Image univers Le merveilleux voyage de Nils Holgersson au pays des oies Image univers Le merveilleux voyage de Nils Holgersson au pays des oies

Le merveilleux voyage de Nils Holgersson au pays des oies

Parce qu'il a voulu jouer un vilain tour à un lutin bienfaiteur vivant dans sa ferme, le jeune Nils Holgersson est puni par ce dernier. Résultat, le voilà devenu aussi petit que lui. Nils qui passait son temps à taquiner les animaux et à désobéir à ses parents, se retrouve pris à son propre piège. En essayant d'échapper aux animaux de la basse-cour qui saisissent l'opportunité qui s'offre à eux de se venger, Nils se retrouve entraîné dans un long et périlleux voyage au côté des oies sauvages....

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

La paysanne au coeur dur



Année de production: 1980

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Début chanson thème


Titre :
Le merveilleux voyage de Nils Holgersson au pays des oies sauvages


VOIX FÉMININE

♪ Il a quitté son village

Et ses parents et ses amis

Pour suivre

les oies sauvages

Au-dessus de son pays

Nils Holgersson

Qu'est-ce que tu vois

de là-haut

Nils Holgersson

Dis-moi si le monde est beau

Pour t'en aller en voyage

Toujours plus loin

plus loin là-bas

Tu as choisi les nuages

Emmène-nous avec toi ♪♪


Fin chanson thème


NARRATRICE

C'était le jour

du grand marché aux bestiaux à

Örebro. Et il pleuvait si dru

qu'on avait du mal

à voir devant soi.


MARTIN LE JARS

Tiens- toi bien, Nils.

Tiens-toi bien. Oh! Han! Han!


QUENOTTE

N'aie pas peur.

On se cramponne. Aïe!


PETITE PLUME

Martin, aide-moi. Oh!


MARTIN LE JARS

Oh, Petite Plume. Oh, oh...


YKSI

Les amis! Nous devons atterrir

le plus vite possible, sinon

nous sommes perdus dans

cette tempête. Suivez-moi!


KAKSI

Oui, nous devons descendre.


KOLME

On s'arrête déjà?

C'est trop tôt.


TOUS

On atterrit!

On atterrit! On atterrit!


AKKA DE KEBNEKAÏSE

Là, en bas. Nous

attendrons la fin de l'orage.


Un homme marche dans la tempête avec des vaches et un cheval.


HOMME 1

On avance un peu et nous

allons trouver un abri.


L'homme cogne chez un autre homme.


HOMME 2

Non, tes bêtes n'entreront pas

dans mon étable. Je ne tiens pas

un asile. Et garde

ton vieux canasson.


HOMME 1

Je pourrais passer la nuit

dans ta grange, les animaux,

dans la soupente. Oh...

Je n'y peux rien. Cette nuit,

vous allez rester dehors. Ah...


VACHE 1

En attendant, lui va au chaud.


VACHE 2

Tandis que nous, nous devons

rester sous la pluie glacée.


VACHE 1

Il a vraiment tout

essayé, pourtant.


CHEVAL

Heuuu! Je vais aller

chercher Akka. Ah...


VACHE 2

Qui est Akka?


CHEVAL

C'est une oie sauvage. C'est

une vieille amie à moi.

Elle nous a survolés, tout

à l'heure. Elle ne doit pas être

loin. J'ai appris qu'elle avait

un lutin avec elle et il n'y

a qu'un lutin qui puisse

nous sortir d'affaire.


Le groupe d'oies sauvages maintenant posé se sèche.


NILS

Demain se tient le marché

aux bestiaux à Örebro.


QUENOTTE

Comment t'as appris ça?


NILS

Tout le monde en parle.

N'est-ce pas, Martin?


MARTIN LE JARS

Il ne se trompe

pas. C'est exact.


PETITE PLUME

Oui.


MARTIN LE JARS

Ce sera un grand jour.


QUENOTTE

Vraiment?


NILS

Je te l'avais dit.


QUENOTTE

Oh, n'insiste pas.


NILS

Il a cessé de pleuvoir.


QUENOTTE

Ah.


KOLME

Il ne pleut plus? Peut-être

chez toi, mais pas chez moi.


KAKSI

La pluie s'est

arrêtée, là où je suis.


