Image univers ONFR Image univers ONFR

ONFR

Restez à l'affût des dossiers chauds à Queen's Park et dans la francophonie ontarienne et canadienne.

Site officielpour ONFR
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Budget fédéral : les francophones satisfaits

Le premier budget des libéraux de Justin Trudeau a plutôt satisfait les francophones en contexte minoritaire au Canada. Le gouvernement y a mentionné la protection des langues officielles. Il annonce aussi plusieurs mesures jugées satisfaisantes par la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA), notamment le rétablissement du Programme de contestation judicaire. De nouveaux investissements pour les fêtes du 150e anniversaire de la Confédération, en 2017, pourraient aussi se traduire par « des gestes concrets en faveur de la dualité linguistique à travers le pays en soutenant ceux qui y contribuent », selon la FCFA. Les provinces et les villes canadiennes, qui attendaient beaucoup de ce budget, pourront à leur tour profiter d’une manne sans précédent de 120 milliards $ sur dix ans pour l’infrastructure.



Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Titre :
#ONfr


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER, animateur et reporter, est en studio, s'adressant au public de l'émission.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Bienvenue à #ONfr. Le

gouvernement de Justin Trudeau a

présenté son premier budget au

cours des derniers jours. On

vous propose aujourd'hui une

analyse approfondie

des mesures annoncées

particulièrement celles qui

touchent les communautés

francophones du pays. Dans

ce budget, le ministre des

Finances, Bill Morneau, a

donné vie à l'une des grandes

promesses libérales de la

dernière campagne électorale.

Les infrastructures obtiennent

une enveloppe de plus de 120

milliards de dollars pour les

dix prochaines années. 11,9

milliards seront d'ailleurs

dédiés à plusieurs projets

d'infrastructure, dont en

transport collectif, notamment,

et en logement abordable.

Le budget 2016 prévoit également

l'instauration d'une nouvelle

allocation canadienne pour

enfants et le retour de l'âge

de la retraite à 65 ans. Ça va

faire bien des heureux. Pour

financer toutes ces mesures,

le gouvernement libéral aura

cependant recours au déficit.

Il s'élèvera à 29,4 milliards

de dollars dans l'exercice

2016-2017. Le gouvernement

ne dit pas, par ailleurs, quand

il retrouvera l'équilibre. Le

ministre des Finances a défendu

la stratégie libérale, une

manière, selon lui, de protéger

la classe moyenne. Écoutons-le.


BILL MORNEAU, le ministre des Finances du Canada, témoigne, lors d'un point de presse.


BILL MORNEAU

C'est vraiment un budget

pour la classe moyenne. C'est un

budget qui va aider, faire

croître l'économie

pour l'avenir.

Il y a que cinq mois, les

Canadiens nous ont dit deux

choses: "Aidez-moi et ma famille

et faire croître l'économie." Et

c'est vraiment aujourd'hui que

nous commençons avec

notre plan pour le faire.


De retour en studio.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Et dans ce budget, on annonce

qu'au cours des cinq prochaines

années, 8,4 milliards de dollars

iront aux peuples autochtones.

C'est un investissement sans

précédent qui doit faire

une différence en matière

d'éducation dans plusieurs

communautés autochtones du pays.

Les francophones attendaient,

eux aussi, beaucoup de ce

budget. Sont-ils satisfaits?

Réponses et réactions avec

mon collègue Benjamin Vachet.


BENJAMIN VACHET, reporter national, se trouve devant le Parlement.


BENJAMIN VACHET

Le budget fédéral du

gouvernement de Justin Trudeau

satisfait plutôt les communautés

francophones en situation

minoritaire. La protection des

langues officielles y était

annoncée. Également, plusieurs

mesures qui sont jugées

satisfaisantes par la Fédération

des communautés francophones

et acadiennes du Canada.

Parmi elles, l'enveloppe de

1,9 milliard décidée pour les

arts et la culture qui permettra

notamment de bonifier le

financement de Radio-Canada/CBC.

