Image univers CinéTFO Image univers CinéTFO

CinéTFO

Retrouvez le meilleur du cinéma sur CinéTFO! Profitez de notre sélection de films offerts gratuitement pour (re)découvrir des classiques et des oeuvres incontournables du cinéma d'auteur contemporain. Pour la programmation en ondes, consultez le Passeport CinéTFO!

Site officielpour CinéTFO Télécharger le document Passeport de Ciné TFO.
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Zatoichi

Le Japon au XIXe siècle. Zatôichi, un vagabond aveugle gagne sa vie comme masseur, et améliore son ordinaire aux tables de jeu. II fait la connaissance de Shinkichi, joueur compulsif et malchanceux. Le masseur, qui utilise son ouïe développée pour gagner, aide son infortuné compagnon de jeu.



Réalisateur: Kitano Takeshi
Acteurs: Kitano Takeshi, Tadfanobu Asano
Année de production: 2003

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

ZATOICHI est un film en langue originale japonaise, sous-titré en français. Seuls les sous-titres français sont relevés dans ce document.


Titre :
Zatoichi


Zatoichi est seul au milieu d'un champ. Les yeux fermés, il écoute le vent et les canards au loin. Quelqu'un avance près du champ. Zatoichi ne bronche pas, mais la position de sa tête indique qu'il entend venir l'intrus.


Au bout d'un moment, l'intrus avance avec un groupe d'hommes et un enfant vient au-devant d'eux.


Le groupe de malfaiteurs s'arrête devant l'enfant.


Zatoichi ne bouge pas, mais écoute.


Le chef du gang approche du garçon et se penche pour lui parler.


CHEF

Gamin, va nous chercher

la canne de l'aveugle, là-bas.

Si tu réussis, on te récompensera.

Attention. Prends garde

qu'il ne t'entende.


L'enfant part seul vers Zatoichi. L'enfant prend la canne et la rapporte au CHEF.


CHEF

Merci bien.


L'enfant tend la main pour obtenir sa récompense.


CHEF

File!

Déguerpis, sale môme!


L'enfant s'enfuit.


CHEF

Ichi!


LE CHEF et son SECOND approchent de ZATOICHI.


CHEF

Même toi, tu te fais berner

par un gosse innocent!

Même un virtuose du sabre,

sans son arme, est fichu.


ZATOICHI pose son pied sur le pied du CHEF et frappe. En quelques secondes, ZATOICHI a récupéré sa canne qui dissimule un sabre et tue les deux truands. Le reste du gang voit la scène. ZATOICHI range son sabre et part sur la plage. Un des hommes sort son sabre et blesse le bras de son voisin du même coup.


TRUAND 1

Aïe! Ah!


Le TRUAND armé court pour s'en prendre à ZATOICHI qui, sans même se retourner lui plante son sabre dans l'abdomen dès qu'il est à sa portée.


Le reste du gang s'enfuit sans chercher la bagarre.


Près d'un village, deux geishas sont assises à une halte-repos.


Au village, HATTORI terrorise les villageois en les tuant les uns après les autres.


O-SHINO voit HATTORI, son mari, tuer les gens, mais reste silencieuse.


Sur la route, près de la cabane, HATTORI avance suivi de O-SHINO.


O-SEI et O-KINU se reposent à la halte.


Les deux geishas vivent de leur musique.


Dans un salon de thé, HEIHACHI sert du saké à O-SEI.


HEIHACHI

Allez, vide ta coupe.


O-KINU remplace les cordes de son koto en observant la scène.


O-KINU approche de HEIHACHI et lui passe un fil autour du cou pour l'étrangler.


HEIHACHI

Que faites-vous?


O-KINU

Heihachi, commis de la

maison Naruto, tu ne nous

reconnais pas?


HEIHACHI

Quoi? La maison Naruto...


O-KINU

Je suis leur fille.


O-SEI aide sa sœur à tuer HEIHACHI.


Les deux geishas regardent les gens passer devant la halte repos.


La tenancière apporte du thé aux deux geishas.


Au village, les truands font la loi et se présentent à une marchande de légumes O-UME et d'autres marchands sur la place.


O-UME

Quoi encore?

On vous a payé pour le mois!


COLLECTEUR

(Tendant la main)

Mais pas pour aujourd'hui!

Maintenant, vous paierez

à chaque fois qu'on vient.


MARCHAND

On n'aura plus rien pour vivre.


COLLECTEUR

Tu me fatigues!

Ferme-la et paie.


MARCHAND 2

Du temps des Funahachi,

c'était mieux.

Avec vous, les Ginzo,

c'est l'enfer!


HOMME DE MAIN

Tu vas payer!


Le COLLECTEUR et l'HOMME DE MAIN commencent à battre le MARCHAND 2.


O-UME se cache derrière un panier pour ne pas être atteinte par les coups.


Plus tard, ZATOICHI poursuit sa route dans la campagne. Il croise un cortège funèbre près d'un champ.


O-UME marche avec ZATOICHI sur un sentier, qui porte un gros panier rempli de feuillages.


O-UME

On doit avoir une drôle d'allure!

Je guide un masseur aveugle

qui porte mes légumes.


ZATOICHI

(Riant)

J'aimerais voir ça.


ZATOICHI se repose devant la maison de O-UME.


O-UME

(Apportant du thé)

Vous m'avez rendu

un grand service.

Tenez, du thé.

C'est chaud.


ZATOICHI

Merci bien.


O-UME

Sans votre aide,

je serais restée là-bas,

à bout de forces.

Où allez-vous dormir,

ce soir?


ZATOICHI

Hum...


O-UME

C'est la première fois

que vous venez par ici?


ZATOICHI

Oui.


O-UME

Vous pouvez dormir là.

Je vis seule.


ZATOICHI

(Petit rire gêné)

Hum...


O-UME

N'allez pas vous imaginer

des choses.

Je n'ai pas d'arrière-pensée.


Le soir venu, ZATOICHI masse O-UME.


O-UME

Aïe, aïe, aïe!


ZATOICHI

J'y vais trop fort?


O-UME

Non, c'est juste comme il faut.

Ahh!

Je crois que le village est foutu.

La bande de GINZO et la maison

Ogi sont complices et nous

rackette à volonté.


ZATOICHI

Vous avez de telles

fripouilles ici?


O-UME

Ils persécutent les paysans,

il persécutent les villageois.

Ils extorquent chaque jour

une prime de protection.

Avec tout ça,

c'est comme si on travaillait

pour devenir pauvre.


ZATOICHI

Cette prime de protection

vous la payez tous les jours?


O-UME

Ce n'était pas ça, en principe.

On devait la payer une

fois par mois.


ZATOICHI

Une fois par moise et

une fois par jour,

ce n'est pas pareil.


O-UME

Absolument.

Tut-tut-tut!


HATTORI vient voir sa femme, malade.


HATTORI

Nous allons rester ici

quelque temps.

Je travaillerai à nouveau

comme garde du corps.


O-SHINO

Ne te fais pas de souci

pour moi.

Et je t'en prie,

ne fais plus ce genre

de travail.


HATTORI

Un jour, je retrouverai

mon rang. Ne t'inquiète

pas et repose-toi.


HATTORI laisse sa femme seule, dans sa chambre.


O-SHINO tousse beaucoup.


Dans le bar du village, les hommes sont rassemblés autour du bar.


PATRON

Eh, patron!

Où est le vieux?


PATRON

Il est alité. Il ne viendra

pas aujourd'hui.


SAKAI

C'est que tu le fais trop

bosser.


PATRON

Désolé.


SAKAI

Prends bien soin de lui.

Toujours aussi mauvais,

ce saké.


PATRON

On ne trouve rien de mieux.


SAKAI

Et ça fait dix ans que ça dure!


PATRON dépose une bouteille de saké sur le comptoir.


PATRON

Merci de passer ça

à la personne là-bas.


SAKAI

Je ne suis pas ton serveur1

Quel culot!


SAKAI apporte le saké à une table.


SAKAI

Tu peux pas venir te servir?


UN CLIENT

Pardon.


SAKAI

Viens donc boire avec

nous!


