Image univers Subito Texto Image univers Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent et Sami, vivent leurs premiers moments au secondaire. Ensemble, ils tentent d'apprivoiser cet univers inconnu, mais débordant de promesses... et d'inquiétudes!

Site officielpour Subito Texto
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

La peur est ketchup

Jennifer et Maude veulent faire peur à Vincent qui s’est mis en tête de regarder un film d’horreur trop vieux pour lui. De son côté, Francis veut prouver à son père qu’il peut très bien gérer les jeunes en son absence.



Réalisateur: Sylvain Roy
Acteurs: Josquin Beauchemin, Camille Felton, Charlotte Legault, Xavier Loyer, Alice Morel-Michaud, Robert Naylor, Remi-Pierre Paquin
Année de production: 2014

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Subito Texto suit le parcours de : Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent et Sami, qui vivent leurs premiers moments au secondaire. Ensemble, ils tentent d'apprivoiser cet univers inconnu, mais débordant de promesses... et d'inquiétudes!

[Début information à l'écran]

La peur est ketchup

[Fin information à l'écran]

Début générique d'ouverture

Présentation des différents personnages de l'émission avec des photos de famille. Vue de l'école où se déroule l'action avec des textos échangés entre les personnages.

Fin du générique d'ouverture

VINCENT et FRANCIS sont assis dans leur chambre. VINCENT regarde la télévision et FRANCIS est sur l'ordinateur. Leur père, ALAIN, arrive.


[ALAIN:] Bon, bien, ça a l'air qu'on

part bientôt, là.

(VINCENT et FRANCIS ne réagissent pas.)


[ALAIN:] C'est quand même la première

fois qu'on sort,

les six parents ensemble.

(FRANCIS répond sans quitter l'ordinateur des yeux.)


[FRANCIS:] Reviens-en, papa.

Toi puis maman,

vous sortez tout le temps;

on est habitués.


[ALAIN:] Oui, mais sauf qu'on s'arrange

tout le temps pour que,

soit les Allard-Fraser

ou les Mazari soient chez eux,

au cas où il arrive

quelque chose.

(VINCENT répond en continuant de regarder la télévision.)


[VINCENT:] Euh, Francis a raison.

T'as pas besoin de t'inquiéter.


[ALAIN:] Quand même, là.

Bon, bien... comme

aucun adulte est là,

j'ai demandé à Audrey

de rester disponible.

(FRANCIS lève les yeux de son ordinateur, insulté.)


[FRANCIS:] Papa!

(Pendant ce temps, JENNIFER et MAUDE sont dans la chambre de MAUDE. JENNIFER semble rêveuse.)


[MAUDE:] Jen, qu'est-ce qu'il y a?
[JENNIFER:] Hein? Rien.
[MAUDE:] Menteuse. Je le vois dans ta

face qu'il y a quelque chose.


[JENNIFER:] OK, il y a un petit

quelque chose.


[MAUDE:] C'est quoi?
[JENNIFER:] Ah, je veux pas le dire.
[MAUDE:] Allez, dis-le-moi!
[JENNIFER:] OK. Bien... j'ai un kick

sur un gars.


[MAUDE:] Non!...

C'est qui?

(JENNIFER hausse les épaules. De retour à la maison des Beaucage, FRANCIS argumente avec son père.)


[FRANCIS:] Audrey puis moi,

on a le même âge.

Elle peut pas me garder, voyons!


[ALAIN:] Non, mais elle vous

gardera pas, là.

Elle va juste s'arranger pour

éviter vos chicanes de frères.

Vous êtes bons là-dedans.


[FRANCIS:] Pas obligé d'appeler Audrey,

OK?

Je veux que tu me nommes

responsable, officiellement.


[ALAIN:] Mais je pense pas que...
[VINCENT:] Papa!

Vous partez pas

une fin de semaine complète.


[FRANCIS:] Bien oui, c'est une petite

soirée de rien!


[ALAIN:] Bon. OK, d'abord.

Mais la confiance, ça se gagne,

Francis, OK?

Je compte vraiment

sur toi.

Pas de party,

pas de bordel,

pas de chicane,

pas d'accident.


[FRANCIS:] Qu'est-ce qui peut arriver

pendant un souper?


[ALAIN:] Je le dirai pas, ça pourrait

vous donner des idées.

Hé!

(ALAIN part.)



[VINCENT:] J'ai réussi à mettre la main sur

LE meilleur film de l'année.

J'ai tellement hâte

de le voir, là!

À ce qu'il paraît, les effets

spéciaux sont débiles!

(VINCENT donne un DVD à FRANCIS.)


[FRANCIS:] Je viens de dire à papa

que tout irait bien.


[VINCENT:] Tout va bien aller aussi!

De toute façon,

j'ai déjà dit à Audrey puis à

Maude de venir nous rejoindre...

(ALAIN revient. FRANCIS cache le DVD dans son dos.)


[ALAIN:] Les gars, je voulais vous dire

que...

(ALAIN regarde VINCENT et FRANCIS d'un air suspect. Pendant ce temps, JENNIFER et MAUDE sont toujours dans la chambre de MAUDE.)


[MAUDE:] Jennifer, je veux savoir

c'est qui. Dis-le-moi.


[JENNIFER:] Arrête!
[MAUDE:] Pas Vincent, j'espère.
[JENNIFER:] Bien non! Es-tu folle?

C'est mon cousin.


[MAUDE:] Fiou. Euh... Marc-O?
[JENNIFER:] Non.
[MAUDE:] Pas Brandon-Lee...
[JENNIFER:] Ark!
[MAUDE:] Bien là... je donne

ma langue au chat.

Donne-moi des indices.