Autre promesse qui a été

concrétisée: celle de rétablir

le Programme de

contestation judiciaire.

La FCFA indique également que

sur les investissements annoncés

dans plusieurs domaines,

certains vont bénéficier aux

communautés francophones en

situation minoritaire. On écoute

la directrice générale,

Suzanne Bossé.


SUZANNE BOSSÉ

Les mesures qui sont

annoncées, les investissements

qui sont annoncés, que ce soit

en culture, que ce soit au

niveau des aînés, au niveau d'un

accès plus large, plus important

au niveau de la large bande pour

l'internet, que ce soit en

économie, au chômage, ça

touche aussi nos régions.

Alors toutes ces mesures-là

répondent déjà à des besoins et

des priorités que nous, on avait

identifiés pour les communautés.

Maintenant, plus précisément,

comment chacune de ces

initiatives va comporter ou non

une lentille francophone, c'est

ce que l'on souhaite définir

avec le gouvernement.


BENJAMIN VACHET

Aucune mention spécifique ne

permet toutefois de garantir que

ces investissements auront

bien lieu dans les communautés

francophones en situation

minoritaire. De plus, plusieurs

des demandes qui avaient été

formulées par la FCFA avant

le budget, soit notamment

l'indexation du financement des

organismes qui est gelé depuis

dix ans, ou encore le déblocage

des fonds de la feuille de route

pour les langues officielles

qui sont restées jusqu'ici

inutilisés ne font pas partie de

ce budget. Une situation qui est

jugée inacceptable par le

député néo-démocrate

François Choquette.


FRANÇOIS CHOQUETTE est porte-parole néo-démocrate aux langues officielles.


FRANÇOIS CHOQUETTE

On a eu un gouvernement où

on a souffert pendant dix années

sous les conservateurs

par rapport à la

dualité linguistique,

il aurait fallu un pas sérieux,

un engagement sérieux de la part

du gouvernement libéral.

Malheureusement, on

l'a pas reçu aujourd'hui.


Apparaît une affiche indiquant la mention suivante: «Fédération des communautés francophones et acadiennes du Canada.»


BENJAMIN VACHET

La FCFA reste pourtant, pour

sa part, plutôt optimiste. Elle

dit que plusieurs rencontres

avec les ministères sont prévues

dans les prochaines semaines.

Elle a bon espoir d'être

entendue et que les besoins des

communautés feront partie de la

mise en oeuvre des programmes.


De retour en studio.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Le 150e de la Confédération

canadienne qui va se dérouler en

2017 est aussi un dossier très

surveillé dans les communautés

francophones en situation

minoritaire. Il y a de nouveaux

fonds qui ont été annoncés dans

ce budget par le gouvernement

Trudeau. Mon collègue Sébastien

Pierroz a décortiqué tous ces

chiffres. Voici son reportage.


SÉBASTIEN PIERROZ

À la lecture du document budgétaire,

les francophones attendaient

un geste de la part du

gouvernement fédéral dans le

cadre du 150e anniversaire

de la Confédération prévu pour

2017. Le gouvernement de Justin

Trudeau injectera finalement 150

millions de dollars pour la

tenue de l'événement, une somme

répartie sur deux ans. Cette

somme, investie par le

gouvernement Trudeau, s'ajoute à

celle de 210 millions de dollars

donnée par le gouvernement de

Stephen Harper. Elle servira

entre autres à des projets

de rénovation, d'agrandissement,

mais aussi pour l'infrastructure

communautaire et culturelle.

Pour la Fédération des

communautés francophones et

acadiennes, le coup de pouce du

gouvernement de Justin Trudeau

est précieux. Il sert entre

autres à poser des gestes

concrets en faveur d'une dualité

linguistique et pour ceux aussi

qui y contribuent. Du côté de la

Ville d'Ottawa, le maire Jim

Watson juge ce coup

de pouce profitable.


JIM WATSON

Nous sommes en discussion avec

le bureau de Mme Joly et les

fonctionnaires et Guy Laflamme.