HATTORI est seul à sa table.


Des hommes entrent dans la maison.


PATRON

Bien... bienvenue.


HOMME DE GINZO 1

Et quoi encore?

Où est ta prime de ce mois?


PATRON

Pour la prime...

accordez-moi un petit

délai.


HOMME DE GINZO 1

Tu te fous de moi?

On n'attend pas, nous!


HATTORI écoute et observe sans broncher.


PATRON

Je vais me débrouiller.

Salutations à votre chef.


HOMME DE GINZO 1

Ton saké est vraiment

infect.


SAKAI fait mine de vouloir garder sa bouteille de saké.


HOMME DE GINZO 1

(Hurlant)

La ferme!


HATTORI prépare son sabre et approche des hommes de GINZO.


HOMME DE GINZO 1

Tu me cherches?


HATTORI sort son sabre et tranche le flacon de saké d'un coup.


HOMME DE GINZO 1

(Sidéré)

Héhé huh!


HATTORI

Transmets ce message

à ton chef :

ronin talentueux cherche

emploi de garde du corps.


Les hommes disparaissent en courant, effrayés par la froideur de HATTORI.


Le PATRON apporte un flacon de saké à HATTORI.


PATRON

M. le samurai...

il est bien tard, le chef Ginzo

ne viendra sans doute plus.


GINZO entre dans le bar avec ses sbires.


GINZO

M. le samurai sans maître,

vous voulez devenir

garde du corps?

Alors, montrez-moi

vos talents.


HATTORI sort son sabre et tranche la ceinture de GINZO.


GINZO

C'est vrai que vous êtes

fort.


HATTORI

Oubliez la ceinture.

Regardez votre pied.


Le sabre est planté entre deux orteils de GINZO.


Au matin, ZATOICHI médite dans une chambre chez O-UME.


O-UME

M. le masseur, je pars

aux champs.


ZATOICHI

Patronne, dites-moi

si je peux vous aider

en quoi que ce soit...


O-UME

Merci de le proposer,

mais comment demander

à un aveugle de couper

du bois...

Ne vous en faites pas.

Reposez-vous.


O-UME part au champ avec sa gamelle et sa pioche.


HATTORI est seul avec O-SHINO.


O-SHINO

Dis-moi...

tu es rentré bien tard

hier soir.

Que s'est-il passé?


HATTORI

J'ai trouvé un bon emploi.


O-SHINO

(Toussant)

Encore un emploi de garde

du corps?

Je t'ai supplié de ne pas

t'inquiéter pour moi.

Je te prie de cesser de prendre

ce genre d'emploi.


HATTORI

Arrête ces histoires.

Avec l'argent, on pourrait

te guérir.


Chez O-UME, ZATOICHI fend le bois aussi bien que s'il y voyait. Ensuite il corde le bois en lançant les bûches avec adresse.


GINZO rencontre le CHEF OGI.


CHEF OGI

Dis, tu as recruté

ce ronin?


GINZO

Oui.

On a deux problèmes

à régler définitivement.


SAKAI

Si on écrase la maison

Izutsu et la bande à

Funahachi, cette ville

sera vôtre, chef.


CHEF OGI

Évitez de recourir

à des moyens trop violents.


GINZO

Entendu.

Ne vous inquiétez pas.


CHEF OGI

Au fait...

le meurtre de Heihachi,

vous l'avez élucidé?


GINZO

On dit que...

ce serait une geisha

itinérante qui l'aurait tué.

Pour le moment,

c'est tout ce qu'on sait.


ZATOICHI fend du bois. Un homme passe derrière lui en criant et en courant. L'homme fait le tour de la maison et avant même de repasser derrière ZATOICHI se fait assommer par une bûche.


L'HOMME est déguisé en guerrier, il se relève et reprend sa course en criant.


Le soir venu, O-UME est de retour à la maison.


O-UME

M. le masseur, un autre bol?


ZATOICHI

Non, non merci.

Je suis rassasié.

Merci beaucoup.

Dites-moi, quand je fendais

le bois tout à l'heure,

il y avait ce garçon qui courait

autour de la maison.

De quoi s'agit-il?


O-UME

(Riant)

C'est le fils du voisin,

un vrai imbécile.

Faut pas vous formaliser.

Il rêve de devenir samurai.

Alors, il court comme

ça tous les jours.


ZATOICHI

Pour être samurai?


O-UME

Hum.


ZATOICHI

Bon, je sors un instant.


O-UME

Pour travailler?


ZATOICHI

Non, pas vraiment...

Plutôt pour ça.


O-UME

Quoi? Vous allez jouer?

Vous feriez mieux de

vous abstenir, vous savez.

J'ai mon neveu...

il est devenu détraqué.

Il refusait de travailler

et bayait aux corneilles.

Pour finir, il a disparu.


ZATOICHI

Oui, mais pour moi...

ce n'est qu'un passe-temps.


O-UME

Les passe-temps deviennent

parfois des pièges.


ZATOICHI sort pour se rendre au village.


Pendant que ZATOICHI marche vers le village entend une conversation dans la nuit.


CHEF OGI

Comment tu trouves ce sabre?

J'ai dépensé une fortune

pour l'acquérir.


HOMME

C'est vraiment une pièce superbe.


CHEF OGI

Je vais l'offrir au gouverneur.

Il sera ravi et nous favorisera.


HOMME

Certes.


CHEF OGI

Tiens, essaie donc

de tuer le premier

mendiant qui vient.


HOMME

Qui? Moi?


CHEF OGI

Exactement.


HOMME

Non. Merci bien.

Mais vous, M. Ogi...


CHEF OGI

Tu n'y penses pas!

Salir mon kimono!

À toi de jouer.


HOMME

On pourrait peut-être

engager un ronin...


CHEF OGI

Imbécile.

Je prendrais un ronin

pour essayer un sabre?

Fais ce que je te dis.


HOMME

Mais...

On vient.

Pourfends cet aveugle.

Dépêche-toi!


L'HOMME court avec son sabre et le lève en s'arrêtant face à ZATOICHI.


L'HOMME fait le tour pour attaquer de côté. Mais ZATOICHI, déjà prêt coupe le sabre en deux et reprend son chemin.


CHEF OGI

Ce pauvre aveugle t'impressionne.

Mon sabre!


HOMME

Excusez-moi.


L'HOMME se penche en oubliant qu'il tient encore le sabre et passe à un cheveu du kimono de CHEF OGI.


CHEF OGI

Espèce de crétin!


À la maison de jeux, SHINKICHI, le neveu, joue aux dés.


MAÎTRE DE JEUX

3 et 1, pair.


Les joueurs réagissent autour de la table. Des croupiers tatoués ramassent les gages sur la table.


UN JOUEUR

Nouveau jeu?


MAÎTRE DE JEUX

Pas d'objection,

pas d'objection.


ZATOICHI entre et trouve une place autour de la table.


SHINKICHI

(Frappé par la canne de ZATOICHI)

Aïe. Un aveugle?

Hé, l'aveugle, assieds-toi.


ZATOICHI

Je suis masseur.


MAÎTRE DE JEUX

Pair. Les paris sont faits.

C'est parti.

3 et 2, impair.


SHINKICHI

On dirait que j'ai la poisse.


MAÎTRE DE JEUX

Nouveau jeu.

Pas d'objections?

Pas d'objections?

Impair.


SHINKICHI

Tu ne paries pas?


ZATOICHI

Pour le moment,

je regarde ce qui se passe.


SHINKICHI

Comment ça? Tu n'y vois rien.


MAÎTRE DE JEUX

Deux as, pair.


SHINKICHI

Saloperie!


Plus tard dans la soirée, OGI reçoit quelqu'un.


HOMME DE OGI

Chef!

Le maître d'armes est là.


OGI sort de la pièce et part à la rencontre du maître d'armes.


Au salon de jeux, le maître de jeux lance les dés.


MAÎTRE DE JEUX

Les paris sont ouverts.


Les croupiers annoncent les mises.


SHINKICHI

Impair.


ZATOICHI

Pair.


MAÎTRE DE JEUX

Les paris sont faits.

