Image univers Parent un jour, parent toujours Image univers Parent un jour, parent toujours

Parent un jour, parent toujours

Des trucs et astuces qui permettent de réfléchir sur l'éducation des enfants en valorisant l'expérience des papas et des mamans d'aujourd'hui. Deux sympathiques familles se rencontrent pour une fin de semaine afin de vivre toutes sortes d'activités qui leur permettent d'échanger sur un thème précis lié à l'éducation des tout-petits. Un spécialiste se joint à la bande pour approfondir davantage le sujet et proposer d'autres solutions aux défis quotidiens que représente l'éducation.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Parent un jour, parent toujours

Avant d’avoir des enfants, on était d’abord des amoureux. Mais quand les bébés arrivent, c’est tout un bouleversement et notre relation amoureuse est souvent reléguée au second plan. Pas facile de penser à son couple à travers les nuits blanches, l’allaitement, les couches en plus du boulot. Deux couples et une sexologue échangent sur les moyens de prendre du temps à deux, malgré les exigences du quotidien.


Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Intertitre :
Album de familles


NARRATEUR

Voici la

famille Jalbert-Tremblay.

Maman Jessie, papa Martin

et leurs trois enfants.


MARTIN présente ses enfants et sa conjointe qui sont assis autour d'une table.


MARTIN

Je vous présente ma petite

fille, la petite Rommie, qui a

2 ans. Le plus vieux, le grand

Noa, la réplique de sa maman

qui a 6 ans. Et le petit

milieu, Éli, qui a 4 ans.

Et ma conjointe, Jessie.

Ça fait maintenant neuf

ans qu'on est ensemble.


NARRATEUR

Voici la famille

Blouin-Kairns. Papa Yannick,

maman Leila, leurs deux

garçons et leur petite

fille qui se cache encore

dans la bedaine de maman.


YANNICK présente ses enfants et sa conjointe.


YANNICK

Liam, l'âge de 3 ans.

Ensuite on a Owen. Owen, on

a 1 1/2 ans. On a une petite

probablement, Emmy.


YANNICK touche le ventre de LEILA.


YANNICK

Et puis

ma conjointe Leila qu'on

est ensemble depuis 11 ans.


NARRATEUR

Ces couples, qui ne

se connaissent pas, ont accepté

de passer la fin de semaine

ensemble pour échanger sur

le grand défi auquel tous

les couples avec des enfants

doivent faire face, rester

amoureux quand les bébés

arrivent et qu'on devient

une famille. Pas si facile

puisque c'est le quart des

couples qui se séparent dans

les quatre années suivant

l'arrivée d'un enfant. Parce

qu'à travers les nuits blanches,

les couches, l'allaitement,

les nez qui coulent et

le boulot, le couple qu'on

était avant doit s'adapter.


Titre :
Parent un jour, parent toujours: Parents et amoureux!


Dans une chambre, YANNICK et LEILA se chamaillent avec leurs enfants.


LEILA et YANNICK témoignent.


LEILA

On se chamaille souvent

comme ça en famille, oui,

quasiment tous les soirs.

On aime ça. C'est comme

un petit truc ensemble.


Elle indique OWEN.


LEILA

Lui, il aime ça me faire

des genres de bruits de

ventre, là. Il fait...

tu sais, il pète, comme...

Puis Liam, bien lui, il aime

ça donner des secrets et puis

dire : « On se saute dessus. »

Puis nous autres on en profite

pour se donner des becs.


YANNICK

Puis on

peut se toucher un peu.


LEILA

Moi, je trouve que c'est

important parce que c'est

difficile avec la famille.

Tu sais, on a tendance à

donner pour les besoins tout

le temps à nos enfants puis

donner besoins à la maison,

les besoins essentiels. Mais

on a besoin d'être juste

collés, tu sais, juste assis

un à côté de l'autre, tu sais.


YANNICK

Pour nous ça devient naturel

puis indirectement ça démontre

à nos enfants qu'on donne

l'attention à ceux qu'on aime.


LEILA

Oui.


YANNICK

C'est ce qu'on remarque aussi.

Puis nos enfants sont

très très proches de nous.


LEILA et YANNICK font la vaisselle.


LEILA

Puis, ta

journée au travail?


YANNICK

Bah,

de la documentation.


LEILA

Il est-tu correct le

document que j'ai traduit?


YANNICK

Oui, oui, il est correct.


LEILA

Quand on fait la vaisselle

comme ça, des fois on essaie

de se rattraper, de se conter

notre journée puis qu'est-ce

qui s'est passé. Mais souvent,

vu que les deux parents sont

occupés, bien les enfants

veulent de l'attention, fait

qu'il faut soit leur donner

des petites gâteries, puis

ils restent tranquilles,

ou les commencer dans un

jeu dans la salle de jeu.


YANNICK

Pour réussir à

se parler, bien nous autres

on ferme la musique puis

on ferme la télé, on ferme

tout. Puis on n'a pas le

choix de vraiment se parler.


