Image univers Parent un jour, parent toujours Image univers Parent un jour, parent toujours

Parent un jour, parent toujours

Des trucs et astuces qui permettent de réfléchir sur l'éducation des enfants en valorisant l'expérience des papas et des mamans d'aujourd'hui. Deux sympathiques familles se rencontrent pour une fin de semaine afin de vivre toutes sortes d'activités qui leur permettent d'échanger sur un thème précis lié à l'éducation des tout-petits. Un spécialiste se joint à la bande pour approfondir davantage le sujet et proposer d'autres solutions aux défis quotidiens que représente l'éducation.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

La cour des grands

Qu’ils soient heureux de retrouver leurs amis, impatients d’exhiber leur nouveau sac à dos ou anxieux de prendre l’autobus, la rentrée scolaire représente un événement de taille dans la vie des enfants et de leurs parents…



Année de production: 2012

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Intertitre :
Album de familles


NARRATEUR

Voici la famille

Voyer-Desmeules : maman

Caroline, papa Daniel et

leurs trois beaux enfants.


DANIEL présente ses enfants.


DANIEL

Donc ici il y a mon plus

vieux, Samuel, qui a 7 ans,

qui commence sa deuxième année

cette année. Ici il y a Camille,

qui a 5 ans, qui va commencer

la maternelle. Et ici il y a

Alexis, qui a 2 ans, qui est à

sa deuxième année de garderie.


NARRATEUR

Voici la

famille Di Maurizio : maman

Natasha et ses deux bambins.


NATASHA présente ses enfants.


NATASHA

Je vous présente William,

mon fils, le plus vieux, 4 ans,

qui va bientôt commencer la

prématernelle. Puis ici on a

la petite Jade, 8 mois, qui

va rester avec moi à la maison.


NARRATEUR

Ces parents, qui ne

se connaissent pas, ont accepté

de passer une fin de semaine

complète ensemble pour échanger

sur un moment très significatif

pour nos gamins et pour nous,

les parents : la rentrée

scolaire. Une merveilleuse

occasion pour partager ses

craintes, des astuces, et

surtout discuter des moyens

à prendre pour bien préparer

ses enfants à cette nouvelle

réalité.


Titre :
Parent un jour, parent toujours: La cour des grands


Dans une cour d'école, CAROLINE dit au revoir à CAMILLE et SAMUEL.


CAROLINE

CAMILLE)

Passe une belle journée!

SAMUEL)

Toi aussi.


CAMILLE prépare son matériel scolaire avec ses parents.


DANIEL

Ah, bien là on va se préparer

à sortir tous les crayons

de mine. Comme vous pouvez

voir, ils ne sont pas aiguisés.

Donc il va falloir les aiguiser.

Il y en a 24 comme ça à

aiguiser. Puis après ça il

va falloir les identifier.


CAROLINE

Ça, c'est le plaisir annuel

d'identifier tous ces crayons-

là un par un. On n'a pas

le choix, il faut le faire.

Pour se préparer à la rentrée

scolaire cette année, on a fait

des achats, comme tout le monde.

Donc on vérifie qu'est-ce qu'il

manque dans les vêtements, aussi

non les articles scolaires.

Là, on a des listes qui

nous arrivent, évidemment.

On est allés faire les achats

avec les enfants, donc ça aussi

ça les prépare mentalement,

ils savent que ça s'en vient.


CAMILLE ouvre un sac à dos d'enfant.


CAMILLE

Je vais vous montrer qu'est-

ce qu'il y a dans mon sac.


DANIEL

L'aspect psychologique pour les

enfants, ça, ça nous préoccupe

beaucoup. Samuel, est-ce que

ça va bien aller avec son

professeur? Étant donné que

c'est un enfant qui... tu

sais, qui a la bougeotte. Ce

n'est pas tous les styles de

professeurs qui vont être à

l'aise avec la façon qu'il

va se comporter en classe.

Ça fait que ça, ça nous inquiète

un peu, on a hâte de voir ça va

être qui son professeur. Puis

aussi s'il va se faire des

amis, la facilité avec laquelle

il se fait des amis. Il y a

ça aussi qui nous inquiète

un petit peu, pour Samuel et

pour Camille, pour les deux.


Autour d'une table, la famille mange. SAMUEL et CAMILLE se lèvent de leurs chaises.


CAROLINE

Assis-toi ma puce. Samuel

aussi. Essayez de rester assis.


SAMUEL écrit sur un pupitre sous la direction de CAROLINE.


