Image univers Subito Texto Image univers Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent et Sami, vivent leurs premiers moments au secondaire. Ensemble, ils tentent d'apprivoiser cet univers inconnu, mais débordant de promesses... et d'inquiétudes!

Site officielpour Subito Texto
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Le local secret pas si secret

Maude veut transformer le local secret en local du journal et se heurte aux réticences de Mélanie, qui veut conserver son emprise sur ce lieu. Heureusement pour Maude, elle reçoit l’aide de Jennifer et de Mme Préfontaine, qui ont chacune leurs propres raisons.



Année de production: 2014

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Début générique d'ouverture

Titre :
Subito texto

Titre :
Fin générique d'ouverture


MÉLANIE et MAUDE discutent en marchant dans un couloir de l'école.


MAUDE

Il faut trouver un moment pour

qu'on puisse se réunir puis...

on n'a pas d'endroit

À nous, pour le journal.


MÉLANIE ouvre la porte d'un local.


MÉLANIE

Ta-dam! Bienvenue dans

mon local secret, Maude!


MAUDE

Ah, c'est ici?

Je le connais, ce local-là! Je

suis déjà venue avec Jennifer.

Je pensais qu'il y avait un

vrai local secret dans l'école.

Ah, mais justement! Mélanie!

Ce local-là...


MÉLANIE

Monlocal, Maude.

Jennifer t'a peut-être

amenée ici,

mais elle ne t'a sûrement

pas montré... ça!

(Montrant un pot sur une étagère.)

C'est mon pot de formol.

Il appartenait à l'ancien prof

de chimie. Il paraît qu'il a

été renvoyé parce que...

(Parlant à voix basse)

... il faisait

des expériences sur les élèves!


MAUDE

Beurk!


Pendant ce temps, FRANCIS arrive dans la salle des pas perdus. JENNIFER est devant son casier non loin de lui.


JENNIFER

Francis, bouge surtout pas.

Ton chandail est comme

dans mon rêve: à l'envers!

C'est peut-être un

rêve prémonitoire...


FRANCIS

Un rêve prémonitoire?


JENNIFER

Chut! Dans mon rêve, tu te

faisais une blonde.


FRANCIS

Pff!

C'était qui?


JENNIFER

Ah non!

Ah non, je viens de me rappeler

de la suite de mon rêve!


JENNIFER part subitement. AUDREY arrive tout de suite après et ouvre son casier.


AUDREY

Salut! Ah oui,

je me demandais.

Le devoir de maths pour demain,

est-ce que ça te tente qu'on

le fasse ensemble?

Tu es super bon, puis

j'en arrache. Allez...


FRANCIS fait signe que oui.


AUDREY

Oui? Chez moi ce midi?


FRANCIS regarde AUDREY avec un grand sourire.


FRANCIS (En pensée)

Dans mon rêve,

tu te faisais une blonde...

blonde, blonde...


Pendant ce temps, MÉLANIE poursuit la présentation du local à MAUDE.


MÉLANIE

Puis ça, Maude, c'est mon stylo. Mais avant,

il paraît qu'il appartenait

À Victoire Desmarais.


MAUDE

Moi aussi, à sa place,

j'aurais écrit ici.

Mélanie, vu que tu es là,

j'aimerais te parler d'une idée

que j'ai eue pour le local.


MÉLANIE

Il est parfait comme ça. Ah!

Regarde! La tasse

de la dame blanche!


MAUDE

Mélanie, j'aimerais vraiment...


MÉLANIE

Connais-tu la légende? Il

paraît que la dame blanche

hante l'école durant la nuit!


JENNIFER ouvre subitement la porte du local et entre. MÉLANIE sursaute et échappe la tasse. La tasse se fracasse sur le plancher.


JENNIFER

Quoi? Avez-vous vu un rat?


MÉLANIE ET MAUDE

Un rat?


MÉLANIE

Beurk!

Est-ce que c'est toi qui l'as

invité dans mon local secret,

lui aussi?


JENNIFER

Bien là... Je savais pas

que j'avais pas le droit

d'en parler à Maude...

Les filles, vous allez capoter.

Je pense que je fais

des rêves prémonitoires!


MÉLANIE

Ah! Chanceuse! Moi, je me

souviens jamais de mes rêves.

Si ça se trouve,

ils sont prémonitoires

puis je le sais même pas.


JENNIFER

J'ai rêvé qu'il y avait un rat

dans l'école, ici même. Puis...

(Pointant MAUDE du doigt)

Toi aussi, tu étais là.


MAUDE

Ici?


MÉLANIE

Puis moi?


JENNIFER

Non, juste Maude.

Puis qu'est-ce qu'on faisait,

ici, toutes les deux?


MAUDE

Je sais ce qu'on faisait.

On commençait à s'installer dans

le nouveau local du journal!


