Image univers Les bleus de Ramville Image univers Les bleus de Ramville

Les bleus de Ramville

L'univers tourne autour des membres du club des fans de l'équipe de hockey local d'une ligue senior semi-professionnelle. Bien qu'affichant des personnalités et des intérêts différents, les quatre membres les plus actifs du club des fans partagent tous une passion qui les unit - le hockey. Et plus particulièrement, le hockey joué par leur équipe, les Radiateurs Dufresne.Propriété de Polo Dufresne, homme d'affaires influent aux moeurs quelque peu douteuses, l'équipe des Radiateurs est un des ...

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Le déménagement

Maureen et Racette déménagent ensemble. Un divan italien et une rondelle de hockey créent des vagues. Le héros de Julie perd des plumes. Alors que l’on espère que la Mills sera peut-être vendue, Polo apprend à Gordie que l’équipe fera partie de la vente.



Réalisateur: Derek Diorio
Acteurs: Stéphane Paquette, Jean-Marc Dalpe, Renée Aubin, Miriam Cusson, Christian Laurin
Année de production: 2010

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Générique d’ouverture


On se retrouve dans la loge du fan-club avec JULIE, assise au bureau. MAUREEN arrive et ouvre un casier.


MAUREEN

Hé, Julie.


JULIE

Mau? Ben, qu'est-ce

que tu fais là?


MAUREEN

Ben, je suis venue chercher

du masking tape pis un gallon

à mesurer pour le déménagement.

Tiens. J'en ai ici.


JULIE

Haye, tu veux toujours qu'on

soit là à neuf heures demain?


MAUREEN

Oui, merci.

Ben, que c'est tu

fais icitte, toi?


JULIE

Ah! Ben, j'ai eu une idée

pour mon émission de radio.


MAUREEN

Ouan.


JULIE

Je me suis dit que ça

pourrait peut-être devenir plate

de toujours entendre parler

du côté technique du hockey.

Ça fait que, je me suis dit que

je pourrais faire quelque chose

d'un peu plus genre « people »,

tu sais, « human interest ».


JULIE tient dans ses mains un tableau blanc où elle a dessiné un schéma.


MAUREEN

Comment tu vas faire ça?


JULIE

Ben je pourrais rencontrer

les joueurs un par un,

pis ils pourraient venir nous

parler de leur vie personnelle.

Han? En tout cas, ça vaut la peine

d'en essayer au moins un.


MAUREEN

Au moins un, han?

Pis, j'imagine que tu sais

déjà avec qui tu vas faire ça.


JULIE

Ah ben, je veux dire, Dave là,

c'est le capitaine, pis...


MAUREEN

Pis t'haïrais pas ça

t'en servir comme cobaye,

han, pour faire du

« human interest » avec lui.


JULIE

Ben non, c'est juste que c'est

le capitaine pis quand qu'on

fait des affaires de même,

ben, c'est au capitaine

qu'il faut demander en premier.


MAUREEN

Hmm, de quoi tu vas lui parler?


JULIE

Ben, je pensais commencer

avec son slap shot.

Il me semble qu'il est

plus fort ces temps-ci.


MAUREEN

Ouan, c'est ben personnel, ça.


JULIE

Ça me gêne un peu.


MAUREEN

Pis tu veux faire du people?

Regarde, avec Dave là,

c'est pas compliqué.

Commence par lui demander

comment ça se fait

qu'il est si bon, pis il va

remplir ton émission au complet.


JULIE

Ha! Très drôle.


MAUREEN

Merci là.


JULIE

Bye.


MAUREEN

Bye.


On se retrouve dans un camion de déménagement dans lequel ALEX et MIKE transportent un divan. MCNEIL est là aussi.


ALEX

Je te dis qu'il est

malcommode ce divan-là.


MIKE

Fais attention.

C'est un set italien,

il m'a coûté une beurrée.


MCNEIL

Ouan, c'est quoi cette idée

là de déménager en hiver là?


MIKE

Parle-m’en pas.

J'y ai dit à Maureen que

ça serait ben plus facile

si on faisait ça au printemps,

mais les femmes, tu sais?


ALEX

En tout cas Mike, t'es ben

chanceux de déménager avec une

belle fille comme Maureen,

elle est fine à part de ça.


MIKE

Haye toi là, contente-toi

d'arrêter des pucks pis laisse

ma blonde tranquille.


CHRISTIAN entre dans le camion avec une boîte.