C'est parti.

4 et 2, pair.


ZATOICHI gagne.


Le jeu continue, mais les hommes de GINZO gardent un œil sur ZATOICHI.


CHEF FUNAHACHI et deux de ses hommes attendent dehors. Des hommes viennent à leur rencontre.


HATTORI

Ce palanquin?


FUNAHACHI

Oui.


HATTORI avance vers les porteurs et sort son sabre pour attaquer aussitôt à leur portée.


Le porteur de devant s'effondre. Le Seigneur transporté se retrouve vite sur le sol. Il supplie HATTORI, mais celui-ci est sans pitié et le pourfend sans hésiter.


Le porteur de lanterne se sent menacé et s'adosse au mur. HATTORI enfonce sa lame dans son abdomen. HATTORI range sa lame, mais se rend compte que le second porteur prend la fuite. Aussitôt, il ressaisit son sabre et le lance adroitement dans le dos du fuyard.


FUNAHACHI

Après ça, ce bon

OGI sera tranquille

quelque temps.]


ZATOICHI prend son saké tranquillement au bar du village.


PATRON

Bienvenue.


HATTORI

Donne-moi du saké.


ZATOICHI

(Constatant que son flacon est vide)

Patron, je peux avoir

du saké, moi aussi?


Un vieux serveur apporte le saké aux tables.


VIEUX SERVEUR

M. le samurai.

M. le masseur, s'il vous plaît.


Le VIEUX SERVEUR trébuche sur la canne de ZATOICHI.


VIEUX SERVEUR

Ah! Votre canne! Je suis désolé.

Quelle belle canne!


Le VIEUX révèle le sabre dissimulé dans la canne.


ZATOICHI se lève en ramassant le fourreau et reconstitue sa canne sans rien dire.


HATTORI

Dis donc, masseur...


HATTORIE pose la main sur le manche de son sabre et aussitôt ZATOICHI dégaine.


HATTORI

Tu n'es pas simplement

masseur.


ZATOICHI

Et toi, tu exhales une odeur

de sang.

On est bien trop à l'étroit.

C'est mal de dégainer

dans un lieu pareil.


HATTORI rentre chez lui, retrouver O-SHINO.


O-SHINO

Dis-moi, tu as encore

tué quelqu'un?


Le voisin de O-UME fait le tour de la maison en hurlant comme tous les matins. O-UME sort de sa maison.


O-UME

Imbécile.


Ce seul mot fait trébucher le voisin qui se retrouve couché au sol.


O-UME

Il est trop tôt

pour faire tant de bruit.

Rentre donc chez toi.

D'ailleurs, le temps

des guerres est révolu.


Le voisin se relève et repart en hurlant et en courant.




O-UME

(Pour elle-même)

Le masseur n'est pas rentré

hier soir.

Aurait-il gagné au jeu?


À la maison OGI, un jeune homme porte des vêtements.


JEUNE HOMME

Patron...


SAKAI

Han?


JEUNE HOMME

Je vais à la résidence

du gouverneur.


SAKAI

Attends un instant.

En rentrant, achète-toi

une friandise qui te fera

plaisir.


JEUNE HOMME

Je vous remercie.


Chez FUNAHACHI, le maître d'armes tient des combats entre les hommes du clan.


MAÎTRE D'ARMES

Au suivant, Kaneko Heishiro.


En quelques coups, KANEKO est à terre.


CHEF FUNAHACHI observe aussi la scène.


FUNAHACHI

Certains ronin sont

vraiment très forts.

Il va falloir l'opposer

au maître d'armes.


Un ronin de la garde rapprochée se lève pour livrer combat.


Très vite, le maître d'armes a le dessus sur son adversaire.


RONIN

Espèce de lâche!


MAÎTRE D'ARMES

Un combat au bâton,

ce n'est pas l'art du sabre!

Si tu es un guerrier, sers-toi

de ton sabre!


Le MAÎTRE D'ARMES donne plusieurs coups de bâton au ronin déjà à terre.


HATTORI marche dans le village avec O-SHINO. Il parle un moment avec un gardien puis poursuit sa route.


HATTORI se rend à la loge du MAÎTRE D'ARMES.


HATTORI

Tu es Yamaji Isaburo.


MAÎTRE D'ARMES

C'est exact.

Et toi, qui es-tu?


HATTORI

Hattori Gennosuke.

Je dois te tuer pour sauver

mon honneur. Sors ton sabre!


MAÎTRE D'ARMES

Tue-moi si tu veux.

De toute façon, je n'ai

jamais eu de sabre.

Comment pourrais-tu

te glorifier d'avoir

tué un homme malade?


HATTORI se souvient des paroles du MAÎTRE D'ARMES.


MAÎTRE D'ARMES

Un combat au bâton,

ce n'est pas l'art du sabre!

Si tu es un guerrier,

sers-toi de ton sabre!


HATTORI sort son arme et fend le bâton du MAÎTRE D'ARMES alité.


O-SHINO est craintive à l'extérieur, mais HATTORI sort de la loge et revient vers elle.


HATTORI

Il est quasiment mort.

Même pas bon à tuer.


Dans une allée sombre, un homme saute sur O-KINU qui vient tout juste de dérouler son tatami.


L'HOMME PRESSÉ

Allez, dépêchons-nous.


O-KINU

Pourquoi faut-il tant

te presser?


L'HOMME PRESSÉ

Tais-toi!

Laisse-moi voir l'objet.

Montre.

C'est pas mieux comme ça?


O-SEI reste à l'écart et laisse O-KINU s'arranger avec l'HOMME PRESSÉ.


Au salon de jeux, ZATOICHI gagne encore.


MAÎTRE DE JEUX

2 et 3, impair.

Nouveau jeu.

Pas d'objections?

Les paris sont ouverts.


SHINKICHI

(S'adressant à ZATOICHI)

Je joue quoi?


ZATOICHI

(En déposant une pile de jetons sur la table.)

Impair.


SHINKICHI

Je peux m'aligner?


MAÎTRE DE JEUX

Les paris sont faits.

C'est parti.

4 et 1 impair.


SHINKICHI

Hé! Par ici!


Dans un salon de thé, les geishas sont observées à travers les grilles.


SHINKICHI et ZATOICHI se trouvent près de la maison des geishas.


SHINKICHI

M. le masseur, c'est

plein de belles filles.

On y va?


O-SEI approche avec O-KINU des deux hommes.


O-SEI

Vous avez l'air riche.


SHINKICHI

Oh! Grâce à ce masseur,

j'ai touché gros.


O-KINU

Alors, vous ne voulez

pas nous acheter?


SHINKICHI

M. le masseur, on

se paie du bon temps

avec ces deux-là?


Dans la maison des geishas, un CLOWN passe devant et derrière un paravent en laissant croire qu'il s'occupe d'une maison de geishas.


CLOWN

Je vais voir la patronne

pour vous trouver

cinq ou six beautés.

Jeune homme, j'y vais,

laissez-moi faire.

J'y vais, restez ici.


Le CLOWN fait comme s'il passait d'une pièce à l'autre et se faisait tirailler.


CLOWN

Aïe, vous me faites mal!

Je ne suis pas un lapin.

Tirez pas mes oreilles!

On ne va pas se battre.


SHINKICHI apprécie le spectacle en compagnie de O-SEI et O-KINU. ZATOICHI, de son côté, fait dos au spectacle, mais écoute attentivement.


CLOWN

Pas de violence ni

de voies de fait!

Tant que ça? Impossible!

Ouille!


Les quatre invités rient des pitreries du clown.


CLOWN

Entendu! Aïe, aïe, aïe!

Comme l'aiguille est fine,

ce serait supportable?

Plus l'aiguille est fine,

plus la souffrance est énorme.


Le CLOWN salue les invités qui l'applaudissent.


SHINKICHI

C'était très drôle.

Viens pas ici.

Bois un coup.


CLOWN

Merci beaucoup.


SHINKICHI

C'était vraiment drôle.

Vous avez vu ça, M. le masseur?


ZATOICHI

Je ne vois pas...


O-KINU lance un regard entendu à O-SEI.


