Image univers Subito Texto Image univers Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent et Sami, vivent leurs premiers moments au secondaire. Ensemble, ils tentent d'apprivoiser cet univers inconnu, mais débordant de promesses... et d'inquiétudes!

Site officielpour Subito Texto
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Ouste Maman!

Maude en a assez d’avoir sa mère Stéphanie qui dort dans sa chambre, elle se sent envahie. Elle veut donc trouver un moyen subtil pour lui faire comprendre. De son côté, Francis tente d’impressionner Audrey avec une histoire de fausse blonde ontarienne.



Réalisateur: Sylvain Roy
Année de production: 2014

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Début générique d'ouverture

Titre :
Subito texto

Titre :
Fin générique d'ouverture


C'est le matin chez les Allard-Fraser.


STÉPHANIE

(S'adressant à MAUDE)

Réveille-toi, ma grande.

La journée t'appartient.


MAUDE

Je te la redonne.


STÉPHANIE

Hé, allez!

Ta soeur s'est levée bien plus

tôt que toi pour sa pratique.

Allez, hop!

Viens là!

Je vais te préparer un yogourt

nature avec des fruits frais.

C'est important de bien manger

pour commencer la journée.


MAUDE

Maman, on n'est pas dans

une annonce de jus d'orange.


MAUDE se lève et ouvre son tiroir.


MAUDE

Maman, tu as mis tes affaires

dans mon tiroir!

(En pensée)

J'ai tellement hâte

qu'elle parte de notre chambre.


Pendant ce temps à l'école, BASTIEN, occupé à son casier, voit arriver FRANCIS.


BASTIEN

Oh! Attention, attention!

Après un stage scientifique

dans un collège de l'Ontario,

Francis Beaucage est de retour!


FRANCIS

Ils ont entendu.


BASTIEN

Tu ne veux pas que je dise

à tout le monde

que tu as passé deux semaines

entouré de belles demoiselles

et que tu t'es même fait

une blonde?


FRANCIS

Là, je pense que

tout le monde t'a entendu.


BASTIEN

OK, j'arrête de niaiser.

Sérieux.

Je suis content de te revoir.


FRANCIS

Moi aussi.


BASTIEN

Mon oeil.

Je suis sûr que tu aurais voulu

rester avec ta blonde.


FRANCIS

C'est sûr...


BASTIEN

Raconte.


FRANCIS

Qu'est-ce que tu veux savoir?


BASTIEN

Je n'en reviens pas

que tu aies réussi

à pogner une fille aussi belle.

C'est presque impossible.


FRANCIS

Me semble que ça se peut.


Dans la cuisine des Allard-Fraser, STÉPHANIE chantonne. JACQUES arrive.


JACQUES

Ouin. Allo.

Tu as l'air

de bonne humeur à matin.


STÉPHANIE

Écoute, depuis que je dors

avec les filles,

j'ai l'impression

de revivre mes 20 ans.

Tu sais, le premier appart avec

mes colocs puis tout.

C'est tellement agréable!

En plus, ça ressert nos liens.


JACQUES

Tant mieux.

Faut quand même penser

à regarder pour un appart

bientôt, comme on avait décidé.


STÉPHANIE

C'est sûr.


JACQUES

Pendant la pratique d'Audrey,

j'ai entouré des annonces.

Ils n'ont pas l'air si pires.

Puis ce n'est pas trop loin

d'ici à part ça.


STÉPHANIE

(Regardant l'annonce)

Ce n'est pas donné.


JACQUES

Parlant de ça.

J'ai une mauvaise nouvelle.


MAUDE fait irruption dans la cuisine.


MAUDE

Allo.


JACQUES

Allo, ma grande.


STÉPHANIE

(S'adressant à MAUDE)

Protéines,

glucides et vitamines,

de quoi commencer

la journée du bon pied.


MAUDE

Tu es intense le matin.


STÉPHANIE

(Se tournant vers JACQUES)

C'est quoi,

ta mauvaise nouvelle?


JACQUES

Faut acheter

d'autres patins à Audrey.


JACQUES

Encore?


MAUDE

Elle grandit encore des pieds?


JACQUES

Ça a bien l'air.


MAUDE

Changez ses patins,

ça va être réglé.