MCNEIL

Haye condon'c bonhomme,

on n'avait pas dit qu'on

était pour entrer

les boîtes en dernier?


CHRISTIAN

Ben quoi?

Quelle différence que

ça peut ben faire?


ALEX

Ben, c'est juste parce qu'on

ne veut pas avoir de boîtes

dans les jambes pendant

qu'on déménage les meubles.


MIKE

C'est correct, c'est correct.

Laisse ça là là.


CHRISTIAN

Non, non, c'est correct.

Je peux aller la

remettre en dedans.


MIKE

Non, non, c'est correct.

Ah oui, pis, pendant que

t'étais en dedans Maureen

a appelé, pis elle a dit

qu'elle aurait besoin

d'un homme pour leur

donner un coup de main.

C'est toi ça.


CHRISTIAN

Ah?


ALEX

Ouan, vas-y.

Écoute, on va trouver une façon

de se débrouiller sans toi.


CHRISTIAN

OK. Ben, je vais vous

retrouver là-bas d'abord.


CHRISTIAN reprend la boîte et repart.


ALEX

Haye, je te dis qu'il y en

a qui ont pas le tour, han?


MCNEIL

Bon débarras.


MIKE

Au moins, il nous a

donné un coup de main

à paqueter les boîtes.

Let's go, il en reste à faire.


On se retrouve chez GORDIE qui est au téléphone. NADINE le regarde d' un air intrigué.


GORDIE

... oui, mais

tout de suite, là?

... Non, non.

C'est que j'avais quelque

chose de prévu, c'est tout ...

Ah oui?

Euh, ben OK.

Euh, j'arrive là.

Ou-oui!


NADINE

Mais, c'était qui?


GORDIE

C'était le maire.

Il faut que j'aille

à une réunion.


NADINE

Tout de suite, là?


GORDIE

Oui.


NADINE

Ben pourquoi?


GORDIE

La Mills a peut-être

trouvé un acheteur.


NADINE

Han?


GORDIE embrasse NADINE et part. NADINE affiche un air ahuri.


On se retrouve chez MAUREEN qui discute avec JULIE.


JULIE

Pis? Il va-tu falloir que

je commence à t'appeler

Madame Racette astheure?


MAUREEN

Heille, on fait juste déménager

ensemble han, on se marie pas.


JULIE

Ben Mau, t'es-tu sûre que

t'as laissé assez de place

pour passer, ici là?


Au sol, du ruban adhésif délimite l'emplacement des futurs meubles.


MAUREEN

Oui, oui, j'ai tout mesuré ça.


JULIE

Ben, t'es-tu sûre

de tes mesures?

Parce que ça me

semble un peu petit là.


MAUREEN

C'est un peu serré

là, mais tout rentre.

La machine à exercice va là,

le divan italien va là, pis ici,

je vas mettre ma table à café.


JULIE

Ah. Ouan.

J'ai toujours pensé qu'elle

irait ben avec son divan.


MAUREEN

Même si elle n'est

pas italienne là.


CHRISTIAN entre dans l'appartement.


CHRISTIAN

Allô!


JULIE

Han? Christian!


MAUREEN

Hey! Le camion

est-tu déjà arrivé?


CHRISTIAN

Non, non. Je suis venu

vous donner un coup de main.


MAUREEN

Ah, ben c'est fin, mais ...


JULIE

Mais, pourquoi?


CHRISTIAN

Ben, t'as pas

appelé Mike, tantôt?


MAUREEN

Non, pourquoi?


CHRISTIAN

Ah, les maudits.


JULIE

Ben, qu'est-ce qu'il y a, là?


CHRISTIAN

Ah ces maudits jocks-là.

Juste parce que ça

joue au hockey là,

ça se pense plus

fort que les autres!


JULIE

Ha ha! Ben, c'est pas pour te

décourager mon Christian là,

mais je ne pense pas que

c'est juste les joueurs

de hockey qui se

pensent plus forts que toi.


CHRISTIAN

Tu parles-tu de toi, là?


MAUREEN

Ça fait que ça ce

passe bien là-bas?

Il y a assez de gars qui

se sont pointés pis toute?


CHRISTIAN

Ouan. Blondin est là,

pis McNeil aussi là.


JULIE

Han? Dave?


MAUREEN

McNeil? Vraiment?


JULIE

Ben quoi?

C'est le capitaine de l'équipe.

Il prend son rôle ben

au sérieux, tu sais.


