Image univers ONFR Image univers ONFR

ONFR

Restez à l'affût des dossiers chauds à Queen's Park et dans la francophonie ontarienne et canadienne.

Site officielpour ONFR
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Élections: Marée libérale au Canada

Après 78 jours de campagne fédérale, c’est une marée libérale qui a déferlé sur le Canada, en commençant par l’Est. Terre-Neuve-et-Labrador, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard sont toutes devenues libérales.

L’Ontario a pour sa part donné 80 députés au nouveau gouvernement. À la Chambre des communes, la troupe de Justin Trudeau dispose d’une majorité confortable avec 184 sièges. Symboles de cette déferlante libérale, les circonscriptions francophones telles qu’établies par la Fédération des communautés francophones et acadienne ont basculé majoritairement en faveur des nouveaux gardiens du pouvoir à Ottawa.



Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Générique d'ouverture


BENJAMIN VACHET

(S'adressant au public de l'émission)

Bienvenue à #ONfr.

Après 78 jours de

campagne, les bureaux de vote

ont finalement

livré leur verdict,

et c'est une véritable marée

libérale qui s'est abattue

sur le Canada, en commençant

par l'est du pays.


Diffusion d'images de la campagne électorale de Justin Trudeau.


BENJAMIN VACHET

(Narrateur)

Terre-Neuve-et-Labrador,

l'Ile-du-Prince-Édouard, la

Nouvelle-Écosse, ou également

le Nouveau-Brunswick ont tous

basculé du côté libéral. Le

parti de Justin Trudeau

compte 184 sièges,

ce qui lui donne une majorité

confortable à la Chambre des

communes. Le Parti conservateur

constitue l'opposition

officielle, avec 99 sièges,

mais il perd son chef,

Stephen Harper. Du côté des

néo-démocrates: déception, avec

seulement 44 sièges.


BENJAMIN VACHET

(S'adressant au public de l'émission)

Le Bloc québécois compte 10 sièges

et le Parti vert n'aura qu'une

députée, Elizabeth May, donc une

seule circonscription pour

le Parti vert du Canada.


Diffusion d'images de citoyens se rendant aux urnes.


BENJAMIN VACHET

(Narrateur)

Le taux de participation, 68%,

est très élevé, le plus élevé,

en fait, depuis 1993. Un

scénario peu envisagé, celui

d'un gouvernement majoritaire à

la Chambre des communes. Pour

l'analyser, nous avons parlé

avec Geneviève Tellier. Elle est

professeure à l'Université

d'Ottawa. On l'écoute au micro

de François Pierre Dufault.


GENEVIÈVE TELLIER

On en a parlé quand même

passablement pendant la campagne

électorale. Les sondages

semblaient dire aussi

qu'une bonne partie des

Canadiens seraient prêts à avoir

un gouvernement minoritaire. On

en a eu un il y a cinq, six ans,

et ça avait donné de bons

résultats. On a parlé des

gouvernements minoritaires dans

les années 70 où là aussi,

on disait: bien, il y a eu

plusieurs programmes qui ont été

adoptés, alors est-ce qu'on

pourrait pas faire

la même chose ici?

Et peut-être que oui, peut-être

que ça s'est joué dans la boîte

de scrutin, au moment où il

fallait faire son vote. On a

dit: bon, on aimerait mieux

quelque chose d'un peu plus

"stage", "stable" que quelque

chose d'un peu plus risqué. Puis

ça pourrait expliquer le

résultat qu'on a vu.


BENJAMIN VACHET

(S'adressant au public de l'émission)

Le Parti libéral a donc raflé

de nombreuses circonscriptions,

y compris en Ontario. Et dans

celles où il était favori, il

n'a pas failli. C'est notamment

le cas à Ottawa-Vanier, où le

député sortant Mauril Bélanger

s'est de nouveau imposé. Mauril

Bélanger s'est engagé pour

les francophones hors Québec.

On l'écoute.


Diffusion du discours de victoire de MAURIL BÉLANGER


MAURIL BÉLANGER

Vous connaissez mon

engagement envers l'importance

de la dualité linguistique et

les langues officielles au pays.

