Image univers Parent un jour, parent toujours Image univers Parent un jour, parent toujours

Parent un jour, parent toujours

Des trucs et astuces qui permettent de réfléchir sur l'éducation des enfants en valorisant l'expérience des papas et des mamans d'aujourd'hui. Deux sympathiques familles se rencontrent pour une fin de semaine afin de vivre toutes sortes d'activités qui leur permettent d'échanger sur un thème précis lié à l'éducation des tout-petits. Un spécialiste se joint à la bande pour approfondir davantage le sujet et proposer d'autres solutions aux défis quotidiens que représente l'éducation.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Ce n'est pas moi qui ai commencé

Les chicanes entre frères et soeurs, il y en a dans toutes les familles, que ce soit pour le partage des jouets, le respect du territoire ou pour obtenir l’attention des parents. Les études avancent que ces querelles peuvent survenir toutes les six minutes! Deux couples rencontrent une spécialiste qui leur propose des solutions concrètes pour intervenir lors de ces conflits.


Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Intertitre :
Album de familles


NARRATEUR

Voici la famille

Boudreau. Papa Daniel, maman

Nellie et leurs deux filles.


MAYA et ARIELLE sont assises sur une balançoire. Leur père DANIEL les présente.


DANIEL

Bon, bien je vous présente

mes deux filles : Maya qui

est la plus vieille, elle vient

d'avoir 6 ans, puis Arielle

a 3 ans, c'est la plus jeune.


NARRATEUR

Voici la famille

Doucet-Philippe. Maman

Isabelle, papa Érik

et leurs trois enfants.


ÉRIK présente ses enfants qui mangent autour d'une table.


ÉRIK

Je vous présente Emma qui a

6 1/2 ans, bientôt 7, elle

va rentrer en deuxième année.

Romane, 4 1/2 ans, qui va

bientôt rentrer à la maternelle.

Et Noa, 1 ans et 2 mois.


NARRATEUR

Ces parents, qui ne

se connaissent pas, ont accepté

de passer une fin de semaine

ensemble pour partager leurs

trucs pour mieux gérer un

aspect de la vie de famille qui

exaspère bien des parents : les

conflits entre frères et soeurs.

« Elle a pris ma poupée! C'est

toujours lui qui s'assoit à côté

de maman! C'est moi qui veux le

verre bleu! » Toutes les raisons

sont bonnes pour se crêper le

chignon entre frères et soeurs.

Pour les parents qui rêvent

d'harmonie dans la maisonnée,

ça peut devenir irritant,

surtout lorsqu'on sait que

ces conflits peuvent survenir

à toutes les six minutes.


Dans un salon, MAYA fait de la lutte avec sa petite sœur ARIELLE qui tente de s'échapper.


Titre :
Parent un jour, parent toujours Ce n'est pas moi qui a commencé!


Dans une cour, MAYA et ARIELLE se balancent sur une balançoire sous les poussées de leur père.


DANIEL

Les chicanes, elles vont

commencer parce que la plus

jeune, elle a fait ça aux

alentours de 2 ans, puis elle

était capable de jouer puis

ci puis ça. Bien l'autre

n'était pas trop contente

de partager autant.

Si une soeur a quelque chose

dans les mains, l'autre la

veut. Puis c'est comme :

(Avec une voix aiguë)

« Non, moi je l'avais en

premier! Nan, nan! Moi,

je le veux! »

(Avec une voix normale)

Tu sais,

des fois c'est : « Non,

je veux embarquer avec

Dada! Non, c'est mon tour! »

Tu sais, des affaires de même.


NELLIE

Très souvent, ça se

chicane dans mon terrain.

Tous les objets sont

la cause d'une chicane.

C'est rendu au point qu'on

achète deux ballons, mais elles

vont quand même se battre pour

le jouet. Alors on en achète

deux pareils parce que

sinon... Même les vêtements,

parfois on achète les mêmes

sortes de vêtements.


MAYA se balance. ARIELLE proteste et dit que c'est son tour.


ARIELLE

À mon tour.


NELLIE

Non.


ARIELLE

À mon tour!


NELLIE

Après, après.


ARIELLE

À mon tour!


NELLIE (Narratrice)

La plus vielle est

habituée à partager, elle va

céder bien souvent à sa petite

soeur, mais parfois c'est non,

c'est moi qui l'a et puis je ne

partage pas, pas cette fois-ci.

Ma plus jeune, Arielle, n'est

pas habituée à céder et à

partager, ça commence juste.

J'imagine que ça va s'améliorer,

elle vient juste d'avoir 3 ans.

Son parler n'est pas encore

très développé, elle n'a

pas de façon de s'exprimer

encore beaucoup. Quand

ça va se développer,

ça va être plus facile.


NELLIE fait cuire de la viande sur un barbecue.


NELLIE

Hum, ça va être bon.