KOLME

En es-tu certain, Kaksi?


KAKSI

C'est évident, sinon je

ne te le dirais pas.


KOLME

Bizarre.

Ah oui. Ça, c'est bizarre. Han!


MARTIN LE JARS

Il a l'air d'un chat

mouillé, maintenant.


PETITE PLUME

Ha ha ha! Ça, oui.

Il a l'air bizarre.

Ha ha ha!


YKSI

Hum?


SIRI

Ah?


QUENOTTE

Oh là. Oh...


KOLME

Qui c'est, celui-là?


KAKSI

Oh!


YKSI

Hum?


SIRI

Oh...


KAKSI

Va voir. Allons, vas-y.


KOLME

Qui? Moi?


KAKSI

Hum-hum.


KOLME

Euh, non. Non, non, non. Ah,

oui. Oui, oui, oui.

J'y vais. Oui, oui, oui.


KAKSI

Oh.


QUENOTTE

(Effrayé)

Ouh là.


CHEVAL

N'ayez pas peur. Je ne vous

ferai pas de mal. Êtes-vous les

oies de la troupe d'Akka? Nous

avons besoin de l'aide de votre

lutin. Ah oui. Je vois que tu es

là. Je suis heureux

de te rencontrer.


NILS

Comment se fait-il que

tu me connaisses?


CHEVAL

J'ai entendu parler de toi.

Tous les animaux racontent

en détail toutes tes bonnes

actions. On t'aime bien.


NILS

Ainsi on parle de moi.


QUENOTTE

Hah! On doit bien aussi

raconter tes bêtises, je parie.


NILS

Tais-toi.


CHEVAL

Je suis avec un troupeau de

vaches qui a été surpris par

l'orage. Nous cherchons un abri.


AKKA DE KEBNEKAÏSE

Qu'est-ce que... Mais

que nous racontes-tu là?


CHEVAL

Nous sommes devant une ferme

où il y a une grande étable,

mais le paysan ne veut pas nous

laisser entrer. Pourtant, quand

il était plus jeune, il

savait être compatissant.


AKKA DE KEBNEKAÏSE

C'est épouvantable. Il

faut que nous intervenions.


NILS

As-tu une idée de

ce qu'on peut faire?


CHEVAL

Je t'en prie, viens

avec moi et tu verras.


NILS et QUENOTTE sont sur le dos du cheval.


QUENOTTE

Entre nous, j'ai l'impression

qu'il n'est plus très jeune et

que c'est pour ça qu'il

cherche un abri désespérément.


CHEVAL

J'entends encore très bien. Et

le cas échéant, je suis

encore assez vigoureux.


QUENOTTE

Vigoureux comme poisson

sur l'herbe. C'est sans doute ce

qu'il veut dire. Veux-tu mon

avis, Nils? J'ai peur qu'il

s'écroule avant d'arriver.


CHEVAL

Hiiiii! Ha ha ha! Je

vous prouve le contraire!


Le cheval galope.


QUENOTTE

Aaah!


NILS

Oh... Oh...


FILLETTE

Ce que j'ai eu peur. J'ai

cru que le cheval

allait nous renverser.


JEUNE FILLE

Il était sûrement pressé

d'arriver dans une écurie bien

chaude. Nous allons nous aussi

bientôt pouvoir nous réchauffer

chez notre ancien voisin.


FILLETTE

Ce sera formidable. Crois-tu

que notre ancien voisin se

souviendra de nous?


JEUNE FILLE

Sûrement. Notre père,

autrefois, a travaillé très dur

dans cette ferme. On nous y

donnera de quoi manger

et de quoi dormir.


FILLETTE

Je suis si fatiguée.

J'ai tellement faim.


VACHE 1

Le cheval a promis de nous

aider, mais le fera-t-il?


VACHE 2

Je suis certaine que ce brave

cheval essaiera dans

la mesure de ses moyens.


VACHE 3

Vous pensez qu'il y a vraiment

un lutin qui va

pouvoir nous aider?


VACHE 2

Tiens, le voilà qui vient.


VACHE 3

Mais on dirait

qu'il est tout seul.


CHEVAL

Heu... Qu'est-ce que je vous

avais dit? Hah... Nous avons

fait vite. Je l'ai cherché

et je l'ai trouvé.


