIRA téléphone dans une cabine publique.


HOMME

(Voix au téléphone.)

Oui, allô?


AKIRA

Fukushima Keiko est-elle là?


HOMME

(Voix au téléphone.)

Attendez. Je l'appelle.


L'attente est trop longue. La ligne coupe.├ [AKIRA cherche à la petite épicerie un médicament en vente libre pour sa sœur.


AKIRA vole le médicament et court dans la rue commerciale pour retourner au chevet de sa sœur.


AKIRA tâte le pouls de YUKI.


AKIRA marche dans la rue en chantant la chanson du baseball.


AKIRA

(Chantant)

Un grand, un grand

home run, qui va

jusqu'au paradis.

Pour étonner les papis

et les mamies.

Un grand home run.


UN HOMME

(Voix au loin)

Akira!


AKIRA attend SAKI devant chez elle.


SAKI

Qu'est-ce que t'as?


AKIRA et SAKI sont près du parc.


AKIRA

Tu peux me prêter

cet argent?

Je veux montrer les

avions à YUKI.


SAKI et AKIRA achètent 19 paquets de Choco Apollo.


PROPRIÉTAIRE DU DÉPANNEUR

Vous allez pique-niquer

avec des amis?

Vous allez bien vous amuser.

Ça fait 1 895yens.

Merci.


SAKI et AKIRA sont rentrés pour veiller sur YUKI.


AKIRA voit une lettre non ouverte sur la table.


AKIRA

Kyoko, c'est quoi?


AKIRA

Ça vient d'arriver.


AKIRA ouvre l'enveloppe et trouve de l'argent avec une note de sa mère : « Akira, prends bien soin d'eux. Je compte sur toi. Maman »


AKIRA ouvre une valise.


AKIRA

Elle rentre pas.


KYOKO

Yuki a dû grandir.


KYOKO et AKIRA déposent le corps de la petite YUKI dans une valise. SAKI veille le corps dans la valise avec AKIRA, KYOKO et SHIGERU.


Dans la nuit, AKIRA descend la valise avec l'aide de SAKI.


KYOKO et SHIGERU restent à l'appartement et surveillent de loin de départ de leur sœur YUKI.


SHIGERU

Dis, on ne la verra plus?


SAKI et AKIRA roule la valise sur la rue.


AKIRA prend le train avec la valise jusqu'à l'aéroport.


SAKI et AKIRA sont assis près du tarmac et observe les arrivées et départs des avions.


AKIRA creuse frénétiquement le sol, près de l'aéroport. SAKI creuse aussi.


AKIRA enterre sa sœur près de l'aéroport.


AKIRA

Ce matin, quand j'ai touché

YUKI, elle était glacée.

C'était affreux.

Je sais pas, c'était si...

C'était vraiment...


AKIRA tremble. SAKI lui prend la main.


À l'aube, SAKI et AKIRA se recueillent une dernière fois sur la tombe de YUKI. Puis ils quittent l'aéroport.


CHANSON

J'ai beau interroger le

ciel de minuit

Les étoiles se contentent

de briller

Dans le lac noir de mon

cœur fondu

Je vais à la dérive

L'ange se tournera-t-il

encore vers moi?

Se baignera-t-il

encore dans mon cœur?

Les vagues caressées

par le vent de l'hiver

approchant

m'attirent dans les ténèbres.

Les yeux froids

comme la glace,

je deviens grand.

Comme une pierre

précieuse à l'odeur

insoutenable

qui ne laisse approcher

personne.


AKIRA et SAKI rentre en ville.


AKIRA attend derrière la petite épicerie avec son seau.


Le commis dépose de quoi manger dans le seau d'AKIRA.


AKIRA

Merci.


AKIRA rejoint KYOTO et SHIGERU plus loin. SAKI est avec eux.


Ensemble, ils se rendent au parc. Un avion passe au-dessus de la ville. SHIGERU continue de fouiller les machines distributrices.


SHIGERU

J'en ai trouvé une!


SHIGERU court rejoindre les autres en transportant son eau.


Générique de fermeture





Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Cinéma
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par