Image univers Subito Texto Image univers Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent et Sami, vivent leurs premiers moments au secondaire. Ensemble, ils tentent d'apprivoiser cet univers inconnu, mais débordant de promesses... et d'inquiétudes!

Site officielpour Subito Texto
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Chacun son trophée

Vincent capote: il doit commettre un méfait pour son initiation dans l’équipe de hockey de St-Placide… le jour où Francis et Bastien installent un système antivol super geek dans l’école!



Réalisateur: Stephan Joly
Acteurs: Antoine Desrochers, Charles-Émile Lafleur, Pierre-Luc Lafontaine
Année de production: 2014

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

[Début information à l'écran]

Chacun son trophée

[Fin information à l'écran]


Début générique d'ouverture

Fin du générique d'ouverture


C'est le matin chez les Beaucage. VINCENT est seul à table et mange des gaufres. BENJAMIN entre par la porte de la cuisine.


[VINCENT:] Eille! Salut, Ben.

J'arrive.

Tu peux m'aider

à finir mes gaufres si tu veux.


[BENJAMIN:] J'ai quelque chose

d'important à te dire, Vincent.


[VINCENT:] Plus important

que de prendre

une bouchée de gaufre?


BENJAMIN (Mal-à-l'aise)

Oui, c'est les gars de l'équipe

qui m'envoient.

Ils veulent te faire subir

une initiation.


BENJAMIN s'assoit avec VINCENT.


[BENJAMIN:] Mais regarde, moi,

je te jure, je n'ai rien

à voir là-dedans.

Je suis juste le messager.


[VINCENT:] Bien, s'ils peuvent

arrêter de me niaiser après,

correct, je vais la faire,

leur initiation.


[BENJAMIN:] Pour vrai?

Je pensais que tu allais être fru.


VINCENT (Souriant)

Je le suis.

Je me force

pour que ça ne paraisse pas.

C'est quoi, là?

Il faut que je passe

la journée habillé en clown?

Que je me colle

une banane dans l'oreille?


[BENJAMIN:] Non, non,

pas exactement.


[VINCENT:] Que je marche

sur les mains?


[BENJAMIN:] Plus facile que ça.
[VINCENT:] Que je passe la journée

à parler en japonais?


[BENJAMIN:] Tu gèles.
[VINCENT:] C'est quoi?
[BENJAMIN:] C'est écrit

là-dedans.


BENJAMIN donne une enveloppe à VINCENT.


[VINCENT:] C'est officiel!

VINCENT ouvre l'enveloppe et lit le papier à l'intérieur.


[VINCENT:] Tu me niaises?

BENJAMIN hausse les sourcils sans répondre. Pendant ce temps, à l'école, GEORGES, debout dans son bureau, regarde sa tasse à café d'un air perplexe. FRANCIS et BASTIEN se présentent à la porte du bureau et frappent avant d'entrer.


[FRANCIS:] Salut, Georges.

Vous avez l'air troublé.


[GEORGES:] Oui, j'ai un problème

de physique.


[BASTIEN:] Moi, je vous trouve

bien correct.


[GEORGES:] Je te remercie.

Mais non, j'ai un problème

avec les lois de la physique.

Comment ma tasse,

qui était dans mon bureau

fermé à clé,

a pu se retrouver derrière

une plante dans le corridor?


[BASTIEN:] Il y a des expériences

qui ont été faites sur la téléportation.


GEORGES lance un regard perplexe à BASTIEN.


[BASTIEN:] Oui, oui.

Ça n'a pas marché fort, fort, mais...


[GEORGES:] Et comment

mon sac à lunch,

que je garde toujours dans mon casier,

a été retrouvé par la bibliothécaire

entre deux livres?


[FRANCIS:] Eh bien, j'ai beau

chercher une explication scientifique,

je n'en trouve pas.


[GEORGES:] Donc, si ce n'est pas

un problème de physique,

c'est un problème de comportement.

Quelqu'un essaie

de me jouer des tours.


[BASTIEN:] Vous ne pensez pas

que c'est nous autres, là, j'espère?


[FRANCIS:] Bien là, on a beau

être bolés,

on n'a pas encore maîtrisé

non plus la téléportation.


[BASTIEN:] Mais on pourrait

vous aider par exemple.


[GEORGES:] Ah bon?
[FRANCIS:] Ah bon?
[BASTIEN:] Bien oui, j'ai tout

ce qu'il faut à la maison

pour prendre votre voleur

sur le fait.


[GEORGES:] Je n'ai pas dit

qu'il y avait un voleur.

Je retrouve toujours mes affaires,

mais ailleurs dans l'école.


[FRANCIS:] Voleur ou non,

vous ne voulez pas savoir

qui fait ça?


[GEORGES:] J'haïrais pas ça.
[BASTIEN:] OK. Eh bien,

nous autres, on vous aide

avec votre problème.

Vous, en retour,

vous nous laissez votre bureau

pour une petite expérience.


[GEORGES:] Un devoir de physique?
[BASTIEN:] Oui, on peut dire ça,

en effet.

Attendez de voir mon super

système de détection.

Vous n'en reviendrez pas.


[GEORGES:] OK, mais pas

de piège à ours, d'explosion

ou de patente compliquée.


[BASTIEN:] Pas de problème.

Au même moment, chez les Beaucage, VINCENT et BENJAMIN discutent toujours de l'initiation.


[VINCENT:] Tu peux dire aux gars

que je ne la ferai pas,

leur initiation.


