Image univers Les bleus de Ramville Image univers Les bleus de Ramville

Les bleus de Ramville

L'univers tourne autour des membres du club des fans de l'équipe de hockey local d'une ligue senior semi-professionnelle. Bien qu'affichant des personnalités et des intérêts différents, les quatre membres les plus actifs du club des fans partagent tous une passion qui les unit - le hockey. Et plus particulièrement, le hockey joué par leur équipe, les Radiateurs Dufresne.Propriété de Polo Dufresne, homme d'affaires influent aux moeurs quelque peu douteuses, l'équipe des Radiateurs est un des ...

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

La mills

Le fan-club prépare les cérémonies d’avant-match pour marquer la première partie de la nouvelle saison de hockey des Radiateurs. Maureen veut rompre avec Racette. Julie interviewe McNeil à la radio communautaire. Gordie doit coacher la partie au lieu de Murray. On apprend la fermeture de la Mills qui affecte tout le monde, directement et indirectement.



Réalisateur: Derek Diorio
Acteur: Jean-Marc Dalpe
Année de production: 2010

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Générique d'ouverture


CHRISTIAN et JULIE sont au fan-club, déballant des boîtes de tuques aux couleurs de l'équipe des Radiateurs.


CHRISTIAN

(En prenant une tuque)

Tu me verras jamais porter ça,

jamais.


JULIE

Ah, maudit que t'es

négatif, Christian Guérette.

Ben, moi je trouve que les

couleurs ont super bien sorti.


CHRISTIAN

Ah ça, pour

sortir, elles sortent.


Pendant que CHRISTIAN et JULIE sortent les tuques des boîtes, MAUREEN parle au téléphone avec un ancien joueur de l'équipe.


MAUREEN

Oui.


JULIE

Han, toi, Maureen,

qu'est-ce t'en penses?


MAUREEN

(S'adressant à JULIE)

Chuttt! J'ai Richards, icitte.


JULIE

Richards?!


MAUREEN

Oui …


JULIE et CHRISTIAN tentent de s'immiscer dans la conversation de MAUREEN.


JULIE

Ben, qu'est-ce qu'il y a là?

Il vient plus?


MAUREEN

Non, non...

Euh, pour le transport?


JULIE

Euh...


CHRISTIAN

Quoi?

Payer son transport?

No way, man.


MAUREEN

Sans problèmes.


JULIE

Dis-lui que tu vas t'informer.


MAUREEN

Oui, oui.

Je vais m'informer.


CHRISTIAN

Dis-y que tu t'es informée

là, pis que c'est non.

On est complètement

dans le rouge, man.


JULIE

Dis-lui que la bouffe

est fournie avant

pis après la game.


MAUREEN

Oui, la bouffe est fournie.

Oui.


CHRISTIAN

Mais pas l'alcool.

Dis-y euh, pas l'alcool!


JULIE

(S'adressant à CHRISTIAN)

Prends donc toutte

pour qu'il vienne pas.


CHRISTIAN

Ah, pis dis-y qui

reste donc chez eux

si il n'est pas content.


MAUREEN

Ok. Je pourrais

peut-être négocier ça.


JULIE

Dis-y là, que de tous

les anciens joueurs,

c'est lui qu'on va présenter

À la foule en dernier.


MAUREEN

Oui pis, de tous

les anciens joueurs,

c'est lui qu'on va

présenter à la foule en dernier.


JULIE

Non, pas lui, toi!


MAUREEN

Quoi?

Comment ça, moi?

On va quand même pas

me présenter à la foule.


JULIE

Han?


MAUREEN

Quoi?

Non.

Non, euh non, il

n'y a pas de foule,

il a personne aujourd'hui.


GORDIE et NADINE magasinent des vêtements pour homme. NADINE présente plusieurs pièces de vêtement à GORDIE, pour qu'il les essaye.


GORDIE

(Regardant la pile de vêtements)

Tout ça?


NADINE

Tout ça.


GORDIE tente de diminuer le nombre d'items à essayer.


GORDIE

Tiens, euh prends ça, pis ça.

Va donc dans la cabine

à côté essayer ça,

pis on va sauver du temps.


