Image univers Subito Texto Image univers Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent et Sami, vivent leurs premiers moments au secondaire. Ensemble, ils tentent d'apprivoiser cet univers inconnu, mais débordant de promesses... et d'inquiétudes!

Site officielpour Subito Texto
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

À un flip de la victoire

Sami reçoit un cellulaire… qui n’est pas tout à fait celui de ses rêves! Vincent doit à tout prix gagner sa prochaine partie de hockey mais ses coéquipiers sont très dissipés.



Année de production: 2014

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION


Subito Texto suit le parcours de : Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent et Sami, qui vivent leurs premiers moments au secondaire. Ensemble, ils tentent d'apprivoiser cet univers inconnu, mais débordant de promesses... et d'inquiétudes!

[Début information à l'écran]

À un flip de la victoire!

[Fin information à l'écran]

Début générique d'ouverture

Présentation des différents personnages de l'émission avec des photos de famille. Vue de l'école où se déroule l'action avec des textos échangés entre les personnages.

Fin du générique d'ouverture

SAMI termine son déjeuner chez lui. SAAD, son père, arrive.



[SAAD:] T'es pressé?
[SAMI:] Vincent veut nous voir

pour notre partie de hockey.

Il dit que ça peut pas attendre

ce soir à l'aréna.


[SAAD:] J'espère que vous planifiez

pas une mutinerie

contre moi,

votre coach préféré, hein.

(SAMI prend son sac et se dirige vers la porte.)


[SAAD:] Dommage! J'avais

un petit cadeau pour toi,

mais si t'es pressé...

(SAMI revient.)


[SAMI:] J'ai toujours du temps

pour toi.

Quand t'as un cadeau

pour moi.


[SAAD:] C'est ça. Alors...

Mon premier est un condiment

des plus banals.

Mon deuxième est ce

qu'il advient

d'un bon livre.

Mon troisième est...


[SAMI:] Un celllulaire? Vous m'avez

acheté un celllulaire?

Merci!


[SAAD:] Mais en fait...

c'est l'ancien cellulaire

de ton oncle.

Sa compagnie lui en a donné un

nouveau, alors il a pensé à toi.

(SAMI ouvre la boîte où se trouve le cellulaire.)


[SAMI:] Un flip...
[SAAD:] Tu risques pas de passer

inaperçu avec ça.

Ça a pris du temps,

mais j'ai entré en mémoire

le numéro de ta mère,

mon numéro

et le numéro de tous les joueurs

de ton équipe de hockey.

Hé, tu devrais

texter Vincent

pour lui apprendre

la bonne nouvelle!


[SAMI:] Euh, j'ai pas le temps.
[SAAD:] Regarde, c'est super facile.

(SAAD prend le téléphone pour montrer à SAMI comment envoyer un texto.)



[SAAD:] Tu vas dans menu général,

menu conversation,

menu clavier, option 2,

sous-section 4,

et là, tu peux texter!

(SAMI est découragé.)


[SAAD:] Regarde...

(SAAD écrit un texto à VINCENT. SAAD écrit : « MDR, c'est SAMI, j'ai un cell. »)



[SAMI:] Papa, d'habitude, on dit

« MDR » quand c'est drôle!


[SAAD:] C'est pas drôle? Non?
[SAMI:] Non.
[SAAD:] Voilà.

(SAAD envoie le texto. VINCENT répond : « Malade! »)


[SAAD:] Ah!
[SAMI:] Hum-hum.

Bon, OK, bye, papa.


[SAAD:] Bonne journée!

(SAMI remet le téléphone sur le comptoir avant de sortir. SAAD aperçoit le téléphone de SAMI sur le comptoir.)


[SAAD:] Ça fait pas 5 minutes qu'il l'a

qu'il l'a déjà oublié...

[Début information à l'écran]

École secondaire Victoire-Desmarais

[Fin information à l'écran]

VINCENT et BENJAMIN marchent dans les couloirs de l'école.


[VINCENT:] Hé! Hier soir, là,

je me suis couché à 6h!


[BENJAMIN:] 6h?
[VINCENT:] Oui.

Bien, il faut se coucher tôt

la veille d'un match.


[BENJAMIN:] Je sais, mais 6h,

c'est un peu tôt.

T'as réussi

à t'endormir?


[VINCENT:] Non. Il a fallu

que je me lève

à 6h30 pour souper.

(MONSIEUR PRUD'HOMME, le directeur de l'école, arrive dans le couloir.)


[MONSIEUR PRUD'HOMME:] Ah, ah, ah.

Il me semblait

que j'avais entendu

du bruit.

Moi, j'entends tout

maintenant, hein.

(MONSIEUR PRUD'HOMME presse une balle anti-stress dans sa main.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Eh que j'aime ça,

des élèves matinaux, moi.

Parce que, vous savez,

l'avenir appartient

à ceux qui se lèvent tôt.

Euh... attends un peu.

Tu viens pas à l'école,

ici, toi...

(BENJAMIN pointe l'écusson sur son chandail d'uniforme.)


[BENJAMIN:] Non, je vais à St-Placide.

(VINCENT pointe aussi son écusson.)


[VINCENT:] Puis moi aussi.

MONSIEUR PRUD'HOMME

Chut! Pas si fort,

Vincent.


[VINCENT:] On vient rencontrer

les joueurs

de mon équipe de hockey.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Attends. Les joueurs

de St-Placide s'en viennent?


[BENJAMIN:] Non, ceux de

Victoire-Desmarais

[M. PRUD'HOMME:] Attends,

tu joues pas

pour St-Placide, toi?


[VINCENT:] Oui.

MONSIEUR PRUD'HOMME

Donc, ce soir, tu vas jouer

pour les deux équipes.


[VINCENT:] Non! Ce soir, c'est

un match municipal.


[BENJAMIN:] Dans l'équipe municipale

de Vincent,

il y a des joueurs

de Victoire-Desmarais.