[BENJAMIN:] Quoi? Tu es obligé

de la faire, Vincent.

Ta vie va être un enfer sinon.


[VINCENT:] Voler le trophée

de ping-pong de Mona?

Pourquoi pas escalader

le mont Everest

en gougounes un coup parti?


[BENJAMIN:] C'est juste un trophée.
[VINCENT:] Tu ne comprends pas.

Ce trophée-là, Mona,

elle en rêve la nuit

tellement qu'elle l'aime.

Puis, qu'est-ce qu'ils vont

dire, les gens de mon école...


[BENJAMIN:] De ton ancienne école.
[VINCENT:] De mon ancienne école.

Qu'est-ce qu'ils vont penser

s'ils apprennent que je l'ai volé?


[BENJAMIN:] Coudonc, il est en or,

ce trophée-là?

À quoi il ressemble?


[VINCENT:] Je ne sais pas,

dans mon souvenir,

il n'était pas bien gros

et il avait un...


[BENJAMIN:] OK, OK,

c'est un trophée comme les autres,

dans le fond?


[VINCENT:] Pas pour Mona.
[BENJAMIN:] Oui, je sais,

mais les gars de l'équipe

ne savent pas exactement

à quoi il ressemble.

Donc, on pourrait...


VINCENT (Soulagé)

En prendre

un autre et faire semblant

que c'est le vrai!


[BENJAMIN:] Exact. En plus,

on n'aura pas besoin

de chercher bien loin.

Mon père a plein de boîtes

de vieux trophées à l'aréna.

On a juste à aller voir

et trouver un trophée

qui fait un peu ping-pong.


[VINCENT:] Et qui ne fait pas

trop pic-pic.

All right!


VINCENT et BENJAMIN se tapent dans la main.


[BENJAMIN:] Euh... Il faudrait savoir

à quoi il ressemble par exemple

le beau trophée chéri de Mona.


[VINCENT:] Je m'en occupe.

Ce midi, je vais aller

à Victoire-Desmarais.

Après, je te rejoins ici.


VINCENT prend son sac à dos et se dirige vers la sortie.


[BENJAMIN:] Super.

Vincent, tu pourrais

quand même y aller

avec une banane dans l'oreille.

Ce serait drôle.


BENJAMIN prend une banane sur la table et se lance derrière VINCENT.


[BENJAMIN:] Vincent!

La banane dans l'oreille.


Entre temps, dans les couloirs de l'école, MONA marche en sortant ses clés alors que BRANDON-LEE court pour la rattraper.


[BRANDON-LEE:] Mona!

Avez-vous déjà pensé jouer

au ping-pong pas de raquette?


[MONA:] Du ping-pong

pas de raquette?

Ce serait comme du pédalo

pas de pédale.


MONA éclate de rire.


[BRANDON-LEE:] OK!

Vous devriez faire attention d'abord.


MONA (Perplexe)

Quand je fais

du pédalo?


[BRANDON-LEE:] Non,

vous devriez surveiller vos affaires.

J'ai trouvé ça

dans la salle des pas perdus.


BRANDON-LEE sort une raquette de ping-pong de derrière son dos. MONA est bouche bée.


[BRANDON-LEE:] Ça doit

être la vôtre.

C'est marqué "balle de feu" dessus.


MONA prend brusquement la raquette dans la main de BRANDON-LEE.


[MONA:] Ma belle raquette!

Je me demandais justement

où je l'avais laissée.


[BRANDON-LEE:] Heureusement

que je suis là.

Depuis qu'il y a

des vols dans l'école...


[MONA:] Woh, minute!

Comment tu sais ça, toi?


[BRANDON-LEE:] Tout le monde

le sait.

C'est pour ça que je vous dis

de faire attention.

On devrait tous faire attention.


[MONA:] Tu as raison.

MONA accroche sa raquette à sa ceinture de pantalon.


[MONA:] Ma belle raquette!

Mais... Merci, Brandon-Lee.


[BRANDON-LEE:] Pas de quoi.
[MONA:] Tu me fais penser.

Il faut que j'aille régler

quelque chose.


MONA part puis revient vers BRANDON-LEE.


[MONA:] De top secret!

BRANDON-LEE regarde MONA partir en souriant. Plus tard ce jour-là, VINCENT arrive à Victoire-Desmarais et croise GEORGES.


[GEORGES:] Je suis super content

de te revoir Vincent,

mais tu ne m'as toujours pas dit

pourquoi tu es revenu.


[VINCENT:] Bien, je suis ici pour...

(Hésitant)

Pour faire des photos, là.


[GEORGES:] Des photos-souvenirs

de ton ancienne école?


[VINCENT:] Oui! J'ai décidé

de me faire tout un album.

En commençant

par la vitrine à trophées.


GEORGES (Riant)

Ah bien!

Il s'ennuie.


[VINCENT:] Non.

GEORGES (Perplexe)

Ah non?

Pourquoi des photos, d'abord?


[VINCENT:] Bien oui, bien oui,

je m'ennuie.

Je m'ennuie vraiment beaucoup

de vous autres.


Pendant ce temps, dans le bureau de GEORGES, FRANCIS et BASTIEN installent des détecteurs de mouvement.


[BASTIEN:] Eille, Georges

va capoter.


[FRANCIS:] Pas juste Georges.

C'est sûr qu'on va être acceptés

sur le réseau Face de Geeks

si on leur envoie la vidéo.


