Image univers Parent un jour, parent toujours Image univers Parent un jour, parent toujours

Parent un jour, parent toujours

Des trucs et astuces qui permettent de réfléchir sur l'éducation des enfants en valorisant l'expérience des papas et des mamans d'aujourd'hui. Deux sympathiques familles se rencontrent pour une fin de semaine afin de vivre toutes sortes d'activités qui leur permettent d'échanger sur un thème précis lié à l'éducation des tout-petits. Un spécialiste se joint à la bande pour approfondir davantage le sujet et proposer d'autres solutions aux défis quotidiens que représente l'éducation.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Quand la cigogne repasse

L’attente d’un nouvel enfant génère souvent des craintes et des questionnements chez les parents : Comment l’aîné réagira-t-il face à l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite soeur? Sera-t-il jaloux? Va-t-il sentir qu’il perd sa place? Il existe plusieurs trucs et stratégies pour préparer son enfant à l’arrivée d’un nouveau bébé dans la famille. Des parents et une spécialiste explorent le sujet.


Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Intertitre :
Album de familles


NARRATEUR

Voici la famille

Langlois-Martineau : Papa

Christian, Maman Annie,

et le reste de la famille,

qui s'agrandira bientôt.


Dans une cuisine, CHRISTIAN tient RÉMI dans ses bras en compagnie d'ANNIE.


CHRISTIAN

Je vous présente monsieur

Rémi, qui est arrivé voilà

un an et demi, notre joie.

Et ma conjointe Annie.


CHRISTIAN touche le ventre d'ANNIE qui est enceinte.


CHRISTIAN

Et le petit nouveau, qui s'en

vient dans cinq mois, plus

ou moins cinq mois. Voilà.


ANNIE

Puis qui a pas de nom!


CHRISTIAN

Puis qui a pas de nom.

On l'appelle Numéro 2.


NARRATEUR

Voici la famille

Blouin-Kairns. Papa Yanick,

Maman Leila et leur marmaille.


Assise à une table, LEILA présente ses enfants.


LEILA

Ici, on a Owen, qui a 11 mois,

qui est le plus jeune de la

famille, notre deuxième petit

garçon. Notre petite surprise,

qu'on aime beaucoup. Puis

Liam, le grand frère, hein?

Liam, tu es le grand frère.

C'est qui lui?


LIAM

Owen!


LEILA

Ton petit frère?


LIAM

P'tit frère.


LIAM embrasse OWEN sur le front.


NARRATEUR

Ces parents, qui ne

se connaissent pas, ont accepté

de passer une fin de semaine

complète ensemble pour échanger

sur la manière de bien vivre

l'arrivée d'un nouveau bébé,

pour partager leurs inquiétudes

et des trucs... Bref, pour se

rassurer. Parce que, quand la

cigogne repasse, tout le monde

doit s'adapter. D'abord,

les enfants doivent désormais

partager leurs parents. Et

le couple, qui en a déjà plein

les bras, prend soin de sa

marmaille, de lui-même, malgré

les nombreuses nuits blanches.


Titre :
Parent un jour, parent toujours Quand la cigogne repasse


ANNIE témoigne.


ANNIE

Tous les jours, je lui

fais flatter ma bedaine,

tu sais. Puis là, c'est

sûr que, là, elle commence

à être vraiment grosse.

Ça fait que je suis comme:

« Regarde, y'a un bébé dans

mon ventre! Y'a un bébé qui

fait dodo. »

RÉMI qu'elle porte)

Tu le vois-tu?

(À la caméra)

J'ai des inquiétudes... J'en

ai quelques-unes. En fait,

ça, ça va être plus... C'est

pas tant la vie à quatre.

Ça va être plus le fait de

son adaptation à lui, parce

qu'étant donné qu'il est

tellement jeune, il aura

pas tout à fait deux ans

quand l'autre petit garçon

va arriver. Donc, je sais

pas ça va être quoi sa

réaction, parce que c'est

sûr qu'on vit tellement

dans un petit microcosme,

dans une bulle à trois,

depuis un an et demi, tu

sais. Moi j'ai neuf mois

pour me préparer, mon chum

aussi, mais lui c'est un petit

petit bébé. Dans sa conscience

d'enfant, lui, comment

il va voir ça, là, tu sais.

Est-ce qu'il va perdre

sa place de privilégié?


CHRISTIAN témoigne.


CHRISTIAN

Moi je pense

que la seule inquiétude,

c'est que... C'est vraiment

que Rémi, peut-être régresse,

peut-être qu'il ait un peu de

jalousie.


