Image univers Subito Texto Image univers Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent et Sami, vivent leurs premiers moments au secondaire. Ensemble, ils tentent d'apprivoiser cet univers inconnu, mais débordant de promesses... et d'inquiétudes!

Site officielpour Subito Texto
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Le vol du papillon

Benjamin apprend qu’il a, sans le vouloir, été complice du vol d’un papillon appartenant à monsieur Nolin. Il veut réparer son erreur, mais comment?



Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Début générique d'ouverture


Subito texto


Fin générique d'ouverture


MONSIEUR NOLIN entre dans la salle des pas perdus. BENJAMIN est assis à une table.


MONSIEUR NOLIN

Ah.


BENJAMIN

Bonjour, monsieur Nolin.


MONSIEUR NOLIN dépose la valise qu'il transporte sur la table devant BENJAMIN.


MONSIEUR NOLIN

Bonjour.

C'est un peu moins léger

que dans mes souvenirs.


BENJAMIN

Qu'est-ce que c'est ça?

Un appareil photo géant?


MONSIEUR NOLIN

Hé! Oh!


BENJAMIN

Voulez-vous

que je vous prête mon cell

pour ne pas

vous casser le dos?


MONSIEUR NOLIN

Non, non, c'est un projecteur

de diapositives.

Je vais faire la présentation

de ma collection

de papillons à la classe.


BENJAMIN

Pourquoi vous ne l'avez pas

apportée comme l'année passée

à Saint-Placide?

C'était bien plus cool

en vrai.


MONSIEUR NOLIN

Parce que l'an passé,

monsieur Benjamin,

on m'a volé

un de mes papillons.


BENJAMIN

Volé?


MONSIEUR NOLIN

Hum.


Pendant ce temps, dans le local du journal, MÉLANIE regarde son téléphone alors que MAUDE cherche quelque chose.


MAUDE

Mélanie, aurais-tu vu

mon agenda?

Je sais que je l'ai laissé

au local, mais

je ne me souviens plus où.


MÉLANIE

Euh, oui. Il me semble

que je l'ai vu quelque...


La sonnerie du téléphone de MÉLANIE retentit.


MÉLANIE

Ah!

Un texto de ma...


MÉLANIE ouvre grand les yeux et ne termine pas sa phrase.


MAUDE

Euh, si tu pouvais

juste finir ta phrase,

parce qu'il te restait

rien qu'un mot...


MÉLANIE continue de regarder le texto qu'elle vient de recevoir.


MÉLANIE

Attends, attends.

C'est la meilleure nouvelle

de toute ma vie.


Dans la salle des pas perdus, MONSIEUR NOLIN parle toujours avec BENJAMIN.


MONSIEUR NOLIN

Mon Morpho didius.

La pièce la plus précieuse

de ma collection.

Un petit voyou me l'a volé

pendant que j'avais

le dos tourné.


BENJAMIN

Et ça s'est passé quand, ça?


MONSIEUR NOLIN

C'était la dernière période

de la dernière journée

de classe. D'ailleurs, j'ai

enseigné à votre groupe, ce jour-là.


Dans le local du journal, MÉLANIE dit à MAUDE de quoi parle le texto qu'elle a reçu.


MÉLANIE

Je vais être une grande soeur,

Maude. Moi!

Une grande soeur!

Tu te rends compte?


MAUDE

La première fois, non.

Mais comme ça fait 12 fois

que tu le répètes,

je commence à m'habituer.

Bon, excuse. Tasse-toi.


MÉLANIE

C'est parce que j'en reviens

juste pas. Je n'en reviens pas,

Maude! J'en reviens pas!


MAUDE

Depuis quand

ta mère est enceinte?


MÉLANIE

Elle vient tout juste

de l'apprendre. Regarde,

elle m'a envoyé

une photo du test de grossesse.


MAUDE

Ah, bien, en tout cas,

félicitations.


MÉLANIE

Ah, hé, c'est fou, Maude.

Je ne suis plus Mélanie

l'enfant unique, mais bien...

Mélanie, la future meilleure

grande sœur au monde.


MAUDE

Ah, bon, rien de moins.




Entre temps, BENJAMIN essaie de résoudre l'énigme du papillon de MONSIEUR NOLIN.


