Image univers Le ranch Image univers Le ranch

Le ranch

Ils sont quatre jeunes liés par la passion du cheval. Léna et ses amis ont réaménagé le ranch de son grand-père pour pouvoir accueillir Mistral, un cheval sauvage. Grâce à ses talents de « chuchoteuse », parviendra-t-elle à l'apprivoiser?

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Polluer n'est pas jouer

Léa et ses amis découvrent que l’eau de la rivière du Parc Naturel a été polluée. Sila et des chevaux sauvages se retrouvent empoisonnés. Nos héros vont à la fois soigner les chevaux malades qui risquent de mourir, et mener leur enquête pour remonter à la source de cette pollution.



Année de production: 2013

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Léna et ses amis, liés par la passion du cheval, ont réaménagé un ranch appartenant au grand-père de Léna pour y accueillir Mistral, un cheval sauvage, ainsi que d'autres montures et animaux.


Début chanson thème

♪♪♪


CHANTEUR

♪ Léna rêve de grandes aventures

De soleil et d'air pur

Libre comme le vent

D'un petit paradis sur terre

De plaines et de rivières

Bordées par l'océan

Léna se sent pousser des ailes

À la seule vue de son pur-sang

Léna court et part au galop

Léna chante et parle aux chevaux

Et pour Léna

tout ça c'est normal

Léna rit le monde est plus beau

Léna dit je t'ai dans la peau

Et va dans la vie

avec Mistral ♪♪

(Fin chanson thème)

(Début information à l’écran)

(Polluer n'est pas jouer)

(Fin information à l’écran)

(Au lever du jour, les quatre amis sont en forêt. HUGO et ANAÏS sont perchés sur un arbre. HUGO bâille.)


[HUGO:] J'en reviens pas qu'on se

soit levés si tôt juste pour

prendre des photos.

(Un renard surgit alors d'un buisson.)

[ANAÏS:] Chut!

Le voilà.

Réveille-toi.

(ANAÏS pousse légèrement HUGO. HUGO perd l'équilibre et tombe. Le renard, effrayé, fuit.)

[ANAÏS:] Ah! C'est un renard qu'on est

venus voir, pas une grosse

marmotte.

(HUGO sort alors son appareil photo et photographie ANAÏS.)

[ANAÏS:] Ah!

(ANGELO et LENA s'approchent alors.)


[ANGELO:] Bon, c'est pas aujourd'hui

qu'on aura la photo du renard

roux pour notre exposé sur

les animaux de Camargue.


[HUGO:] Oui, mais j'ai la photo d'une

bestiole qui va faire rigoler

tout le collège.

[ANAÏS:] Donne-moi ça tout de suite!
[LÉNA:] Allez, c'est pas le moment

de vous disputer. On pourrait

aller du côté de la rivière,

c'est l'heure où les animaux

viennent boire.

(Quelques instants plus tard, les quatre amis s'approchent de la rivière. Trois chevaux et un poulain y boivent.)

[ANAÏS:] Wow! Génial! On va se faire

des super photos.

(Un camion apparaît alors sur une route au loin. Le camion roule à vive allure.)


[HUGO:] Regardez, c'est quoi,

ces malades?

Ils roulent comme des fous.


[LÉNA:] Il faut éloigner les chevaux

de la piste.

(Alors que le camion se rapproche, les quatre amis s'approchent des chevaux et les dirigent loin de la route. Le poulain traîne derrière.)


[LÉNA:] Oh non, le poulain!

(LÉNA se précipite pour écarter le poulain du chemin. Le camion ne ralentit pas.)


[LE CONDUCTEUR:] Hé! Dégage du chemin!

(Le camion ne ralentit toujours pas. MISTRAL se cambre.)


[ANGELO:] Léna, non!
[LÉNA:] Ah! Mistral, reste pas là!