ANNIE

J'ai entendu quelques

histoires un peu épeurantes

autour de moi, là, de jeunes

familles qui, c'est ça, à

la venue du deuxième enfant,

bien, ça s'est comme un peu

mal passé, les deux-trois

premiers mois ont été assez

pénibles. Puis, entre autres,

il y avait une amie, c'est ça,

sa petite s'est mise carrément

à régresser, à faire caca à

terre dans la cuisine, tu sais,

comme pour attirer l'attention,

mais c'est sûr que je m'attends

à tout, tu sais.


Dans une cuisine, LEILA et YANICK font la cuisine. LIAM apporte une fève à son petit frère OWEN.


LEILA témoigne.


LEILA

Il y a beaucoup de choses

que je trouve difficiles avec

l'arrivée d'un nouvel enfant,

mais, en même temps, il y a

beaucoup de choses que je

trouve plus faciles parce

que je sais c'est quoi les

prochaines étapes, tu sais.

Je sais où on s'en va,

mais pour les choses

plus difficiles, je dirais

vraiment de donner de

l'attention autant à un qu'à

l'autre. Ça c'est difficile

parce que tu veux donner

ton 100% de toi-même aux

deux, puis tu peux pas.

Il faut que tu donnes

50%, 50% finalement, là.


YANICK témoigne.


YANICK

Depuis qu'il marche, depuis

qu'il a commencé à se déplacer

par lui-même, il a besoin de

plus d'attention parce qu'on

ne veut pas qu'il grimpe ou

qu'il se fasse mal, tombe dans

les escaliers ou... Donc, on a

beaucoup Owen dans nos bras.

Évidemment, lui, il est un petit

peu frustré parce que lui aussi

aimerait se faire prendre dans

les bras aussi. Puis là, c'est

là qu'il faut gérer les crises.


LIAM réclame le téléphone de son père.


LEILA

C'est sûr qu'il régresse un peu.

Il va pleurer pour avoir ce

qu'il veut au lieu d'utiliser

des mots. Il avait un meilleur

vocabulaire avant. Mais, en tout

cas, ça allait vers là, puis

là, il a décidé, tu sais... Vu

qu'un bébé, ça pleure puis on

intervient tout de suite, bien

il veut faire la même chose

parce qu'il veut avoir de

l'attention, puis il veut

qu'on intervienne tout de

suite à ses besoins, tu

sais. Ça fait que, ça, c'est

sûr que c'est dur à gérer.


NARRATEUR

Au cours de sa

carrière, Marie-Josée Filion

a accompagné plusieurs

parents inquiets de l'impact

de l'arrivée d'un nouvel

enfant dans leur clan.

Elle les a aidés, par le

biais de ses formations et

conférences, à mieux gérer les

réactions négatives des aînés.


MARIE-JOSÉE FILION regarde une enfant qui écrit.


MARIE-JOSÉE FILION

Mon Dieu, tu les connais

bien tes lettres! Hein? Pour

une cocotte de maternelle,

t'es pas mal bonne!


MARIE-JOSÉE FILION, ergothérapeute, témoigne.


MARIE-JOSÉE FILION

Ce qui m'a amenée à travailler

avec les parents puis les

enfants... Bien d'abord,

je suis ergothérapeute.

Ça fait que j'ai étudié

le développement des

enfants. Après ça, je me

suis formée pour donner

des ateliers aux parents,

parce que je trouvais qu'être

mère, c'était pas évident.

Ça fait que je me suis dit

que si c'était pas évident

pour moi, c'était pas évident

pour d'autres. Puis ma

plus grande expertise,

c'est que j'ai trois enfants.

Ça fait que j'ai appris

à l'université de la vie.

Pour l'arrivée d'un deuxième

enfant, je pense que la chose

la plus importante, c'est de

pas s'angoisser, parce qu'il

faut se faire confiance,

il faut faire confiance aux

capacités de nos enfants de

s'adapter, puis depuis que

le monde est monde qu'il

en arrive un deuxième

enfant, un troisième...

L'important, c'est d'être

conscient qu'on va vivre

une période de déséquilibre

dans la famille, qu'on

va être un peu perturbé,

désorganisé, puis qu'un

moment donné, on va retrouver

notre rythme de croisière,

puis qu'on va retrouver notre

équilibre. Ça fait que c'est

une phase normale, puis nos

enfants ils sont capables

de s'adapter au changement.

Ça fait qu'il s'agit de...

d'accepter qu'ils vont avoir

des réactions, mais c'est ça.

Ça fait partie de l'adaptation

au nouvel enfant.


ANNIE

Bien j'ai envie de

partager avec l'autre famille

pour l'expérience, rencontrer

quelqu'un qui est passé à

travers cette étape-là,

qui est fraîchement passé

à travers cette étape-là.