CHRISTIAN

Pour moi, c'est parce qu'il

veut se tenir proche de Blondin.

C'est un téteux de gloire.

Il pense que si il se

tient à côté, elle va déteindre.


MAUREEN

Ouan. Ça, ça lui

ressemble plus, par exemple.


JULIE

Ah, ah. Arrêtez donc là.

Il est plus généreux que

vous pensez, franchement.


CHRISTIAN

Gordie était pas

supposé être icitte?


MAUREEN

Il a appelé tantôt.

Il a dit qu'il

pouvait pas venir.


CHRISTIAN

Il a appelé?


MAUREEN

Ouan, la chambre de commerce

lui a dit qu'il y avait

une réunion ben importante

ou quelque chose du genre.


CHRISTIAN

Vous autres pis vos histoires

de téléphone là, ya right!

Il as-tu du café?


On se retrouve avec le MAIRE DESJARDINS, GORDIE et POLO à l'aréna. Des hommes inspectent l'endroit plus loin.


GORDIE

Ça fait que pour le

moment, ça reste ici?


LE MAIRE DESJARDINS

Ben oui, on veut pas que

le monde en ville commence

à s'énerver avec ça.

C'est pas encore fait là.


GORDIE

J'espère qu'ils sont sérieux.

Acheter la Mills, ça beau

être une multinationale,

c'est des gros bidous, pareil.


POLO

Hey! Une multinationale

égale gros bidous, mon Gord.


LE MAIRE DESJARDINS

Calmez-vous, les gars.

Aujourd'hui, c'est juste

une rencontre exploratoire.

Ils viennent voir si

ça fait leur affaire.


GORDIE

Imaginez-vous ça les gars.

La Mills qui rouvre.


POLO

Ça serait un bon coup

pour nous autres, ça. Han?


LE MAIRE DESJARDINS

Surtout que s'ils

achètent la Mills,

ils vont être obligés

d'investir dans les

infrastructures de la ville.


POLO

Tout le monde va en profiter.


LE MAIRE DESJARDINS

Ils arrivent! Ils arrivent!

OK, OK. Allez, allez là.


GORDIE se rend vers les acheteurs potentiels.


POLO

OK, c'est quoi l'idée là

d'inviter Gord à venir?


LE MAIRE DESJARDINS

C'est notre

meilleur dans le PR.

Je veux que ça soit

lui qui leur fasse faire

le tour de l'aréna.

On va mettre toutes les

chances de notre bord.


POLO

OK, mais parles-y

pas des Radiateurs.

Laisse-moi faire ça.

Non. Laisse-moi faire ça.


LE MAIRE DESJARDINS soupire de découragement.


On se retrouve chez MAUREEN. JULIE, dans une chambre, s'arrange les cheveux devant un miroir. CHRISTIAN entre.


CHRISTIAN

Heille championne,

t'aides ta chum à déménager,

tu t'en vas pas à tes noces.


JULIE

Qu'est-ce que tu veux

toi, Christian Guérette?


CHRISTIAN

Rien. Mais, tu t'es jamais

peignée de même pour moi.


JULIE

Heille l'homme fort,

t'as pas des poids à lever

ou quelque chose?


CHRISTIAN

En tout cas, si t'es pour te

pomponner de même pour McNeil,

j'espère que tu vas être

capable d'aligner deux phrases

ensemble sans te transformer

en guenille devant lui.


JULIE

Haye, tu ne sais pas comment

c'est énervant

pour moi, ça là là.

J'ai la chance de passer

toute la journée avec Dave!


CHRISTIAN (Se moquant)

Ah, youpidou!


JULIE

Oui!

(Se passant les mains dans les cheveux)

Ça va comme ça?


CHRISTIAN

Ah, c'est super.


JULIE

Bon ben, on attend.


De la fenêtre du salon , MAUREEN voit le camion arriver.


MAUREEN

Ils sont là! Ils sont arrivés!


JULIE

Ah mon dieu! Ah mon dieu!

Ah mon dieu, ah mon

Dieu, ah mon Dieu.


CHRISTIAN

Ah, je pense que t'as des

cheveux qui dépassent là.


JULIE

Haye!

Touche pas à mes

cheveux toi! Hmm?


CHRISTIAN (Se moquant)

Ah! Oh mon dieu, mon

Dieu, mon dieu, mon Dieu!


MAUREEN affiche un air excité.


De retour à la Mills.


