Image univers Subito Texto Image univers Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent et Sami, vivent leurs premiers moments au secondaire. Ensemble, ils tentent d'apprivoiser cet univers inconnu, mais débordant de promesses... et d'inquiétudes!

Site officielpour Subito Texto
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

La clé de l'égnime

Maude veut découvrir comment Brandon Lee a su pour son catastrophique 58% en français.
Bastien pense avoir photographié des OVNIS et tente de convaincre Francis de l’aider à rédiger un article pour Face de Geeks.



Réalisateur: Christian Laurence
Acteurs: François Chénier, Romane Denis, Charles-Émile Lafleur
Année de production: 2014

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

[Début information à l'écran]

La clé de l'énigme

[Fin information à l'écran]

Début générique d'ouverture

Fin du générique d'ouverture

MAUDE est assise dans la salle des pas perdus avec des cahiers. MONA l'aperçoit en passant.


[MONA:] Maude?
[MAUDE:] Ah, salut, Mona.
[MONA:] Les cours commencent

juste dans une heure.

Es-tu tombée du lit?


[MAUDE:] Non, je suis venue

réviser ici tranquille, parce que

chez nous, le matin,

avec mon frère et ma soeur,

c'est pas trop, trop calme.


MONA (Perplexe)

C'est pas ton genre de réviser

à la dernière minute.


[MAUDE:] Ouais, c'est parce

qu'au dernier examen de français,

j'avais étudié le mauvais texte,

donc ma note...

Au secours!


[MONA:] Ah oui?

(MONA s'assoit avec MAUDE.)


[MONA:] Si catastrophique que ça?

(MAUDE hoche la tête.)


[MONA:] Ah.

Bien, je te laisse étudier.

Moi, j'ai une expo à préparer.

(MONA se lève. BRANDON-LEE arrive dans la salle des pas perdus.)


BRANDON-LEE (S'adressant à MAUDE)

À ta place, j'arrêterais

d'étudier, pour ce que ça donne.


[MONA:] Brandon-Lee qui arrive

d'avance à l'école!

Dis-moi pas que c'est

pour préparer ton examen?


[BRANDON-LEE:] Ça ressemble à ça.

J'ai pris des bonnes résolutions,

histoire de pas avoir 58 %.

(MAUDE lève légèrement la tête, perplexe. Pendant ce temps, chez les Beaucage, FRANCIS et son ami BASTIEN sont au salon. BASTIEN montre à FRANCIS quelque chose sur son téléphone.)


[BASTIEN:] Attends,

non, check les lueurs, là!

Avoue que c'est bizarre.

(Sur le téléphone de BASTIEN se trouve une photo d'une rue du quartier avec des lueurs dans le ciel.)


[FRANCIS:] Franchement,

ça pourrait être n'importe quoi.


[BASTIEN:] Attends de voir la vidéo.

Il n'y a plus aucun doute.

Les lumières dans le ciel

du quartier, hier soir,

c'était des ovnis!

(BASTIEN redonne son téléphone à FRANCIS pour lui montrer une vidéo.)


FRANCIS (Regardant la vidéo)

Il sont pas mal petits,

tes ovnis.


[BASTIEN:] C'est parce qu'ils étaient

loin dans le ciel.

Je te le dis, si on envoie

la vidéo à Faces de Geeks,

c'est sûr qu'on va

devenir des membres.

D'ailleurs, je vais les texter.


[FRANCIS:] Non, attends!
[BASTIEN:] Attends quoi?
[FRANCIS:] Je vais vérifier

sur Internet,

voir s'il y aurait pas

quelqu'un d'autre

qui a vu des ovnis.

(Au même moment, à l'école, BRANDON-LEE s'assoit avec MAUDE.)


[BRANDON-LEE:] Comme ça,

j'ai entendu dire

que c'était pas fort,

ta note en français.


[MAUDE:] Tu sais même pas

j'ai eu combien.


[BRANDON-LEE:] Ah non?

(MONA, qui se tient près de là, intervient.)


[MONA:] Brandon-Lee!

Brandon-Lee, veux-tu arrêter

de déranger Maude?


[BRANDON-LEE:] Je la dérange pas.

On discute de l'examen.


[MONA:] Hum hum.

(MONA prend des mesures sur le mur pour préparer son exposition.)


BRANDON-LEE (Regardant MONA)

À l'oeil, ça doit faire 58 cm.


BRANDON-LEE

(S'adressant à MAUDE)

Qu'est-ce que tu en dis?


MAUDE (Excédée)

OK, as-tu fini

de m'achaler?


MONA (S'adressant à BRANDON-LEE)

Je pensais que t'étais arrivé

d'avance à l'école

pour préparer ton examen.


[BRANDON-LEE:] C'est ce que je fais.

Maude m'aide.


MONA (Peu convaincue)

Ah.

BRANDON-LEE (S'adressant à MAUDE)

Le gars qui a écrit

le texte...


[MAUDE:] L'auteur.
[BRANDON-LEE:] C'est vrai

qu'il est né en 1958?


[MAUDE:] OK, je sais pas

comment ça t'es au courant,

mais je vais m'arranger

pour le découvrir.


[BRANDON-LEE:] Il faudrait pas

que ça se sache.

Ça serait mauvais

pour ta crédibilité.


[MAUDE:] T'es mieux de rien dire.
[BRANDON-LEE:] Ah non?

Tu sais que le silence,

ça s'achète?

Par exemple, tu pourrais faire

le résumé du roman plate

qu'on est en train de lire.

Ah, bien non.

C'est vrai,

je voudrais pas avoir 58 %.


MONA (Perdant patience)

Brandon-Lee,

t'as pas l'air de travailler fort!

Viens m'aider

à prendre des mesures.

(BRANDON-LEE se lève pour aller aider MONA.)


BRANDON-LEE

(Chuchotant à l'oreille de MAUDE)

58!


[MAUDE:] Arrête.

(Pendant ce temps, dans le salon des Beaucage, FRANCIS cherche des informations sur les ovnis sur un iPad.)


