Image univers Subito Texto Image univers Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent et Sami, vivent leurs premiers moments au secondaire. Ensemble, ils tentent d'apprivoiser cet univers inconnu, mais débordant de promesses... et d'inquiétudes!

Site officielpour Subito Texto
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Cauchemars en vrac

Inspirées par le local, Maude et Mélanie décident d’y faire un roman-photo d’horreur pour le journal. Audrey appelle Francis à la rescousse quand la dernière idée de génie d’Hugo tourne à la catastrophe.



Réalisateur: Stephan Joly
Année de production: 2014

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Début générique d'ouverture

Titre :
Subito texto

Titre :
Fin générique d'ouverture


Stéphanie court jusqu'à MAUDE dans le couloir de l'école. MAUDE porte de grosses chandelles dans ses mains.


STÉPHANIE

Maude! T'as pas oublié

que je reste à l'école

pour une réunion de professeurs,

hein? Puis Jacques

est à la boutique de disques

usagés avec Julien,

alors vous allez

souper entre sœurs.


MAUDE

Bien, Audrey va souper toute

seule parce que moi aussi,

je reste ici, avec Mélanie.


STÉPHANIE

Ah? Pourquoi les chandelles?


MAUDE

On a eu une idée d'enfer

pour le journal: on va

faire un roman-photo!


STÉPHANIE

Hon! Une belle histoire d'amour!


MAUDE

Vraiment pas, c'est

une histoire d'horreur

qu'on veut faire.


STÉPHANIE

C'est vrai que

c'est plus ton genre.


MAUDE

Ouais, et le local

du journal est plein

d'objets bizarres dégueu,

ça va tellement être inspirant!


STÉPHANIE

Ah, pour l'inspiration,

je suis pas inquiète!

Mais si l'orage menace encore

quand vous aurez fini,

attendez-moi, je vous

ramènerai en auto.


MAUDE

OK, merci!


MÉLANIE arrive à près d'elles.


MÉLANIE

Bon, Maude,

j'ai trouvé des allumettes!

On y va?


MAUDE

Ouais!


Chez les Allard-Fraser, AUDREY fait des redressements assis dans le salon. HUGO arrive.


HUGO

Allô, bébé chat!


AUDREY

Salut!


HUGO rejoint AUDREY dans le salon avec un sac.


HUGO

Devine qui a le chum

le plus fin au monde?


AUDREY

Si c'est du chocolat, ça veut

dire 50 redressements de plus...


HUGO

Bonne nouvelle:

ça se mange pas!


AUDREY

Bien là...

pas un bijou, quand même?


HUGO

Hum... Tu brûles!

Un bijou pour l'ordi

de ta famille, mettons.

Un processeur méga rapide.


AUDREY

Wow!


HUGO

Aussi vite que le gars qui l'a

acheté! Avec ça, vous allez

avoir un ordi comme neuf

pour une fraction du prix!


AUDREY

Tu l'as payé avec ton argent?

C'est vraiment fin!


HUGO

Ça me fait plaisir.

Ta famille est cool avec moi.


AUDREY

Oui, puis comme ça, tu vas

arrêter de dire que notre ordi

est aussi préhistorique

qu'un dinosaure, hein?


HUGO

C'est pas du luxe

de l'optimiser un peu,

avec votre forfait

basse vitesse extrême...


AUDREY

Je me demande juste si mes

parents vont être capables

d'installer ça comme du monde.


HUGO

Nan, inquiète-toi pas,

je m'en occupe.


AUDREY

Wô, minute!


Dans le couloir de l'école, STÉPHANIE quitte MAUDE et MÉLANIE.


MAUDE

Bye!


STÉPHANIE

Bye...

Attention avec

les allumettes, là.


MÉLANIE

Oui, inquiétez-vous pas.


[MAUDE:] [S'approchant

de MÉLANIE]

Inquiète-toi pas.

Il va surtout falloir faire

attention... aux squelettes!


MÉLANIE

Ah!


MÉLANIE pousse un cri de peur. Les deux s'esclaffent de rire.


MAUDE

J'imagine déjà des scénarios

vraiment épeurants!


MÉLANIE

Oui, mais Maude, faudra pas

oublier de mettre une belle

histoire d'amour dedans, hein?


MAUDE

Come on, Mel, on avait dit

une histoire d'horreur,

pas une histoire d'amour!


MÉLANIE

Oui, mais dans tout bon film

d'horreur, il y a toujours

une histoire d'amour.


Dans le salon des Allard-Fraser, AUDREY s'interroge sur les capacités d'HUGO.


AUDREY

T'as déjà installé ça,

un processeur, toi?


HUGO

C'est hyper facile sur

Internet. Cinq minutes

puis c'est réglé!


AUDREY

Attends donc que mes parents

reviennent, juste au cas...


HUGO

Les vieux connaissent rien

là-dedans, les ordis.

Ils sont démunis devant

une souris, ça fait que quand

tu commences à leur parler

de processeurs

puis de giga-onglets...


AUDREY

Giga-octets, tu veux dire?


HUGO

Ouan, c'est ça. En tout cas,

moi, je pense que ça va

les mêler plus qu'autre chose.