MÉLANIE ET JENNIFER

Hein? Où ça?


MAUDE

Ici!

C'est ça que j'essaie

de te dire depuis tantôt!


MÉLANIE

Oui... Mais Maude, c'est...

C'est bien trop petit.


MAUDE

On va jeter les vieux cossins!


MÉLANIE

C'est pas insonorisé.

On entend tout ce qui

se dit dans le corridor.


MAUDE

Parfait pour les

enquêtes incognito!

Viens. On va aller demander la

permission à ton père avant

le début des cours.


JENNIFER

Puis pendant ce temps-là,

je vais chercher le rat.


MME PRÉFONTAINE entre dans le local, surprise d'y trouver les filles.


MME PRÉFONTAINE

Ah... Je viens juste porter

du vieux matériel sportif.

Vous avez pas le droit

de traîner ici.


JENNIFER

On... On cherche le rat.


MAUDE

Oui.

Puis on va continuer

nos recherches ailleurs. Venez.


Bonne journée!


Les trois filles sortent du local. MME PRÉFONTAINE examine brièvement les lieux. Elle éteint ensuite la lumière et ferme la porte. Peu après, MÉLANIE et MAUDE sont dans le bureau du directeur de l'école.


MÉLANIE

Le camelot a encore livré

notre journal chez le

voisin ce matin.

Ça a vraiment mis mon père

de très mauvaise humeur.


MAUDE

Quand ton père va apprendre

ce qu'on veut faire

pour le journal, ça va

le remettre de bonne humeur.


MÉLANIE

Maude... laisse-moi

lui parler d'abord, OK?

Je sais quoi dire

pour le convaincre.


MAUDE

OK. Bien, je vais être

pas loin si tu as besoin de moi.


MAUDE sort du bureau au moment où M. PRUD'HOMME y entre. Elle se retourne vers MÉLANIE brièvement.


MAUDE (En chuchotant)

Bonne chance!


M. PRUD'HOMME

Hum...

Bonne chance?


MÉLANIE

Ah! Ça veut

dire... « À tantôt ».


M. PRUD'HOMME

En langage texto, j'imagine.


MÉLANIE

C'est ça! Papa?


M. PRUD'HOMME

Oui?


MÉLANIE

J'ai très bien réfléchi et...

j'ai envie d'un piercing.


M. PRUD'HOMME

(Estomaqué)

Hein?

Pardon? Un piercing?

Mais... Non, non.

Je sais que je dois te

laisser faire tes propres

expériences personnelles,

mais un piercing, c'est non.


MÉLANIE

Mais j'ai vu un anneau

tellement cool!

Je pourrais le mettre... ici!


MÉLANIE montre le côté de son nez. M. PRUD'HOMME imite son geste.


M. PRUD'HOMME

Ici? Voyons!

Je n'ai jamais rien entendu

d'aussi absurde. Non.


MÉLANIE

Avec un autre dans le sourcil,

je pourrais les relier avec

la belle chaîne

que tu m'as donnée à Noël.


M. PRUD'HOMME

Pff! C'est hors de question!

Non! Non! Fin de la discussion.

OK? On est d'accord? Pff...


MAUDE, à l'extérieur du bureau, n'entend pas la conversation entre le père et la fille, mais elle voit par la fenêtre de la porte que le directeur n'est pas content. MAUDE décide d'entrer dans le bureau.


MÉLANIE

Viens-t'en, Maude.

Il veut pas.


MAUDE

M. Prud'homme, fâchez-vous

pas contre Mélanie! C'était mon

idée. Il y a plein d'avantages!


M. PRUD'HOMME

Les jeunes, vous

vous apprêtez à faire

ce que nous, les moins jeunes,

on appelait communément

« une erreur de jeunesse », puis

je ne vous laisserai pas faire.


MME PRÉFONTAINE arrive à ce moment, interrompant la discussion.


MME PRÉFONTAINE

Jean-Pierre, on a un problème.

Il y a un rat en liberté

dans l'école.

Est-ce qu'on a encore les

vieilles cages pour l'attraper?


M. PRUD'HOMME lève les yeux au ciel, découragé.


M. PRUD'HOMME

J'imagine que oui, dans

les locaux du concierge...

Je te dis, c'est la pire

journée depuis la rentrée.


MME PRÉFONTAINE

Je vais aller

avec vous les chercher.


M. PRUD'HOMME et MME PRÉFONTAINE sortent du bureau.


MAUDE

My God, Mélanie! Qu'est-ce

que tu lui as dit pour

qu'il pète sa coche?


MÉLANIE

Bien, que La Victoire voulait

le vieux local de débarras!


MAUDE soupire de déception et sort du bureau. MÉLANIE fait un petit sourire en coin et sort elle aussi. Pendant ce temps, chez les Allard-Fraser, FRANCIS aide AUDREY dans le devoir de mathématiques.