CAROLINE

Ça fait que je vais te dire des

mots, puis tu vas les écrire

sur les trottoirs. Puis on va

voir si tu t'en rappelles bien.


CAROLINE

(À la caméra)

Nous, on trouve ça important de

faire de la révision. Bon, pas

de façon intensive, mais juste

quelques minutes, 10-15 minutes

par jour, une semaine de temps

avant la rentrée scolaire

juste pour s'assurer qu'il

est confiant puis qu'il

commence bien l'année.


CAMILLE et SAMUEL témoignent.


CAMILLE

J'ai hâte d'aller

à la maternelle.


SAMUEL

J'ai hâte d'aller

en deuxième année.


CAMILLE

Parce que je vais avoir des

nouveaux amis puis je ne sais

pas comment ils s'appellent.


SAMUEL

Parce que je vais apprendre

des lettres nouvelles pour

former comme d'habitude.


DANIEL

Pour nous, les parents, bien

on sait que c'est beaucoup

d'ouvrage. Tu sais, tout ce qui

vient avec ça, on appréhende

ça. Ça fait qu'on est content

pour les enfants, mais d'un

autre côté on sait que là,

les journées vont être courtes.


CAMILLE

Je suis prête pour la rentrée.


Dans une salle de jeu, HÉLÈNE BOISSONNEAULT joue avec des enfants.


NARRATEUR

Hélène

Boissonneault est intervenante

en petite enfance. Elle

accompagne des familles pour

les aider à bien réussir leur

transition de la vie familiale

à l'école. Parce que la rentrée

scolaire, on le sait, est

souvent synonyme de stress,

d'inquiétude et de grincements

de dents tant pour les parents

que pour les enfants.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

La rentrée à la maternelle ou

première année ou les autres

années, c'est une étape dans

la vie de l'enfant. Pour

les enfants au niveau de la

maternelle, c'est souvent

l'inconnu, c'est les grands.

C'est positif parce que je m'en

vais dans le monde des grands,

mais c'est négatif parce

que c'est un monde qui

m'est inconnu. Donc il y a

vraiment le mélange des deux.

Pour l'enfant qui commence la

première année, il a vécu la

maternelle, mais la majorité des

écoles, la maternelle n'est pas

incluse dans la même bâtisse,

mais ils ne sont pas souvent

mêlés avec les autres élèves.

Donc c'est aller vers, encore

une fois, l'inconnu, vers...

je m'en vais dans le bout de

l'école que j'ai toujours voulu

aller l'année passée ou qui

m'insécurise ou... Donc je

te dirais que la maternelle

et la première année peut

se ressembler vraiment

beaucoup au niveau du

stress que l'enfant vit.


Sur une rue, NATASHA pousse un landau et marche en compagnie de WILLIAM.


NATASHA

Hein, t'as hâte d'aller

voir ta nouvelle école?


WILLIAM

Oui.


NATASHA

Oui. On va aller voir.


WILLIAM s'éloigne à la course.


NATASHA

Hey, attends-moi, attends-moi.


NATASHA et WILLIAM visitent la cour de l'école de WILLIAM.


NATASHA

Ça, ça va être ta cour

d'école à toi puis à tes amis.


Dans sa cuisine, NATASHA témoigne.


NATASHA

Il le sait que ça s'en vient,

je lui en parle presque à tous

les jours. Puis il a hâte,

il en parle tout le temps.

Il dit : « Quand est-ce qu'on

va à l'école? Est-ce que

c'est aujourd'hui qu'on

va à l'école? »

Il m'a demandé si j'étais pour

le laisser seul à l'école.

Je lui ai dit oui. Puis il m'a

dit : « Maman, tu vas revenir

me chercher après? » « Oui,

je vais venir te chercher

le soir après l'école. »


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

Bien sûr on va parler de

l'école avec l'enfant avant

qu'il rentre à l'école. De

toute façon, il va nous en

parler. L'enfant va nous poser

des questions, il va nous

exprimer, lui, comment il

ressent ça. Donc oui, en

parler, l'écouter, le laisser

dire ce que lui ressent.

La chose à faire qui rend

l'enfant tellement fier c'est

d'aller acheter certains

articles scolaires avec dont

le sac d'école, le coffre à

crayons, quelque chose de gros.

Ça peut être les vêtements de

l'entrée aussi. Si on n'est

pas prêt à aller magasiner

avec eux pour tous les articles

scolaires, c'est vraiment pas

nécessaire de tous les acheter

avec, mais les choses qu'il va

pouvoir montrer facilement.