Sur une rue, YANNICK et LEILA marchent en compagnie de leurs enfants.


YANICK

Est-ce que c'est ici?


LEILA

(En riant)

Non!


YANICK

Est-ce que c'est là?


ANNIE

Je pense que ça va être

le fun aussi pour Rémi

de jouer avec deux autres

enfants, là, donc j'ai

hâte de les rencontrer.


LEILA

Si je comprends leur

inquiétude, oui, c'est sûr,

parce qu'en tant que parent,

dès que tu sais que tu vas

avoir un enfant, tu as peur

de tout. Tu as toutes les

inquiétudes au monde là,

finalement. Ça fait que...


Elle rit.


LEILA

J'espère que je vais

pouvoir les aider un peu

à atténuer ça, parce que,

sérieusement, c'est mille

fois moins pire qu'on

peut imaginer... que je

m'imaginais moi, enceinte, là.


ANNIE et CHRISTIAN ouvrent la porte à LEILA, YANNICK et leurs enfants. Ils se serrent la main et se présentent.


CHRISTIAN

Bon, entrez.


LEILA

Il fait chaud ici.


ANNIE

Oui, on est bien.


ANNIE parle avec LEILA qui tient OWEN.


ANNIE

Est-ce qu'il marche?


LEILA

Oui, mais, il est encore

un peu chambranlant,

mais il est capable.


ANNIE

C'est 10 mois qu'il a?


LEILA

Il a 11 mois.


ANNIE

RÉMI)

11 mois! O.K., oui. Tu te

rappelles-tu, Rémi, quand tu

étais un petit garçon comme ça?


ANNIE et YANNICK présentent RÉMI à LIAM.


Les deux familles sont réunies dans le salon.


LEILA

Merci de nous inviter chez

vous pour participer à cette

expérience-là. Je suis... On

est super contents. On était

tout anxieux cette semaine,

là, heureux de venir, puis

tout ça. Je pense qu'on va

avoir du plaisir, hein?


ANNIE

Nous aussi, merci

d'avoir accepté l'invitation.


MARIE-JOSÉE FILION (Narratrice)

Alors, pour se préparer,

je pense qu'il faut être

conscient que l'enfant va

être perturbé, que l'enfant

va se sentir menacé. Alors,

on lui explique que ça va

être un plaisir et que, des

fois, ça va être tannant,

parce que ça dérange. C'est

aussi une bonne idée de le

mettre en présence de bébés.


RÉMI joue avec LIAM et OWEN.


LEILA

Rémi, est-ce que tu as

hâte d'avoir un petit

frère, toi aussi? Hein?

Est-ce que tu as hâte? Oui.


ANNIE

Rémi, regarde

dans le ventre de maman!


LEILA

Oui, un gros bébé.


ANNIE

Y'a un gros bébé qui

fait dodo dans mon ventre.

Puis bientôt, ça va donner

un petit Owen comme ça.


LEILA

Oui.


MARIE-JOSÉE FILION

Quand la maman est enceinte,

elle a un bedon. Faire toucher,

faire sentir qu'il y a un bébé

qui bouge. Ça met une note de

réalité pour l'enfant, qui a le

droit d'y toucher, tout ça. Par

ailleurs, il faut pas devancer

ses questions. Des fois, on

veut tellement bien faire

comme parent qu'on va leur

donner le cours de A à Z

là, la physiologie, puis...

de la conception là, ça

l'intéresse pas. Ça, à

10 ans, ça va l'intéresser.

Ce qu'il faut, c'est

de dire assez vite pour pas

qu'il apprenne par la bande.

Bravo, tu vas avoir un petit

bébé neuf. L'enfant est pas

au courant, bien, ça peut

faire un petit peu un bris

de confiance, là, entre le

parent et l'enfant.


ANNIE discute avec LEILA.


ANNIE

Là, je sais pas si vraiment

l'allaitement, ça a aidé

à quelque chose, mais, moi,

c'était pas ça. Moi, c'était

vraiment le contact...

Au niveau de la préparation,

est-ce que, toi, vous avez fait

quelque chose de spécial au

niveau de Liam, au niveau

de la chambre, préparer...


LEILA

Bien, en fait, il dormait

déjà dans sa chambre, mais

on voulait tout de suite

casser le fait que ça c'est

son lit, parce que le bébé

va l'utiliser. Parce que,

sinon, il va dire: « Hey,

c'est à moi, ça! »


ANNIE

Ah!


LEILA

Ça fait que si on le casse

avant que le bébé arrive, il

blâmera pas sur le bébé que:

« C'était mon lit! », puis

là, il a pris la place.