AUDREY

J'ai trouvé 35. Et toi?


FRANCIS (Regardant sa feuille)

Euh...


AUDREY

Tu n'as rien trouvé?


FRANCIS

Bien... Non, non! Oui...

Je voulais te montrer que

tu étais capable, toi aussi.


AUDREY

Ma mère aussi fait ça.

Si elle savait que j'ai

de la misère en maths,

elle me gosserait pour que

j'aille en récupération.

Au moins, ici, pas de

chance qu'elle nous voie.

Tu devrais calculer l'angle.


FRANCIS

Ah oui...


AUDREY

C'est rare, hein,

qu'on est juste tous les deux?

Quand on était bébés,

il paraît qu'on était tout

le temps ensemble. Genre, on

prenait notre bain ensemble.


Par mégarde, le bras de FRANCIS fait renverser le verre de jus sur la table. FRANCIS prend ce qu'il trouve près de lui pour éponger.


AUDREY

Francis! C'est mon foulard!


FRANCIS

Ah, désolé...


Pendant ce temps, JENNIFER se rend dans le local de débarras et découvre MME PRÉFONTAINE à genoux sur un tapis de yoga.


MME PRÉFONTAINE (Agacée)

Jennifer...


JENNIFER

Euh... J'ai entendu du bruit.

Je pensais que c'était le rat.


MME PRÉFONTAINE

J'étais sérieuse, ce matin:

personne ne doit traîner ici.


JENNIFER

Personne? Bien... Qu'est-ce

que vous faites ici, d'abord?


MME PRÉFONTAINE

Euh... je venais vérifier le

piège qu'on a mis dans le local

pour attraper ton rat.

(Apercevant la tasse brisée sur une des étagères)

Oh... Ma tasse...


JENNIFER

C'est à vous?


MME PRÉFONTAINE

Oh, non! Non, je me trompe.

Qu'est-ce que ma tasse

ferait ici? Ha! Ha! Hum...

Allez. Pas de traces de

rat à l'horizon. On sort.


MME PRÉFONTAINE entraine JENNIFER à l'extérieur du local avec elle. Pendant ce temps, MAUDE est seule dans le bureau du directeur et se pratique à le convaincre. JENNIFER entre.


MAUDE

Vous pouvez pas

dire non. Ah... C'est toi.

Qu'est-ce que tu fais ici?


JENNIFER

Je viens voir si M. Prud'homme

a vu un rat dans l'école.

J'espère vraiment que je fais

des rêves prémonitoires!


MAUDE

Moi aussi!

Dans ton rêve, tu m'aidais

pour le local, hein?


JENNIFER

Ah, oui!

Bon. Qu'est-ce que je peux

faire pour t'aider?


MAUDE

Tu peux commencer par

attendre le directeur avec moi.


JENNIFER s'assoit.


JENNIFER

OK!


Elles attendent un moment.


JENNIFER

Puis après?


MAUDE

Après, on va se

battre toutes les deux

pour que le local abandonné

devienne le local du journal.


JENNIFER

Ah oui! Puis si on gagne le

local, ça va vouloir dire que

j'ai vraiment un don!

OK. Je suis prête.


M. PRUD'HOMME revient dans son bureau.


M. PRUD'HOMME

Euh...

Maude, Jennifer,

que puis-je pour vous?


MAUDE

C'est au sujet de... ce dont

Mélanie vous a parlé tantôt.


JENNIFER

On partira pas tant que

vous aurez pas accepté.


M. PRUD'HOMME

Bon... C'est plus fort

que moi. Je ne peux pas laisser

ma fille se mutiler le visage!

Eille, des piercings

reliés par une chaîne...

Pourquoi pas un tatouage

dans le front, hein?


MAUDE

Mélanie ne vous a pas

parlé du local du journal?

Elle m'a menti!


Pendant ce temps, chez les Allard-Fraser, FRANCIS et AUDREY discutent.


FRANCIS

Eille, as-tu entendu

l'histoire des rats à l'école?


AUDREY

Ouache! Dis-moi pas ça!

Ça m'écœure, les rats.


FRANCIS

Mais non, ne t'en fais pas!

Les rats, quand

ils sont trop nombreux,

ils se mangent entre eux.


Le téléphone d'AUDREY sonne. FRANCIS regarde l'afficheur.


AUDREY

C'est qui?


FRANCIS

« Hugo Chérinou »? C'est qui

qui a un nom de même?


AUDREY

C'est le petit nom que

je donne à Hugo, mon

chum.


AUDREY prend le téléphone.


AUDREY

Allô! Puis, c'est comment, le

shooting?

(S'adressant à FRANCIS)

Hugo est mannequin pour des bas.

(Revenant à sa conversation téléphonique)

Non, non. Juste Francis.