O-KINU

O-Sei, prête à danser?


SHINKICHI

Une danse?

Formidable!

Vas-y, danse!


O-KINU prépare son shamisen, tandis que O-SEI se prépare à danser.


O-KINU enlève les cordes de son shamisen.


ZATOICHI

O-Kinu, pourquoi as-tu

détendu les cordes?

C'est notre argent qui

t'intéresse?

Quant à toi, O-Sei,

tu es un homme, non?

Tu n'as pas une odeur

de femme.

Les aveugles...

c'est très sensible

à ce genre de choses.


O-KINU tire sur le manche une arme du manche de son instrument.


ZATOICHI réagit aussitôt et sortant son sabre.


ZATOICHI

Une dague cachée.

Pourquoi tout cela?


O-KINU range la dague.


O-KINU

M. le masseur, vous croirez

que je mens, mais je vais vous

dire la vérité.


Les faits narrés par O-KINU sont présentés pendant le récit.


O-KINU (Narratrice)

En fait, notre père

était un riche négociant

de riz.


La famille de O-KINU est couchée. O-KINU se réveille et réveille son frère.


O-KINU

Viens voir notre souris.


Les enfants se lèvent et sortent sous un balcon pour aller voir une souris blanche dans un panier. [O-KINU

N'en parle à personne.


Des pas sur le balcon alertent les enfants qui se cachent plus loin.


Un homme court pieds nus sur le balcon et se dissimule à l'intérieur. Une fois à l'intérieur, l'homme ouvre une trappe à une bande de malfaiteurs qui entre dans une pièce de la maison.


MALFAITEUR

Heihachi, merci d'avoir

patienté sept longues

années.


La trappe est refermée.


MALFAITEUR

Heihachi, où est la réserve?


HEIHACHI

Par ici.


MALFAITEUR

Combien sont-ils?


HEIHACHI

Les époux Naruto,

deux enfants, trois servantes

et quatre commis.


Les malfaiteurs entrent dans la chambre de la famille NARUTO.


Les parents NARUTO reculent devant leurs agresseurs.


Dans la chambre des servantes, trois hommes tuent les trois femmes rapidement.


O-KINU et son frère se terrent sous le balcon en entendant les hurlements.


Les commis se font trucider à leur tour.


Tous les habitants de la maison sont morts. [MALFAITEUR

Alors, Tashichi, qu'as-tu trouvé?


TASHICHI

Huit cassettes de mille ryo.

Quelle fortune ils ont

engrangée!

Inosuke, avec ça,

on est parés pour la vie!


MALFAITEUR

Bon, fais venir le chef

des Kuchinawa.


Les hommes se regroupent.


MALFAITEUR

Vous avez bien liquidé

toute la maisonnée?

Tashichi, qu'as-tu fait

des enfants?


TASHICHI

À vrai dire, on n'a pas

pu les trouver.


MALFAITEUR

Imbécile!

On n'a plus le temps.

Partons.


Les enfants, une fois seuls, ne peuvent que constater le carnage.


O-KINU poursuit son récit avec l'assassinat de HEIHACHI.


O-KINU

Heihachi, le commis,

on l'a retrouvé.


HEIHACHI

Que faites-vous?


O-KINU

Heihachi, commis de la

maison Naruto, tu ne nous

reconnais pas?


HEIHACHI

Quoi? La maison Naruto...


O-KINU

Je suis leur fille.


O-SEI tue HEIHACHI avec son sabre pendant que O-KINO l'étouffe avec les cordes de son instrument.


De retour au présent, O-KINU termine son récit.


O-KINU

Pour les autres, je n'en

connais que les prénoms...


ZATOICHI

Dis-les-moi.


O-KINU

Inosuke, Tashichi.

Et un homme qu'ils

ont appelé « le chef

des Kuchinawa ».

C'est tout ce que nous savons.


ZATOICHI

Et vous les cherchez

depuis tout ce temps?


SHINKICHI joue seul au dé, pendant que ZATOICHI discute avec O-KINU et O-SEI.


SHINKICHI

(Pour lui-même)

Pair.

Ça ne marche pas.

Je vais essayer

en fermant les yeux

comme lui.

Comment fait-il

en n'ayant que le son?


SHINKICHI ferme les yeux et brasse les dés puis renverse le bocal sur son pied en se blessant.


SHINKICHI

Vraiment pas de chance!


SHINKICHI rebrasse les dés, mais un dé tombe à l'extérieur.


SHINKICHI

Un dé s'est échappé.

Je comprends mieux.

(Brassant les dés)

Impair!


À sa surprise, SHINKICHI a bien deviné. Il rebrasse les dés en fermant les yeux.


SHINKICHI

Pair.


Encore une fois, il tombe juste.


SHINKICHI

Impair!

(Ayant vu juste encore)

C'est donc ça?

En fermant les yeux,

on est beaucoup plus

sensible.

Bon.


SHINKICHI est assis à une table de jeu. Les yeux fermés, il écoute.


MAÎTRE DE JEUX

Shinkichi, tu restes là

avec les yeux fermés.

Tu ne paries pas?


SHINKICHI

Je veux seulement écouter

les sons.


MAÎTRE DE JEUX

Qu'est-ce que tu racontes?

Tu t'assois là devant moi

juste pour écouter?


SHINKICHI

J'ai pas le droit d'écouter?


MAÎTRE DE JEUX

Tu cherches la bagarre?


SHINKICHI

Tu fais le fier!

Mais pour ton bouge,

tu as besoin de clients.


MAÎTRE DE JEUX

Salopard!


BANQUIER

Attends, Shinkichi!

Tu peux écouter les sons,

mais il faudrait parier un peu.


SHINKICHI

Tu m'appelles par

mon prénom?

On n'appelle pas

les clients comme ça!


BANQUIER

Toi? Un client?

Tu as fait partie

de ma bande autrefois.

Tais-toi et parie!


SHINKICHI

Tu l'auras voulu.

(Pour lui-même)

Tout à l'heure, c'était un

bruit sec...

Bon...

(Misant tout son argent)

Impair!


MAÎTRE DE JEUX

Impair!

C'est parti!


MAÎTRE DE JEUX

4 et 2, pair!


SHINKICHI se lève et quitte l'endroit pendant que les autres joueurs se félicitent des gains substantiels.


Dehors, SHINKICHI croise le PORTIER.


PORTIER

Alors?


SHINKICHI passe son chemin puis s'arrête.


SHINKICHI

Un message pour ton chef.


PORTIER

Quoi?


SHINKICHI

Qu'il crève!


SHINKICHI marche dans le village et aperçoit la bande de GINZO qui vient vers lui. GINZO en tête. SHINKICHI s'arrange pour ne pas être vu.


SHINKICHI remarque que la bande entre dans une maison de riche.


GINZO

Mme IZUTSU est là?


EMPLOYÉ

Un instant, s'il vous plaît.


Mme IZUTSU vient à la rencontre de GINZO.


MME IZUTSU

Veuillez me dire

au nom de quoi vous

êtes là.


GINZO

Votre époux est mort

avec une dette de jeu

dans mon établissement.

Je me paierai avec votre

magasin.

Je vous donne trois jours

pour partir.

Pas un jour de plus.


EMPLOYÉ

C'est insensé...


SBIRE

Tais-toi!

Ne te mêle pas de ça!


Le SBIRE empoigne l'EMPLOYÉ et le frappe violemment. Puis à l'aide d'un autre sbire, projette l'EMPLOYÉ dehors où les hommes de GINZO le frappent à coups de pieds pour que tout le village voie la scène.


SHINKICHI observe la scène et s'éloigne rapidement.


Le soir venu, au bar, des hommes remarquent O-SEI et O-KINU.


CLIENT 1

Tu as vu ces beautés?

Tu les connais?


CLIENT 2

Pas du tout.


CLIENT 3

Je les ai déjà vues.

La rouge, elle est belle.


O-KINU verse du saké à O-SEI.


O-KINU

Patron, du saké,

s'il vous plaît.

O-Sei.


O-SEI

Hum?


O-KINU

Je demande au patron

du travail pour ce soir?