LEILA

Mais à tous les soirs,

on prend au moins minimum

15 minutes et... le mieux

c'est deux heures, là,

qu'on a, mais même si lui

écoute son hockey puis moi

je regarde souvent un film

sur l'ordinateur, bien on

est un à côté de l'autre

puis on réussit à se

parler quand même, là.


YANNICK joue au hockey avec OWEN.


YANNICK

Et le but!

Wow!

(Propos en anglais)

Nice shot!


Sur un divan, LEILA et YANNICK discutent.


LEILA

Ça fait 11 ans qu'on est

ensemble, là, depuis la

semaine passée justement.

On a fêté notre onzième.


YANNICK

Les enfants sont arrivés

après...


LEILA

Dix ans.


YANNICK

... en fait, de 2001 à 2009,

ça fait un bon huit ans, oui,

huit ans après de couple.

On a eu le temps de s'amuser

en masse dans nos huit ans.

Est-ce que le choc a

été gros? Pour ma part, on

en voulait, on s'attendait

un petit peu à ça. Donc...


LEILA

On ne savait pas que

des enfants, ça allait

être si difficile, là.


YANNICK

Pas être si prenant

que ça, là, mais...


LEILA

On s'est adapté, chacun. On

veut le mieux pour nos enfants,

fais que tu sais, on savait

déjà qu'on voulait donner

notre meilleur de nous-mêmes à

nos enfants. Jamais j'ai senti

que notre couple a été en péril

ou qu'on se mette carrément

de côté. Bien en tout

cas c'est moi peut-être...


YANNICK

Mais la question,

inconsciemment, oui, on a mis

notre couple de côté un peu pour

les enfants, mais je ne me sens

pas loin pareil de ma conjointe.


LEILA

Non, c'est ça.


YANNICK

Au contraire,

on en a fait un troisième.



LEILA lit une histoire à LIAM.


Dans une cour, GENEVIÈVE LABELLE joue avec des enfants.


NARRATEUR

Geneviève Labelle

est sexologue depuis près de

15 ans. Elle s'intéresse à tout

ce qui touche la famille et

particulièrement à l'adaptation

de la sexualité et de la vie

des couples qui sont parents.


GENEVIÈVE LABELLE, sexologue, explique.


GENEVIÈVE LABELLE

L'arrivée d'un enfant

c'est un changement majeur.

On ne peut pas imaginer à quel

point ça vient bouleverser une

vie, un couple, une dynamique.

C'est normal qu'on ait besoin

de s'adapter à tout ça puisque

la sexualité et le couple font

partie de la vraie vie, du

quotidien, bien c'est normal

que ça vienne bouger aussi.


YANNICK et LEILA mettent leurs enfants au lit.


GENEVIÈVE LABELLE

Bien souvent, avec l'arrivée

des enfants, il va avoir plus

de stress, il va avoir plus

de fatigue. Ça, ce n'est pas

souvent, ça, c'est pas mal tout

le temps. Donc quand ils sont

bébés, mais même quand ils sont

un peu plus grands, le sommeil

n'est plus le même non plus.

Le stress est beaucoup plus

élevé parce que ce qu'on veut

transmettre à nos enfants,

souvent on a des attentes très

très élevées envers nous aussi.

Au niveau financier, bien ce

n'est plus la même chose. Un,

parce que ça coûte plus cher

avoir des enfants, deux, parce

que souvent quand on est tout

seul on peut se permettre des

fois de couper sur certaines

choses et vivre avec. Avec

les enfants, comme on veut

leur offrir le meilleur, on

va avoir tendance peut-être

à s'en mettre un petit peu

plus sur les épaules.


Dans un salon, ROMMIE, NOA et ÉLI jouent ensemble.


MARTIN et JESSIE témoignent.


JESSIE

On voulait avoir une grosse

famille, je pense. Mais c'est

sûr que comme on les a eu très

rapprochés, heu... un enfant,

c'est une chose. Donc le manque

de sommeil avec l'allaitement et

tout ça, moi, je dormais avec

mon bébé, ce n'était pas si mal.

Mais le deuxième enfant, là, le

manque de sommeil se fait plus

ressentir, puis le troisième

enfant, là, non, c'est sérieux.

Ça fait que là les problèmes

de nouveaux parents nous ont

peut-être rattrapés un peu

plus à ce moment-là aussi.


MARTIN

Après le troisième.


JESSIE

Oui, oui. Ah, il n'était pas

toujours numéro un notre couple

quand on a eu les enfants.

C'était secondaire, c'est sûr.

Passer du temps ensemble,

la sexualité, etc., ça, second

plan définitivement, là. Mais

le team work, le... travailler

ensemble, ça, numéro un.


MARTIN

Oui, c'est ça.


JESSIE

Ça, vraiment... Fais

que je pense que ça fait partie

du couple aussi. Je pense que

c'est pour ça qu'on est ensemble

depuis aussi longtemps.