[FRANCIS:] Il n'y a personne

dans le quartier qui parle d'ovnis.


[BASTIEN:] Cherche encore!
[FRANCIS:] Je sais pas

ce que tu as vu, mais...


[BASTIEN:] Je te le dis

que c'était des ovnis.

Attends.

(BASTIEN fait des recherches sur son téléphone.)


[BASTIEN:] Ah! Et j'en ai la preuve.

(BASTIEN montre un article à FRANCIS. L'article est accompagné d'une photo semblable à celle que BASTIEN a prise dans leur quartier.)


FRANCIS (Lisant le titre de l'article)

« Ovnis dans le ciel de Los Angeles? »

C'est ça ta preuve?

Au cas où t'aurais oublié,

Los Angeles,

c'est pas vraiment

dans notre quartier.


[BASTIEN:] C'est juste pour montrer

ce que j'ai vu dans mes photos.


[FRANCIS:] Franchement,

à cette distance-là,

ça pourrait être n'importe quoi.

Des lampadaires,

des mouches à feu géantes.


[BASTIEN:] Non, non,

c'est écrit « ovnis »

et c'est exactement ce que j'ai

vu dans mes photos, bon.

(Au même moment, à l'école, MONSIEUR PRUD'HOMME se rend à son bureau, suivi de MÉLANIE.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Non, ma chouette, insiste pas!

Pas d'animaux à la maison!


[MÉLANIE:] Mais c'est pas

un animal ordinaire, papa,

c'est un furet.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Ah, un furet, c'est...


[MÉLANIE:] Bien, une « furette »,

c'est une fille toute mignonne.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Comment, toute mignonne?

C'est une bibitte à poils

avec des yeux de rat, OK?

Non, insiste pas,

c'est non!


MÉLANIE (Suppliant)

Mais papa!


MONSIEUR PRUD'HOMME

Non, c'est non!

(MONSIEUR PRUD'HOMME entre dans son bureau. MÉLANIE reste à la porte.)


MÉLANIE (D'une voix cajoleuse)

T'sais, papa, tu m'inquiètes.

T'es tellement stressé,

ces temps-ci.


MONSIEUR PRUD'HOMME

(Inquiet)

Tu trouves?
[MÉLANIE:] Bien, oui!

Et c'est pas bon, ça,

pour ton petit coeur.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Sais-tu quoi?

Parle-moi-z'en pas.

J'ai l'impression d'avoir

des palpitations.


[MÉLANIE:] Pas de panique,

j'ai ce qu'il te faut.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Quoi?


[MÉLANIE:] C'est un test

sur le stress.

(MÉLANIE montre à MONSIEUR PRUD'HOMME le magazine qu'elle tient à la main. Le magazine est ouvert à la page d'un test.)


[MÉLANIE:] Tu devrais le remplir.

On saurait d'où ça vient.

Et, t'sais, moi, je pourrais

prendre soin de toi.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Hum.

Ah, ma chouchoune, qu'est-ce

que je ferais sans toi?


[MÉLANIE:] Je sais pas.

Bon, viens-t'en.

On va aller se chercher

un déjeuner à la cafétéria.

Tu vas remplir le test

et ensuite on parle d'Adrienne.


MONSIEUR PRUD'HOMME (Confus)

Adrienne? C'est qui,

ça, Adrienne?

(MÉLANIE montre à son père la photo d'Adrienne sur son téléphone.)


[MÉLANIE:] Bien, c'est la « furette ».

La pauvre petite, elle a été

abandonnée à la SPCA!


MONSIEUR PRUD'HOMME

Non, non, ça m'écoeure.

Pas d'animaux à la maison,

un point c'est tout, bon!

Surtout pas un furet.


[MÉLANIE:] Pourtant, à la fin

du test, ils suggèrent

plusieurs méthodes

pour se libérer de son stress,

dont la zoothérapie.

T'sais, avec les animaux...


MONSIEUR PRUD'HOMME

(Énervé)

Non, non, non!

Un furet, ça ne me calme pas!

Un furet, ça me stresse, OK?


[MÉLANIE:] OK.

(Tout en parlant, MONSIEUR PRUD'HOMME est sorti de son bureau et barre la porte. MÉLANIE prend MONSIEUR PRUD'HOMME par le bras.)


MÉLANIE

Bon, viens-t'en.

(Chez les Beaucage, FRANCIS et BASTIEN sont toujours au salon. FRANCIS consulte Facebook et voit le statut d'un ami.)


[FRANCIS:] Hé, Alex aussi

a vu des ovnis.


[BASTIEN:] Enfin, tu vas me croire!
[FRANCIS:] Certain!

Surtout que ses photos

sont pas mal cool.

(BASTIEN prend le iPad de FRANCIS pour regarder les photos.)


[BASTIEN:] Attends, des photos

pas mal cool?

Tu me niaises, là?

C'est ça, tes photos

pas mal cool?

(FRANCIS reprend son iPad et se lève.)


BASTIEN (Soupirant)

Bon, je suis peut-être pas le seul

à avoir vu des ovnis,

sauf que moi,

mes images sont bonnes.

C'est sûr que Faces de Geeks

va nous accepter.


[FRANCIS:] Rien prouve

que tes petites lumières,

c'est des ovnis.

C'est quoi les chances

que les extraterrestres

viennent nous visiter ici?


[BASTIEN:] Autant de chances

qu'il y a d'extraterrestres.


[FRANCIS:] Je vais commencer à croire

qu'ils sont venus

et repartis avec ton cerveau.


[BASTIEN:] Ça, ça voudrait dire que

je suis tellement intelligent

qu'ils veulent

analyser mon cerveau.


[FRANCIS:] Franchement, en admettant

que la vie existe ailleurs,

ça prendrait un minimum

de 4 ans et demi venir ici

en voyageant

à la vitesse de la lumière.


[BASTIEN:] Mais au Moyen-Âge,

si quelqu'un avait dit qu'un

jour on irait sur la Lune,

ils l'auraient mis au bûcher.