AUDREY

Es-tu sûr et certain

que ça se fait facilement?


HUGO

Si je te le dis, c'est

parce que c'est vrai, hein?


Dans les couloirs de l'école, FRANCIS et BASTIEN discutent tout en marchant d'un pas rapide. FRANCIS porte un avion téléguidé et BASTIEN tient la télécommande.


FRANCIS

Bon, il finit à quelle heure

de travailler, le concierge,

tu penses?


BASTIEN

Je le sais-tu, moi!


Tout en avançant dans le couloir, BASTIEN tente d'ouvrir les portes des salles sur leur passage.


FRANCIS

C'est sûr qu'il y a quelque

part dans l'école de sécuritaire

pour entreposer notre avion.


BASTIEN

Oui, mais il faut juste

trouver où!


FRANCIS

T'es sûr que

ton père est reparti?


BASTIEN

Bien oui, il est venu

me porter l'avion ce matin,

et après, il est reparti

au travail.


FRANCIS

T'as pas pensé que moi,

je suis pris à l'apporter

chez nous après?!


BASTIEN

Je pensais que

tu t'arrangerais avec

tes parents toi aussi.


FRANCIS

Bien non, ça a l'air qu'ils

avaient autre chose

au programme...


BASTIEN

Francis, je suis pas sûr

que c'est une bonne idée,

dans le fond, la garde partagée

de notre avion.


FRANCIS

Oui, ça risque d'être

compliqué, une semaine sur deux.


BASTIEN

Moi, ça me dérange pas

de le garder chez nous,

en tout cas.


FRANCIS

Moi non plus!


Pendant ce temps, MAUDE et MÉLANIE sont dans le local débarras. MAUDE fait sursauter MÉLANIE en grognant derrière elle.


MAUDE

Grr!!!!


MÉLANIE

Ah!! Arrête ça!

(Prenant quelque chose sur l'étagère devant elle)

C'est quoi, ça? Ark!


MAUDE

Bon, tu vois,

une histoire d'amour ici,

ça aurait pas rapport,

tandis qu'une histoire

d'horreur, ça serait parfait!


MÉLANIE déglutit péniblement.


MAUDE

T'as peur, c'est ça?


MÉLANIE

Non! Non, pas du tout, Maude!

Mais avec une histoire

d'amour, ça mettrait...

du suspense...


MAUDE

Du suspense?


MÉLANIE

Parfaitement!


Non loin, FRANCIS et BASTIEN discutent dans le couloir.


FRANCIS

OK, à l'avenir,

celui qui finit sa semaine

avec l'avion l'apporte

chez l'autre après.


BASTIEN

OK, mais ça règle pas le

problème: on fait quoi avec, là?


FRANCIS

Hmm... bien, regarde,

je peux réessayer ma mère

sur son cell.

Parce qu'apporter ça

chez nous à pied, oublie ça!


BASTIEN

Imagine s'il pleuvait

dessus en plus!


FRANCIS s'assoit et sort son téléphone.


FRANCIS

Non. Faut le laisser

À l'école.

À l'intérieur d'un local

qui se barre. Oh yes!


Dans le local-débarras, MAUDE se moque de MÉLANIE.


MAUDE

Est-ce que le gars

va embrasser la fille

ou... le contraire?!


MÉLANIE

Arrête, Maude,

c'est vraiment pas ça!

Mais t'sais dans les films

d'horreur, t'as toujours

un couple, et là, il y en a

un des deux qui disparaît

puis l'autre est pogné

pour se défendre tout seul

contre un fantôme

ou un maniaque...?


MAUDE

Ouin.

OK, mettons que

dans notre histoire,

le gars disparaît, et la fille

se retrouve seule...


MÉLANIE

... avec un genre

d'entité mystérieuse

qui hante...

bien, un vieux laboratoire!


MAUDE

Han-han!


STÉPHANIE marche dans le couloir et aperçoit FRANCIS et BASTIEN.


FRANCIS

Bonjour,

Mme Allard! Ça va bien?


STÉPHANIE

Très bien, merci! Et toi?


FRANCIS

Pas pire, pas pire...


STÉPHANIE

C'est à toi, cet avion-là?


BASTIEN

C'est à nous deux. Hein?


FRANCIS

Oui.


STÉPHANIE

Wow! J'allais dire

« modèle réduit » mais c'est

pas si réduit que ça, hein?


FRANCIS

Oui, c'est ça, on est un peu

mal pris. Vous vous rendiez pas

chez vous, par hasard?


STÉPHANIE

Non, j'ai une réunion

de professeurs.


BASTIEN

Est-ce que vous savez

s'il y a un local où on pourrait

le laisser jusqu'à demain?


STÉPHANIE

Y a toujours

la salle des profs?


BASTIEN

Pas trop sûr,

le professeur de sciences aime

pas trop ça quand je le reprends

devant tout le monde...


FRANCIS

Ouin, ce serait pas cool s'il

se vengeait sur notre avion...


STÉPHANIE

Je crois pas que ce soit

le genre de M. Roy.