[BASTIEN:] Grâce

à leur intelligence supérieure,

deux jeunes génies attrapent

un voleur dans leur école secondaire.

C'est malade!


[FRANCIS:] Beaucoup mieux

que notre fusée de l'autre jour.


[BASTIEN:] Continue l'installation

pendant que je te filme.


[FRANCIS:] Coupe-moi un bout

de double face.


BASTIEN donne un morceau de collant double face à FRANCIS. BASTIEN filme FRANCIS avec son téléphone.


[BASTIEN:] Une chance que mon père

a attrapé mon appel

avant de partir de la maison.

Mon petit frère a reçu ça à Noël

dans un kit d'espion.

Mais il n'a pas attrapé

de voleur, lui.


[FRANCIS:] Filmes-tu encore?

FRANCIS installe un autre détecteur de mouvement par terre.


[BASTIEN:] Ah oui! Oups!

On coupera ce bout-là.

Il ne faudrait pas

que Face de Geeks sache

que ça vient de mon petit frère.


FRANCIS se lève et, avec une manette, active le détecteur.


[FRANCIS:] OK...

Passe dans le rayon pour voir.


[BASTIEN:] OK.

BASTIEN marche entre les deux détecteurs de mouvement. Une sonnette se fait entendre.


[BASTIEN:] Ça fait un son

de dépanneur.


[FRANCIS:] Oui, peut-être que le voleur

va vouloir un sac de chips,

un gratteux, un paquet de gomme.


[BASTIEN:] Eille, Georges

va capoter.


BASTIEN et FRANCIS marchent tous les deux dans le rayon du détecteur. La sonnette retentit de nouveau.


[BASTIEN:] Bonjour!
[FRANCIS:] Bonjour!

BASTIEN et FRANCIS marchent à nouveau dans le rayon du détecteur. La sonnerie retentit.


[BASTIEN:] Bonjour!

Bonjour, monsieur.


BASTIEN et FRANCIS se saluent puis s'amusent à sauter d'un côté et de l'autre du rayon du détecteur, faisant retentir la sonnette à chaque fois. Entre temps, dans le couloir, MONA rencontre GEORGES et VINCENT.


[MONA:] Tiens, tiens! Un ancien élève

de Victoire-Desmarais

qui vient ici pour...

(Suspicieuse)

Pour quoi faire donc?


[GEORGES:] Inquiète-toi pas, Mona.

Il a ma permission

pour circuler dans l'école

et pour prendre

toutes les photos qu'il veut.

D'ailleurs, ça me donne

une petite idée, moi, ça.


GEORGES part. MONA s'approche de VINCENT en souriant.


[MONA:] Ça ne me dit pas

ce qui t'amène ici, Vincent.


[VINCENT:] Bien, je...

Je passais dans le coin

et je me suis dit:

"Coudonc! Il y a donc bien

des affaires qui ont changé

depuis que je suis parti!"

Comme par exemple, la vitrine.


VINCENT pointe la vitrine des trophées à MONA. MONA et VINCENT se dirigent ensemble vers la vitrine qui est complètement vide.


[VINCENT:] Elle est tellement...

plus vide qu'avant.


[MONA:] Parle-m'en pas!

On a un voleur dans l'école.


[VINCENT:] Hein?
[MONA:] Ça m'oblige à mettre

à l'abri les objets de valeur,

tu comprends?


[VINCENT:] Comme le trophée

de ping-pong.


[MONA:] Surtout le trophée

de ping-pong!

Je l'ai tellement bien caché

qu'il n'y a pas un voleur

qui va avoir le début

du soupçon d'une idée

d'où c'est qu'il pourrait

le trouver. Ah!


[VINCENT:] Ah, ah!

Mais c'est poche, ça.


[MONA:] À qui le dis-tu?
[VINCENT:] Mais je veux dire,

c'est poche pour moi.

Bien, à cause de mes photos.


[MONA:] C'est quoi,

cette histoire de photo là?


[VINCENT:] Bien...

Gardez ça pour vous,

mais je...

je m'ennuie un peu

de vous autres

depuis que je suis parti

à St-Placide.


MONA (Attendrie)

Oh! Il s'ennuie.
[VINCENT:] Puis, j'ai comme décidé

de me faire un super album

avec les photos

des faces de gens

et les objets de l'école.


MONA (Surprise)

Tu voudrais

une photo de moi?


[VINCENT:] Vous êtes

la première personne

à qui je le demande.

Ça vous tente?


MONA (Flattée)

Ben mets-en

que ça me tente!

(Déçue)

Avoir su, j'aurais mis

mon beau survêtement saumon

de ping-pong par exemple.


[VINCENT:] Pas grave.
[MONA:] Tant pis!

Je me place où?


[VINCENT:] Juste ici,

devant la vitrine.


MONA se place devant la vitrine.


[VINCENT:] Pour que la photo

soit plus hot,

essayez donc de prendre

une pose de gagnante.


MONA (Insultée)

J'ai l'air gagnante au naturel.


[VINCENT:] Bien oui!

Ce n'est pas ce que je dis.

Il vous faudrait peut-être

quelque chose dans les mains,

mais quoi donc?


[MONA:] Ma raquette!

Ou carrément mon trophée

de ping-pong.


[VINCENT:] Là, ça serait génial!
[MONA:] Si tu me prends

par les sentiments,

je vais aller chercher mon trophée.

Mais, oh!, ferme les yeux.


MONA pointe les yeux de VINCENT. VINCENT ferme ses yeux.


[MONA:] Personne ne doit savoir

où je l'ai caché.