NELLIE aide ARIELLE à monter sur une trampoline.


NELLIE

On travaille

toujours pour leur apprendre

à partager. On ne laisse pas

la plus jeune gagner juste

parce qu'elle est plus jeune.


Autour d'une table, ARIELLE et MAYA se chamaillent.


NELLIE

Arielle,

ne frappe pas.

(À la caméra)

Quand les filles se chicanent,

je leur demande qu'est-ce qui

s'est passé. Ça arrive qu'elles

soient maladroites, qu'elles

se fassent mal par erreur,

qu'Arielle a sauté sur Maya et

lui a donné un coup par erreur.

Mais si c'est intentionnel,

alors c'est automatiquement

punition. Puis on en discute

un peu, puis s'il n'y a pas...

si la crise s'élève encore pour

le jouet, j'enlève le jouet.

Il est parti, ça fini là.


Dans la maison, MAYA capture ARIELLE qui se débat.


ARIELLE

Non!


ARIELLE

Non! Non! Non!


MAYA

Hé, OK.


MAYA chatouille sa petite sœur.


ARIELLE

Non!


MAYA

Arielle, laisse-moi

chatouiller.


NELLIE

Quand les filles

se chicanent, je ne peux pas

être là tout le temps, j'ai

en masse à faire. Alors je

donne une chance en premier.

Parfois Maya va

venir me demander des

questions puis je discute

avec elle des solutions.

Et si Arielle vraiment

ne se calme pas ou il n'y a

vraiment pas de réconciliation,

là je vais m'y mettre, on

va essayer d'arranger ça.


Sur le divan, MAYA essaie d'immobiliser ARIELLE qui lui donne des coups de pied.


MAYA

Arrête!


Dans une chambre, MYRIAM LAROCHELLE parle à des enfants.


MYRIAM LAROCHELLE

Les filles, on va apprendre

une petite comptine aujourd'hui.

Est-ce que vous aimez

ça faire des petites comptines?


ENFANT

Oui.


NARRATEUR

Myriam Larochelle

est une passionnée des relations

parents-enfants. En plus de son

travail de coordinatrice en

transition scolaire, elle

rend visite aux familles pour

faire du coaching familial et

aider les parents à gérer les

chicanes entre leurs enfants.


MYRIAM LAROCHELLE, coach et éducatrice familiale, explique.


MYRIAM LAROCHELLE

C'est

normal, des conflits entre

frères et soeurs. Que ce soit

deux filles ensemble, deux

garçons ensemble, est-ce

que les enfants sont en

âge rapproché ou non.

Au niveau des recherches, on le

démontre, hein, il peut y avoir

un conflit à toutes les six

minutes. Je ne pense pas

que ce soit possible d'éviter

les conflits, puis je ne pense

pas que ce serait sain de

vouloir éviter les conflits.

Il ne faut pas oublier que

ces conflits-là, ça leur

donne la chance de développer

des habiletés qu'ils vont avoir

besoin plus tard en société.

Que ce soit : comment négocier,

comment coopérer, comment

s'exprimer aussi. Ça peut

arriver dès la naissance,

mais c'est certain qu'ils sont

plus fréquents entre 2 à 5 ans

justement parce que l'enfant

au niveau de son développement

socio-affectif, il est en train

d'apprendre plein de choses.

Les zones qui sont reliés

au cerveau, là, au niveau de

l'autocontrôle, bien ça c'est en

pleine formation à cet âge-là,

fait que c'est surtout un

moment critique au niveau

des crises d'avoir besoin de

son espace et puis justement

bien ça crée des conflits.


Autour d'une table, ISABELLE et ÉRIK mangent et discutent avec leurs enfants.


ISABELLE

Qu'est-ce que t'as

fait aujourd'hui à l'école Emma?


EMMA

Pourquoi

c'est toujours moi?


ISABELLE

Parce que tu es la plus grande.


EMMA

OK.


ISABELLE

On commence par la plus grande.


ISABELLE parle à la caméra.


ISABELLE

Nos filles ont une bonne

complicité entre elles.

La chicane, c'est sûr que

ça apparaît dans les jeux

régulièrement, mais je dirais

que là où ça arrive le

plus souvent c'est depuis

qu'il y a le petit frère.

Qui veut s'asseoir à côté

de Noa? Qui va apporter le

biberon à Noa quand c'est

l'heure de se coucher,

qui va lui apporter sa suce?

ROMANE)

Toi, t'aimes-tu

partager tes choses?


ROMANE

Je suis gentille.


ISABELLE

Oui. Pourquoi tu

te chicanes, toi, des fois?


ROMANE

...m'asseoir à côté de Noa

parce que c'est

presque toujours elle!


ÉRIK

En fait, c'est plus se

chicaner aussi pour, je

pense, avoir un petit privilège

de plus, avoir la petite

chose que l'autre n'a pas.