STÉPHANIE

Maude, sais-tu combien ça

coûte des patins de compétition?

À peu près le prix d'un loyer.


JACQUES

Oui.

Ça veut dire qu'il va falloir

attendre encore un mois

avant de se prendre un appart.


MAUDE

Mais non, mais vous ne pouvez

pas me faire ça!

Euh... vous ne pouvez pas

vous priver pour ça.


STÉPHANIE

Ne t'en fais pas,

ma grande.

On ne se prive pas du tout.

Moi, passer un autre mois

avec vous dans la chambre,

ça me fait juste plaisir.

Pas toi?


MAUDE

(Mentant)

Mais oui.


À l'école, FRANCIS raconte son histoire d'amour à BASTIEN.


FRANCIS

Je n'ai rien fait.

C'est elle qui me courait après.


BASTIEN

Sérieux?


AUDREY arrive à son casier, juste derrière.


FRANCIS

Audrey.


AUDREY

Tu es revenu?


BASTIEN

Mais son coeur

est resté là-bas.


AUDREY

Ah oui, ta nouvelle blonde.

Ça dure toujours?


BASTIEN

On dirait, hein?


AUDREY

Je n'en reviens toujours pas.


FRANCIS

Me semble que ça se peut.


AUDREY

Non, je ne disais pas tout ça

dans le sens de...

comment elle s'appelle?


FRANCIS

Vicky Morrissette.

Tu n'as pas suivi mon histoire

sur Facebook?


AUDREY

Je n'ai vraiment eu le temps.


BASTIEN

(Regardant la photo)

Elle est vraiment elle.

Je n'en reviens pas.


AUDREY

Oh wow.

C'est vrai

qu'elle est belle.

Tu ne t'ennuies pas trop?


FRANCIS

Un peu.

C'est plus elle qui me texte.


AUDREY

Je suis tellement contente

pour toi. C'est vraiment cool.

Bien, il faut vraiment

que je vous laisse.

À plus tard. Bye!


FRANCIS regarde AUDREY s'en aller.


BASTIEN

(S'adressant à FRANCIS)

C'est quoi ton problème?

Tu as une blonde

puis tu n'es pas content?


FRANCIS ne répond rien. MAUDE croise HUGO dans le couloir.


HUGO

Maude. Audrey t'a dit que

j'allais devenir une vedette?


MAUDE

Pas encore.


HUGO

Non. Là, je vais passer

à la TV pour de vrai.


MAUDE

Wow.


HUGO

Oui.

Je fais partie des élus.

Mon agent a sélectionné

un petit groupe de jeunes

pour faire partie

d'une pub super payante.


MAUDE

Une pub de quoi?


HUGO

Des bandelettes nasales.

Les Magic Snooze.

C'est une super pub.


MAUDE

C'est quoi,

des bandelettes nasales?


HUGO

C'est pour pas que tu ronfles.

Ça ouvre tes narines,

ça fait que l'air passe mieux,

ça fait que tu ne ronfles pas.


MAUDE

OK.


HUGO

Le concept de la pub est malade.

C'est des jeunes en camping

qui ne sont pas capables

de dormir à cause d'un gars.

Pourquoi tu penses?


MAUDE

Le gars ronfle.


HUGO

Comment t'as fait

pour deviner?


MAUDE

Coup de chance. Puis

tu veux le rôle du ronfleur?


HUGO

Comment t'as fait

pour deviner?


MAUDE

Je te connais.


HUGO

Oui.

Puis l'audition, c'est ce soir,

c'est la chance de ma vie.

Il faut que je sois

top shape.


MAUDE

Je suis sûre que tu vas donner

ton 100%.


HUGO

Plus même, s'il faut.

C'est super payant.


MAUDE

(Intéressée)

Ah oui?


La discussion se poursuit entre FRANCIS et BASTIEN.


FRANCIS

Ce n'est pas vrai, ma blonde.


BASTIEN

Hein!? Ce n'est pas vrai?

Tu n'as pas de blonde?


FRANCIS

Bien non.

Vicky, c'est une fille avec qui

je m'entendais bien. C'est tout.


BASTIEN

Ça fait que tu m'as niaisé

pendant deux semaines?