[FRANCIS:] C'est sûr,

dans ce temps-là,

on pensait encore

que la Terre était plate.


[BASTIEN:] Et pourtant, on est allé

sur la Lune!

(BASTIEN reçoit un texto. BASTIEN lit le texto qu'il a reçu et se lève rapidement.)


[BASTIEN:] Il faut se grouiller

pour Faces de Geeks.


FRANCIS (Sarcastique)

Quoi?

E.T. vient de te texter?


[BASTIEN:] Plein de monde

veut savoir si c'est vrai

que j'ai vu des ovnis.

Même Mélanie m'a texté.

Bon, ils veulent savoir

si c'est vrai?

Je vais leur prouver, moi.

(BASTIEN sort de chez FRANCIS. Au même moment, à l'école, BRANDON-LEE entre dans le bureau de MONSIEUR PRUD'HOMME dont il a la clé. BRANDON-LEE referme la porte derrière lui. BRANDON-LEE s'assoit au bureau de MONSIEUR PRUD'HOMME. MAUDE ouvre la porte du bureau et entre.)


[MAUDE:] Qu'est-ce

que tu fais?

(MAUDE referme la porte du bureau derrière elle.)


[MAUDE:] Ah, tu fouilles

dans l'ordi du directeur?

OK, c'est comme ça que tu sais

les notes des autres! Hum.


[BRANDON-LEE:] Tu imagines

vraiment n'importe quoi, hein?


[MAUDE:] En tout cas,

ce qui n'est pas dur d'imaginer,

c'est la réaction de M. Prud'homme

quand il saura que t'entres

en cachette dans son bureau.


[BRANDON-LEE:] C'est toi

qui vas avoir des problèmes.

Ça va être ta parole

contre la mienne.


[MAUDE:] Avec toutes les conneries

que t'as faites ici,

ta parole vaut pas grand-chose

à Victoire-Desmarais.


[BRANDON-LEE:] Si c'est écrit

dans le journal,

tout le monde

va me croire, hein?

Ça ferait un beau titre.

« La rédactrice en chef du journal

surprise en train de vouloir

changer sa note. »


[MAUDE:] C'est ça que tu fais,

tu changes ta note.


[BRANDON-LEE:] Tu comprends

pas vite pour une supposée bolée.

Dire que ça m'a tout pris

pour m'asseoir à côté de toi.

Tout ça pour avoir 58 %.


[MAUDE:] T'as copié sur moi?

(Pendant ce temps, MÉLANIE et MONSIEUR PRUD'HOMME mangent ensemble dans la salle des pas perdus.)


[MÉLANIE:] Vas-y, papa,

remplis le test!

Ça va me rassurer, moi,

de savoir d'où vient ton stress.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Non, j'ai déjà un long,

très long questionnaire

à remplir pour le ministère

de l'Éducation,

alors ça suffit pour aujourd'hui.


[MÉLANIE:] Mais papa, t'avais promis

qu'on déjeunerait ensemble.

(MONSIEUR PRUD'HOMME se lève de table.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Oui, excuse-moi,

mais j'ai 1001 choses

à faire avant ce soir,

et puis il y a ce fameux test...

(MÉLANIE tire sur la chemise de son père pour le rasseoir.)


[MÉLANIE:] Oui, du ministère,

je sais, mais relaxe!

Prends soin de toi!

C'est super amusant.

Ça va te détendre.

(MONA arrive derrière MONSIEUR PRUD'HOMME et s'apprête à faire un trou dans le mur avec une perceuse. MONSIEUR PRUD'HOMME se lève précipitamment et va se placer à côté de MONA.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Non, non! Non, Mona!

Qu'est-ce que tu fais, là?


[MONA:] Euh, je perce

des trous.

C'est pour accrocher

des photos.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Non, pas des trous

dans le mur!

Il va falloir faire

de la peinture.

On a pas le budget là!


[MONA:] C'est juste

2-3 petits trous.

Il n'y a rien là.

On fera des retouches.


MONSIEUR PRUD'HOMME

J'ai dit non!

Il en est pas question!


MONSIEUR PRUD'HOMME

(Regardant MÉLANIE)

Coudonc, faites-vous

tous exprès

pour me contredire aujourd'hui?


[MONA:] Vous avez dit oui

pour l'expo et je peux pas

faire de trous?

Franchement,

c'est comme demander

de faire une omelette

sans casser d'oeufs.

(MÉLANIE se lève à son tour.)


[MÉLANIE:] Bon, moi,

je vais vous laisser

avec vos histoires d'omelettes.

Bonne chance, Mona.

Aujourd'hui, tout ce qu'il sait dire,

c'est non.

(MÉLANIE quitte la salle des pas perdus. MONSIEUR PRUD'HOMME aperçoit des chandelles par terre à côté du coffre à outils de MONA.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Oh, un instant, là!

Un instant.

(MONSIEUR PRUD'HOMME ramasse une chandelle par terre.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Des chandelles.

Pourquoi des chandelles?

C'est pour l'expo?

Tu veux pas les allumer,

j'espère?


MONA (Sarcastique)

Ben non!

Je veux les couper

en rondelles pour les servir

en canapés pendant le vernissage.


MONSIEUR PRUD'HOMME

(Feignant de rire)

C'est drôle, ça, Mona.


MONSIEUR PRUD'HOMME

(Sérieux)

Non, non,

je ne suis pas d'humeur.

Avoir su que ça serait

si compliqué...


[MONA:] Compliqué... c'est vous

qui compliquez tout.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Ah, bien oui!

Des trous dans les murs

et des chandelles,

c'est sûr que c'est simple

comme bonjour.


[MONA:] Vous êtes donc bien...

MONSIEUR PRUD'HOMME

Stressé!

Oui, je suis stressé, bon!

Et parlez-moi pas

de zoothérapie!


[MONA:] Ah! Il y aurait peut-être

une solution!