(Le camion évite de justesse LÉNA et MISTRAL, mais accroche un rocher un peu plus loin. Le camion perd de sa cargaison un baril qui tombe dans la rivière. Le baril dérive alors que son contenu s'échappe. Quelques instants plus tard, les quatre amis discutent.)

[ANAÏS:] J'ai eu une de ces peurs!

J'ai bien cru que ce camion

allait vous renverser tous les deux.


[HUGO:] Quels cinglés! Rouler comme

ça à fond, faut être dingue.


[ANGELO:] Et ils n'ont rien à faire

ici. Le parc est interdit aux

camions. C'est pas très net,

tout ça.

(Les quatre amis regardent ensuite le poulain avec sa mère.)

[ANAÏS:] Ah! Ils sont vraiment

trop mignons!


[LÉNA:] Mistral, c'est grâce à toi

si ce bout de chou a retrouvé

sa maman. Bravo.


[ANGELO:] Viens, Sila. Toi aussi,

tu dois avoir soif.

(SILA boit alors l'eau de la rivière noircie par le produit du baril.)


[ANGELO:] Qu'est-ce que c'est que ça?

Ne bois pas ça!

[ANAÏS:] Quelle horreur! C'est quoi,

ce truc?

(Un peu plus tard, les quatre amis discutent.)


[LÉNA:] On va remonter la rivière pour

voir d'où viennent ces taches.


[ANGELO:] Je préfère surveiller

les chevaux. Ça m'inquiète

qu'ils aient bu cette eau sale.

(LÉNA, ANAÏS et HUGO quittent ANGELO qui reste avec les chevaux sauvages et SILA. Un peu plus tard, les trois amis s'approchent du baril immobilisé sur le bord de la rivière. Des poissons morts flottent autour du baril.)


[HUGO:] Hé, regardez, là. [ANAÏS:] C'est un baril qui est tombé

du camion. Je le reconnais.

Il y en avait plein

à l'arrière.


[LÉNA:] Vous avez vu ces poissons?

Toute la rivière va être

polluée par ce sale produit.


[HUGO:] Je préviens les gardiens

du parc.

(HUGO sort son cellulaire et compose un numéro.)


[LÉNA:] En attendant du secours,

on peut se servir de ces bottes

de foin pour filtrer l'eau.

(LÉNA pointe vers des bottes de foin entassées tout près.)

[ANAÏS:] Il faut aussi éloigner les

animaux de la rivière.


[LÉNA:] Il va sûrement y avoir

des animaux malades.

J'appelle mon père.

(Quelques heures plus tard, les trois amis retirent le baril de l'eau avec une corde et construisent un barrage de foin pour filtrer l'eau. Ils rejoignent ensuite ANGELO. Les chevaux sauvages, affaiblis, sont couchés sur le sol. ANAÏS tient entre ses mains un bébé flamand rose.)


[ANGELO:] Mon pauvre Sila, tu as

de la fièvre.


[LÉNA:] Mon père ne va pas tarder.

Ne t'inquiète pas, il va le soigner.

[ANAÏS:] J'en reviens pas qu'on puisse

être aussi inconscient et

faire des dégâts pareils.

Mon pauvre petit.

(HUGO caresse le bébé flamand rose.)


[HUGO:] Il est trop mignon.

(Le bébé flamand rose vomit sur la main d'HUGO.)


[HUGO:] Beurk!

(La voiture des gardiens du parc arrive à ce moment.)


PETIT GARDIEN DU PARC

Bravo, les jeunes.

Grâce à vous, on a pu éviter le pire.

[ANAÏS:] Merci, on a fait

ce qu'on a pu.


PETIT GARDIEN DU PARC

Nos renforts vont prendre

le relais. On va boucler

le périmètre et nos gars

arrivent avec du matériel pour

pomper les résidus de polluant.


GRAND GARDIEN DU PARC

Et ce camion, vous auriez

un indice, une piste?