GORDIE

Pis Polo? C'est quoi ton

feeling. Ils ont l'air sérieux.


POLO

Ah, c'est dur à dire,

mais moi je me dis s'ils

se sont rendus jusqu'ici là ...


Un homme approche POLO et GORDIE.


L'HOMME

Excusez-moi, Monsieur Dufresne?


POLO

Ah, c'est moi.


L'HOMME

Pierre Simon, on

s'est parlé au téléphone.


POLO

Enchanté.

Je vous présente

Gordon Turcotte.

Un fier représentant

de Ramville.


PIERRE SIMON

Et ancien premier choix

du Canadien de Montréal.


GORDIE

Ha ha, vous avez

fait vos recherches.


PIERRE SIMON

C'est normal, on veut

en savoir le plus possible

sur la ville dans laquelle

on veut s'installer.


POLO

Pis, qu'est-ce que

vous en pensez?


PIERRE SIMON

C'est prometteur.


De retour dans l'appartement de MAUREEN. MCNEIL et MIKE transportent un exerciseur.


MCNEIL

Ah OK, ça va où,

cette affaire-là?


MIKE

Là là, sur le tape.

Ah, envoye.

Attention à tes pieds.


MCNEIL

C'est ça, OK.


JULIE

Non, non, non, non.

Une minute, les gars, il

faut la déplacer un peu.


MCNEIL

Ben, pas encore.


JULIE

Ben oui. C'est parce que

j'ai oublié d'enlever le tape.


MIKE

(Déposant l'exerciseur)

Laisse faire le tape,

on enlèvera ça plus tard.


JULIE

Ouan, ben tu diras ça

à Maureen pour voir.


MCNEIL et MIKE lèvent l'exerciseur du sol. JULIE arrache le ruban.


MIKE

Envoye.

Dépêche-toi Julie.


JULIE

Ben, je m'excuse Dave, han,

mais c'est juste que si le tape

reste collé, ça va tout briser

ses beaux planchers pis ...


MCNEIL (Forçant)

Oh oui. C'est ben correct là,

babe, mais dépêche-toi là, OK?

Envoye!


CHRISTIAN et ALEX entrent avec une télévision.


CHRISTIAN

Ah, euh c'est pas de ma faute.

J'ai accroché le

cadre de porte.


MAUREEN

Han? !


ALEX

Une chance que c'était

pas du côté de l'écran là.


MAUREEN

OK, la TV, elle va dans

la chambre à coucher.


ALEX

Dans la chambre à coucher?


MAUREEN

Oui.


ALEX

Quelle sorte d'émissions

que vous allez regarder donc?


MCNEIL (Riant)

Ben, la TV est bloquée

sur le All Hockey Channel,

qu'est-ce que tu penses

qu'ils vont regarder?


JULIE

OK, c'est beau, c'est fait.


MCNEIL et MIKE déposent l'exerciseur.


MIKE

(Propos en anglais et en français)

Bon, le sofa. OK, lets go.


MCNEIL

C'est qui le goon

de l'équipe, han?


CHRISTIAN, ALEX et MAUREEN entrent dans la chambre.


MAUREEN

C'est beau les gars.

La tv va juste là là,

juste là, sur la commode.


ALEX va pour sortir, mais s'arrête devant MAUREEN.


ALEX

Heille, c'est-tu vrai ce

que t'es déjà sorti avec Dave?


MAUREEN

Que c'est tu veux han?

Tout le monde a le droit de

se tromper dans la vie, han.


ALEX

Ça a-tu duré longtemps, où?


MAUREEN

Non, pas vraiment.

Ben, quand il est arrivé, je

pensais qu'il était intéressant

pis finalement,

il était juste beau.


CHRISTIAN

Ouan, pis il a jamais accepté

que c'est elle qui l'a dompé.


MIKE (Entrant dans la pièce)

Bon, OK les boys.

Euh ... Alex, j'ai besoin

d'une bonne paire de bras.

Viens-t’en avec moi.


CHRISTIAN

Pis moi? Je suis un coton?


De retour à l'aréna où GORDIE, POLO et PIERRE SIMON font le tour de la patinoire dans les gradins.


PIERRE SIMON

Haye, ça doit être beau

ici les soirs de matchs.


POLO

(Propos en anglais et en français)

You bet! On remplit ça là,

à 90% à chaque soir.


GORDIE

Comme vous pouvez voir, on a

des installations de qualité,

mais ça l'aurait

besoin d'être retapé.