MONA part. VINCENT entrouve légèrement les yeux puis soupire. MONA entre discrètement dans le bureau de GEORGES. MONA s'avance et la sonnette du détecteur de mouvement retentit.


BASTIEN et FRANCIS

(Sortant de derrière le bureau de GEORGES)

On est les meilleurs!


MONA (Sursautant)

Qu'est-ce

que vous faites ici, vous autres?


[BASTIEN:] Georges a dit

qu'on pouvait.


[FRANCIS:] On faisait un test

et ça a marché.


[MONA:] Vous n'êtes pas

sans savoir qu'il y a

un voleur qui rôde dans l'école.

Et que je garde l'oeil ouvert,

et le bon.


MONA fait signe à BASTIEN et FRANCIS qu'elle les surveille.


MONA (Pointant son œil droit)

Le bon, c'est celui-là.

(Pointant son œil gauche)

De celui-là, je suis myope.


[FRANCIS:] Justement, nous aussi,

on essaie de l'attraper, le voleur.


[MONA:] Et vous faites ça comment?
[BASTIEN:] En passant à travers

le rayon lumineux. Comme ça.


BASTIEN met son pied dans le rayon du détecteur de mouvement au moment où GEORGES entre dans son bureau. La sonnette retentit.


[GEORGES:] Hein? C'est quoi

ce bruit-là?


[FRANCIS:] C'est notre système

antivol.


MONA (Riant)

Et vous pensez

que le voleur, c'est Georges?


[GEORGES:] Ça va faire ding-dong

chaque fois que je vais

avoir besoin d'un trombone, moi.


GEORGES met son pied dans le rayon du détecteur de mouvement pour faire retentir la sonnette.


GEORGES (Riant)

Les voleurs

vont avoir peur!


[MONA:] Pas rien que ça,

ça va se savoir vite.


MONA met son pied dans le rayon plusieurs fois, faisant retentir la sonnette à répétition.


[MONA:] On l'entend jusque là-bas.
[BASTIEN:] On a juste à améliorer

notre système de détection.


[FRANCIS:] Oui, ce n'est

comme pas assez geek.

On peut faire un truc

pas mal plus élaboré.


[GEORGES:] Allez élaborer

quelque chose quelque part

et vous reviendrez.


[FRANCIS:] On va aller

dîner chez nous.

J'ai une autre idée.


FRANCIS éteint le détecteur de mouvement avant de quitter le bureau avec BASTIEN.


MONA (Inquiète)

En attendant,

qui va surveiller

ton bureau, Georges?


[GEORGES:] Ça devrait aller, Mona.

Tu sais, c'est un secrétariat

d'école ici.

Ce n'est pas le FBI.


[MONA:] En tout cas,

garde un oeil ouvert, et le bon.

Moi, je vais aller

chercher quelque chose

dans ma cachette secrète.


MONA fait un clin d'oeil à GEORGES et se dirige vers des casiers disposés le long du mur en sortant ses clés. Peu de temps après, MONA est dans la salle des pas perdus avec VINCENT, son trophée de ping-pong dans les mains.


[MONA:] Le grand tournoi régional

durait depuis quatre jours.

C'était le match final.

Félicie jouait

comme une déchaînée.

Moi, je l'encourageais autant

que je pouvais.


VINCENT essaie de prendre une photo de MONA mais MONA parle en recréant les gestes de la partie.


[MONA:] Coupé, top spin, side spin!

Chaque coup nous rapprochait

de notre victoire, de notre rêve.

Coupé, frappé, flip...

Puis là, smash!


MONA s'arrête, les bras levés en signe de victoire. VINCENT prend une photo.


[VINCENT:] Oh!

Eille, je l'ai!

Elle est super belle.

Puis, l'avez-vous gagné?


[MONA:] Non, on a fini 2e.

Mais c'est un match

que je n'oublierai jamais.


GEORGES arrive à cet instant.


[GEORGES:] Vincent, tu es rendu

à combien de photos pour ton album?


MONA

(S'adressant à GEORGES)

Devine c'est qui la première

à avoir posé dedans.

C'est Bibi! Ah!


GEORGES

(S'adressant à VINCENT)

J'aime assez ça, ton idée.

Je me demandais, je pourrais

peut-être t'aider.

J'ai des petits talents

de photographe, il paraît.


[VINCENT:] Ah non!

Je dois vraiment y aller.


[GEORGES:] Tu es sûr?

Même pas 15 minutes?

Je pourrais t'amener poser

les plus beaux corridors.


[VINCENT:] C'est gentil,

mais j'ai d'autres choses à faire.


[MONA:] N'oublies pas

de me garder la 1re page

de ton album.


[VINCENT:] Promis. Bon, salut!

VINCENT essaie de partir rapidement.


[MONA:] Vincent, tu m'as dit

que ma photo était super belle.

J'aimerais ça la voir.


[VINCENT:] Je vais vous l'envoyer.

MONA (Insistante)

J'aimerais ça

la voir tout de suite.

Je pourrais te donner

mon adresse courriel.

Tu pourrais me l'envoyer maintenant.

Ça serait fait.


VINCENT (À contrecoeur)

OK, c'est quoi?


[MONA:] Balledefeu2@championne.com

Il y avait déjà

balledefeu et balledefeu1

quand j'ai créé mon adresse.

Ça se peut-tu!


VINCENT envoie la photo à MONA avec son téléphone.


[VINCENT:] Bon, elle est envoyée.

