Image univers Les mystères d'Alfred Image univers Les mystères d'Alfred

Les mystères d'Alfred

L'histoire du merveilleux monde mystérieux d'Alfred où les habiletés de déduction et de raisonnement d'Alfred sont requises pour mener des enquêtes sur des disparitions soudaines, d'étranges phénomènes naturels, de curieux comportements de la part des animaux et même des empreintes de pieds boueuses.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

L'arbre à fourrure

M. Remy croit qu’il a découvert une nouvelle espèce d’arbre. Celui-ci a du poil! Il a bloqué le chemin vers le lac, car il attend l’arrivée d’un expert. Il espère devenir célèbre.



Réalisateur: Frédéric Dybowski
Année de production: 2009

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

TITRE

(Les mystères d’Alfred)


Début chanson thème


VOIX FÉMININE

Dans la nature,

il y a des mystères♪

Qui sont très compliqués,

mais Alfred a du flair♪

Milo, Camille, Alfred,

c’est un trio super♪

Nos héros sont

toujours prêts♪

Ils lâchent pas l’affaire♪


ALFRED

Quelque chose s’approche


MILO

Je l’entends♪


CAMILLE

Quelle est cette odeur?


ALFRED

Derrière toi♪


MILO

Voilà un indice♪


VOIX FÉMININE

Dans la nature,

il y a des mystères♪

Personne ne trouve la clé,

mais Alfred sait y faire♪

Milo, Camille, Alfred,

c’est un trio super♪

Ils collectent

les indices et tout...♪

est clair♪♪


Fin chanson thème


Titre :
L’arbre à fourrure


ALFRED dort dans son lit.


MILO tambourine à sa fenêtre.


ALFRED

(S’éveillant)

Ah...


MILO

Alfred, debout!

Il faut y aller.


ALFRED

(Bâillant)

Ah...


Qu’y a-t-il? Est-ce

qu’il y a un problème?


MILO

Le problème, c’est

que t’es encore au lit.

(Ouvrant la fenêtre)

On va à la pêche,

tu te rappelles pas?


CAMILLE

(Enjambant la fenêtre)

Hum... Ah!

(Lui tapotant sur le torse)

Debout, Alfred! Allez!


ALFRED

(Mal réveillé)

Hum...

(Regardant son réveil)

Vous avez une idée

de l’heure qu’il est?


MILO

Oui, je sais

quelle heure il est.


C’est l’heure d’aller à

la pêche. Allez, lève-toi.


CAMILLE

Milo, on se calme,

d’accord? Détends-toi.


Les poissons ne vont pas

disparaître, tu sais.


MILO

Tu veux que je me détende?

Mais on va à la pêche!


Le soleil qui brille,

l’eau fraîche,

un délicieux casse-croûte.

(S’adressant à ALFRED)

Allez, debout! Debout!


Ils sont dans les bois. MILO court devant CAMILLE et ALFRED.

MILO

(Haletant)

Ah...

On y est presque!

Dépêchez-vous!

(Freinant brusquement)

Ah!


CAMILLE

(Freinant et heurtant MILO)

Ah!


ALFRED

(Freinant et heurtant CAMILLE)

Ah!

Milo, qu’y a-t-il?


MILO

Vous voyez

ce que je vois?


ALFRED

M. Rémy?


M. RÉMY

Bonjour, Alfred!


ALFRED

Qu’est-ce qui

se passe?


M. RÉMY

Oh, la barrière,

tu veux dire?


Ce n’est rien.

Ce n’est pas important.


C’est juste que j’ai

fait une grande découverte!


ALFRED

Une découverte?

Quel genre de découverte?


M. RÉMY

J’ai dit une découverte?

Ce que je voulais dire, c’est

que j’ai trouvé quelque chose...


ALFRED, CAMILLE ET MILO

(Sursautant)

Ah!


M. RÉMY

(Jubilant)

(Levant les bras au ciel)

... et c’est vraiment

une chose importante.

(Reprenant son calme)

Hum!


MILO

Est-ce qu’on

peut passer?

Il y a des poissons

qui m’attendent.


M. RÉMY

Oh, non!


Je crains que ce

ne soit impossible.


M. RÉMY

Tout le secteur est

désormais interdit d’accès

jusqu’à nouvel ordre.

C’est top secret.


MILO

Mais nous allons à la pêche.


M. RÉMY

Non, pas aujourd’hui.


ALFRED

Allez, M. Rémy, vous

pouvez nous faire confiance.

Quel est votre secret?


M. RÉMY

Vous voulez le savoir?


ALFRED

Oui.


M. RÉMY

Vous voulez

vraiment le savoir?


ALFRED ET CAMILLE

(Enthousiastes)

Oui!