POLO

Comme ça, on

pourrait remplir à 99%.


PIERRE SIMON

Oui, je peux voir comment votre

aréna pourrait faire partie

de nos investissements dans

les infrastructures de la ville.


POLO

Comme on s'était dit.


Le cellulaire de PIERRE SIMON se met à sonner.


PIERRE SIMON

Ah, excusez.

(Répondant au téléphone)

Oui?


PIERRE SIMON s'éloigne.


GORDIE

Haye, Polo?

Comment ça se fait que

tu sais tout ça, toi?


POLO

Ah, on s'est parlé une

couple de fois au téléphone.


GORDIE

Hmm. Tu m'a jamais dit ça.


POLO

Je t'expliquerai, han.


De retour à l'appartement. MAUREEN dispose des chaudrons dans une armoire. MIKE arrive par-derrière et lui saisit les hanches.


MAUREEN

Ah, maudit fou!

Tu m'as fait peur.


MIKE

C'est à ça que ça

sert, des gros loups.

Haye, c'est le fun, han?

On va vivre ensemble.

(Pointant dans l'armoire)

Haye, mon p'tit loup,

c'est tu toi qui a fait ça?


MAUREEN

Quoi?


MIKE

Ben, il faut jamais faire ça.


MAUREEN

Ben, que c'est j'ai fait?


MIKE

Tu peux pas

empiler ça comme ça.

Ces fonds de poêle

là, c'est en cuivre.

Il faut faire attention.

C'est ben cher.


MAUREEN

Excuse-moi mon

group loup, je ...


MIKE prend une serviette pour mettre entre un poêlon et un chaudron.


MIKE

C'est de la qualité, ça.

Inquiète-toi pas.

Faut juste faire attention, OK.


MAUREEN

Oui. OK.


JULIE

Haye, est-ce que je peux

avoir une bouteille d'eau?


MIKE

Oui. Tiens.


JULIE

Merci.


MIKE va sortir de l'appartement et MCNEIL va pour entrer en tenant des coussins de sofa.


MCNEIL

Oops. Ah, vas-y.


MIKE

Non, non. Vas-y.


MCNEIL

Non, non. Après toi.


MIKE

Dave.


MCNEIL

(S'adressant à JULIE)

Bon, où c'est que tu

veux que je mette ça là?


JULIE

Ça? Ben, n'importe où là.

Tiens, juste là.

(JULIE pointe un coin)

Umm ... Dave?

J'ai remarqué que

tes slapshots étaient

pas mal plus forts ces temps-ci.


MCNEIL

Ah oui?


JULIE

Oui. Pratiques-tu avec des pucks

plus pesantes ou quelque chose?


MCNEIL

Je le sais pas.


JULIE

Umm, Dave,

je me demandais si-


MCNEIL prend une rondelle qui était sur un meuble.


MCNEIL

Ah ben maudit.


JULIE

Ben quoi? Qu'est-ce qui a, là?


MCNEIL

Qu'est-ce que ça fait là, ça?


JULIE

Ça? Ben, 'est la puck de ton

hat trick contre les Mustangs.


MCNEIL

Ben oui. C'est avec ça qu'on a

gagné la coupe cette année-là.


JULIE

Ben, je trouve que Maureen est

assez chanceuse d'avoir ça là.

C'est comme, c'est un vrai trophée.

Ben, j'ai voulu lui

acheter à un moment donné,

mais euh, en tout cas.

Je trouve que t'as été

pas mal généreux d'y donner.


MCNEIL (Offusqué)

Ah oui? Ben, ouan.

En tout cas, tu sais quoi?


MCNEIL, préoccupé, quitte la pièce.


On se retrouve dans la loge du fan-club avec POLO, GORDIE et PIERRE SIMON.


GORDIE

On s'en sert principalement

pour les activités du fan-club,

mais c'est aussi une

salle multi fonctionnelle.


PIERRE SIMON

Il y as-tu quelqu'un qui

vous a déjà dit que ça ferait

une belle loge corporative?


POLO

Oui, moi ça fait

longtemps que je dis ça,

mais Pete, haye je peux

t'appeler Pete, han Pierre?


PIERRE SIMON

Oui, oui. Tout le monde

m'appelle comme ça.


POLO

C'est quoi les vraies

chances que ça marche,

cette affaire-là?

Han? Que vous achetiez la Mills?