BENJAMIN

Peut-être que vous l'avez

juste perdu?


MONSIEUR NOLIN

Ah, j'ai cherché partout,

vous pensez bien.

Non, je suis persuadé

que c'est un vol.


BENJAMIN

Peut-être que quelqu'un

l'a emprunté.

Est-ce que vous avez interrogé

des élèves?


MONSIEUR NOLIN

Je l'aurais fait,

mais c'était la dernière période

de la dernière journée

de cours!


BENJAMIN

Ah, bien, oui, c'est vrai.


MONSIEUR NOLIN

Vous êtes bien aimable

de vouloir m'aider,

monsieur Benjamin,

mais je crois que je dois faire

mon deuil de mon

Morpho didius.

Si au moins, je pouvais

savoir qu'il est

en un seul morceau.

Bonne journée.


MONSIEUR NOLIN repart avec sa valise. BENJAMIN reste à la table, l'air mal-à-l'aise.


BENJAMIN

Bye.


Au même moment, MÉLANIE et MAUDE sont toujours dans le local du journal.


MÉLANIE

Je vais faire une liste

de toutes les activités

de grande sœur.

Premièrement, se magasiner

du linge qui « matche ».

Deuxièmement...


MAUDE

Oui, mais tu auras beau

être la meilleure grande sœur

de tout l'univers,

avec le bébé à Toronto,

ça changera pas vraiment ta vie

et la sienne non plus.


MÉLANIE

Tu sauras qu'une grande sœur cool,

même à 500 kilomètres,

ça reste une grande sœur cool.


MAUDE

Ah, d'accord.

Est-ce qu'en attendant,

la grande sœur cool,

elle peut m'aider

à trouver mon agenda?


MÉLANIE

Tu vas voir, là,

même éloignée, je vais avoir

un impact sur la vie

de ma petite sœur.


MAUDE

C'est une fille?


MÉLANIE

Je sais pas, je sais pas,

mais mon cœur de grande sœur

le sait, lui.


MAUDE

Mais comment tu vas faire

pour changer la vie

de ta petite sœur?

Avec la distance,

c'est pas évident.


MÉLANIE

Oui, mais non, mais ça,

c'est facile, là.

Tu sais, tu as juste à...

En tout cas, moi,

j'ai la ferme intention de...

Tu as juste à patienter,

tu vas bien voir.

(Pour elle-même)

Ah, grande sœur!


MÉLANIE quitte le local. Un peu plus tard, MAUDE, BENJAMIN et MÉLANIE sortent de leur cours avec MONSIEUR NOLIN.


MAUDE

Hé, je me sens mal

pour monsieur Nolin.

Je cognais tellement de clous

pendant les diapositives

que j'aurais pu m'ouvrir

une quincaillerie.


BENJAMIN

C'était pas si pire que ça.


MAUDE

Je fais juste dire que s'il

nous avait montré des papillons

pour vrai, ça aurait été

beaucoup plus dynamique.


BENJAMIN

J'ai aimé ça, moi, ses diapos.

J'ai trouvé ça...

vraiment correct. OK?


MÉLANIE

En tout cas,

moi, j'ai adoré!


BENJAMIN

Bon, tu vois!


MAUDE

Toi? Tu as tripé

pendant un cours de science?

Veux-tu que je t'accompagne

à l'infirmerie? Tu fais

clairement de la fièvre.


MÉLANIE

Bon, quand j'ai vu

que monsieur Nolin avait aménagé

un coin de chambre juste

pour sa collection de papillons,

ça m'a full inspiré

pour ma petite sœur.

Oui, j'ai pensé

à plein de...

de décorations,

de motifs...


MAUDE

Ah, bon, c'est bien ça

que je me disais, ça compte pas.


BENJAMIN

(Outré)

Laissez donc faire!


BENJAMIN part.


MAUDE

(Perplexe)

Il est donc bien bizarre, lui.


MÉLANIE

En tout cas!

Excuse-moi.


MÉLANIE contourne MAUDE pour se rendre à son casier.


MÉLANIE

J'ai décidé d'arranger

un coin de ma chambre,

juste pour le bébé.

Comme ça, ma petite sœur

va se sentir chez elle

pendant ses visites.


MAUDE

Euh, tu es courant

que tu as 50% de chances

d'avoir un petit frère?