Sinon, dans le gymnase,

l'annexe pour ranger le matériel,

elle se barre, non?


BASTIEN

Le gymnase, pas trop sûr...


FRANCIS

Disons que c'est pas vraiment

notre habitat naturel.


Dans le local-débarras, les filles réfléchissent à leur projet.


MAUDE

Mais il faut quelqu'un

pour prendre les photos,

donc laquelle de nous deux

fait la fille?


MÉLANIE

Bien, je me disais que,

vu que tu prends des super

belles photos...


MAUDE

Ouais, OK, c'est bon, Mélanie,

je te laisse faire la fille.


MÉLANIE

Yé!


MAUDE

Il faut quelqu'un

pour faire le gars.


MÉLANIE

Ouais. Bien, dans le fond,

n'importe qui qui est encore

ici à cette heure-là.

Mais faut pas qu'il soit laid,

par contre, hein!


MAUDE

Bien non.


MÉLANIE

Bon, je vais aller...

me trouver... un gars...


MÉLANIE se dirige vers la porte pour sortir, mais la porte n'ouvre pas. Dans le couloir, STÉPHANIE tente d'aider les garçons à trouver un local.


FRANCIS

Peut-être le local du

concierge, ça se peut-tu?


STÉPHANIE

Peut-être. C'est sûr

que le concierge pourrait

vous aider mieux que moi.

Je pense que je l'ai vu

dans le coin de l'auditorium.


FRANCIS

Ah, OK.


STÉPHANIE

Ou Georges est peut-être

encore à son bureau?


FRANCIS

OK, cool, on va essayer ça,

merci!


STÉPHANIE

De rien!


STÉPHANIE s'éloigne.


BASTIEN

OK, moi, je vais

au secrétariat, toi,

tu vas à l'auditorium?


FRANCIS

OK, parfait, on se rencontre

aux casiers après.


BASTIEN se penche pour prendre l'avion, mais FRANCIS l'interrompt.


FRANCIS

Eille, c'est ma semaine,

quand même...


Dans le local-débarras, MÉLANIE tente d'ouvrir la porte.


MÉLANIE

Je l'ai...


MAUDE

Ah oui, il faut tirer

après la poignée.


MÉLANIE

Ah, je l'ai!


FRANCIS passe devant le local-débarras au moment où MÉLANIE ouvre la porte.


MÉLANIE

Hé, salut!


FRANCIS

Est-ce que vous avez vu

le concierge?


MAUDE

Non, mais...


FRANCIS entre dans le local-débarras avec l'avion.


FRANCIS

C'est quoi, ce local-là?


MÉLANIE

Le local du journal.


FRANCIS

OK... Parce que je cherche

une place pour mettre mon avion.

Est-ce qu'il se barre,

votre local?


MAUDE

Ouais!

Puis tu tombes super bien,

parce qu'on a justement besoin

d'un acteur pour jouer

dans notre roman-photo.


Dans la tête de FRANCIS, toute une scène se déroule sous forme de roman-photo.


FRANCIS

Euh, non merci!


MÉLANIE

Bon bien, va mettre ton avion

ailleurs d'abord.


MAUDE

Ouin! Allez, dehors!


FRANCIS

Qu'est-ce que ça vous fait si

je mets ça ici?


MAUDE

Puis qu'est-ce que ça fait

qu'on prenne deux-trois

photos de toi?

Tu meurs au début de l'histoire.


MÉLANIE

Puis t'embrasses personne.


FRANCIS sort de sa rêverie et regarde les deux filles.


FRANCIS

J'espère!


MAUDE

Ça va être une histoire

d'horreur vraiment épeurante!


MÉLANIE

On va te faire mourir vite,

c'est promis.


FRANCIS

OK,

mais faut que j'avertisse

Bastien avant.

Vous touchez à mon avion puis

vous êtes mortes vous avec, OK?


FRANCIS place l'avion dans le fond du local-débarras. Il passe devant les filles avec un regard sévère et sort de la pièce.


MÉLANIE

OK...


[FRANCIS:] [Fermant la porte

du local]

Je reviens dans pas long!


Chez les Allard-Fraser, AUDREY s'inquiète.


AUDREY

J'aurais dû faire une copie

du disque dur, ça aurait pas

été bien long.

Je suis vraiment stupide.


HUGO

Heille, heille, heille!

Si y'a quelqu'un de stupide ici,

c'est sûrement pas toi!

J'ai bientôt fini, là.


HUGO est assis à la table de la salle à manger. Devant lui l'ordinateur est démantelé.


AUDREY

T'avais dit 5 minutes, pas 25!


HUGO

J'aime mieux prendre mon temps

puis faire du bon travail, OK?


AUDREY

Y a des techniciens

pour ça, aussi.


HUGO

Inquiète-toi pas

que les techniciens,

ils font ça vite pour

se débarrasser des clients!


AUDREY

Peut-être...


Dans le local-débarras, MAUDE se questionne sur le scénario de leur projet. MÉLANIE allume des chandelles sur une étagère.


MAUDE

Mélanie, on peut dire que

c'est juste des amis aussi,

hein, le gars et la fille.