AUDREY rit. FRANCIS est dépité. De retour à l'école, le directeur interroge les filles.


M. PRUD'HOMME

Non, mais... Depuis quand

La Victoirea un local?


MAUDE

Depuis aujourd'hui! On veut

transformer le local abandonné

en local du journal. On va

pouvoir travailler en équipe,

À notre goût!


M. PRUD'HOMME

Oui, mais... Un instant.

C'est parce qu'il faut

y penser! Je veux dire...

Le concierge va être obligé de

faire du temps supplémentaire...


MAUDE

La gang du journal va nettoyer

le local. Hein, Jennifer?


JENNIFER

Bien oui!

On tripe sur le ménage.


M. PRUD'HOMME

Non, c'est pas une bonne idée.

Ça fonctionne pas. Hum...

De toute façon, des

bons journalistes, ça n'a

pas besoin d'un local, hein?

Un bon journaliste peut pondre

son article n'importe où, hum?


Sur le bureau, le téléphone sonne. M. PRUD'HOMME prend le combiné.


M. PRUD'HOMME

Oui?

(Soupirant)

Bon...

La machine à café de la salle

des profs ne fonctionne plus?

Non, non, non. Je vais essayer

de l'arranger moi-même.

On n'a pas les budgets

pour la remplacer.

Non! Merci.


M. PRUD'HOMME sort rapidement de son bureau. JENNIFER se lève pour partir.


MAUDE

Attends, Jennifer!

Dans ton rêve,

étais-tu vraiment prête à tout

pour gagner notre combat?


JENNIFER regarde MAUDE avec un sourire entendu. Chez les Allard-Fraser, AUDREY est toujours au téléphone.


AUDREY

Ils t'engagent aussi comme

mannequin pour t-shirts?

Wow!

Oui, pour aller voir

ce soir. Bien... Ça dépend.

Si j'ai terminé mon devoir.

OK. Oui, c'est bon. Bisous.


Pendant ce temps, MAUDE et JENNIFER sont toujours dans le bureau du directeur. JENNIFER est assise sur la chaise du directeur et a mis ses pieds sur le bureau. MAUDE est assise en face d'elle.


MAUDE

C'est peut-être pas une bonne

idée, finalement. On n'a même

pas le droit d'être ici.


JENNIFER

Maude, tu peux pas partir

maintenant! Le directeur a dit

qu'on pouvait écrire

n'importe où. Moi, j'écris ici.


MAUDE

Il a dit qu'on pouvait

« pondre » n'importe où.


M. PRUD'HOMME revient et aperçoit les filles toujours dans son bureau. Il soupire.


M. PRUD'HOMME

Hum... Hein?

Qu'est-ce que vous faites ici?


JENNIFER se met à caqueter comme une poule.


JENNIFER

On pond un article

pour La Victoire!


MAUDE

Vous avez dit que

les bons journalistes pouvaient

écrire n'importe où?

On a choisi votre bureau.


M. PRUD'HOMME

D'accord... Installez-vous.

Je vais pouvoir

superviser votre travail.

Mais vas-y! Écris!


JENNIFER

J'ai pas d'inspiration.


MAUDE

J'ai un bon truc, moi,

quand on n'a pas d'inspiration.

Je dis un mot puis

tu me dis le premier mot

auquel ça te fait penser, OK?

« Journal. »


JENNIFER

« Local. »


MAUDE

« Débarras. »


JENNIFER

« Placard. »


MAUDE

« Vêtements. »


JENNIFER

« Magasin. »


MAUDE

« Argent. »


JENNIFER

« Papier. »


MAUDE

« Papier journal. »


JENNIFER

« La Victoire! »


MAUDE

« Local! » Hou! Hou!


M. PRUD'HOMME

Là, c'est assez! Vous pouvez

écrire partout sauf ici.


JENNIFER

Sur le toit de l'école.


M. PRUD'HOMME

Partout dans l'école.


MAUDE

Ah! Bien, bonne idée!

On va aller écrire

dans le local de débarras.


M. PRUD'HOMME

Non, non! Je veux plus

entendre parler de ce local-là.

Je le sais... Je le sais!

Je vais le transformer en

entrepôt de papier. Bien oui!


Pendant qu'il se retourne pour prendre les caisses de papier, MAUDE et JENNIFER en profitent pour sortir de son bureau.


M. PRUD'HOMME

Des belles caisses de papier

comme ça jusqu'au plafond.

Puis c'est pas dérangeant,

ça, des caisses de papier!

La commissaire scolaire va...

pas être fâchée.

(Constatant leur départ)

Ha! Parfait.


Peu après, MAUDE et JENNIFER se retrouvent dans le local de débarras.


MAUDE

Eille, le directeur est

vraiment tombé sur la tête.


MÉLANIE arrive.


MÉLANIE

Bon, vous êtes là!