NADINE

Non, Gordon.

Tu vas prendre le temps.

Mais, tu vas pas arriver

là à soir habillé comme

un vendeur de chars usagés.


GORDIE

Ben là Dine, c'est

parce que je suis

un vendeur de chars usagés.


NADINE

Pas à soir.

À soir, t'es une

ancienne vedette de la Ligue

de hockey de l'Ontario.

Hmm?


GORDIE entre dans une cabine d'essayage.


NADINE

Pis, il va avoir plein

de monde là de hockey.

Pis pas juste des gens de notre

petite ligue senior régionale.

Pis là, commence avec le

pantalon noir et la chemise.


De retour au fan-club. MAUREEN est toujours au téléphone.


MAUREEN

Merci.

Bye.


MAUREEN raccroche.


MAUREEN

Ah!

Haille, ça a tout pris

mais il va être là.


JULIE

C'était quoi l'idée de lui

promettre une boîte de tuques?


MAUREEN

Bon.


JULIE

Ça fait que là umm,

on a Richards, McIntyre,

Larose pis Gordie.

Haye!

Quatre anciens capitaines.

Ben, on n'aura jamais eu

autant d'invités prestigieux

À un match d'ouverture.


Le téléphone de MAUREEN sonne.


CHRISTIAN

Tiens, Richards qui rappelle.

Il veut des foulards

qui matchent les tuques.


MAUREEN

Allô?

Gordie?


CHRISTIAN

C'est ben le temps

d'appeler, tout est fait.


GORDIE est toujours dans la cabine, en train d'essayer des vêtements.


GORDIE

(Chuchotant)

Écoute, Maureen, je suis coincé

dans euh ... avec un client.

Je pourrai pas passer

au fan-club ... Non.

Polo?

Comme c'est là, je lui

ai pas parlé encore.


MAUREEN

On s'en occupe.


GORDIE

(Chuchotant)

Ok, bye.


CHRISTIAN

Je le savais.


JULIE

Il peut pas?


MAUREEN

Ben.


CHRISTIAN

C'est lui le

président du fan-club?

C'est lui le propriétaire

minoritaire du club?

Bon ben, c'est à lui

de parler à Dufresne.


MAUREEN

Haye.

Dans le fond, c'est simple.

Il faut juste que quelqu'un du

fan-club aille voir Dufresne

pour lui dire qu'il

nous manque 1000 piastres

pour la cérémonie d'ouverture.


JULIE

Et?


MAUREEN

Et ... qu'on trouverait

ça cool qu'il nous le donne.


MAUREEN sort un t-shirt moulant d'une armoire et le place sur elle, lui donnant une allure sexy.


JULIE

Hmm, assez simple.


MAUREEN

C'est ça que je dis.

(Chuchotant)

Je vais aller me changer.


NADINE attend que GORDIE sorte de la cabine, avec les vêtements essayés sur le dos.


NADINE

Ça vient?


GORDIE

Ça vient.

C'est juste, j'ai

comme un doute.


NADINE

Ben, laisse voir.

Montre.


GORDIE sort de la cabine.


NADINE

Ben, les pantalons

matchent la chemise.


GORDIE

Oui, je le sais.

C'est moi qui matche pas.


NADINE

Ahhh.


NADINE sort la chemise des pantalons de GORDIE.


GORDIE

Dine.


NADINE

Beaucoup mieux.


GORDIE

Oui.


MAUREEN et JULIE discutent dans un couloir de l'aréna.


JULIE

C'est Dufresne qui te stresse?


MAUREEN

C'est Mike.


JULIE

Haye, tu lui as rien

dit toujours, han?


MAUREEN

Non.


JULIE

Ok. On s'est

entendues là-dessus.

Tu dis rien, t'attends

après la game d'ouverture.

Tu penses à l'équipe d'abord.


MAUREEN

Haye, je suis une

fille honnête, moi.

Quand je laisse un

gars, il est toujours

le premier à le savoir.


JULIE

Ben voyons Mau.

Moi je suis au courant,

Christian est au courant,

quasiment tout le

fan-club le sait.


MAUREEN

Vous autres c'est pas pareil.


JULIE

Ben, je comprends même pas

pourquoi tu veux le laisser là.