L'enfant va vouloir montrer son

nouveau chandail, son nouveau

sac. Si c'est quelque chose

de petit qu'il choisit, ça

peut être long avant qu'il

puisse le montrer.


Dans une chambre, NATASHA montre des nouveaux vêtements et du matériel scolaire à WILLIAM.


NATASHA

Maman, elle a acheté des choses

pour l'école, tu veux les voir?


NATASHA (Narratrice)

Si on est prêts pour la rentrée?

Je dirais matériellement oui

parce que bon on a tout ce qu'il

faut. J'ai acheté un tablier

à manches longues pour quand

il fait de la peinture, des

crayons de couleur, un étui

à crayons, des ciseaux...

je crois que c'est tout, oui.

Ah, puis un ensemble pour

sa première photo d'école.

Ma plus grande peur pour la

rentrée scolaire je pense que

c'est vraiment son énergie.

J'ai vraiment peur qu'il ne

puisse pas s'asseoir et puis que

les professeurs m'envoient des

lettres ou m'appellent parce

que William est trop énergique.

Bien de l'intimidation, j'en ai

vécue beaucoup quand j'étais

jeune puis ça commencé en

cinquième année. Donc c'est sûr

que j'ai peur que William en

souffre, surtout que ça devient

de plus en plus jeune, les

enfants deviennent de plus en

plus durs. Donc je me demande

comment ça va se passer.


NATASHA parle avec WILLIAM.


NATASHA

Tu vas-tu t'ennuyer

de maman, toi?


WILLIAM

Oui.


NATASHA

Il dit oui,

mais je ne pense pas.

Il a déjà été à la garderie

fait qu'il est habitué.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

Il y a certaines choses très

importantes à éviter, dont

parler en mal de l'école.

Des fois c'est très difficile,

il y a des parents qui ont

vécu des choses très négatives

eux-mêmes avec l'école. Donc

ils n'ont pas vraiment de

souvenirs le

fun par rapport à

l'école. Essayez d'en trouver.

Trouver un point au moins

positif de l'école pour se

rappeler ce point-là quand

on parle avec notre enfant

de l'école.


NATASHA

Oui ça va être une

grosse étape. C'est mon

petit garçon qui commence

à ne plus être bébé, ça

devient un petit homme.


NARRATEUR

Natasha, qui est

seule à être responsable de

l'éducation de ses enfants, aura

la possibilité de rencontrer des

parents qui ont l'expérience

de la rentrée scolaire.

Une belle occasion de se

faire rassurer sur l'étape

que son fils et elle

s'apprêtent à traverser.


NATASHA et ses enfants arrivent chez DANIEL et CAROLINE. Les membres des deux familles se saluent et se présentent.


Dans une cour, les enfants font du bricolage sous la direction de CAROLINE.


CAROLINE

Qu'est-ce qu'on fait le

matin quand on se réveille

puis qu'on s'en va à l'école?


SAMUEL

On s'habille.


CAROLINE

C'est

important de brosser ses

dents après avoir déjeuné.


NARRATEUR

Première activité

de la fin de semaine :

bricole-moi ta routine.

Une façon amusante de se

préparer à l'entrée à l'école.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

C'est très important

d'instaurer la routine avec

l'enfant au moins sept jours

avant que la rentrée scolaire

se fasse. Comme ça l'enfant

premièrement on peut savoir

si la routine rentre dans le

temps. En plus, lors de la

première journée avec le stress

qu'il va vivre, ça va déjà

être instauré en lui, il va

déjà connaître le processus

qu'il a à faire. Donc ça va

être sécurisant pour lui.

On

peut faire des pictogrammes.

C'est des petits dessins qui

représentent ce qu'ils ont à

faire avant d'aller à l'école :

le levé, le déjeuner, le

brossage de dents, préparer son

sac. On y va de façon linéaire.

C'est beaucoup plus facile

pour l'enfant de se retrouver.


CAMILLE explique son bricolage.


CAMILLE

En premier on s'habille, après

ça on mange le déjeuner, puis

après ça on se brosse les dents,

puis après ça on part à l'école.


NATASHA présente le bricolage de WILLIAM.


NATASHA

C'est son dessin à William.

Évidemment ce n'est pas lui

qui a écrit William. Ce n'est

pas lui qui a dessiné non

plus. Alors voici mes talents

d'artiste. Lui, il a découpé

puis il a posé des petites

étoiles. Et puis ça s'est

pas mal terminé là. Comme

d'habitude, William, il ne

veut pas écouter les consignes.