ISABELLE

Comme elles sont

proches, c'est comme une petite

compétition entre elles, là.


MYRIAM LAROCHELLE

La principale raison pour

laquelle les enfants vont se

chicaner souvent c'est pour

attirer l'attention des parents

justement. Voir... ils essaient

un peu de mettre les parents

dans le rôle de l'arbitre.

Est-ce qu'il m'aime plus que

moi? Est-ce qu'il va prendre

pour moi? Donc c'est vraiment de

faire attention pour les parents

de ne pas embarquer dans

ce jeu-là. Mais aussi, il y

en a des enfants qui vont

avoir un esprit compétitif plus

développé, donc c'est certain

que les conflits vont être plus

nombreux chez ces enfants-là.


ROMANE lit à haute voix dans un livre.


ÉRIK

EMMA)

Toi, tu te chicanes souvent

parce que tu ne veux pas

laisser ta soeur prendre

tes affaires des fois.


EMMA

Heu... très souvent.


ÉRIK

Hum?


EMMA

Très souvent.

Mes crayons et tout ça.


ISABELLE

J'avoue qu'Emma est souvent

l'instigatrice de plusieurs

chicanes. Donc, on a peut-être

tendance des fois à prendre vite

la part de Romane. Heu... puis

quand ça arrive, là c'est Emma

qui part en pleurant. Puis quand

Emma part en pleurant, je pense

que souvent je me rends compte

que... elle avait peut-être

raison parce que sinon elle va

se défendre jusqu'à la fin, là.


Dans un salon, ISABELLE s'approche d'EMMA et ROMANE.


ISABELLE

Vous voulez regarder

un film pendant que

je donne le bain à Noa?


MYRIAM LAROCHELLE

D'habitude, on voit tout

le temps un agresseur et

une victime. Mais il faut

faire attention de ne pas

embarquer les enfants dans

des rôles parce que les

enfants comprennent vite.

Puis si l'enfant s'aperçoit

que lui... bien maman prend

toujours pour lui parce qu'il

est plus jeune, bien c'est

comme... il va parfois

faire exprès pour justement

commencer le conflit parce

qu'il le sait de toute façon

que maman va prendre pour lui.


ÉRIK fait chauffer un biberon.


ÉRIK

Romane, Emma, qui c'est

qui monte le biberon à Noa?


ROMANE et EMMA accourent vers ERIC.


ROMANE et EMMA

Moi, papa. Moi,

moi, moi, moi, moi...


ÉRIK

Qui c'est qui

monte le biberon?

Pile ou face?


EMMA

On fait pile ou face.


ÉRIK lance une pièce et la laisse retomber.


ÉRIK

C'est pile! C'est Romane.


EMMA

(Déçue)

Ah!


ÉRIK

Pile ou face c'est un

truc un petit peu pour éviter

les chicanes. C'est le truc,

on dit : « Pile ou face? »

et hop! c'est réglé, il n'y

a plus de chicane possible.


MYRIAM LAROCHELLE

De tirer à pile ou face,

je pense que c'est une bonne

solution pour les enfants parce

que justement c'est pas question

que c'est l'adulte qui décide,

bien c'est le sort qui a choisi.

En autant par exemple qu'on

respecte si c'est... on a

tiré au sort et puis c'est

le premier enfant qui a gagné

justement ou qui est le

premier, bien la prochaine

fois on s'entend pour que

ce soit l'autre qui commence.


Dans une chambre, ROMANE apporte un biberon à ISABELLE qui tient NOA.


ISABELLE

C'est Romane qui a gagné.


ROMANE

Oui, parce que moi j'ai

battu Emma et quand papa

a fait tomber la pièce,

c'était pile, j'ai gagné.


ISABELLE

Alors c'était ton tour ce soir.


ROMANE

Oui.


ISABELLE

Es-tu contente?


ROMANE

Yes!

Oui.


Sur un lit, MAYA lit à haute voix dans un livre à côté de ARIELLE.


MAYA

Ils ont a...


NELLIE (Narratrice)

On espère trouver cette fin

de semaine, avec les autres

parents, des amis pour nos

enfants de leur âge. On espère

aussi que la spécialiste nous

donne d'autres méthodes pour

régler les conflits et peut-être

même un peu d'aide avec la plus

jeune pour ses crises de colère.


ISABELLE

C'est certain que je suis

curieuse de voir, puis si c'est

deux filles également, à ce que

j'ai entendu. Donc voir est-ce

qu'elles se chicanent plus.

Par rapport à une experte, je

pense que c'est juste peut-être

des petits conseils sur comment

mieux essayer de déterminer

qui dit la vérité ou pas,

des petits trucs, des

petites phrases à savoir.


ÉRIK

Qu'est-ce qui est le plus

efficace? Est-ce que c'est

la punition immédiate?

Est-ce que c'est l'explication?

Est-ce que c'est la discussion?