GORDIE

Ben là Polo, han.

Je suis sûr que si Pete

en savait plus là-dessus,

il nous le dirait.

Pas vrai Pete?


PIERRE SIMON

Ben moi, moi vous savez,

c'est pas moi qui décide.


POLO

Non, non, mais tu fais

des recommandations.

Tu penches de quel bord?


GORDIE

Polo. Tu nous excuseras Pete, mais

tu sais c'est une ben grosse

affaire pour nous autres,

la Mills pis tout le monde

ici est très anxieux de savoir,

ben de savoir ce qui

va arriver tout ça.


PIERRE SIMON

Vous n'avez pas à vous

excuser, je comprends ça.

Mais pour en revenir à ici,

si on prenait possession

de l'équipe, j'ai l'impression que-


POLO

Mais, on n'est pas

obligés de parler de ça

tout de suite là, han?

Venez, on va aller au

bureau continuer ça là.

J'ai un p'tit douze

ans qui nous attend.


PIERRE SIMON

Je m'excuse Polo, mais je

pense qu'il serait temps

de rejoindre les autres.

Je prends un rain check

là-dessus, par exemple.


PIERRE SIMON s'éloigne. POLO s'adresse à GORDIE.


POLO

Fais-moi confiance.


De retour à l'appartement de MAUREEN. MCNEIL rejoint MAUREEN dans la cuisine.


MCNEIL

Haye, Mau-Mau?


MAUREEN

Han?


MCNEIL (Montrant la rondelle)

Qu'est-ce que tu fais avec ça?


MAUREEN

Quoi? Ah, ça.


MCNEIL

Qu'est-ce que ça fait ici?


MAUREEN

Ben tu me l'avais donnée.


MCNEIL

(Propos en anglais et en français)

Yeah, right. Voir si je t'aurais

donné ça, juste de même.


MAUREEN

Ben, dans ce temps-là, tu

m'aurais donné n'importe quoi.


MCNEIL

(Propos en anglais et en français)

Don't flatter yourself.

Je te l'ai jamais donnée,

je l'ai juste oubliée ici.


MAUREEN

C'est drôle, moi je me rappelle

plutôt que tu disais que tu

voulais que je la

garde parce que c'était

moi qui t'avais inspiré.


MCNEIL

Ah oui?


MAUREEN

Mhmm. Pis là, elle fait

partie de ma collection.


MCNEIL

Veux-tu ben me dire

pourquoi tu veux garder

une affaire de même?

Han? C'est-tu, c'est-tu

parce que tu te couches

avec le soir pis

tu penses à moi?


MAUREEN

T'aimerais ben trop ça.


MAUREEN reprend la rondelle des mains de MCNEIL.


MAUREEN

En tout cas, merci d'être venu

nous aider à déménager, hmm.

T'es ben fin.


MCNEIL

(Propos en anglais et en français)

Whatever.

Anyway, il faut ben, tu sais.

Je suis le capitaine

de l'équipe.


De retour à l'aréna.


PIERRE SIMON

Encore une fois,

merci beaucoup.


GORDIE

C'est nous autres qui

te remercions, Pete.

Tu ne peux pas savoir

comment votre visite

est importante pour nous autres.


PIERRE SIMON

Tout le plaisir a été pour moi.

C'est pas à tous les jours

qu'on a l'occasion de serrer

la main à un premier choix

du Canadien de Montréal.


GORDIE

Bon retour.


PIERRE SIMON quitte l'aréna.


GORDIE

Bon, là tu vas m'expliquer

ce qui se passe, Polo.


POLO

Énerve toi pas Gord.


GORDIE

Qu'est-ce qui voulait

dire par ça là, han?

Prendre possession de l'équipe?


POLO

Je voulais t'en parler,

mais j'attendais le bon moment.


GORDIE

Je pense que le bon moment

est arrivé là, Polo? Hmm?


POLO

Je te l'ai dit, énerve-toi pas.

Un p'tit café?

L'affaire c'est que, quand j'ai

compris que le gouvernement

allait les forcer à investir

dans les infrastructures

de la ville, je me suis

dit qu'il y avait moyen

de faire une piastre avec ça.


GORDIE

En vendant l'équipe?


POLO

(Propos en anglais et en français)

Why not? On peut quasiment demander

le montant qu'on veut.


GORDIE

Tu veux vendre l'équipe

à des intérêts étrangers? !


POLO

Haye!

Au prix qu'on va avoir!