CAROLINE

NATASHA)

Bien je te comprends parce

que Samuel était comme ça à

cet âge-là. Puis bien toi au

moins William fait sa routine

du matin. Moi, Samuel ne la

faisait vraiment pas. Puis

quand on a commencé à faire

des tableaux comme ça, bien

ça beaucoup aidé. Parce que je

lui montrais puis je disais :

« Regarde, tu ne peux en

sortir, c'est ça qu'on fait

le matin. Donc voici : tu vas

t'habiller, tu manges, tu te

brosses les dents. » Puis ç'a

beaucoup aidé. En tout cas,

lâche pas, décourage-toi pas.


Elle rit.


CAROLINE

Ils vieillissent puis

ils deviennent plus matures.


NATASHA

C'est sûr que ça m'encourage

un peu, là, mais bon on

va voir avec le temps.


NARRATEUR

Nos familles en

ont profité pour se rendre sur

les lieux de l'école. Daniel

Ducharme, le directeur, a

généreusement accepté de

leur faire visiter les classes.

Une initiative pertinente

qu'il serait souhaitable

d'adopter dans toutes

les commissions scolaires

puisqu'elle permet aux élèves

de se familiariser avec

les lieux et ainsi réduire

leur niveau de stress.


DANIEL DUCHARME fait visiter des classes aux enfants.


DANIEL DUCHARME

Samuel, tu vas être

notre guide alors.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

Ça peut être très important

pour l'enfant de visiter l'école

afin de lui enlever le stress de

l'inconnu. Donc il va connaître

où il s'en va, il va connaître

les locaux, il va avoir un

repère. Et s'il peut rencontrer

l'enseignant, parce que c'est

souvent un des stress majeurs,

c'est : qui qui va être là?

Qui qui va prendre soin de

moi? Donc s'il peut rencontrer

l'enseignant qu'il va avoir,

ça peut être vraiment aidant

au niveau du stress.


DANIEL DUCHARME montre un tableau de mots à SAMUEL.


DANIEL DUCHARME

Tu vois, ça, c'est

des mots-étiquettes.


SAMUEL

Oui.


DANIEL DUCHARME

Tu reconnais ça?


SAMUEL

Oui, puis il y en a encore

plus. Mais là, on va les

apprendre en lettres attachées.


CAROLINE

Bien, Samuel a vu qu'il allait

y avoir beaucoup plus de

mots-étiquettes. Ce qu'on a

pratiqué dans notre révision

de première année, là. Il a vu

qu'en deuxième année c'était

sérieux. Il y a beaucoup

beaucoup de mots. Puis il

n'avait pas l'air découragé.


CAROLINE présente la classe à CAMILLE.


CAROLINE

Il y a des petites tables pour

faire les bricolages, les jeux.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

C'est très important de dire

les vraies choses aux enfants.

Peu importe la situation de

toute façon, on ne devrait

jamais mentir ou embellir

pour sécuriser l'enfant parce

qu'il va être déçu. Donc on

n'explique pas à l'enfant qu'il

s'en va apprendre à écrire,

à lire. Oui, il va apprendre

à écrire, mais son nom, et

ce n'est pas tout de suite.

Donc lui on lui met des choses

irréalistes ou qui sont plus

grandes que ce qu'il va

apprendre, il va être déçu.


Dans une chambre, SAMUEL enseigne aux parents.


CAROLINE

Là, on est en train de jouer

à l'école. C'est les enfants

qui font les professeurs.

On a inversé les rôles.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

Jouer à l'école avec les

enfants pour leur montrer un peu

ce qui va se faire à l'école,

ça peut être très agréable pour

l'enfant parce que l'enfant aime

beaucoup le jeu, aime beaucoup

expérimenter par le jeu. Par

contre, ce qu'on doit faire

attention, c'est qu'on ne

doit pas mettre de pression

à l'enfant. On laisse l'enfant

guider le jeu, on laisse

l'enfant aller avec son

imaginaire de ce que c'est

l'école. Et on n'essaie pas

de teinter son imaginaire,

de dire : « Ah, bien non, ce

n'est pas ça qui va arriver.

Ce n'est pas comme ça. »

On laisse l'enfant faire

le professeur et nous faire

l'enfant. Donc comme ça

il va pouvoir exorciser

ses craintes en jouant.


CAMILLE joue à être professeure.