Utiliser les chevalets

des cours en art plastique.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Et les élèves? Si jamais

ils en ont besoin?


[MONA:] Bien aujourd'hui,

ils feront de la sculpture.

(MONA range sa perceuse et, en se relevant, voit qu'il manque quelque chose à sa ceinture.)


MONA (Paniquant)

Mes clés.

J'ai pas mes clés!

J'ai pas mes clés!

(MONA sort de la salle en courant, laissant MONSIEUR PRUD'HOMME perplexe. Entre temps, MAUDE et BRANDON-LEE parlent dans le bureau de MONSIEUR PRUD'HOMME.)


[MAUDE:] Tout le monde

va se rendre compte

que t'as changé ta note.

T'as tout le temps

en bas de 60 %.


[BRANDON-LEE:] Ça,

ça va changer aujourd'hui, OK?

(MAUDE prend un papier que BRANDON-LEE gardait devant lui sur le bureau.)


[BRANDON-LEE:] Hé, donne-moi ça!
[MAUDE:] Pas question!

Si tu fais un pas de plus,

je hurle.


[BRANDON-LEE:] OK, je dirai rien

pour ton 58 %.

je pourrais changer

ta note à toi aussi, hum?


[MAUDE:] Je triche pas, moi.

J'ai eu une mauvaise note

parce que j'ai étudié

le mauvais texte.

Mais, t'sais,

si tu parles pas de ma note,

je dirai pas que t'as copié.

(MÉLANIE entre dans le bureau de MONSIEUR PRUD'HOMME. MÉLANIE pousse un cri de surprise en voyant MAUDE et BRANDON-LEE.)


[MÉLANIE:] Qu'est-ce que

vous faites là?


[MAUDE:] C'est pas

ce que tu penses.

(MÉLANIE regarde MAUDE et BRANDON-LEE.)


[MÉLANIE:] Ça non plus,

c'est pas ce que ça a l'air,

j'imagine?


[BRANDON-LEE:] Je suis désolé,

Maude, mais je dois le dire.


[MAUDE et MÉLANIE:] Quoi?
[BRANDON-LEE:] Que tu m'as

payé pour que je rentre ici et que...

(À cet instant, MONSIEUR PRUD'HOMME entre dans son bureau.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Qu'est-ce que vous faites ici?


[MAUDE:] Euh, on s'en allait.

MONSIEUR PRUD'HOMME

Oui, vous avez besoin

d'avoir une bonne raison.


[MÉLANIE:] On a une très

bonne raison, papa.

Je pensais avoir laissé

mon cellulaire ici.

Maude m'aidait

à le chercher et finalement,

Brandon-Lee

l'a trouvé dans le corridor.

(MAUDE et BRANDON-LEE rient nerveusement.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Dépêchez-vous, vous allez

être en retard!

Les cours commencent

dans 5 minutes.

(MAUDE et BRANDON-LEE sortent du bureau.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Mélanie.


MÉLANIE (Nerveuse)

Oui?

MONSIEUR PRUD'HOMME

Oublie pas de fermer la

sonnerie de ton cellulaire, OK?


[MÉLANIE:] Non, inquiète-toi pas.

Promis!

Tiens, c'est pour toi.

(MÉLANIE donne le magazine qu'elle tient dans les mains à MONSIEUR PRUD'HOMME.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

C'est quoi, ça?


[MÉLANIE:] Le test sur le stress.

MONSIEUR PRUD'HOMME

(Découragé)

Ah!
[MÉLANIE:] Bye!

(MÉLANIE sort du bureau et court pour rattraper MAUDE et BRANDON-LEE.)


[MÉLANIE:] Hé, attendez-moi!

(Un peu plus tard, dans le couloir de l'école, BASTIEN intercepte FRANCIS à la sortie d'une classe.)


[BASTIEN:] Hé, j'ai reçu

un texto de Damien!


[FRANCIS:] Damien?
[BASTIEN:] Oui, Damien St-Onge,

le gars qui a gagné le concours

de sciences, l'an passé.


FRANCIS (Rancunier)

Qui nous a volé

la première place.


[BASTIEN:] Il a vu des ovnis

et il a des photos.


FRANCIS (Catastrophé)

Il va les envoyer

à Faces de Geeks?


[BASTIEN:] Hé, bon, t'as encore ton

cerveau et tu vas t'en servir!

Tu vas écrire un article

à Faces de Geeks.

Et ça presse!


[FRANCIS:] C'est certain!
[BASTIEN:] Sinon il va

nous voler notre scoop.


[FRANCIS:] On va pas

le laisser gagner deux fois.

(MAUDE arrive.)


[MAUDE:] Les gars, hum,

j'ai toute une info sur Brandon-Lee.

Un truc qui va

faire du bruit.


[BASTIEN:] Merci, mais c'est

parce qu'on a un scoop

qui peut pas attendre.


[FRANCIS:] On en reparlera plus tard.

(FRANCIS et BASTIEN partent.)


[MAUDE:] Hein, vous avez

un scoop?

Quel scoop?

C'est quoi votre scoop?

(MAUDE suit FRANCIS et BASTIEN. Dans la salle des pas perdus, BRANDON-LEE se lève se table et se dirige vers une machine distributrice. MÉLANIE va rejoindre BRANDON-LEE.)


[MÉLANIE:] Si tu penses

t'en tirer comme ça

pour ce qui s'est passé

ce matin...


BRANDON-LEE (Innocemment)

Quoi, ce matin?


[MÉLANIE:] Bien, Maude et toi

dans le bureau de mon père.

Qu'est-ce qui se passe

entre vous deux?


[BRANDON-LEE:] T'es jalouse?

T'aimerais ça passer du temps,

seule avec moi?


MÉLANIE (Dégoûtée)

Arrête de me niaiser, là.

T'as dit qu'elle t'avait payé.

Pour quoi?


[BRANDON-LEE:] Wow, c'est pire

qu'un interrogatoire de police.

Il faut que j'aille

me chercher un avocat?


[MÉLANIE:] Non.