O-SEI

Hum.


O-KINU

Patron!

Il n'y aurait pas un

lieu de rendez-vous, par ici?

Nous sommes libres

et sans engagement.

Vous ne connaîtriez pas

quelqu'un?


CLIENT 1

Je vous conseille la maison OGI.

Avec le parrainage

de la bande à GINZO,

elle a racheté tous les autres.



O-SEI

La maison Ogi...

vous pouvez nous présenter?


CLIENT 3

Patron, allez-y vous-même.

Dites que ce sont des beautés.


PATRON

Ah!

(S'adressant au VIEUX)

Dis, tu ne pourrais pas

aller chez Ogi?


CLIENT 1

Vas-y toi-même, salopard!

Arrête d'exploiter le

vieux tout le temps!

Va vite!


Dans la maison OGI, un JONGLEUR fait un spectacle.


JONGLEUR

Et maintenant, le moulin

à vent.

Hop! Il tourne.


Les invités sont éblouis par le tour.


OGI applaudit.


EMPLOYÉ DE OGI

(Voix au loin)

Patron!


L'EMPLOYÉ entre dans la pièce.


EMPLOYÉ DE OGI

Le patron du bistrot

est venu vous recommander

deux beautés qui cherchent

un engagement pour ce soir.


CHEF OGI

Excellent. Qu'elles viennent!

(S'adressant aux deux geishas présentes)

Vous autres, filez!

M. le gouverneur,

nous allons avoir

la compagnie de belles femmes.

Allez, dépêchez-vous.

Yah! Yah!



À la maison de jeux, ZATOICHI est assis près de SHINKICHI.


SHINKICHI

Le prochain coup?


ZATOICHI

Pair.



SHINKICHI

(Misant)

Pair!


MAÎTRE DE JEUX

Les paris sont faits.

C'est parti.

5 et 3, pair.


SHINKICHI

Bien joué!


À la maison OGI, le jongleur continue ses prouesses devant le GOUVERNEUR.


JONGLEUR

Hop! Youp!


OGI applaudit.


O-SEI et O-KINU sont présentes dans la pièce, mais un peu à l'écart.


Le GOUVERNEUR semble las des prouesses du jongleur et observe les deux geishas avec impatience.


GOUVERNEUR

Ogi! Ça va durer

longtemps ce petit jeu?

Passons aux danses.

Qu'elles dansent!


CHEF OGI

Allez, les toupies,

ça suffit!

Déguerpis!

Femmes, une danse!

Dansez! Dépêchez-vous!



À la maison de jeux, SHINKICHI mise sous les conseils avisés de ZATOICHI.


SHINKICHI

Impair!


MAÎTRE DE JEUX

Les paris sont faits.

C'est parti.

4 et 1, impair!


À la maison OGI, O-KINU chante pendant que O-SEI danse.


SHINKICHI gagne à tous les coups.


SHINKICHI

M. le masseur,

on parie tout sur le prochain?


Le BANQUIER fait signe à un de ses hommes de surveiller les deux joueurs. L'homme fait un signe au MAÎTRE DE JEUX.


LE MAÎTRE DE JEUX procède avec son rituel, en montrant les dés dans sa main.


MAÎTRE DE JEUX

Pas d'objections?

(Renversant les dés sur la table)


ZATOICHI

Dis!

Les dés ne sonnent

pas pareil.


MAÎTRE DE JEUX

De quoi, masseur de malheur!


En un tourne-main, ZATOICHI tranche le bras du MAÎTRE DE JEUX. Les joueurs sont horrifiés. [Puis la lame de ZATOICHI coupe le feu des chandelles pour laisser la pièce dans l'obscurité.


Une bagarre s'en suit où les truands se font tous charcuter.


HATTORI veille sa femme qui dort. On frappe à sa porte.


EMPLOYÉ DE GINZO

Maître...

Le masseur fait un

massacre dans le tripot.

Le chef vous demande

de venir.


HATTORI

Le masseur.


EMPLOYÉ DE GINZO

S'il vous plaît.


HATTORI prend son sabre et suit l'homme jusqu'au tripot.


ZATOICHI ne manque personne, tous y passent.


O-SHINO est réveillée dans son lit.


Le massacre se poursuit à la maison de jeux.


À la maison OGI, le GOUVERNEUR se lève et prend O-SEI par le bras.


GOUVERNEUR

Toi, je t'emmène.


O-SEI

Non, lâchez-moi.


GOUVERNEUR

Viens.


CHEF OGI

Obéis.


O-KINU s'en prend à OGI.


CHEF OGI

Me touche pas!


O-KINU frappe violemment OGI qui tombe sur le sol.


HATTORI arrive trop tard à la maison de jeux. Les morts jonchent le sol.


Seul un banquier reste hébété dans un coin, comme devenu fou.


HATTORI se rappelle les gestes de ZATOICHI lors de sa rencontre avec lui.


SHINKICHI et ZATOICHI marchent dans un quartier calme de la ville.


SHINKICHI

Ça va?

Attention où vous mettez

les pieds.


SHINKICHI

(Se prenant les pieds)

Aïe! Ça fait mal.

Attention là!

(S'adressant à un homme qui travaille)

T'as jamais rien vu,

toi?

(Faisant entrer ZATOICHI dans une maison)

M. le masseur...

Attendez un instant.

Je vais voir ce qui

se passe.


SHINKICHI repart vers la ville et trébuche à nouveau en repartant.


Dans la ville, les hommes de GINZO cherchent partout le masseur.


O-SEI et O-KINU courent avec leurs instruments, fuyant la maison de OGI. SHINKICHI les remarque, caché derrière un mur.


SHINKICHI

Mesdemoiselles, par ici.

Vite!



Dans la maison de SHINKISHI, les geishas et le masseur sont rassemblés.


O-KINU

Cet Ogi n'est pas vraiment

recommandable.

Quand le client a voulu

l'emmener, je l'ai frappé

et on a filé.


SHINKICHI

Hum...

Nous aussi, on s'est battus.

Dans le tripot de Ginzo,

le masseur a tué tous les

voyous en un clin d'oeil.

C'était incroyable.

Qui êtes-vous donc?


Dehors, les hommes de GINZO et de OGI cherchent les contrevenants.


SHINKICHI

Mais ils vont bien finir

par nous trouver ici.

On devrait aller chez ma tante.


O-KINU

Impossible.

Les hommes de Ginzo nous

cherchent dans toute la ville.


SHINKICHI

C'est vrai.


Un éclair frappe tout près avec un bruit retentissant. Un orage très violent éclate sur la ville. Les hommes de GINZO se mettent à l'abri. [SHINKICHI

J'ai une idée.

O-Kinu, vous avez du

fard blanc?


O-KINU

Bien sûr.


Dans la rue, les hommes de GINZO s'abritent toujours de la pluie.


SHINKICHI

M. le masseur, venez

par ici.

Ne bougez pas.


ZATOICHI

Que fais-tu?


SHINKICHI

Je dessine des yeux.


ZATOICHI

Tu dessines des yeux?


Un chariot poussé par deux personnes passe dans la ville, malgré la pluie.


Chez O-UME, on frappe dans la nuit.


SHINKICHI

(Voix à travers la porte)

Ouvre-moi!


O-UME

Qui peut bien venir

à cette heure?


SHINKICHI continue de frapper sans arrêt. O-UME vient ouvrir.


O-UME

Qui est-ce?


SHINKICHI

Ton neveu, Shinkichi.


O-UME

Shinkichi?

Il a encore dû perdre au jeu.


O-UME ouvre finalement et SHINKICHI entre avec ZATOICHI et les geishas.


SHINKICHI

Entrez!


O-UME

C'est quoi, ces gens-là?


SHINKICHI

Attention, M. le masseur.


O-UME: M. le masseur! [ZATOICHI

Me revoilà!


GINZO

Imbéciles!

Que faisait le ronin?


EMPLOYÉ DE GINZO

Eh bien... il est arrivé

trop tard.

Le masseur s'était enfui.


GINZO

C'est qui ce masseur?


