Image univers ONFR Image univers ONFR

ONFR

Restez à l'affût des dossiers chauds à Queen's Park et dans la francophonie ontarienne et canadienne.

Site officielpour ONFR
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Ministres et minorités francophones

La garde rapprochée du premier ministre Justin Trudeau sera-t-elle suffisamment sensible aux enjeux des minorités francophones? Si le nouveau dirigeant à Ottawa a laissé une mauvaise impression a priori aux communautés francophones et acadienne en ne nommant qu’un seul ministre hors-Québec, il s’est peut-être repris avec la nomination de Mélanie Joly, une proche collaboratrice, au ministère du Patrimoine canadien.

Et, 40 ans après le naufrage de l’Edmund Fitzgerald dans le lac Supérieur, dans quel état se trouve la flotte marchande des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent? Faut-il s’inquiéter de la possibilité d’utiliser ces véritables mers intérieures pour transporter du pétrole?



Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Générique d'ouverture


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

(S'adressant au public de l'émission)

Bienvenue à #ONfr.

Les francophones vivant en situation

minoritaire seront-ils bien

servis par le nouveau Conseil

des ministres de Justin Trudeau?

Une question qui se pose

alors que les défis pour

nos communautés sont très

importants, notamment en matière

d'immigration et d'accès aux

services en français. Le nouveau

gouvernement n'a pas de ministre

aux Langues officielles

proprement dit. Il n'y a pas non

plus énormément de francophones

hors Québec au sein du Conseil

des ministres. Je fais le point

sur ces changements importants

avec mon collègue

Benjamin Vachet, à Ottawa.

(S'adressant à BENJAMIN VACHET)

Bonjour, Benjamin.


BENJAMIN VACHET

Bonjour, Étienne.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Benjamin, tu étais à

l'assermentation. Ce qu'on

peut dire, c'est que chez les

francophones hors Québec, il y a

un peu de déception sur la

composition du Conseil

des ministres.


BENJAMIN VACHET

Oui, effectivement, Étienne.

Un peu de déception, eh bien,

parce que le seul francophone

hors Québec qu'on compte dans

ce Conseil des ministres, c'est

l'Acadien Dominic Leblanc. Et

encore, il n'a même pas de

portefeuille ministériel, il

est juste leader du gouvernement

à la Chambre des communes,

un poste important, mais qui

n'est pas une enveloppe

ministérielle. On pouvait

espérer, peut-être, avoir

des députés franco-ontariens.

Je pense à Mauril Bélanger,

le député de longue date

d'Ottawa-Vanier.

Il y a eu d'autres députés

franco-ontariens aussi qui ont

gagné les élections et qui

auraient pu être nommés sur

ce Conseil des ministres, même

à travers le pays; il n'en est

rien donc. Et il va falloir, eh

bien, composer aussi également,

pour la Fédération de la

communauté francophone et

acadienne du Canada, avec une

nouvelle donne, et c'est ce qui

a inquiété un peu. C'est que le

poste de ministre du Patrimoine

canadien et des Langues

officielles, l'ancien poste de

Shelly Glover, s'est transformé

en poste de ministre... de

ministère, pardon, du Patrimoine

canadien tout simplement,

et c'est Mélanie Joly

qui va l'occuper.

C'est juste un mot, mais c'est

sûr que ça inquiète un

petit peu la communauté.

Une inquiétude que comprend

le professeur à l'Université

d'Ottawa Claude Denis, mais

il voit toutefois des motifs

d'espoir à la nomination d'une

néophyte, Mélanie Joly, qui sera

à son premier mandat comme

députée fédérale. Il pense que

la communauté francophone hors

Québec peut bénéficier

de cette nomination.


Entretien avec CLAUDE DENIS, politologue, Université d'Ottawa.


CLAUDE DENIS

Mais ce qui est important,

aussi, c'est de noter que c'est

quelqu'un qui est proche du

premier ministre. Mme Joly,

elle est généralement présentée

comme une amie de Justin

Trudeau, et ça, ça peut

pas nuire aux communautés

francophones, dans la mesure

où c'est elle qui est leur

ministre. Alors, si les

communautés réussissent à avoir

son oreille, elle, elle peut

avoir l'oreille du premier ministre.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Et Benjamin, quelles sont

les attentes des communautés

francophones en

milieux minoritaires?


BENJAMIN VACHET

Alors, les attentes, en fait,

elles sont nombreuses, et puis

elles ont été connues pendant

la campagne électorale.

On parle du dossier de

l'immigration, bien sûr, mais

également le financement des

organismes communautaires dans

ces communautés de langues

officielles en situations

minoritaires. Il y aura

également la question, et elle

est très importante, du respect

des langues officielles. Donc,

Mélanie Joly aura un rôle très

important à jouer. Il faudra

aussi, pour ces communautés,

se faire connaître, eh bien, de

ministres qui ne les connaissent

peut-être pas très bien. On

parle de Mélanie Joly, bien sûr,

mais on parle également de

Marie-Claude Bibeau, qui est

responsable de la francophonie,

ou encore du ministre de

l'Immigration John McCallum.

Bonne nouvelle, toutefois, pour

les communautés francophones

hors Québec. Le rétablissement

du formulaire long du

recensement, qui sonne comme une

très bonne nouvelle pour débuter

ce nouveau gouvernement.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Merci beaucoup, Benjamin.


BENJAMIN VACHET

Merci à toi, Étienne.


Transition


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

(S'adressant au public de l'émission)

On parle énormément de

sécurité ferroviaire, surtout

depuis le drame de Lac-Mégantic

en 2013 et le déraillement

de Gogama dans le nord de

l'Ontario l'hiver dernier,

mais très peu de sécurité

maritime sur les Grands Lacs

et le fleuve Saint-Laurent.