Je vous cherche depuis

le début de l'heure du dîner.


JENNIFER

Pourquoi? Tu voulais

qu'on aille se faire

faire des piercings?


MÉLANIE

Oh... Ha! Ha!


MAUDE

Pourquoi tu as demandé

un piercing à ton père

au lieu de lui parler

du local du journal?


MÉLANIE

Euh... Pour te rendre service.

Avec mon père, si tu veux qu'il

dise oui, il faut d'abord que

tu lui demandes un truc

qui va le faire capoter.

Comme ça, après, tout a

l'air moins pire!

Bien, venez! On va aller

lui demander pour le local!


JENNIFER

Trop tard. On lui a

demandé, puis il veut pas.


MAUDE

Pire! Il veut remplir le local

de débarras avec des

boîtes de papier.


MÉLANIE

Quoi? Mon local secret!

Eille, c'était mon local à moi!

C'est de votre faute!


Elles entendent un grognement étrange.


MÉLANIE

Ça vient de là... C'est le rat.


MÉLANIE s'approche un peu.


MÉLANIE (En criant)

J'ai vu bouger!


Elles entendent le grognement à nouveau. MAUDE se dirige vers l'arrière d'une haute étagère. Elle aperçoit MME PRÉFONTAINE couchée sur son tapis de yoga qui dort en ronflant.


MAUDE retient un rire. JENNIFER et MÉLANIE s'approchent et voyant cela, se retiennent de rire également. MAUDE touche du pied la chaussure de MME PRÉFONTAINE. Celle-ci s'assoit et sursaute en les voyant.


MME PRÉFONTAINE

Hum? Encore vous?

J'ai bien fait de faire le guet.

Je savais que vous reviendriez.


JENNIFER

Vous êtes pas bien douée

pour faire le guet, hein?

Ça fait super longtemps

qu'on est là.


MME PRÉFONTAINE

Traîner super longtemps

dans des locaux interdits,

ça mériterait

une retenue, ça. Non?


MÉLANIE

Génial. Si mon père

apprend ça, c'est certain

qu'il va remplir le local.


MME PRÉFONTAINE

Remplir mon... Je veux dire,

ce... ce local-ci?


MAUDE

Oui. M. Prud'homme veut

mettre des boîtes de papier

du plancher jusqu'au plafond.


MME PRÉFONTAINE

Ah... Non, non.

Il peut pas faire ça.


MAUDE

Hum...

Vous pourriez lui dire,

vous, hein?

Vous êtes la seule personne

qui est capable de le convaincre

que le local serait bien

plus utile pour les élèves.


MME PRÉFONTAINE

Les élèves?


MAUDE

Oui!


MME PRÉFONTAINE

Non merci. Non. Jamais!


MÉLANIE

Pff...


MÉLANIE s'éloigne, découragée.


JENNIFER (S'adressant à MAUDE)

J'ai une idée...


Un peu plus tard, MAUDE est de retour à la maison et AUDREY lui montre des photos sur son téléphone.


AUDREY

Il est tellement beau!


MAUDE

Wow! Eille, c'est le plus

beau bas que j'ai vu de ma vie.


AUDREY

Pas le bas! Hugo!

C'est lui, le pied dans le bas.


MAUDE

Wow... Tu vas pas

le voir à son shooting?


AUDREY

Je peux pas. Francis

s'en vient. Il faut qu'on

finisse un devoir de maths.

Tu sais, je pense que Francis,

c'est pas une vraie bol.


MAUDE

Fais-moi confiance.

Francis est vraiment bolé.

Entre bols, on se reconnaît, hein?


AUDREY

En tout cas, ce midi,

il comprenait rien.


MAUDE

Bon! Tu diras aux

parents que je sais pas

À quelle heure je rentre.


AUDREY

Si je leur dis ça, ils vont

être frustrés après toi,

mais c'est après moi qu'ils

vont chialer. Tu le sais!


MAUDE

Merci, Audrey. Tu es la

meilleure des grandes sœurs.


Quelque temps plus tard, MAUDE est assise par terre dans le local de débarras avec JENNIFER.


MAUDE

C'est bizarre!

Il y a le masque

de Mme Préfontaine,

ses bouchons, son tapis,

son cadran...


JENNIFER

Oui, hein? Puis

la tasse aussi est à elle.


MAUDE

On dirait qu'elle vit ici.


JENNIFER

Peut-être qu'elle s'est fait

mettre en dehors de chez elle.

Ou peut-être qu'elle utilise

le local pour... pour voir

quelqu'un en cachette!

C'est peut-être une espionne!


MAUDE

Peut-être qu'elle vient juste

faire des siestes ici, aussi.


JENNIFER

Oui, c'est peut-être ça...


JENNIFER se lève précipitamment et se tient juste à l'extérieur du local.