FRANCIS

Je m'excuse, man.

Je voulais qu'Audrey

me voie différemment.

Comme un gars capable

d'avoir une blonde,

comme un chum potentiel.


BASTIEN

Je ne suis pas sûr

que ta stratégie a fonctionné.


FRANCIS

Elle n'a même pas suivi

mon histoire sur Facebook.


BASTIEN

Au moins, je ne suis pas le

seul à ne pas avoir de blonde.

C'est comme un mal

pour un bien.


FRANCIS

C'est con comme plan.


BASTIEN

Non, non.

C'est un super plan. Il faut

juste l'ajuster un peu.


FRANCIS

L'ajuster comment?


BASTIEN

Faut mettre l'emphase sur toi

plutôt que sur ta pas blonde.

Ne t'en fais pas.

Pour le moment,

il faut que tu aies

un tête-à-tête avec Audrey.


FRANCIS

Un chausson avec ça?

Comment tu veux que je fasse?


BASTIEN

Premièrement...

(Ne trouvant rien à ajouter)

Ce n'est pas juste à moi

de faire ça.

OK?


Dans le couloir, MAUDE insiste auprès d'HUGO.


MAUDE

Par hasard, tu ne pourrais

pas référer Audrey à ton agent

pour un autre rôle de jeune?


HUGO

Moi puis bébé chat à la TV?

C'est une bonne idée.


MAUDE

Ça tomberait

vraiment bien.

Mes parents doivent acheter

des nouveaux patins à Audrey,

donc ils ne pourront pas prendre

l'appartement tout de suite.


HUGO

Puis?


MAUDE

Puis ma mère va rester encore

tout un mois dans notre chambre.


HUGO

Puis?


MAUDE

Aimerais-tu ça

dormir sous une corde à linge

remplie des vêtements

de ta mère?


HUGO

Pas trop, non.


MAUDE

Si Audrey a de l'argent

pour ses patins,

le problème est réglé.


HUGO interpelle FRANCIS, qui passe dans le couloir.


HUGO

Hé, le gros.

Je vais faire une pub

avec Audrey.


FRANCIS

Ah oui?


HUGO

Je pense à ça, il y a

un petit problème, par contre.


MAUDE

Quoi?


HUGO

Audrey n'a pas

de photo de casting.

Pas de photo, mon agent ne peut

pas lui avoir une audition.


FRANCIS

Attends. Je peux les faire,

ses photos.


HUGO

Merci, man!


FRANCIS

Dis à Audrey que je vais être

chez elle à midi.


HUGO

Merci, man!


MAUDE

(S'adressant à HUGO)

Bon. Il te reste juste à

convaincre Audrey de participer.


HUGO

Ça, c'est le bout

le plus facile.


HUGO téléphone à AUDREY.


AUDREY

Oui, allo?


HUGO

Bébé chat.

Ça te tente-tu de passer

du temps avec ton chéri?


AUDREY

Ça sent

la question piège.


HUGO

J'ai une idée géniale.

Je vais m'arranger

pour te faire passer

l'audition pour la pub.


AUDREY

Ta pub d'ados

qui ronflent?


HUGO

Oui, les bandelettes nasales

Magic Snooze.


AUDREY

Oui, bien, je n'ai pas envie

de passer pour une ronfleuse.


HUGO

Ne t'en fais pas,

le ronfleur, c'est moi.


AUDREY

Ah, OK.


HUGO

Tu ne peux pas dire non.

Les bandelettes sont cools,

il y en a avec

des signes de peace

puis d'autres

avec des têtes de squelettes.


AUDREY

J'avoue

que c'est drôle.


HUGO

Puis c'est

un contrat super payant.


AUDREY

(Hésitant)

Mmm.


HUGO

Dis donc oui, là.


AUDREY

Bon, OK, j'embarque.


HUGO

(S'adressant à MAUDE)

Elle embarque.


MAUDE

Yeah!


HUGO

Bye.


AUDREY

Bye.


BASTIEN rejoint FRANCIS à la salle des Pas perdus.


BASTIEN

Qu'est-ce qui arrive, man?


FRANCIS

Je rencontre Audrey ce midi.

Elle a besoin de photos

et c'est moi, son photographe.