MARTIN

Bien, avec

des enfants, oui, c'est

ça, on a pas le choix.


MARTIN et JESSIE donnent un bain à leurs enfants.


GENEVIÈVE LABELLE (Narratrice)

C'est une

bonne idée de passer du temps

au quotidien pour permettre au

couple d'exister pas juste dans

un univers où il y a que le

couple aussi. Donc de s'occuper

des enfants ensemble ça va faire

une différence aussi, de faire

les tâches ensemble des fois ça

va faire une différence. Même si

c'est un peu plus long de dire :

« Ce soir, on donne le bain

les deux ensemble, au lieu de,

je donne le bain et tu fais la

vaisselle. » Ce qui serait plus

efficace. Mais de passer du

temps aussi... Ce n'est pas très

romantique de se dire que faire

les tâches domestiques ensemble

ça va aider notre couple,

mais il faut aussi voir que

la période où les enfants

sont jeunes, c'est une courte

période. On est un peu en mode

survie. Donc on va prendre

tout ce qu'il y a à prendre

à ce moment-là.


JESSIE

On a atteint le point où est-ce

qu'on s'est dit justement qu'on

réalisait que, oups!, il y avait

des petites choses à travailler.

On n'avait pas envie de partir

ni l'un ni l'autre, là, mais

dans le sens où on se rend

compte qu'on est presque juste

une équipe puis le couple était

moins là en tout cas. Puis là on

s'est dit : « Il faut faire... »

Bien, en fait, c'est venu...


MARTIN

Oui, oui, c'est venu tout

seul. Ç'a bien marché.


JESSIE

Bien oui, on est bons.


JESSIE lit une histoire à NOA.


GENEVIÈVE LABELLE

Quand les enfants sont très

petits, ça va arriver qu'on va

mettre notre couple en deuxième.

Ça peut être une façon de faire

pour les premières années de

vie. Maintenant, en deuxième,

ça ne veut pas dire de l'oublier

complètement et ça veut aussi

dire qu'un moment donné quand

les enfants seront plus grands,

il ne faut pas oublier de se

rapprocher puis de remettre

notre couple en priorité aussi.


MARTIN et JESSIE mettent leurs enfants au lit.


GENEVIÈVE LABELLE

Des

fois bien on va aller jusqu'à

se donner des rendez-vous en

disant : « Quand les enfants

seront couchés ce soir, on

soupe plus tard, juste nous

deux. » On passe du temps

ensemble parce que la vie

va vite, tout est planifié.

Du temps, si on attend

qu'il en apparaisse,

il y en apparaîtra pas.


MARTIN et JESSIE jouent au scrabble.


GENEVIÈVE LABELLE (Narratrice)

Moi, j'entends souvent : « Bien

là, on ne va quand même pas

se donner des rendez-vous pour

ça. » Pourtant, quand on se

fréquente au début, c'est ça

qu'on fait. On se donne des

rendez-vous, on s'invite au

restaurant, on se doute bien

qu'après le restaurant il risque

d'avoir une suite à la soirée,

on n'est pas sûr. Mais c'est un

peu le même genre de rendez-vous

qu'on peut se donner aussi, sans

pression, mais en se donnant

de l'espace pour exister comme

couple pendant ce temps-là.


JESSIE

Jouer au Scrabble comme ça,

ça l'air de... ça presque l'air

bizarre, là. Mais on a tellement

de fun quand on joue au Scrabble

parce que ça fait sortir le fou

en moi majoritairement, mais

lui en profite. Je sens qu'on

est moins juste des parents

maintenant qu'on l'était

un moment donné. C'est ça.

Bienvenue chez nous!


MARTIN et JESSIE arrivent avec leurs enfants chez YANNICK et LEILA. Ils se saluent et se présentent.


Les parents s'installent autour d'une table pour manger, tandis que les enfants s'assoient autour d'une petite table.


LEILA

Vous, qu'est-ce que vous

trouvez de plus difficile avec

la vie de couple finalement

avec les enfants qui

s'entremêlent là-dedans.


JESSIE

Honnêtement, je pense que

c'est vraiment juste le temps.


LEILA

C'était-tu juste le bébé qui

était plus exigeant aussi ou

c'était tout comme pas mal égal?


JESSIE

Bien, c'est parce que là on

avait trois bébés. On avait

vraiment le feeling d'avoir

trois bébés puis de n'avoir

vraiment aucun temps pour

nous autres.


MARTIN

Oui, c'est ça, parce que

le premier n'était pas plus

exigeant que les autres, mais

c'est ça, c'est quand t'en

as trois et qu'ils sont tous

jeunes, bien t'en as tout

le temps un à t'occuper, là.

Nous autres, après ça bien

on prend le bord un peu,

là, tu sais, si on veut.


JESSIE

Est-ce que c'est quelque chose

qui vous inquiète, vous autres,

pour le troisième enfant que

ça ait un impact finalement

sur votre couple?