CAMILLE

Les élèves, ça va être le temps

d'aller chercher votre photo.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

Un bon truc pour que notre

enfant comprenne qu'il n'est

pas la première personne à qui

ça arrive et que ça nous ait

arrivé à nous, c'est de montrer

nos propres photos d'entrées

scolaires ou nos photos d'école

ou... Donc l'enfant fait :

« Ah, toi aussi t'es passé

par là. Toi aussi t'es allé

à l'école. » Parce que des fois

pour l'enfant c'est difficile

de comprendre qu'on a déjà

été enfant nous, son parent.

Donc là s'il voit que : bien

oui, on a été enfant, mais

en plus on est allé à l'école,

ça enlève un énorme stress.


DANIEL montre sa photo d'école.


DANIEL

Ça, c'est quand j'étais en

deuxième année. Moi, j'étais

ici. Tu vois, j'avais l'air

content, hein. J'aimais

beaucoup ma classe, j'aimais

beaucoup mon professeur.


CAMILLE

Est-ce que t'avais des

devoirs et des leçons?


DANIEL

Oui, j'avais des devoirs et

des leçons à tous les soirs.


CAROLINE

(À la caméra)

Bien là, ils voulaient surtout

savoir à propos de nos amis, à

propos de nos devoirs, est-ce

qu'on avait des devoirs comme

eux, si on aimait ça l'école.


CAMILLE

Merci les élèves! Maintenant

ça va être l'heure de la

récréation.

Dring! Dring!


NARRATEUR

Maintenant que les

enfants dorment, les parents

en profitent pour discuter

autour d'un bon repas italien.

Hélène Boissonneault les

a rejoints pour répondre à

leurs questions et les guider à

franchir cette nouvelle étape.


Autour d'une table, NATASHA, DANIEL, CAROLINE et HÉLÈNE BOISSONNEAULT mangent et discutent.


NATASHA

Moi, bien par rapport à

William, évidemment il bouge

beaucoup ça fait que je me

demandais, lui, c'est la

prématernelle, est-ce qu'ils ont

le droit de le mettre dehors?

Tu sais, de dire admettons :

« Il n'est pas prêt, il va

reprendre l'année prochaine

en maternelle. »


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

Bien j'imagine que si tu

l'envoies en prématernelle

c'était une question de le

préparer à la maternelle.


NATASHA

Hum, hum.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

Donc c'est un bon moyen

pour toi de savoir comment

il va fonctionner à l'école.

J'imagine qu'ils ne peuvent pas

les mettre en dehors de l'école

à moins de problématiques très

très graves, ce que William

je n'ai pas eu l'impression

qu'il avait.


NATASHA

OK.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

Toi, regarde avec l'école

au bout de... peut-être avant

l'entrée ou deux, trois

semaines après, voir comment

ça va, comment ça fonctionne.

Parce qu'il y a des enfants

qui bougent beaucoup beaucoup

beaucoup, et que rendus à

l'école, ils ne bougent plus.


NATASHA

OK.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

La discipline scolaire fait

que ces enfants-là écoutent.


CAROLINE

Quand Samuel a pris l'autobus

la première fois, il s'est fait

chicaner parce que je ne l'avais

pas préparé à ça. Je ne savais

pas qu'il fallait préparer les

enfants. Il ne savait pas qu'il

fallait qu'il reste assis.

Moi, je ne l'avais pas

préparé. Qu'est-ce que tu

suggères dans ces cas-là?


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

On peut peut-être dire

les consignes de base.

Effectivement, on reste assis.

Mais on ne met pas d'emphase

sur tous ces règlements-là.

Donc oui mettre un peu...

bon, comment on rentre...

monter les escaliers, tu vas

choisir ton rang puis tu restes

assis tout le long du trajet.

Mais c'est peut-être de

récupérer après. De dire :

« Bien, regarde, il a

probablement fait ça pour

que le reste de l'année tu

saches les règlements. »

Puis ne pas en parler sans

arrêt non plus, puis ne

pas... comme dédramatiser

ce qui est arrivé.


DANIEL

Bien là, l'été... on sort

de l'été, les enfants ce sont

habitués à faire un petit

peu ce qu'ils voulaient les

soirées. Samuel a eu le temps

de se déshabituer à faire ses

devoirs. On avait déjà beaucoup

de difficulté à le convaincre à

les faire. Est-ce qu'il y aurait

un truc pour le motiver et lui

donner un petit peu plus le

goût de faire ses devoirs?


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

Bien la première chose qui est

importante selon moi c'est d'y

aller progressivement. Donc

les professeurs, logiquement,

donnent moins de devoirs la

première semaine. Donc on

y va avec ce processus-là.