Est-ce que c'est quelque

chose au milieu? C'est quoi?


Dans un marché de légumes, NELLIE et DANIEL vendent des légumes derrière un étal, en compagnie de leurs filles.


NELLIE

Tout de suite on est au Boys

Farmers Marquet. Mon mari

vend ici depuis qu'il a 13

ans avec le premier fermier

qui lui a appris. On est

très populaires ici.


ISABELLE, ÉRIK et leurs enfants arrivent. Les membres des deux familles se saluent et se serrent la main.


NELLIE indique EMMA.


NELLIE

Ça, c'est

votre plus vieille?


ÉRIK

Oui.


NELLIE indique MAYA qui joue avec un animal fabriqué avec un ballon tordu.


NELLIE

Oh, moi c'est Maya, elle est

en maternelle.

MAYA)

Es-tu contente,

tu vas avoir quelqu'un pour

jouer avec? Vas-tu partager

tes jouets?

ÉRIK)

Éric, êtes-vous

déjà venus au marché?


ÉRIK

Moi, je viens tous les samedis.


NARRATEUR

Pendant que papa

Daniel termine son travail au

marché et que papa Éric fait

les courses pour le souper,

les mamans se rendent chez le

marchand de jouets pour gâter

un peu les enfants. Mais parfois

une bonne intention tourne mal.

Les querelles au sujet des

jouets, des vêtements ou

des cadeaux sont fréquentes.


Dans un magasin, les petites filles supplient leurs parents d'acheter de la marchandise.


ISABELLE

Les filles ont pas mal les

mêmes goûts en règle générale.

Il ne faut pas s'étonner que

si une prend quelque chose,

l'autre va dire : « Ah,

bien finalement moi aussi

je vais prendre ça. »

Elles n'aiment pas se

copier, mais elles aiment

se copier en même temps, là.


MYRIAM LAROCHELLE

C'est

important de ne pas toujours

vouloir être juste jusqu'au

point d'acheter toujours

les mêmes jouets parce que je

pense qu'équité ça ne veut pas

nécessairement dire égalité.

Puis si on a deux enfants puis

il y en a une qui a besoin

d'un manteau, un manteau de

printemps, bien si l'autre n'en

a pas de besoin, c'est important

de leur expliquer. « Tout de

suite on en a pas de besoin,

toi t'en a pas de besoin. À

un moment donné, toi t'auras

peut-être besoin des bottes

à la place. » Puis ne pas se

sentir coupable comme parent

non plus de faire ça.


ARIELLE montre une poupée à sa mère.


NELLIE

C'est encore une

Arielle, comme toi.


NELLIE

(À la caméra)

On ne peut pas tout avoir

en double. On fait qu'est-ce

qu'on peut avec... On essaie

de les faire partager le

plus possible. Parfois même

on utilise le timer

sur le micro-onde, puis c'est

cinq minutes chaque.

Quand ça sonne, c'est :

« Passe à l'autre. »


MYRIAM LAROCHELLE

Tous les parents rêvent que

leurs enfants soient... aient

un plaisir à partager avec les

autres, mais avant l'âge de

4-5 ans, les enfants ne peuvent

pas se mettre à la place de

l'autre. Fait que d'avoir du

plaisir à partager, bien il

faut leur montrer un peu. Si

notre enfant n'a pas le goût

de partager, il ne faut pas

le forcer parce que si on les

force à ce moment-là, ça peut

juste faire l'effet contraire

puis là ça va juste augmenter

son désir de possession. Il

ne faut pas s'inquiéter avec

ça, là. C'est certain qu'un

moment donné il va avoir

le goût de partager puis

ça va être correct, là.


NELLIE

Maya, si sa petite soeur

la touche, c'est les grosses

larmes, c'est la crise. « Elle

m'a frappée! » C'est la fin

du monde. La petite qui est

si douce, quand elle s'enrage

assez, c'est des claques. La

plus vielle sait qu'il ne faut

pas faire ça encore, mais la

plus jeune, elle oublie parfois.


ISABELLE

Pour moi il n'y a pas de

compromis quand il y a de la

violence. S'il y en a une des

deux qui pousse ou qui fait quoi

que ce soit ou qu'il pourrait

y avoir de la violence, puis

ça ce n'est pas tolérable.

On va intervenir. Puis s'il

y a lieu, il y a punition.


MYRIAM LAROCHELLE

Quand il

y a une chicane, c'est souvent

le dilemme : est-ce qu'on

intervient? Est-ce qu'on

intervient pas? Plus les enfants

vont être jeunes, plus on

va avoir besoin d'intervenir.

D'abord, c'est surtout s'il

y a quelque chose qui peut

avoir un danger physique.


Dans un salon, les enfants jouent avec leurs nouveaux jouets.