[LÉNA:] En fait, il roulait trop

vite. Aucun de nous n'a eu

le temps de voir le numéro de

la plaque d'immatriculation.

Tout ce qu'on peut vous dire,

c'est que c'était

un camion rouge.


[HUGO:] Ah, si, il a heurté une pierre

avec le pare-chocs avant.


GRAND GARDIEN DU PARC

Hum-hum.

(Un peu plus tard, les quatre amis regardent M. STEINER examiner les chevaux sauvages.)


[ANGELO:] Ils sont comme ça depuis

qu'ils ont bu.

[M. STEINER:] Oui, le polluant a bien

attaqué leur système digestif.


[ANGELO:] Qu'est-ce qu'on peut faire? [M. STEINER:] Difficile à dire,

tant que je ne connais pas

la composition du polluant.

Premièrement, on va les

réhydrater avec de l'eau

charbonneuse. C'est

un antipoison universel.


[LÉNA:] Mon pauvre Sila. [M. STEINER:] Ensuite, vous leur faites

boire une dose tous les quarts

d'heure. Et surtout, il faut

les faire marcher, les empêcher

à tout prix de se coucher,

pour éviter que leur digestion

ne se bloque, ce qui leur serait

fatal.


[LÉNA:] Fatal! On ferait mieux de les

emmener au ranch. C'est tout

près et on pourra s'occuper

d'eux là-bas. S'ils peuvent

supporter le voyage.

[M. STEINER:] Je viens dès que j'ai les

résultats de l'analyse de

l'eau. Là, je pourrai leur

donner un traitement.

Gardez courage.

(Plus tard, au ranch, LÉNA et ANGELO veillent sur les chevaux sauvages.)


[ANGELO:] Voilà, reste au chaud,

mon grand.


[LÉNA:] C'est bien, continue. Tu es

très courageux.

(L'un des chevaux sauvages tombe soudain par terre.)


[LÉNA:] Oh non! Il faut que tu te

lèves, c'est très mauvais pour

ton ventre! Allez! Allez!

(Pendant ce temps, à l'intérieur de la maison du ranch, ANAÏS et HUGO veillent sur le bébé flamand rose.)

[ANAÏS:] Il faudrait un truc doux

et chaud pour lui faire

un nid douillet.


[HUGO:] Ouais. Et on n'a pas

grand-chose ici.

[ANAÏS:] T'es sûr?
[HUGO:] Ah? Ah non! Même pas en rêve!

Je ne vais pas sacrifier mon

sweat fétiche! Hum?

Hum... Bon, OK, OK.

(Quelques instants plus tard, HUGO couvre le bébé flamand rose avec son sweat fétiche.)


[HUGO:] C'est bien parce que c'est toi.

Adieu, sweatshirt bien aimé.

[ANAÏS:] Wow! Merci, merci.

Je savais que t'étais un mec

super, Hugo.

(ANAÏS embrasse HUGO sur la joue. Un peu plus tard, ANGELO est agenouillé devant SILA étendu sur le sol. LÉNA nourrit le poulain.)


[ANGELO:] C'est bien, mon beau.
[ANGELO:] Il va de plus en plus mal.

Rien ne marche. Il refuse

de se lever.


[LÉNA:] Laisse-moi essayer.

Écoute-moi, Sila, je sais

que tu n'en peux plus, mais

il faut que tu te lèves. C'est

pour ton bien, tu dois te

battre. Allez, viens, Sila.

(SILA se lève alors sur quatre pattes.)


[ANGELO:] T'es une vraie magicienne.

Pourvu qu'il arrive à tenir

toute la nuit.


[LÉNA:] Il ne faut pas perdre espoir.

Mon père va venir. Il va nous

aider, j'en suis sûre.

(Le soir venu, ANAÏS et HUGO nourrissent le bébé flamand rose à l'aide d'une seringue.)

[ANAÏS:] Pauvre bout de chou.

Tu n'arrives même pas à boire.