J'ai emprunté ce qu'il faut

à l'audiovisuel.


BASTIEN

C'est super, ça.


FRANCIS

Maintenant,

c'était quoi ton plan?


BASTIEN

Premièrement, arrête de dire

que Vicky est belle et fine.

Parle de toi.

De comment tu es le chum

le plus extraordinaire du monde.


FRANCIS

Tu as raison.


BASTIEN

Il faut qu'elle se dise:

"Pourquoi je n'ai pas vu ça?"

Qu'elle regrette toutes

les semaines passées avec Hugo

et qu'elle aurait pu passer avec toi.

Il faut que tu te vendes, man!


FRANCIS

Oui, mais pas trop. Les filles

n'aiment pas les vantards.


BASTIEN

Je vais te vendre pendant

que tu vas prendre les photos.


FRANCIS

C'est parfait.


Dans sa chambre, AUDREY cherche des vêtements.


MAUDE

Tu devrais mettre celui-là.

Tu es super belle dedans.


AUDREY

Ouin...

Non. Je préfère lui, le bleu.


MAUDE

Celui-là va être parfait.

N'oublie pas de sourire

et d'avoir l'air détendue.

Il faut que l'agent d'Hugo

te prenne pour l'audition.


AUDREY

Tu veux donc bien que

je la fasse cette audition.

On dirait que

tu veux plus que moi.


MAUDE

Je veux juste t'aider.


AUDREY

Si tu veux m'aider,

laisse-moi tranquille un peu.

Puis je ne veux pas que tu sois

là pour la séance de photos.

OK, là?

Tu vas me stresser.


MAUDE

OK, je vais aller

dîner à l'école.

Mais je veux voir

les photos après.


AUDREY

Promis.


HUGO entre dans la chambre.


HUGO

Je ne comprends pas, je ne

suis pas capable pantoute.

Écoutez bien ça.


HUGO fait une tentative de ronflement.


AUDREY

Pauvre amour.


MAUDE

(S'adressant à HUGO)

Je vais demander à mon père

qu'il te donne des conseils.

C'est un bon ronfleur. Il ronfle

tout le temps pour niaiser.


HUGO

Oui?


AUDREY fait signe que oui. HUGO descend au salon. JACQUES lui enseigne à ronfler.


JACQUES

Tu es trop tendu.

Il faut que tu sois plus mou.

Checke.


JACQUES y va d'un ronflement convaincant

.

HUGO

OK.


JACQUES

Tu es trop raide.

Ça ne marchera pas.


HUGO essaie encore mais n'y arrive pas.


JACQUES

On va l'essayer avec le texte,

OK?

Moi, je fais Audrey, puis toi,

il faut que tu commences

à ronfler quand tu entends:

Grenouilles.


HUGO

OK. Je suis prêt.


JACQUES

C'est bon?

OK.

(Imitant AUDREY)

Wow, chéri.

C'est trop cool

d'être en camping...


HUGO

(L'interrompant)

Jack... sérieux.


JACQUES

Qu'est-ce qu'il y a?


HUGO

Je ne suis pas capable quand

tu m'appelles chéri.


JACQUES

OK.

On... OK.

(Imitant AUDREY)

Wow! C'est trop cool

d'être en camping.

Imaginez, la gang,

on va dormir sous les étoiles,

bercés par

le chant des grenouilles.


HUGO essaie de ronfler, mais pratiquement aucun bruit ne sort.


HUGO

Je suis bien trop stressé.

Ça me prendrait un spa.


JACQUES

Ah oui.

On n'en a pas dans le moment.

Je sais ce qu'il te faut: il faut

que tu te détendes la luette.


HUGO

Comment je fais ça?


Dans la chambre d'AUDREY, FRANCIS joue les photographes.


FRANCIS

C'est parfait.

Good shot!

C'est beau.

Good shot!


AUDREY

(Avec un sourire gêné)

Excuse-moi,

mais tu me fais rire.


FRANCIS

C'est parfait.

La caméra t'adore quand tu ris.


BASTIEN

Francis,

c'est vraiment un pro.


AUDREY

C'est vrai, il est super bon.


FRANCIS

Pas tant que ça.


BASTIEN

Bien oui, tant que ça.