MYRIAM LAROCHELLE

Mais il

faut quand même leur laisser

un temps pour voir s'ils vont

être capables de régler les

situations par eux-mêmes. Parce

que souvent c'est ce qu'ils

attendent justement, que nous

on tranche puis après ça bien

souvent ce qui arrive c'est que

personne n'est content. Lorsque

les enfants ont l'impression

qu'ils ont contribué à

résoudre le problème,

bien vous avez beaucoup

plus de chances justement

qu'ils vont s'en rappeler.


Dans le salon, NELLIE et ISABELLE discutent en compagnie de leurs enfants.


NELLIE

J'arrive sur une chicane,

puis elle ne parle presque pas,

elle dit : « Je l'ai frappée,

elle m'a frappée. » Puis

elle, elle dit : « Non. »

Puis c'est comme...


ISABELLE

Qui est-ce qui dit la vérité?


NELLIE

C'est qui qui dit la vérité?

Mais je ne veux pas toujours

dire que c'est la plus vieille,

alors c'est tout le temps elle

qui dit la vérité. Mais d'une

façon, la petite n'a pas encore

appris que de dire des mensonges

c'est pas correct. C'est ça,

c'est comme... J'essaie de

regarder pour des marques

à ce point-là, il y a-tu

des rougeurs pour prouver.


Elles rient.


EMMA et MAYA jouent à se battre avec des poupées.


MYRIAM LAROCHELLE (Narratrice)

Il ne faut

juste pas essayer d'embarquer

dans le jeu des enfants

qui veulent qu'on trouve le

coupable. Ça se peut que ce soit

l'autre qui ait poussé, mais

l'important c'est peut-être de

savoir pourquoi qu'il a poussé.

Est-ce que c'est parce que

l'autre est venu jouer dans son

territoire, puis il lui a déjà

dit deux-trois fois avant que :

« Regarde, tout de suite j'ai

besoin d'être tout seul. » Puis

il n'a pas respecté. T'avais

raison de dire que c'est pas

correct, que t'avais besoin

d'espace, mais qu'est-ce que

tu peux faire à la place?

Donc, on ne met pas l'accent

sur l'enfant qui a frappé,

on met pas l'accent sur

l'enfant justement qui

n'a pas respecté le besoin

d'espace de l'autre,

mais qu'est-ce qu'on peut

faire la prochaine fois.


ISABELLE

NELLIE)

Est-ce que toi, tu forces

tes filles à s'excuser

quand elles se chicanent?


NELLIE

Ah, oui, c'est automatique.

Bien, elles ne diront pas

toujours le mot excusez de

sa part, ça ne sort pas tout

le temps, c'est un câlin et

un bisou. Mais elle, c'est

tout de suite, même si elle

lui a fait mal par accident

puis qu'elle pleure, elle va

lui donner un câlin puis va

lui dire : « Je t'aime puis

je m'excuse. Es-tu correct? »


MYRIAM LAROCHELLE

Le fait de s'excusez ou de

demander pardon, ça fait partie

de la résolution de conflit,

c'est vraiment important.

Parce que justement ça donne

l'occasion à l'enfant de

réfléchir au geste qu'il a

fait ou aux paroles qu'il

peut avoir dit. Ça c'est...

ça peut être... c'est certain

que ça dépend de l'âge de

l'enfant, mais peut-être

donner un câlin, peut-être

faire un petit dessin, écrire

un mot d'excuse. Ou une autre

chose qui fonctionne bien

aussi, c'est de prêter un

objet qui leur est cher

parce que là tu sais vraiment

que c'est sincère puis

ça leur demande justement,

là, un petit effort de plus.


NELLIE

ISABELLE)

Puis toi?


ISABELLE

Moi, je dirais que c'est pas

mal la même chose que toi,

vraiment, là. Oui, elles doivent

s'excuser. L'important, c'est

de regarder dans les yeux. Donc

si ça prend trois fois, quatre

fois, cinq fois, tant qu'ils

ne se sont pas regardé puis

vraiment que ce soit sincère,

c'est là-dessus que je mets

l'emphase, il faut que ce soit

sincère. Puis c'est pas toujours

le cas, hein, bien des fois ça

peut prendre plus qu'une fois,

mais... oui. C'est le respect,

c'est ça que je mets l'emphase

dessus finalement, de dire à

l'autre qu'on a fait quelque

chose qu'on ne veut pas qu'il

nous fasse. Bien, c'est une

marque de respect de s'excuser.


NARRATEUR

Grâce à son

expérience sur le terrain,

Myriam Larochelle a développé

plusieurs techniques pour aider

les enfants à mieux exprimer

leurs émotions lors de leurs

querelles. Une bonne méthode,

c'est de les amener à se mettre

à la place de l'autre grâce

à un jeu de mise en situation.


Dans une chambre, MYRIAM LAROCHELLE tient deux marionnettes. Elle parle à EMMA, MAYA, ARIELLE et ROMANE.