ANNIE soulève RÉMI et le pose dans son lit d'enfant.


MARIE-JOSÉE FILION

Si on a un petit de deux

ans, qui est encore dans

la bassinette, et qui doit

quitter la bassinette pour

laisser la place au poupon,

moi je ferais ça de façon

très séparée. Dans le sens

que, bon, quand la maman

est enceinte de quatre

mois, cinq mois, bon, là

tu es rendu grand. Tu es

rendu trop grand pour coucher

dans une bassinette, on va

préparer ta nouvelle chambre

ou ton nouveau coin dans

la chambre d'enfant, puis,

mettons, un mois avant que

le bébé arrive, bien là on

dit : « On a un petit bébé

qui va arriver. Est-ce qu'on

a un lit de bébé dans cette

maison-ci? Est-ce qu'on

avait un bébé avant dans

cette maison-ci? Bien sûr! »

Alors, on va ressortir les

affaires de bébé, mais je

pense que c'est important

que l'aîné, on lui prépare

son coin à lui, bien avant

que le bébé arrive.


Les deux familles entrent dans un magasin d'animaux en peluche. [YANICK montre des animaux en peluche à LIAM.


YANICK

C'est lequel que

tu vas donner à Owen?


LEILA indique un renne.


LEILA

Owen, je

pense qu'il l'aime.


YANICK

Rudolf. Tu vas

donner Rudolf à Owen?


CHRISTIAN présente deux animaux en peluche à RÉMI.


CHRISTIAN

Lequel tu veux?


RÉMI attrape un panda.


CHRISTIAN

Tu veux lui? Bon, bien

ça c'est celui de Rémi.


ANNIE

L'autre c'est pour

ton petit frère.


CHRISTIAN

Ouais


MARIE-JOSÉE FILION

C'est important que

l'enfant sente qu'il a une

place dans l'arrivée de ce

bébé-là, dans cette famille-là,

que c'est pas juste une

affaire de papa, maman.

Ça peut être d'impliquer

dans des préparatifs.

Lui demander les

noms qu'il aimerait, lui

faire choisir des vêtements,

lui demander pour la couleur

de la chambre, donner une

petite place, lui faire

acheter le petit toutou

qui va accueillir le bébé,

lui donner un rôle là-dedans.


ANNIE

On est chez Build-a-Bear, donc

un endroit où est-ce qu'on fait

construire nos propres toutous

et puis bien moi, je suis

bien contente parce que

Rémi a choisi le petit

singe pour son petit frère.


LEILA

Il vient de choisir un

petit Yorkshire pour Owen.

Lui, il est très content,

là, avec le petit nez puis

le petit chien qui liche.

Puis Rudolf pour Liam.

Lui, il aime beaucoup

les chevaux, puis tout

ça. Ça fait que ça va

bien le représenter, puis...


YANICK

C'est le fun, on peut

personnaliser en plus les

sons. On vient de faire

un petit message d'amour

à nos enfants, puis ils vont...


LEILA

S'ils se font garder ou

quelque chose, bien ils vont

toujours nous avoir près, là.


YANICK

Ils vont avoir ça à

vie, là, avec notre voix.

Ça fait que c'est

cute.


LIAM tient un petit appareil d'où sort une voix.


VOIX ENREGISTRÉE

Allo,

c'est maman. C'est papa.


LIAM rit.


LEILA

C'est important pour nous de

toujours valoriser Liam dans

son statut de grand garçon,

de frère plus vieux parce que

ça l'implique, puis ça le fait

participer, puis il aime ça,

tu sais. On dirait qu'il est

fier de pouvoir aider, de

pouvoir faire des choses

qu'Owen peut pas faire.


MARIE-JOSÉE FILION

C'est important de le

valoriser dans son rôle de plus

grand, mais il faut pas que

ça devienne un poids pour lui.

Parce que, tu sais, ça peut être

un privilège, comme ça peut être

un embêtement d'être le plus

grand. Alors, ça, il faut pas

abuser comme parent, parce que

s'il a deux ans, il est grand,

mais il a le droit d'être

petit des fois. Alors, c'est

là où ça prend un équilibre.


RÉMI embrasse des animaux en peluche.


ANNIE

De voir Liam, puis

Owen avoir du fun ensemble,

puis jouer, là, ça donne

vraiment envie. C'est une

belle projection. Là.


Dans une chambre, ANNIE lit une histoire à RÉMI.


MARIE-JOSÉE FILION

C'est aussi important de

l'informer que maman va aller

à l'hôpital pour le bébé, mais

que c'est pas parce qu'elle est

malade. « Puis, toi, pendant

ce temps-là, tu vas avoir une

vacance chez grand-maman. »

Alors, pour qu'il sache

à quoi s'attendre.