LEILA

Oui, le temps pour nous deux,

pour chacun individuel aussi. Tu

sais, s'il veut jouer au hockey

et tout ça : « Bien là, comment

je vais faire pour les faire

dormir les trois, là, s'il y

a des crises, s'il y a des

affaires qui se passent? »

Tout ça, c'est ça qui

m'inquiète plus, là.


YANNICK

Je ne le sais

pas, je ne le sais pas...


JESSIE

Bon bien,

hey, les gars...


LEILA

Nous autres, on va

aller se poupouner.


JESSIE

On va se rendre belles

pour vous autres ce soir.


GENEVIÈVE LABELLE

Ce qu'on

observe c'est que plus les

pères vont être présents, plus

ils vont s'impliquer dans

la famille, souvent ça donne

un petit soulagement à la

mère, mais ça donne surtout

l'impression d'être une équipe

et de vivre ce projet-là à deux.

Et dans ce temps-là, bien, on

a plus envie de se rapprocher.


Les pères jouent avec les enfants dans une grande cour.


YANNICK témoigne.


YANNICK

Bien oui, au début je me suis

senti un petit peu mis de côté

à l'arrivée de Liam, notre

premier. Puis je voulais, puis

je ne savais pas trop comment

m'y prendre puis j'essayais

de supporter Leila, mais ce

n'était pas la bonne manière.

Elle me mettait beaucoup des :

attention à ci, attention à

ça... Elle avait de la misère

à me le laisser parce qu'il

fallait faire les bonnes choses

au bon moment. Puis c'est

correct aussi, à la limite,

parce que, tu sais, t'apprends,

j'apprends à être père, tu sais.

T'apprends à le tenir. Moi, je

n'avais jamais tenu un enfant

de ma vie, là, jamais changé de

couche. Fait que t'apprends puis

t'écoutes. Tu dis : « Ouin,

peut-être que je ne fais pas ci,

je ne fais... » Mais un moment

donné le naturel vient puis

tu dis : « Écoute, là, si je

le prends d'une manière, je ne

l'échapperai pas, puis bon... »

Avec Owen, bien ça s'est...

Regarde, fais ce que tu

penses qui est bien puis

fais ce que t'as à faire.

Mais au début, là, au début...


MARTIN

C'est important que

l'autre ait confiance en toi.


YANNICK

Oui. Au début ç'a été

tough.

Au début, ça été

une bonne adaptation

pour donner confiance.


GENEVIÈVE LABELLE

Bien, ça peut arriver que

la mère ait une relation

privilégiée avec le bébé.

Il y a une partie là-dedans

qui est très saine, hein, le

bébé, il a été neuf mois dans

le ventre de la mère, on peut

se donner un autre neuf mois,

un an, avant que le bébé soit

un peu plus loin de la mère

aussi. Donc c'est tout un

défi et pour la mère de faire

une place au père dans cette

relation qui est physique

même au début et c'est

un défi pour le père

aussi de prendre sa place.

Parce que la responsabilité,

elle appartient aux deux.


JESSIE et LEILA se font faire une pédicure.


GENEVIÈVE LABELLE

Ça va être important de se

parler, mais aussi de lâcher

prise et d'accepter que l'autre,

là, il va s'occuper des enfants

d'une autre façon que nous

puis que c'est correct aussi

parce que ce que ça offre à

cet enfant-là c'est deux façons

d'interagir avec le monde

extérieur. C'est un plus, mais

c'est un gros gros travail de

lâcher-prise, ça, c'est certain.


JESSIE

Comment ça modifié la

sexualité? Bien de plein

de façons parce que... bon,

quand tu viens d'accoucher,

je veux dire, t'es plus

enceinte, t'es juste grosse.


LEILA

Oui.


JESSIE

Fait que je ne me sentais

pas très attirante. Je n'étais

pas du tout dans le mood...

non, la sexualité ce n'était

plus quelque chose qui me

parlait bien bien, là.


LEILA

Oui.


JESSIE

Moi, j'avais envie de m'occuper

de mon enfant, mon enfant,

mon enfant, puis le chum...

hi!


LEILA

Bien c'est ça. Moi, c'est

drôle, je ne pensais pas, mais

pas pantoute, mais quand Yannick

entreprend... c'est comme, je

lui ai donné, je lui ai passé

la balle. « C'est toi qui es en

charge de ça. » Tu sais, parce

que moi je n'y penserai plus,

mais vu qu'il entreprenait ça,

puis c'était comme sa job, bien

on dirait que je me laissais

emballer puis... OK, tu sais,

puis je l'ai bien pris puis ça

toujours... notre sexualité n'a

jamais vraiment changé. Mais ça

changé dans le sens que : bien,

là, ça ne peut plus être toute

la journée, puis de rester

au lit, puis n'importe quand.