On ne fait pas de guerre pour

les devoirs avec nos enfants.

Les devoirs doivent être

agréables, ça doit être quelque

chose qui n'est pas un conflit

entre le parent et l'enfant.

Ça, c'est super important.

Donc moi, ce que je dis c'est

qu'en première année c'est 10

minutes, deuxième année c'est 20

minutes, troisième année c'est

30 minutes, que les devoirs

doivent durer à peu près.


CAROLINE

Devoirs et leçons?


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

C'est ce qui est conseillé.


Les convives font un toast.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

Bien, je vous souhaite une

très bonne rentrée scolaire.

Beaucoup de plaisir!

C'est ça qui est important.


Un réveil indique 6h30 et sonne. CAROLINE réveille SAMUEL.


CAROLINE

Samuel?

Allo!


SAMUEL

Ça commence tôt.


CAROLINE soulève CAMILLE.


CAROLINE

Ah! Ma cocotte qui

commence l'école.


CAMILLE

Je vais à la même

garderie qu'Alexis?


CAROLINE

Non. Alexis va être

tout seul à la garderie.

Puis toi, tu vas être où?


CAMILLE

À l'école avec Samuel!


CAROLINE

C'est ça.


Dans une chambre, NATASHA aide WILLIAM à s'habiller.


WILLIAM

Tu vas

rentrer avec moi?


NATASHA

Non, je ne peux pas rentrer

avec toi. Je te l'ai déjà

dit, je suis trop grande

pour aller à l'école.


WILLIAM

Maman, je ne veux

pas y aller tout seul.


NATASHA (Narratrice)

Pour

William c'est comme ça :

cinq minutes il ne veut pas

aller à l'école, cinq minutes

il veut y aller. Pareil comme

cinq minutes il veut aller au

parc, puis cinq minutes après

il ne veut pas y aller. Ç'a

toujours été comme ça. Mais

je le sais que quand il va

voir les amis, il va se mettre

à courir puis à rentrer dans la

cour d'école. Donc je ne suis

pas inquiète du tout du tout.


WILLIAM s'habille en souriant.


WILLIAM

Mon nouveau chandail...

pour aller à l'école.


SAMUEL indique son bricolage avec son horaire.


SAMUEL

Là, j'ai terminé de déjeuner

alors ma prochaine étape

est de me brosser les dents.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

Pour la première journée

d'école, ce qui est très

important, c'est de faire

la routine qu'on a pratiquée

avec l'enfant. Parce qu'on lui

a fait pratiquer une routine,

il faudrait la respecter, comme

ça il va comprendre que c'est

comme ça que ça se passe à

tous les jours. Donc première

journée, routine. Ce n'est

pas le temps de commencer

le gros déjeuner. On

fait la routine normale.


SAMUEL

Notre prochaine étape

est d'aller en bas et se

préparer pour aller à l'école.


CAMILLE

Là, ce qu'on vient de faire,

c'est de se brosser les dents.


CAROLINE

Là, je ne suis

pas trop émotive encore,

mais quand je vais être dans

la cour d'école, je pense

que... en tout cas, on

verra bien, on verra bien.


Les mères et les enfants des deux familles quittent leurs maisons.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

Parler de nos attentes à

l'enfant face à comment il va

être à l'école, comment il va se

comporter avec les enseignants

et tout, ça peut être bien, mais

ça peut être... ça dépend de

comment on l'apporte. Donc

si on met de la pression à

l'enfant sur ce sujet-là,

c'est totalement inutile parce

que finalement on lui cause

un stress. Si on lui dit :

« à l'école, je m'attends

à ce que t'aies un bon

comportement. » Déjà de

toute façon c'est vaste,

comme pour l'enfant ça ne

veut rien dire. Puis si on

en met trop, si on dit :

« Je veux que tu restes assis.

Je veux que t'écoutes. Je veux

que... » Bien, c'est peut-être

pas nécessairement comme ça

que ça va se passer en classe.

Les enfants mettent leur propre

pression de toute façon. Ils

n'ont pas besoin d'en avoir

vraiment plus, surtout pas

à la rentrée scolaire.


Devant l'école, CAROLINE photographie SAMUEL et CAMILLE.


CAROLINE

Fais-moi un sourire. Ah,

les deux ensemble, OK.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

Une chose qui est très agréable

pour les enfants c'est de

prendre une photo de lui avant

qu'il parte à l'école tout

prêt : le sac d'école, la boîte

à lunch... Pour lui, ça veut

dire que c'est important. Parce

que quand on prend des photos,

c'est un moment important.