MÉLANIE

Oui, oui, c'est

vraiment pas important.


MAUDE éteint les lumières. MÉLANIE regarde autour d'elle un peu inquiet.


MAUDE

Wow!

Une vraie ambiance

de film d'horreur!


MÉLANIE

Oui, c'est...

c'est vraiment parfait.


Dans la salle à manger des Allard-Fraser, HUGO branche l'ordinateur.


HUGO

Tiens, c'est fait, tu peux

dire merci au docteur Hugo!


AUDREY regarde sur la table et prend une plaquette.


AUDREY

Euh, Hugo, c'est quoi,

le petit morceau

qui reste?


HUGO

Ah, c'était un morceau

pas important, genre.


AUDREY tente d'ouvrir l'ordinateur.


AUDREY

Je pense pas, moi!

L'ordi veut pas redémarrer!

Qu'est-ce qu'on fait, là?


HUGO

Panique pas, faut juste

que je revoie la vidéo

du gars sur Internet.


AUDREY lève les yeux au ciel. Dans le local-débarras, MÉLANIE donne ses idées de scénario.


MÉLANIE

Un film d'horreur

vraiment épeurant,

c'est « Les vers de terre géants

envahissent New York ».

Ça raconte l'histoire

d'une gang de vers

de terre géants

qui envahissent New York.


MAUDE

Bien oui.


MÉLANIE

L'as-tu déjà vu?


MAUDE

Non, mes parents veulent pas

que je regarde

ce genre de film là.


MÉLANIE

Mon père non plus,

il veut pas.

Mais pendant le temps des Fêtes,

on va chez mon oncle Sylvain et

y a plein de films d'horreur!

Y en a même qui sont sur

des vieilles cassettes VHS!


MAUDE

Wow, chanceuse!


MÉLANIE

Mais le pire film d'horreur

de tous les temps, là,

c'est « Toby le Maléfique 3 ».

Tu sais, Toby?

Le petit garçon possédé

qui découpe sa famille

en petits morceaux?


MAUDE

Comme le cerveau là?

Je me demande c'était

À qui... Un prof?

Ou un élève?


MÉLANIE regarde le bocal dont parle MAUDE avec effroi.


MÉLANIE

Arrête, Maude!


MAUDE

Penses-tu que le cerveau

va avec le squelette?


MAUDE pointe le squelette pendu dans le coin du local.


MAUDE

En tout cas, donner

son corps à la science

puis finir dans un vieux

laboratoire d'école,

c'est vraiment poche!


MÉLANIE

Sérieux, Maude, arrête de

faire des farces avec ça, OK?


MAUDE

Je pensais que t'aimais

vraiment ça, les histoires

d'horreur.


MÉLANIE

Oui, mais pas quand

y a des fantômes dedans!

Je crois à ça, moi,

les âmes tourmentées

qui continuent de vivre

après la mort.


MAUDE (En riant)

N'importe quoi!

Non, mais franchement, Mel!


MÉLANIE

La porte!


La porte s'ouvre et BASTIEN entre dans le local. Il allume les lumières.


MÉLANIE

Eille! C'est quoi

ton problème?


[BASTIEN:] [Se précipitant

vers l'avion]

C'est quoi, ça, l'avion

À côté d'une chandelle?


FRANCIS entre à ce moment.


FRANCIS

C'était pas là tantôt.


BASTIEN

Bien oui, c'est ça!

C'est pas fort de passer

un avion de ce prix-là

À deux petites filles

qui font des expériences!


MÉLANIE

Pas rapport,

on fait un roman-photo.


MAUDE

Puis Francis va jouer dedans,

si tu voulais savoir!


FRANCIS (S'adressant à BASTIEN)

C'était ça ou on pouvait pas

mettre l'avion ici. Mais je

pense qu'on va trouver ailleurs.


BASTIEN

Très, très bonne idée, oui!


Les garçons saisissent l'avion et sortent du local. Les filles s'esclaffent. Soudain, elles entendent un bruit métallique.


MÉLANIE

As-tu entendu ça?

On dirait que leur super avion

a perdu un morceau!


MAUDE

Ah, le drame!


MÉLANIE

Il faut que je voie ça!


MÉLANIE court vers la porte pour l'ouvrir, mais la poignée lui reste dans les mains.


MÉLANIE

Euh, Maude...

C'est pas leur avion qui

a lâché, c'est la poignée.


MAUDE

C'est donc bien bête...


MAUDE tente de replacer la poignée.


MAUDE

Ça tourne dans le vide.


MÉLANIE

Ah! Mon père avait dit

qu'il la ferait réparer,

cette serrure-là!


MAUDE

Il a pas dit quand.


MAUDE rit, la poignée dans les mains. MÉLANIE se met à crier et à frapper sur la porte.


MÉLANIE

Eille, les gars! Les gars,

revenez! La poignée est tombée!


Dans le couloir, BASTIEN dit sa façon de penser à FRANCIS.


BASTIEN

La prochaine fois

que tu comptes jouer

dans un roman-photo

de filles de secondaire un,

fais-moi signe, je vais te

trouver une autre option.