GORDIE

Réalises-tu ce que

tu dis là, Polo?

Hmm? C'est à nous autres

cette équipe-là! C'est à la ville!

Tu peux pas vendre

les Radiateurs à...

À du monde qui ont

jamais mis les pieds ici!


POLO

Gord, je comprends ton affaire,

mais les Radiateurs c'est une

propriété privée, right?

à ce que je sache, il n'y

pas de loi qui m'empêche

de vendre ça à qui je veux.

Du moins, mon 90% de l'équipe.


GORDIE

Je te laisserai pas faire ça.


POLO

Qu'est-ce que tu vas faire?

Appeler la police?


GORDIE

Le monde de la ville

prendront pas ça, OK?

On va descendre dans

la rue s'il faut.


POLO

Gord, je comprends ton

affaire, je comprends

ton take là-dessus, je comprends

ton attachement à l'équipe,

mais laisse-moi te

présenter les affaires

d'une autre manière.

Un peu de sucre, crème?


GORDIE

Non merci.


De retour à l'appartement. MIKE, MCNEIL, ALEX et CHRISTIAN tiennent un divan qu'ils montent vers l'appartement dans les escaliers. ALEX et CHRISTIAN ont la partie du bas.


MAUREEN

Haye, faites attention aux murs là.


MIKE

Attention, attention.


ALEX

(S'adressant à CHRISTIAN)

Heille chose, il faut

que tu lèves ton bout.


CHRISTIAN

Facile à dire.

Ça pèse une tonne

cette affaire-là.


MIKE

Dave, lâche ton bout

pis va aider l'autre.


MCNEIL

Comment tu veux que

je fasse ça au juste?


MIKE

Ben, tasse lé un peu.


ALEX

T'aurais pas pu le dire que

c'était trop pesant pour toi.


Le groupe laisse tomber le divan.


MAUREEN

Chicanez-vous pas là, les gars.


JULIE

Guérette là, tasse-toi de là.


JULIE prend la place de CHRISTIAN.


MIKE (Dubitatif)

Ben là...


JULIE

OK les gars, à trois.

Han? Un, deux, trois.


JULIE et ALEX soulèvent le divan très rapidement et montent les escaliers.


MCNEIL

Ah, pas trop vite,

pas trop vite!


MAUREEN

OK. C'est beau.


MIKE

OK, je l'ai, je l'ai, je l'ai.


MAUREEN

OK, avancez, c'est beau.


L'équipe a réussi à monter le divan et entre avec dans l'appartement.


MAUREEN

Reculez. C'est beau.

Sur les tapes, là, han.


MCNEIL

On pourrait pas l'enlever,

le tape, avant là?


MAUREEN

Mettez-le sur le tape.


L'équipe dépose le divan.


MAUREEN

Sur les tapes. C'est beau.


Tous sortent de la pièce. En passant, MCNEIL fait une accolade à JULIE.


MCNEIL

(Propos en anglais et en français)

Haye, at a boy, Lachance!

T'as ben fait ça.


JULIE, toute contente, place les coussins.


On se retrouve dans le salon de GORDIE plongé dans le noir. NADINE rejoint GORDON qui est pensif.


NADINE

Gordon? Qu'est-ce que tu fais?

T'as pas fait à souper?


GORDIE

J'ai fait venir une pizza

pis j'ai envoyé les enfants

en bas manger devant la TV.


NADINE

Ben, que c'est que t'as?

Ils veulent pas acheter la Mills?


GORDIE

Parle-moi en pas.

Je me rappelle pas la dernière fois

que j'ai été en maudit de même.


De retour à l'appartement où CHRISTIAN discute avec JULIE.


CHRISTIAN

Merci de m'avoir fait passer

pour une lavette, Lachance.

J'ai eu l'air fou, pas à peu près.


JULIE

Je m'excuse Christian.

Je voulais pas, mais il

fallait ben décoincer le sofa.

T'étais pas capable de le faire.


CHRISTIAN

En tout cas, si tu voulais que

ton beau Dave te remarque là,

je pense que ça a marché.


JULIE

Oui?


CHRISTIAN

Il te considère comme un

gars de la gang astheure.

Maudit que t'es niaiseux!


ALEX entre dans la pièce.


ALEX

(S'adressant à CHRISTIAN)

Haye chose, si tu veux

un lift, viens-t’en.


MCNEIL entre dans la pièce et s'apprête à sortir de l'appartement.