La plateforme libérale a des

engagements fort intéressants où

j'ai pu contribuer. Et j'ai hâte

de travailler pour

les mettre en place.


BENJAMIN VACHET

(S'adressant au public de l'émission)

Symbole de cette déferlante

libérale, les circonscriptions

francophones, telles que

définies par la Fédération des

communautés francophones et

acadiennes, sont passées dans le

camp libéral. Sébastien Pierroz

a rencontré la présidente de

la FCFA, Sylviane Lanthier.


Transition


SÉBASTIEN PIERROZ

(S'adressant au public de l'émission)

Elles étaient encore 19 sous

les conservateurs voilà quelques

jours. Les 30 circonscriptions

identifiées par la Fédération

des communautés francophones

et acadiennes ont désormais

25 députés libéraux. On en

parle avec la présidente de

l'organisme, Sylviane Lanthier.


SYLVIANE LANTHIER

Quand on regarde la plateforme

du Parti libéral, on

pouvait y lire, par exemple,

qu'ils proposaient de

fabriquer avec les communautés

francophones un nouveau plan

pour les langues officielles.

Alors, on peut espérer que

la feuille de route va se

transformer en quelque chose

de différent et qui va peut-être

être une approche qui va donner

un coup de barre et qui va

favoriser le développement

de nos communautés.

C'est ce que nous, on veut et c'est

la direction dans laquelle on va

travailler avec le nouveau

gouvernement libéral. On

veut vraiment que l'ensemble des

Canadiens et des Canadiennes

aient accès à des services dans

la langue officielle de leur

choix. Alors ça, en gros, c'est

vraiment le souhait que nous

avons et c'est ce que nous

allons surveiller, comment on

s'y prend, comment on peut

vraiment mettre en oeuvre.

Parce que ce qu'on sait, c'est

qu'il y a beaucoup de plaintes,

qu'il y a des ministères qui ne

livrent pas la marchandise.

Alors, pour que ce soit fait,

ça, je pense que ça prend d'abord

et avant tout une volonté politique.


SÉBASTIEN PIERROZ

(S'adressant au public de l'émission)

Outre la feuille de route et

l'amélioration de la Loi sur les

langues officielles, les défis

demeurent grands pour le nouveau

gouvernement élu. L'enjeu

d'attirer des immigrants

francophones hors Québec demeure

plus important que jamais.


SYLVIANE LANTHIER

Oui, la solution, je pense que

c'est d'examiner les programmes

du gouvernement fédéral avec une

lentille francophone pour voir

quelles sont les mesures qui

peuvent être mises en place pour

que nous, on puisse tirer notre

épingle du jeu aussi. Alors,

on attend de lui, de son

gouvernement, de ses députés

qu'ils livrent la marchandise.

D'une certaine façon, il l'a

beaucoup promis, Justin Trudeau,

en campagne, à toutes

sortes d'égards.

Donc, ça va être important qu'il

lance des signaux très clairs

dès les premières semaines,

les premiers mois. Et ça va être

important, je pense, qu'il lance

des signaux très clairs

à nos communautés aussi.


SÉBASTIEN PIERROZ

(S'adressant au public de l'émission)

Le gouvernement de Stephen

Harper a donc suscité beaucoup

de déception chez les

francophones hors Québec. Les

attentes sont donc élevées pour

que le Parti libéral redonne

un souffle au fait

francophone hors Québec.


SYLVIANE LANTHIER

On peut penser qu'il y a une

tradition au Parti libéral

en faveur de la dualité

linguistique et du bilinguisme,

mais cette tradition-là ne doit

pas rester lettre morte et elle

doit se traduire en mesures,

vraiment, qui correspondent à ce

qu'on est en 2015, et elles

doivent se traduire en mesures

positives pour le développement

de nos communautés.

Mais c'est sûr qu'un

gouvernement minoritaire, c'est

un gouvernement qui est

obligé d'être à l'écoute. Un

gouvernement majoritaire met

en place ses propres politiques,

peut-être des fois avec moins

d'écoute. Maintenant, on va voir

ce que ce gouvernement-là va

faire. On va voir quel

va être son style.

