Image univers FLIP Image univers FLIP

FLIP

Regarde l'émission FLIP en direct à la télé, sur YouTube et Facebook du lundi au jeudi à 18h HE #FlipTFO

Site officielpour FLIP
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Jeunes d'exception: Phoenix, 1re développeuse d'orthèses faciales en 3D

Phoenix est la première personne dans le monde à étudier l’impression d’orthèses faciales 3D destinées aux grands brûlés. Ces orthèses, produites à l’aide d’imprimantes à bas coût, ne couteraient que 3$ à produire ce qui est beaucoup moins cher que la technique de production actuelle qui coûte plus de 2000$. Son projet de recherche lui a permis de devenir la première élève du secondaire à présenter à la Information Technology in Academic Medicine Conference, une conférence médicale américaine de prestige.



Réalisateur: Josiane Blanc
Année de production: 2016

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Il s’agit d’une entrevue réalisée avec PHOENIX, une jeune femme qui a développé une technique de fabrication de masques en 3D pour permettre aux gens ayant subi des brûlures au visage de cicatriser rapidement. L’entrevue est entrecoupée d’images montrant PHOENIX au travail dans un laboratoire, alors que les différentes étapes de la création d’un masque sont présentées.


MEILIE rencontre PHOENIX dans un laboratoire.


MEILIE

OK.


PHOENIX prend un morceau de plastique, au bout duquel se trouve un cercle noir, et le tend à MEILIE en lui demandant de le tenir sous son menton.


PHOENIX

Voici notre cible. Puis, il

est important de tenir la cible

juste en dessous de ton menton.

Presque parallèle avec votre visage.


MEILIE

Comme ça?


PHOENIX prend un appareil, une espèce d’appareil photo et prend en photo le visage de MEILIE. En fait, il s’agit alors de numériser le visage de la personne.


PHOENIX

OK... Et... Oui.

OK,

1...

2...

3...


Titre :
Jeunes d’exception


Texte informatif :
Université de Toronto


PHOENIX

Je m’appelle Phoenix. J’ai 18

ans et mon projet est d’imprimer

des masques tridimensionnels

uniques pour des

victimes de brûlure.

J’ai débuté ce projet ça fait

deux ans environ. Donc, j’ai

lancé des idées ici et là.


Texte informatif :
Projet développé par Nia Technologies


À partir d’une photo, une prothèse est créée en laboratoire pour une jeune fille à qui il manque une partie de sa jambe.


PHOENIX

Et une des idées, c’était

vraiment de créer des prothèses

de jambe avec les imprimantes

tridimensionnelles.

Parce que j’étais très petite,

lorsque j’avais eu l’idée, tous

les adultes l’ont fait. C’était

extraordinaire parce que je ne

savais pas quoi faire. L’année

passée, je voulais faire

quelque chose de plus...

(Propos traduits de l’anglais)

« Être plus impliquée ».

Où je pouvais m’impliquer

vraiment. Donc, j’ai pris

l’idée des victimes de brûlure

pour créer des masques pour

appliquer la pression sur la

cicatrisation et enlever les

cicatrices par la suite.


PHOENIX accueille MEILIE dans son laboratoire pour la prise de photo. Il s’agit en fait d’une numérisation du visage.


PHOENIX

Salut!


MEILIE

Salut!


PHOENIX

On va prendre une photo en 3D

de ton visage, aujourd’hui.


PHOENIX poursuit l’entrevue.


PHOENIX

Je suis la première personne

qui est en train d’imprimer

les orthèses pour les

victimes de brûlure.

Les masques seront portés

tous les jours pour environ

23 heures par jour pendant

quelques mois jusqu’à deux

années. À la suite de ce

traitement, ils pourront

enlever les masques et ne plus

les porter. Et toutes leurs

cicatrisations seront assez

lisses pour ne plus voir

une différence entre

la peau naturelle.


Plus tard, PHOENIX est devant son écran et travaille à l’aide d’un logiciel sur la modélisation en trois dimensions du visage de MEILIE.


PHOENIX

Donc, ici, il faudrait tout

sélectionner. Et après avoir

tout sélectionné, on peut le

transformer, le segmenter, etc.


PHOENIX poursuit l’entrevue.


PHOENIX

La technique traditionnelle

pour ces masques a beaucoup

de problèmes. La plupart des

méthodes utilisent le plâtre.

Ça prend environ une semaine

à deux semaines pour fabriquer

un masque. Avec ma méthode, je

peux prendre une image en 3D

avec un scanneur qui

coûte moins de 2000 $.

Je peux prendre cette image

en 30 secondes. Donc, dans le

meilleur cas, on peut avoir un

masque complet en trois heures

qui coûte trois dollars.


PHOENIX travaille de nouveau sur la modélisation en expliquant brièvement les étapes.


PHOENIX

Là, il faudrait extraire

tous les ronds pour

avoir des trous.


PHOENIX poursuit l’entrevue.


PHOENIX

Bientôt, je vais commencer

à travailler avec quelques

hôpitaux, notamment SickKids.

J’espère que par la fin de

l’année prochaine, j’aurai non

seulement un prototype valide,

mais quelque chose qui pourra

être utilisé dans le marché

et dans les hôpitaux

partout dans le monde.


Plus tard, PHOENIX procède à l’impression du masque de MEILIE et elle discute avec JOSH, le superviseur de recherche.


JOSH

(Propos traduits de l’anglais)

Nous allons pouvoir voir à quoi

cela va ressembler.


JOSH accorde ensuite une entrevue.


JOSH

(Propos traduits de l’anglais)

Phoenix et moi avons travaillé

ensemble pendant 4 mois et demi.

À titre de superviseur, je l’ai aidée

à bien structurer le projet et je

l’ai guidée dans l’application de la

méthode scientifique. Donc, développer

la méthodologie, anticiper quels seront

les résultats, comment collecter les

résultats et bien interpréter les

données. Il est rare que nous ayons

des élèves du secondaire qui travaillent

avec nous, et certainement pas au

niveau du travail que Phoenix est

en mesure d’entreprendre.


JOSH discute avec PHOENIX.


JOSH

(Propos traduits de l’anglais)

Oui, retournons au visionnement

en 3D et voyons si ça plante.


PHOENIX poursuit l’entrevue.


PHOENIX

Donc, les masques sont faits

présentement en PLA, qui est

un plastique écoresponsable,

disons!


Texte informatif :
PLA (acide polylactique)


PHOENIX

Et après quelques années, il va

être composté lui-même parce

qu’il est fait à base de maïs.


PHOENIX, une fois le masque terminé, le décolle de l’imprimante en notant au passage à quel point il est chaud.


PHOENIX

C’est à 60 degrés.


Plus tard, MEILIE met sur son visage le masque et PHOENIX lui explique certains aspects.


PHOENIX

Disons que tu étais une victime

de brûlure. Les régions

affectées ou brûlées: un peu,

en haut, sur le nez. Donc,

ça va mettre plus d’emphase

et plus de pression juste là.


MEILIE

OK.


PHOENIX poursuit l’entrevue.


PHOENIX

Je ne veux pas recevoir de

l’argent. C’est vraiment juste

dévoiler les méthodes, comment

le faire. Et peut-être créer

une communauté qui peut

s’entraider, parler ensemble et

trouver différentes façons pour

créer ces masques, ces orthèses

de façon précise, économique

et rapide.



Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Âge
  • Catégorie Saison
  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par