Salut!


VINCENT se retourne pour partir. MONA le retient.


[MONA:] Attends, je voudrais

être sûre que je l'ai eue.

Tiens-moi ça.


MONA donne son trophée de ping-pong à VINCENT et sort son téléphone.


[GEORGES:] Mona, il faudrait

que je te parle à propos

des vols dans l'école.


[MONA:] Oui.

MONA voit qu'elle a bien reçu la photo de VINCENT.


[MONA:] Ah, tiens! Je l'ai.

Merci, Vincent.

Moi aussi, ça m'arrive

de m'ennuyer de toi des fois.


MONA donne une tape amicale sur l'épaule de VINCENT.


[VINCENT:] Bon, salut.

VINCENT se prépare à partir, le trophée de MONA dans les mains.


[MONA:] Eille, eille, eille!

MONA fait signe à VINCENT de lui redonner son trophée.


[VINCENT:] Ah! Oui.

VINCENT redonne le trophée à MONA, déçu.


[GEORGES:] Si tu as besoin d'aide

pour ton album, viens nous voir.


[VINCENT:] Bye.

VINCENT part. Un peu plus tard, chez les Beaucage, VINCENT et BENJAMIN entrent dans la maison. BENJAMIN porte une boîte remplie de trophées.


[VINCENT:] Je pensais

que je ne pourrais jamais

m'en aller de là.


[BENJAMIN:] L'important,

c'est qu'on ait les photos.

Puis là, il faut qu'on trouve

un trophée qui va ressembler.


BENJAMIN pose la boîte sur la table de la cuisine. BENJAMIN et VINCENT commencent à fouiller dans la boîte.


[BENJAMIN:] Ouais...

VINCENT sort un trophée de la boîte.


[VINCENT:] Ça doit dater

de la préhistoire, ça.

Oh! Encore plus vieux que ça.

1987!


[BENJAMIN:] Attends, regarde.

BENJAMIN montre un autre trophée à VINCENT.


[BENJAMIN:] Peut-être que si

on enlevait ce morceau-là

et qu'on collait une petite

raquette de ping-pong,

ça pourrait fonctionner, non?


[VINCENT:] Voyons donc,

ça n'a pas d'allure.

De toute façon, à St-Placide,

ils ne savent pas

à quoi il ressemble, le trophée.


[BENJAMIN:] Oui, c'est vrai.
[VINCENT:] À moins que...

VINCENT ouvre de grands yeux et va chercher un ordinateur portable. VINCENT s'assoit à table et tape une adresse sur l'ordinateur.


[BENJAMIN:] Dis-moi pas

qu'il a fait la une des journaux

quand même.


[VINCENT:] Non, mais je la connais,

la Mona.

Elle a dû écoeurer Georges

jusqu'à tant que...


VINCENT trouve ce qu'il cherchait et s'arrête, découragé. VINCENT montre à BENJAMIN la photo qu'il a prise de MONA, en première page du site de l'école. MONA tient son trophée de ping-pong bien en évidence.


[VINCENT:] Je le savais!

Mona vient de mettre ma photo

en plein sur la page d'accueil

de Victoire-Desmarais.


[BENJAMIN:] Ça, ça veut dire

que tout le monde peut le voir.

Même les gars de St-Placide.


VINCENT (Grimaçant)

Ça y est, j'ai mal au ventre.


[BENJAMIN:] Tu n'auras plus

bien, bien le choix, Vincent.

Regarde, ce n'est pas

si pire que ça.

C'est juste un trophée de 2e place.


[VINCENT:] Ce n'est pas comme

si je volais une banque, hein?


[BENJAMIN:] Ta loyauté,

tu la dois à ton école.

Puis, ton école, c'est...


[VINCENT:] St-Placide.
[BENJAMIN:] Bon!

À cet instant, FRANCIS et BASTIEN entrent dans la cuisine.


[FRANCIS:] Eille, salut, les gars.

BASTIEN (Sarcastique)

Oh!

As-tu gagné tous ces trophées-là

tout seul, Benjamin?


[BENJAMIN:] Non, juste celui

des petites quilles.


[FRANCIS:] J'imagine que celui

des grosses quilles ne passe

peut-être pas dans la porte.


FRANCIS et BASTIEN rient. VINCENT regarde BENJAMIN d'un air perplexe.


[BASTIEN:] Les gars, vous n'auriez

pas ça, vous autres,

des petits miroirs de poche?


[FRANCIS:] Ceux que les filles

utilisent pour se maquiller.


[VINCENT:] On as-tu l'air

de deux filles qui se maquillent?


[BASTIEN:] Je demandais ça

de même, c'est tout.

Mais je peux te demander

ce que tu faisais à Victoire-Desmarais

tantôt, par exemple.


[FRANCIS:] Il y a eu des vols

récemment à notre école.

Vous êtes au courant?


VINCENT (Mal-à-l'aise)

Bien, j'allais voir Georges.


BASTIEN (Sceptique)

Juste voir Georges?


[FRANCIS:] Arrête, laisse faire.

C'est mon frère.

Allons fouiller

dans les affaires de maquillage

de ma mère et de Jennifer.

On a de la grosse job à faire.


BASTIEN et FRANCIS montent à l'étage.


[VINCENT:] Moi aussi, ça a l'air.

Plus tard ce jour-là, FRANCIS et BASTIEN installent un autre système dans le bureau de GEORGES.