MÉLANIE

Bon, là, toi,

tu es juste jalouse

parce que tu es pognée avec

un petit frère insupportable.

Mais j'ai une bonne nouvelle.

Tu vas m'aider

dans ma nouvelle vie.


MAUDE

Ah, laisse-moi deviner.

Tu veux que je t'organise

un « shower » de grande sœur?


MÉLANIE

Mais quelle bonne idée!

Bien non, j'aimerais

juste qu'on aille chez vous

pour voir si vous avez encore

des objets de bébé

qui traînent quelque part

dans des boîtes.


MAUDE

Oui, je pense que oui.


MÉLANIE

Cool. Je reviens dans

deux secondes et on va chez toi.


MÉLANIE part. MAUDE va s'asseoir avec BENJAMIN est qui assis dans la salle des pas perdus.


MAUDE

Tu sais, Benjamin,

c'est correct si toi,

tu as aimé ça, les diapositives.

Je voulais pas insulter

tes opinions.


BENJAMIN

Bien, non.

C'est juste que...

Je pense que je suis

le complice d'un vol.


MAUDE

Hein?


Ce midi-là, chez les Allard-Fraser, JULIEN entre dans la maison par la cuisine où JACQUES lit le journal.


JULIEN

Qu'est-ce qu'on mange?


JACQUES

(Sarcastique)

Hé! Salut, Julien.

Oui, j'ai eu un bel avant-midi,

merci beaucoup.


JULIEN

Salut, papa.

Ça va?


JACQUES

Oui, ça va.


JULIEN

Qu'est-ce qu'on mange?


JACQUES

Je t'ai fait des bons

sandwichs au thon.


JULIEN

Ah, super.


JULIEN ouvre la réfrigérateur.


JULIEN

Euh, papa?

Est-ce que c'est normal que

l'ampoule du frigo soit éteinte?



JACQUES

Ah, oui, ça se peut

qu'elle soit brûlée.


JULIEN

Et j'entends pas

comme de...


JULIEN imite le bourdonnement d'un réfrigérateur.


JACQUES

Non, non, non,

c'est pas vrai ça!


JACQUES regarde dans le réfrigérateur.


JACQUES

C'est pas vrai!

Bon, le frigo est brisé. Julien.

Irais-tu me chercher

la glacière dans le sous-sol?

On va ranger les choses

congelées dedans, en attendant.


JULIEN

En attendant quoi? Ah, est-ce

qu'on va avoir un nouveau frigo?

Est-ce qu'on peut avoir celui

qui fait de la glace tout seul?


JACQUES

Un nouveau frigo? Tant qu'à

y être, ouvre donc les fenêtres

tout de suite, je vais jeter

mon argent par là.


JULIEN

Tu vas le faire réparer,

d'abord?

Tu devrais appeler

le gars dans l'annonce.

(Chantant)

Capitaine frigo,

c'est celui qu'il vous faut

Composez le 555...


JACQUES

Non, regarde.

J'appellerai pas

ton capitaine.

Faire réparer un frigo,

ça coûte quasiment aussi cher.


JULIEN

Tu vas pas le réparer?


JACQUES

Pourquoi pas? Ça devrait pas

être si compliqué.

Je vais avoir fini ça

avant la fin de l'après-midi.


JULIEN

Bon, bien, moi, en attendant,

je vais manger la bouffe

congelée qui ne sera plus bonne.

Il faut pas faire de gaspillage,

papa. Jamais.


JULIEN sort une boîte de sucettes glacées du congélateur. Au même moment, dans la salle des pas perdus, BENJAMIN explique son histoire à MAUDE.


BENJAMIN

Maude, fais pas

cette face-là.

Aider à voler

un papillon sans le savoir,

c'est pas comme

dévaliser une banque.


MAUDE

Comment ça, sans le savoir?


BENJAMIN

L'an passé,

monsieur Nolin a apporté

sa collection de papillons

à Saint-Placide.

Thivierge ne voyait pas bien,

ça fait qu'il m'a demandé

de lui apporter

une boîte pour voir

de plus près.


MAUDE

Ah, Benjamin.


BENJAMIN

Bien, je voulais pas

me mettre Thivierge à dos.

En plus, il m'avait dit que

c'était juste pour deux minutes.