JENNIFER

Hé ho! On est dans

le local interdit!


MAUDE

Jennifer! C'est pas censé

être dérangeant, un

sit-in!

On reste assises jusqu'à temps

qu'on obtienne notre local.


JENNIFER revient dans le local.


JENNIFER

Il y a quelqu'un qui arrive!


Pendant ce temps, on cogne à la porte chez les Allard-Fraser. AUDREY est assise à la table de la cuisine.


AUDREY

Entre, Francis!

(Regardant une photo sur son téléphone)

Wow! Cool t-shirt!


FRANCIS

Ah... Bien, merci!

C'est du langage binaire.


FRANCIS croit qu'AUDREY comment son t-shirt, mais elle regarde toujours son téléphone.


AUDREY

Non, c'est un signe chinois!

(Lui montrant la photo)

C'est Hugo, le mannequin

dans le t-shirt. Il est

tellement musclé...


FRANCIS

Mais se muscler

le cerveau, ça, c'est dur.


AUDREY

S'ils sont durs? Mets-en!


FRANCIS

Non, je... M'écoutes-tu?


AUDREY (Soupirant)

Hein? Non.


FRANCIS

Crois-tu à ça,

les rêves prémonitoires?


AUDREY

Quoi? Les rêves prémonitoires?

Tu crois à ça, toi?


FRANCIS

Non...


AUDREY

Bien moi, oui!


FRANCIS

Ah, bien...

Ce que je voulais dire

par « non », c'est...

c'est « non » dans

le sens de « oui ».


AUDREY

Hein? Dans le sens de... Quoi?


Pendant ce temps, M. PRUD'HOMME passe devant le local débarras dont la porte est ouverte et aperçoit MAUDE et JENNIFER. Il entre, en colère.


M. PRUD'HOMME

Ah non, non, non.

Là, les filles, vous ne

respectez pas le règlement.


MAUDE

On fait un sit-in.


JENNIFER

C'est une façon de protester de manière

calme et non violente.


M. PRUD'HOMME (Agacé)

Je sais c'est quoi, un

sit-in!

Je sais aussi que... c'est

interdit.


MAUDE

On n'abandonnera pas tant

que le journal n'obtiendra

pas son local.

Victoire Desmarais serait fière

de nous. Si personne ne lui

avait donné la chance d'écrire,

elle ne serait pas

devenue journaliste.


JENNIFER

Puis si vous donnez le local

au journal, vous allez

peut-être découvrir

une nouvelle Victoire Desmarais!


M. PRUD'HOMME

Grâce à moi, bien oui... Ha!

(Réfléchissant à voix haute)

Jean-Pierre

Prud'homme découvre une

nouvelle Victoire...

(Se ressaisissant)

Non, laissez faire. De toute

façon, les rêves, on sait que

ça se réalise pas souvent, hein?


MAUDE

Si vous n'essayez pas,

vous ne le saurez jamais.


JENNIFER

Oui. Puis si vous dites non,

tous les élèves de l'école

vont faire la grève.


MAUDE

Jennifer!


M. PRUD'HOMME

Moi, je suis prêt à encourager

des futurs journalistes.

Mais je ne suis pas prêt à

encourager des futurs rebelles.

Ça, c'est plus fort

que moi. OK?


M. PRUD'HOMME heurte une étagère en voulant sortir.


M. PRUD'HOMME

Ah!

Vous voyez, là? Là, le local

est rendu trop dangereux.

Il va être rempli de papiers.


MAUDE

On n'abandonnera pas

notre journal.


M. PRUD'HOMME

Ah oui? Je vous donne

30 minutes pour sortir.

Sinon, je vous enlève

le privilège d'écrire

dans le journal.


MAUDE

Bien, il y a les lettres

ouvertes. Hein, Jennifer?


M. PRUD'HOMME

OK, d'abord. Je vais

abolir le journal au complet. OK?


MAUDE

Êtes-vous correct,

M. Prud'homme?


M. PRUD'HOMME

(Soupirant)

Quand je vais revenir,

je veux que le local

soit vide. OK? Merci.


JENNIFER et MAUDE se regardent en souriant. Pendant ce temps, dans la cuisine des Allard-Fraser, FRANCIS s'explique avec AUDREY.


FRANCIS

Regarde... Ce midi, j'étais

pas dedans. Mais là,

je suis prêt.

L'aire totale...

La prof nous prend pour

des bébés de maternelle.

C'est toujours l'aire de la base

ou des bases plus l'aire

latérale.

Puis pour la boule qui n'a pas

de base, c'est 4 pi r carré.


AUDREY

Euh... Je dois être une tarte

parce que je comprends pas, moi.

Aire carrée, pi...


FRANCIS

Non, non! Excuse, Audrey.

C'est pas ce que je voulais

dire. C'est juste que « tarte »,

en anglais, c'est

« pie ».