GENEVIÈVE LABELLE

Des fois

ça va revenir au père aussi de

prendre en charge le dossier

sexualité et de dire : « On

va essayer de se rapprocher.

Moi, je vais te rappeler qu'il

faudrait qu'on se prenne un

rendez-vous. » Et le travail

des mères dans ce temps-là

c'est de se laisser approcher.

Parce que des fois on est

pris dans le tourbillon bébé,

allaitement, dodo et tout ça,

et on n'a même pas le temps

de penser que peut-être

on pourrait avoir le goût.


Dans un parc, YANNICK et MARTIN discutent.


YANNICK

Après l'accouchement, elle

ne se trouve pas belle, puis,

bon... Mais pour moi, si ça

m'enlève le goût de... tu sais,

d'être plus attiré ou pas, ce

n'est pas ça qui m'arrête, là,

honnêtement. Non, non, je la

trouve aussi belle puis aussi

attirante après ou avant.


MARTIN

Moi aussi, même que je trouve

ça dommage qu'elle se trouve

moins belle, tu sais, parce que

ça fait qu'elle, elle a moins

confiance en elle, elle se sent

moins belle, elle est moins

inspirée, elle est moins...

tu sais.

Moi, après les enfants, c'est

sûr que moi j'ai recommencé à

avoir le goût plus rapidement

qu'elle parce qu'en plus, comme

ma blonde a allaité pendant

15 mois à chaque enfant, c'est

sûr qu'elle, l'allaitement,

c'est fait pour enlever

les hormones qui lui donne

envie d'avoir du sexe.

Donc, je veux dire, elle, elle

n'avait pas le goût du tout,

là. Puis moi bien ça arrivait

que... c'est sûr qu'avant

15 mois j'ai recommencé à

avoir le goût, tu sais.

Mais oui, c'est sûr

qu'il fallait en discuter.


GENEVIÈVE LABELLE

Il peut arriver que les pères

retrouvent le désir avant leurs

conjointes, c'est quelque chose

qu'on voit assez souvent. On n'a

pas besoin d'assouvir son désir

dans les 10 minutes qui suivent.

C'est quelque chose d'agréable

de laisser grimper le désir, de

le laisser être là. On pourrait

se permettre de l'exprimer à

l'autre en disant : « Bien moi,

j'ai envie de toi. Je comprends

que t'es fatiguée, mais je

voulais te le dire. » Et ça

pourrait être pris comme un

compliment. Et c'est quelque

chose qui va permettre d'éviter

de rentrer dans une dynamique où

la femme ne se sent pas désirée

parce que son époux ne lui fait

plus jamais d'avances parce

qu'il n'ose pas parce qu'elle

est fatiguée, parce qu'elle

dit tout le temps non.

Bien, on rentre dans des

boucles facilement comme ça.


Dans le salon de pédicure, LEILA et JESSIE discutent.


LEILA

T'as allaité

longtemps toi aussi?


JESSIE

Bien moi, j'ai allaité 15-15

puis 18 mois. C'est pas si

longtemps que ça, mais c'est

quand même assez longtemps, oui.


LEILA

Ce n'est pas trois-quatre ans,

là, mais il y en a qui le font

jusqu'à là. Mais un moment donné

t'es tannée d'avoir quelqu'un

tout le temps en train de te

toucher. Tu sais, t'es déjà

touchée tout le temps, ça fait

que c'est comme : « Lâchez-moi

un peu, laissez-moi... »

Tu sais, t'en as un qui est

là : « Maman! Maman! » L'autre

qui veut tout le temps être là.

Puis là, le papa qui arrive,

tu sais, fait que là c'est...

des fois un peu trop. Mais

c'est rare, ça c'est quand

t'as bien de la fatigue,

puis dans ce temps-là tu

dis : « Bon, je vais aller

me coucher, là. Je vais

laisser faire tout le

reste. » Puis ça revient.


GENEVIÈVE LABELLE

On entend beaucoup que

l'allaitement ça diminue

la libido. Oui, au niveau

hormonal, c'est des hormones

qui vont jouer contre le désir.

Maintenant, on n'est pas juste

soumis à nos hormones dans

la vie. Donc, ça va dépendre

de comment on va vivre

l'allaitement puis ça va

dépendre aussi de comment

on va vivre la vie avec un

bébé. Donc, des femmes qui

n'allaiteraient pas et qui

sont épuisées, n'auront pas

plus de désir qu'une femme

qui allaite, mais qui arrive

à dormir. Puis l'allaitement

aussi ça dépend comment on

va vivre les changements qui

viennent avec. Donc il y a

des femmes qui vont découvrir

des nouvelles sensations dans

leur corps, il y a des femmes

qui vont aimer sentir le lait

couler pendant les relations

sexuelles parce que ça arrive

à cause de l'oxytocin,

c'est la même hormone qui

fait l'expression du lait

que l'hormone qui permet

l'orgasme. Il y a des femmes

qui vont être très mal à l'aise

avec ça aussi. Donc de dire

clairement que l'allaitement

nuit à la sexualité, bien ce

n'est pas tout à fait vrai.