Quinze options, même!


FRANCIS

OK, regarde, c'est beau.


BASTIEN

Une chance que je suis là,

sinon t'avais plus aucune chance

d'intéresser aucune fille

jusqu'au cégep, minimum!


FRANCIS

OK, regarde, j'ai compris!

Mais là, qu'est-ce qu'on fait

pour l'avion? Parce qu'il pleut

pour vrai dehors!


BASTIEN

Je sais pas.

Georges est parti.


FRANCIS

Puis le concierge

est pas trouvable.


BASTIEN

Pas le choix:

va falloir que t'attendes que

ta voisine finisse sa réunion

de profs pour partir avec elle.


FRANCIS

Ça peut prendre des heures,

une réunion de profs,

ça me tente pas de poireauter

ici toute la soirée!


BASTIEN

Qu'est-ce qu'on va faire,

d'abord?


FRANCIS

Bien...

On peut partir en taxi! Disons

que c'est à cause de toi

que je suis pris ici, ça fait

qu'on split les frais.


BASTIEN (Fouillant ses poches)

Je sais pas combien j'ai...


FRANCIS

Moi, j'ai juste des cennes.


BASTIEN

J'ai rien sur moi.


FRANCIS

OK, regarde,

je réessaye chez moi

une autre fois.


FRANCIS sort son téléphone et appelle chez lui.


FRANCIS

Allô, Vincent?

Les parents sont-tu là?

Ah. Elle m'a laissé

deux messages, tu dis?

Euh, oui, bye!


BASTIEN

T'appelles qui? Ta mère?


FRANCIS

Ma... ma voisine.


Le téléphone sonne chez les Allard-Fraser.


AUDREY

J'espère que

c'est pas mes parents!


HUGO

Au pire, réponds pas.


AUDREY prend le combiné.


AUDREY

Francis! Mon sauveur!

Je suis tellement contente

d'entendre ta voix!

Écoute, euh...

Peux-tu venir chez nous? Non,

c'est parce que Hugo voulait

changer de processeur,

mais là, l'ordinateur est

éventré, y a des pièces partout

puis il sait plus quoi faire!


HUGO

Je l'ai! Tout est

sous contrôle!


AUDREY

Non, non, tout est pas sous

contrôle! Viens-t'en,

s'il te plaît! Où ça?

En taxi...?

OK, non, deux secondes!


AUDREY fouille ses poches.


AUDREY

Oui, j'en ai!

Je vais le payer quand il va

arriver! Merci, merci tellement!


Dans le local-débarras, MÉLANIE tente de faire bouger le verrou de la porte avec ses doigts.


MÉLANIE

Envoye!!!


MAUDE

Mélanie,

la poignée est tombée un mètre

plus bas. Ton doigt peut pas

s'étirer jusque-là,

c'est physiologique.


MÉLANIE

Toutes les chandelles

sont éteintes, hein, Maude?

Si le feu pogne ici, on meurt!


MAUDE (Criant aux murs)

Eille, l'entité!

Oui, salut,

c'est Maude.

C'était juste pour te dire

que ça nous tente pas

d'être les deux prochains crânes

de ta collection!


MÉLANIE (Effrayée)

Sérieux, Maude,

arrête de niaiser avec ça, je

commence à avoir peur pour vrai!

C'est vraiment pas cool

d'être enfermées ici!


MAUDE

Voyons, Mélanie,

tu sais que notre école est bien

trop plate pour qu'il y ait

des fantômes!


La lumière s'éteint soudainement. MAUDE et MÉLANIE crient de peur.


Chez les Allard-Fraser, HUGO regarde le vidéo d'instructions sur son téléphone encore une fois.


AUDREY

Francis s'en vient

avec Bastien

et un autre gars, un anglophone,

Crazy quelque chose!


HUGO

Eille, ce sera pas mieux

si y a une armée de geeks

qui débarque, là!


AUDREY

Bien là, ce sera

sûrement pas pire!

(HUGO tourne son téléphone de côté.)


AUDREY

Qu'est-ce que tu fais?


HUGO

J'essaye de voir les détails

sur la vidéo, mais...


AUDREY

Bonne chance, avec une image

grande comme un timbre!


HUGO

Ouin.

C'est petit un processeur, hein?


À l'école, tout est sombre. STÉPHANIE sort d'une salle et parle au téléphone dans le couloir.


STÉPHANIE

Allô, Audrey!

Non, non, ma réunion

est pas finie, ça vient

juste de commencer.

Est-ce qu'il y a une panne

de courant chez nous?

Ah, parce qu'il y en a une ici.

Débrancherais-tu

l'ordi au cas où?

Oui, il est rempli

de documents importants

et il est un peu fragile, alors

disons que j'ai un petit stress.


À la maison des Allard-Fraser, AUDREY rassure sa mère au téléphone.


AUDREY

OK, oui, maman,

je vais débrancher l'ordi,

Non, inquiète-toi pas.

C'est bon, à plus.


On sonne à la porte.


AUDREY

Entrez!

(S'adressant à HUGO)

Touche plus à rien, OK?