[BASTIEN:] Et là, ça marche?
[FRANCIS:] C'est le système

le plus sophistiqué

qui n'a jamais été inventé

avec des miroirs de maquillage.


[BASTIEN:] Face de Geeks,

c'est juste un début, man.

On va finir à la NASA.


[FRANCIS:] C'est clair!

La caméra est reliée à ton ordi?


[BASTIEN:] Oui, il reste juste

à ramasser.


FRANCIS et BASTIEN vont prendre leurs sacs à dos. FRANCIS active le système de surveillance.


[FRANCIS:] Tu peux t'en venir,

le voleur!


FRANCIS et BASTIEN entendent quelqu'un approcher du bureau et vont se cacher derrière le bureau de GEORGES. Pendant ce temps, GEORGES prend des photos dans le couloir de l'école avec une tablette. BRANDON-LEE arrive, un dossier à la main.


[BRANDON-LEE:] Georges!

Vous ne me croirez pas,

mais j'ai trouvé ça

derrière une fontaine.

Je pense que c'est à vous.


BRANDON-LEE donne le dossier à GEORGES.


[GEORGES:] Bien, merci.

Mais...

Tu fouilles

derrière les fontaines, toi?


[BRANDON-LEE:] Comme il y a

des vols dans l'école,

je me dis qu'il faut être

plus attentif.

Je regarde partout, juste au cas.


GEORGES (Sceptique)

OK...

Et toi, tous ces vols-là,

évidemment...


[BRANDON-LEE:] Je le savais!

Chaque fois qu'il se passe

quelque chose de croche

dans cette école-là, tout

le monde pense que c'est moi.

(Nerveux)

Bien, ce n'est pas moi,

cette fois-là.

La preuve, je vous ai remis

votre dossier.


[GEORGES:] Ce n'est pas

une preuve, ça.

De toute façon, si ce n'est pas toi

le responsable, pourquoi

ça t'inquiète tant que ça?


[BRANDON-LEE:] Ça ne m'inquiète pas.
[GEORGES:] De toute façon,

j'ai ma petite idée sur le coupable.

Laisse-moi m'occuper de lui.

Ça ne restera pas là,

cette histoire-là.


BRANDON-LEE s'apprête à partir.


[GEORGES:] Tu es...

Tu es certain

que ce n'est pas toi?

Parce que si tu me le jures,

je vais te croire.


[BRANDON-LEE:] Ce n'est pas moi.
[GEORGES:] Tu peux y aller.

GEORGES laisse partir BRANDON-LEE avec un léger sourire. Entre temps, VINCENT entre dans le bureau de GEORGES en refermant la porte derrière lui. VINCENT se fait prendre dans le détecteur de mouvement. FRANCIS et BASTIEN sortent de derrière le bureau.


[FRANCIS:] Vincent?

BASTIEN (Suspicieux)

Tu cherches encore Georges?


[VINCENT:] Oui.

Je pensais que c'est lui

qui se cachait derrière son bureau

pour me faire rire.


[BASTIEN:] Je commence

à penser qu'il n'y a pas

rien que Georges que tu cherches, toi.


[FRANCIS:] Calme-toi.

Ce n'est clairement pas mon frère,

le voleur.


[VINCENT:] Qu'est-ce que

vous faites exactement?


[FRANCIS:] Comme tout ce qu'il y a

de précieux dans l'école

est caché ici, on a installé

un système d'alarme.

Comme ça, le voleur ne pourra

même pas faire deux pas

sans être intercepté

par un rayon laser

et filmé sur l'ordi de Bastien.

C'est fort, hein?


[VINCENT:] Oui, oui.
[BASTIEN:] Raconte-lui donc tout,

tant qu'à y être!


[FRANCIS:] Bien là, c'est mon frère.

Avec les miroirs qui reflètent

les rayons de détection,

on a créé un réseau

quasiment infranchissable.

La seule façon

de passer à travers...


FRANCIS se met à quatre pattes et se faufile sous les rayons dans un coin du bureau.


[FRANCIS:] ... c'est par ici.

C'est malade, hein?


[VINCENT:] Malade!
[BASTIEN:] Ouais, il y a

une caméra ici qui filme tout.


[FRANCIS:] On a juste à laisser

la porte débarrée

et à attendre que le voleur

tombe dans le piège

comme un gros cave.


[BASTIEN:] Face de Geeks...

Enthousiaste, BASTIEN fait quelques pas de claquette.


[BASTIEN:] ... on arrive!
[FRANCIS:] Mets-en! C'est comme

si c'était déjà fait.


VINCENT prend FRANCIS par l'épaule et regarde le bureau en souriant.


[VINCENT:] C'est vrai ça, Francis.

C'est comme si c'était déjà fait.


Sur l'heure du midi, BASTIEN est installé dans le local du journal devant son ordinateur, des écouteurs sur les oreilles. BASTIEN surveille la vidéo de la caméra de surveillance du bureau de GEORGES à l'écran. FRANCIS arrive et s'installe à côté de BASTIEN avec son lunch.


[FRANCIS:] Trop hot,

notre poste d'observation!


BASTIEN enlève ses écouteurs.


[BASTIEN:] Tellement!

Savais-tu que, si on est acceptés

sur Face de Geeks,

on peut obtenir des places

pour la convention

des Top Topics à Toronto?


[FRANCIS:] Tu n'es pas censé

être en train de faire le guet, toi?


[BASTIEN:] Il ne se passe rien

dans le bureau de Georges.

Mais les Top Topics, man!