[JENNIFER:] OK, bien... il est beau,

il est gentil...

on le voit à tous les jours.


[MAUDE:] Je vois vraiment pas

c'est qui.


[JENNIFER:] C'est le meilleur ami

de Vincent.


[MAUDE:] Sami...

(MAUDE roule des yeux. À la maison des Beaucage, ALAIN parle avec VINCENT et FRANCIS. FRANCIS cache toujours le DVD dans son dos.)


[ALAIN:] Je vais transférer les appels

de la maison sur mon cell.

J'attends un appel important.


[VINCENT:] OK.
[ALAIN:] Si je veux vous rejoindre...

sur ton cell, Francis.


[FRANCIS:] Pas de problème.

(ALAIN regarde ses fils d'un air curieux.)



[ALAIN:] Vous avez l'air de deux gars

qui préparent un mauvais coup.


[VINCENT:] Pantoute.
[FRANCIS:] Je t'ai promis que

je serais responsable.

Je vais quand même pas

perdre la face.


[ALAIN:] Ouais, t'as raison.

Garde ton cell sur toi, OK?

(VINCENT et FRANCIS attendent que leur père soit bien parti. FRANCIS sort le DVD de derrière son dos.)



[FRANCIS:] OK pour le film, là, mais

assure-toi que papa le voie pas.

(FRANCIS donne le DVD à VINCENT.)


[VINCENT:] Inquiète-toi pas, j'ai

la meilleure cachette du monde.

(VINCENT quitte la chambre.)

(Dans la chambre de MAUDE, MAUDE crie très fort après la nouvelle de JENNIFER.)


[JENNIFER:] Chut!
[MAUDE:] Depuis quand?
[JENNIFER:] Tu sais, la fois

où il a pris ma défense

à cause du bec

de ma mère.


[MAUDE:] J'en reviens pas!

Qu'est-ce que tu vas faire?


[JENNIFER:] Bien, quoi?...
[MAUDE:] Bien, tu vas lui dire.
[JENNIFER:] Bien non!
[MAUDE:] Pourquoi?
[JENNIFER:] Je suis pas prête.

Promets-moi de pas

le dire à personne.


[MAUDE:] Promis.

(AUDREY arrive dans la chambre de MAUDE.)


[AUDREY:] Ah!

Les parents viennent de partir

pour souper avec les voisins.

Ils sont tellement

sur les nerfs.

(AUDREY regarde son téléphone.)


[AUDREY:] Ah! Euh... avez-vous reçu

le texto de Francis?


[JENNIFER:] Oui, il nous invite à aller

voir un film de peur, chez nous.


[MAUDE:] Ça me tente pas.
[AUDREY:] Ça m'étonne pas,

t'es tellement peureuse.

(JENNIFER et MAUDE se regardent d'un air confus.)


[AUDREY:] Moi, j'ai dit que j'y allais pas

parce que j'ai un rendez-vous

d'amoureux.

Je prends ma douche

puis je rejoins Hugo.

(MAUDE fait au revoir à AUDREY.)


[AUDREY:] Ciao, les

girls!


[JENNIFER:] Bye.

(AUDREY part.)



[JENNIFER:] T'es sûre que

ça te tente pas?


[MAUDE:] Bien, vas-y

si ça te tente.

Mais moi, je vais rester ici.


[JENNIFER:] Non, ça me dérange pas.

Qu'est-ce qu'on fait d'abord?

(MAUDE semble avoir une idée derrière la tête. MAUDE rit. JENNIFER lui lance un regard interrogateur. Pendant ce temps, à la maison des Beaucage, VINCENT ouvre un tiroir et y glisse le DVD.)


[FRANCIS:] C'est ça,

ta super cachette?


[VINCENT:] Personne fouille

jamais là-dedans.

Il y a juste des affaires

pas rapport dans ce tiroir-là.

(JULIEN BEAUCAGE arrive dans le salon.)


[JULIEN BEAUCAGE:] Qu'est-ce que vous avez caché?
[VINCENT:] Pas de tes affaires.
[JULIEN BEAUCAGE:] Je veux savoir!
[FRANCIS:] Chut! Faut pas

que papa le sache.


[JULIEN BEAUCAGE:] Si vous voulez pas

me le dire,

je vais dire à papa que

vous préparez un mauvais coup.

(VINCENT n'a pas l'air de prendre les menaces de JULIEN BEAUCAGE au sérieux.)


[VINCENT:] Hum-hum.
[JULIEN BEAUCAGE:] Vous me croyez pas?

Je vais aller lui parler

tout de suite, d'abord.

(JULIEN BEAUCAGE fait mine de quitter le salon mais se dirige plutôt vers la commode où VINCENT a caché le DVD. VINCENT court pour l'empêcher d'ouvrir le tiroir.)



[VINCENT:] Arrête! C'est pas

de tes affaires, Julien!

(JULIEN BEAUCAGE a quand même le temps de sortir le DVD.)


[JULIEN BEAUCAGE:] Vous regardez un film d'horreur.
[FRANCIS:] Arrête. T'es trop petit.

(FRANCIS remet le DVD et ferme le tiroir.)


[VINCENT:] Tu vas faire des cauchemars

pendant un mois.


[JULIEN BEAUCAGE:] Même pas vrai!

(ALAIN arrive au salon, le téléphone à la main.)


[ALAIN:] Hé, arrêtez vos chicanes.

Sinon, je vous donne

un deux minutes de conduite

antisportive.


[FRANCIS:] Bien non,

il y a pas de chicane.


[ALAIN:] Bon...

(ALAIN pitonne sur le téléphone.)


[ALAIN:] Faites-moi pas regretter

ma décision, vous autres.

Tout le monde m'attend...