Puis dans l'équipe municipale

adverse, il y a des joueurs

de St-Placide.

C'est simple.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Oui. C'est simple.

(MONSIEUR PRUD'HOMME presse sa balle anti-stress frénétiquement, confus.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

C'est très simple...

Excusez, j'ai besoin

d'un café.

(MONSIEUR PRUD'HOMME s'en va.)


[VINCENT:] Hé!

Je devrais lui emprunter

sa balle anti-stress

pour notre partie!


[BENJAMIN:] Arrête de capoter

à cause des deux gars.


[VINCENT:] Hé! Tu m'as dit que

t'en parlerais pas.


[BENJAMIN:] Hein? Attends.

(BENJAMIN fait semblant d'avoir oublié le sujet de la conversation.)


[BENJAMIN:] De quoi on parlait déjà?
[VINCENT:] Euh... je ne m'en

souviens plus.

(VINCENT et BENJAMIN entrent dans une classe. Quelques instants plus tard, VINCENT est dans un local avec SAMI, FÉLICIE et BENJAMIN.)



[VINCENT:]OK! Ce soir,

c'est du gros calibre.

Il faut oublier toutes

nos parties qu'on a jouées,

toutes nos victoires,

nos défaites, surtout...


[SAMI:] Veux-tu qu'on oublie

comment patiner aussi?


[VINCENT:] Est-ce que j'ai dit

quelque chose de drôle?


[FÉLICIE:] C'est cool

que tu reviennes,

mais c'est pas la finale

de la Coupe Stanley.


[VINCENT:] Dans mon souvenir, vous étiez

plus ambitieux que ça.


[SAMI:] Puis toi, t'étais moins

stressé!

Même M. Prud'homme a l'air zen

à côté de toi.


[BENJAMIN:] Bon.

(BENJAMIN se lève et distribue des feuilles.)


[SAMI:] C'est quoi, ça?

[BENJAMIN:] Ça, c'est tout ce que vous

avez besoin

de savoir sur vos adversaires

pour gagner.

Là-dedans, il y a toutes

les stats sur eux.


[SAMI:] « Nombre d'animaux

de compagnie. »

Ça va m'aider de savoir que...

Lucas a cinq chatons.


[BENJAMIN:] Attends, cinq?

Non, quatre chatons.

Jimmy en a adopté un.

(SAMI regarde BENJAMIN d'un air perplexe. BENJAMIN va corriger le chiffre sur la feuille de FÉLICIE.)



[FÉLICIE:] Vous en avez

encore pour longtemps?

Je dois aller voir le directeur

avant le cours.

(BENJAMIN va corriger le chiffre sur la feuille de SAMI.)


[VINCENT:] C'est important que

tu restes jusqu'à la fin!

Je veux que vous appreniez

tout ça par coeur.

Il faut négliger aucun détail

si on veut gagner.

Ben, on est où

dans l'ordre du jour?


[BENJAMIN:] Oh! Ouais.

Deux secondes.

OK, ordre du jour...

(BENJAMIN consulte l'ordre du jour.)



[BENJAMIN:] On est rendu

à l'alimentation.


[VINCENT:] Félicie, qu'est-ce que

t'as mangé pour déjeuner?


[FÉLICIE:] Une rôtie puis une orange.
[VINCENT:] C'est bon! Sami?
[SAMI:] Des céréales

puis une pomme.


[VINCENT:] C'est pas assez!
[SAMI:] Félicie a pas mangé

plus que moi.


[VINCENT:] Oui, mais Félicie,

c'est une fille.


[FÉLICIE:] Euh, c'est sexiste.
[VINCENT:] Euh, non, c'est pas sexiste.

C'est du métabolisme.

Sami a besoin de plus

de protéines.

Tiens.

(VINCENT s'approche de SAMI et lui donne un moitié de sandwich.)


[VINCENT:] Mange ça!

[SAMI:] J'aurai plus rien pour mon lunch!
[VINCENT:] Je m'occupe de ton lunch.

Mange.

(SAMI prend une bouchée de sandwich.)


[SAMI:] T'es intense.

(MONSIEUR PRUD'HOMME entre dans le local.)



MONSIEUR PRUD'HOMME

Ah! Sami.

Ton père...

vient d'apporter ça

pour toi à l'accueil.

(MONSIEUR PRUD'HOMME donne un sac de papier brun à SAMI.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Et comme je cherchais Félicie...

(SAMI regarde ce qu'il y a dans le sac. VINCENT pointe le sac de SAMI.)


[VINCENT:] C'est quoi, ça?

(MONSIEUR PRUD'HOMME fait signe à VINCENT de parler moins fort.)



MONSIEUR PRUD'HOMME

Hé, ho, tsst!


[VINCENT:] C'est quoi?

(FÉLICIE et MONSIEUR PRUD'HOMME sortent du local.)


[SAMI:] C'est... rien. Il faut que

j'aille aux toilettes

parce que j'ai mal

au ventre

à cause de la bouchée de

sandwich.

(SAMI sort précipitamment du local.)



[VINCENT:] Quoi? Notre réunion!

(VINCENT et BENJAMIN sont maintenant seuls dans le local.)


[VINCENT:] Coudonc, je suis le seul

à prendre notre match

de ce soir au sérieux?


[BENJAMIN:] Tu devrais leur dire pourquoi

tu tiens tant à gagner.


[VINCENT:] J'ai pas le temps.

Il faut qu'on passe

à la phase B de notre plan.

Viens-t'en.

(VINCENT quitte le local. BENJAMIN ramasse des choses en sortant. VINCENT revient le chercher.)


[VINCENT:] Envoye,

skate, skate, skate!

Skate!

(VINCENT et BENJAMIN quittent le local. Pendant ce temps, FÉLICIE s'assoit dans le bureau de MONSIEUR PRUD'HOMME.)