Il est super fin avec toi.

Haye, il fait la cuisine.


MAUREEN

Oui, spaghetti,

lasagne, tortellini.

Toujours les trois

mêmes affaires.


JULIE

Haye, il t'abonne

À plein de revues.


MAUREEN

Ah, Sports Illustrated?

Hockey News?


JULIE

Il te prête son char.


MAUREEN

Ah, une manuelle!

Il pourrait pas

conduire automatique,

comme tout le monde.


JULIE

Haye, c'est pas

des raisons valables

pour laisser un gars, ça.


MAUREEN

Tu veux des raisons valables?

Je vais t'en donner,

des raisons valables.

Il m'énerve!

Tout ce qu'il fait m'énerve.

Sa, sa façon de

mastiquer sa nourriture.

De, de faire

craquer ses doigts.

Ah.

Pis, d'éternuer sans

jamais donner d'avertissement.


JULIE

Ah, ok, ben oui, parce que

toi là, quand tu vas éternuer,

tu dis umm, attention,

je vais éternuer.


MAUREEN prend ses distances, en continuant de marcher seule.


JULIE

Ah, Mau.


Alors que les filles arrivent près de la glace, elles croisent JACK et DAVE.


JULIE

C'est Dave McNeil.

Au secours.

(S'adressant à JACK)

Umm, Monsieur Murray.


JACK

Ginette.


JULIE

Non euh, c'est Julie.

Est-ce que ça marche

toujours pour l'entrevue

À la radio, demain?


JACK

Je t'ai dit oui, non?


JULIE

Euh, ben oui.


JACK

Quand je dis oui, c'est oui.

Pas besoin de me redemander.


JACK et DAVE quittent. JULIE a un grand sourire aux lèvres.


MAUREEN

Christie qu'ils ont l'air bête.

(Fixant le visage de JULIE)

Ah, ben là, reviens-en.

T'as un peu de bave, ici.


MAUREEN et JULIE rencontrent POLO dans son bureau. MAUREEN est maquillée, et vêtue de manière sexy.


POLO

C'est parce que,

les petites filles,

je suis pas trop votre logique.

Vous me dites uh, que tout va

bin, que vous avez le matériel,

les confirmations du

maire, des anciens joueurs,

que tout va être prêt à temps.

Vous êtes quand même pas venues

jusqu'ici pour me dire ça?


MAUREEN

On est mille

piastres dans le trou.


POLO

Ah.


MAUREEN

Ah.


POLO

Vous savez ce que

j'ai dit aux papiers

quand j'ai acheté c'te

club-là v'là cinq ans?


MAUREEN

Que vous alliez changer le

nom de l'équipe des Bleus

pour qu'ils s'appellent

les Radiateurs.


POLO

Avant ça.


JULIE

Ben, que vous vous attendiez

pas à faire de l'argent.


MAUREEN

Mais que vous aviez pas

l'intention d'en perdre.


POLO

Bingo!

Sauf là là, ça fait deux

ans que je perds de l'argent

avec les Radiateurs,

pis j'aime pas ça.


JULIE

Ben, l'aréna est plein

à quasiment chaque game.

Vous arrêtez pas d'augmenter

le prix des hot-dogs pis

de la bière, pis euh,

À part Dave McNeil là,

nos joueurs sont dans

les moins payés de la ligue.


POLO

Haye, t'es-tu en train de

m'accuser d'être un maudit

menteur, toi là là?


MAUREEN

Juste dans une seule émission,

savez-vous combien de fois elle

dit Radiateurs Dufresne

ou Dufresne Radiateurs?


POLO

C'est de la radio

communautaire.

Il y a personne qui écoute ça.


MAUREEN

Ah non?

Haye, son show ramasse

53% des parts de marché.


MAUREEN s'avance vers le bureau, en faisant les yeux doux à POLO.


POLO

Mille piastres euh,

c'est hors de question.


Le téléphone de POLO sonne.


POLO

(Répondant au téléphone)

Dufresne.

Simonac. C'est sérieux, ça.

Ah, donne-moi une seconde.

(S'adressant aux filles)

Là là, j'ai le maire

icitte dedans, hmm.