VACHE 2

Où est-il, ce petit homme

dont tu nous as parlé?


VACHE 3

Tu avais pourtant

dit que tu le ramènerais.


CHEVAL

Hah... Je tiens toujours mes

promesses. Et je suis certain

qu'il va nous aider. Ha ha...

Je l'espère, tout au moins.


NILS

En tout cas, je

ferai de mon mieux.


QUENOTTE

Vous inquiétez pas. Je

suis là, moi aussi.


VACHE 2

Quoi? Ces deux-là

nous aideront?


VACHE 3

Ils nous feraient entrer

dans l'étable? Laissez-moi rire.


NILS

Écoutez-moi bien. Je suis le

fils d'un fermier,

non d'un petit bonhomme!


CHEVAL

J'ai déjà vu beaucoup de

choses dans mon existence, et si

je me souviens bien, je peux

t'affirmer qu'un vrai fils

de fermier, ha, ha, c'est en

général plus grand que tu ne

l'es. N'est-ce pas ton avis?


NILS

Je ne suis pas un lutin.

Quenotte, dis-leur.


QUENOTTE

Ça, c'est vrai.


NILS

Mais je veux quand même

essayer de vous venir en aide.


QUENOTTE

Oh, ce que c'est glissant!


NILS

Viens, Quenotte. On

va couper les cordes.


QUENOTTE

Qu'est-ce que tu paries

que je finirai le premier?


NILS

On va avoir fini.

Vous pouvez sortir. Allez.


CHEVAL

Ho, ho, ho. Ha, ha, ha.

Premier résultat. Grimpe, Nils.

Cherchons le toit

qui nous abritera.


NILS

Par où commencer?


CHEVAL

Faites-moi confiance. Je

connais les abords de la maison.

Quand j'étais un poulain, je

vivais ici et je jouais avec le

fils du fermier. Hélas, plus

tard... son père me

vendit au marché.


VACHE 2

Bien que j'ai déjà entendu

cette histoire plus de 100 fois,

elle m'émeut toujours davantage.


CHEVAL

Il y a longtemps, mais je n'ai

rien oublié. Si le petit lutin

nous ouvre la porte de l'étable,

nous aurons du bon foin et une

place chaude pour

passer la nuit.


VACHE 2

Bien, je dois dire que

ça ne me déplairait pas du tout.


CHEVAL

Alors, qu'attendons-nous?

Tentons notre chance. Allons-y!


Dans la maison, un homme et une femme sont assis au bord du feu.


FEMME

Hum? J'ai l'impression d'avoir

entendu du bruit du

côté de l'étable.


HOMME

Ah, bien, c'est peut-être

un coup de vent sur un volet.


FEMME

Quand on devient vieux, on n'a

plus les oreilles aussi fines.

On confond tous les bruits.


CHEVAL

Oh, nous y sommes. Crois-tu,

Nils, que tu vas pouvoir

ouvrir la porte?


NILS

Ça ne coûte rien d'essayer.

Han! Oh... Han! Han!


CHEVAL

Mes amies, je vous le promets.

Une fois à l'intérieur, nous

aurons chaud et nous aurons

autant de foin que

nous voudrons.


VACHE 2

Oh, ce serait trop beau.


NILS

Han... Han. Oh...


À l'intérieur se trouvent des provisions.


NILS

On se croirait au Pays de

Cocagne! C'est merveilleux!

Ha ha! Ah. Han! Han... Oh... Oh!

Sans la clé, je

n'y arriverai pas.


CHEVAL

Allez, ouvre donc la porte.


NILS

Il faut que j'aille chercher

la clé dans la maison.

Mais comment y entrer?

Je ne la connais pas.


CHEVAL

Oh, ça ne devrait pas être

très difficile pour un lutin

comme toi. Débrouille-toi.

Hiiiii!

Hiiiii!


Le cheval hennit à la fenêtre.


FEMME

Oh?


HOMME

Je ne m'étais pas trompé. Le

cheval que le marchand voulait

me vendre ce soir

est là, dehors.


L'homme ouvre la porte et aperçoit tous les animaux.


FEMME

Oh...


HOMME

Qu'est-ce qu'ils

viennent faire ici?