[FRANCIS:] Tu penseras à ça

quand on aura attrapé le voleur.

En attendant, regarde ton écran.

C'est à ton tour de faire le guet.


[BASTIEN:] S'il se passe de quoi,

je me suis arrangé

pour que ça fasse bip-bip

dans mon ordi.


MONA entre dans le local.


[MONA:] Qu'est-ce qui va

faire bip-bip?


[BASTIEN:] Notre nouveau système

de détection amélioré.

S'il y a un voleur

qui se rend là, il est pogné.


[FRANCIS:] On a eu la permission

de Georges.

Il fait une tournée

de surveillance dans l'école.


[MONA:] Je ne demande pas mieux

qu'on l'arrête, le voleur.

Je ne vous ai jamais raconté

comment j'ai réussi

à en attraper un chez nous?


[BASTIEN:] Non.

MONA s'approche de BASTIEN et FRANCIS pour raconter son anecdote.


[MONA:] C'était il y a

une vingtaine d'années.

J'habitais dans le bas de la ville,

dans un bungalow en pierre

imitation simili marbre.

Ça avait l'air

d'une maison de millionnaire.

Évidemment, ça les attirait.


Au même moment, VINCENT entre discrètement dans le bureau de GEORGES. VINCENT se dirige vers l'endroit où FRANCIS s'est faufilé sans déclencher l'alarme plus tôt. Pendant ce temps, MONA continue de raconter son histoire à BASTIEN et FRANCIS. Captivé, BASTIEN ne regarde pas l'écran de son ordinateur.


[MONA:] Je m'étais cachée

dans mon armoire à skis

parce que je me disais

que ce qui compte le plus

quand tu veux pogner un voleur,

c'est...


[FRANCIS:] C'est...
[MONA:] C'est de rester attentif

au moindre petit mouvement,

au moindre petit bruit.


Alors que MONA parle, on voit VINCENT sur l'écran de l'ordinateur de BASTIEN. VINCENT s'avance jusqu'à la caméra.


[MONA:] Ça fait que j'étais là.

À l'affût.

Quand je me suis rendu compte

que ce que j'avais dans les mains,

ce n'était pas un bat de baseball,

mais une raquette de tennis.


MONA éclate de rire. À cet instant, l'image de la caméra devient noire sur l'ordinateur de BASTIEN. Dans le bureau de GEORGES, VINCENT vient d'enlever la carte-mémoire de la caméra. VINCENT se met à fouiller dans les tiroirs. BRANDON-LEE entre dans le bureau.


[VINCENT:] C'est toi, le voleur!
[BRANDON-LEE:] On dirait plutôt

que c'est toi.


[VINCENT:] Comment tu as fait

pour rentrer?


[BRANDON-LEE:] La porte

était débarrée.

Puis toi?


[VINCENT:] La porte était débarrée

pour moi, pas pour toi.


[BRANDON-LEE:] Je rapportais

juste ça à Georges...


BRANDON-LEE montre le pot de crayons qu'il tient dans ses mains.


[BRANDON-LEE:] ... avant qu'il se rende

compte qu'il l'avait perdu.


[VINCENT:] C'est toi qui voles

les affaires de Georges?


[BRANDON-LEE:] Je ne les vole pas,

je les emprunte.

C'est rien que pour le thrill.

Je ne vole pas pour vrai.


[VINCENT:] Pourquoi tu fais ça,

d'abord?


[BRANDON-LEE:] Je ne peux pas

m'en empêcher.

C'est bien trop le fun.


[VINCENT:] Pourquoi tu les voles

si tu les rapportes après?


[BRANDON-LEE:] Mon père capote solide

de ce temps-là.

Il dit qu'il va me punir si je fais

juste une affaire croche.

Il menace même

de le dire à ma mère.


[VINCENT:] Elle est si pire que ça,

ta mère?


[BRANDON-LEE:] Regarde,

tu ne dis à personne

que tu m'as vu ici

sinon je vais dire que c'est toi.


[VINCENT:] Correct, je ne dirai rien.

Mais je suis sûr que la porte

était barrée derrière moi.

Comment tu as fait pour rentrer?


[BRANDON-LEE:] Ah! Mystère!

BRANDON-LEE s'avance et se fait capter par les détecteurs de mouvement. La sonnette du détecteur retentit.


[BRANDON-LEE:] Je vais prendre

une barre de chocolat

et 15 jujubes, M. Chose.

Tu ne trouves pas que ça fait

comme un son de dépanneur?


Dans le local du journal, MONA continue son histoire.


[MONA:] Tout ça pour dire

que le voleur s'est retrouvé

les mains attachées dans le dos

avec de la soie dentaire.

Et que je lui ai fait écouter

un disque de flûte de Pan

dans le tapis pour me venger

en attendant la police.


[BASTIEN:] Incroyable!
[MONA:] Mais, oh!

N'essayez pas ça à la maison,

les gars.

Bye, à demain.

Puis...

Bravo encore

pour votre belle vigilance.


MONA quitte le local.


[FRANCIS:] C'était passionnant.
[BASTIEN:] Oui, quasiment autant

que de regarder

un bon film de bureau vide.


BASTIEN regarde son ordinateur.


[BASTIEN:] Eille, ça ne filme plus!
[FRANCIS:] Pourquoi ça n'a pas

fait bip-bip?


[BASTIEN:] Le voleur!

BASTIEN et FRANCIS courent vers le bureau de GEORGES et entrent soudainement, découvrant VINCENT et BRANDON-LEE.