Ça fait que, on va jaser

de ça une autre fois, han.

Bye!


En quittant le bureau, MAUREEN fait un clin d'oeil à POLO, qui n'est pas insensible au geste.


POLO

(Reprenant le combiné)

Ah, oui oui, je suis là.


CHRISTIAN et JULIE croisent MIKE à la sortie de l'usine. Les travailleurs ont tous l'air moroses.


JULIE

Shit.

V'là Mike.

Haye, il a pas l'air

de ben aller han.

Combien tu gages que

Maureen lui a parlé?

Non, il a l'air de quelqu'un

qui sait quelque chose.


CHRISTIAN

Ben non, il sait rien là.

Relaxe.


JULIE

Je vais craquer, je le sens.

Haye, moi là, toutte

me paraît dans la face.

Il va me voir là, pis il

va savoir tout de suite

que quelque

chose est pas normal.

Ahh.

Je vas craquer.

Je vas tout lui dire.


CHRISTIAN

Ferme ta trappe, pis

laisse-moi faire.


MIKE passe devant CHRISTIAN et JULIE.


MIKE

Salut.


CHRISTIAN

Ça va?


MIKE

Ça va.


JULIE

Ben, t'es sûr que ça va?


MIKE

(En s'en allant)

En fait, ça va

ordinaire, pis euh,

j'ai pas le goût d'en parler.


CHRISTIAN

Heille!

Qu'est-ce que tu fais?


MIKE

Je rentre chez nous.


JULIE

Qu'est-ce qui se passe?


MIKE

Vous verrez ben.


MIKE

(Éternuant)

Atchoooo!


JULIE et CHRISTIAN sont accoudés au bar du O'Malley's, pendant que MAUREEN sert des clients.


JULIE

Ils n'ont pas le droit de

nous mettre à la porte!

On a juste à faire

un recours collectif.


CHRISTIAN

Come on, Lachance, réveille.

La Mills met le

cadenas dans la porte.

Ils câlissent le

camp au Mexique.

C'est fini.

Oublie ça.

Toi au moins, tu peux

retourner vivre chez ta mère.


JULIE

Heille, écoeure pas, ok?


CHRISTIAN

Mais moi, je fais quoi, han?

Où c'est que je vais retrouver

une job comme celle-là?


MAUREEN

Ben là, t'arrêtais pas

de chialer contre ta job,

Christian Guérette.


CHRISTIAN

Regarde ma belle,

il y a des clients

qui te demandent là-bas.


CHRISTIAN

Où s'est que je

vais retrouver une job

avec des bénéfices

comme j'avais?

Qui s'est qui va payer mes

médicaments, mon dentiste?


JULIE

Ok, Christian, t'as gagné.

Il y a 500 personnes qui

viennent de perdre leur job là,

mais c'est pour toi

que c'est le pire.

T'es-tu content là?


GORDIE fait son entrée dans le bar. Il porte la chemise qu'il a essayée avec NADINE plus tôt.


GORDIE

Je suis venu dès que j'ai su.


CHRISTIAN

T'en vas-tu danser

la salsa, man?

Ces chemises-là ont

été à la mode pendant

2 semaines dans les années 80.


GORDIE

Très drôle.


MAUREEN arrive sournoisement par derrière, ajustant la chemise de GORDIE.


GORDIE

Maureen.


MAUREEN

C'est mieux de même.


GORDIE

Merci.


CHRISTIAN

T'es pas à ton souper

de big shots, toi?


GORDIE

On est en chemin.


JULIE

Nadine est pas avec toi?


GORDIE se fait klaxonner par une auto dans le stationnement.


GORDIE

C'est plate pareil ... Comment?

... Ça va vous autres?


CHRISTIAN

Ah, on avait la face basse,

mais là on a vu ta chemise,

pis euh, ça va beaucoup mieux.


GORDIE

On lâche pas han.


JULIE

On lâche pas.


GORDIE quitte le bar.


Alors que GORDIE et NADINE sont toujours couchés, WAYNE et AMÉLIE viennent les réveiller.


WAYNE

Dépêche, papa,

il est six heures.


AMÉLIE

M'an!