FEMME

Les pauvres bêtes qui sont

obligées de rester dehors par ce

temps. C'est le cheval qui les a

emmenées en espérant qu'on les

ferait entrer, n'est-ce pas?

Tu es un brave animal.


HOMME

Fais-le partir d'ici. Il

n'a rien à y faire. Qu'avez-vous

imaginé? Vous croyez peut-être

que mon père aurait permis à des

vaches vagabondes et une vieille

haridelle de s'introduire

dans notre ferme?

Va-t'en d'ici!

Débarrasse-moi de ta présence.

Et tous les autres aussi.

Avez-vous compris? Ou faut-il

que je vous le fasse

comprendre autrement?

Il ne manquait plus que ça que

vous veniez mendier à ma porte.

Je ne veux plus

vous voir. Compris?

Allez! Déguerpis!


FEMME

Tu sais, mon fils, je te

trouve très dur. Les pauvres

bêtes sont bien innocentes.

Elles cherchent

seulement un refuge.


HOMME

Nous devons faire des

économies. Je suis comme mon

père. Je ne veux pas gâcher

des litières pour des étrangers.


FEMME

Mais c'est ton ancien cheval.

Tu ne te souviens pas quand tu

t'amusais avec lui? Pourquoi

es-tu si méchant avec lui?


CHEVAL

Oui, oui. Les hommes sont sans

pitié. Autrefois, quand j'étais

jeune, il était fier de moi.

Aujourd'hui, il ne me connaît

plus. Il a tout

oublié. Quelle tristesse!


NILS

C'est vraiment dégoûtant.


QUENOTTE

Ça me fait penser à un jeune

gardeur d'oies que

je connais bien.


VACHE 2

Faites-moi le plaisir de ne

pas vous disputer, tous

les deux. Ça ne ferait que

compliquer la situation, hélas.


VACHE 1

Les hommes sont comme ça.


CHEVAL

Ho-ho. Regardez

qui arrive sur la route.


JEUNE FILLE

Tu vois? C'est la ferme

dont je t'ai parlé. Ils vont

certainement nous accueillir.


FILLETTE

Ce serait formidable.


JEUNE FILLE

Viens.


QUENOTTE

Peut-être qu'on pourrait se

glisser dans la maison

avec ces deux enfants.


NILS

Oui. Quenotte, c'est une bonne

idée. Ça nous permettrait

d'ouvrir la porte de l'étable.


HOMME

Ah... Qui vient

encore nous déranger?


FEMME

Quelqu'un qui cherche un

refuge par ce mauvais temps.


la femme répond à la porte.


JEUNE FILLE

Nous sommes Anna et

Britt-Mari, et nous voudrions

passer la nuit chez

vous, s'il vous plaît.


HOMME

Je ne tiens pas un hôtel.


FEMME

Oh, voyons. Tu ne peux pas

laisser ces petites dehors. Il

fait un temps épouvantable.


JEUNE FILLE

Les gens chez qui nous sommes

nous ont envoyées mendier. Mais

ces derniers jours, nous n'avons

pas eu de chance. Nous avons

très peu mangé et

Britt est très fatiguée.


FEMME

Oui, je vous crois. Pauvres

petites filles, vous n'avez même

pas de chaussures aux pieds.


JEUNE FILLE

Je vous en prie, ayez pitié de

nous. Donnez-nous un coin pour

dormir, au moins, pour

cette nuit. Soyez bon.


FILLETTE

Le vent est si froid.


FEMME

Mais oui, bien sûr. Nous

allons vous trouver un--


HOMME

Non, il n'en est pas question.

Allez dormir où vous voudrez.


FEMME

Oh!


JEUNE FILLE

Ne pleure pas.


NILS

Vous avez entendu ce malotru?

Qu'en dites-vous? Je n'ai jamais

vu un homme aussi

méchant de toute ma vie.


CHEVAL

Non, Nils. Il faut pas

dire ça. Autrefois, il était

différent. Il y a très

longtemps, nous étions

deux amis, lui et moi.

Nous étions jeunes et il me

montait tous les jours. Il

prenait grand soin de moi.

J'étais heureux d'avoir

un si bon maître.


NILS

Dis donc, un bon maître

qui est devenu ce qu'il est!

Qu'est-ce que ça serait

s'il avait été méchant?