EMPLOYÉ DE GINZO

Je n'en sais rien,

mais il semble bien

être masseur.

Et puis, il avait avec lui

un vaurien nommé Shinkichi.


GINZO

C'est un habitué de notre

tripot. Ce sera facile

de savoir où il habite.

Quant à ce simple masseur,

on pourra le liquider

n'importe quand.

Auparavant, il faut

absolument écraser la

bande à Funahachi.


O-UME a entendu l'histoire des geishas.


O-UME

Vraiment?


O-KINU

Sans l'avoir voulu,

nous nous sommes

retrouvés errant

de fief en fief.

On attire les hommes

pour leur voler leur argent.


O-UME

Il y a dix ans de cela?


SHINKICHI

Ils ont dû se retirer

des affaires pour mener

une vie tranquille.

Au fait, Ogi, ça fait dix

ans qu'il est là, non?


O-UME

C'est vrai.


O-KINU

Justement, cet Ogi...

Il n'a pas l'air très net.

J'ai vu son bras.

Il a un tatouage de serpent.


O-UME

Attendez...

Rappelez-moi les noms

de vos ennemis.

Il y avait bien un chef

Kuchinawa, non?


O-SEI

Oui, c'est cela.


O-UME

Le mot Kuchinawa,

en fait, ça signifie

serpent.

(S'adressant à ZATOICHI)

N'est-ce pas?

Écoutez, M. le masseur...

arrêtez de me faire ces

yeux-là!


ZATOICHI

Désolé.


Une rencontre secrète à lieu entre les truands de la ville.


FUNAHACHI

Il paraît qu'hier soir,

un masseur a fait un massacre

dans ton tripot.


GINZO

C'est vrai.

On a fait venir le

garde du corps, mais il est

arrivé trop tard.


FUNAHACHI

Ogi...


CHEF OGI

Oui.


FUNAHACHI

Comment étaient les femmes?


CHEF OGI

M. le gouverneur

a voulu se retirer avec

l'une d'elles, mais l'autre

m'a frappé de son instrument.

D'après leur allure,

elles ne sauraient être

de simples geishas.


FUNAHACHI

Dis... tu vas te renseigner

soigneusement sur ce

masseur et ces femmes.


Il pleut encore et tous restent à l'intérieur de la maison de O-UME.


Le son de la pluie rappelle une mauvaise rencontre à ZATOICHI.


Sous l'orage, ZATOICHI se fait attaquer par une bande de truands. Malgré une blessure, ZATOICHI combat quand même et abat tous ces opposants.


À l'intérieur, les autres passent le temps. SHINKICHI montre à jouer à O-SEI. O-UME coud.


SHINKICHI

C'est parti.

Pair.


O-SEI

Impair.


SHINKICHI dévoile les dés.


O-SEI

J'ai gagné.


O-KINU observe la scène et se rappelle un événement.


O-SEI et O-KINU sont assises sous la pluie sans endroits où aller.


Un homme sort de sa maison.


PROPRIÉTAIRE

Vous êtes devant

chez moi!

Allez, ouste! Filez!


O-SEI prend la main de sa sœur en courant sous la pluie battante.


Puis on retrouve les deux enfants mangeant dans une maison de riches. La femme entre dans la pièce et les semonce.


FEMME RICHE

Pas encore fini de manger?

(Projetant le bol au sol)

Je t'ai dit de faire le

ménage!

(S'approchant de O-SEI)

Mon petit Seitaro,

le maître te demande.

(S'adressant à O-KINU)

Toi, tu me ranges tout ça.

Allez, Seitaro,

viens avec moi.


O-KINU range sans avoir fini de manger.


O-KINU chercher son frère dans la maison des maîtres. Par une fente dans la porte, elle voit le maître courtiser son frère déguisé en fille.


LE MAÎTRE

Comme tu es mignon!

À partir d'aujourd'hui,

tu seras mon fils.

Si tu fais ce que

je te dis, ta sœur et toi,

vous pourrez rester ici.

(Riant)

Tu es content, non?

Je t'achèterai de bien

plus beaux kimonos.

(Caressant le corps de l'enfant)


FEMME RICHE

(Attrapant O-KINU)

Que fais-tu là?!

Je t'ai interdit d'approcher

de la chambre du monsieur!


O-SEI tente de rejoindre sa sœur, mais le maître le retient et recommence à le tripoter.


O-SEI

Non.


O-SEI s'enfuit de la chambre du maître à la recherche de sa sœur.


À un autre moment, les deux enfants sont assis près de pagode déserte. Un homme vient à leur rencontre.


O-KINU

Monsieur, voulez-vous

passer du temps avec moi?


L'homme ne se fait pas prier et emmène O-KINU. Au bout d'un moment, O-KINU revient avec quelques sous.


Plus tard, O-SEI apprend l'art de la danse pendant que sa sœur apprend à jouer de la musique.


O-KINU revient à la réalité dans la maison de O-UME.


O-KINU

O-Sei, il est temps de

s'entraîner.


O-SEI

Hum.


O-SEI se met en position. O-KINU commence à jouer. En jouant , les souvenirs ressurgissent.


O-KINU s'arrête, comme épuisée.


O-SEI

Grande sœur?

Que se passe-t-il?

Grande sœur?


O-KINU

Ce n'est rien.


O-SEI

Ça va?


SHINKICHI pleure touché par l'histoire des deux enfants.


SHINKICHI

Ma tante, tu as un parapluie?


O-UME

Il y en a un là.


SHINKICHI

Je vais voir ce qui se passe

en ville.


SHINKICHI sort en ville avec son parapluie tout percé.


Au bar, le VIEUX s'occupe de servir les clients.


CLIENT 1

Tiens, le patron n'est pas là?


VIEUX SERVEUR

Il paraît qu'il avait à faire

aujourd'hui.


CLIENT 2

Tu parles! Il frime!


CLIENT 1

Pourquoi tu travailles

dans un troquet pareil?

Tu es sans famille?


VIEUX SERVEUR

Oui, c'est cela.

J'étais quasiment à la rue

et le patron m'a recueilli.

Il est si bon pour moi...

je lui suis très reconnaissant.


CLIENT 1

Mieux vaut mendier

que travailler dans ce bouge!


CLIENT 2

Assis sur une natte de

paille dehors, tu te ferais

de l'argent, tu sais!


À la maison de jeux, les paris continuent.


MAÎTRE DE JEUX

5 et 1, pair.

Nouveau jeu.

Pas d'objections?


UN RONIN attend dans un coin sans jouer.


Trois hommes entrent en projetant le PORTIER à l'intérieur.


MAÎTRE DE JEUX

Qu'est-ce que vous faites

ici, salopards?


HOMME DE GINZO

Si vous voulez jouer,

payez la prime de protection.


MAÎTRE DE JEUX

Et quoi encore?

C'est à nous depuis toujours.


HOMME DE GINZO

Tu la ramènes, salopard?


HATTORI se lève et avance vers les HOMMES DE GINZO.


HOMME DE GINZO

Tu nous cherches?


UN RONIN met les trois hommes à terre en peu de temps.


BANQUIER

Ginzo veut donc la bagarre...


Une confrontation est organisée dans la campagne. La bande de FUNAHACHI fait face à HATTORI et un adjoint.


HATTORI

(S'adressant à son adjoint.)

Reste là.


La bagarre commence.


SHINKICHI et quelques hommes surveillent la bagarre depuis la forêt avoisinante.


En un rien de temps, HATTORI réussit à battre toute la bande, seuls le CHEF et son ronin restent debout.


LE RONIN s'avance vers HATTORI pour le confronter et engage le combat, mais se retrouve très vite à terre.


CHEF

Attends.


HATTORI

C'est fini.


HATTORI n'attend pas et tue le CHEF.


GINZO discute avec un vieil homme au bord de la rivière.


VIEIL HOMME

Ce masseur...

ce serait Zatoïchi?

Et ces femmes?


GINZO

Elles seraient liées

à la maison Naruto.


VIEIL HOMME

L'affaire Naruto,

ça remonte à combien d'années?


GINZO

Ça fait déjà... dix ans.