T'es bien mieux

de parler tout de suite.

(MONA arrive à cet instant.)


[MONA:] Parler de quoi?

De mes clés qui ont disparu?


[MÉLANIE:] Non, mais si je les vois,

je leur dirai

que vous les cherchez.


[MONA:] Fais attention, Mélanie.

J'aime pas ça qu'on me niaise.


MONA (S'adressant à BRANDON-LEE)

Puis toi, je gage

que t'as rien vu.


[BRANDON-LEE:] Moi?

Non. Pourquoi?


[MONA:] Parce que t'as

une face de coupable!


[BRANDON-LEE:] Je suis

toujours coupable de tout

dans cette école-là.


[MONA:] En tout cas,

si vous voyez mes clés,

vous êtes mieux

de me les apporter.

(MONA fait signe à MÉLANIE et BRANDON-LEE qu'elle les surveille. MONA part.)


[MÉLANIE:] Puis, la face de coupable,

tu vas me le dire

pourquoi toi et Maude étiez

en train de fouiller

dans le bureau de mon père?


[BRANDON-LEE:] T'as juste

à demander à Maude.


[MÉLANIE:] Inquiète-toi pas

pour ça.

Je vais le faire.

Écoute, je sais pas

qu'est-ce que vous manigancez,

mais en attendant, il faudrait

pas que je m'échappe

devant mon père.


[BRANDON-LEE:] Es-tu en train

de me faire du chantage, toi?

Tu m'inviteras pas

à ton party de fête, c'est ça?


[MÉLANIE:] Oh, tu riras

moins tantôt.


[BRANDON-LEE:] Ah ouais?
[MÉLANIE:] Écoute, imagine le pire,

et ça va être encore pire.


[BRANDON-LEE:] OK, qu'est-ce

que tu veux que je fasse?


[MÉLANIE:] Euh, bien, juste

une petite étude, là.

Un vox-pop, genre.


[BRANDON-LEE:] Un vox-pop?
[MÉLANIE:] Bien oui, c'est pour

mon projet de sciences.

(MÉLANIE donne à BRANDON-LEE la feuille qu'elle tient à la main.)


[MÉLANIE:] Tiens.

(BRANDON-LEE lit la feuille.)


[BRANDON-LEE:] Quoi?

Il faut que je pose

des questions sur l'acné?


[MÉLANIE:] Je suis sûre

que tu vas apprendre plein de choses!

À moins que tu préfères

qu'on aille voir

mon père tout de suite.

Bien, vas-y!

Qu'est-ce que t'attends?

(BRANDON-LEE se dirige vers un groupe de filles pour les interroger. Pendant ce temps, MAUDE entre dans la salle des pas perdus et aperçoit le sac à dos de BRANDON-LEE sur une table. MAUDE s'approche et commence à fouiller dans le sac. MÉLANIE arrive derrière MAUDE.)


[MÉLANIE:] Maude?

(MAUDE se relève précipitamment, l'air innocent.)


[MÉLANIE:] Qu'est-ce que tu fais?
[MAUDE:] Moi? Rien.

(MÉLANIE pointe le sac sur la table.)


[MÉLANIE:] T'as un nouveau sac?
[MAUDE:] Ouais, le mien

est brisé.

(MÉLANIE regarde le sac à dos sur la table.)


[MÉLANIE:] Ah.

Attends une petite seconde.

Je le connais, ce sac-là.

C'est le sac

de Brandon-Lee.


[MAUDE:] Ah, bien oui!

C'est parce que j'ai acheté

le même.

J'ai dû me confondre.


[MÉLANIE:] Hum hum.

Je sais pas vraiment

ce qui se passe en ce moment,

mais tu me donnes pas

vraiment le choix.

Il va falloir

que je te dénonce.

(MÉLANIE fait mine de partir. MAUDE retient MÉLANIE par le bras.)


[MAUDE:] Non, Mélanie, attends!

MAUDE (Chuchotant)

Je suis sur un gros coup.

Je peux pas encore t'en parler,

mais tu seras pas déçue.


[MÉLANIE:] J'espère.

De toute façon, j'ai pas

vraiment le temps.

Il faut que je m'occupe d'un

truc important avec mon père.

Je dois lui parler d'Adrienne.


[MAUDE:] Tu lui en as pas

encore parlé?


[MÉLANIE:] Oui, mais aujourd'hui,

le seul mot qu'il a

à la bouche, c'est non.


[MAUDE:] Mais utilise

ta bonne vieille technique.

Tu lui demande quelque chose

de vraiment gros,

quelque chose que tu sais

qu'il va refuser.


[MÉLANIE:] Ah oui!

Je pourrais lui demander

un éléphant, hein?

Après ça, il serait soulagé

que je demande juste un furet.


[MAUDE:] Hum. Bonne chance.
[MÉLANIE:] Salut.

(MÉLANIE quitte la salle des pas perdus. MAUDE recommence à fouiller dans le sac de BRANDON-LEE. MAUDE sort un papier du sac et le lit d'un air satisfait. Entre temps, MONSIEUR PRUD'HOMME vient de faire le test sur le stress dans son bureau.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Bon, on va compiler.

(MONA entre dans le bureau de MONSIEUR PRUD'HOMME en coup de vent. MONA dépose son coffre à outils sur une chaise.)


[MONA:] M. Prud'homme!

(MONSIEUR PRUD'HOMME sursaute à l'entrée de MONA.)


[MONA:] J'ai toujours pas

retrouvé mes clés.


MONSIEUR PRUD'HOMME

As-tu regardé partout?


[MONA:] Partout,

et plus encore!

Rien! Quelqu'un

les a prises.


MONSIEUR PRUD'HOMME

OK, Mona,

pas de stress.

C'est juste des clés.


[MONA:] Juste des clés! Voyons donc!

Elles ouvrent toutes les portes de l'école!

(MÉLANIE arrive derrière MONA.)


[MÉLANIE:] Vous avez toujours pas

retrouvé vos clés?