QUENOTTE

C'est exact!


NILS

Allez, Quenotte. Viens.


FEMME

Ces pauvres enfants là dehors

me font pitié. Comment

peut-on être aussi cruel?


HOMME

Voyons, mère. J'ai dit non,

c'est non. Rends-toi compte

de ce qui arriverait si nous

devions nourrir tous les

enfants qui mendient.


FEMME

Il me semble pourtant que nous

sommes assez riches pour donner

quelque chose aux pauvres. Bien

sûr, jadis, c'était différent.

Nous n'avions presque rien.


HOMME

Justement. Si mon père n'avait

pas épargné sou par sou,

nous serions toujours de pauvres

paysans. Je sais, aujourd'hui,

que mon père avait raison. On ne

doit rien gaspiller de ce qu'on

a. Mieux vaut vivre en avare

que de mourir pauvre. Je

fais comme papa.


FEMME

Lui, il avait un cœur de

pierre. Il était opiniâtre.

Il m'a souvent fait de la peine.

Malgré tout, je le comprenais,

les temps étaient durs et une

époque dure engendre des hommes

durs. Mais j'ai toujours

espéré qu'un jour tu deviendrais

meilleur que lui. Ton père

n'a jamais éprouvé le moindre

sentiment pour les animaux. Toi,

au contraire, tu aimais

bien ton cheval.


HOMME

Oui, ce cheval qu'un jour il

m'enleva pour le revendre. À

ce moment-là je n'ai pas compris

qu'encore une fois

il avait raison.

Je ne pensais plus qu'à ce

cheval et je négligeais

mon travail.

C'était très sévère de la part

de mon père, mais c'était

probablement le seul moyen

de me rendre raisonnable.

Il m'a fendu le cœur en

m'enlevant ce cheval et

j'étais fou furieux.

J'allais quelques fois sur la

route d'Örebro et je guettais,

espérant le voir passer par là.

Si tu y tiens, fais entrer

les deux petites mendiantes.


FEMME

Je vais le faire.


NILS

Nous devons absolument

entrer là-dedans.


QUENOTTE

Moi, je veux bien,

mais comment?


JEUNE FILLE

Viens, on va repartir.

Ça ne sert à rien de rester ici.


FILLETTE

J'ai tellement froid.


JEUNE FILLE

Ne pleure pas, Britt-Mari. On

va aller frapper à une autre

porte. On aura peut-être

plus de chance.


QUENOTTE

On ne peut rien

faire pour elles?


NILS

Ah...


QUENOTTE

Oh.


NILS

Filons.


FEMME

Entrez, mes enfants. Venez

vous chauffer devant un bon feu.


JEUNE FILLE

Oui, mais le patron a dit--


FEMME

Il est d'accord. Vous n'avez

pas à avoir peur. En plus je

vous servirai une bonne

assiette de soupe chaude.


JEUNE FILLE

Ah...


NILS

Qu'en dis-tu, Quenotte?


QUENOTTE

Il faut pas rester là. Je suis

extasié, mais profite

de la chance.


NILS

Oui.


NILS entre mais la porte se referme sur QUENOTTE.


QUENOTTE

Dépêchons-nous.

Aïe! En plein sur mon nez...


FEMME

Voilà. Vous allez d'abord

manger cette bonne soupe chaude.

Elle vous fera du

bien. Bon appétit!


JEUNE FILLE

Vous êtes vraiment

très gentille pour nous.


JEUNE FILLE et FILLETTE

Seigneur Jésus,

bénis la nourriture que

nous allons prendre et...


NILS

Ne fais pas de

bruit, Quenotte.


FEMME

C'est très bien, mes enfants.

Qui vous a enseigné

cette prière.


JEUNE FILLE

C'est notre maman. Nous

habitions ici avant. Quand elle

est morte, nous avons dû partir.


FEMME

Oh...


JEUNE FILLE

Si notre mère avait pu payer

les 100 couronnes qu'elle

devait, nous serions encore ici.

Nous nous retrouvâmes cinq

orphelins et nous dûmes

aller chez des étrangers.


FEMME

Vous me faites pitié. Vous

devez avoir eu la vie dure.


JEUNE FILLE

Maintenant, les gens chez qui

nous habitons nous envoient sur

les routes pour mendier, mais il

y a des jours où nous

n'avons pas de chance, hein?