Parce que, ça peut être

épeurant. Maman part en vitesse

pour l'hôpital. Ça peut être

angoissant pour l'enfant. Quand

maman revient à la maison,

qu'elle prenne un temps juste

pour le grand, puis peut-être

avec le petit, mais si le grand

il veut aller tout seul dans

sa chambre avec maman pour lui

raconter ce qui s'est passé,

bien c'est parfait. Plus vite on

va lui faire sentir qu'il a de

la place, plus il va l'accepter.


ANNIE met RÉMI au lit.


CHRISTIAN sert des plats sur une table.


CHRISTIAN

On est ready

pour un bon souper, là.


NARRATEUR

Maintenant

que les enfants sont au

lit, les parents peuvent

échanger autour d'un bon

repas. Marie-Josée Filion

les a rejoints pour

répondre à leurs questions.


Autour d'une table, ANNIE, CHRISTIAN, YANICK, LEILA et MARIE-JOSÉE FILION mangent et discutent.


ANNIE

MARIE-JOSÉE FILION)

Dans votre expérience de

travail, puis avec les familles

que vous avez rencontrées,

est-ce que vous avez déjà

eu des cas de jeunes enfants

qui ont régressé ou qui

ont vraiment mal pris

la présence d'un nouveau?

C'est quoi les pires...


MARIE-JOSÉE FILION

Ce que j'ai vu, c'était

plus l'enfant très, très,

très, très roi...


ANNIE

Oui.


MARIE-JOSÉE FILION

...que les parents avaient

tout fait pour lui, étaient

à son service... Comme, là,

Rémi, tu l'as couché.

C'est sûr, on est là, c'est...

Mais, il est couché, puis il se

couche, puis c'est fait. Mais,

un enfant qui a jamais fait ça,

bien, c'est sûr que lui, il va

hyper-réagir. Ça fait qu'une

des choses, c'est de dire,

commencer d'avance à lui

mettre une routine. Tu sais,

l'enfant qui n'a jamais eu

de règles, qui n'a jamais

entendu, qui n'a pas développé

sa capacité d'adaptation,

bien c'est sûr qu'il ne l'aura

pas plus développé pour ça.

Ça fait que je pense que

c'est ça qui est le pire.


ANNIE

C'est quoi la psychologie d'un

petit gars de deux ans, parce

que ça va être ça, Rémi va avoir

22 mois, il va être sur le

bord d'avoir deux ans, tu sais,

puis je sais qu'il va rentrer

vraiment à plein pieds... Tu

sais, dans sa phase du non.


MARIE-JOSÉE FILION

Bien, je pense qu'à cet

âge-là, ce qu'il voit le plus,

c'est la privation. Il perd

quelque chose. Ça fait que

je pense que c'est important

de lui offrir des activités

où il peut défouler, tu sais.

Ça peut être de souffler des

ballons, puis on crève des

ballons. Ça peut être d'aller

jouer au hockey, se défouler

d'une façon quelconque là.


ANNIE

OK. Donc, après la colère, bla

bla bla, la régression, après

ça, ça remonte la côte, là.


MARIE-JOSÉE FILION

Ce qu'on a à faire comme

parent, c'est... Il faut

accueillir ses émotions dans

un premier temps. Il faut

toujours les accueillir,

mais un moment donné, il

faut dire : « Bon, là,

qu'est-ce qu'on fait avec ça? »


LEILA

Hum. Comme

on gère cette émotion-là.


MARIE-JOSÉE FILION

Puis mettre des limites aussi.

Il a le droit d'être frustré.

Il a pas le droit de faire mal.


LEILA

Tu sais, l'attention partagée,

moi, c'est ça qui m'a toujours

inquiétée, c'est de partager

mon attention aux deux, puis

d'en donner assez aux deux.

Tu sais, comment on partage

ça sans se culpabiliser.


MARIE-JOSÉE FILION

Je pense qu'il faut pas

s'en faire outre mesure.

C'est normal dans la vie

d'apprendre à partager son...

À ce que les gens partagent

leur temps. Ça fait que tu

peux le voir en disant :

« Il a de la chance mon fils,

il apprend déjà à deux ans... »


LEILA

Tout de suite.


MARIE-JOSÉE FILION

Tu sais, l'enfant qui est

tout seul à la maison, puis

qui arrive à la maternelle à

cinq ans, il a tout un défi.

Il faut qu'il s'adapte à

l'école, qu'il s'adapte au

groupe, tout ça. Ça fait

que tu peux le voir dans

le sens qu'il est chanceux.