Pourtant, ce sont des voies

qui sont très utilisées pour le

transport de marchandises et qui

pourraient bien devenir de

véritables autoroutes du pétrole

au cours des prochaines années.

Mon collègue François Pierre

Dufault s'est penché sur

cette question. Il est allé

à Sault-Sainte-Marie, 40 ans

après le naufrage de l'Edmund

Fitzgerald, dans le lac

Supérieur. Voici son reportage.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

Nous sommes à

Sault-Sainte-Marie, le point

central des Grands Lacs et la

porte d'entrée du lac Supérieur,

ce lac qui ne pardonne pas,

comme nous le dit une vieille

légende chippewa.

C'est d'ailleurs tout près

d'ici, à Sault-Sainte-Marie, le

10 novembre 1975, il y a 40 ans,

que le vraquier Edmund

Fitzgerald a fait naufrage,

emportant avec lui, au fond du

plus grand des Grands Lacs, la

vie de ses 29 membres d'équipage

et plus de 26 000 tonnes de

minerais de fer. Quarante ans après

le naufrage de l'Edmund Fitzgerald,

l'équipe de #ONfr a décidé

de se pencher sur la sûreté

maritime des Grands Lacs et

du Saint-Laurent. C'est que

plusieurs des navires qui

sillonnaient ces eaux à l'époque

du Fitzgerald sont toujours en

service aujourd'hui. On n'a qu'à

penser au Arthur M. Anderson,

construit en 1952, et

qui suivait d'ailleurs

le Fitzgerald dans la tempête

qui lui a été fatale.

L'âge moyen des navires

canadiens sur les Grands

Lacs est 40 ans. Une flotte

vieillissante qui inquiète des

groupes d'environnementalistes,

comme l'Alliance pour les Grands

Lacs basée à Chicago, aux

États-Unis. Surtout qu'il est de

plus en plus question d'utiliser

ces vastes mers intérieures

pour transporter du pétrole

de l'Ouest vers les ports

de l'Atlantique.


Entretien avec LYMAN WELCH, directeur juridique, Alliance pour les Grands Lacs.


LYMAN WELCH

(Propos traduits de l'anglais)

Nous devons nous demander

sérieusement, en tant que région,

si nous voulons permettre

que nos Grands Lacs deviennent

une autoroute pour le transport

du pétrole.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

Les Grands Lacs sont une source

d'eau potable pour plus de 40

millions d'Américains et de

Canadiens. L'impact aujourd'hui

d'un naufrage de l'ampleur

de l'Edmund Fitzgerald, avec une

cargaison de pétrole, serait

donc grand. La Lake Carriers'

Association, qui représente

les propriétaires de

la flotte marchande des

Grands Lacs, dit par contre

que : «une coque bien entretenue

peut durer en principe aussi

longtemps qu'un armateur

le souhaite. Plusieurs navires

construits dans les années 1950

ont depuis été allongés et munis

d'auto-déchargeurs. L'environnement

d'eau douce permet d'augmenter

ainsi la capacité de chargement

sans engager les coûts

de nouvelles constructions».

Mais les choses sont en train de

changer. La flotte marchande des

Grands Lacs et du Saint-Laurent

rajeunit peu à peu depuis

la levée, en 2010, par le

gouvernement canadien, d'un

droit d'importation de 25%

sur les navires étrangers.

Le professeur Emmanuel Guy,

de l'Université du Québec

à Rimouski, explique dans

un échange de courriels

avec #Onfr: «Il y a eu des

investissements massifs dans

la flotte canadienne opérant

sur les Grands Lacs au point que

le vieillissement n'est plus

considéré comme un enjeu».

La Chambre de commerce maritime

chiffre ses investissements

à 4,1 milliards de dollars.

Un coup de barre important pour

une industrie qui donne lieu

à des échanges commerciaux de 35

milliards de dollars par année.


LYMAN WELCH

(Propos traduits de l'anglais)

Nous savons, avec l'exemple

de l'Edmund Fitzgerald,

que les conditions météorologiques

sur les Grands Lacs peuvent

changer rapidement et que

de très violentes tempêtes

peuvent se produire. Il y a

donc toujours un risque que

des navires coulent et que

leur cargaison se perde.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

(S'adressant au public de l'émission)

Ce lac qui ne pardonne pas,

au nord de Sault-Sainte-Marie,

demeurera toujours imprévisible.

Quarante ans après les faits, on

ne sait toujours pas exactement

ce qui a causé la perte de

l'Edmund Fitzgerald. La thèse la

plus plausible est que le navire

ait heurté un récif près de l'île

Caribou et qu'il ait commencé à

sombrer jusqu'à ce que les eaux

déchaînées du lac Supérieur

lui donnent le coup de grâce

quelques heures plus tard. Un

drame dont il faut se souvenir,

comme nous le dit la chanson, et

les navires d'acier sillonnent

les eaux comme le savent tous

les marins en se rappelant

des tempêtes de novembre.


Transition


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

(S'adressant au public de l'émission)

Et comme mot de la fin, je

vous invite à visiter notre site

Internet pour un reportage

sur les dix ans du règlement

sur l'affichage bilingue de

Clarence-Rockland. À l'époque,

ça avait fait vraiment

polémique, ce règlement.

Aujourd'hui, on voit plus de

français dans la ville, mais ce

n'est pas tout le monde qui

respecte le règlement. C'est à

lire sur notre site Internet,

au tfo.org/onfr. Et évidemment,

vous pouvez interagir avec nous

via les réseaux sociaux

et notre compte Twitter.

Voilà ce qui complète cette

édition de #ONfr. Merci

d'avoir été là. On se retrouve

jeudi prochain. Au revoir.


Générique de fermeture


Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par