Donc c'est comme : Hey,

aujourd'hui c'est une

journée importante,

on a une photo de ça.

On évite de pleurer devant

l'enfant parce que ça veut dire

pour lui que la maman ou le papa

trouve ça difficile aussi, puis

il n'a surtout pas besoin de

savoir ça. Il a besoin d'être

sécurisé, donc il a besoin

de voir des parents qui sont

forts, que c'est comme correct

pour eux. Il ne faut pas

culpabiliser si on pleure

devant l'enfant, mais on

évite de le faire. Dès

qu'il a le dos tourné,

on peut partir à pleurer.


Devant l'école, WILLIAM pleure.


WILLIAM

Je ne veux pas y aller.

Moi, je veux aller à la maison.


NATASHA

Tu ne veux pas aller jouer un

peu? Je reste ici, je ne bouge

pas, je ne m'en vais pas.


WILLIAM

Oui, tu vas t'en aller.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

Les enfants ont peur de

leur rentrée scolaire parce

que c'est de l'inconnu. La

rentrée scolaire, c'est très

insécurisant. Ceux qui rentrent

à la maternelle, c'est un

nouveau monde, c'est des

nouveaux amis, un nouveau prof,

une nouvelle vie complètement

pour eux. Dans les autres

années scolaires, c'est : ça

va être qui mon enseignant?

Est-ce que je vais être avec

mes amis? C'est toujours pour

eux quelque chose de nouveau.


NATASHA essaie de calmer WILLIAM.


WILLIAM

Maman, je ne veux

pas rester ici.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

Pour faciliter la séparation

du premier matin, il y a des

enfants qui peuvent pleurer

énormément ou coller maman

ou papa. Donc ce qu'on essaie

beaucoup de faire : rassurer

l'enfant, premièrement. Lui

dire : « Ça va bien aller.

Maman ou papa va venir te

chercher après l'école. »

Rassurer l'enfant qu'on

ne le laisse pas là.

Le plus tôt possible, trouver

un adulte de l'école qui peut

prendre en charge l'enfant.

Idéalement l'enseignant, mais

ça dépend comment les entrées

scolaires se font. Il y a des

entrées scolaires que l'enfant

ne voit pas tout de suite

son enseignant. Mais le plus

tôt possible, que ce soit

l'enseignant ou un responsable

de l'école qui prenne l'enfant

en charge puis qui l'amène

dans l'école à sa classe

pour que la séparation ne

dure pas trop longtemps.


NATASHA laisse WILLIAM à l'école et s'éloigne.


NATASHA

J'ai vu la psychoéducatrice

qui m'a demandé des trucs pour

le réconforter. Donc je vais

aller chercher une photo de moi

pour pouvoir consoler William.

En espérant que ça peut

l'aider à passer sa journée.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

Quelque chose qui est très

sécurisant pour les enfants,

c'est la photo. Donc mettre

dans son sac d'école, dans

son coffre à crayons, une photo

de nous. Si l'enfant s'ennuie,

il va pouvoir nous voir,

il va pouvoir... tu sais :

« OK, maman, elle est là.

Maman pense à moi ou papa. »


NATASHA

Donc là, la photo est donnée.

J'ai hâte de le voir, je vais

lui donner un gros câlin.


Après l'école, les mères attendent leurs enfants. Une cloche sonne.


NATASHA

JADE qu'elle porte)

On va attendre ton frère.


CAROLINE

Bon, je pense que c'est elle.

On va aller la chercher.


CAMILLE arrive, elle enlace sa mère puis son frère.


CAROLINE

Hey! Puis, comment ç'a été?


SAMUEL

Bien.


CAROLINE

Oui. T'as-tu aimé ça?


SAMUEL

Oui.


CAROLINE

Hey, t'es vraiment

en deuxième, là.


WILLIAM sort de l'école puis court vers sa mère.


NATASHA

William!


WILLIAM

Tu m'as laissé ici maman.


NATASHA

Bien oui, mais c'est

l'école. Je n'ai pas le

choix de te laisser là.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

Au

retour de l'école, les enfants

vont vouloir probablement

nous raconter leur journée.

Donc on peut commencer par faire

une activité spéciale pour

souligner la première journée

et on parle de leur journée.


CAROLINE s'assoit près de SAMUEL qui mange une collation.


CAROLINE

Puis qu'est-ce que t'as

fait toute la journée?