MONSIEUR PRUD'HOMME

J'étais très impressionné

par ta demande d'emploi.


[FÉLICIE:] Je me suis vraiment forcée.

MONSIEUR PRUD'HOMME

Oui, un peu moins fort,

s'il te plaît.

Mon médecin m'a enlevé

des bouchons de cire

dans les oreilles,

puis j'entends tout

dix fois plus fort.

(MONSIEUR PRUD'HOMME presse sa balle anti-stress dans sa main.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Ha! Sans ma balle

anti-stress,

je passerais la journée

à faire le saut.


[FÉLICIE:] Mais à propos de ma demande?

MONSIEUR PRUD'HOMME

Ah. Oui.

Ta demande, Félicie.

Félicie, tu sais que je me fais

un devoir d'encourager

les élèves qui manifestent

le désir

de s'impliquer

dans leur école.


[FÉLICIE:] Ça veut dire que vous êtes

d'accord avec mon projet?


MONSIEUR PRUD'HOMME

Euh, pas tout à fait,

par exemple.

(FÉLICIE semble déçue.)



MONSIEUR PRUD'HOMME

Parce que... bon.

Tu sais, ouvrir un magasin

de fournitures scolaires,

c'est pas si simple, là.

Gérer un magasin,

avec tous tes cours...

ce serait trop.

Mais...

j'ai quelque chose

de similaire à te proposer.


[FÉLICIE:] Quoi?

MONSIEUR PRUD'HOMME

J'ai pensé à toi

pour une tâche.

Une tâche qui demande

de l'organisation,

des responsabilités et un très

bon sens de l'initiative.

Je te dis, c'est presque

une tâche de rêve.


[FÉLICIE:] De rêve?

(FÉLICIE semble très enthousiaste. Au même moment dans les toilettes, VINCENT, assis sur le comptoir des lavabos, attend SAMI qui est dans une cabine de toilette.)



[VINCENT:] Hé, Sami!

(VINCENT frappe sur la cabine de toilette.)


[VINCENT:] Sur Internet,

ça dit que l'ail bouilli

est efficace pour

les maux de ventre.

Je vais t'en emmener,

au match, ce soir.

(SAMI sort de la cabine.)



[SAMI:] Oublie ça!

Si je bois ton ail,

je n'aurai plus mal au ventre,

j'aurai mal au coeur.

Je suis correct, là.


[VINCENT:] Bon! Tant mieux.

Puis tu iras voir les liens

que je t'ai envoyés par texto.


[SAMI:] J'ai oublié

mon cell chez nous.


[VINCENT:] Bien, tu iras le chercher

ce midi.

En attendant, prends le mien,

mais... perds-le pas.

(BENJAMIN arrive derrière SAMI.)


[BENJAMIN:] C'est des liens de podcasts

de stratégies au hockey.


[VINCENT:] Tu les écouteras

avant le match.


[SAMI:] T'oublies quelque chose:

j'ai de l'école, aujourd'hui.

« Excusez-moi, madame,

je peux pas faire les exercices,

il faut que j'écoute

un podcast. » Oublie ça.


[VINCENT:] Elle a pas besoin

de le savoir, hein.

Regarde, tu gardes ton écouteur

ici, comme ça, dans ta manche,

puis là, tu t'accotes,

comme ça.

(VINCENT montre à SAMI comment faire sortir son écouteur puis accoter sa main sur son oreille.)


[VINCENT:] Oui! Oui, madame,

je vous écoute.


[SAMI:] Oublie ça, là!

Si je me fais pogner,

je vais aller en retenue

puis je pourrai même pas

aller au match.

(Le téléphone de SAMI sonne.)


[VINCENT:] Hé, c'est quoi, ça?

(SAMI semble mal-à-l'aise.)



[SAMI:] C'est mon ventre

qui gargouille.

(SAMI retourne dans la cabine de toilette. VINCENT et BENJAMIN s'appuient sur le comptoir des lavabos.)



[BENJAMIN:] Oh, ça va lui prendre

de l'ail, lui!


[VINCENT:] Ça va prendre bien plus

que ça si on veut gagner.

Je m'en occupe ce midi.

(VINCENT et BENJAMIN quittent la salle des toilettes. FÉLICIE est dans le local du journal. SAMI entre. FÉLICIE sort un bas d'une boîte.)


[SAMI:] Vincent t'a demandé de laver

ses bas pour la partie?


[FÉLICIE:] Ark! Non, là.

Je suis la nouvelle responsable

des cochonneries perdues.


[SAMI:] T'as donné ton nom pour ça?
[FÉLICIE:] T'es malade!

Je voulais ouvrir un magasin

de fournitures scolaires,

mais M. Prud'homme trouve ça

plus utile

que je m'occupe

des vieilles gogosses.

(Alors que FÉLICIE s'éloigne, SAMI sort son cellulaire à flip de sa poche.)


SAMI (s'adressant à lui-même)

Même si c'est laid...

c'est pratique,

les vieilles gogosses.

(FÉLICIE se retourne et SAMI jette rapidement son téléphone dans la boîte d'objets perdus. FÉLICIE tient une mitaine dans sa main, l'air dégoûté.)



[FÉLICIE:] Tu... penses que c'est

pratique, ça?

C'est peut-être...

encore vivant.

(FÉLICIE jette la mitaine dans la boîte d'objets perdus. SAMI tient le téléphone de VINCENT dans sa main.)



[FÉLICIE:] Ouais... tu vantes

les vieilles gogosses,

mais t'as le dernier modèle

de cellulaire.


[SAMI:] Oui. Il est cool, hein,

mon cell.

(FÉLICIE reçoit un texto. Elle croit qu'il vient de VINCENT, mais c'est SAMI qui lui écrit. Le texto dit : « Mange des pâtes pour dîner! »)


[FÉLICIE:] C'est encore Vincent...

Il est gossant, là!