FRANCIS et BASTIEN entrent avec leur avion et AUDREY part les accueillir.


BASTIEN

Je te l'avais dit que les

filles y avaient touché :

regarde l'aileron!


AUDREY

Salut! Tiens!


FRANCIS prend l'argent que lui tend AUDREY et le donne à BASTIEN.


FRANCIS

OK, va payer le taxi,

puis en même temps, retourne

chez moi et va chercher de quoi

pour réparer Crazy Storm.


BASTIEN

OK, c'est bon!


AUDREY

Ah! Crazy Storm, c'est un avion!


HUGO

On pensait que

c'était un autre geek.


FRANCIS lance un regard à HUGO.


AUDREY

Hugo veut dire un autre gars.

Viens-t'en!

Eille, tu me sauves la vie, je

sais pas comment te remercier!


FRANCIS entre dans la salle à manger. HUGO se lève et le regarde durement. FRANCIS prend place devant l'ordi sur la table.


FRANCIS

OK. Bon, premièrement,

on va regarder

ce que tu veux remplacer...


Pendant ce temps, dans le local-débarras, MAUDE appelle sa mère sur son téléphone et lui laisse un message.


MAUDE

Salut, maman, c'est Maude.

Moi et Mélanie,

on a un gros problème, on est

embarrées dans le local du

journal. Ça fait que...

on attend que tu viennes

nous ouvrir...

Bye!


MÉLANIE est assise, effrayée.


MÉLANIE

Pourquoi mon père

est en réunion, hein?

Puis pourquoi il éteint toujours

son cell quand il est

en réunion?

Pour une fois qu'on a besoin

de lui à l'école...


MAUDE

Ma mère est pas loin, puis

elle va prendre ses messages

après sa réunion,

inquiète-toi pas.


MÉLANIE

T'es sûre?


MAUDE

Elle prend toujours

ses messages.

Faut juste attendre

qu'elle arrive.


MÉLANIE

Si tu le dis.


MAUDE

En attendant,

on a un roman-photo à faire!


Chez les Allard-Fraser, FRANCIS tente de réparer l'ordinateur.


FRANCIS (S'adressant à HUGO)

Euh, OK, premièrement,

c'est pas des Lego, tu peux pas

tout coller ensemble.


HUGO

D'après moi, le problème

vient de l'ordi,

y a comme une manette

lousse là-dedans.


FRANCIS

Une manette?


HUGO

Bien, le gars sur Internet,

il connaissait ça, lui!

Ah, je sais! Je vais demander à

Big Dave qu'il regarde la vidéo

et qu'il me dise les étapes.

(Appelant sur son téléphone)

Oui, Big? Ton ordi est allumé?


FRANCIS (S'adressant à AUDREY)

Big Dave, c'est le gars

qui a gagné la compétition

d'haltérophilie, ça?


AUDREY

Ouais, puis d'après moi, il a

redoublé sa maternelle 3 fois.


FRANCIS rit. Dans le local-débarras, MÉLANIE commence à paniquer.


MÉLANIE

Non, sérieux, Maude, j'aime

vraiment pas ça être ici, là...


MAUDE

OK, je sais que c'est

un peu plate quand on a

peur pour vrai, mais...

bon, peut-être

que c'est de ma faute,

j'ai un petit peu

beaucoup niaisé

(D'une voix forte)

avec les ENTITÉS!!


MÉLANIE (Effrayée)

Ah, arrête ça,

j'aime vraiment pas ça!


MAUDE

Oui, OK, c'est bon,

j'arrête! Stop.


Chez les Allard-Fraser, AUDREY regarde FRANCIS qui travaille à répare l'ordinateur.


AUDREY

Puis, ça a l'air de quoi?


FRANCIS

Bien, son clip servira pas

À grand-chose,

parce que le nouveau processeur

est pas compatible avec ton ordi.


AUDREY

Sérieux? Faut remettre

l'ancien, d'abord?


FRANCIS

Exact! Mais tu vas voir,

y a rien qui va paraître.


BASTIEN revient et les rejoint dans la salle à manger.


BASTIEN

OK, là, plus personne touche

À notre avion à part nous deux,

OK?!


FRANCIS

Oui, oui, c'est beau.


BASTIEN s'assoit à la table et examine les différentes pièces de l'ordinateur démantelé. HUGO revient tout en parlant au téléphone. Il prend une pièce de l'ordinateur sur la table.


HUGO

OK... C'est bon, je l'ai.

(Tendant la pièce à FRANCIS)

Commence par visser ça

sur la carte.


BASTIEN

Wô, tu visses rien, toi, là!


[FRANCIS:] [Prenant la pièce

que lui tend HUGO]

Non, ça,

ça va sur un avion, pas un ordi.


HUGO regarde avec désarroi BASTIEN et FRANCIS manipulant les pièces électroniques.


AUDREY

C'est vrai que ça se

ressemble, tout ça, hein?

Surtout que t'es un peu myope,

hein, mon amour?


HUGO

Bien non, son bien

corrects, mes yeux!


Dans le local-débarras, MAUDE tente de rassurer MÉLANIE.