Il apprend vite, puis juste...

Moi, je pense que juste d'être

soucieux d'équilibrer notre

temps... Bien c'est déjà un

peu gagnant.


LEILA

Un pas dans...


MARIE-JOSÉE FILION

C'est ça.


CHRISTIAN

Est-ce que le fait de les avoir

rapprochés, c'est mieux... que

si, supposons, il y avait comme

trois ans, quatre ans d'âge de

différence? Parce que, je me

dis que, quand ils sont plus

jeunes, j'ai l'impression qu'ils

voient moins la différence.

Ils vont peut-être plus

s'adapter plus rapidement?


MARIE-JOSÉE FILION

Ouais, puis en même temps,

ils raisonnent moins. Tu sais,

à cinq ans, ils peuvent plus

raisonner. Moi, je pense que

c'est beaucoup le climat, puis

l'enfant lui-même, là. Tu sais,

les parents, il faut se faire

confiance, puis tout ça. Puis,

il faut dire, l'enfant, il a sa

personnalité. Il y a des enfants

qui sont anxieux pour tout. Ils

vont être anxieux pour ça aussi,

puis à 30 ans, ils vont être

anxieux, puis il va falloir

qu'ils apprennent à gérer leur

anxiété. Ça fait qu'il y a un

bout où ça dépend de l'enfant.

C'est pas juste nous autres,

là. Moi, je pense que...


ANNIE

Moi, Rémi est super social.

Je suis pas inquiète.


LEILA

Oui, c'est ça.


MARIE-JOSÉE FILION

Moi, je reprendrais du sel.


LEILA

Du sel?


Dans une cour, les deux familles jouent ensemble.


LEILA

Des fois, Liam il veut prendre

la place à Owen et vice versa,

parce qu'on dirait que l'autre

regarde son grand frère, son

petit frère, puis il a l'air à

avoir plus de plaisir que lui.

Ça fait que là, ils veulent

vivre ce plaisir-là... tu

sais, aussi. Ça fait que,

là, il faut qu'on essaie

de bifurquer l'attention

vers d'autres choses.


LIAM est assis sur un véhicule jouet et crie.


LEILA

Liam?

(À la caméra)

Excusez-moi.

LIAM)

Est-ce

que tu veux que je te pousse?


LIAM

Non!


LEILA

Non. O.K., vas-y.


MARIE-JOSÉE FILION

L'enfant exprime qu'il

est dérangé. Il exprime qu'il

se sent mis de côté. Alors, il

essaie d'avoir de l'attention.

Un bon moyen, c'est de

régresser, vouloir faire le

bébé, faire pipi dans ses

culottes, faire pipi au lit.

Il est dérangé. C'est dur.

Il perd sa place. C'est dur.

Ça fait qu'il peut être

agressif. Il peut être jaloux.

Et ça va aller... Il peut

adopter toutes sortes de

comportements qui dérangent.

Et, nous, comme parent, ce

qu'il faut se rappeler c'est

que l'enfant il veut notre

attention absolument. Alors,

si, quand il a des attitudes

inadéquates, on lui donne

beaucoup, beaucoup d'attention,

il va dire: « Yay, ça marche.

Ma mère s'occupe de moi

quand je fais le trouble.»

Ça fait qu'il faut

essayer de lui donner...

peut-être lui donner plus

d'attention sur des affaires

de grands, mais pas trop mettre

l'accent sur ce comportement-là.


Les trois enfants se balancent sur un jouet.


Dans la maison, ANNIE et LEILA se montrent des livres pour enfants.


LEILA

J'ai trouvé des petits livres,

là, c'est comme une histoire

qui explique un peu...


ANNIE

La venue du petit frère.


LEILA

Oui, c'est ça. La venue du

petit frère. Ça fait que le

premier, c'est

« Un petit frère pour Corentin »,

puis celui-là, c'est

« Croquette devient grand

frère. »

Ça fait que c'est un

petit peu une petite histoire

aussi de petit lapin.


ANNIE

Une autre histoire de lapin.


LEILA

Oui!


MARIE-JOSÉE FILION

Moi, je trouve que par

les histoires, c'est toujours

bien intéressant de passer

des messages.


ANNIE et LEILA montrent un livre à RÉMI et LIAM.


LEILA

Là, c'est un grand frère,

puis ça c'est un petit

frère. Hein, Liam et Owen.


MARIE-JOSÉE FILION

Là, l'enfant, il va

intégrer ce qu'il peut, puis il

va dire : « Raconte-moi-la. »,

tu sais. On le sait quand, un

moment donné, ils se font conter

pendant un mois de temps la même

histoire. Puis, un moment donné,

il va peut-être accrocher à

l'histoire, puis là, l'idée va

faire son chemin à sa façon.