[MONA:] Non.
[MÉLANIE:] À votre place,

je lancerais un avis de recherche

sur les pintes de lait!

(MONSIEUR PRUD'HOMME rit de la blague de sa fille. MONA ne rit pas. MONSIEUR PRUD'HOMME reprend son sérieux.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Bien non, il faut

faire quelque chose.


[MONA:] Comptez sur moi.

Je vais fouiller tous

les casiers de l'école

et si ça suffit pas,

j'enligne les élèves

dans le gymnase.

Je vais avoir besoin

de votre autorisation

pour des fouilles corporelles.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Mona, on se calme,

les fouilles corporelles!


[MÉLANIE:] Si c'est ça,

j'appelle Amnistie internationale

tout de suite!


MONSIEUR PRUD'HOMME

On respire par le nez,

s'il vous plaît!

Un trousseau de clés

gros comme le sien,

on perd pas ça comme ça.

Mona, as-tu regardé partout?


[MONA:] Partout!

MONSIEUR PRUD'HOMME

Partout, partout?

Dans ton coffre d'outils,

as-tu regardé?

(MONSIEUR PRUD'HOMME ouvre le coffre à outils de MONA pour regarder.)


[MONA:] Bien, oui!

(MONSIEUR PRUD'HOMME trouve les clés de MONA dans le coffre à outils.)


MONA (Perplexe)

Je comprends pas.

Qu'est-ce qu'elles font là?

J'ai regardé 10 fois

dans le coffre.

(MONSIEUR PRUD'HOMME rit.)


MONA (Gênée)

Je...

(MONA ferme le coffre à outils et le prend.)


[MONA:] J'ai du travail.

(MONA quitte le bureau.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Bon, tu voulais

me parler, toi.


[MÉLANIE:] Oui.

(MÉLANIE s'approche du bureau de son père et voit le magazine.)


[MÉLANIE:] Hé, t'as fait le test?

T'es vraiment le meilleur.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Ouais, c'était pas si long

que ça, finalement.

C'était pas mal moins long qu'un

questionnaire du ministère.

J'avais commencé à compiler.

Je vais terminer

pendant que t'es là.


[MÉLANIE:] Mais moi, tu sais,

je pense que je sais

d'où ça vient.

T'as tellement de travail.

T'as bien trop

de responsabilités

et tous tes problèmes

avec tes élèves,

c'est ça qui te stresse autant.

(MONSIEUR PRUD'HOMME finit de compiler ses résultats et regarde MÉLANIE.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Ah oui, hein?

Ça devrait être

assez facile à régler.

Regarde, ça a l'air

que j'ai seulement

une source majeure de stress.

(MONSIEUR PRUD'HOMME donne le magazine à MÉLANIE.)


[MÉLANIE:] Ah!

(MÉLANIE regarde les résultats.)


[MÉLANIE:] Voyons donc!

C'est une joke, là?

Ta plus grosse source de stress,

c'est tes enfants?


MONSIEUR PRUD'HOMME

Et comme t'es fille unique...


[MÉLANIE:] De toute façon,

ça veut rien dire, ces tests-là.

(MONSIEUR PRUD'HOMME reprend le magazine et lit les résultats.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Moi, je trouve qu'ils donnent

plutôt des bons conseils.

« Apprenez à dire non

plus souvent. » Ah!

Alors, pour le furet,

c'est non.


[MÉLANIE:] OK.

J'ai compris.

Je m'en vais.

(MÉLANIE quitte le bureau. Plus tard ce jour-là, BASTIEN et FRANCIS rentrent chez FRANCIS.)


[BASTIEN:] Pas fâché

que les cours soient finis.

J'ai juste une affaire en tête.


[FRANCIS:] Les ovnis!

(BASTIEN sort son téléphone et lit un message qu'il vient de recevoir.)


[BASTIEN:] Oh, boy!

Oh, bo-boy!


[FRANCIS:] Quoi?

BASTIEN (Excité)

C'est donc bien capoté, ça!


[FRANCIS:] Quoi donc?
[BASTIEN:] J'ai reçu

un message

d'un gars de la NASA.

Il veut voir les images.


[FRANCIS:] De notre vidéo?
[BASTIEN:] Notre vidéo?
[FRANCIS:] Ah, de ta vidéo.

Mais oublie pas, c'est moi

qui t'a aidé à écrire

à Faces de Geeks et...


[BASTIEN:] Tu me croyais

même pas, au début.


[FRANCIS:] Tout scientifique

doit d'abord douter.

Et je voulais vérifier

que t'étais sûr de ton coup.


BASTIEN (Sceptique)

Ouais, ouais...


[FRANCIS:] Imagine s'ils nous offrent

un poste de chercheur.

On serait les premiers geeks

de notre âge à être engagés.


[BASTIEN:] Mais il veut

nous parler.


[FRANCIS:] Tout de suite?
[BASTIEN:] Non, demain.
[FRANCIS:] Fiou, on a le temps

de pratiquer notre anglais.


[BASTIEN:] Pourquoi?

Son message était en français.

(FRANCIS prend le téléphone de BASTIEN pour lire le message.)


[FRANCIS:] Hein?

En français?

Tu trouves pas ça bizarre?


[BASTIEN:] Bien, non!

Il a dû utiliser Google Translation.

Tout le monde fait ça.

(Le téléphone de BASTIEN sonne. FRANCIS répond.)


FRANCIS (Parlant au téléphone)

Yes, Francis speaking.


FRANCIS (Chuchotant à BASTIEN)

C'est Faces de Geeks pour l'article.


[BASTIEN:] Passe-le-moi!

(BASTIEN reprend son téléphone.)


BASTIEN (Parlant au téléphone)

Oui, allô?

Oui! Oui! Oui, c'est moi

qui a pris les vidéos des ovnis,

oui c'est ça.

À vrai dire, pour l'article, là,

ça risque de pas marcher.

C'est parce qu'on a

peut-être une proposition

beaucoup plus internationale.


FRANCIS (Chuchotant)

Dis rien. Raccroche!