MYRIAM LAROCHELLE

Ici, j'ai mon amie qui

s'appelle : Tout pour moi

et lui c'est Partageur.

Puis Partageur, lui, il

aime ça quand il joue avec

ses amis, il aime ça partager.


MYRIAM LAROCHELLE (Narratrice)

Pour essayer de diminuer les

conflits entre frères et soeurs,

c'est vraiment d'essayer de

faire voir à l'enfant comment

que l'autre peut se ressentir

lorsqu'on lui arrache un

jouet, lorsqu'on le frappe.


MYRIAM LAROCHELLE

(Avec la voix de Tout pour moi)

Moi, je veux avoir tes jouets.

C'est moi qui les veut.


MYRIAM LAROCHELLE

(Avec la voix de Partageur)

Bien non, je ne peux pas te le

prêter, c'est mon jouet préféré.

Moi, j'aime ça jouer avec.


MYRIAM LAROCHELLE

Donc c'est

par des exemples, justement des

jeux de rôle qu'on peut leur

montrer ça. Puis c'est d'avoir

des discussions avec eux autres

aussi, là. Comment est-ce que tu

te sens, toi, quand ça t'arrive?

Qu'est-ce que vous pensez

qu'on pourrait faire pour

que ça aille mieux si on veut

régler la petite chicane?


MAYA

Tu devrais comme lui dire :

« En attendant, veux-tu faire

un dessin et après tu peux

avoir mes jouets? »


MYRIAM LAROCHELLE

Hum, hum, c'est vrai que ça

c'est une bonne idée, hein.

Si les enfants sont trop

fâchés, ça prend un temps

de retrait ou un temps de

calme pour ensuite revenir

sur la situation. Parce

qu'on sait qu'on est en

chicane, on est en crise,

bien, on entend plus rien.


MYRIAM LAROCHELLE

(Avec la voix de Tout pour moi)

Est-ce que vous voulez

m'aider à prendre des

grandes respirations?


MAYA et EMMA respirent profondément.


MYRIAM LAROCHELLE

Puis on peut suggérer quelques

unes des solutions, mais il

faut quand même que ce soit eux

qui aient la solution finale.


Autour d'une table, DANIEL, NELLIE, ÉRIK, ISABELLE et MYRIAM LAROCHELLE mangent et discutent.


ÉRIK

C'est quoi le plus gros piège

qu'il faut éviter? Qu'est-ce

qu'il ne faut pas faire quand

il y a une chicane entre

nos deux filles? Qu'est-ce

qu'il faut vraiment éviter?


MYRIAM LAROCHELLE

Bien, c'est d'intervenir à

leur place. Je pense qu'on

doit les aider à résoudre

leurs conflits, mais si on

va régler le problème...

Je donne juste un exemple,

là. Par exemple, si les deux

enfants se chicanent pour le

même jouet, c'est certain que

si on veut juste régler la

chicane vite, on peut juste

dire : « OK, on enlève le

jouet. » La chicane est finie,

il n'y en a pas une des deux

qui a la poupée. Mais est-ce

que les enfants ont appris

quelque chose là-dedans?

C'est pas important de trouver

le coupable, hein, mettre

l'accent sur comment on

résout le problème au lieu

de : c'est de la faute à qui?


DANIEL

Est-ce que tu trouves que

les bandes dessinées sur la

télévision et puis les jeux

vidéo, ça influence-tu le

comportement des enfants comme

commencer des bagarres avec

les soeurs ou frères, puis...?

Trouves-tu que ça fait une

différence?


MYRIAM LAROCHELLE

Ah, c'est certain que ç'a une

influence. Il faut... comme

parent, il faut vraiment être

conscient de ce qu'on montre à

nos enfants, que ce soit nous

comme par notre comportement

parce qu'on est des modèles,

mais aussi ce qu'ils voient

à la télévision. Je pense que

des émissions où on voit par

exemple des résolutions de

conflits entre frères et soeurs,

que ce soit Passe-Partout

ou que ce soit Cornemuse,

n'importe laquelle émission,

ça c'est vraiment des bons

exemples pour eux autres.

Mais d'autres émissions où on

voit par exemple de la violence,

ou qu'on voit, tu sais, des

manques de respect puis tout

ça, bien les enfants eux autres

ne sont pas encore rendus là,

puis ils captent, puis pour eux

autres ils pensent que c'est

comme ça. Donc, ils vont répéter

les mêmes comportements.

Fait qu'il faut vraiment faire

attention à ce qu'on leur montre

aussi. Je pense que comme parent

c'est important de réfléchir à

quel rang qu'on occupait dans

la famille, dans notre propre

famille, si on était le plus

jeune ou si on était l'aîné

de la famille par exemple.

Parce que je pense que

des fois ça peut peut-être

teinter notre intervention.

Est-ce que vous avez déjà

posé cette réflexion-là?