Faut que tu me

fasses les cheveux!


NADINE

Vos chambres sont-tu faites?


NADINE se lève.


NADINE

Gordon, j'ai pas beaucoup

dormi cette nuit.

Mais j'ai réfléchi par exemple.

Notre avenir est pas ici.


GORDIE

Il est quelle heure, là?


NADINE

Une place comme ici peut pas

se relever d'un coup comme ça.

Pis c'est pas parce que

t'as ton propre commerce

pis que moi je suis

directrice d'école qu'on,

qu'on est à l'abri de

ce qui peut arriver.


GORDIE

Les enfants ont

du hockey à matin.

M'a aller les réveiller.


NADINE

Tous ceux qui étaient

au souper hier,

ils vont être à

l'aréna ce soir, han?

Richards?

L'ancien président de

la ligue junior majeure?

Mais, ça va être le temps

de leur parler pour vrai.


GORDIE

Ben là, Dine, on leur a parlé

hier soir, toute la soirée là.


NADINE

Non, Non, vous avez parlé

de la fermeture de l'usine,

de, des Radiateurs, de Ramville.

Là, ça va être le temps de

leur parler des vraies affaires.


GORDIE

Quelles vraies affaires?


NADINE

Ben, des ouvertures pour

toi dans le hockey organisé.

Il a des gars là-dedans

qui ont des plogues

partout dans le hockey.

Le junior, la Ligue américaine,

umm la Ligue nationale.

Imagine un gars

comme toi au marketing

d'une de ces équipes-là.


GORDIE

Me semblait qu'on

avait réglé ça,

toutes ces affaires-là, Dine.

Han?

On est bien installés ici.

J'ai mon commerce,

toi, ta job à l'école,

les enfants ont leurs

amis, leurs sports.

Pis on a les Radiateurs.

Qu'est-ce qui

nous faut de plus?


NADINE

T'oublies un détail.

Le principal employeur de la

ville vient de sacrer le camp!


GORDIE

Pis? Ça change quoi ça, Dine?


NADINE

Ça, c'est comme être dans le

milieu d'un lac, Gordon, hmm.

Sois tu nages ou tu coules.


JULIE et MIKE prennent un petit déjeuner au O'Malley's.


JULIE

(S'adressant à MAUREEN)

Haye, il paraît qu'ils

vont nous garder encore

sur le payroll trois mois.

Pis tout ce qu'on a à faire

là, c'est d'aller à des cours.


MIKE

Ah.

C'est pas avec des cours que

m'a payer mes bills, moi là.


MAUREEN

Des cours de quoi?


JULIE

Ben euh, comment

faire du networking,

passer une entrevue,

comment faire un CV.


MIKE

Du networking?

C'est-tu comme un programme

Internet, ça genre?


MAUREEN

Est-ce qu'ils vont

vous aider à vous remettre

sur place, vous faire une...


MIKE éternue, interrompant la conversation.


MIKE

Atchooo! !

Ah.

S'cusez.

Excusez euh, la

nature m'appelle.


MAUREEN

Je le savais que j'aurais

dû lui dire tout de suite

que je le quittais.

Haye, je suis dans la

marde pis c'est de ta faute!


JULIE

Comment ça, de ma faute?

C'est toi qui m'as dit

d'attendre après la game.

Là ben, il a perdu sa job

pis il est full depressed.

Haye, il a pas cuisiné

hier soir, hmm.

Il a coupé mon

abonnement à Hockey News,

et c'est à peine si il a

pas mis son char en vente.

Comment je vais faire pour lui

annoncer ça maintenant, sans ...


JULIE

Passer pour une chienne finie?


MAUREEN

Ouin, sans passer pour

une chienne finie.


JACK est au garage, essayant de vendre son auto à GORDIE.


GORDIE

J'apprécie ben gros que

t'es venu me voir, mon Jack.

Tu le sais que j'aurais

aimé te donner un bon prix

pour ton Jeep.


JACK

Un Cheerookee quasiment de

l'année, je te l'rappelle.


GORDIE

C'est juste que tu

tombes mal en maudit.

Juste à matin, trois

véhicules qu'on achète.