JESSIE

Je trouve qu'avec la proximité,

que même si c'est juste comme

ça affectif, mais quand la

sexualité revient aussi, je

trouve qu'on a plus de tolérance

avec les enfants après.


LEILA

Oui, hein, c'est vrai.


JESSIE

Tout est moins... tu sais,

il n'y a pas de frustration

des deux côtés.


LEILA

Oui.


JESSIE

On dirait que tout est plus

relax. Puis nous en tout cas

c'est ce qu'on a remarqué.

Puis c'était plus ça, moi,

qui me... qui m'encourageait

à entretenir ça.


LEILA

Oui, c'est vrai.


GENEVIÈVE LABELLE

On parle

beaucoup de la sexualité des

couples une fois qu'ils ont eu

des enfants, mais la sexualité

c'est rare que ça vit tout seul,

ça vit en général à l'intérieur

d'une dynamique d'intimité. Et

quand on a de jeunes enfants ça

va être beaucoup plus réaliste

et beaucoup plus facile

d'investir dans l'intimité

parce que dans les moments

où la sexualité va être moins

présente, bien il y aura au

moins ça qui va rester comme

un ciment pour le couple au

niveau de l'intimité.


YANNICK et LEILA s'envoient des textos avec leurs téléphones cellulaires.


YANNICK

Les textos viennent plus de

moi, oui, effectivement.

Comment

ça va? On a passé une belle

journée.

Lorsqu'elle répond,

bien je le sais où est-ce qu'on

s'en va, dans quelle direction,

s'il faut y aller ou pas.


LEILA

Au moins, on garde un contact.

Je pense que c'est ça qui est

important. C'est toujours de

prendre du temps pour se parler,

prendre du temps pour être

ensemble. Fais que c'est

des petites choses comme ça

qui font qu'on a toujours

envie de se voir puis d'être

ensemble encore, là, tu sais.


YANNICK

Bien, c'est une manière de

maintenir l'intimité, oui,

sans parler en la présence des

enfants. Donc des petits textos,

c'est caché puis c'est à toi

puis c'est entre toi et elle.


Devant un miroir, LEILA se maquille.


LEILA

Oui, c'est un souci pour moi

de me mettre belle pour lui.

Tu sais, je m'arrange toujours

un peu, au moins que je sois

bien habillée, je ne reste pas

en pyjama toute la journée, là.

Il arrive à la maison puis

je suis toute tout croche, là.

Ça, je trouve ça plate. Mais

surtout, là, enceinte, des fois

on se trouve plus grosse, moins

attirante, puis tout ça. Fait

que là je fais des petites

choses comme mes ongles ou des

petits trucs qui me fait que

j'ai l'air plus féminine un peu

pour moi. Puis moi, je me sens

mieux, donc je dégage ça dans

le fond.


Autour d'une table, JESSIE, MARTIN, YANNICK, LEILA et GENEVIÈVE LABELLE font un toast devant un repas.


GENEVIÈVE LABELLE

Vous deux, vos enfants sont un

petit peu plus grands, là, ça

semble quand même aller bien,

mais est-ce qu'il y a eu

des moments qui étaient

plus difficiles, est-ce

qu'il y en a eu des creux?


JESSIE

Majoritairement.


MARTIN

Oui, il y en a eu.

Oui, effectivement.


JESSIE

Oui, oui, il y en a eu

beaucoup. Mais il y a vraiment

eu une période où est-ce

qu'en fait je pense qu'on s'est

demandé où est-ce qu'on était

rendus. Puis là ça va bien, on

en est vraiment venus à quelque

chose de... où est-ce qu'on a

l'impression... Moi, j'ai un peu

l'impression, comme pas d'avoir

redécouvert Martin, mais

finalement d'avoir accepté

que je continue avec Martin

puis que...


MARTIN

Que c'est comme ça que ça

allait se passer, oui, c'est ça.


JESSIE

Comme un genre de crise de

la quarantaine à 29 ans, là, tu

sais, où est-ce que tu te dis :

« Je suis qui? » Puis tu sais,

j'ai eu mes enfants avec cette

personne-là, mais tu sais,

qu'est-ce que... sauf que j'ai

quand même l'inquiétude que ça

revienne. Tu sais, que ce genre

de creux-là revienne. Puis en

fait, on se demandait, tu sais,

les pièges à éviter ou qu'est-

ce que... pour finalement

essayer d'entretenir ça?


GENEVIÈVE LABELLE

Ce qui peut aider à surmonter

ces creux-là, bon, c'est

premièrement de continuer

à y croire, mais beaucoup

la communication, beaucoup

se parler, beaucoup... même

quand ça ne va pas très bien,

d'accepter que ça se peut

que ça aille pas bien aussi.