Je ne me rappelle plus comment

faire le transfert d'appel.

Ça doit être écrit

dans le manuel

de la compagnie de téléphone.

Savez-vous c'est où, ça?


[JULIEN BEAUCAGE:] Ah, euh... il doit être

dans le tiroir des affaires pas rapport.

(JULIEN BEAUCAGE pointe le tiroir où est caché le DVD en faisant un sourire en coin à VINCENT.)


[JULIEN BEAUCAGE:] Hein, Vincent?

(FRANCIS se lève précipitamment pour aller chercher le manuel avant ALAIN.)


[FRANCIS:] Euh, non, attends,

je vais te le donner.

(FRANCIS donne le manuel à ALAIN.)


[FRANCIS:] Tiens.
[ALAIN:] Ah, merci.

(FRANCIS retourne s'asseoir sur le divan.)


[ALAIN:] C'est le manuel de la télé, ça.

(ALAIN ouvre le tiroir et y trouve le DVD.)


[ALAIN:] Hé!...

C'est quoi, ça?

(ALAIN prend le DVD et le montre aux garçons)


[ALAIN:] C'est quoi, ça?

(JULIEN regarde VINCENT et FRANCIS d'un air baveux.)


[JULIEN BEAUCAGE:] Hon... hum?

(Pendant ce temps chez MAUDE, JENNIFER et MAUDE sont descendues à la cuisine.)


[JENNIFER:] Tu veux

qu'on leur fasse peur?


[MAUDE:] À moins que t'aimes mieux

qu'on jase de toi et Sami?


[JENNIFER:] OK. tu gagnes!
[MAUDE:] Tu vas voir, ça va être

super drôle!

Ils vont être plongés

dans leur film d'horreur.

(JULIEN ALLARD-FRASER descend discrètement l'escalier derrière les filles.)


[MAUDE:] Puis nous, on va s'arranger pour

les faire sauter au plafond.


[JENNIFER:] J'ai hâte de voir

la face de Vincent!


[MAUDE:] Ils veulent avoir peur;

ils vont être servis.

(JULIEN ALLARD-FRASER passe derrière JENNIFER et va se cacher. MAUDE sort une bouteille de ketchup d'une armoire.)


[MAUDE:] On va se mettre du ketchup

dans le visage

puis on va arriver

en faisant les zombies.


[JENNIFER:] Personne va croire que c'est

du vrai sang, c'est trop gros.


[MAUDE:] Qu'est-ce que tu proposes,

d'abord?

(JULIEN ALLARD-FRASER apparaît et s'assoit à côté de JENNIFER.)



[JULIEN ALLARD-FRASER:] À quoi

vous jouez?


[MAUDE:] On joue pas, on parle.
[JULIEN ALLARD-FRASER:] Bien,

de quoi vous parlez?


[MAUDE:] C'est pas de tes affaires.
[JULIEN ALLARD-FRASER:] Je veux savoir.

[MAUDE:] Essaie pas, Julien.
[JULIEN ALLARD-FRASER:] OK!

Bien, moi, je pense que...

je vais aller téléphoner

à Sami, hein.

J'ai des petites choses

à lui dire!

(JULIEN ALLARD-FRASER quitte rapidement la cuisine. JENNIFER et MAUDE le poursuivent.)


[JENNIFER:] Julien!
[MAUDE:] Julien! Non!

(AUDREY entre dans la cuisine en soupirant. AUDREY parle au téléphone avec HUGO.)


[AUDREY:] Écoute, c'est comme tu veux.

J'ai toute ma soirée.

Mes parents sont partis souper

avec les voisins.

Ah, j'ai vraiment hâte

à notre soirée d'amoureux.

Qu'est-ce que tu proposes

qu'on fasse?

Tu veux aller voir

L'Invasion

des araignées tueuses ce soir?

(AUDREY semble découragée.)


[AUDREY:] Bon, OK, on va aller au cinéma.

Non, je boude pas...


On sonne à la porte.


[AUDREY:] Oui.

Écoute, je te rappelle quand

je suis prête, OK?

Oui, c'est ça, bye!

(AUDREY raccroche.)


[AUDREY:] Entrez!

(ALAIN entre.)


[ALAIN:] Excuse-moi, Audrey.

Je te dérange-tu?


[AUDREY:] Non, pas du tout,

mais vous êtes pas

au restaurant

avec mes parents?


[ALAIN:] Je vais les rejoindre, mais

j'ai un service à te demander.

Je suis pas à l'aise à laisser

les gars...

tout seuls, sans aucune

surveillance.


[AUDREY:] Il me semble que ce n'est plus

des bébés.


[ALAIN:] Pour ça, je suis pas vraiment

d'accord avec toi.

Imagine-toi donc qu'ils

voulaient profiter

de mon absence

pour regarder ça.

(ALAIN montre le DVD à AUDREY.)



[ALAIN:] Massacre chez les zombies.
[AUDREY:] Il me semble que c'est pas...

si grave.


[ALAIN:] Peut-être pour toi ou Francis,

mais pour Julien,

c'est pas la même affaire.


[AUDREY:] Vous voulez que je garde

Francis?


[ALAIN:] Oui.
[AUDREY:] J'aimerais vraiment

vous aider,

mais je peux pas; je m'en vais

au cinéma avec Hugo.


[ALAIN:] Ah, une soirée d'amoureux.
[AUDREY:] Oui.
[ALAIN:] Je te l'aurai demandé.

Merci.

(ALAIN se dirige vers la sortie. AUDREY reçoit un texto d'HUGO. Le texto dit : « J'ai invité l'gros Max pis Pat! Ça va être cool. »)


[AUDREY:] Ah, non, pas eux autres.

Euh, monsieur Beaucage!


