Image univers Les meilleurs moments Image univers Les meilleurs moments

Les meilleurs moments

Capsules informatives et divertissantes sur l'Ontario et les francophones qui se sont démarqués au fil des années.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Nord Ontario

Cette capsule est présentée sous la forme d´une lettre écrite par Marcel Vaillancourt, un bûcheron qui travaille dans les chantiers en 1900. La lettre détaille la vie dans un camp de bûcherons; la nourriture, les camps, la coupe de bois.



Année de production: 2016

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Générique d’ouverture


Titre :
Les meilleurs moments. Images et visages de l'Ontario français. Nord Ontario.


Des dessins animés viennent illustrer les propos de PATRICK et FABIENNE, les deux animateurs.


FABIENNE

En Ontario, les forêts couvrent

66 % de la superficie de la

province. Le nord de l'Ontario,

c'est un peu le royaume

des bûcherons. Mais en 1900,

la vie de bûcheron est

loin d'être facile.

Vous allez comprendre pourquoi

en écoutant cette lettre

d'un bûcheron à sa femme.


FABIENNE lit une lettre à voix haute.


FABIENNE

"25 novembre 1900.

Ma chère Étiennette, comme c'est

dimanche et mon jour de congé,

j'en profite pour t'écrire.

Quand je suis parti, tu n'as pas

pleuré; j'en étais bien soulagé.

Six mois sans te voir,

ça me paraît interminable.

La montée au chantier a été

longue et épuisante.

Comme il y a pas de route,

il fallait se percer un chemin

dans la forêt, traverser

des lacs et des rivières.

Il fallait marcher

des kilomètres et des kilomètres

en portant toutes ses affaires

dans des sacs à dos pesant

parfois jusqu'à 25 kg.

En arrivant au chantier,

tout le monde était épuisé.


On nous montre une photo et noir et blanc de bûcherons sur un chantier.


FABIENNE

(Continuant sa lecture)

Ici, l'hiver est déjà arrivé.

C'est dur de scier l'épinette

quand on enfonce dans la neige

jusqu'aux genoux.

Malgré tout, j'arrive à couper

100 bûches par jour.

Et si ça continue, je vais être

le bûcheron le plus rapide

du chantier. Notre routine ici

est fatigante: on se lève

avant le soleil et on bûche

dans le bois toute la journée.

Le soir, on aiguise nos outils

dans le camp, qui est trop petit

et pas très propre.


On nous montre une photo en noir et blanc d'un bûcheron aiguisant une scie.


FABIENNE

On travaille six jours par

semaine. Le dimanche, on se

repose et on fait notre lavage.

Savais-tu ce que ça donne

quand 30 hommes vivent dans

un même camp et ne se lavent pas

souvent? Eh bien, ça donne

une épidémie de poux!

Il doit bien y en avoir

un million, et je me gratte

continuellement.


On nous montre des photos de bûcherons sur leur chantier en hiver.


FABIENNE

Noël approche,

et c'est dur de savoir que

je ne passerai pas le temps des

fêtes avec toi. Je m'ennuie

de ton bon ragoût!

Ici, on mange toujours la même

affaire: patates, porc salé,

soupe aux pois, pain et thé.

J'arrête de me plaindre

pour te dire que je pense à toi.

Du soir au matin,

du matin au soir...

Ton mari qui t'aime."

(S'adressant au public de l'émission)

Ça, c'est une belle lettre,

hein?


Générique de fermeture


Épisodes