Il a tellement le tour

avec Vicky, qu'il

l'a même fait pleurer.


FRANCIS

Je l'ai pas fait pleurer.


BASTIEN

Bien oui.

Tu sais, quand tu l'as amenée

au pique-nique,

tu lui as fait une surprise.


AUDREY

(Intriguée)

Une surprise?


FRANCIS

Ah oui, une surprise!

Oui.

J'ai fait allumer des feux

d'artifice en forme de coeur.


AUDREY

Wow!


FRANCIS

Des petits feux.


BASTIEN

Arrête de faire

ton modeste.

Il a recueilli

les larmes de sa blonde

avec une feuille d'arbre,

pour ensuite

arroser les fleurs

qui avaient trop chaud

au gros soleil.


AUDREY

Full romantique.

(S'interrogeant)

Mais ce n'était pas en soirée?


FRANCIS

Oui, Bastien,

tu te trompes.

Les fleurs avaient chaud à cause

des feux d'artifice.

On n'allume pas des feux

d'artifice au soleil.


BASTIEN

Ah oui!

C'est exactement ça

que je voulais dire.


AUDREY

As-tu pris une photo

de votre soirée?


FRANCIS

Je ne pense pas, non.


AUDREY

Voyons, Francis.

Tu as sûrement dû prendre

au moins une photo de vous deux.


BASTIEN

Tu as pris une photo. Tu me

l'as montrée, tu te rappelles?


AUDREY

Je veux la voir!


FRANCIS

Je te la montrerai tantôt.

Il faut finir tes photos à toi.


AUDREY

OK, mais promets-moi

que tu vas m'en montrer une.


FRANCIS

Promis.


AUDREY

Promis, là?


FRANCIS

Promis.


FRANCIS jette un regard désespéré à BASTIEN. Pendant ce temps, au salon, HUGO boit du thé.


HUGO

(S'adressant à JACQUES)

Ça goûte le gazon,

ton affaire.


JACQUES

Mais ça détend,

tu vas voir.

Envoye, on reprend.


HUGO

Peut-être si je m'allonge?


JACQUES

Bonne idée, bonne idée.

Et là, il ne faut pas

que tu arrêtes de ronfler

tant que le narrateur parle.


HUGO

(S'allongeant sur le divan)

OK.


JACQUES

C'est bon?


HUGO

Parfait.


JACQUES

(Lisant le texte)

Tu en as assez de ne pas

entendre les grenouilles?

Ton sac de couchage se bouche

les oreilles quand tu ronfles?

Les bandelettes nasales spécial

ados Magic Snooze

sont faites pour toi.

Avec ses motifs cools,

ton nez va te remercier.


HUGO ronfle.


JACQUES

(Étonné)

Hé!


HUGO

On l'a eu!


JACQUES

Wow! Parfait!

Je sais ce qu'il te faudrait

pour être parfait.

Ne bouge pas.


Plus tard, dans la salle de récup, FRANCIS montre les photos à MAUDE.


FRANCIS

Elles sont tellement bonnes.

Ta soeur voulait

que je te les montre

tout de suite.


MAUDE

Elles sont belles.


FRANCIS

Hugo les a déjà envoyées

à son agent.

Puis apparemment,

il était bien optimiste.


MAUDE

Cool! Merci, Francis.


FRANCIS

Maude, peux-tu me rendre

un petit service?


MAUDE

OK...


FRANCIS

J'aurais besoin de prendre une

photo de ta main avec la mienne.


MAUDE

Pour quoi faire?


FRANCIS

Pour avoir des exemples

de couleur de peau.

J'ai besoin de ça

quand je retouche les photos.


MAUDE

Tu viens de me dire que tu les

as déjà envoyées, les photos.


FRANCIS

C'est pour

un autre projet.

Oui...

Je ne sais pas,

j'ai comme la piqûre.

Ça m'intéresse beaucoup,

la photo.


MAUDE

OK.


FRANCIS

Bon.


FRANCIS prend la photo des deux mains. Chez les Allard-Fraser, HUGO retrouve AUDREY.


HUGO

Écoute ça, bébé chat.


HUGO se verse du liquide dans une narine pour produire un ronflement.


HUGO

As-tu vu?