MCNEIL

(S'adressant à JULIE)

Haye, si jamais je déménage là,

je te donnerai un coup de fil.


MCNEIL prend la rondelle qui était sur le meuble et la met dans sa poche.


JULIE

Ben, qu'est-ce que tu fais là?


MCNEIL

Je reprends ma puck.

C'est mon trophée ça.

(Propos en anglais)

Got to keep it for

the Hall of Fame.

(Propos en français)

Ben, c'est correct.

Maureen, elle m'a

dit de la reprendre.


JULIE

Ah oui?


MCNEIL

Ouan. Salut.


JULIE

Salut.


De retour dans le salon de GORDIE.


NADINE

Mais là, c'est parce que

je ne comprends pas là.

Polo veut te vendre

25% de l'équipe?


GORDIE

C'est pas ben ben

compliqué Dine.

Il veut que je me

ferme la gueule.

Ça fait qu'il m'offre plus de

parts dans l'équipe, comme ça,

quand qu'il va vendre, je

vais me faire plus d'argent.


NADINE

Ouan ben.


GORDIE

Comme si ça, c'était

pour me convaincre

que c'était une bonne idée.

Haye, tu y penses-tu là?

Vendre les Radiateurs!

Vendre les Radiateurs, à du

monde qui ont jamais mis

les pieds icitte, en plus!

Je vais en parler au fan-club.

On va mobiliser le monde.


NADINE

Oui, mais si l'achat

de l'équipe est lié

à l'achat de la Mills.


GORDIE

Comme si une multinationale

était pour s'empêcher d'acheter

une compagnie qui vaut des

millions pour-pour une petite

équipe, han, de hockey

qui perd de l'argent?

Come on, Dine! Voyons donc!

Toute cette affaire-là là,

c'est une combine organisée par Polo.


NADINE

OK, t'as peut-être raison

là, mais tu veux-tu vraiment

t'attaquer à Polo?

Tu sais qu'il a le

bras long pis si jamais

il veut te faire du tort...


GORDIE

Je le sais, Dine. Je le sais.

On as-tu le choix?


De retour à l'appartement de MAUREEN.


JULIE

Ah. Mau, quelle belle journée!


MAUREEN

Ben, je comprends.

T'as passé la journée avec Dave.


JULIE

Oui pis, il m'a pris dans

ses bras, et pis, ah Mau!

T'es assez de lui avoir

redonné sa rondelle là.


MAUREEN

Lui redonner quoi?


JULIE

Ben, la puck de son hat trick.


MAUREEN

J'y ai rien donné

pantoute, moi.


JULIE

Ben, voyons. Il l'a prise.

Il m'a dit que tu

lui avais redonnée.


MAUREEN

Maudit McNeil à marde.


JULIE

Han? Ben, dis-moi pas que...


MAUREEN

Ben oui, il l'a

volée, c'est tout.


JULIE

Ben voyons Mau.

Il aurait jamais fait ça.

Il m'a dit que c'était correct.

C'est pas un voleur!


MAUREEN

Écoute Ju, je sais plus comment

te dire ça, mais McNeil là...


JULIE (Triste et déçue)

Oh mon dieu.

Dave?


MAUREEN

Ben. Ben, pauvre pitoune.

Ben, tu vas pas te

mettre à brailler, là?


JULIE

Ah, non non.

Je me sens comme si

je viens d'apprendre

que le père Noël n'existe pas.


On se retrouve un peu plus tard dans le lit de MAUREEN et MIKE.


MAUREEN

(Propos en anlais)

Ah, what a day.


MIKE

Oui, pis il y a rien

comme finir ça collés

ensemble dans notre lit.

Han?


MAUREEN

Haye, on est-tu bien, han?

Réalises-tu? On vit ensemble.


MIKE

Le gros loup pis son p'tit

loup ont trouvé leur tanière.


MIKE et MAUREEN rient et s'embrassent.


MIKE

Haye, il y a une super

bonne game qui va commencer.


MKE prend la télécommande.


MAUREEN

Ah, qui c'est qui joue?


MIKE éteint la télévision.


MIKE

Nous autres.


MAUREEN

Ah.


MAUREEN et MIKE s'embrassent.


On se retrouve avec JULIE à la loge du fan-club. Elle regarde son horaire d'entrevues pour son émission de radio. Elle efface le nom de MCNEIL et pleure.


Générique de fermeture

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison

Résultats filtrés par