Puis de se dire : « Tu sais,

là, présentement ce n'est pas

super satisfaisant pour moi. »

Puis ça ne veut pas dire :

je m'en vais. Ça veut dire :

ah, là, il y a des choses à

rebouger. Tu sais, d'avoir

cette... Tu sais, en anglais

on va dire :

agree to disagree.

Et un des facteurs qu'on

remarque chez les couples

qui vont durer longtemps, puis

tu sais qui vont bien, c'est la

tolérance à l'anxiété. Donc des

couples qui sont capables de

vivre un peu dans le malaise,

dans le : « Là, je ne suis

pas de bonne humeur, toi non

plus... » Mais on va être

capable de rester là-dedans

un petit bout puis après ça

on va régler ça à un autre

moment. Ça, c'est quelque

chose qui va aider le couple

aussi. Tu sais, ce n'est pas

super romantique comme truc,

mais c'en est un. C'est la

capacité de dire : « Moi, ça

m'enlève-tu vraiment quelque

chose présentement? Puis ça

se peut-tu que l'autre ait

raison? » Mais ça ce n'est pas

évident, ça c'est difficile,

tu sais. Bien c'est autour

de 80 % des conflits dans

un couple qui ne seront

jamais résolus.


JESSIE

(Étonnée)

Oh,

on sort les Kleenex.


GENEVIÈVE LABELLE

Avec lesquels on va devoir

arriver à vivre. Mais on parle

des petits conflits jusqu'aux

gros conflits. Mais tu sais on

parle de la couleur des murs

quand on choisit de repeinturer

jusqu'à : « On va-tu envoyer

l'enfant à la garderie ou pas? »


JESSIE

J'imagine que je ne suis pas

la seule à qui ça fait ça,

mais quand on a des nouveaux,

des jeunes enfants, puis que

nous-mêmes on a l'impression,

tu sais, qu'on se trouve un peu

moche quand on se regarde. Des

fois je me disais : « Moi, je me

trouve moche, forcément il me

trouve moche. » Mais sans être

capable de poser les questions,

puis sans être capable de

dire... tu sais, c'est des

choses faciles de demander :

« T'es-tu bien dans ta

routine? » Mais de lui dire :

« Est-ce que tu me trouves

encore cute? » ou des affaires

de même c'est beaucoup plus...


LEILA

C'est touché.


JESSIE

L'orgueil embarque. Fait que tu

présumes, tu te dis : « Bien, je

me trouve moche. » Puis plutôt

que d'avoir un refus, je vais

moi-même faire le refus. Puis

là quand tu tombes là-dedans

c'est... ce n'est vraiment

pas évident de s'en sortir.


GENEVIÈVE LABELLE

Mais, t'as raison quand tu

dis : « C'est facile de dire

"T'es-tu bien dans la routine?",

il y des choses qui sont plus

difficiles. » Et c'est pour ça

souvent que les conflits vont

s'exprimer sur des détails.

C'est bien plus facile de dire :

« Ton mosus de mur bleu, tu

sais, je te l'avais dit que

ce n'était pas beau cette

couleur-là. » que de dire :

« Moi, je trouve que ces

temps-ci on ne communique pas

bien. Je ne te sens pas là. »

Ça, c'est difficile parce

que ça nous ramène à nous,

ça nous rend vulnérable.


JESSIE

Oui, c'est ça.


GENEVIÈVE LABELLE

Et, quand on vient d'avoir des

bébés, notre corps a changé,

notre identité a changé, on est

encore plus vulnérable. Et de

l'autre côté, on a encore plus

à perdre dans notre couple

qu'avant. Donc le désir que

l'autre soit d'accord avec nous

est beaucoup plus grand, la

peur de le perdre... Donc on

va tourner là-dedans aussi.

Fait que est-ce que c'est

super évident de régler ça?

Est-ce qu'on peut le faire

en deux trucs? Non.

Il y a Coluche qui disait :

Être à deux c'est régler

ensemble des problèmes qu'on

n'aurait pas eus tout seul.


Sur une rue, les deux familles montent sur des calèches tirées par des chevaux.


GENEVIÈVE LABELLE

On pense

souvent que pour passer

du temps de couple, il faut

faire garder les enfants.

C'est vrai que c'est vraiment

agréable qu'on puisse se le

permettre. Ce n'est pas toujours

réaliste par exemple. Et ça

n'arrivera clairement pas aussi

souvent qu'on le souhaiterait.

De considérer que le temps qu'on

passe ensemble en famille, est

aussi du temps de couple. Donc

quand on soupe en famille tout

le monde puis qu'on se parle,

quand on fait une sortie, on

va aux glissades d'eau, on a du

plaisir ensemble, c'est du temps

de couple. Du temps de couple,

c'est pas juste du temps à se

regarder dans les yeux ou à

faire l'amour, c'est aussi

de faire des activités qui

nous font plaisir ensemble.


Dans une calèche, LEILA et YANNICK discutent.


LEILA

Les cirques,

les zoos...