M. RÉMY

Hum-hum... D’accord,

rapprochez-vous.

Je ne vous le dirai pas!


ALFRED, CAMILLE ET MILO

(Stupéfaits)

Quoi?


MILO

(Tombant à la renverse)

Ah!


M. RÉMY

Désolé, j’aimerais bien

vous le dire, c’est vrai.

(Marchant quelques mètres)

Mais là, tout ce

que je peux vous dire,

c’est que c’est

le plus gros secret

de la forêt

de Bois Touffus.


Et c’est moi, moi

qui l’ai découvert!

(S’agenouillant)

Moi! Rien que moi!

(Se relevant calmement et froidement)

Faudrait vraiment que

j’arrête de faire ça.


Bon! Sauvez-vous.

J’ai des choses à faire

avant l’arrivée du botaniste

qui analysera

les arbres.


CAMILLE

Pour analyser

les arbres?


M. RÉMY

(S’apercevant de sa bourde)

Oups!


Oubliez ce que j’ai dit,

les enfants.

(Les poussant)

Allez, ouste!


ALFRED, CAMILLE et MILO regardent M. RÉMY à distance qui pose quelques troncs d’arbre en travers du chemin.


CAMILLE

Je me demande

ce que c’est.


ALFRED

Pourquoi a-t-il besoin

de consulter un botaniste?

MILO

Moi, je m’en

fiche.

(Mangeant son sandwich)

Hum!


Vous oubliez que la

situation est grave.


On ne peut pas

aller à la pêche.


ALFRED

Ne t’en fais pas, Milo.

On va y aller, à la pêche.


MILO

Génial!


ALFRED

Mais il faut d’abord

découvrir ce qui se passe.

Ce mystère, j’en

fais mon affaire!


CAMILLE

D’accord, mais

on commence par quoi?


ALFRED

M. Rémy nous

cache quelque chose.


Il faut trouver

ce que c’est.


Du temps s’est écoulé. M. RÉMY peint des croix rouges sur des panneaux en bois qu’il a posés en travers du chemin dans le sous-bois.


ALFRED, CAMILLE et MILO l’espionnent le plus discrètement possible.


M. RÉMY s’assied par terre et bâille.


MILO

Tout ce qu’il nous faut, c’est

lancer ce délicieux sandwich.

Il fera une très

bonne diversion.


Le sandwich remplace l’hameçon. Le sandwich, pendant au bout du fil de pêche, est lancé sur M. RÉMY.


M. RÉMY

(Recevant le sandwich en pleine face)

Ah! Oh...

(Voyant le sandwich traîner par terre)

Ah!

(Courant derrière le sandwich)

Hé!


ALFRED

Allons-y!


ALFRED ET CAMILLE

(Haletant)

Ah, ah! Ah!


MILO

Attendez-moi! Ah!

(Tirant sur sa ligne pour récupérer son sandwich)

Oh!

Où est-il passé?

Mon sandwich!


ALFRED ET CAMILLE

(Arrivant)

Chut!


M. RÉMY

(Savourant le sandwich)

Mmm, délicieux! Mmm!


ALFRED

Chut! Laisse

tomber le sandwich.

Au travail, Milo.


ALFRED, CAMILLE ET MILO

(Surpris et sursautant)

Ah!


ALFRED

Qu’est-ce que c’est?

Milo, prends une photo.


MILO prend une photo d’un arbre recouvert de poils.


CAMILLE

C’est ça, la

découverte de M. Rémy?

On dirait des arbres!


ALFRED

Produisant

de la fourrure.


CAMILLE

Produisant de la fourrure?

C’est incroyable!


ALFRED

Elle pousse à une

hauteur bien précise.


Qu’est-ce que

tu en dis, Milo?


MILO

Je sais pas. Je pense

encore à mon sandwich.


ALFRED

Ton sandwich? Ton sac

est plein de provisions.


MILO

C’est vrai, ça!


Il y aura sûrement quelque

chose pour me remonter le moral.


CAMILLE

Les amis, pourquoi un arbre

se couvrirait de fourrure?


ALFRED

Bonne question.

J’en prends un échantillon.

(Prenant une photographie)

Indice numéro un:

substance étrange

ressemblant à de la fourrure.


MILO

(Regardant son panier à provisions)

(Se parlant à lui-même)

Une banane? Non.

Un cornichon? Non.


CAMILLE

C’est peut-être une

sorte de mousse, Alfred,

tu ne penses pas?


ALFRED

Hum, je n’en sais rien.

En tout cas,

c’est pas du gâteau.


MILO

Tu as du gâteau?

J’en veux, moi!


M. RÉMY

(Se situant à quelques mètres)

Hein? Qu’est-ce

que j’entends?