[ALAIN:] Oui, qu'est-ce

qu'il y a?

(ALAIN revient dans la cuisine.)


[AUDREY:] Finalement...

je pense que je vais aller

rejoindre les gars chez vous.


[ALAIN:] Ah, oui?
[AUDREY:] Hum-hum.

(Dans la maison des Beaucage, VINCENT, FRANCIS et JULIEN BEAUCAGE regardent la télé. JULIEN ALLARD-FRASER entre dans le salon.)



[JULIEN ALLARD-FRASER:] Hé!

Maude m'a dit que vous

allez regarder

un film d'horreur.



[FRANCIS:] On se l'est fait confisquer.

Tu peux remercier

ton copain pour ça.


JULIEN ALLARD-FRASER

(s'adressant à JULIEN BEAUCAGE)

Qu'est-ce que t'as fait?


JULIEN BEAUCAGE (s'adressant à FRANCIS)

C'est pas de ma faute!

T'avais juste à me laisser

regarder le film avec vous.


[VINCENT:] On a peut-être pas le DVD,

mais ça veut pas dire

qu'on pourra pas

regarder notre film.

J'ai toujours un plan B.


[FRANCIS:] Tu vas pas recommencer...
[VINCENT:] Hé!

Je veux voir mon film d'horreur

et je vais le voir.


[FRANCIS:] Tête de cochon.
[VINCENT:] On va le louer en vidéo

sur demande.


[FRANCIS:] Si les parents s'en

aperçoivent,

tu t'arrangeras tout seul.


[VINCENT:] Ils vont recevoir la facture

dans un mois. On a encore le temps.


[FRANCIS:] Pas question que ça passe

sur mon dos.

Moi, j'ai dit que je serais

responsable.

(VINCENT cherche le film avec la télécommande du téléviseur.)



[VINCENT:] Ah, ha!

Massacre

des zombies est là.

En tout cas, c'est vraiment

le film d'horreur

le plus épeurant

au monde.

Il y a un gars de

ton âge, Francis,

qui a dit sur Facebook

qu'après avoir vu la scène

où le petit gars se fait

arracher les bras et les jambes...

(JULIEN BEAUCAGE et JULIEN ALLARD-FRASER commencent à avoir peur.)


[VINCENT:] … il n'était plus

capable de dormir.


[FRANCIS:] Il y a un autre gars

qui a dit que...

après avoir regardé le film,

il s'est transformé en zombie...

(JULIEN BEAUCAGE a de plus en plus peur.)


[FRANCIS:] … et il a commencé à arracher les

ongles d'orteils de ses amis.


[VINCENT:] Oui, j'en ai

entendu parler.


[JULIEN BEAUCAGE:] Ça se peut pas, ça!
[JULIEN ALLARD-FRASER:] Euh,

moi, je vais... aller

chercher du pop-corn.

Il y en a chez nous.

(JULIEN ALLARD-FRASER quitte le salon.)


[JULIEN BEAUCAGE:] OK, moi, je vais

y aller avec toi.

(JULIEN BEAUCAGE suit JULIEN ALLARD-FRASER. VINCENT et FRANCIS se regardent d'un air satisfait et se tapent dans la main. VINCENT démarre le film. Une musique inquiétante se fait entendre. Pendant ce temps chez les Allard-Fraser, AUDREY est au téléphone.)



[AUDREY:] Hum-hum. Finalement, je vais

passer mon tour pour ce soir.

Amusez-vous entre gars.

Bon, OK.

Oui, c'est ça.

Bonne soirée. Bye.

(AUDREY raccroche d'un air exaspéré. Le téléphone sonne à nouveau. AUDREY répond d'une voix impatiente.)


[AUDREY:] Quoi encore?
[ALAIN:] Audrey!

Oui, excuse-moi de te déranger

encore.


[AUDREY:] Excusez-moi, je pensais que

c'était quelqu'un d'autre.

(ALAIN téléphone à AUDREY du restaurant. )


[ALAIN:] Je voulais juste te dire

que, Julien,

faut pas qu'il se couche

après 8 h 30,

sinon il va être marabout

demain.

Oui. Oui, oui, c'est tout!

Ah! Non, attends.

Dernière affaire.

Les... sucreries.

Je t'ai-tu parlé des sucreries?

(Pendant ce temps, JENNIFER et MAUDE sont de retour dans la chambre de MAUDE. JENNIFER consulte son téléphone.)



[MAUDE:] Il me semble que mon idée

de ketchup aurait été mieux.


[JENNIFER:] Mais non, tu vas voir;

ça va vraiment leur faire peur.


[MAUDE:] Ils vont nous reconnaître.
[JENNIFER:] Je suis pas une débutante.

Bon. OK. Tiens.

(JENNIFER compose un numéro et donne le téléphone à MAUDE qui le porte à son oreille. Au même moment, ALAIN est toujours au téléphone avec AUDREY.)


[ALAIN:] Parce que là, Julien va tomber

la face là-dedans, c'est sûr.

Oh, Audrey, attends

un petit peu, oui.

(ALAIN a un appel sur une autre ligne. Il le prend.)



[ALAIN:] Oui, allô?

(Dans la chambre de MAUDE, MAUDE couvre le téléphone de sa main pour parler à JENNIFER.)


[MAUDE:] C'est pas Vincent.

(JENNIFER prend le téléphone des mains de MAUDE et coupe la ligne.)


[JENNIFER:] J'ai dû faire

un mauvais numéro.

(Au restaurant, ALAIN se fait raccrocher la ligne au nez.)


[ALAIN:] Voyons...

(ALAIN reprend la ligne pour parler à AUDREY.)



[ALAIN:] Audrey? Excuse-moi.