[HUGO:] Allez, moi, je suis sûr qu'il

va tenir le coup, Crachouillon.

Il a l'air faiblard, mais c'est

un costaud.

[ANAÏS:] Euh... Crachouillon?
[HUGO:] Bien, oui, c'est

son petit nom.

(Le lendemain matin, LÉNA et ANGELO se réveillent au chant du coq.)


[LÉNA:] Oh non! On s'est endormis!

(ANGELO accourt auprès de SILA endormi sur le sol.)


[ANGELO:] Sila! Sila!

Réveille-toi.

(Un peu plus tard, M. STEINER arrive au ranch.)

[M. STEINER:] Les enfants, ça y est,

j'ai les résultats de l'analyse

de l'eau et de quoi

améliorer le traitement.


[LÉNA:] Dépêchons-nous.

(Ils courent vers les chevaux sauvages et SILA. Quelques instants plus tard, M. STEINER fait une piqûre à SILA.)

[M. STEINER:] Là, là...

Tu vas t'en sortir.

Le polluant contient des dérivés

d'arsenic. Et ce médicament

va les neutraliser. Ça devrait

s'améliorer d'ici quelques

heures. Je vais m'occuper

des autres chevaux.

Ça ira pour Sila, Angelo,

ne t'en fais pas.

(Pendant ce temps, ANAÏS et HUGO observent le bébé flamand rose.)


[HUGO:] Il va mieux, on dirait.

(Un peu plus tard, M. STEINER examine SILA.)

[M. STEINER:] Voilà, je pense qu'il est tiré

d'affaire maintenant. Pas

encore très vaillant, mais

il devrait vite récupérer.


[ANGELO:] Tu m'as fait très peur,

tu sais. J'ai bien cru que

j'allais te perdre.

(Quelques instants plus tard, les quatre amis accompagnent M. STEINER jusqu'à sa voiture. Le bébé flamand rose les accompagne.)


[ANGELO:] Merci, papa. [M. STEINER:] De rien, ma chérie.

Il m'a l'air de retrouver du

tonus, lui aussi.

[ANAÏS:] Ce Crachouillon, c'est

un vrai pot de colle.


[HUGO:] C'est aussi grâce à mon pull

qu'il est en forme.

(Le bébé flamand rose mord à ce moment le pied d'HUGO.)


[HUGO:] Aïe!
[LÉNA:] Tu sais où en sont les

recherches des gendarmes?

[M. STEINER:] Oh, ils ont fait le tour

des usines de la région.

Malheureusement, ils n'ont pas

trouvé votre camion.

[ANAÏS:] Pourtant, il n'a pas pu

s'envoler.

[M. STEINER:] Sûrement, oui, mais j'ai

bien peur qu'on ne puisse

rien faire.


[LÉNA:] Hors de question. On ne va

pas laisser tomber. Sinon,

qu'est-ce qui les empêchera

de recommencer?

[M. STEINER:] Oui, eh bien,

en tout cas,ce n'est pas à vous

de vous en occuper. C'est une affaire

d'adultes. Allez, je compte

sur vous pour ne pas jouer

les détectives, hein?

(Un peu plus tard, les quatre amis discutent dans la maison du ranch.)


[LÉNA:] On ne peut quand même pas

rester les bras croisés.


[ANGELO:] Pas question qu'il arrive

à d'autres animaux ce qui est

arrivé à Sila.


[HUGO:] Sans me vanter, je devrais

pouvoir trouver rapido toutes

les usines du coin qui rejettent

de l'arsenic. Et après,

on pourrait leur rendre

une petite visite. Même si

les gendarmes sont déjà

passés, on verra peut-être

un truc louche. On ira beaucoup

plus vite si on fait chacun la

moitié des usines.

(Un peu plus tard, les quatre amis quittent le ranch. LÉNA et ANGELO sont sur un scooter. HUGO et ANAÏS sont sur une bicyclette.)