(Se dirigeant vers ALFRED et ses amis)

Est-ce qu’il y

a quelqu’un? Oh!


MILO

Vite, cachons-nous.


M. RÉMY

(Grognant)

(Agacé)

Humrrr...


ALFRED, MILO et CAMILLE sont cachés derrière des arbres et des fourrés, à droite de l’écran. M. RÉMY est à gauche de l’écran et se rapproche.


CAMILLE

(S’adressant à ALFRED)

Chut...


ALFRED

(S’adressant à MILO)

Chut...


Une abeille se pose sur le postérieur de MILO et le pique.


MILO

(Sentant la piqûre)

Ah!


CAMILLE

(Apeurée et paniquant)

Ah, ah!


M. RÉMY

(Apercevant le sac à provisions en évidence sur un rocher)

Qu’est-ce que

c’est que ça?

(Se saisissant d’un sandwich)

Oh! Slurp!

(Mangeant un sandwich)

Mmm!


ALFRED retient MILO qui voit M. RÉMY s’éloigner avec ses sandwiches. MILO voudrait récupérer son sac à sandwiches.


ALFRED met sa main sur la bouche de MILO pour ne pas attirer l’attention de M. RÉMY qui part.


MILO

(Ne pouvant pas parler du fait de la main d’ALFRED)

Hum, hum...


CAMILLE

(Soulagée)

(Voyant M. RÉMY s’éloigner)

Ouf!


ALFRED

C’est pour la

bonne cause, Milo.


MILO

(S’agenouillant et pleurant)

Ah! Mon pique-nique!


C’est le meilleur pique-nique

que j’ai préparé

(Tapant le sol de son poing)

dans toute ma vie.


Aïe! Cette

racine est dure.


Oh, regardez!

Il y a des traces sur

toutes sur ces racines!


CAMILLE

Étrange.

(S’adressant à ALFRED)

À ton avis, est-ce que tu crois

que les arbres ont une maladie

et que c’est une sorte de

moisissure?


ALFRED

Je n’en sais rien.

Les racines sont

couvertes de rainures.

(Prenant une photographie)

C’est notre

indice numéro 2.


M. RÉMY

(Épluchant une banane et la mangeant)

Hum!

(Percevant le bruit d’un déclic photographique)

Hum?

(Se levant et apercevant ALFRED, CAMILLE et MILO)

Hé! Les enfants!


MILO

(Voyant M. RÉMY jeter sa pelure de banane)

Ma banane!


M. RÉMY poursuit ALFRED, MILO et CAMILLE.


CAMILLE

(Entraînant MILO par la main)

Vite, Milo!


ALFRED

On retourne au

quartier général!


ALFRED, MILO et CAMILLE sont à leur quartier général.


M. RÉMY

(Trébuchant sur une racine d’arbre en courant)

Oh! Ah!


MILO

(Prenant une photographie de M. RÉMY à terre)

Un petit sourire?


ALFRED, MILO et CAMILLE sont à leur quartier général.


ALFRED analyse les poils des arbres sur son microscope.


CAMILLE rapporte quelques ouvrages.


MILO

(Se grattant l’endroit où il a été piqué)

Aïe...


ALFRED

Hum... J’ai

analysé l’échantillon.


C’est bel et

bien de la fourrure.


MILO

Mince! J’ai été piqué.


CAMILLE

J’ai lu tous

ces livres,

mais aucun ne mentionne un

arbre produisant de la fourrure.


Tu crois que

c’est une première?


ALFRED

Analysons les photos

Il y aura peut-être un indice.


MILO

Voyons d’abord les arbres

couverts de fourrure.


Sur celui-ci, on

voit que la fourrure

pousse seulement jusque-là.


Sur celui-là, on voit les

rainures sur ses racines.

(Voyant une photo de lui où il pose en gonflant le biceps)

Ha! Ha! Ha! Et qui est-ce

qui a pris celle-là?


Bon, voilà la

dernière photo,

celle que j’ai

prise de M. Rémy.


Il s’agit de la photo de M. RÉMY à terre après sa chute.


ALFRED

Hum? Attends! Reviens

à la première photo.


Tu peux agrandir,

qu’on voie l’arrière-plan?


Regardez! Les arbres qui

sont couverts de fourrure

mènent tous à la rivière.


MILO

Et alors?

Est-ce que ça va m’aider

À récupérer mon déjeuner?


CAMILLE

Ça n’a rien à voir

avec ton déjeuner.


Et puis, arrête de te

gratter, tu m’énerves.


MILO rougit.


CAMILLE

C’est un indice.

N’est-ce pas, Alfred?


MILO se frotte le dos sur l’encoignure des murs.