FILLETTE

C'est vrai.


FEMME

Cette nuit, vous pourrez

dormir toutes les deux devant la

cheminée. Vous aurez bien chaud.


JEUNE FILLE

Oui, mais le patron ne

sera sûrement pas content.


FEMME

Il ne dira rien, car en

réalité, sous des dehors

bourrus, il a très bon cœur,

vous savez. Et maintenant que

vous voilà rassasiées, il

est temps d'aller dormir.


HOMME

Je trouve que tu en

fais un peu trop, maman!


FEMME

Tu m'as dit, tout à l'heure,

de les faire entrer, maintenant,

tu cries. On pouvait quand même

leur offrir une soupe. Ce

n'est pas grand-chose.


HOMME

C'est du gaspillage. Nous

avons déjà eu assez d'ennuis

avec les parents de

ces va-nu-pieds.


JEUNE FILLE

Nous ne serions pas forcées de

mendier si vous n'aviez pas

été aussi dur autrefois.


HOMME

Que l'hospice des pauvres

s'occupe de vous. Le reste, je

m'en fiche. Allez travailler ou

vivez aux crochets de qui vous

voudrez, mais

allez-vous-en de chez moi!


FEMME

Comment oses-tu parler

ainsi? J'ai honte pour toi.


HOMME

C'était mon dernier mot.

Je n'ai pas l'intention

d'engraisser cette

vermine sous mon toit!


JEUNE FILLE

Britt-Mari, reviens!

Attends un peu!


FEMME

Oh... Tu sais très bien que

c'est à cause de ton père si ces

deux enfants ont perdu leur

maison. Anna, Britt-Mari!

Ne partez pas! Vous m'entendez?


CHEVAL

Pourquoi cette

précipitation, Nils?


NILS

Les deux fillettes se sont

enfuies. Il faut les rattraper.


CHEVAL

Vas-y, grimpe!


JEUNE FILLE

Britt-Mari, t'en vas pas!


FEMME

Revenez, les enfants!

Aaah!


JEUNE FILLE

Oh, petite soeur!


FILLETTE

J'ai si peur.


FEMME

Revenez, mes enfants. Revenez.

Oh... Oh...


Un éclair fait exploser un arbre qui tombe sur le sol.


JEUNE FILLE

(Poussant la femme)

Attention, l'arbre!


FEMME

Oh!


FILLETTE

Oh mon Dieu.


NILS

Ah, elles ont besoin d'aide.


FEMME

Oh...


FILLETTE

Anna, est-ce que

tu es blessée?


NILS

On retourne à la ferme

aussi vite que tu peux.


FEMME

Comment te

sens-tu, mon enfant?


JEUNE FILLE

Je sais pas, mais

ma jambe me fait mal.


FEMME

Oh... Il faudrait arriver à

retirer ton pied de

dessous l'arbre. Han!


JEUNE FILLE

Han! Ah...


FEMME

C'est difficile.

L'arbre est trop lourd.


HOMME

Ah?

C'est encore toi, haridelle?

Qu'est-ce qu'il y a? Lâche-moi!

Es-tu devenu fou?

J'ai jamais vu ça.


NILS

Tu dois venir porter secours à

ta mère qui est coincée

sous un tronc d'arbre.


HOMME

J'entends une voix. Qui a

parlé de ma mère? J'ai pourtant

bien entendu. Je n'ai

pas rêvé. Maman!


NILS

On va prendre cette corde

qui est accrochée, là.

Elle peut nous être utile.


CHEVAL

Ouiii.


FILLETTE

Han... C'est trop dur.

Je n'y arrive pas.


FEMME

Essaie encore, mon enfant.


HOMME

Maman! Que t'est-il

arrivé? Es-tu blessée?


FEMME

Non, non, mais cette

enfant, je crois que oui.


HOMME

Han... Han...


FILLETTE

Han! Han!


CHEVAL

On va se servir de la corde.


NILS

Dépêche-toi! Attrape la corde!


HOMME

Qui vient de parler?


FEMME

Oh?


NILS

Nom d'un petit bonhomme,

attrape la corde!


HOMME

Vraiment bizarre.


NILS

Et maintenant, tire

aussi fort que tu peux.