HENRI-PAUL

Toutte des gars de la

Mills à part de ça.


GORDIE

Désolé, Jack.

Désolé pour ta job aussi, han.


JACK

Hey, inquiète-toi pas pour moi,

j'ai ben des offres de job.

Non, non, le char, ç'a rien

À voir avec la Mills ça.

C'est juste que ma femme, elle

trouve ça trop gros à conduire.

Tu sais comment

sont les femmes.


GORDIE

Pis umm, tu penses-tu que

les gars vont être capables

de rester focusés

sur la game ce soir?


JACK

Haye, on est des

professionnels, oui ou non?


GORDIE

En fait, des

semi-professionnels.

Mais y a une chose Jack :

vous avez des attitudes

de professionnels, han.

On s'en parle bientôt.


JACK dirige un entraînement sur la glace, avec plusieurs joueurs. JULIE les observe.


MÈRE DE JULIE

Attends pas de te trouver

une autre job ma Juju.

Tantôt, il y en aura plus.

Ah oui, pis je voulais dire

aussi ta chambre est prête.

J'ai remonté ton lit.


JULIE

Ben là, m'man.

J'ai mon appart.


MÈRE DE JULIE

Arrive sur terre,

ma petite fille.

T'as plus les moyens de

te payer un appartement.


JULIE

J'ai trois mois de salaire

garantis avec la Mills.

Pis de toute façon, je vais

m'en trouver une autre, job.


MÈRE DE JULIE

Oui?

Pas pour te décourager,

mais avec tous les congés

de maladie à ton dossier ...

Non mais c'est vrai, à chaque

printemps tu tombes malade,

comme par hasard juste quand

les éliminatoires commencent.


JACK donne des solides coups de bâton sur la bande, en engueulant les joueurs.


JULIE

Voyons, qu'est-ce qui

se passe en bas, là?


MÈRE DE JULIE

Quand est-ce que tu vas arrêter

de consacrer tout ton temps

À ce fan-club insipide?

Pis ton émission de radio,

tu travailles comme bénévole,

je te le rappelle.


JACK

(S'adressant aux joueurs)

Gang de fuckés!


JULIE

Où est-ce qu'il s'en va, lui?

Murray vient de

quitter la glace!


JACK est dans son bureau, en train de boire. JULIE le rejoint.


JACK

Maryse.


JULIE

Euh, c'est Julie.

Euh, c'est pour

l'émission de radio.


JACK

M'a te donner un lift.


JACK se sert un autre verre.


Au bar, JULIE raconte sa mésaventure, entourée de CHRISTIAN et GORDIE.


CHRISTIAN

Regarde, ça sera

pas la première fois

que Murray coache saoul.


JULIE

Oui ben là, c'est parce

que il est vraiment saoul.


GORDIE

Qu'est-ce que tu veux

dire, vraiment saoul?


JULIE

Ben, il s'est accroché à mon

chandail de hockey en braillant

jusqu'au stationnement pour

que je lui fasse une offre

sur son Jeep Cherokee.


GORDIE

Bon, ok.

Il est vraiment saoul.


CHRISTIAN

On est dans marde.


GORDIE

Je vais aller voir si je peux

pas le remettre d'aplomb, ok.


JULIE

Haye!

Si tu le trouves pas, tu

checkeras sous le bureau.


MAUREEN

Fait que là on fait quoi?


JULIE

Ben, on fait dur.

Haye, on n'a pas de coach pour

le match d'ouverture à soir pis

euh, moi là, j'ai pas d'invité

pour venir à mon émission

de radio qui commence

dans 90 minutes.


CHRISTIAN

M'a y aller à

ton émission, moi.


JULIE

Ah oui, merci, c'est gentil.


CHRISTIAN

Comme ça, le monde va

entendre l'opinion

du vrai monde pour une fois.


JULIE

Christian, merci

comme dans non merci.


MAUREEN

Invite donc Dave McNeil, tiens.


JULIE

Dave McNeil?

T'es-tu malade?

Non, non.

J'invite pas Dave McNeil, là.


CHRISTIAN

T'as peur de ce que

je pourrais dire?

T'as peur?

T'as peur que je

sacre en ondes, stie?