AUDREY

Hé wow! Ça s'en vient bien,

ton affaire.


HUGO

Jack m'a prêté sa douche

nasale. C'est malade.


AUDREY

Ouache!

Eille, tu ne trouves pas ça

un peu bizarre

que Maude veuille tant

que je passe l'audition?


HUGO

Ce n'est pas bizarre,

c'est stratégique.


AUDREY

Qu'est-ce que tu veux dire

par stratégique?


HUGO

Maude veut que tu puisses

payer tes patins seule,

que tes parents puissent

prendre un appart

parce que les deux

coûtent trop cher.


AUDREY

Pourquoi maintenant?


HUGO

Maude n'est plus capable

de voir ta mère

puis ses culottes

dans sa chambre.


AUDREY

Elle m'a manipulée pour ça?!


HUGO

Bon. Il faut

que je retourne pratiquer.

Je me sens prêt.

Puis ton père,

c'est le king de la narine.


À l'école, MAUDE et FRANCIS discutent toujours.


MAUDE

Avoue que tu es bizarre

des fois, Francis Beaucage.


FRANCIS

J'avoue. Merci, Maude.


MAUDE reçoit un message texte.


MAUDE

Ah, c'est Audrey.


AUDREY

(Par message texte)

"Je sais que tu as voulu

me manipuler.

À cause de ça,

je ne ferai pas l'audition."


MAUDE

Crotte...


MAUDE ramasse ses affaires et disparaît. FRANCIS croise AUDREY en retournant à son casier avec BASTIEN.


FRANCIS

Audrey. As-tu eu

des nouvelles de l'agence?


AUDREY

Oui, il m'a trouvé

une place pour l'audition.


FRANCIS

C'est cool. Félicitations.


AUDREY

Mais je n'irai pas.

J'ai changé d'idée.


BASTIEN

(S'adressant à FRANCIS)

Tu ne voulais pas lui montrer

la photo de ta blonde?


FRANCIS

Ah oui, c'est vrai.

(Montrant la photo)

Vicky est romantique.

Elle voulait qu'on prenne

nos deux mains en photo.


AUDREY

Mais tu as pris

cette photo-là ici!

C'est les briques rouges

de la salle des Pas perdus.


FRANCIS

Je suis con.

C'est la mauvaise photo.


AUDREY

Pas grave. C'est quoi le nom

de ta blonde? Bissonnette?


BASTIEN

Morrissette.


AUDREY

Parfait, je vais devenir amie

Facebook avec elle.

Elle a sûrement mis des photos

sur sa page Facebook, elle.


BASTIEN

Mais tu sais, Francis en a

plein de photos d'elle.

Pas besoin

de devenir amie avec Vicky.


AUDREY

Mais non, ça me tente.

Je suis sûre

qu'elle est super sympathique.

À plus tard.

Bye!


FRANCIS

(S'adressant à BASTIEN)

Tu viens de me mettre dans

de la grosse matière fécale!


BASTIEN

Plus le choix. Il faut

que tu contactes Vicky.


FRANCIS

Es-tu malade?


BASTIEN

Faut qu'elle te couvre.

Sinon, Audrey va penser

que tu es un méga

loser.


FRANCIS

(Téléphonant à VICKY)

Allo, Vicky?

Oui, c'est Francis.

Francis Beaucage.

Oui. Exactement.

Ça fait que, non,

je t'appelle

en fait,tu vas rire, mais...

J'ai comme dit à une fille que

tu étais ma blonde, genre.

Non, je sais

que ce n'est pas comique, là.

Mais non, mais...

Quoi?

Allo?

(S'adressant à BASTIEN)

Elle a raccroché

en me traitant d'immature.


BASTIEN

Bon bien, plus le choix.

Faut que tu en parles à Audrey.

Elle va l'apprendre

de toute manière.


Dans retour dans la chambre, MAUDE verse du parfum dans le tiroir d'AUDREY. AUDREY et HUGO arrivent. MAUDE a tout juste le temps de refermer le tiroir.


MAUDE

Euh...

je m'excuse, Audrey.

Je ne voulais pas

te manipuler,

je voulais juste trouver

un moyen de payer les patins.


AUDREY

Pour que maman se trouve

un appart plus vite?