ISABELLE

Je suis la plus vieille

d'une famille de trois.

Si je regarde la relation

que j'avais avec mon frère,

on s'entendait super bien.

Mais souvent, quand il

arrivait quelque chose ou je

finissais par lui faire mal...

Je réagis pareil comme je

réagis avec Emma aujourd'hui.

C'est-à-dire que je le sais que

la plupart du temps c'est la

plus vieille, donc tout de suite

on dirait qu'on a tendance

à sauter puis à venir à la

conclusion finalement que c'est

la plus vieille qui est toujours

l'instigatrice des batailles.


NELLIE

Moi, ma situation a été

beaucoup le contraire. À chaque

fois qu'il y avait quelque chose

de mal fait, je me faisais

blâmer parce que j'étais la plus

vieille. Mais je le sais que

j'étais pas dans le tort,

mais ils ne me croyaient pas

dans ce temps-là. Ils n'ont

jamais pris ma part parce

que j'étais la plus vieille.


MYRIAM LAROCHELLE

Puis comment est-ce que tu

penses que ç'a affecté ton

intervention avec tes enfants?

Est-ce que t'as tendance

à plus prendre pour

la plus vieille ou...?


NELLIE

Maya, je lui fais confiance.

Elle partage bien, elle dit

la plupart du temps, presque

tout le temps, la vérité.

Je dois dire que je prends

plus sa part comme tel.


MYRIAM LAROCHELLE

Ah, c'est certain qu'on a

tous un héritage, on a tous une

éducation en arrière de nous,

hein. Ça fait que je pense que

c'est important de peut-être

s'assurer de transmettre ce

qu'on a eu de meilleur, mais

si on a vécu des situations

difficiles par exemple, au lieu

d'essayer de répéter le même

pattern,

si vous voulez,

juste d'essayer de voir

de quelle façon qu'on

peut améliorer ça, là.


ÉRIK

Comme tous les enfants,

je peux dire que j'ai vécu

beaucoup d'injustices,

j'étais accusé à tort, etc.

Quand je prends du recul,

je me dis que finalement

j'ai été moins puni par

rapport à ce que j'ai fait.


Les convives rient.


MYRIAM LAROCHELLE

Quel rang

occupais-tu dans la famille?


ÉRIK

Je suis l'aîné.


MYRIAM LAROCHELLE

L'aîné, OK. Non mais c'est

certain que les enfants, eux

autres ont toujours l'impression

que les autres, l'autre enfant

a plus que lui. Donc je pense

qu'un des trucs aussi c'est

d'aider les enfants à voir

les avantages de leur rang

dans la famille. Comme par

exemple, ceux qui sont les

aînés, bien peut-être les

aider justement à voir :

bien peut-être que toi, t'as

plus de responsabilités que

le plus jeune, mais peut-être

que toi tu peux tu peux te

coucher un petit peu plus tard

ou peut-être que t'as certains

privilèges que l'autre n'a pas.

Autrefois les familles c'était

des familles nombreuses, hein,

on avait 7, 8, 10 enfants. Donc,

les enfants avaient un peu moins

d'attention des parents. Ils

avaient quand même leur place,

si tu veux, dans la famille.

Tandis qu'au jour d'aujourd'hui,

hein, des familles de

deux-trois, même trois enfants,

c'est quand même considéré comme

une grande famille. Bien les

frères et soeurs sont plus

perçus comme des rivaux.

Un bon outil qui peut nous

aider à régler les conflits

dans les familles c'est de

faire ce que j'appelle :

un conseil de famille. C'est

un moment qu'on choisit où

tous les membres de la famille

s'assoient ensemble puis là on

peut justement avoir la chance

de s'exprimer. Moi, je dirais de

ne pas attendre qu'il y ait trop

de conflits pour que les enfants

voient ça de façon positive.


EMMA et ROMANE jouent sur une table. ÉRIK et ISABELLE discutent avec elles.


ISABELLE

Qu'est-ce que vous avez fait de

bien cette semaine? Est-ce que

vous savez qu'est-ce que vous

avez fait de bien cette semaine?


EMMA

Je l'ai déjà dit.


ÉRIK

Est-ce que vous avez

été plus sages cette semaine?


EMMA

Non.


MYRIAM LAROCHELLE (Narratrice)

Si c'est

un conflit, par exemple, qu'on

essaie de résoudre, une fois

que chacun s'est exprimé sur sa

façon dont il voit le conflit,

essayer de les amener à

proposer des solutions qui fait

l'affaire de tout le monde.


ÉRIK

Il n'a pas fallu vous dire de

vous dépêcher parce que vous

étiez en retard pour l'école?


EMMA

Des fois oui.


ÉRIK

Hum, hum.


ISABELLE

Est-ce que ça, on

peut améliorer ça?


EMMA

Oh, oui.