JULIE

J'ai pas peur, là,

je suis pas prête.

Pis de toute façon, où

est-ce que je vais le trouver

À cette heure-ci, moi là?


MAUREEN siffle très fort dans le bar, question d'attirer l'attention de DAVE.


MAUREEN

Dave!

Viens me voir.

Tu vas passer à la radio.


CHRISTIAN

Fait que, tu m'invites-tu

ou tu m'invites pas là?


JULIE

Ben là.


JULIE est dans un studio de radio, animant une émission en direct. DAVE répond à ses questions.


DAVE

Ben, écoute, tu sais,

c'est sûr que c'te match-là

est ben importante

pour nous autres, han.

Je veux dire,

contre les Mustangs,

toutes les matchs

sont importants.


HERVÉ, le metteur en ondes de l'émission, glisse un mot à l'oreille de JULIE.


HERVÉ

(S'adressant à Julie dans ses écouteurs)

Come on, t'es pas game

d'y donner ton numéro

de téléphone en ondes.


JULIE

Euh, Dave umm, quelle

genre de préparation on fait

pour un match comme

celui de ce soir?


DAVE

Ben euh, nous autres,

on joue au hockey, han.

Je veux dire on a un plan

de match pis on le suit.

Pareil pour

une première game comme

pour une game des playoffs.


HERVÉ

(S'adressant à Julie dans ses écouteurs)

Ronnn. Ronnn.


JULIE

Oui mais ce soir, c'est

quand même spécial, han,

considérant ce qui se passe

dans la ville, euh ...


DAVE

Ben c'est sûr qu'on va essayer

de sortir forts et que …


JULIE

(Interrompant DAVE)

Dans le fond, ce que tu

nous dit c'est que ce soir,

les Mustangs sont

mieux de bien se tenir.


HERVÉ met une publicité en ondes par mégarde, déstabilisant JULIE et DAVE qui, n'y s'attendaient pas.


NARRATEUR (Voix de publicité)

Les Radiateurs Dufresne!

Quand on a besoin de

réparations, il n'y a ...


Écoutant l'émission de JULIE au O'Malley's, MAUREEN éteint la radio. Plusieurs joueurs des Radiateurs, dont MIKE, sont attablés. Ils boivent de la bière allègrement.


MAUREEN

(S'adressant à CHRISTIAN)

Haye, je te dis

qu'eux-autres là,

je devrais arrêter

de les servir.

La game est dans deux heures.


CHRISTIAN

Tu veux je te dise

ça va être laid à soir.

Les gars vont en

manger une maudite.

Pire que ça, si les Mustangs

nous défoncent tout de suite en

partant là, il pourrait y avoir

du grabuge dans les estrades.

Avec tout ce qui se passe

dans Ramville depuis hier,

tout est en place

pour une émeute.

L'émeute Maurice Richard là,

ça sera plus rien à côté de ça.


MAUREEN

Haye, ça pas de bon sens!

Faut que quelqu'un

fasse de quoi.


CHRISTIAN

Ben là.

Tu penses pas à

Gordie, quand même.


GORDIE rejoint les joueurs au O'Malley's. Il s'adresse à eux, livrant un long discours.


GORDIE

Les gars, vous me connaissez

comme le propriétaire

minoritaire du club, comme

le gardien de but qui a battu

un record de blanchissages dans

la Ligue de hockey de l'Ontario.

Ou comme le gars qui a été

repêché en première ronde

par le Canadien.

Mais c'est pas de

ce gars-là que je veux

vous parler cet après-midi.

C'est du p'tit gars de dix

ans à qui avait jamais rien

d'intéressant qui lui

était arrivé jusqu'au jour

il a fait un long

voyage avec son père voir

une game de hockey au Forum.

Haye, ce soir-là y avait

Guy Lafleur qui avait l'air

tout seul sur la patinoire.

Après ça, la vie du

p'tit gars a changé.

Han?

Il s'est mis à rêver au

hockey matin, midi, soir.

Là, il avait un

but dans la vie.

Il y a ici à Ramville du monde

qui sont pas mal découragé

depuis hier après-midi, ou

bien ils ont plus de job,

ou bien c'est leur père, leur

frère, leur chum, leur blonde.