(FÉLICIE reçoit un autre texto de VINCENT qui dit : « Mais pas de sauce. »)


[FÉLICIE:] Un autre!

Une chance que j'ai

les textos illimités.

Mais pourquoi

il te texte pas?

Il me fait pas

confiance, hein.

Hé, il est sexiste

pour vrai.


[SAMI:] J'en reçois aussi, hein.

C'est juste que...

mon nouveau cell,

il est vraiment silencieux.

(FÉLICIE continue de fouiller dans la boîte d'objets perdus. FÉLICIE sort une chaîne rouge avec un pendentif de la boîte.)



[SAMI:] Hé, c'est le porte-bonheur

de Vincent.

Ça fait des mois

qu'il le cherche.


[FÉLICIE:] Prends-le en photo, on va le

texter, ça va le calmer.


[SAMI:] Euh... on devrait attendre

à ce soir, hein.

Il va être encore plus surpris.

(SAMI va accrocher la chaîne sur un modèle de squelette derrière eux. FÉLICIE rit en continuant de fouiller dans la boîte.)


[FÉLICIE:]Ah, non! Ouache!

Tu vas capoter.

(FÉLICIE sort le téléphone à flip de SAMI de la boîte.)


[FÉLICIE:] Il y a encore des weirdos

qui utilisent ça...

(SAMI est mal-à-l'aise.)


[SAMI:] Peut-être qu'ils sont

obligés.


[FÉLICIE:] Ouais!

(FÉLICIE se dirige vers la sortie du local.)


[SAMI:] Où tu vas?
[FÉLICIE:] Le redonner

à son propriétaire.

Il y a juste une personne

capable d'utiliser

un dinosaure comme ça.

(FÉLICIE quitte le local. Pendant ce temps, MONSIEUR PRUD'HOMME est assis dans son bureau. FÉLICIE cogne en arrivant dans le cadre de porte.)


[FÉLICIE:] Monsieur Prud'homme!

(MONSIEUR PRUD'HOMME sursaute.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Ah! Ah!


[FÉLICIE:] Vous pouvez arrêter de

stresser avec vos oreilles;

j'ai retrouvé

ce que vous cherchez.


MONSIUER PRUD'HOMME

Ah. Mais... je suis pas

si stressé que ça.

Non, tout est calme.

Mes oreilles commencent

tranquillement

à s'habituer aux bruits.

(Une sonnerie de téléphone se fait entendre. MONSIEUR PRUD'HOMME sursaute.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Ah! Ouh!

(MONSIEUR PRUD'HOMME pointe le téléphone que FÉLICIE tient dans sa main.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Qu'est-ce que c'est, ça?


[FÉLICIE:] Bien, ce que vous avez

perdu, votre flip.

(MONSIEUR PRUD'HOMME prend le téléphone à FÉLICIE.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Hein? Oh, wow!

Il est vraiment

sharp, hein.

Mais c'est pas mon cellulaire,

par exemple.

(MONSIEUR PRUD'HOMME redonne le téléphone à FÉLICIE.)


[FÉLICIE:] Ah, non?

Ça veut dire qu'il y a vraiment

un élève

qui se promène avec ça?


MONSIEUR PRUD'HOMME

Oui. Je peux le retrouver,

si tu veux.


[FÉLICIE:] Non, non. Je suis la

responsable des objets perdus.

J'ai assez d'initiative pour

le retrouver toute seule.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Génial.

(FÉLICIE sort du bureau de MONSIEUR PRUD'HOMME en montrant le téléphone aux élèves dans le couloir.)


[FÉLICIE:] Flip perdu!

À qui la chance ou...

la malchance de le retrouver?

(MONSIEUR PRUD'HOMME arrive derrière FÉLICIE au moment où le téléphone sonne. MONSIEUR PRUD'HOMME échappe sa balle anti-stress.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Ah! Argh...

(MONSIEUR PRUD'HOMME ramasse sa balle anti-stress par terre.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

C'est parce que ça...

ça surprend, hein.

Je pense que mon ancienne balle

était plus efficace.

(MONSIEUR PRUD'HOMME retourne dans son bureau. Toujours dans le couloir, FÉLICIE ouvre le téléphone.)


[FÉLICIE:] Ça pourrait peut-être donner

un indice sur le propriétaire.

(Dans le téléphone, il y a un texto de la part de « papa » qui dit : « Bon appétit! »)

(Pendant ce temps, on revient à la maison de SAMI. On cogne à la porte. SAAD est dans la cuisine.)


[SAAD:] Entrez!

(SAAD se retourne et voit VINCENT.)


[SAAD:] Ah, Vincent, entre!

Sami est pas là, hein.


[VINCENT:] C'est pas grave, c'est vous

que je suis venu voir.


[SAAD:] Ah, bon?

(VINCENT entre et s'assoit au comptoir de la cuisine. VINCENT boit un jus vert. VINCENT prend une gorgée et s'étouffe.)


[VINCENT:] C'est le lunch idéal

avant de faire du sport

puis on s'habitue vraiment

au goût.

(L'expression faciale de VINCENT alors qu'il prend une gorgée dément ses paroles.)


[SAAD:] Pfft! Allez.

Fais-moi plaisir.

Mange ça.

(SAAD dépose une assiette devant VINCENT.)


[VINCENT:] Non, non, je peux pas laisser

tomber mon équipe.

(Dépité, VINCENT se reprend.)


[VINCENT:] Ce qui reste

de mon équipe...


[SAAD:] Qu'est-ce que

tu veux dire?


[VINCENT:] Les joueurs ont pas l'air

de se rendre compte

à quel point

le match de ce soir

est un match déterminant!


[SAAD:] Vincent, tu te mets

trop de pression

pour ton retour

au jeu, hein.

T'as déjà fait tes preuves!

Tout le monde est content

de te ravoir!


[VINCENT:] Oui, mais... j'aurais

quand même pensé

que vous auriez pu faire

un petit pep talk, hein.