Qu'est-ce que je te disais?

Oui, les cochonneries.

(Dans la chambre de MAUDE, JENNIFER compose le numéro à nouveau et porte le téléphone à son oreille.)


[JENNIFER:] Bon, là, c'est sûr

que c'est le bon numéro.

(Au restaurant, ALAIN est toujours au téléphone avec AUDREY.)


[ALAIN:] Oui, OK.

(ALAIN a un appel sur une autre ligne à nouveau.)


[ALAIN:] Ah, excuse-moi encore, Audrey.

Attends un peu.

(ALAIN prend l'autre ligne.)


[ALAIN:] Oui, allô?

(À l'autre bout de la ligne, JENNIFER est surprise d'entendre ALAIN. JENNIFER répond en changeant sa voix.)


[JENNIFER:] Euh... allô...
[ALAIN:] Allô? Qui est à l'appareil?
[JENNIFER:] Allô...
[ALAIN:] Oui, allô, qui est là?
[JENNIFER:] Euh, je... je vous vois.
[ALAIN:] Hein?

Vous me voyez?

Je vous vois pas, moi!

(Dans la chambre de MAUDE, MAUDE observe JENNIFER d'une air perplexe. Prise au dépourvu, JENNIFER ne sait plus quoi dire.)



[JENNIFER:] Euh...
[ALAIN:] Qui est là?

(JENNIFER couvre le téléphone de sa main pour parler à MAUDE.)


[JENNIFER:] C'est pas Vincent.
[MAUDE:] Raccroche.

(JENNIFER raccroche. Au restaurant, ALAIN est confus.)



[ALAIN:] Voyons donc!

(ALAIN reprend la ligne avec AUDREY.)



[ALAIN:] Oui, Audrey?
[AUDREY:] C'est juste que si vous voulez

que je garde les garçons,

faudrait me laisser le temps

de me rendre chez vous.

Oui. Inquiétez-vous pas,

tout va bien aller.

Bye.

(Peu de temps après, à la maison des Beaucage, VINCENT et FRANCIS regardent leur film. AUDREY entre dans le salon.)


[FRANCIS:] Hé!
[AUDREY:] Ah! Salut, les gars!

Euh... vous m'avez pas attendue

pour le film?


[FRANCIS:] Ah, bien,

t'as changé d'idée?


[AUDREY:] Oui, j'étais pas sûre

de venir, mais finalement,

je me suis dit que ce serait

plus payant

que ma soirée d'amoureux.


[FRANCIS:] Payant?

[AUDREY:] Laisse tomber,

je me comprends.

J'avais le goût de venir

regarder ça avec vous autres.


[VINCENT:] Jennifer puis Maude

viennent pas?


[AUDREY:] Ah... non. Elles sont

bien trop peureuses.


[VINCENT:] Poche. Poche.
[AUDREY:] Oui, mais moi,

j'adore ça, avoir peur.

(AUDREY prend place sur le divan. FRANCIS s'assoit à côté d'elle.)


[FRANCIS:] Ah, bien, on a ça

en commun.


[VINCENT:] Bon. On peux-tu

repartir le film?


[FRANCIS:] Attends,

il n'y a pas le feu.


[AUDREY:] Ah, vous regardez quoi?
[VINCENT:] Le massacre des zombies.
[AUDREY:] Je pensais que votre père

vous l'avait confisqué.


[VINCENT:] Comment ça tu sais ça?
[AUDREY:] Euh, bien...

les nouvelles vont vite.


FRANCIS (s'adressant à AUDREY)

Tu sens bon.


[AUDREY:] Ah, euh... merci.

Je viens de me laver

les cheveux.

C'était pour faire

plaisir à Hugo,

mais ça a l'air qu'il pourra pas

l'apprécier.


[FRANCIS:] C'est plate, hein.
[AUDREY:] Hum, mets-en.
[VINCENT:] Bon.

L'histoire se passe dans

une super grosse ville.

C'est un gars et une fille qui

vont voir un film de zombies.


[FRANCIS:] Puis le film a l'air

super épeurant

parce que, peu à peu,

le cinéma se vide.


[VINCENT:] Puis à la fin, il reste juste

le gars puis la fille.

Puis quand ils sortent dehors,

il n'y a plus personne.


[FRANCIS:] Comme s'il restait juste eux.
[VINCENT:] Puis là, bam!

(AUDREY sursaute.)



[VINCENT:] Les lumières de la rue

s'éteignent.


[FRANCIS:] Puis la fille capote puis elle

cherche la main de son chum.

(FRANCIS prend la main d'AUDREY.)


[VINCENT:] Puis quand

elle se retourne,

son chum, il n'est plus là.


[AUDREY:] OK, puis... après?
[VINCENT:] On est rendu là.
[AUDREY:] Ça a l'air bon.
[VINCENT:] C'est super bon!

Il paraît que la fin

est débile.


[AUDREY:] Mais vous avez pas peur

que votre père découvre

que vous regardez ça?


[FRANCIS:] Il le saura pas.
[VINCENT:] À moins que tu lui dises.
[AUDREY:] C'est pas mon genre.
[VINCENT:] Bon.
[AUDREY:] Ahem!

(AUDREY s'installe et attend que FRANCIS redémarre le film. Une musique inquiétante se fait entendre. AUDREY semble nerveuse. Au même moment chez les Allard-Fraser, JULIEN ALLARD-FRASER sort du maïs soufflé d'une armoire de la cuisine. JULIEN ALLARD-FRASER lance le sac de maïs soufflé à JULIEN BEAUCAGE.)


JULIEN ALLARD-FRASER

Julien, attrape!

(JULIEN BEAUCAGE attrape le sac de maïs soufflé.)