Mais là, il leur reste

quelque chose de certain

dans leur vie :

leur équipe de hockey!

Hmm?

Depuis des années, cette

équipe-là leur met un smile

dans la face!

Hmm?

C'est sûr comme anciens

employés de la Mills,

vous avez le droit d'être

déçus, découragés même.

Mais comme Radiateurs, ça,

vous avez pas le droit.

Vous pouvez pas laisser

tomber les gens qui, qui,

qui se couche le soir en

pensant à la game qui vient

de finir ou à

celle du lendemain.

Les Radiateurs icitte, c'est

plus que juste du hockey,

c'est quelque chose qui aide

les gens d'icitte à vivre!

Excusez-moi.


MIKE

Mais là, Murray va-tu

être capable de coacher?


GORDIE

On traversera la rivière

quand on sera rendus là.

Han?

En tout cas, ramassez vos

affaires pis envoye à l'aréna.

Han?!

On a une game à soir.


LES JOUEURS

(En trinquant)

Yeah!


De retour au studio. JULIE poursuit son entretien avec MIKE.


JULIE

N'oubliez pas, les cérémonies

d'avant match débutent

À 6h30 et je le répète, les 500

premiers spectateurs recevront

une magnifique

tuque aux couleurs

des Radiateurs Dufresne.

Et umm, ben, pour remercier

notre invité spécial

aujourd'hui, j'ai décidé de lui

en offrir une, juste pour lui.

Umm, Dave.


En voyant la tuque de couleur rouge criard, DAVE s'esclaffe. Il quitte le studio, n'emportant pas la tuque avec lui.


Malgré l'annonce de la fermeture de l'usine le jour même, l'aréna est plein pour le match d'ouverture. Les Radiateurs l'emportent 2-0. Après la rencontre, des partisans de l'équipe se rassemblent au fan-club, célébrant la victoire des leurs.


GORDIE

Monsieur le maire.


JEAN-GUY

Regarde le monde: on dirait

qu'ils ont oublié tout le reste.


GORDIE

C'est ça que ça fait le hockey.


JEAN-GUY

On va espérer que ça dure.


GORDIE

Oui.


Fâché, POLO fait son entrée dans le fan-club, tenant des papiers dans ses mains.


POLO

(S'adressant à GORDIE)

C'est quoi, ça, tabaslaque!


GORDIE

Bonne soirée Polo.


JULIE

Ça euh, bon euh ben,

ce sont euh, des euh ...


CHRISTIAN

Je le sais pas.

On dirait du papier.


POLO

Très drôle, le smatte.

Ça là, c'est les

factures que vos joueurs

invités m'ont laissées.

Il me semble qu'on s'était

entendu zéro per diem.


CHRISTIAN

Sauf que zéro per diem,

umm zéro invités, hmm.


POLO

Vous avez pas fini

d'entendre parler …


GORDIE interrompt POLO et s'adresse à voix haute aux fans entassés dans le fan-club.


GORDIE

S'il vous plaît!

Tout le monde!

Pardon.

J'aimerais souligner la

généreuse contribution du

propriétaire majoritaire,

Monsieur Polo Dufresne,

sans qui, les cérémonies

de ce soir n'auraient

pas pu s'organiser.

Monsieur Polo Dufresne.


La foule applaudit POLO.


POLO

Hey!


ANCIEN JOUEUR

Merci, Polo.

Comment ça va?


POLO

Ça va bien.


ANCIEN JOUEUR

(Tendant un papier à POLO)

Les bills.

Très généreux.


MAUREEN attend MIKE, à la porte du vestiaire.


MIKE

Allô, ti-loup.

Tu voulais me voir?


MAUREEN

Oui.

Umm, bon, écoute, euh ...

je voulais juste te dire que ...


MIKE

Qu'est-ce qu'il y a?


MAUREEN

Euh, je voulais juste te

dire euh, euh, savoir si umm,

si c'était chez moi

ou chez toi ce soir.


MIKE

Ben, chez moi.

Je vas faire des tortellinis.

Ok?

Ok, à tantôt.

Bye.


Générique de fermeture

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison

Résultats filtrés par