On n'a pas de nouvelles à ce

moment-là, mais je pense que

c'est bon pour moi qu'il y a une

mention de 2017 dans le budget,

parce que ça, c'est une année

très importante pour nous

autres, ici, à Ottawa.


SÉBASTIEN PIERROZ

L'argent est maintenant

présent, mais les libéraux

ont maintenant 15 mois pour

préparer l'événement et

assurer la pertinence de

la dualité linguistique.


De retour en studio.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Les investissements de Justin

Trudeau dans les routes, les

transports en commun et le

logement abordable font des

heureux parmi les provinces et

les municipalités canadiennes.

Il faut dire que pour bon nombre

d'entre elles, les besoins sont

grands et elles attendent depuis

bien longtemps de l'argent neuf.

Mon collègue François Pierre

Dufault fait le point.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

La Fédération canadienne

des municipalités parle d'une

nouvelle ère de collaboration

entre le fédéral et les villes.

Plusieurs gouvernements

provinciaux se sont réjouis

eux aussi du dépôt à Ottawa

d'un budget vraiment axé

sur l'infrastructure. Le

gouvernement libéral de Justin

Trudeau dépensera 11,9 milliards

de dollars dans l'infrastructure

au cours de la prochaine année.

C'est plus du double des

investissements de l'ancien

gouvernement conservateur.


CHARLES SOUSA, le ministre des Finances de l'Ontario témoigne, lors d'un point de presse.


CHARLES SOUSA

(Propos traduits de l'anglais)

Certainement, l'engagement du fédéral

dans l'infrastructure (il double les investissements) est très important

pour l'ensemble du Canada, et pas juste

l'Ontario.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

L'Ontario obtiendra la part du

lion de ces investissements

fédéraux. La province pourra

compter sur 1,5 milliard de

dollars pour ses transports

collectifs. C'est près de la

moitié de l'enveloppe fédérale

dédiée à l'amélioration des

réseaux d'autobus et de trains

d'un bout à l'autre du pays. Le

fédéral se dit aussi prêt à

financer jusqu'à 50% de certains

grands chantiers, comme le

projet de train léger à Ottawa

ou encore l'achat de nouveaux

wagons de métro à Toronto.

C'est une première et le maire

d'Ottawa en est bien content. Il

estime qu'il pourrait économiser

un demi-milliard de dollars

avec cette nouvelle formule.


JIM WATSON, le maire d'Ottawa, témoigne lors d'un point de presse.


JIM WATSON

(Propos traduits de l'anglais)

Ce sont des nouvelles très encourageantes

pour les villes, et certainement pour la

ville d'Ottawa. Nous avons été clairs.

Le secteur municipal a une capacité réduite

de financement par rapport aux autres ordres de gouvernement.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT (Narrateur)

Seul point en suspens pour

l'Ontario: les pensions.

Le ministre fédéral des Finances

Bill Morneau ne s'est pas engagé

clairement dans son budget à

bonifier le régime des

pensions du Canada.

Il a seulement promis de

consulter davantage les

provinces et les territoires

pour en arriver à une décision

collective d'ici la fin de l'année.


Défilent des images d'une rencontre des ministres des Finances.


FRANÇOIS PIERRE DUFAULT

L'Ontario attend beaucoup de ces

négociations qui auront lieu au

cours des prochains mois. On

sait que la province a décidé de

retarder d'un an le lancement

de son propre régime

d'épargne-retraite dans l'espoir

de conclure une entente avec le

fédéral sur un RPC amélioré.


De retour en studio.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Voilà ce qui conclut cette

édition de #ONfr. Pour d'autres

perspectives sur le budget,

visitez notre site internet.

C'est au tfo.org/onfr. Et vous

pouvez évidemment nous suivre

aussi sur notre compte Twitter

pour toute l'actualité.


L'adresse twitter suivante apparaît: @ONFR_TFO et l'adresse électronique suivante apparaît: TFO.ORG/ONFR


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Au nom de toute notre équipe,

merci d'avoir été là. On se

retrouve la semaine prochaine.


Générique de fermeture



Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par