Image univers ONFR Image univers ONFR

ONFR

Restez à l'affût des dossiers chauds à Queen's Park et dans la francophonie ontarienne et canadienne.

Site officielpour ONFR
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Hydro One : Vente imminente?

La privatisation imminente d’Hydro One relance un vieux débat du côté d’Ottawa, où quelque 50000 résidents demeurent des clients de la société provinciale alors qu’ils devraient, en principe, être desservis par le fournisseur municipal Hydro Ottawa. Et le palais de justice d’Ottawa aura dorénavant plus de représentants des services au comptoir désignés pour livrer des services en français.



Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Générique d'ouverture


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

Bienvenue à #ONfr.

La privatisation imminente de

Hydro One relance un vieux débat

du côté d'Ottawa. Ça fait une

quinzaine d'années que des

résidents des secteurs ruraux

de la capitale nationale

demandent de changer de

fournisseur d'électricité. Ces

quelque 50 000 résidents sont

des clients de Hydro One, alors

qu'ils devraient, en principe,

être desservis par le

fournisseur municipal

d'électricité, Hydro Ottawa.


Entretien avec BOB MONETTE, conseiller à la Ville d'Ottawa


BOB MONETTE

Hydro Un, c'est... Le montant

que les résidents...

Les factures qu'ils reçoivent chaque

mois, c'est bien plus dispendieux

que celles avec Ottawa Hydro.

C'est quelque chose que...

Ça fait des années qu'on a regardé

de mettre les deux ensemble,

que ça soit tout avec l'enveloppe

d'Ottawa Hydro. Il y a eu

beaucoup de discussions, même

quand j'ai commencé ici dans le

conseil avec Bob Chiarelli qui

était maire. Il y a eu d'autres

discussions quand Larry O'Brien

était maire, et aujourd'hui avec

le maire Watson. Présentement,

le conseil de la Ville d'Ottawa,

c'est une priorité. Il aimerait

bien voir les deux ensemble sous

l'enveloppe d'Ottawa Hydro.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

La Ville d'Ottawa demande

régulièrement au gouvernement de

l'Ontario de rapatrier chez

Hydro Ottawa les abonnés de

Hydro One sur son territoire.

Mais les négociations tournent

en rond.


Entretien avec BOB CHIARELLI, ministre de l'Énergie de l'Ontario


BOB CHIARELLI

(Propos traduits de l'anglais)

Il y a plusieurs options qui font

l'objet de discussions. Je ne peux

pas en parler à ce moment-ci.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(Propos traduits de l'anglais)

Pourquoi pas?


BOB CHIARELLI

(Propos traduits de l'anglais)

Parce qu'il y a des discussions

à ce moment-ci. Nous n'avons pas

encore exploré complètement

ces options à l'interne, c'est à dire

au bureau de la Première ministre,

dans mon ministère et chez

Hydro One. Nous sommes

en train de colliger de l'information

afin de répondre à la Ville d'Ottawa.


BOB MONETTE

La chose qui l'arrête,

présentement, c'est combien ça

va coûter aux résidents d'Ottawa

pour changer de service.

Si on peut avoir quelque chose

qui est pas trop dispendieux et

qu'on peut mettre les deux

services dans une unité, ce

serait très bon pour les

résidents d'Ottawa et les

résidents d'Orléans.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

Le maire Jim Watson a dû intercéder

plus d'une fois auprès du

gouvernement libéral à Queen's

Park pour faire débloquer le

dossier. Rien à faire, Hydro One

exigerait à la Ville d'Ottawa

une compensation de 230 millions

de dollars pour lui céder ses

abonnés. Une somme que la

municipalité juge exorbitante.


BOB MONETTE

Selon moi, il est dispendieux

pour les résidents qui demeurent

dans le vieux quartier de

Cumberland. Eux autres

pourraient avoir beaucoup de

rabais. Ils verraient que leur

montant par mois, ça serait

moins que ce qu'ils paient

aujourd'hui.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

Le projet de privatisation de

Hydro One est venu relancer le

débat sur le rapatriement des

abonnés de la société d'État à

Ottawa. Et pour cause: ces

abonnés paient déjà leur

électricité plus cher que leurs

voisins branchés sur le réseau

municipal, et ils craignent de

payer encore plus cher.