BASTIEN (Parlant au téléphone)

OK, bye bye!

(BASTIEN coupe la communication.)


[BASTIEN:] Bon, franchement,

Faces de Geeks,

on n'a plus besoin de ça, hein?


FRANCIS (Enthousiaste)

On va être membres de la NASA.

(Pendant ce temps, à l'école, MAUDE attend MÉLANIE près des casiers. MÉLANIE arrive.)


[MÉLANIE:] Bon, c'est quoi

que t'as découvert?


[MAUDE:] Je peux pas te le dire encore.

Il manque du monde.

(MONSIEUR PRUD'HOMME arrive.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Ah, Maude,

tu voulais me voir, hein?

(MONSIEUR PRUD'HOMME voit que MÉLANIE est là aussi.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Euh, Mélanie? Un instant,

pourquoi t'as convoqué Mélanie?

J'espère que c'est pas

pour me parler d'Adrienne.

Il est pas question

qu'elle s'installe avec nous.

Je suis sûr qu'elle sent mauvais.


[MÉLANIE:] Relaxe, je sais même pas

pourquoi je suis là.


[MAUDE:] C'est vrai, elle sait pas

pourquoi je l'ai convoquée.

Il manque juste une personne.

(BRANDON-LEE arrive.)


[MAUDE:] Ah, bien justement!

(BRANDON-LEE rend sa feuille de sondage à MÉLANIE.)


[BRANDON-LEE:] Tiens,

ce que tu m'avais demandé.


[MÉLANIE:] Merci.
[MAUDE:] Hum!

Brandon-Lee,

il manquait juste toi.


[BRANDON-LEE:] Pour quoi faire?
[MAUDE:] Pour te remettre ça.

(MAUDE donne à BRANDON-LEE le papier qu'elle a trouvé dans son sac à dos.)


BRANDON-LEE (Prenant le papier)

Puis c'est quoi, ça?


[MAUDE:] Une facture du Carrefour 2000

pour six doubles de clés.


[BRANDON-LEE:] Puis qu'est-ce que

ça a à voir avec moi?

(MONA arrive derrière BRANDON-LEE et regarde la facture avec de gros yeux.)


[MONA:] On se le demande,

Brandon-Lee.

(MONA prend la facture dans les mains de BRANDON-LEE.)


[MONA:] Une facture

pour six doubles de clés.


[MAUDE:] Oui, et six,

c'est le nombre de locaux...


[MONA:] Où des objets

ont mystérieusement disparu.


MÉLANIE (S'adressant à BRANDON-LEE)

Et toi, tu disais

que t'avais

un pouvoir magique

pour entrer

dans n'importe quel local?


[MAUDE:] Étrange hein?
[BRANDON-LEE:] Je sais pas

de quoi tu parles.

J'ai jamais vu cette facture.

(BRANDON-LEE reprend la facture dans les mains de MONA.)


[MAUDE:] Ah oui? Moi,

je dirais que oui.


[MONA:] Avec la date

qu'il y a dessus,

t'es mieux d'avoir

une bonne explication

parce que les preuves

sont contre toi.


[MÉLANIE:] Ayoye!

MONSIEUR PRUD'HOMME

Alors, qu'est-ce

que t'as à nous dire?


[BRANDON-LEE:] Je vais vous expliquer.

(Avec un retour en arrière, on voit alors MONA dans la salle des pas perdus. Deux filles font du hula hoop. MONA entre dans la salle.)


[MONA:] Hé!

Non, non, non, non!

C'est pas ça du tout.

(MONA enlève sa veste et sa ceinture.)


[MONA:] Ancienne championne.

92.

Championne de Lanaudière.

Prête-moi ça.

(MONA prend le cerceau d'une des filles.)


[MONA:] Ouh! Ouh!

Ouh!

(MONA commence à faire tourner le cerceau. Pendant ce temps, BRANDON-LEE entre dans la salle des pas perdus et va prendre les clés de MONA qu'elle a posées sur la table derrière elle. MONA prend le cerceau de l'autre fille.)


[MONA:] Donne-moi ça.

(Pendant que MONA fait du hula hoop, BRANDON-LEE quitte la salle. On revient ensuite aux casiers où BRANDON-LEE explique ce qu'il s'est passé à MAUDE, MONA, MÉLANIE et MONSIEUR PRUD'HOMME.)


[BRANDON-LEE:] Je voulais

vous les redonner,

mais vous étiez

trop occupée avec votre...

hula-hoop.


[MONA:] Puis, tu t'es dit:

« Tiens, tiens,

je vais aller faire faire

des doubles de clés

pour le plaisir, comme ça. »


MONSIEUR PRUD'HOMME

C'est très, très grave

ce que t'as fait, Brandon-Lee.

Tu vas immédiatement

me donner le double des clés.


[MONA:] Sans la découverte

de Maude,

t'aurais continué

tes mauvais coups.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Oui, merci, Maude.

Merci.


MONSIEUR PRUD'HOMME

(S'adressant à BRANDON-LEE)

Toi, tu vas me suivre!

On va aller appeler

tes parents.

On va décider

de ta sanction.


[MÉLANIE:] Oh, ça, Brandon-Lee,

ça fait quoi?

Ça fait trois mois d'allocations

qui viennent de s'envoler?


[MONA:] Et c'est rien à côté

de la punition que je vais te donner.

Je sais pas trop encore quoi,

mais sois pas inquiet,

je vais trouver.


MONSIEUR PRUD'HOMME

(S'adressant à BRANDON-LEE)

Eille!

(MONSIEUR PRUD'HOMME fait signe à BRANDON-LEE de le suivre. MONA suit BRANDON-LEE et MONSIEUR PRUD'HOMME, laissant MAUDE et MÉLANIE seules.)


[MÉLANIE:] Ça fait que c'est

pour ça que t'étais dans le bureau

de mon père, ce matin.


[MAUDE:] Oui, j'ai vu

Brandon-Lee entrer,

donc je l'ai suivi

et je pouvais rien te dire, hein?