VIEIL HOMME

Vraiment?

Si les enfants avaient

survécu, ils auraient

à peu près cet âge.

En fait...

ce garde du corps

est-il capable de

tuer Zatoichi?


Dans la maison de OGI, GINZO entre.


GINZO

(S'adressant au réceptionniste)

Ogi est là?


Le RÉCEPTIONNISTE se lève pour chercher OGI.


CHEF OGI

Quelle surprise!

Le chef GINZO en personne!

Vous êtes le très bienvenu!

Veuillez me suivre!

Je vous en prie.


Les deux hommes sortent.


GINZO

Les affaires marchent bien,

semble-t-il.


CHEF OGI

Je t'avais dit de ne jamais

venir ici.


GINZO

Ne t'inquiète pas.

Funahachi n'existe plus.

Nous sommes les maîtres du jeu.

On n'a plus qu'à se remplir

les poches.


GINZO s'éloigne avec ses hommes et OGI retourne à l'intérieur.


CHEF OGI

C'est pas fini ce ménage?


SHINKICHI se précipite chez sa tante.


SHINKICHI

(S'adressant à ZATOICHI)

La bande à Funahachi

a été exterminée.

Le garde du corps de Ginzo

les a tous tués un par un.

(Haletant)

Y a pas à dire!

Ginzo a engagé

un incroyable garde du corps!

M. le masseur, il vaut

mieux éviter la ville

quelque temps.


ZATOICHI

Shinkichi, ce garde du corps

est-il vraiment si fort que ça?


SHINKICHI

Il est incroyable!


ZATOICHI

Si on se battait la nuit,

lui et moi,

lequel serait le plus fort?


SHINKICHI

Par nuit noire,

puisqu'aucun des deux

n'y verrait rien...

vous seriez peut-être

le plus fort.


SHINKICHI pratique ses coups avec un bâton, mais il n'est pas très habile.


Trois hommes cachés dans les broussailles rient de SHINKICHI.


SHINKICHI

On se moque de moi?

Bon, on va voir ce que

vous valez. Je vais vous

entraîner. Venez!

(S'adressant aux trois hommes devant lui)

Je vais vous enseigner

l'art du sabre.

Préparez-vous mentalement.

C'est parti.

Attaquez-moi...

d'où vous voulez!


Trois bâtons frappent à la tête, mais SHINKICHI les bloque.


SHINKICHI

Pourquoi vous attaquez

tous en même temps?

Reprenons.

Par sécurité, on va fixer

les règles. Écoutez bien.

D'abord, je vais...

(Faisant bouger son bâton)

faire comme ça...

À toi de frapper.

(Soulevant son bâton)

Maintenant... à toi!

(Changeant de main)

Et puis, à toi.

Bon.

C'est parti.


SHINKICHI enchaîne les mouvements et les trois hommes frappent chacun leur tour.


SHINKICHI

C'est vu.

Hop! Hop! Hop!

Vous voyez que vous pouvez.

Maintenant, on accélère.

Hop! Hop! Hop!

Très bien! C'est ça!

(En accélérant le rythme)

Aïe, vous me faites mal!

Non pas comme ça.

Ça fait mal, imbéciles!

Vos leçons d'art du sabre,

c'est fini!

Petits merdeux!


Le voisin de O-UME arrive en pointant une lance. Il porte toujours son accoutrement de guerrier.


SHINKICHI

Oh! Qu'est-ce que tu fais?

Imbécile! Rentre chez toi.


VOISIN

Aaaah!


Le voisin court chez lui en hurlant.


SHINKICHI retourne dans la maison.


SHINKICHI

Je vais prendre un bain.


O-SEI

Moi aussi.


SHINKICHI

Imbécile! Les hommes

en premier!


O-SEI

J'en suis un, moi aussi.


O-SEI se lève et suit SHINKICHI.


O-KINU reste seule dans la maison avec ZATOICHI.


O-KINU

M. le masseur...

j'ai envie de retourner

voir du côté de la maison

de Ogi.

Je voudrais voir si Ogi

faisait partie du complot.


ZATOICHI

Hum...


Dehors, dans la baignoire, O-UME entretient le feu pour chauffer l'eau.


SHINKICHI

Ma tante, l'eau est tiède.

Chauffe plus fort!


O-UME

N'en rajoute pas!

Déjà que tu prends un bain

en plein jour, espèce de débauché!


SHINKICHI

Ça ne sert à rien s'il est froid.

Chauffe plus fort.


O-UME

C'est ce que je fais.


SHINKICHI

(S'adressant à O-SEI)

N'empêche que c'est

incroyable. On te prendrait

vraiment pour une femme!

Avec du maquillage,

les hommes deviennent

beaux?


O-SEI

Ça ne marche pas pour

tout le monde.

Tout dépend du visage,

tu sais!


O-KINU et O-SEI sortent de la maison avec leurs bagages et marchent vers la ville.


Au bar, le PATRON est de retour. O-KINU et O-SEI entrent.


O-KINU

Patron, j'aimerais

m'excuser auprès de M. Ogi.

Il nous avait engagées pour

la soirée, mais nous avons

été impolies.


PATRON

Vraiment?


O-KINU

Vous ne pourriez pas

lui présenter nos excuses?


PATRON

Asseyez-vous donc.

M. Ogi ne tient pas bien

l'alcool. Il a dû oublier.

Ne vous inquiétez pas.


O-KINU

J'espère que vous avez

raison.


PATRON

Au fait, on ne vous

a pas vues ces derniers

temps. Vous avez trouvé

un logement?


O-KINU

Chez madame O-UME.


PATRON

M. le masseur

est avec vous?


O-KINU

Oui.


Le VIEUX SERVEUR échappe un bol en entendant la conversation.


PATRON

Le vieux, ça va?

Va jeter ça dehors.

(Revenant aux geishas.)

Buvez donc un coup.


O-KINU

Merci.

Ogi s'est allié avec Ginzo.

Il semble qu'ils préparent

un coup. Mais ça ne vous

concerne pas. Ne vous

inquiétez pas.

(S'adressant à un client)

Je vous remets ça?-

Bon, je vais aller faire

un tour à la maison Ogi.

Attendez-moi ici.


Le PATRON croise un des hommes de GINZO et s'arrête pour discuter. L'HOMME DE GINZO part aussitôt.


PATRON

(Rentrant dans le bar)

Ogi dit qu'il n'est pas

du tout fâché. Il vous aime

beaucoup et veut vous voir

tout de suite.


O-KINU

Merci beaucoup.

Merci pour le saké.


PATRON

Bonne soirée.


SHINKICHI est seul dans la maison de O-UME.


O-UME

(Entrant dans la maison)

Tiens! Où sont-ils tous passés?


SHINKICHI

Ils sont partis en ville.


O-UME

Qu'est-ce que tu fais?


O-UME approche pour voir et tombe sur le sol de stupeur.


O-UME

Tu es fou ou quoi?

Espèce de demeuré!


SHINKICHI

Je voudrais être beau

comme O-Sei.


O-UME

Tu parles d'un choc.


ZATOICHI marche en direction du village. Sur la route, il trouve un vieil épouvantail abandonné par des enfants.


ZATOICHI prend l'épouvantail et le replace dans le champ.


Les hommes de GINZO se dirigent vers la maison de O-UME pour y trouver ZATOICHI.


ZATOICHI reprend la route.


Les HOMMES DE GINZO arrivent chez O-UME.


Un des hommes frappe à la porte.


SHINKICHI

C'est quoi ce tapage?

(Ouvrant la porte)

Encore toi!


HATTORI

Où est le masseur?


SHINKICHI

(Tout grimé)

Qui êtes-vous?


HATTORI

On veut voir le masseur.


SHINKICHI

Il n'est pas là.


HATTORI

Ne cherche pas

à le cacher.


SHINKICHI

Je vous dis

qu'il n'est pas là.


HATTORI

Bon. On va l'enfumer.

(S'adressant aux autres hommes)

Mettez le feu.


SHINKICHI

Arrêtez!

Aïe!

Hé, ma tante!

C'est terrible!

La maison va brûler!

Réveille-toi!