MAUDE

Surtout qu'on a tout ce qu'il faut

pour faire une belle

histoire d'amour.


MÉLANIE

Euh, entre deux cerveaux?


MAUDE

Ouais. Un cerveau gars...

(D'une voix grave)

« C'est cool d'avoir

deux hémisphères,

mais ça m'empêche pas

de me sentir seul... »


MAUDE s'amuse en prenant des photos des objets et en imitant des voix.


MAUDE (D'une voix aiguë)

« Coucou chéri,

j'ai lu dans tes pensées!

Facile, le bocal est

transparent! »


MÉLANIE rit.


MÉLANIE

T'es nouille, Maude!


MAUDE

Mais ça se gâte

quand y a un rival

qui arrive!

(Prenant un crâne sur l'étagère)

Un beau crâne

un petit peu vide.


MÉLANIE

Oh, il pourrait

parler comme Hugo!

Ah, ce serait

tellement drôle!


MAUDE

Ouais! Puis l'autre cerveau

pourrait être un genre de...

prince charmant ridicule!


MÉLANIE

Un peu nerd, comme Francis!

Oh oui, j'aime ça, j'aime ça! On

continue, on prend des photos!


Chez les Allard-Fraser, AUDREY regarde FRANCIS et HUGO et se met à rêvasser sous forme de romans-photos.


FRANCIS

Les gros muscles, ce n'est pas tout

dans la vie ma dulcinée!


HUGO

Écoute le pas bébé chat.

C'est pas un gars pour toi.

C'est juste un cerveau.


AUDREY

Ah! Comment choisir???


AUDREY revient à elle.


[HUGO:] [Montrant une pièce

à FRANCIS]

Ouan, je pense que t'aurais dû

mettre ça en premier.


AUDREY

Hugo...

Laisse-le faire, OK?

Je pense que tu le déranges

plus que tu l'aides.


HUGO

Ah ouin?

C'est bien correct. Passez-vous

de mes services, d'abord.


HUGO se lève, vexé, et quitte la pièce.


AUDREY

Bien là, voyons,

prends-le pas comme ça...


Dans le local-débarras, les filles poursuivent leur histoire.


MAUDE

Moi, je dis

que le cerveau fille

devrait choisir

aucun des deux:

les deux lui donnent

mal à la tête!


MÉLANIE s'esclaffe.


MÉLANIE

Oh, Maude, arrête,

tu me donnes envie de pipi!


MAUDE

(Prenant une voix grave)

« Si tu me choisis, bébé,

je vais t'acheter une super

belle paire de souliers! »


MÉLANIE rit. MAUDE poursuit son histoire.


MAUDE

« Voyons, imbécile,

“elle n'a pas de pieds!

‘Si tu me choisis, ma dulcinée,

‘je vais t'acheter

un bocal plus grand,

avec un bain-tourbillon dedans!’


Les deux filles rient. De son côté, FRANCIS termine la réparation de l'ordinateur.


FRANCIS

Et le tout est réinstallé!


AUDREY

Pour vrai?


FRANCIS

Oui!


AUDREY

Yé!

Eille, merci, merci!


FRANCIS

Euh...


FRANCIS appuie sur le bouton pour démarrer l'ordinateur, mais sans succès.


AUDREY (Alarmée)

Quoi?


FRANCIS (Désemparé)

Je sais pas...


AUDREY

Ma mère doit revenir

bientôt, là!


FRANCIS

Non, mais je comprends pas,

ça devrait repartir.

Pourquoi ça...


Pendant ce temps, les filles s'amusent dans le local-débarras.


MÉLANIE

Arrête, Maude, sérieux!

Si tu continues comme ça,

je vais faire

pipi dans mes culottes!


MAUDE

Au pire, y'a des bocaux vides.


MÉLANIE

Ark!


La lumière revient.


MÉLANIE ET MAUDE

Yé!


MÉLANIE

Yes! Ah, l'orage doit s'être

calmé, on va s'en sortir!


MAUDE

À moins que

le cell de ma mère

lâche avant qu'elle ait eu le

temps de prendre ses messages!


MÉLANIE

Pardon?


MAUDE

Non, non, non, non, c'était

des blagues, j'ai rien dit!


MÉLANIE

OK, mais ça se peut

quand même!


MAUDE

Hmm...

Ma mère sait qu'on est ici.

Je suis sûre qu'elle va venir

deux secondes après sa réunion.


MÉLANIE

Oui, j'imagine...


Chez les Allard-Fraser, on entend la porte d'entrée s'ouvrir et se refermer.


AUDREY

Hugo?


BASTIEN entre dans la salle à manger.


BASTIEN

Non, c'est moi,

j'ai mis l'avion dans le garage,

est-ce que c'est correct?


AUDREY

Oui, oui. C'est correct.


BASTIEN

Puis, l'ordi?


FRANCIS

Je sais pas, j'ai mis

le vieux processeur,

mais ça commence comme pas!


BASTIEN prend le fil électrique qui traîne par terre et le branche.


BASTIEN

T'as peut-être oublié de

le brancher aussi?! Ta-dam!


AUDREY

Oh, mon Dieu!