C'est pour ça que

je suis venu vous voir.


[SAAD:] Un pep talk?

Ça, c'est ma tasse de thé.

Oh, oui.

OK. Qu'est-ce que

tu penses de ça?

(SAAD pratique un discours de motivation.)


[SAAD:] Chaque coup de patin

nous rapproche de notre but.

Et... quel est notre but?

Gagner?

(VINCENT approuve.)


[SAAD:] Non!

Nous dépasser.

Qu'est-ce que t'en penses?

(VINCENT semble déçu.)


[VINCENT:] Bien, là, on dirait

un discours pour les novices.

On va faire rire de nous

avec ça.

(VINCENT va chercher une feuille dans son sac à dos.)


[VINCENT:] C'est plus un discours

comme ça qu'il faut.

(VINCENT donne la feuille à SAAD. SAAD lit la feuille.)


[SAAD:] Je... je doute fort que

ce discours motive les troupes.


[VINCENT:] Sur papier, c'est moins bon

qu'en vrai. Regardez.

(VINCENT se met devant SAAD pour dire le discours.)


[VINCENT:] Écoutez-moi, je m'adresse

à tous les joueurs.

Puis là, vous fixez

chaque joueur dans les yeux.

Vous êtes plus que

des joueurs, hein.

Vous êtes des vainqueurs.

Puis là, vous pointez chacun

d'entre eux.

(VINCENT pointe des joueurs imaginaires.)



[VINCENT:] Toi, es-tu prêt à te

battre pour vaincre, hein?

Puis toi? Puis toi!

Es-tu ici pour jouer?

Sinon, la porte est là!

Le jeu, c'est sérieux!

(SAAD ne semble pas convaincu par le discours de VINCENT. Pendant ce temps à l'école, FÉLICIE entre dans le local du journal où se trouve déjà SAMI.)


[FÉLICIE:] C'est pas à M. Prud'homme.

Pourtant, c'est son genre.

J'ai demandé aux élèves.


[SAMI:] Qu'est-ce qu'ils ont dit?
[FÉLICIE:] Rien.

Ils ont ri.


[SAMI:] OK, tu trouveras jamais

le propriétaire aujourd'hui.


[FÉLICIE:] Je te promets qu'avant

la fin de la journée,

je vais trouver

à qui il appartient.

J'ai déjà des indices.



[SAMI:] Comment ça?

(SAMI est nerveux.)


[SAMI:] Je veux dire... Ah oui?
[FÉLICIE:] Oui, il y a 10 000 textos

qui viennent de papa.

Méga père poule.

Mais je suis pas capable

de le texter.

Les technologies étaient

super compliquées

dans l'ancien temps.

Regarde.

(FÉLICIE s'approche de SAMI pour lui montrer. Le téléphone de VINCENT sonne, SAMI l'éteint.)


[FÉLICIE:] Tu réponds pas?
[SAMI:] Ah, c'est ma mère;

elle va laisser un message.

De quoi on parlait?

(Le téléphone de VINCENT sonne encore.)


[FÉLICIE:] C'est encore elle.

Ça doit être urgent.

(FÉLICIE répond au téléphone.)


[FÉLICIE:] Bonjour, madame.

Je vous passe votre fils.

(FÉLICIE donne le téléphone à SAMI. SAMI prend le téléphone.)


[SAMI:] Euh... allô, maman?

Oui. Hum!

Hum-hum, oui.

(BENJAMIN entre dans le local. SAMI se lève précipitamment pour s'éloigner.)



[BENJAMIN:] Félicie,

mange pas de pâtes!

Vincent t'a fait

un shake, tiens.

(BENJAMIN donne une bouteille de jus vert à FÉLICIE. FÉLICIE regarde le jus d'un air incertain. BENJAMIN aperçoit SAMI debout de l'autre côté du local. SAMI est toujours au téléphone.)


[BENJAMIN:] Euh, Sami?

T'es pas supposé

être chez toi?


[FÉLICIE:] Il parle avec sa mère.

(Au même moment, VINCENT est toujours chez SAMI. Il continue son discours à SAAD.)



[VINCENT:] Et c'est pour

cette raison...

que le moins bon joueur

de ce soir

va passer les quatre

prochains matches

assis sur le banc,

minimum!

(SAAD semble catastrophé par le discours de VINCENT. VINCENT s'assoit à côté de SAAD.)



[SAAD:] C'est tout?
[VINCENT:] Oui, mais c'est

des fausses menaces.

Vous et moi, on sait

très bien que c'est pas vrai.

Après le match, vous leur direz

que c'était une blague.


[SAAD:] Une blague...

Ha! Une blague!

Evidemment!

(SAAD semble soulagé.)


[SAAD:] Là, je reconnais

ton sens de l'humour, Vincent.

Ah! Pfft!

Je pensais que t'étais sérieux

pendant un instant.


[VINCENT:] Oui, oui...
[SAAD:] Je pensais que t'étais stressé

par ton retour au jeu.

Ha! Tu m'as bien eu,

hein! Hum...

Est-ce que Sami était au courant

de ce petit tour-là?

Tu sais quoi?

On devrait le texter

pour lui dire

que tu m'as bien eu.


[VINCENT:] Il m'a dit qu'il a oublié

son cellulaire ici, ce matin.


[SAAD:] Oui, mais j'ai été

lui porter à l'école.


[VINCENT:] Ça veut dire

qu'il repassera pas ici?


[SAAD:] Non. Je lui ai même

apporté un morceau de gâteau.


[VINCENT:] Un gâteau?!

(VINCENT est scandalisé.)


[VINCENT:] Le jour d'un match!

Jouer le ventre

plein de sucre,

c'est pire que jouer avec

des patins pas aiguisés.

Je lui ai fait un shake...

(VINCENT se lève et remet rapidement ses choses dans son sac.)


[SAAD:] Vincent, Vincent!

Tu t'inquiètes pour rien, là.