[HUGO:] Ciao! On se tient au courant.

(Un peu plus tard, HUGO et ANAÏS s'arrêtent devant une usine et examinent les camions.)


[HUGO:] C'est pas celui-là,

le pare-chocs est impeccable.

(Pendant ce temps, LÉNA et ANGELO s'arrêtent devant une autre usine et examinent les camions.)


[LÉNA:] C'était pas ce genre

de camion.

(HUGO et ANAÏS s'arrêtent devant une autre usine. Aucun camion ne se trouve dans le stationnement.)


[HUGO:] Peut-être ici.

Au moins, il y a pas foule.

(HUGO et ANAÏS sautent par-dessus la clôture de l'usine. Une caméra de surveillance les filme.)

[ANAÏS:] Bon, il y a rien ici non

plus. On s'en va.

[HUGO et ANAÏS:] Ah!

(Soudain, une porte de l'usine s'ouvre. Un homme sort. L'homme ne les voit pas. HUGO et ANAÏS se cachent.)

[ANAÏS:] Je le reconnais, c'est un

des chauffeurs du camion.


[HUGO:] On est au bon endroit.

Je préviens les copains.

Ils peuvent laisser tomber

leurs recherches.

[ANAÏS:] Viens, on trouvera peut-être

des preuves à l'intérieur.

(ANAÏS entraîne HUGO par la main à l'intérieur de l'usine. Un peu plus tard, ils entrent dans un bureau de travail.)


[HUGO:] Je le sens pas trop.

Qu'est-ce qu'on fait si on

tombe sur quelqu'un?

[ANAÏS:] Bien... on prend l'air

décontracté et on dit

qu'on fait un exposé.

Je surveille. Regarde ce que

tu peux trouver.

(Quelques instants plus tard, HUGO regarde l'enregistrement en direct de la caméra de surveillance qui balaie le stationnement. Il remarque également une carte géographique où se situe une croix rouge. [Soudain, une voix se fait entendre. HUGO plie la carte et la met dans sa poche.)

(LE CONDUCTEUR] [voix hors champ)

Théo! T'es là?

[ANAÏS:] On y va.

(LE CONDUCTEUR aperçoit alors HUGO.)


[HUGO:] Oh!

(HUGO et ANAÏS s'enfuient.)


[LE CONDUCTEUR:] Hé! Vous là!

C'est interdit d'entrer,

vous savez pas lire!


[THÉO:] Hé! D'où ils sortent,

ces gamins?

(Un peu plus loin, HUGO et ANAÏS s'échappent à vélo.)

[ANAÏS:] Vite, Hugo, vite!

(Plus tard, dans le bureau de l'usine, LE CONDUCTEUR, THÉO et LE CHEF discutent.)


[LE CHEF:] La carte ne

s'est pas envolée

toute seule! Ça ne peut être

que ces gamins. Qu'est-ce qu'ils

venaient fabriquer ici?

(Pendant ce temps, LECONDUCTEUR examine les enregistrements de la caméra de surveillance.)


[LE CONDUCTEUR:] Attendez voir.

On les connaît.


[THÉO:] Oh! Mais c'est les gosses

avec les chevaux qu'on a vus

dans le parc.


[LE CHEF:] Après les gendarmes, voilà

les gamins qui débarquent.

Tout ça, c'est pas bon.

Occupez-vous de ces petits

fouineurs.

(LE CONDUCTEUR et THÉO sortent du bureau.)


LE CONDUCTEUR

On va aller jeter un coup

d'oeil au collège du coin.


[THÉO:] Oui.

(Pendant ce temps, à l'intérieur de la maison du ranch, les quatre amis regardent la carte volée. Le bébé flamand rose saisit soudain la carte avec son bec et s'enfuit.)


[HUGO:] Hé, rends-moi ça!

Ah!