JULIEN ALLARD-FRASER

En tout cas,

c'est vraiment plate

qu'on manque le début

du film, hein.


[JULIEN BEAUCAGE:] Bof!

Ces films-là

sont tous pareils.


[JULIEN ALLARD-FRASER:] T'en as déjà vu un?
[JULIEN BEAUCAGE:] Oui...

j'en ai vu plein.


[JULIEN ALLARD-FRASER:] Moi aussi.

Ça ne me fait plus peur

pantoute.

(JULIEN ALLARD-FRASER verse le maïs soufflé dans un bol.)


[JULIEN ALLARD-FRASER:] Bon!

On est prêts

à retourner chez vous.


[JULIEN BEAUCAGE:]Oui...
[JULIEN ALLARD-FRASER:] À moins

qu'on se fasse

du pop-corn barbecue?


[JULIEN BEAUCAGE:] Ah, oui! Avec de la sauce

barbecue!


[JULIEN ALLARD-FRASER:] Cool!

(JULIEN ALLARD-FRASER ouvre le réfrigérateur et en sort un petit plat de sauce.)


[JULIEN ALLARD-FRASER:] C'est la sauce

du poulet d'hier.


[JULIEN BEAUCAGE:] Hum, ça va être bon.

(JULIEN ALLARD-FRASER verse la sauce directement sur le maïs soufflé.)


[JULIEN BEAUCAGE:] On dirait des céréales.
[JULIEN ALLARD-FRASER:] Ah!

(JULIEN ALLARD-FRASER prend deux cuillères dans un tiroir. Il en donne une à JULIEN BEAUCAGE.)


[JULIEN ALLARD-FRASER:] Tadam!
[JULIEN ALLARD-FRASER:] C'est parti.

(JULIEN BEAUCAGE et JULIEN ALLARD-FRASER goûtent le maïs soufflé.)


[JULIEN BEAUCAGE:] Ouais... ça goûte pas comme

les chips barbecue, en tout cas.


[JULIEN ALLARD-FRASER:] Je pense

que c'est plus

de la poudre barbecue

qu'il faudrait trouver.


[JULIEN BEAUCAGE:] Ah, oui. Je pense

que ça doit exister.

(JULIEN ALLARD-FRASER cherche dans les épices au-dessus du four.)


[JULIEN ALLARD-FRASER:] Piments,

cari, chili...

Bon, j'en vois pas, là, mais...

il y a de la poudre de chili.

Ça doit goûter pareil;

c'est la même couleur.


[JULIEN BEAUCAGE:] Ouais!

(JULIEN ALLARD-FRASER met de la poudre de chili sur le maïs soufflé.)



[JULIEN ALLARD-FRASER:] Bon,

euh, goûte, toi.


[JULIEN BEAUCAGE:] Non, c'est correct.

Goûte, toi.


[JULIEN ALLARD-FRASER:] OK.

Les deux en même temps.

(Les deux garçons prennent chacun une bouchée de maïs soufflé et commencent à mastiquer.)


[JULIEN BEAUCAGE:] Ah, ça pique!
[JULIEN ALLARD-FRASER:] Au feu!

(JULIEN ALLARD-FRASER et JULIEN BEAUCAGE courent vers l'évier pour se rincer la bouche à l'eau.)


[JULIEN ALLARD-FRASER:] Ôte-toi!

Tasse-toi!

(Au même moment, MAUDE est assise sur son lit dans sa chambre. La porte est fermée et la lumière est tamisée.)


[MAUDE:] Jennifer, qu'est-ce que

tu fais?

Jen...

Jennifer...

Jennifer!

Jennifer, c'est pas drôle, là!

(MAUDE se dirige vers la porte de sa chambre. La porte s'ouvre à ce moment et JENNIFER entre en criant, un bas de nylon sur la tête. MAUDE se fige de terreur.)


[JENNIFER:] Ha!

(Pendant ce temps, VINCENT, FRANCIS et AUDREY regardent le film de zombies. AUDREY a très peur. Des grognements se font entendre à l'écran.)



[AUDREY:] Ah!

(Une scène particulièrement horrible semble se dérouler dans le film. Les trois jeunes sont tendus. De retour dans la chambre de MAUDE, JENNIFER est fière de son coup.)


[JENNIFER:] Ta face!
[MAUDE:] Bien, là, j'ai eu peur.

Tu peux bien rire de ma face;

t'as pas vu la tienne.

(JENNIFER donne un bas de nylon à MAUDE.)


[JENNIFER:] Tiens.

(MAUDE prend le bas de nylon. Dans la maison des Beaucage, AUDREY est assise sur le bout de son siège. FRANCIS profite du moment pour mettre son bras derrière elle. Le téléphone d'AUDREY se met à vibrer. AUDREY semble exaspérée quand elle voit de qui provient l'appel. AUDREY répond.)


[AUDREY:] Allô! Hugo!

(AUDREY se lève. FRANCIS arrête le film.)


[AUDREY:] Euh, oui, je peux pas vous...

te... te parler, là.

(L'appel provient d'ALAIN, qui est encore au restaurant.)


[ALAIN:] Audrey, c'est...

C'est pas Hugo,

c'est Alain, là!

OK, OK.

Tu peux pas me parler, c'est ça?


[AUDREY:] T'as tout compris, mon chéri.
[ALAIN:] OK. Hé, c'est une excellente

stratégie.

Hé, je sais que je suis

fatigant, là, mais...

je voulais juste m'assurer

que tout était correct.

T'es sûre, là?

J'ai comme un petit feeling.


[AUDREY:] Non, non, je te jure

que tout va bien aller, Hugo.

Tu me fais pas confiance,

mon chéri?