[VINCENT:] Je vais l'empêcher.
[SAAD:] Il faudrait que tu te calmes,

Vincent, avant la partie!

(VINCENT sort en claquant la porte. SAAD reste seul.)


[SAAD:] Ça va être beau, tantôt, ça.

(Pendant ce temps à l'école, dans le local du journal, FÉLICIE observe le jus vert que BENJAMIN lui a donné)


[FÉLICIE:] Ouache. Ça pue, là!

Il veut me rendre malade?


[BENJAMIN:] Plus ça sent mauvais, plus

c'est bon pour la santé.


[FÉLICIE:] Puis lui...

(FÉLICIE pointe SAMI.)


[FÉLICIE:] … il est pas

obligé de boire de la bouette?

J'en veux pas.

(FÉLICIE redonne la bouteille à BENJAMIN.)


[FÉLICIE:] De toute façon,

quand Vincent va voir

la surprise qu'on a pour lui,

il va arrêter de capoter.

(FÉLICIE pointe le modèle de squelette derrière elle.)


[BENJAMIN:] Un squelette?
[FÉLICIE:] Non, ça!

(FÉLICIE montre à BENJAMIN la chaîne avec un pendentif accrochée au cou du squelette.)


[FÉLICIE:] C'est le porte-bonheur

de Vincent.


[BENJAMIN:] Vous devriez pas attendre

à la partie pour lui remettre.

Attends, je vais l'appeler.

(BENJAMIN prend son sac à dos pour sortir son téléphone.)


[FÉLICIE:] Mais tu lui dit que

je l'ai trouvé.

(Assis à un bureau, SAMI se met à paniquer.)


[FÉLICIE:] Je veux qu'il débarque

de sur mon dos.

(BENJAMIN fouille dans son sac.)


[BENJAMIN:] Je ne trouve plus mon cell!

Je dois l'avoir perdu.


[SAMI:] Peut-être pas.
[BENJAMIN:] Je me le suis fait voler!
[SAMI:] Tu l'as juste oublié chez toi.
[FÉLICIE:] Benjamin?

C'est ton jour de chance.

(FÉLICIE montre le téléphone à flip à BENJAMIN.)



[FÉLICIE:] Tadam!
[BENJAMIN:] Hein? C'est quoi, ça?
[FÉLICIE:] Un autre petit miracle

de la part des objets perdus.


[BENJAMIN:] C'est pas mon cell, ça.

C'est un cell de

vieux de 30 ans!

En plus, il fallait que

j'appelle ma mère, ce midi.


[FÉLICIE:] Appelle-la avec ça.

Elle va comprendre

si tu oublies de l'appeler.


BENJAMIN appelle sa mère avec le téléphone à flip.



[BENJAMIN:] Oui, allô, maman?

Attends, quoi?

Il y a cinq minutes?

Hein?

OK. OK.

OK. OK. Bye.


[FÉLICIE:] Quoi?
[BENJAMIN:] Il y a quelqu'un

qui a pris mon cell

puis qui s'est fait passer

pour moi!

Ma mère, elle a parlé...

au voleur, puis elle pensait

que c'était moi!


[FÉLICIE:] Un voleur imitateur?

Appelle ton cell

puis dis-lui ta façon de penser.


[SAMI:] Quand on se fait voler,

c'est mieux de...

de pas résister.

(SAMI se lève rapidement. FÉLICIE et BENJAMIN le regardent d'un air curieux.)


[FÉLICIE:] T'as peur?
[SAMI:] Je pense que Vincent

me cherche.

(SAMI quitte le local. BENJAMIN compose un numéro sur le téléphone à flip et le porte à son oreille. Pendant ce temps dans le couloir, SAMI regarde le téléphone de BENJAMIN. VINCENT arrive.)



[VINCENT:] Hum! Tiens,

si c'est pas le gars

qui me cache quelque chose.


[SAMI:] Je te cache rien.

(SAMI cache le téléphone de BENJAMIN dans son dos.)


[VINCENT:] OK, ton père me l'a dit.

Je sais ce qu'il est venu

te porter à l'école.

(SAMI croit que VINCENT parle de son téléphone à flip.)


[SAMI:] Je savais pas comment

te le dire.


[VINCENT:] L'as-tu mangé?
[SAMI:] Comment tu veux que je mange ça?
[VINCENT:] Il y a une nouvelle manière

de manger du gâteau

puis personne me l'a dit?


[SAMI:] Ah, le gâteau! Je veux dire,

comment je peux manger ça?

C'est aux zucchinis

puis aux betteraves.

Ark!

(La sonnerie du téléphone retentit.)


[VINCENT:] C'est-tu ton nouveau cell?

Montre.

(SAMI garde ses mains derrière son dos.)


[VINCENT:] Montre.

Envoye, montre.

(VINCENT prend le téléphone dans les mains de SAMI.)


[VINCENT:] C'est drôle...

on dirait celui

de Benjamin.


[SAMI:] Benjamin?
[VINCENT:] T'es bien bizarre.
[SAMI:] Euh, non …

(SAMI reprend le téléphone à VINCENT.)


[SAMI:] … c'est pas

mon cell.

Je viens de le trouver par terre.

Mais t'as raison,

c'est peut-être à Benjamin.

Y'a perdu le sien.

Je vais aller

lui remettre.

(SAMI veut partir.)


[VINCENT:] Hé, wo, wo, wo!

(VINCENT arrête SAMI et sort une bouteille de jus vert de son sac.)



[VINCENT:] Ton shake.
[SAMI:] Ah, non.
[VINCENT:] Ah, pas le choix.

Si on veut gagner,

ça va prendre plus

qu'un miracle.


[VINCENT:] Envoye, vas-y, vas-y.

(SAMI prend une gorgée en faisant la grimace. VINCENT prend aussi une gorgée.)

(Pendant ce temps, BENJAMIN et FÉLICIE sont au local du journal. BENJAMIN ferme le téléphone à flip.)