(Ils rient en choeur. Le bébé flamand rose rapporte la carte à ANAÏS.)

[ANAÏS:] Merci, Crachouillon. Et si

le grand là-bas, il t'embête,

tu me le dis.


[HUGO:] Bien, il a retrouvé la patate,

le Crachouillon.

(LÉNA pointe la croix rouge sur la carte.)


[LÉNA:] Qu'est-ce que ça peut

être, ça?


[ANGELO:] Bizarre. Ce coin-là, c'est

vraiment le bout du monde.


[HUGO:] Le bout du monde, c'est

la planque parfaite, ça.


[LÉNA:] Demain, on y va après

les cours.

(Le lendemain, au collège, THÉO et le CONDUCTEUR montrent des photos d'HUGO et ANAÏS à différents étudiants. À un moment, THÉO montre la photo à SAMANTHA.)


[SAMANTHA:] Euh... oui, je les connais.

(THÉO a alors un sourire carnassier. Un peu plus tard, LÉNA arrive en scooter sur le ranch. Elle rejoint ses amis quand soudain MISTRAL hennit violemment et se cambre.)


[LÉNA:] Mistral!

(LÉNA approche de MISTRAL.)

Là, tout doux. Qu'est-ce qui

se passe, Mistral? Hum?

(Dans l'enclos, une petite figure de cheval se trouve sur une botte de foin.)

[ANAÏS:] Joséphine. Elle est où,

Joséphine?

Regardez ça.

(À ce moment, le cellulaire d'ANAÏS vibre. Elle répond.)

[ANAÏS:] Allô?
[THÉO:] On tient votre canasson.

Vous avez intérêt à vous tenir

tranquilles. Et surtout, pas un mot.

(THÉO raccroche.)

[ANAÏS:] S'il touche à un seul crin

de Jo, je... je...

Ma Joséphine!


[HUGO:] T'inquiète, Anaïs. On va

la retrouver. On est plus malins

que ces sales types.

[ANAÏS:] Pourquoi ils s'en prennent

à un cheval? Qu'est-ce qu'on a

fait pour qu'ils nous attaquent

comme ça?


[LÉNA:] T'inquiète, Anaïs. On a quand

même leur fameuse carte.


[ANGELO:] Il faut aller voir

ce que ça cache.

[ANAÏS:] À condition de ne pas mettre

Joséphine en danger.


[ANGELO:] Il suffit de ne pas se faire

repérer. Et puis tout n'est pas

perdu, il y a peut-être un

moyen de localiser Joséphine.

(Un peu plus tard, LÉNA et ANGELO cheminent en s'orientant avec la carte. Pendant ce temps, HUGO et ANAÏS sont à la maison du ranch. HUGO fait des recherches sur Internet.)

[ANAÏS:] Tu crois qu'ils vont s'en

prendre à Joséphine?


[HUGO:] Déjà, pas de panique. Tant

qu'on en parle à personne,

ils ne lui feront aucun mal.

[ANAÏS:] Tu en es où?
[HUGO:] J'ai toutes les infos sur

cette usine. Il n'y a plus

qu'à les éplucher. On va

chercher tous les endroits

qui pourraient servir à cacher

un cheval.

(Le soir venu, LÉNA et ANGELO s'arrêtent sur le bord d'un marais.)


[ANGELO:] C'est le bout du monde.

Il y a rien ici.


[LÉNA:] Pourtant, on s'est pas

trompés, c'est bien l'endroit

indiqué.


[ANGELO:] Pour rentrer, on peut couper

par le marais.

(LÉNA et ANGELO cheminent le long du marais quand soudain ils aperçoivent des barils au milieu du marais.)


[LÉNA:] Ah! Une décharge sauvage!

J'enregistre l'endroit

sur mon GPS.


[ANGELO:] L'usine planque ses déchets

toxiques. Voilà pourquoi on a

croisé le camion.