(VINCENT et FRANCIS sont impatients.)


FRANCIS (s'adressant à VINCENT)

Il est fatigant, lui.


[VINCENT:] On peut-tu regarder le film,

là?

(AUDREY couvre le téléphone avec sa main.)


[AUDREY:] Chut!

Bon, passe une belle soirée

puis arrête de t'inquiéter.

OK. Bye.

(AUDREY retourne s'asseoir en posant son téléphone sur la table basse. FRANCIS repart le film.)


[VINCENT:] Bon.

FRANCIS regarde le téléphone d'AUDREY d'un air dépité.


Dans la chambre de MAUDE, MAUDE et JENNIFER, un bas de nylon sur la tête, se font des peurs avec une lampe de poche.



[JENNIFER:] OK. On va se mettre

dans la fenêtre,

puis on va

les espionner.


[MAUDE:] Puis quand ils vont être

super stressés par le film...

(MAUDE et JENNIFER crient en choeur.)

(Dans le salon des Beaucage, AUDREY hurle de peur et s'accroche à VINCENT. FRANCIS les regarde d'un air jaloux.)


[AUDREY:] Ah!!!

(FRANCIS s'avance pour éteindre la sonnerie du téléphone d'AUDREY sur la table basse. AUDREY se tient toujours à VINCENT.)


[AUDREY:] Ah!

(Chez les Allard-Fraser, JULIEN ALLARD-FRASER et JULIEN BEAUCAGE sont dans la cuisine.)



[JULIEN BEAUCAGE:] Ça brûlait tellement, là,

je suis sûr que ma langue a fondu.


[JULIEN ALLARD-FRASER:] Bien là,

c'était pas si pire.

(JULIEN ALLARD-FRASER fouille dans une armoire.)


[JULIEN BEAUCAGE:] Qu'est-ce que tu fais?
[JULIEN ALLARD-FRASER:] Ma mère m'a dit

qu'il y a

un ingrédient secret

dans le barbecue.

(JULIEN ALLARD-FRASER sort une grosse bouteille de ketchup de l'armoire.)



[JULIEN ALLARD-FRASER:] Le... ketchup!
[JULIEN BEAUCAGE:] J'espère que ça va être

meilleur que la dernière fois.


[JULIEN ALLARD-FRASER:] J'espère

parce qu'on est en

train de manquer tout le film.

(JULIEN ALLARD-FRASER met d'autre maïs soufflé dans le bol et essaie de faire couler le ketchup. Le ketchup ne coule pas.)


[JULIEN ALLARD-FRASER:] Hé,

pourquoi ils ont inventé

des bouteilles qui coulent pas?

(Le ketchup ne coule toujours pas.)



[JULIEN ALLARD-FRASER:] Je pense

qu'il y a de quoi qui bloque.


[JULIEN BEAUCAGE:] Attends,

je crois que je sais

ce qu'il faut faire.

(JULIEN BEAUCAGE frappe la bouteille de ketchup avec une poêle à frire.)



[JULIEN ALLARD-FRASER:] Je pense

qu'il faudrait plus

un tournevis.


[JULIEN BEAUCAGE:] Ouais.

Bien là, je vais

réessayer encore.

(JULIEN BEAUCAGE continue de frapper la bouteille de ketchup. Dans la chambre de MAUDE à l'étage, MAUDE et JENNIFER s'éclairent encore à l'aide de la lampe de poche.)


[MAUDE et JENNIFER:] Ouh...

MAUDE et JENNIFER entendent des coups.


[MAUDE:] Est-ce que t'entends

les bruits?


[JENNIFER:] Oui, ça...

vient d'en bas.


[MAUDE:] Mais on est juste toutes

les deux dans la maison.


[JENNIFER:] Moi, j'aime pas ça.
[MAUDE:] Moi non plus.

(MAUDE et JENNIFER restent silencieuses. Le bruit a arrêté.)


[JENNIFER:] Ça a arrêté.
[MAUDE:] Moi, je reste pas ici

une minute de plus.

(MAUDE et JENNIFER sortent de la chambre de MAUDE. Chez les Beaucage, AUDREY est toujours terrorisée par le film. Le téléphone de FRANCIS sonne.)


[FRANCIS:] Oui?
[ALAIN:] Francis?

Est-ce que tout va bien?


[FRANCIS:] Euh, oui, tout va super bien.

(Une scène particulièrement effrayante fait crier AUDREY.)


[AUDREY:] Ah!
[ALAIN:] Hé, qu'est-ce qui se passe,

là?

(FRANCIS arrête le film.)


[FRANCIS:] Ah, non, rien,

c'était... la télé.


[ALAIN:] Êtes-vous en train de regarder

un film d'horreur?


[FRANCIS:] Bien, non.
[ALAIN:] OK. Passe-moi ton frère.
[FRANCIS:] Vincent?
[ALAIN:] Non, Julien.

[FRANCIS:] Euh... bien... il veut pas

vraiment te parler.


[FRANCIS:] [s'adressant à VINCENT

et AUDREY] Papa veut parler à Julien.


[AUDREY:] Ah.

(AUDREY fait signe à FRANCIS de lui donner le téléphone.)


[AUDREY:] Tout va bien,

monsieur Beaucage.

Euh, oui, je l'ai.

Pourquoi?

Bien, j'ai rien entendu.

(À ce moment, MAUDE et JENNIFER entrent dans le salon avec leurs bas de nylon sur la tête. Tous se mettent à hurler. ALAIN les entend au téléphone.)


[ALAIN:] Là, je le sais, vous êtes

vraiment en train

de regarder un film d'horreur.

Francis, attends que j'arrive

à la maison!