C'est terrible!

Fuyons!

Vite!


O-UME

C'est qui ces gens-là?

Shinkichi! Shinkichi!


SHINKICHI et O-UME sortent de la maison en courant et regardent la maison brûler.


SHINKICHI

Saloperie!


Les voisins accourent pour voir le feu.


ZATOICHI continue de marcher sur le sentier sombre. Puis il s'arrête et entend le grondement des flammes derrière lui.


O-SEI et O-KINU jouent et dansent pour GINZO et OGI.


GINZO

C'est vraiment

une belle femme.


CHEF OGI

Une femme?

Ce n'est peut-être

pas ce que tu crois,

Inosuke.


GINZO

Ne m'appelle pas

par mon ancien prénom.

On ne sait jamais qui

nous écoute.

Je m'appelle Ginzo,

maintenant.


Les deux geishas s'arrêtent de danser et de jouer et regardent les deux hommes.


GINZO

Qu'est-ce que vous regardez?

Continuez la danse.


CHEF OGI

Je sais qui vous êtes.

Vous êtes les enfants

de la maison Naruto.


Aussitôt, les geishas sortent leurs dagues.


GINZO donne le mot de passe, aussitôt ses hommes pénètrent dans la pièce.


O-KINU se lève et rejoint sa sœur. Toutes deux reculent devant la dizaine d'agresseurs, mais elles engagent tout de même le combat.


Très vite, elles sont projetées dehors, dans un jardin.


Les hommes avancent sur les geishas qui sont impuissantes devant le nombre.


L'homme qui fait face à O-SEI et O-KINU tombe. Un sabre soulève le loquet de la porte du jardin.


ZATOICHI entre dans le jardin.


O-KINU

M. le masseur!


ZATOICHI

Vous deux, filez!


Les hommes de GINZO s'attaquent à ZATOCHI.


À l'intérieur, GINZO et OGI observent la scène.


GINZO

Va chercher le maître d'armes.


ZATOICHI élimine tous les hommes dans le jardin et se dirige vers la maison.


Un homme derrière un mur attend, mais ZATOICHI le tue avant qu'il ne bouge. Aussitôt, GINZO et OGI paniquent.


CHEF OGI

Hé, Ino... Inosuke,

où vas-tu?


GINZO se sauve. À l'extérieur d'autres hommes arrivent et s'attaquent à ZATOICHI, mais tous y passent.


OGI est terrorisé et cherche une arme à feu dans la pièce. Un sbire tend un sabre.


Quelques mouvements suffisent pour désarmer OGI et neutraliser les hommes qui restent.


Sur le pont GINZO croise son messager.


GINZO

Où est le maître d'armes?


HOMME DE GINZO

Là-bas.


GINZO

Comment ça, je t'ai dit

de l'amener?


Dans sa chambre O-SHINO se recoiffe et attend en préparant une dague.


GINZO s'enfuit sur la plage. HATTORI est là à attendre.


GINZO

(S'adressant à un homme sur la plage)

Passe-moi ce sabre.


Un bûcher brûle.


ZATOICHI marche vers HATTORI.


HATTORI dégaine et lance son sabre vers ZATOICHI qui l'arrête aussitôt.


ZATOICHI avance vers HATTORI et se prépare pour le combat.


HATTORI anticipe le mouvement, mais ZATOICHI l'abat quand même. ZATOICHI est malgré tout touché.


O-SHINO se suicide dans sa chambre.


GINZO, toujours sur la plage tue l'homme duquel il a pris le sabre et court pour fuir ZATOICHI.


Le jour venu, des pêcheurs trouvent le corps de GINZO à demi submergé.


ZATOICHI se repose dans la maison de SHINKICHI avec un pansement sur l'épaule.


Plus tard, la vie reprend son cours dans le village.


Un mendiant chante sur un coin de rue.


MENDIANT

Fille tortue sur le dos

Petite-fille tortue

sur le dos de fille tortue.

Arrière-petite-fille tortue

sur le dos de petite-fille

tortue.

Si maman tortue tombe,

fille, petite-fille et

arrière-petite-fille tombent

aussi.


À l'extérieur, dans la campagne, des hommes reconstruisent la maison de O-UME. SHINKICHI, O-UME, O-SEI et O-KINU observent les ouvriers.


O-UME

Tous les bandits sont morts.


O-KINU

Il reste le chef des

Kuchinawa.


O-UME

Il doit être très âgé,

de toute façon.

Il finira bien par mourir.

Au lieu d'y penser,

vous devriez réfléchir

à votre avenir.


SHINKICHI

Vous pourriez rester ici.

Et toi, redeviens donc un homme.


O-SEI

Ça me convient d'être

comme ça.


SHINKICHI

Je me demande où est

le masseur.


O-UME

Il doit traîner quelque part.


SHINKICHI

C'est aujourd'hui

que commence la fête.


Le soir venu, ZATOICHI reprend la route dans la ville endormie.


Deux hommes sortent de nulle part et s'attaquent à ZATOICHI qui les tue en quelques secondes. Puis d'autres hommes surgissent et subissent le même sort. Un autre homme surgit et meurt aussi. Puis, le patron du bar fait face à ZATOICHI.


PATRON

Tu m'as bien démasqué.

Comment as-tu deviné?


ZATOICHI

À ton odeur.


Le souvenir de sa première rencontre avec le PATRON du bar défile.


ZATOICHI

Tu auras beau

te déguiser, ton odeur

de vermine ne disparaîtra pas.


PATRON

T'as pas fini de bavarder,

maudit aveugle!

Je ne suis pas peu fier

d'être reconnu comme

le chef des Kuchinawa.

Ce n'est sûrement pas

un aveugle comme toi

qui pourra m'abattre

sans problème!


ZATOICHI ouvre les yeux. Ses yeux sont bleu clair.


PATRON

C'est quoi ça?

Tu n'es pas aveugle?


ZATOICHI

Effectivement.


PATRON

Pourquoi fais-tu semblant

de l'être?


ZATOICHI

Quand on est aveugle,

on sent mieux les gens.


ZATOICHI frappe le PATRON du revers de la main. Le PATRON s'effondre sur un mur. ZATOICHI sort son sabre et déchire la tunique du PATRON pour révéler un tatouage de serpent dans son dos.


Le PATRON du bar est mort.


Au village, c'est la fête. Des danseurs font un spectacle devant tous les villageois qui se réjouissent.


ZATOICHI se rend au bar pour rencontrer le VIEUX SERVEUR.


VIEUX SERVEUR

J'ai su que tu pouvais voir

dès que tu es venu

au troquet. Tu as donc tué

tous mes hommes. Et Torakichi,

tu l'as aussi tué?

Le patron de ce troquet.

C'était un gamin mendiant

quand je l'ai recueilli,

il y a longtemps.

Je lui ai tout enseigné pour

en faire mon successeur.

Quand je pense que tous

mes hommes ont été tués

par un masseur itinérant...

Comment as-tu compris

que j'étais le chef des

Kuchinawa?


ZATOICHI

Quand tu as fait tomber

ma canne-sabre pour

vérifier que c'en était une.

Tu es le pire de tous

ces bandits.


VIEUX SERVEUR

Vraiment?

Je n'y peux rien.

Le temps est donc

venu de me retirer.

On peut dire que j'ai

vécu à ma guise une

vie bien remplie.

Je n'ai rien à regretter.


Le VIEUX SERVEUR retire sa tunique et dévoile son tatouage de serpent qui lui couvre le torse et le dos.


VIEUX SERVEUR

Vas-y! Tue-moi!


ZATOICHI lui crève les yeux.


VIEUX SERVEUR

Ah!


ZATOICHI

Pas question de te tuer.

Finis donc ta vie en aveugle.


Au village, les danseurs poursuivent le spectacle. C'est la fête. Tous les personnages se joignent aux danseurs et dansent aussi.


Pendant ce temps, ZATOICHI avance dans la nuit et trébuche en marchant.


ZATOICHI

(En pensée)

Même avec les yeux

grand ouverts, je n'y vois

rien.


Générique de fermeture.



Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Cinéma
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par