Maude. Reviens-en. Ce n'est pas

si pire de l'avoir avec nous.


MAUDE

Tu as peut-être raison.

J'ai peut-être exagéré.


AUDREY renifle une drôle d'odeur.


AUDREY

(S'adressant à MAUDE)

As-tu mis du parfum?


MAUDE

Non.


AUDREY

Il me semble que ça sent fort.

(Ouvrant le tiroir)

Mon linge!

Ark!

Dégueu!


HUGO

Ça sent la vieille rose morte!


MAUDE

Voyons, Audrey,

ce n'est pas la fin du monde.

Peux-tu me passer ton ordi

pour que je fasse mes devoirs?


AUDREY

Oui, oui.


MAUDE

Merci.


HUGO s'approche du tiroir pour sentir l'odeur. Du sang se met à couler de son nez.


HUGO

Ayoye, mon nez.


AUDREY

Attends, penche un peu

ta tête par en avant.


MAUDE

Pince ton nez.


AUDREY

(Paniquée)

Mon Dieu.


HUGO

C'est sûr que c'est le parfum.

Une odeur de même, ça décape.

Faut que ça arrête

pour l'audition.


AUDREY

Inquiète-toi pas,

ça va passer.

(S'adressant à sa soeur)

Maude, tu as raison,

ça n'a pas de bon sens.

Faut qu'elle parte.

Je vais passer

l'audition.

Si je l'ai, je vais payer

mes patins, OK?


MAUDE

Merci, Audrey.


AUDREY

OK, je vais aller

chercher un mouchoir.


Un peu plus tard, MAUDE fait du SKYPE avec HUGO.


MAUDE

Salut, Hugo,


HUGO

Salut.


MAUDE

Puis? Comment s'est passée

l'audition?


HUGO

Audrey a été parfaite.

Plus que moi, même.


MAUDE

(S'adressant à AUDREY)

Ça veut dire

que tu as des chances.


AUDREY

Le réalisateur m'offre

le rôle de la ronfleuse.


MAUDE

Le premier rôle?


HUGO

Oui. Mon rôle.


MAUDE

C'est donc bien cool!


AUDREY

Mais non.

C'est surtout insultant.

Je ne ronfle même pas

dans la vraie vie.


HUGO

(S'adressant à AUDREY)

À l'audition,

ça ne paraissait pas.

Tu ronflais tellement bien.


AUDREY

Ne dis pas ça.

(S'adressant à MAUDE)

Écoutes, Maude, moi aussi

j'ai hâte de retrouver

ma chambre.

Mais je n'ai pas envie de passer

pour une ronfleuse.


MAUDE

Mais là,

s'il te plaît, Audrey.


AUDREY

(Chuchotant)

Je suis désolée.

Mais je vais refuser le rôle.

OK, bye.


HUGO

(Chuchotant)

Si elle ne prend pas le rôle,

j'ai peut-être une chance.


MAUDE

Oui, tu n'as qu'à demander.


HUGO

Je fais ça tout de suite.


MAUDE

Attends, Hugo.

Si tu as le rôle,

peux-tu faire

quelque chose pour moi?


Durant la soirée, FRANCIS se présente chez AUDREY.


FRANCIS

Tu voulais me voir?


AUDREY

Oui. Entre.


FRANCIS

J'imagine que Vicky

t'a tout dit.


AUDREY

Je suis vraiment désolée

pour toi, Francis.


FRANCIS

Désolée?


AUDREY

Tu ne le sais pas encore?


AUDREY montre le Facebook de Vicky à FRANCIS.


FRANCIS

(Lisant le statut)

"J'ai eu la meilleure semaine

de ma vie?"


AUDREY

Non. Elle a changé son statut

pour célibataire.

Je n'en reviens pas comme c'est

poche de casser sur Facebook.

Ça ne se fait pas.

Tu sais quoi, Francis?

Elle ne te méritait pas,

cette fille-là, c'est clair.

Tu ne l'as vraiment pas vu

venir, hein?


FRANCIS

Euh... non, vraiment pas.


AUDREY

Pauvre Francis.


AUDREY prend FRANCIS dans ses bras pour le consoler. À l'étage inférieur, MAUDE aide HUGO à finir ses devoirs.