Entretien avec JOHN YAKABUSKI, député progressiste-conservateur dans Renfrew-Nipissing-Pembroke


JOHN YAKABUSKI

(Propos traduits de l'anglais)

C'est le cœur du problème.

Les clients d'Hydro Ottawa paient

moins cher. Les clients d'Hydro One

croient être pris en otage.

Leurs factures d'électricité

baisseraient s'ils devenaient

des clients d'Hydro Ottawa.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

Queen's Park a bien offert à la

Ville d'Ottawa de régler le

litige en arbitrage. Une option

que la municipalité a toutefois

vite fait de rejeter.


BOB MONETTE

Si on va en arbitrage, je pense

que ce sera pas en notre faveur.

Et ce sera très dispendieux.

Ce qui est très important quand

il y a des négociations comme

ça, c'est si on va en arbitrage,

il y a une grande possibilité

qu'on n'aime pas ce que

l'arbitrage a dit. Je crois

qu'on aimerait mieux négocier

avec la province et essayer de

trouver un milieu où la province

et la municipalité sont en

faveur d'un contrat.


BOB CHIARELLI

(Propos traduits de l'anglais)

Nous sommes activement

en discussion à ce moment-ci

avec Hydro One. Hydro-One

reçoit des directives et travaille

avec le bureau du maire d'Ottawa.

Les discussions sont très positives

en ce moment.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

Après une quinzaine d'années,

le courant ne passe toujours pas

entre Hydro One et Hydro Ottawa,

au grand dam de milliers de

résidents qui aimeraient bien

voir les deux fournisseurs

d'électricité finir par se

brancher.


Transition


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

Le Palais de justice d'Ottawa

aura dorénavant plus de

représentants au comptoir pour

livrer des services en français.

La procureure générale et

ministre déléguée

aux Affaires francophones,

Madeleine Meilleur, a donné le

coup d'envoi la semaine dernière

à un projet pilote visant à

sensibiliser les Franco-Ontariens

aux services de justice en français

auxquels ils ont droit.


Images d'un discours de la Procureure générale de l'Ontario, MADELEINE MEILLEUR.


MADELEINE MEILLEUR

En 2012, la province a créé un

comité directeur chargé de

répondre aux recommandations

du Rapport du comité consultatif

de la magistrature et du barreau

pour les services en français,

sur l'accès à la justice en

français. Sur les conseils du

comité directeur, nous nous

sommes engagés à mener à bien ce

projet pilote, qui durera au

moins une année, afin de fournir

des services coordonnés et

fluides en français au Palais de

justice d'Ottawa. Le projet

fonctionnera dans le cadre

législatif et réglementaire

existant, en mettant l'accent

sur le concept de l'offre

active. Cela signifie que les

services offerts en français

doivent être facilement

accessibles et évidents.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

À Ottawa, les clients

francophones seront

automatiquement dirigés vers des

représentants capables de

s'exprimer dans la langue de

Molière. Les employés dévoués à

cette tâche porteront d'ailleurs des

macarons "Je parle français"

pour mieux se distinguer.

Des informations juridiques en

français seront également

affichées sur des grands écrans,

dans le Palais de justice.


MADELEINE MEILLEUR

Ce projet va dans le sens de

la vision que nous partageons

tous: offrir à toute la

population ontarienne un accès

équitable et adéquat au système

de justice de l'Ontario en

français.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

La ministre Madeleine Meilleur

ne cache pas son intention

d'exporter le modèle d'Ottawa à

toute la province. Il est grand

temps, selon elle, de développer

l'offre active de services en

français dans la justice

ontarienne. Une justice qui se

veut bilingue, sur papier du

moins, depuis déjà une trentaine

d'années.


Transition


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

On vous parlait en début

d'émission de cette

privatisation imminente d'Hydro

One. Eh bien, c'est maintenant

dans la loi, avec l'adoption

cette semaine du budget 2015 de

l'Ontario. La table est bel et

bien mise pour la vente de 60%

de la société provinciale de

distribution et de transmission

d'électricité.

Vous trouverez tous les détails

de cette décision sans précédent

sur notre site d'information

quotidien, au tfo.org/onfr.

Voilà ce qui conclut cette

émission d'#ONfr.

On se retrouve jeudi prochain.

Au revoir.


Générique de fermeture



Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par