[LÉNA:] Sales pollueurs! Tous ces

produits vont finir par se

répandre. Tu imagines les

ravages sur les animaux

et la nature?


[ANGELO:] On fera tout pour que ça

n'arrive pas.

(Plus tard, LÉNA et ANGELO sont revenus au ranch.)

[ANAÏS:] Mais c'est horrible. C'est

monstrueux! Voilà pourquoi

ils veulent nous faire taire.


[HUGO:] Hé! J'ai trouvé un truc.

L'usine possède une annexe

au milieu de nulle part. Pas

un voisin autour. Ça le fait,

non, pour cacher un cheval?

[ANAÏS:] Ah, Hugo, si ça pouvait

être ça.

(La nuit venue, les quatre amis se rendent à l'annexe de l'usine. Ils ouvrent une porte de garage, puis la referment derrière eux.)


[HUGO:] Je me suis pas trompé.

Voilà déjà un camion

qu'on connaît.

(Le camion au pare-chocs brisé se trouve dans le garage. JOSÉPHINE est seule derrière le camion.)

[ANAÏS:] Joséphine! Tout va bien,

je suis là maintenant. On ne se

quittera plus.

(Soudain, la porte de garage commence à s'ouvrir.)


[ANGELO:] Aïe! On a de la visite.

Planquez-vous!

(THÉO, LE CONDUCTEUR et LE CHEF entrent dans le garage. Les quatre amis se cachent en laissant JOSÉPHINE seule.)


[THÉO:] Qu'est-ce qu'il a à s'agiter

comme ça, celui-là?

(JOSÉPHINE rue et hennit. Cachée tout près, ANAÏS fait signe à JOSÉPHINE d'être silencieuse.)

[ANAÏS:] Chut!
[THÉO:] Il doit y avoir un rat

dans le coin. Les chevaux

aiment pas les rats.

(LE CONDUCTEUR s'approche de l'endroit où sont cachés les quatre amis. Au moment où il s'apprête à les trouver, THÉO l'appelle.)


[THÉO:] Laisse tomber. On doit aller

presto récupérer les bidons.


[LE CONDUCTEUR:] Oui, on a pas intérêt à ce

que les gendarmes mettent

la main dessus.

Allez, en route.


[THÉO:] Oui.

(LE CONDUCTEUR et THÉO quittent le garage dans le camion.)

[ANAÏS:] Ouf! C'était moins une.

(Un peu plus tard, les quatre amis sont en chemin avec JOSÉPHINE.)


[HUGO:] J'ai peur que les pollueurs

mettent les voilent avant

que les gendarmes trouvent

la décharge.


[ANGELO:] En coupant à travers champ

avec les chevaux, on peut y

être rapidement.


[LÉNA:] On y va. Là-bas, on pourra

au moins retarder les pollueurs.

(Les quatre amis partent au galop. Arrivés à l'embranchement d'une route, ils freinent.)


[LÉNA:] Bon, maintenant on se sépare.
[HUGO:] OK, j'espère que notre plan

va fonctionner.

(LÉNA et ANGELO partent d'un côté. HUGO et LÉNA partent de l'autre côté. Un peu plus tard, les deux groupes d'amis travaillent séparément à déplacer des arbres et des branches au milieu de la route. Pendant ce temps, THÉO et LE CONDUCTEUR récupèrent les barils entassés dans le marais. Plus tard, LÉNA et ANGELO attendent le passage du camion. LÉNA reçoit un texto.)


[LÉNA:] Hugo dit qu'ils arrivent.

(Le camion s'approche du tronc d'arbre mis sur la route par LÉNA et ANGELO.)


[THÉO:] Attention! Freine!

(LE CONDUCTEUR freine tout juste devant le tronc d'arbre.)


[THÉO:] Qu'est-ce que ce tronc fiche

au milieu de la route?