Secret d'enquête.


[MÉLANIE:] Bien, moi non plus

je peux rien te dire pour le moment,

mais je te promets

qu'il y en a qui vont avoir

une grosse surprise ce soir,

à l'expo de Mona.

(Plus trad, à l'exposition de MONA, plusieurs personnes sont rassemblées dans la salle des pas perdus. MAUDE va voir MÉLANIE.)


[MAUDE:] Mélanie, c'est ça,

ta surprise?


[MÉLANIE:] Ah, non, inquiète-toi pas,

ma surprise s'en vient. Attends.

(MONSIEUR PRUD'HOMME prend la parole.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Bonsoir!

Bonsoir et bienvenue!

Alors, l'école Victoire-Desmarais est

très fière d'accueillir

une magnifique exposition de photos

organisée par Mona, ici.

(MONA est à côté de MONSIEUR PRUD'HOMME.)


MONSIEUR PRUD'HOMME

Mona qui est très impliquée

comme Grande Soeur.

Une Grande Soeur qui, hier soir,

a illuminé le ciel de notre quartier

et le coeur des Petites Soeurs

en faisant s'envoler des lanternes

qui leur rendent hommage.

Alors, bravo aux Petites

et Grandes Soeurs

et bravo à notre Mona, hein?

S'il vous plaît.

(Tout le monde applaudit MONA. BASTIEN et FRANCIS sont là. FRANCIS regarde une des photos de l'exposition d'un air perplexe.)


[FRANCIS:] Eille, on dirait

une de tes photos.


[BASTIEN:] Je le sais, hein?
[FRANCIS:] À quelle heure

t'as photographié

tes, selon toi, ovnis?


[BASTIEN:] À peu près

à 8 h du soir.


[FRANCIS:] Hé, Mona?

(MONA vient voir FRANCIS et BASTIEN.)


[MONA:] Hein?
[FRANCIS:] À quelle heure

avez-vous fait envoler

les lanternes?


MONA (Fière)

À 8 h du soir. Ouais.

(MONA part.)


[FRANCIS:] T'as pris les lanternes

des Grandes Soeurs

pour des ovnis!


[BASTIEN:] Bien, non!

De loin, ça avait l'air des ovnis!

Pas des lanternes!


FRANCIS (Chuchotant)

Qu'est-ce qu'on va dire

à la NASA?

(MÉLANIE arrive derrière FRANCIS et BASTIEN.)


[MÉLANIE:] C'est vrai, ça.

Vous allez dire quoi

au gars de la NASA,

maintenant qu'il n'y a plus d'ovnis?

(MAUDE vient se mettre à côté de MÉLANIE.)


[BASTIEN:] Comment ça se fait

que vous savez ça, la NASA?


[FRANCIS:] On n'en a parlé à personne.

MÉLANIE (Sarcastique)

Voyons, tout le monde sait que

la NASA s'intéresse aux ovnis.

Puis tout le monde

connaît la NASA

pour Nerds Amateurs de

Surnaturel et d'Astrologie.


MAUDE (Moqueuse)

Ah oui!

Oui, je les connais.

Ils sont à Pointe-aux-Trembles.


MÉLANIE (Sarcastique)

Ah non,

vous pensiez quand même pas

que la vraie NASA

aux États-Unis s'intéressait

à vos petits ovnis?


[MAUDE:] Oh, OK,

c'était ça

votre scoop?


[FRANCIS:] Bien, non! Non!

Non, on voulait prouver

que les ovnis, ça existe pas.


[BASTIEN:] Oui, on croit pas ça,

nous, les ovnis.

Non, non.


[MAUDE:] Votre scoop est un peu

comme tombé à l'eau.


MÉLANIE (S'adressant à MAUDE)

Je te l'avais dit que les gars

auraient toute

une surprise, hein?


[MAUDE:] Oui, on n'a plus

les ovnis qu'on avait.

(MAUDE et MÉLANIE s'en vont en riant.)


[FRANCIS:] Toi et tes délires

d'ovnis, là!

On a failli avoir l'air

de deux caves!


[BASTIEN:] Je suis sûr que Mélanie

nous a rendu service. OK?

Grâce à son affaire

de la NASA,

on n'aura pas l'air fous

devant Faces de Geeks.

Et c'est Damien St-Onge

qui va se ramasser avec tout ça.

Il va encore gagner

le premier prix... du ridicule.

(FRANCIS pointe la photo à côté d'eux.)


[FRANCIS:] Eille, des ovnis!

Ouh!

(FRANCIS et BASTIEN rient. Le lendemain, à l'école, MONA attend près d'un local fermé. La porte du local s'ouvre.)


[MONA:] Ah, enfin!

(BRANDON-LEE, déguisé en poulet, sort du local.)


[MONA:] Oh, sais-tu que t'es

pas mal beau en mascotte?


[BRANDON-LEE:] Vous êtes contente?

Je peux l'enlever?


[MONA:] Pas tout de suite.

J'ai convoqué la presse.

(MAUDE arrive avec l'appareil photo du journal.)


[MAUDE:] Mona, je suis là!

(MAUDE aperçoit BRANDON-LEE.)


[MAUDE:] Oh! Wow!

Tu fais vraiment

une belle mascotte!


[MONA:] J'aimerais ça

que tu prennes une photo

et que tu fasses un petit

article dans le journal.

(MONA donne une pancarte à BRANDON-LEE.)


[MONA:] Brandon-Lee va être

notre mascotte et faire la promotion

du souper-bénéfice

des Grandes et Petites Soeurs.


[MAUDE:] Inquiétez-vous pas, Mona.

Je vais vous faire tout un article

avec une belle grosse photo

en première page.


[MONA:] Hum hum!
[MAUDE:] Souris, ma poulette!

(MAUDE prend une photo avec MONA qui fait un pouce en l'air à côté de BRANDON-LEE qui ne sourit pas.)

(Générique de fermeture)

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison

Résultats filtrés par