(ALAIN met fin à l'appel. MAUDE et JENNIFER expliquent leur présence à VINCENT, FRANCIS et AUDREY.)


[MAUDE:] Il y avait du bruit chez nous.
[JENNIFER:] Puis on était toutes seules.
[VINCENT:] Ah, vous êtes

tellement chicken.

Je vais y aller

avec vous autres, moi.

(VINCENT se lève et sort avec MAUDE et JENNIFER. FRANCIS reprend son téléphone sur le divan.)


[FRANCIS:] Shit,mon père!

Allô?

(AUDREY prend son téléphone sur la table basse.)


[AUDREY:] Comment ça se fait que

mon téléphone est éteint?

(Une musique inquiétante se fait entendre alors qu'AUDREY observe le salon d'un air apeuré.)


Chez les Allard-Fraser, JULIEN ALLARD-FRASER et JULIEN BEAUCAGE essaient toujours d'ouvrir la bouteille de ketchup. JULIEN BEAUCAGE va chercher un tournevis.


[JULIEN BEAUCAGE:] Avec ça, je suis sûr

que ça va marcher.

Faut juste trouver

la chose qui bouche.

(JULIEN BEAUCAGE regarde par le trou de la bouteille.)


[JULIEN ALLARD-FRASER:] Tu le vois-tu?
[JULIEN BEAUCAGE:] Ouais, je pense

que je le vois.

(JULIEN BEAUCAGE entre le tournevis dans le trou de la bouteille. JULIEN ALLARD-FRASER prend la poêle à frire et frappe la bouteille pendant que JULIEN BEAUCAGE essaie de faire un trou dans le goulot. VINCENT, MAUDE et JENNIFER arrivent à la porte de la maison et entendent les coups de poêle à frire.)


[MAUDE:] T'entends?

(VINCENT, MAUDE et JENNIFER entendent des cris à l'intérieur.)

[JULIEN ALLARD-FRASER et JULIEN BEAUCAGE:] Ah!!!

(VINCENT, MAUDE et JENNIFER entrent précipitamment. JULIEN BEAUCAGE a le visage couvert de ketchup.)


[VINCENT:] Ah!!!

MAUDE et JENNIFER

Julien!


[JULIEN ALLARD-FRASER:] C'est pas ce que

vous pensez, hein.

(JULIEN ALLARD-FRASER regarde JULIEN BEAUCAGE.)



[JULIEN ALLARD-FRASER:] Hein? Ah, t'as plein

de ketchup dans la face!


[JULIEN BEAUCAGE:] Ah, c'est dégueulasse.
[VINCENT:] Julien?
[JULIEN BEAUCAGE:] Ark.

(VINCENT, MAUDE et JENNIFER ont un rire gêné. Peu de temps après, VINCENT, FRANCIS, JULIEN BEAUCAGE, AUDREY, JENNIFER, MAUDE et JULIEN ALLARD-FRASER sont assis au salon chez les Beaucage. Ils regardent un film. ALAIN entre.)


[ALAIN:] Francis Beaucage, je le savais

que je pouvais pas te faire

confiance!

Je vous pogne, hein!

Vous regardez...

(ALAIN prend le boîtier de DVD sur la table basse et le regarde.)


[ALAIN:] … La colline aux câlins?
[JULIEN BEAUCAGE:] Bien oui.

Tout le monde avait voté pour ça.


[FRANCIS:] Ça cause un problème?

[ALAIN:] Euh... bien, non, c'est juste

qu'avec les...

les cris de mort

de tantôt,

je pensais que vous regardiez

un film d'horreur.


[AUDREY:] Bien, voyons,

monsieur Beaucage,

vous alliez quand même pas

imaginer que...

je les aurais laissés regarder

un film

qui serait pas de leur âge...

Je suis une fille responsable,

moi.


[FRANCIS:] Moi aussi, je suis un gars

super responsable.

Tu peux rester avec nous,

si tu veux nous surveiller.


[JULIEN ALLARD-FRASER:] Chut!

(Une musique douce se fait entendre à la télévision.)



[ALAIN:] Non, c'est beau, vous...

avez l'air

de bien gérer ça.

Je vais vous laisser.

Bonne soirée.

(ALAIN sort du salon en éteignant la lumière. Tous les jeunes se mettent à hurler. ALAIN rallume la lumière.)



[ALAIN:] Excusez...

(Aussitôt qu'ALAIN sort, les jeunes se tapent dans les mains en poussant des cris de joie.)



[FRANCIS:] Vincent, t'as pas toujours

des mauvaises idées.


[VINCENT:] Ah, merci, ma gardienne!

(MAUDE regarde VINCENT d'un air satisfait.)


[MAUDE:] Je tiens à te rappeler, Vincent

qu'on t'a fait la pire peur

de ta vie, moi et Jennifer.


[VINCENT:] Regarde

qui est-ce qui parle.

(VINCENT attrape le bras de JULIEN BEAUCAGE pour imiter MAUDE qui aurait peur.)



[VINCENT:] Il y a des bruits dans la maison,

j'ai peur!


[JENNIFER:] Tu peux bien parler; tu t'es

caché derrière le comptoir.

(MAUDE rit.)


JULIEN ALLARD-FRASER et JULIEN BEAUCAGE

Chut!


[AUDREY:] Non, mais, sérieux, les gars,

c'est quoi, la fin?


[VINCENT:] Il y a une manière

de le savoir:

on remet

Massacre aux zombies.

(MAUDE, JENNIFER et AUDREY se jettent sur la télécommande. JULIEN ALLARD-FRASER et JULIEN BEAUCAGE essaient de les empêcher de la prendre en criant.)

(Générique de fermeture)

(Fin émission)

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison

Résultats filtrés par