(LE CONDUCTEUR fait reculer la camion sur la route, puis prend un autre chemin Un peu plus tard, il freine devant les branches mises sur la route par ANAÏS et HUGO Le CONDUCTEUR dirige alors le camion hors de la route. HUGO saisit son cellulaire.)


[HUGO:] Alerte! Alerte! Le camion

vient de quitter la piste.

Il traverse la campagne

vers la sortie Est. Il va

falloir le suivre.

(Un peu plus loin, les deux gardiens du parc immobilisent leur véhicule.)


PETIT GARDIEN DU PARC

Les jeunes ont vu le camion

couper vers la sortie Est.

On va devoir faire le tour

du parc.

(Pendant ce temps, les quatre amis chevauchent à travers la campagne.)


[ANGELO:] Il me semble qu'il y a

une barrière quelque part

sur la route de sortie. Si on

pouvait la fermer...


[LÉNA:] Je sais où elle se trouve.

En coupant par la roselière

avec Mistral, je devrais

y être à temps.


[ANGELO:] Je viens avec toi.

(LÉNA et ANGELO partent dans une direction.)


[HUGO:] Et nous, on va pas lâcher

ce camion. Allez, Réglisse!

(Quelques instants plus tard, LÉNA et ANGELO galopent à vive allure.)


[LÉNA:] Allez, Mistral. On doit y

arriver avant ce fichu camion.

(SILA ralentit soudain son pas de course.)


[ANGELO:] Vas-y, Léna,

Sila a du mal

à suivre.

(LÉNA dépasse le camion qui se dirige vers la barrière ouverte.)


[LÉNA:] Voilà la barrière. Le camion

ne pourra pas la contourner.

Encore un effort, Mistral!

(Arrivée à la barrière, LÉNA descend de MISTRAL et ferme la barrière. Le camion s'immobilise et THÉO en sort.)


[THÉO:] Sale gamine! Tu vas voir!

(MISTRAL se cambre alors et THÉO tombe sur le dos.)


[THÉO:] Ah! Il est taré, ce canasson!

(Les gardiens du parc et les quatre amis arrivent à ce moment.)


[LÉNA:] Merci, Mistral, t'as été

incroyable.


PETIT GARDIEN DU PARC

Bravo, les jeunes. Il y avait

de quoi polluer la totalité du

parc. Avec ça, ils risquent

d'aller en prison pour

un bon moment.

(Les quatre amis ont un rire gêné. Le lendemain matin, les quatre amis sont sur le bord d'un marais avec le bébé flamand rose.)

[ANAÏS:] Au revoir, Crachouillon. Toi

aussi, va rejoindre tes

copains. Allez, va. On peut

être fiers de nous. On a réussi

à protéger cette nature

magnifique.


[HUGO:] Ah, et dire qu'il suffit de

quelques pollueurs

irresponsables pour détruire

ce fragile équilibre

écologique.

(HUGO termine de boire un breuvage embouteillé, puis jette la bouteille par-dessus son épaule. ANAÏS fronce les sourcils.)


[HUGO:] Ah, je rigole! Oh!

(ANAÏS le plaque au sol.)

[ANAÏS:] À ta place, je ferais pas

le fier. Je te rappelle que

demain, c'est lever à 5 h du

mat pour faire des photos.


[HUGO:] Oh non! J'avais oublié

l'exposé.

(Ils rient en choeur.)

(Début chanson thème)

♪♪♪


CHANTEUR

♪ Léna rêve de grandes aventures

De soleil et d'air pur

Libre comme le vent

D'un petit paradis sur terre

De plaines et de rivières

Bordées par l'océan

Léna se sent pousser des ailes

À la seule vue de son pur-sang

Léna court et part au galop

Léna chante et parle aux chevaux

Et pour Léna

tout ça c'est normal

Léna rit le monde est plus beau

Léna dit je t'ai dans la peau

Et va dans la vie

avec Mistral ♪♪

(Fin chanson thème)

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Âge
  • Catégorie Saison
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par