On peut pas présumer à l'avance.

Nous, on souhaite travailler

avec ce gouvernement-là.

On veut collaborer.


SÉBASTIEN PIERROZ

(S'adressant au public de l'émission)

Les libéraux ont donc quatre

ans pour réussir là où les

conservateurs n'ont pas

convaincu en neuf ans.


Transition


BENJAMIN VACHET

(S'adressant au public de l'émission)

La première ministre de

l'Ontario, Kathleen Wynne, avait

pris un risque en appuyant

ouvertement Justin Trudeau. Un

pari qui s'est avéré payant.

Étienne Fortin-Gauthier est allé

recueillir ses réactions

à Queen's Park.


Transition


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

(S'adressant au public de l'émission)

L'arrivée d'un nouvel

interlocuteur à Ottawa vient

transformer les relations entre

le gouvernement ontarien

et le fédéral.

C'est du moins l'avis de la

première ministre de l'Ontario,

Kathleen Wynne, qui a fait

campagne sans relâche pour

Justin Trudeau au cours des

dernières semaines et qui espère

maintenant faire avancer

ses dossiers prioritaires.


Diffusion d'un discours de KATHLENN WYNNE


KATHLEEN WYNNE

Cette élection a été très

importante pour l'Ontario

parce que nous avons besoin

d'un partenaire à Ottawa qui

comprend que c'est important

pour les provinces, les

territoires et le gouvernement

fédéral de travailler ensemble

pour trouver les solutions

aux problèmes de changements

climatiques, d'investissements,

infrastructures, des réfugiés,

crises et du partenariat

entre les gouvernements.

Et c'est pourquoi je suis

heureuse aujourd'hui.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Narrateur

Les régimes de retraite, les

infrastructures, les changements

climatiques et la péréquation

sont au nombre des priorités

de Kathleen Wynne. Quant à

la légalisation de la marihuana,

Mme Wynne affirme qu'un débat

public sur la question est

nécessaire depuis

un bon moment déjà.

La ministre déléguée aux

Affaires francophones, Madeleine

Meilleur, croit que les

francophones vivant en situation

minoritaire vont bénéficier

de cette victoire

de Justin Trudeau.


MADELEINE MEILLEUR

Ah, c'est une très bonne

nouvelle parce que, je l'ai dit

très souvent, les francophones

hors Québec n'avaient pas

tellement d'importance

pour le gouvernement Harper.

Alors, avec M. Trudeau, je pense

aussi que ça va changer. On

va avoir un allié à la tête.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Narrateur

Les progressistes-conservateurs

de l'Ontario font quant à eux

preuve de moins d'enthousiasme.

Mais ils affirment que cette

victoire libérale ne leur nuira pas.


JOHN YAKABUSKI

(Propos traduits de l'anglais)

Nous aurions été plus heureux

d'une victoire de Stephen Harper.

Mais il y a la politique provinciale

et la politique fédérale.

Il y a des enjeux fédéraux

et des enjeux provinciaux.

Nous allons continuer à

représenter les gens de l'Ontario

quant aux enjeux provinciaux.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

(S'adressant au public de l'émission)

Pendant la campagne, Justin

Trudeau a promis aux provinces

qu'il ne se mêlerait pas de

leurs champs de compétence. Il

demeure que le Parti libéral

du Canada a toujours

été plus enclin

à la centralisation que les

conservateurs. Il faudra voir, au

cours des prochains mois, si

Kathleen Wynne garde son

enthousiasme au terme de la lune

de miel de Justin Trudeau.


Transition


BENJAMIN VACHET

(S'adressant au public de l'émission)

La victoire du Parti libéral

lors de cette 42e élection

générale pourrait avoir de

fortes conséquences, aussi

bien en Ontario que dans les

communautés francophones en

situation minoritaire. Toute

l'équipe de #ONfr surveillera

ça pour vous sur son

site d'information: tfo.org/onfr.

Vous pouvez également nous

suivre sur Twitter.

Voilà, c'est ce qui conclut

cette émission.

On se retrouve jeudi prochain.

Au revoir.


Générique de fermeture

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par