P-I-E, puis ça ressemble à pi.


AUDREY se met à rire, mais c'est l'image sur son téléphone qui la fait rire.


AUDREY

Crampant!

Regarde le t-shirt!

Il est trop pissant.


FRANCIS (Déçu)

Crampant...


Peu après, MÉLANIE arrive dans le bureau de son père.


MÉLANIE

Bon! Je suis prête.

On peut y aller? J'ai faim.


M. PRUD'HOMME

Oui... Attends une petite

seconde, ma chouette. Tiens.

Lis ça en attendant.


MÉLANIE

« Méfiez-vous, le tétanos

est parmi nous »?

Pourquoi tu me donnes ça?


M. PRUD'HOMME

Parce que piercing mal

fait aujourd'hui égale tétanos

pour la vie.


MÉLANIE

Je n'en veux plus, de piercing.

Ce n'est plus la mode.


M. PRUD'HOMME soupire de soulagement.


MÉLANIE

C'est pour me faire la morale

que tu voulais qu'on reste ici?


M. PRUD'HOMME

Non. J'attends que tes deux

copines sortent du débarras

pour condamner le local

une fois pour toutes.

Maude et Jennifer ne t'ont

pas parlé de leur plan?

Elles font un sit-in.

Elles refusent de sortir!


MÉLANIE

Elles m'ont pas invitée...

Mais j'aurais refusé, là!


M. PRUD'HOMME

C'est parce que si elles

ne sont pas sorties dans 10

minutes, j'ai pas le choix:

je dois abolir le journal!


MÉLANIE

Quoi? Non, papa! Tu peux

pas faire ça!


M. PRUD'HOMME

Mais j'ai pas le choix!

C'est ça que je leur ai dit.

Je sais pas ce qui m'a pris.


MÉLANIE

Hum... Donne-moi

une clé du local.

Je vais trouver une façon

de les faire sortir puis je

vais barrer derrière elles!

Je sais comment fermer la porte

pour ne plus qu'on l'ouvre.

Elles se méfieront pas de moi!


M. PRUD'HOMME

Mouais... En échange de...


MÉLANIE

Mais en échange de rien!

Je veux juste te

rendre service, moi.

Mais... si tu y tiens vraiment,

tu pourrais m'acheter

des nouveaux anneaux?

Pour les oreilles?


M. PRUD'HOMME

Oui, les oreilles...

Tant que tu ne te les

mets pas dans le nombril

ou dans le nez... Tiens.


Chez les Allard-Fraser, FRANCIS profite de l'absence d'AUDREY et prend son téléphone. Il regarde les photos et se compare. Il se lève, s'assure qu'AUDREY n'est pas là et se met par terre pour faire des pompes. Il en fait quelques-unes et s'étend par terre, épuisé. AUDREY arrive et l'aperçoit.


AUDREY (En riant)

Ça va?


FRANCIS

Euh... Oui, oui! Je cherchais

mon verre de contact.


FRANCIS se relève un peu et fait semblant de chercher.


AUDREY

Tu n'en portes même pas.


FRANCIS

Je pensais que j'en

avais vu un.

Tu sais, que je n'en porte pas?


AUDREY

Bien là... On se connaît

depuis qu'on est bébés.

(AUDREY prend son téléphone, mais FRANCIS lui enlève.)


FRANCIS

Regarde. Assez,

les textos. Moi aussi,

j'ai quelque chose à te dire.


AUDREY

Parfait. De quoi

tu veux qu'on parle?


FRANCIS se sent mal tout à coup et lui remet le téléphone.


FRANCIS (Gêné)

De... De rien.

Je niaise. Tiens.


Ils se rassoient tous les deux. AUDREY lit des messages texte sur son téléphone. FRANCIS la regarde; excédé, il sort son propre téléphone, écrit un message texte et s'en va.


AUDREY (Lisant un message texte)

« Francis dit: Bye »?

Francis dit...


AUDREY lève les yeux et constate l'absence de FRANCIS.


AUDREY

Francis, attends!


Pendant ce temps, MAUDE et JENNIFER poursuivent leur sit-in dans le local.


JENNIFER

Ça donne quoi de se battre

pour le journal si on risque

de perdre le journal?


MAUDE

Je suis sûre que

le directeur bluffe.


MÉLANIE entre dans le local.


JENNIFER

C'est ton père qui t'envoie?


MÉLANIE

Oui. Je suis censée

vous faire sortir du local

puis barrer derrière vous.

Tiens. C'est la clé du local.

Vous allez en avoir besoin.

Mon père veut faire

réparer la poignée.

Je suis du bord du journal,

maintenant. Promis!


JENNIFER prend la clé.


JENNIFER (S'adressant à MAUDE)

C'est peut-être un piège.

As-tu oublié l'histoire du

piercing? Je vais la tester.