[FÉLICIE:] Rappelle.
[BENJAMIN:] Ça sert à rien.

Je tombe toujours

sur ma boîte vocale.

(VINCENT et SAMI entrent dans le local.)


[VINCENT:] Hé, Ben!

Bonne nouvelle.

Sami a retrouvé ton cell

près des toilettes.

(VINCENT donne le téléphone à BENJAMIN.)


[BENJAMIN:] Hein! Yes.

(FÉLICIE ne comprend pas.)


[FÉLICIE:] Sami, c'est ton cell.
[SAMI:] Tous les cells se ressemblent.

(VINCENT rit en voyant le téléphone à flip dans les mains de BENJAMIN.)


[VINCENT:] Sauf les vieux flips.

Tu l'as emprunté à

ton grand-père en attendant?

(BENJAMIN rit et lance le téléphone à flip à VINCENT.)


[FÉLICIE:] Non, riez pas.

M. Prud'homme le trouve

vraiment sharp.

Non, c'est aux objets perdus.

J'essaie de retrouver

le propriétaire.


[SAMI:] Ah, justement.

Félicie essaie de retrouver

le propriétaire de

toutes ces belles trouvailles!

(VINCENT voit sa chaîne autour du cou du modèle de squelette.)



[VINCENT:] Hé! C'est... c'est

mon porte-bonheur!


[FÉLICIE:] Ah, surprise! Je l'ai retrouvé

dans les objets perdus.

(VINCENT prend son porte-bonheur et le met autour de son cou.)


[VINCENT:] Hein? Je l'ai trouvé en allant

voir le Canadien.

C'est le miracle que

j'attendais.

Quand je le porte,

je perds jamais.

(FÉLICIE sort une balle rose de la boîte des objets perdus.)


[FÉLICIE:] Je vais aller faire

un autre miracle.

(FÉLICIE quitte le local.)



BENJAMIN (s'adressant à VINCENT)

On va les remettre à leur

place, les deux twits.

Ils vont te laisser

tranquille.

(Le sourire de VINCENT s'évanouit.)


[SAMI:] Quels twits?
[BENJAMIN:] Ah, c'est deux gars

à St-Placide...


[VINCENT:] Grouille-toi, on va être

en retard.

(VINCENT prend son sac et se dirige vers la sortie.)



[SAMI:] Vincent, c'est qui?

(VINCENT sort sans répondre, suivi de BENJAMIN. Avant de sortir à son tour, SAMI remet son téléphone à flip dans la boîte des objets perdus. Quelques instants plus tard, SAMI revient dans le local et reprend le téléphone dans la boîte pour envoyer un texto : « C'est quoi le problème à St-Platte? » Au même moment, MONSIEUR PRUD'HOMME entre, suivi de FÉLICIE. SAMI jette le téléphone dans la boîte. MONSIEUR PRUD'HOMME tient la balle rose que FÉLICIE lui a apportée.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Le caoutchouc est nettement

de meilleure qualité, hein.

Je peux pas croire qu'elle

dormait aux objets perdus.


[FÉLICIE:] J'ai l'impression

d'être une détective.

(MONSIEUR PRUD'HOMME ouvre la boîte des objets perdus et en sort le téléphone à flip.)


[FÉLICIE:] M. Prud'homme est capable

de texter avec ça.

C'est un pro

des vieilles affaires.


[MONSIEUR PRUD'HOMME:] Attention, hein.
[FÉLICIE:] « Vieilles » dans le bon sens.
[MONSIEUR PRUD'HOMME:] Je plaisante.

Regardez, les jeunes, comment

on textait dans mon temps.

(MONSIEUR PRUD'HOMME ouvre le téléphone et commence à appuyer sur les touches.)


[SAMI:] Non, stop! Tu voulais trouver

le propriétaire toute seule.


[MONSIEUR PRUD'HOMME:] Oui, mais t'as eu

l'initiative de demander de l'aide.

C'est bien, ça.


[FÉLICIE:] Ah, allez-y.
[MONSIEUR PRUD'HOMME:] OK. Menu...

Attendez...

(SAMI se dirige vers la sortie du local. FÉLICIE le retient par le bras.)



[FÉLICIE:] Reste pour le grand

dévoilement.


[MONSIEUR PRUD'HOMME:] Menu...

Communications...

(SAMI attend anxieusement.)


De retour à la maison de SAMI, SAAD est au salon. Le téléphone de SAAD vibre. SAAD a reçu un texto de SAMI qui dit : « J'ai trouvé ce cellulaire. À qui appartient-il? »


[SAAD:] Quoi? Ça fait pas 5 heures

qu'il l'a.

Il l'oublie à la maison,

et là, il l'a déjà perdu

(Dans le local du journal à l'école, MONSIEUR PRUD'HOMME et FÉLICIE reçoivent la réponse à leur texto. La réponse dit : « C'est à Sami Mazari. »)

[MONSIEUR PRUD'HOMME et FÉLICIE:] Sami?

(MONSIEUR PRUD'HOMME et FÉLICIE regardent SAMI d'un air interrogateur.)


[MONSIEUR PRUD'HOMME:] Ah, bien, eille!

Ça, c'est bien joué, Sami, ça.


[FÉLICIE:] Quoi?
[MONSIEUR PRUD'HOMME:] Oui, c'est évident!

Il voulait tester

tes talents de détective, hein?


[SAMI:] Bien oui, c'est ça.

(MONSIEUR PRUD'HOMME prend la boîte d'objets perdus et quitte le local.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Bon! On se voit

à la partie de hockey.

OK?

(FÉLICIE s'approche de SAMI.)



[FÉLICIE:] Arrête de me niaiser.

Pourquoi tu m'as fait marcher

toute la journée?


[SAMI:] Parce que c'est un flip,

c'est un cell de mononcle.

Vincent, Ben puis toi,

vous avez ri.