Merci, merci, merci!

Merci tellement!


AUDREY se lève et se jette dans les bras de BASTIEN. Elle se retourne ensuite pour faire un câlin à FRANCIS.


AUDREY

Merci, Francis, pour vrai,

t'es le plus hot!!!

T'es vraiment le plus hot!


FRANCIS

Ha, ha, ha!


Dans le local-débarras, les filles sont assises par terre et commencent à s'impatienter.


MÉLANIE (Regardant sa montre)

Elle finit à quelle heure,

la réunion de ta mère?


MAUDE

Aucune idée...


MÉLANIE

J'ai tellement envie, là,

je commence à y penser pour

vrai, à ton idée du bocal.


SOUDAIN, la voix de STÉPHANIE retentit de l'autre côté de la porte.


STÉPHANIE

Maude?


MAUDE

Oui!!! On est là, maman!!!

On est là!!


STÉPHANIE

As-tu la poignée

de ton côté?


MAUDE

Oui.


STÉPHANIE

Mets-la vis-à-vis.


Les filles replacent la poignée dans le trou de la porte.


STÉPHANIE

Oui, on l'a!


MAUDE

OK!


La porte s'ouvre et STÉPHANIE entre.


MAUDE (Enlaçant sa mère)

Ah! Fiou!

J'avais peur que tu prennes pas

tes messages!


MÉLANIE

Quoi?!


STÉPHANIE

Je prends toujours

mes messages!


MAUDE

J'ai jamais été aussi contente

que tu travailles à l'école!


MÉLANIE

Scusez, Mme Allard,

faut que j'aille aux toilettes!


MÉLANIE se précipite à l'extérieur du local. STÉPHANIE examine l'intérieur du local.


STÉPHANIE

Dis donc,

je me serais fait des méchantes

peurs si j'étais restée

enfermée ici, moi!


MAUDE

Ouin, j'avoue que...

j'ai été obligée d'inventer

une histoire d'amour

pour nous changer les idées.


STÉPHANIE

Ah bien! Conte-moi ça!


MAUDE

Ah non, c'est compliqué, je te

montrerai ça avec Mélanie.

On peut-tu s'en aller?

Je suis plus capable.


STÉPHANIE

Absolument, viens-t'en.


La mère et la fille sortent du local-débarras.


Début animation sous forme de romans-photos


CERVEAU-FILLE

Mon cœur t'appartient,

je le jure!


CERVEAU-GARÇON

Alors pourquoi l'ai-je vu

dans un autre bocal?


[CERVEAU-FILLE:] [Dans

sa tête]

Je devrais peut-être lui dire

pour l'accident et le don

d'organes...


CERVEAU-GARÇON

Je n'en peux plus, tu ne

m'écoutes jamais!

Je te quitte pour une oreille!


CERVEAU-FILLE

Non! Non reviens!


CRÂNE-GARÇON

Oublie-le chérie, nous sommes

faits pour aller ensemble!


CERVEAU-FILLE

C'est vrai qu'on se complète bien.


UNE VOIX

‘Alors ils vécurent heureux

mais n'eurent pas d'enfants

pour cause de...

pièces manquantes.’

Fin.


Fin animation sous forme de romans-photos


STÉPHANIE et MAUDE reviennent à la maison.


STÉPHANIE

En tout cas, Maude, j'en

reviens pas à quel point

vous avez bien travaillé!

Il est tellement super,

ton roman-photo! En plus,

il finit bien.

J'avais peur de voir arriver

une oreille là-dedans!


MAUDE

Ouache!


STÉPHANIE et MAUDE arrivent dans la salle à manger. AUDREY, FRANCIS et BASTIEN sont assis autour de la table.


AUDREY

Salut!


STÉPHANIE

Salut.


STÉPHANIE et MAUDE les regardent.


AUDREY

Ah, on faisait

un travail d'équipe.


FRANCIS

Oui, une... une recherche sur

l'évolution de l'informatique.


AUDREY

On partait de loin, disons.


STÉPHANIE

Je comprends!

Si les transports avaient évolué

aussi vite que les ordis,

on pourrait se téléporter!


FRANCIS et BASTIEN se lèvent en riant.


BASTIEN

Bon, nous, il faut aller

préparer notre avion.


MAUDE

Le préparer?


FRANCIS

Ah, il nous reste

quelque chose à réparer

avant de pouvoir décoller.


MAUDE

Faudrait le dire à Hugo, hein.

Il est dehors avec...


BASTIEN regarde FRANCIS, affolé.


BASTIEN

Non! Il vente bien trop,

il va le faire crasher!


FRANCIS

C'est un cauchemar!


Les deux garçons se précipitent à l'extérieur.


STÉPHANIE

Pauvre Francis!


AUDREY

Il y a quand même pire

comme scénario d'horreur.


MAUDE

Mets-en!


STÉPHANIE

Il est-tu

correct, l'ordi?


Fin de l'épisode


MAUDE

Pour jouer ou revoir des

émissions, visitez notre site.


Texte informatif :
tfo.org/subitotexto


Générique de fermeture



Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison

Résultats filtrés par