Dans la cuisine, CHRISTIAN et YANICK discutent.


CHRISTIAN

Ça fait que toi, Yanick,

est-ce que ça a été... La

répartition des tâches, comment

ça a été à la venue d'Owen?


YANICK

Bien, Owen, bien, étant donné

que je travaille... Puis qu'on

a deux enfants. On va... Mes

tâches sont plus au niveau des

bains le soir. Donc, j'ai mon

petit moment à moi avec les

enfants, que je leur donne

le bain. Puis, le soir, bon,

j'arrive, la vaisselle est

pas nécessairement faite,

donc là... Je prépare le

souper, je vais faire le

lavage, laver la vaisselle,

puis nettoyer le comptoir,

plier le linge si il faut.


OWEN pleure dans les bras de YANICK.


CHRISTIAN

Quand il pleure justement,

comme là, est-ce que c'est

un peu plus dur à gérer?


YANICK

À ce niveau-là, normalement,

je le donne à maman.


CHRISTIAN

(En riant)

Ah, d'accord.


LEILA prend OWEN qui arrête de pleurer.


LEILA

Viens-t-en!


YANICK

Et voilà! La magie de la maman.


MARIE-JOSÉE FILION

Puis, au niveau des routines,

il y a des couples qui se

partagent beaucoup les tâches

des enfants où ça va être...

C'est toujours maman qui donne

le bain. C'est toujours papa qui

fait ci, qui fait ça. Je pense

qu'on a avantage à mêler ça un

peu, pour que, si maman est

occupée avec le poupon, puis que

c'est papa qui donne le bain,

bien que ça fasse partie d'une

certaine routine. Que les deux

parents s'approprient toutes

les routines de l'enfant.


ANNIE et CHRISTIAN montrent des photographies à RÉMI.


ANNIE

Regarde, Rémi. C'est qui

ça? C'est qui ça? C'est

toi, quand tu étais tout

petit, tout petit bébé.


MARIE-JOSÉE FILION

C'est aussi une bonne

idée de lui montrer les photos

de lui quand il était bébé.

Alors, si on lui montre ce

qu'il était petit ou si on lui

fait rencontrer des petits,

bien, déjà, il peut plus

apprivoiser cette idée-là.


Dans une salle de jeu, ANNIE montre un bébé jouet à RÉMI. RÉMI donne un piment à manger au bébé jouet.


ANNIE

Un petit bébé. Tu lui donnes

à manger. Ah oui! Miam, miam,

miam, miam, miam! C'est gentil!

Miam, miam, miam, miam, miam,

miam, merci tu es gentil. Est-ce

que tu veux devenir mon grand

frère? Miam, miam, miam, miam,

miam, miam. Un bon piment.


MARIE-JOSÉE FILION

On peut fournir des

outils aux enfants pour exprimer

leurs émotions. Alors, l'enfant

qui veut avoir une poupée, que

ce soit un petit gars ou une

fille... Puis donner des soins,

bien, il peut avoir sa poupée

puis là, nos bébés pleurent, on

va aller faire boire nos bébés.

Ça peut être une façon. Puis

l'enfant peut peut-être... Un

moment donné, on va peut-être

l'entendre dire: « Toi t'es

tannant parce que tu déranges

tout le temps... » Alors, au

lieu de se défouler sur le vrai

bébé, il va se défouler sur sa

poupée. Je me rappelle un enfant

qui disait : « Je l'aime pas mon

bébé, je l'aime pas mon bébé. »

Puis la grand-maman a dit :

« Bien non, il faut que

tu l'aimes. C'est ton petit

frère. » Non, il a le droit

de pas l'aimer, puis il faut

pas le culpabiliser de pas

l'aimer. C'est normal.

Le lien d'attachement

va se créer, mais il

est pas créé d'emblée.


YANICK joue avec LIAM.


ANNIE discute avec LEILA.


ANNIE

Au niveau de la présence

d'Owen, quand il est arrivé,

est-ce que Liam... Dans les

pires moments, est-ce qu'il

a eu des réactions assez

négatives? Est-ce que ça...


LEILA

Sérieusement, avec Owen, non.


ANNIE

C'est quoi le pire

qu'il vous a fait vivre?