[BASTIEN:] Ah ah! Je savais

que c'était toi, Vincent.


[VINCENT:] Je n'ai rien fait.
[FRANCIS:] Il fallait que ça filme

pour Face de Geeks.


GEORGES entre dans son bureau à cet instant.


[GEORGES:] Bon, bon,

OK, tout le monde.

On va arrêter ça maintenant

et on va se parler calmement.


[BASTIEN:] Je l'ai, votre voleur.

On en a même deux!


[GEORGES:] Maintenant que

votre expérience est terminée,

je vais vous demander

de défaire tout ça.

Je n'ai pas envie de composer

un code de sécurité

pour répondre au téléphone.


[BASTIEN:] Mais, le voleur!
[GEORGES:] Je vais régler ça

à ma manière, merci.

Vincent, j'aimerais ça

te parler seul à seul.


[BRANDON-LEE:] Bon, bien, moi,

je vais vous laisser.

Tenez, je vous ai aussi

rapporté ça.


BRANDON-LEE donne un cadenas à GEORGES.


BRANDON-LEE

C'était dans les toilettes.


[GEORGES:] J'aimerais ça

que tu passes à mon bureau demain.

Je pense qu'il faut qu'on se parle.


BRANDON-LEE sort du bureau.


[GEORGES:] Merci beaucoup,

les scientifiques.

Vous viendrez chercher ça demain.


[BASTIEN:] C'est plate

pour Face de Geeks.


BASTIEN et FRANCIS sortent du bureau.


[GEORGES:] Bien...

J'ai repensé à ce qu'on s'était

dit ce matin

et c'est normal que tu t'ennuies

de nous autres un peu.


[VINCENT:] Je n'ai rien voulu

faire de mal. Vous le savez?


[GEORGES:] Oui, oui, ça,

je te crois.

Je n'ai pas pu m'en empêcher

et aujourd'hui

je t'ai préparé quelque chose.


[VINCENT:] C'est quoi?

GEORGES s'approche de VINCENT et lui montre les photos qu'il a prises dans l'école avec sa tablette.


[GEORGES:] Regarde.

Pour ton album.


[VINCENT:] Ah!
[GEORGES:] C'est des photos

de partout dans l'école.

Il y a plein de monde

que tu aimes.

J'en ai même mis

une de moi.


[VINCENT:] Pourquoi pas!
[GEORGES:] Je t'ai tout mis ça

sur une clé, tiens.


GEORGES donne une clé USB à VINCENT.


[VINCENT:] Merci, c'est

bien trop fin.


[GEORGES:] Ça me fait plaisir.

C'est normal que tu t'ennuies

de nous autres.

Juste moi, je suis quelqu'un

d'assez extraordinaire

merci, hein!

Bon, si je veux être chez nous

avant le souper...


GEORGES se dirige vers les casiers fermés à clé et en ouvre un. Sur la tablette du haut se trouve le trophée de ping-pong de MONA. VINCENT ouvre de grands yeux. Le téléphone de GEORGES sonne.


GEORGES (Parlant au téléphone)

Oui, allô.

Ah! Salut, Jean-Pierre.

Euh... J'allais partir là.

Sur ton bureau, OK.

Bien, je vais

aller le chercher.

OK, bye.


GEORGES raccroche.


[GEORGES:] Je reviens

dans deux secondes, OK?


GEORGES quitte le bureau, laissant la porte du casier ouverte.


[VINCENT:] Oui, pas de trouble.

VINCENT va prendre le trophée sur la tablette et réfléchit. Plus tard ce jour-là, VINCENT est assis à la cuisine chez lui avec BENJAMIN. VINCENT montre à BENJAMIN les photos prises par GEORGES.


[VINCENT:] Ça, c'est le coin

où je n'arrêtais pas

d'écoeurer Maude

à Victoire-Desmarais.

Bien, un des coins, en fait,

parce que je l'écoeurais

pas mal tout le temps.

Ah! Ça, c'est Georges,

le secrétaire de l'école.

Tu te souviens?


[BENJAMIN:] Oui.
[VINCENT:] Ça, c'est la murale de Jen,

ma cousine.


[BENJAMIN:] Je ne peux pas croire

que tu n'as pas pris le trophée

quand tu en avais l'occasion.


[VINCENT:] Eh...
[BENJAMIN:] Tu t'es dégonflé, man.
[VINCENT:] Non, non, non.

Je ne me suis pas dégonflé.

Je me suis décidé.


[BENJAMIN:] OK.

Puis, est-ce que

tu es prêt à assumer

les conséquences de tes actes?


[VINCENT:] Ça va être quoi,

tu penses?


[BENJAMIN:] Je ne sais pas,

c'est la première fois.


[VINCENT:] Attends, woh!

Tu me dis que

c'est la première fois

que quelqu'un refuse

de faire son initiation?


[BENJAMIN:] Non, c'est

la première fois

qu'il y a une initiation tout court.

Les gars n'ont jamais demandé ça

à personne d'autre avant toi.


[VINCENT:] Comme ça, je suis

le seul mouton noir?

OK... Ils vont voir

qu'il ne se laissera pas faire,

le mouton noir.


VINCENT et BENJAMIN se tapent dans la main.


[BENJAMIN:] Yes!

Il ne se laisse pas faire,

le mouton noir?


VINCENT et BENJAMIN se bagarrent amicalement.


[VINCENT:] Non, il ne se

laissera pas faire!


Générique de fermeture

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison

Résultats filtrés par