ALFRED

Je le crois, oui.


MILO

Ha! Alors, on

a un 3e indice?


CAMILLE

Mais quel est le

rapport entre eux?


MILO

Oh! Oh, j’ai le

dos qui me démange.

(Se frottant encore)

Hum! Ah, ah!

(Soulagé)

Ah! Ah, ça

va un peu mieux.


ALFRED

Attends! Mais...


J’y pense, Milo,

tu viens de me

donner une idée.


Je crois que

j’ai trouvé!


ALFRED, MILO et CAMILLE prennent la tyrolienne et se rendent dans le sous-bois où se situent les arbres à fourrure.


M. RÉMY

(S’adressant à une foule)

Allez, circulez!

Il y a rien à voir ici!


J’ajoute que vous aurez le

droit de m’adresser la parole,

même quand je

serai célèbre.


ALFRED

(Fendant la foule)

Excusez-nous!

Laissez passer.


M. RÉMY

Oh, serait-ce mon botaniste?

Il était temps!

(S’apercevant qu’il s’agit d’ALFRED)

Quoi? Encore vous?


MILO

(Apercevant son sac à provisions)

Mon sac!

Mon casse-croûte!

(Constatant que son sac à provisions est vide)

Aaah! Non!!


M. RÉMY

(S’adressant à ALFRED, CAMILLE et MILO)

(Énervé)

Je vous ai pourtant dit

de ne pas vous approcher

tant que ce nouvel arbre

n’aura pas été identifié.


ALFRED

(Fier)

Justement! On

l’a identifié.


M. RÉMY

Hein? Tu te

moques de moi?

Je n’en crois

pas un mot.


ALFRED

Je vais

vous montrer.

Ah! Venez!


Ils se rendent tous à l’emplacement des arbres à fourrure.


ALFRED

Nous y voilà.

M. Rémy va avoir

une grosse surprise.


Regardez ces arbres.


Il y a bien

de la fourrure,

mais elle n’a pas

poussé sur l’arbre.


M. RÉMY

(Irrité)

(Méprisant)

Mais oui,

c’est ça!


ALFRED

Ce sont des

poils d’orignal.


TOUS ENSEMBLE

D’orignal?


ALFRED

C’est le moment de

la mue pour les orignaux.

Ils perdent

leur pelage d’hiver.


Quand ça le démange,

l’orignal se frotte contre

les troncs des arbres

pour se gratter.


MILO

Et cette fois,

en se grattant,

ils ont perdu

beaucoup de poil.


CAMILLE

Certains animaux sauvages

se servent des arbres

comme d’un gratte-dos,

surtout au printemps

quand ils perdent leur poil.


Quand ça les démange, ils

se frottent contre les arbres.

L’écorce rude leur sert de

peigne.


MILO

En plus, ils grattent

l’écorce des racines

avec leurs sabots.


ALFRED

Les arbres le long

du sentier menant au lac

sont les seuls

avec de la fourrure,

parce qu’il fait

très chaud aujourd’hui.


Et tout le monde sait

que par temps chaud,

les orignaux aiment bien

se rafraîchir dans le lac.


M. RÉMY

N’importe quoi! Moi,

je n’y crois pas du tout.


ALFRED

Regardez!


Un orignal s’avance dans l’eau du lac.


M. RÉMY

(Embarrassé)

Oh, eh bien...


Je me suis bien amusé.

Ah, mais ce n’est pas grave.

Ce n’était qu’un malentendu.


TOUS ENSEMBLE

(Déçus)

Oh!


M. RÉMY

Attendez!

Où allez-vous, les amis?

(Grimpant sur un tronc d’arbre pour que sa voix porte)

Bon, notre forêt

n’a rien d’exceptionnel,

mais nous avons parmi nous

le meilleur des détectives.


ALFRED

(Surpris et content)

Oh! Hum!


M. RÉMY fait monter ALFRED sur son podium improvisé.


TOUS ENSEMBLE

(Acclamant ALFRED)

Ouais!


ALFRED

Merci!


SPÉCIALISTE DES ARBRES

Excusez mon retard.


ALFRED

Qui êtes-vous?


SPÉCIALISTE DES ARBRES

Le spécialiste des arbres.


M. RÉMY

Le spécialiste?

(Désignant ALFRED)

Nous en avons déjà un.


ALFRED et M. RÉMY rient.


Début générique de fermeture


VOIX MASCULINE

M. Rémy croyait avoir découvert

une nouvelle espèce d’arbre,

mais Alfred en doutait.

Il a rapidement découvert

que l’orignal se frotte contre les arbres

pour se débarrasser des poils

qui tombent durant la mue.


Fin générique de fermeture

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Âge
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par