YANNICK

Les cirques, les zoos.


LEILA

Surtout les zoos, là,

à cet âge-là.


YANNICK

Oui, oui, oui.


LEILA

Mais on aime bien ça.


YANNICK

Ce qui va aller chercher la

culture aussi en même temps

pour les enfants. Puis pour

nous, moi j'aime ça aussi

aller se promener n'importe

où, n'importe lequel zoo.


LEILA

(Propos en anglais et en français)

On aime ça faire du

hiking en

montagne aussi, la forêt. On les

met dans des backpacks,

puis let's go.

Puis quand je ne

suis pas enceinte, ça va mieux.


Dans une autre calèche, JESSIE et MARTIN discutent.


MARTIN

Ce que j'aime le plus

chez Jessie c'est sa folie.


JESSIE

Ah, une chance parce que...


MARTIN

La moindre petite chose

l'allume. Puis, je veux dire...

non, c'est dur à décrire,

là, mais c'est vraiment

sa petite folie qui est

très très très charmante.


JESSIE

Petite folie, on a dit.


MARTIN

Petite folie...


Ils rient.


GENEVIÈVE LABELLE (Narratrice)

Faire

attention à son couple ça

peut aussi vouloir dire se

surprendre. Donc, des fois c'est

des petites attentions, ramener

un petit quelque chose de

l'épicerie, une sorte de biscuit

qu'on sait que notre douce

moitié aime. Si tu trouves

un message en dessous de

l'oreiller. Aussi c'est de

continuer à se toucher ou de

commencer à se toucher tous les

jours. Ça peut être un petit

câlin sur l'épaule, ça peut

être un bec dans le cou...

peu importe, chaque couple a

ses gestes tendres. C'est

des détails qui vont faire

une grosse différence aussi.


LEILA

On se dit souvent qu'on s'aime,

plusieurs fois par jour ou au

moins une fois. Mais, tu sais,

si on ne se le dit pas à tous

les jours, c'est sous-entendu

c'est sûr, mais on se le

dit, un texto : Je t'aime!

ou je ne le sais pas.


YANNICK

Oui, tu fais quoi : xx. Tu

sais, ça veut tout dire. C'est

juste des... c'est des petits

moments qu'on se dit : « Ah,

t'es là, je suis là. Regarde,

inquiète-toi pas, tout

va bien. » C'est beau,

correct, on y va, continue.


Les deux familles achètent des cornets de crème glacée.


LEILA

On a apprécié la famille qui

vienne de passer à travers ce

qu'on va passer à travers, nous

autres, là, avoir trois enfants

puis la vie de couple comment ça

se passe. Puis l'experte aussi,

c'était super intéressant, elle

nous a... Tu sais, elle dit :

« Si ça... » La morale qu'on a

retenue c'est : si ça fonctionne

pour vous, bien faites-le.

Tu sais, si les deux sont

d'accord, avancez vers ça

puis ça va bien aller.


YANNICK

C'est de voir que la synergie

entre les trois enfants, elle

est là quand même. Puis pour

nous, on voit qu'il y a une

fin au début. On va se

retrouver en tant que couple

un jour, mais pour le moment

c'est notre vie de famille

puis on en profite à 100 %.


GENEVIÈVE LABELLE

Quand on a des enfants, on a

tendance à tout sacrifier pour

eux. Mais si on se sacrifie,

si on arrête d'exister, si on

sacrifie notre couple, bien

après on a plus rien à quoi

s'accrocher pour être un bon

parent pour prendre soin d'eux.

Puis il faut être heureux pour

rendre des enfants heureux.

Et le fait d'être amoureux,

bien c'est bénéfique pour les

enfants, c'est ce qui fait qu'on

est plus heureux, on est des

meilleurs parents et c'est

ce qui fait qu'on peut rester

ensemble plus longtemps.

Bien, jusqu'à ce jour, c'est

quand même ce qu'on a trouvé

de mieux pour les enfants,

des parents ensemble.


MARTIN

Moi, ce que je

retiens, c'est que je pense

qu'on est sur la bonne voie.


JESSIE

Bien, exactement.


MARTIN

On a... c'est ça, on a vécu des

moments un peu plus difficiles,

mais que là on est vraiment

sur la bonne voie. Puis d'en

discuter avec les autres,

j'ai encore plus réalisé que

c'est effectivement ça. On a

fait des bons

moves, puis...


JESSIE

Le gazon n'est pas

nécessairement plus

vert chez le voisin.


MARTIN

Ouais, c'est ça.


JESSIE

C'est ça, c'est

ce que je retiens.


NARRATEUR

Découvrez la

section

Rencontres de parents

qui vous permet de partager vos

expériences avec des parents qui

vivent des situations semblables

aux vôtres. Rendez-vous sur

le site de

Parent un jour

Parent toujours

à l'adresse :

TFO.org/parent


Générique de fermeture

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison

Résultats filtrés par