LEILA

Le pire c'est juste que les

deux sont en crise en même

temps, mais ils sont... Un

envers l'autre, là, il y a

pas eu de gestes de lancer

des affaires, pousser,

« Non, fais pas ça! », puis

des affaires... C'est pas

arrivé encore, puis je touche

à du bois là. Mais sinon,

comme, mettons, comme Owen,

il commence à marcher, mais,

tu sais, on fait une grosse

joie quand il marche vers

nous, ça fait que Liam,

il veut cette même joie-là.

Il veut faire la même chose.

Liam! C'est le tour à

Liam! Ouais! Chacun

son tour, hein. Haha.


MARIE-JOSÉE FILION

S'il a besoin de faire le

bébé... On peut accepter qu'il

fasse le bébé, en faire un jeu,

mais délicatement il faut avoir

les inconvénients d'être un

bébé. Ça fait que l'enfant, un

moment donné, il réalise que...

Non, tu peux pas en manger du

gâteau au chocolat, les bébés,

là, ça boit juste du lait.

Est-ce que tu veux faire comme

un bébé? Ça fait qu'on le prend

un peu à son propre jeu pour

lui faire voir qu'il y a aussi

des avantages à être grand.


Les enfants jouent avec leurs parents dans une cour.


YANICK

La vie de couple est de

côté, j'avoue, c'est un petit

peu difficile. On décide

d'avoir des enfants, c'est

pas des jouets. C'est une

responsabilité vraiment

énorme. Il faut les amener

plus loin, puis ils ont

besoin de nous. C'est bien

beau la femme va accoucher,

va tout faire, mais le papa

est vraiment là pour la

famille autant que la mère.


MARIE-JOSÉE FILION

Il faut accepter, d'abord,

qu'un petit bout, on va mettre

une parenthèse sur notre vie de

couple. Tu sais, je pense qu'il

y a un mois ou deux là où la vie

de couple c'est si on réussit à

s'assoir sur le sofa ensemble

avant de s'endormir, on a eu

un grand moment. Il faut se

permettre de faire garder.

La santé du père, de la mère

et du couple, ça bénéficie

toujours aux enfants.


NARRATEUR

Avant de partir

avec leur nouveau bagage,

les familles en profitent pour

s'amuser ensemble et faire

le bilan de leur expérience.


LEILA

Oui, j'ai vraiment apprécié

le fait de partager des idées,

d'avoir un sujet commun qui est

les enfants puis leur bien-être,

puis de rencontrer... L'accueil

qu'on a eu de la famille, de

Annie et Christian avec le

petit Rémi puis le Numéro 2

qui s'en vient là, un super bel

accueil, super belle famille,

sympathique tout, l'équipe

aussi, super le fun. On a

eu beaucoup de plaisir.


ANNIE

La régression me fait un petit

peu moins peur, justement parce

que... de ce que j'ai entendu,

il y en a pas tant que ça, puis,

quand il y en a, bien c'est

facilement désamorçable, comme

une bombe. Donc, c'est facile,

dans le fond, c'est toujours

d'être à l'écoute des besoins

de l'enfant parce qu'il a pas

eu assez d'attention versus le

petit frère. Donc, ça va être

simplement de s'équilibrer

là-dedans. Puis l'équilibre va

venir de la bonne gestion. Donc,

oui, moi j'ai pris des notes,

écoute, j'ai pris des notes

toute la fin de semaine.


CHRISTIAN

Bien de ce que je retiens

de mon expérience, c'est la

confiance en soi, le partage

des tâches, surtout quand

Numéro 2 va arriver, bien

je sais bien qu'il va falloir

que j'aide beaucoup Annie,

mais je pense qu'il va falloir

que j'aide beaucoup Rémi, lui

faire comprendre que, là, il

est plus tout seul. Le sentir

impliqué dans tout ça, dans

la démarche du nouvel enfant.


YANICK

Bien, supportez votre femme,

puis mettez vos games de hockey

de côté, puis allez-y avec votre

coeur, la logique, et non avec

ce que vous vous aimeriez faire.


LEILA embrasse YANICK.


LEILA

Ah oui! Je t'aime.


MARIE-JOSÉE FILION

Faites-vous confiance. C'est

une richesse la famille, puis ça

va pas sans hauts et sans bas,

mais faites-vous confiance.

Vous êtes capables, puis vos

enfants ils ont la capacité

de s'adapter.


Sur la rue, LEILA et YANICK embrassent et disent au revoir à ANNIE et CHRISTIAN puis s'éloignent.


NARRATEUR

Vous souhaitez

communiquer avec d'autres

parents pour poser vos questions

ou partager vos petits trucs et

astuces personnels? Rien de plus

simple sur le site de Parent un

jour, parent toujours, dans la

section Rencontre de parents,

à l'adresse TFO.ORG/PARENT.


Générique de fermeture

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison

Résultats filtrés par