SAMUEL

On a fait des récréations

prolongées. On a fait du

dessin. On a écouté un film.

Alors c'était très le

fun, j'ai beaucoup aimé ça.


CAROLINE

(À la caméra)

Je trouve que les enfants ont

l'air très fatigué. Tu sais,

une première fois, une première

journée, c'est fatigant.

Mais, bon, ça va se replacer.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

Après l'école, vraiment

essayer qu'ils aient une bonne

collation. Que si l'enfant

s'endort tout d'un coup avant

5h, qu'il n'ait pas besoin de

souper, que sa collation, elle

suffit pour le souper parce que

ça peut arriver que l'enfant

soit vraiment très fatigué puis

qu'il fasse la nuit au complet.

Et ça, ça peut durer quelques

jours.


SAMUEL

Je vais me coucher

de bonne heure ce soir

pour bien réussir demain.


Dans une cuisine, WILLIAM montre le contenu de son sac à NATASHA.


NATASHA

Est-ce

que tu peux me l'ouvrir, montrer

s'il y a des messages pour moi?


NATASHA (Narratrice)

Ça l'air de s'être bien passé,

mais je crois qu'il n'a pas hâte

à demain, d'après ce que j'ai

vu, là. Mais peut-être que ça

va être moins mouvementé pour

lui, que ça va... Tu sais,

je vais vraiment faire qu'il

déjeune bien. Puis partir un

petit peu plus tard pour être

sûr que quand on va arriver,

bien là, il va jouer un petit

peu puis il va m'oublier tout

de suite. Donc je crois ça va

bien aller pour le reste de la

semaine. Mais j'ai été surprise

ce matin, en effet, oui.


NATASHA, JADE et WILLIAM rejoignent DANIEL, CAROLINE, SAMUEL et CAMILLE à un restaurant.


DANIEL

Aujourd'hui on est venus

à la crèmerie pour récompenser

les enfants parce qu'ils ont

fait une belle rentrée. Donc

ils se sont bien comportés.

Ç'a bien été avec les nouveaux

amis, les nouveaux professeurs,

donc une petite récompense

comme ça.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

Pendant les premières semaines

de classe, c'est vraiment là que

l'enfant va vivre le plus de

stress et de fatigue. On évite

le plus possible à ce moment-là

les inscriptions aux activités

parascolaires. On laisse tomber

la routine la fin de semaine

puis on en profite pour faire

des petites activités de

récompense : aller prendre une

crème glacée tranquille, aller

à la piscine. Mais vraiment pas

faire des grosses activités qui

font que ça va être exigeant

pour l'enfant puis qui va

enlever le repos qu'on essaie

de lui donner finalement.


Les enfants et parents mangent des crèmes glacées.


CAROLINE

Bien, je l'ai réalisé en étant

avec Natasha, le chemin qu'on

a parcouru depuis les deux

dernières années avec Samuel.

La première rentrée de Samuel

ça ressemblait à la première

rentrée de William. Donc là,

ça s'est beaucoup mieux passé,

Samuel était plus calme, plus

vieux, plus mature. Donc je

pense que ça va être plus

facile. Puis on comprend

Natasha puis on essaie

de l'encourager.


NATASHA

J'ai vraiment aimé l'expérience

avec l'autre famille. Bien c'est

sûr que j'ai appris qu'il y

avait d'autres enfants comme le

mien. Et puis je ne m'attendais

pas à en rencontrer un. Puis

justement de savoir leur

expérience à eux avec le

professeur quand il y a eu

la première rentrée scolaire

de Samuel. C'est le

fun de voir qu'il y en a d'autres qui

ont vécu ça. Puis de savoir

qu'on n'est pas tout seul.


HÉLÈNE BOISSONNEAULT

Le mot d'ordre que les parents

doivent retenir pour la rentrée

scolaire c'est : lâcher prise et

déstresser. On ne peut pas tout

prévoir de toute façon dans

la vie. Amusez-vous, amusez

l'enfant pour que ce soit un

événement agréable dans la vie

de l'enfant puis dans la vie

du parent aussi parce que

c'est une étape très importante

dans la vie de deux.


Les membres des deux familles se disent au revoir.


NARRATEUR

Découvrez la

section

Rencontre de parents

dans laquelle vous retrouverez

un forum de discussions où

il est possible de poser des

questions, faire part de ses

préoccupations et proposer

trucs et astuces en ce qui

a trait à la vie de famille

à l'adresse : tfo.org/parent.


Générique de fermeture

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison

Résultats filtrés par