JENNIFER se lève et insère la clé dans la poignée.


MAUDE

Qu'est-ce que

ton père va dire?


MÉLANIE

Il va capoter.


JENNIFER

C'est la bonne clé!

Bon, bien...

On peut s'en aller. Comme ça,

ton père abolira pas le journal.


MÉLANIE

Puis on pourra revenir

demain pour protester!


MAUDE

Oui. Puis cette fois-là,

on n'abandonnera pas

jusqu'à temps que

La Victoireait son local.


JENNIFER

Sauf si ton père remplit

le local de papier ce soir.


MME PRÉFONTAINE entre dans le local et pousse un grand soupir en voyant les filles.


MAUDE

Mme Préfontaine,

on a découvert votre secret.


JENNIFER

Vous êtes une espionne.


MME PRÉFONTAINE

Ah!


MAUDE

Non. Vous faites

des siestes ici.


MME PRÉFONTAINE

Je faisais.

Mais à cause de vous, je vais

perdre mon local de

ressourcement.


MAUDE

Mais si le local

de débarras devient

le local du journal,

le directeur ne le remplira pas

de papier et, en tant que

superviseure du journal,

vous auriez un accès

privilégié au local.


MME PRÉFONTAINE

Hum...


M. PRUD'HOMME

Non, non, non...

Pas vous aussi! Elles vous ont

embarquée dans leur

sit-in.


MME PRÉFONTAINE

Mais jamais de la vie!

Sous aucun prétexte

je ne participerais à un

sit-in. Je préfère dire

que je participe à l'occupation

des lieux. C'est plus français.

En tant que superviseure

de La Victoire, je suis d'accord

avec les filles. Ce qu'elles

essaient de vous dire en

occupant les lieux,

c'est que le journal a besoin

d'un local, surtout à

Victoire-Desmarais.


MAUDE

Et la superviseure aurait

un beau local tranquille

quand elle en aurait besoin.


MME PRÉFONTAINE

Hum! Marché conclu!


M. PRUD'HOMME

Hein? Non, un instant.

Un instant.

Jesuis le directeur et

je prends les décisions.


Et, hum... comme

vous m'avez enfin fourni

de bons arguments,

je décide

(D'une voix plus forte)

je décide que le débarras deviendra

le local du journal.


JENNIFER ET MAUDE

Yes!


JENNIFER

Je le savais!

J'ai rêvé exactement à ça!


Ils entendent soudainement un couinement. MÉLANIE pousse un cri.


MÉLANIE

C'est... C'est le rat.

C'est le rat!


M. PRUD'HOMME

Ah non! Attendez, attendez.

C'est pas un rat méchant, ça.


M. PRUD'HOMME se penche et prend le rat sous l'étagère.


M. PRUD'HOMME

Non, c'est Hector!

C'est notre rat de laboratoire.

Allô, Hector!


MAUDE et JENNIFER sont attendries. M. PRUD'HOMME place Hector dans la boîte que tient MME PRÉFONTAINE.


M. PRUD'HOMME

Regarde! Hector... Je te dis

que tu nous en as fait voir

de toutes les couleurs, toi.


MME PRÉFONTAINE

Jean-Pierre! Mais là...


MME PRÉFONTAINE est un peu sous le choc et court derrière M. PRUD'HOMME hors du loca.


MAUDE

Bye-bye, Hector!

On a gagné!

La Victoirea son local!


MAUDE, JENNIFER et MÉLANIE poussent des cris de joie.


MÉLANIE (S'adressant à JENNIFER)

Tes rêves, ça marche vraiment!

J'espère que tu vas rêver

qu'on rencontre One Direction!


Quelque temps plus tard, FRANCIS et JENNIFER discutent en marchant sur le trottoir.


JENNIFER

Même si tu t'es pas fait de

nouvelle blonde, Francis,

comme dans mon rêve,

ton t-shirt était à l'envers

puis j'ai aidé Maude à trouver

un local pour le journal.

Presque tout de mon rêve

s'est réalisé! C'est un

rêve prémonitoire.

Puis si tu dis que c'est le

hasard, c'est que tu es jaloux

parce que toi,

tu n'as pas mon don.


FRANCIS

Ce que je vais te dire, tu

peux le répéter à personne, OK?

Moi aussi, je fais

des rêves prémonitoires.

Regarde. J'ai rêvé à Audrey.

Elle venait me voir puis

elle s'est excusée.


AUDREY arrive près d'eux.


AUDREY

Salut.

J'ai été poche. Désolée.


JENNIFER les regarde tour à tour avec surprise.


Fin de l'épisode


MÉLANIE

Salut, les subitos! Pour jouer

ou revoir des émissions,

visitez notre site!


Texte informatif :
tfo.org/subitotexto


Générique de fermeture

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison

Résultats filtrés par