ISABELLE

Oui, je remarque que quand

on passe du temps avec elles,

ça change leur comportement.

Je dirais que la fin de semaine

on est souvent bien occupés

avec les... moi, les tâches

ménagères le matin surtout,

Éric fait plus les choses

dehors. Puis certes, elles

aiment jouer dans leur salle

de jeu, mais si au bout d'un

certain temps je ne leur

ai pas trop prêté attention,

là, elles vont commencer

à faire des bêtises pour

obtenir notre attention, là.


MYRIAM LAROCHELLE

Avec le

niveau de vie qu'on mène, hein,

il y a... Maintenant, la plupart

des parents travaillent, on

est toujours pressé. Des fois

on a juste besoin de passer

un peu plus de temps, puis

là on s'aperçoit que là,

tout d'un coup, ah, bien

il y a moins de conflits.


La famille de ISABELLE et ÉRIK rend visite à la famille de NELLIE et DANIEL.


Dans le salon, les enfants jouent.


MYRIAM LAROCHELLE (Narratrice)

Je pense que comme parent, on

essaie toujours de... le mieux

possible de ne pas comparer nos

enfants, même si des fois on

le fait, veut veut pas. Mais

il y a certains parents, par

exemple, qui vont penser que

la comparaison favorable ça

peut être bon. Si, par exemple,

t'arrives avec deux enfants,

puis : « Bien ton frère, lui,

il est capable de le faire ça

ou, tu sais, il range toujours

ses jouets. Pourquoi toi, t'es

pas capable de le faire? »

Le plus jeune, lui, il va peut-

être avoir du ressentiment

parce que : « Hey, c'est pas

juste, là, elle est en train

de le féliciter puis moi je

n'ai pas ça. » Puis l'autre,

bien, il va peut-être se sentir

coupable d'avoir plus cette

attention-là du parent.

Donc, il n'y en a pas une

formule qui est gagnante.


MAYA montre un dessin d'enfant et l'explique.


MAYA

Il y a la maman qui arrive et

qui commence à dire : « Vous

allez en punition parce qu'ils

arrêtent pas de se chicaner. »


MYRIAM LAROCHELLE (Narratrice)

On dit

que c'est de 8 à 10 fois plus

efficace justement de valoriser

un enfant que de revenir

sur son mauvais comportement.


Les fillettes jouent à mimer différentes émotions, comme la tristesse et la colère.


MYRIAM LAROCHELLE

À quoi ça sert la chicane?

Ça nous apprend à vivre

ensemble puis justement

essayer de coopérer et de

négocier puis d'apprendre à se

respecter les uns les autres.


Autour d'une table, les parents discutent.


ISABELLE

Moi, ça m'a étonnée de

finalement que trouver le

coupable c'est pas important.

Pourtant j'avais toujours pensé

que c'était important de un, de

savoir qui dit la vérité ou pas,

puis pas forcément pour accuser

un ou l'autre, mais plus

pour les responsabiliser. Si

c'est toi qui a fait l'incident

ou qui a fait quelque chose,

bien... Bien finalement,

oui, l'experte ne mettait

pas l'accent là-dessus.


ÉRIK

On va les laisser plus se

responsabiliser elles-mêmes

maintenant. On va laisser

plus d'autonomie et simplement

leur donner bien peut-être

un objectif. On veut que

ce soit réglé vite, mais

faites ça entre vous.


NELLIE

C'était super, on s'est fait

des nouveaux amis. Nos filles

se sont faites des nouveaux

amis. Et la spécialiste nous

a beaucoup appris. Peut-être

ne pas enlever les jouets aussi

vite dès qu'il y a une crise.

Leur donner une chance

puis trouver un autre

moyen à coopérer.


DANIEL

On a appris qu'on ne devrait

pas sauter sur les conclusions

tout de suite, des fois,

attendre un petit peu,

les laisser régler entre

eux-mêmes. Bien ç'a été

une bonne expérience.


MYRIAM LAROCHELLE

Je pense qu'il faut sortir

un peu de l'image parfaite, là,

qu'on peut avoir de la famille

parfaite où il y a jamais de

conflit puis tout le monde

s'entend. Une fois qu'on accepte

ça, on peut dire : « Regarde,

les petits conflits, on essaie

de travailler ça ensemble. »


ISABELLE

On a beaucoup apprécié

rencontrer l'autre famille.

Je pense qu'on apprend beaucoup

de voir que ça se passe un peu

chez les autres comme ça se

passe chez nous dans le fond.


Les deux familles se disent au revoir.


NARRATEUR

Découvrez la

section Rencontre de parents

dans laquelle vous retrouverez

un forum de discussions où

il est possible de poser des

questions, faire part de ses

préoccupations et proposer

trucs et astuces en ce qui

a trait à la vie de famille

à l'adresse : TFO.org/parent.


Générique de fermeture

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison

Résultats filtrés par