Imagine le reste de l'école.


[FÉLICIE:] Si j'avais su que c'était

à toi, j'aurais rien dit.


[SAMI:] Tu l'aurais pensé quand même.
[FÉLICIE:] Peut-être, mais...

c'est comme le porte-bonheur

de Vincent.

Personnellement,

je le trouve vraiment laid.

Mais lui, il l'aime,

il est fier puis il a pas honte.

Alors, son porte-bonheur,

il passe inaperçu.


[SAMI:] Donc, si j'ai pas honte

de mon flip,

personne va le remarquer.


[FÉLICIE:] Oui, si tu t'assumes,

personne va avoir envie

de t'écoeurer.

Puis t'as juste à dire

que c'est vintage.


[SAMI:] Vintage, c'est juste

une façon de dire

que les vieilles affaires

sont à la mode.


[FÉLICIE:] Non, mais c'est cool,

les vieilles affaires!

Tu l'as dit ce matin.

Puis les musiciens

préfèrent jouer

avec les vieilles guitares.


[SAMI:] Ah, c'est vrai, ça.

Les vieilles guitares,

elles ont de l'histoire.

C'est des modèles uniques

qui ne se font plus!


[FÉLICIE:] Ouais, comme ça!

Ah, j'ai vu ça dans un film.

Le gars, il était trop hot.

Il a fait ça.

(FÉLICIE prend le téléphone de SAMI pour lui mimer ce qu'elle a vu dans un film.)


[FÉLICIE:] Mazari. Sami Mazari.

Vous m'avez appelé?

(FÉLICIE et SAMI rient. Au même moment, VINCENT répond au texto de SAMI. Le texto dit : « No problemo parce que on va gagner! » FÉLICIE et SAMI lisent le texto.)


[FÉLICIE:] Ouais! On va les battre!
[SAMI:] Je vais flipper

la rondelle dans le but.


[FÉLICIE:] Il flippe... et compte!

(FÉLICIE et SAMI se réjouissent et se tapent dans la main. Plus tard dans la journée, les membres de l'équipe d'hockey, SAAD et MONSIEUR PRUD'HOMME se rassemblent après la partie. Ils ont gagné.)



SAAD

(s'adressant à MONSIEUR PRUD'HOMME)

C'est eux.


[SAMI:] On devrait toujours

venir à l'école

à cette heure-là.

C'est bien plus cool!


[SAAD:] Ce soir, c'est une soirée

exceptionnelle.

Pour une équipe exceptionnelle!

(Tout le monde applaudit.)


[SAAD:] Un tour du chapeau

pour ton retour.

Impressionnant.


[VINCENT:] C'est grâce à votre pep talk.

Mieux que celui

que j'avais préparé.


[SAAD:] Un petit peu.

(FÉLICIE feint de tousser pour attirer l'attention de VINCENT.)


[VINCENT:] Et grâce à vous, gang.

Merci, Félicie, pour

tes super passes.

(Tous applaudissent à nouveau.)



[EN CHOEUR:] Oui!

(Tous applaudissent à nouveau. SAMI s'avance.)



[SAMI:] Hé, hé, hé!

Quand on a compté

notre 5e but,

4 secondes avant la fin

de la partie!

(VINCENT et SAMI se tapent dans les mains.)



[BENJAMIN:] Sami, j'ai tout filmé ça

sur mon cell!


MONSIEUR PRUD'HOMME

Alors, à votre victoire.

Et puis même si

Victoire-Desmarais

n'a pas encore son équipe,

vous avez fait honneur

à votre école.

Et à votre ancienne école.

Et euh... à l'école proche

de votre école.

Bravo.

(SAMI parle à VINCENT en retrait.)


[SAMI:] Hé, j'ai appelé BENJAMIN.

Capote pas.

Il m'a un peu expliqué

ce qui se passe à St-Placide.

Les deux caves

qui t'écoeurent.


[VINCENT:] Ils m'écoeurent pas

tant que ça.


[SAMI:] En tout cas, on leur a

donné une leçon,

aux caves qui t'écoeurent.


[VINCENT:] Hum.
[SAMI:] Hé, t'avais-tu vu

mon nouveau flip?


[VINCENT:] Ah, oui.
[SAMI:] Hé, Monsieur Prud'homme!

Vous prenez une photo en

souvenir de notre victoire?

(SAMI tend son téléphone à M.PRUD'HOMME.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Oui, oui, certainement.

Collez-vous!

(Tous se placent pour la photo, sauf SAAD.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Saad, allez-y.


[SAAD:] Ah, oui?
[MONSIEUR PRUD'HOMME:] Bien oui. OK.

(SAAD rejoint les autres.)



MONSIEUR PRUD'HOMME

Souriez.

(SAMI et VINCENT sont côte-à-côte.)


VINCENT (s'adressant à SAMI)

Pourquoi tu me l'as

pas dit avant?


[SAMI:] J'avais honte.

Mais avec nos amis,

il y a pas de raison

d'avoir honte.

(VINCENT donne une tape sur l'épaule à SAMI.)



MONSIEUR PRUD'HOMME

Vincent, Sami, souriez plus

que ça.

(MONSIEUR PRUD'HOMME leur fait signe de sourire.)


[VINCENT:] Je veux qu'on voie

mon porte-bonheur.

(VINCENT sort son porte-bonheur de son chandail.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Attention...

(Le téléphone émet un signal sonore au moment de prendre la photo.)


[MONSIEUR PRUD'HOMME:] Oh!

(MONSIEUR PRUD'HOMME se frotte l'oreille. Tous éclatent de rire. SAAD va rejoindre MONSIEUR PRUD'HOMME.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Je m'attendais pas

à ce que ça sonne si fort que ça.


[SAAD:] Ça a évolué. Une chance!

Sinon, on serait tous sourds.

(Générique de fermeture)

(Fin émission)

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison

Résultats filtrés par