HOMME

Allons, tire. Il faut

qu'on y arrive. Tire. Han...

Je sais que je t'ai mal reçu,

mais fais-le. Han...

Han... Han....

Au nom de notre vieille amitié.

Je t'en prie, tire! Tu es

très fort quand tu le veux.

Han! Han!


FEMME

Le ciel soit loué.

Ils ont réussi.


JEUNE FILLE

Oh... J'ai très mal.


FILLETTE

Est-ce que c'est grave?


FEMME

Britt-Mari, ta soeur m'a

sauvé la vie. Elle a

été très courageuse.


HOMME

Que viens-tu de dire, maman?


FEMME

La vérité. Si la petite ne

s'était pas précipitée, l'arbre,

en tombant, m'aurait

sûrement assommée.


FEMME

Nous allons transporter Anna

jusqu'à la ferme et nous allons

bien la soigner. Pardonnez-moi.


NILS

Ha ha.


HOMME

Pourquoi mon père a-t-il

chassé cette famille?

À cause de 100 couronnes?


HOMME

Tu ne peux rien y changer. Ton

père était le chef de famille,

mais maintenant, c'est toi.

Il est temps que tu

montres quel homme tu es.


NILS

Ha! Ça finit bien.


La jeune fille est au lit.


FILLETTE

Anna?

Est-ce que ça va mieux?


FEMME

Le plus pénible est passé.


JEUNE FILLE

Ah... Mais où suis-je?


FEMME

Sois tranquille. Tu es chez

des amis, chez de

très bons amis.


Les vaches meuglent à la fenêtre.


HOMME

Allez, rentrez, vous autres.

Et mangez tout ce

que vous voudrez. Allez!

(S'adressant au cheval)

Alors, mon vieux copain. Si tu

n'avais pas été là, qu'est-ce

qu'on serait devenus? Ha ha ha!


NILS

(Descendant du cheval)

Oh, oh, oh! Ah. Hum.


HOMME

Hein?


NILS

Hah! Oh, oh!


HOMME

Je vais racheter ce cheval.

Autrefois, nous arrivions

fièrement, tous les deux,

sur la place de l'église.

On va recommencer.


FEMME

Tu as raison, mon fils. Et les

deux petites filles, elles

vont rester ici. Elles auront de

nouveau un foyer heureux.


HOMME

Je sais que je me suis mal

conduit, mais je vais me

racheter. Je te le promets,

maman. Ha ha ha! Tu

verras. Ha ha ha!


FEMME

Je le savais, mon fils...

que tu avais bon cœur.


HOMME

Tu peux aller à l'écurie, mon

vieux copain. Tu es

de nouveau chez toi.

J'ai enfin compris que

sans véritables amis, la

vie est impossible.


FEMME

Tu y as mis le temps.


HOMME

Ha ha ha!


QUENOTTE

On peut sortir.


QUENOTTE

Je dois dire que les hommes

sont parfois complètement

idiots. Qu'en penses-tu?


NILS

Moi, pour l'instant, ce que je

trouve idiot, c'est

d'avoir si froid.


QUENOTTE

En y réfléchissant bien,

moi aussi j'ai froid.


NILS

Qui arrivera le premier? Ha ha!


QUENOTTE

Sûrement pas moi.


NILS

Oh!


NILS et QUENOTTE sautent dans un tas de foin.


QUENOTTE

Et hop là! Hi hi!


NILS

Allez, attrape-moi,

si tu peux.


QUENOTTE

Attends, tu vas voir!


NILS

Tu ne m'auras pas. Ha ha ha!


QUENOTTE

Oh, c'est ce qu'on va voir!

Allez, Youp-li! Hi hi hi!


NILS

Ha ha ha!


Début chanson thème


VOIX FÉMININE

♪ Tu es si petit

C'est si grand le monde

Alors reste auprès de moi

Tu verras un jour

que la Terre est ronde

Ce soir reste auprès de moi

Rêve d'aventure à la télé

Et lis des bandes dessinées

Car le jour

où tu voudras partir

Je ne pourrai te retenir

Je me cacherai pour pleurer

Tu es si petit

c'est si grand le monde

Ce soir reste auprès de moi

Reste là ♪♪


Fin chanson thème

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Âge
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par