MAUDE

(Corrigeant HUGO)

Des beaux.

Avec un "x".


HUGO

Mais non,

beau avec un "s".


JACQUES arrive.


JACQUES

Ah. Puis?

Comment ça s'est passé,

votre audition?


MAUDE

Audrey a refusé

le premier rôle de la pub.

Donc, c'est...

Hugo qui l'a eu!


JACQUES

(S'adressant à HUGO)

Là, tu es rendu

un vrai maître ronfleur.

Ça, c'est parce

qu'il a eu un bon prof.


HUGO

Finalement, je n'ai pas eu

besoin de ronfler pantoute.


MAUDE

Ils avaient prévu

mettre un enregistrement.


HUGO

Avoir su, je ne me serais pas

fait saigner du nez.


MAUDE

Avec l'argent qu'il va faire,

Hugo a pensé offrir

un beau cadeau à Audrey.


STÉPHANIE

Qu'est-ce que

tu vas lui donner?


HUGO

J'ai pensé lui offrir

des beaux patins neufs

pour ses grands pieds.


STÉPHANIE

(Étonnée)

Tu veux payer

les patins d'Audrey?


MAUDE

Il est fin, hein?


JACQUES

Hugo.

Tu n'as pas à payer ça, voyons.


MAUDE

Ça lui fait plaisir.

Hein, Hugo?


HUGO

Oui, certain.

Comme ça, vous allez avoir

l'argent pour prendre

un appartement plus vite.

Puis Maude a tellement hâte

de récupérer sa chambre.

(S'adressant à MAUDE)

Qu'est-ce qu'il y a?

Ce n'est pas ça, le plan?


HUGO

Tu n'étais pas obligé

de raconter ma vie, là.


HUGO

Bon bien, sur ce, excusez-moi.

(Se raclant la gorge)

Je vais aller donner mon cadeau

à bébé chat.


STÉPHANIE

(S'adressant à MAUDE)

Je ne comprends pas, Maude.

Je pensais que ça se passait

bien, la cohabitation.


MAUDE

Bien, déjà qu'on est deux

dans ma chambre.

Trois, ça fait beaucoup.


STÉPHANIE

On est bien

toutes les trois, non?


MAUDE

Bien, ouais...

Ça dépend.


JACQUES

Pourquoi tu ne nous en as pas

parlé avant, Maude?


STÉPHANIE

Tu m'as même dit que

tu étais contente, ce matin.


MAUDE

Parce que je ne voulais pas

vous faire de la peine.


STÉPHANIE

Maude, là,

on va prendre l'appartement

quand on l'aura décidé.

Hein? Et quand

on aura trouvé le bon.

On ne veut rien précipiter.

Mais, je comprends

ta position.

J'aurais dû y penser.


MAUDE

Puis moi, c'est vrai que

j'aurais dû t'en parler avant.


JACQUES

(S'adressant à STÉPHANIE)

En attendant

de prendre l'appartement,

je vais te laisser la chambre

puis je vais dormir avec Julien.


MAUDE

(Pouffant de rire)

Avec Julien?

Ça ne sera pas reposant.

Pauvre toi!


STÉPHANIE

Tu veux dire pauvre Julien.

Ton père, il ronfle.


JACQUES

Hein? Même pas vrai!


MAUDE

Tu n'étais pas le coach d'Hugo

pour rien, hein?


STÉPHANIE

Remarque que Hugo va sûrement

pouvoir te fournir

les bandelettes nasales

Magic Snooze.


MAUDE

Oui, oui, oui!

Avec des belles têtes de mort.

Tu vas être cute!


JACQUES

Ha. Ha. Ha.

Bien comique.


STÉPHANIE

Bon. Je vais aller...

ramasser mes affaires.


JACQUES

Ce n'est même pas vrai

que je ronfle!

La preuve,

je ne me suis jamais entendu.


STÉPHANIE

Dis-moi pas que tu es en train

de devenir sourd en plus?


MAUDE

(Riant)

Pauvre papa!


Fin de l'épisode


MAUDE

Pour jouer

ou revoir des émissions,

rejoins-nous sur le Web.


Texte informatif :
tfo.org/subitotexto


Générique de fermeture


Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison

Résultats filtrés par