Je lui ai apporté une boîte.

Mais là, monsieur Nolin

m'a dit que...

un de ses papillons

s'est fait voler.




MAUDE

Oui, bien, c'est clair

que c'est Thivierge, le voleur.


BENJAMIN

Mais c'est moi

qui lui ai donné le papillon.

est-ce que ça fait

de moi son complice?


MAUDE

Bien, oui, Benjamin.

Il faut que tu ailles

tout avouer à monsieur Nolin.


MÉLANIE arrive.


MÉLANIE

Bon, Maude, tu viens?

On a une vie

à transformer... la mienne.


MAUDE se lève de table.


MAUDE

Oui, bon, oublie pas

ce que je t'ai dit.


MAUDE part avec MÉLANIE, laissant BENJAMIN pensif.


MAUDE et MÉLANIE arrivent chez les Allard-Fraser. Tout le contenu du réfrigérateur est sur le comptoir de la cuisine. JACQUES a sorti ses outils et JULIEN mange une sucette glacée.


MÉLANIE

Oh, qu'est-ce qui se passe ici?

Vous organisez

une vente de garage,

mais avec tous

vos vieux restants?


JACQUES

Non, non, le frigidaire

nous a lâchés.

J'ai décidé

de le réparer moi-même.


MÉLANIE

Bon, monsieur Fraser,

je suis ici en mission.

Est-ce que vous auriez

des objets pour bébé

qui traînent dans la maison?


JACQUES

Oui, oui, on en a

dans une boîte,

dans le garde-robe

de la chambre à Julien.


MÉLANIE

Génial, merci!


MÉLANIE monte à l'étage.


JULIEN

Woh, c'est ma chambre

et mes vieux jouets,

je viens avec toi!


JULIEN monte avec MÉLANIE.


JACQUES

Tu as reçu une lettre, ma belle.

Je suis pas sûr,

mais je pense que c'est

celle que tu attendais.


MAUDE prend l'enveloppe posée sur le comptoir.


MAUDE

Ça vient

de la maison d'édition.


JACQUES

Oui, tu vas enfin savoir

s'ils ont accepté ton roman.

Tu ne l'ouvres pas?


MAUDE

(Incertaine)

Oui, bien...


MAUDE regarde l'enveloppe sans l'ouvrir. Pendant ce temps, à Saint-Placide, THIVIERGE entre dans la cafétéria où l'attend BENJAMIN.


THIVIERGE

Bon, c'est quoi,

ta grosse urgence, là?

Tu as perdu ta doudou?


BENJAMIN

Ha! Ha! Ha! Non.

Tu sais, le papillon

de monsieur Nolin,

l'an passé, hum?

Ça a l'air

que tu ne lui as pas redonné.

Est-ce que tu avais

oublié ou...


THIVIERGE

Pourquoi tu veux savoir ça?

Tu veux te partir

une collection?

Achète-toi un filet

et laisse-moi tranquille avec ça.


BENJAMIN

Non, Thivierge,

tout ce que je veux,

c'est redonner le papillon

à mon prof, OK?

Regarde, si tu me le redonnes,

je te dénoncerai pas.


THIVIERGE

Me dénoncer, hein?

Moi, je pense que t'oserais

jamais faire ça.


BENJAMIN

Ah, non?


THIVIERGE

Non, parce que...

Si tu me « stooles »,

moi aussi, je te « stoole ».

Oublie pas que c'est toi

qui lui as pris, son papillon.


BENJAMIN

Come on,Thivierge,

c'est grave ce que tu as fait.


THIVIERGE

Ce qu'on a fait.


BENJAMIN

Ce qu'on a fait.

C'est pas juste

un paquet de gommes

que tu as volé,

c'est un Morpho didius.


THIVIERGE

Oui, puis?

Ça vaut cher?


BENJAMIN

Je sais pas,

mais monsieur Nolin y tient,

ça fait que ça doit.


THIVIERGE

Bien, justement.

Si ça vaut cher,

son Morpho machin chouette,

pourquoi

je m'en débarrasserais?


BENJAMIN

OK, j'ai pas dit

que ça valait une fortune.


THIVIERGE

Regarde, je vais te donner

un petit pourcentage

quand je vais l'avoir vendu,

mon complice.


BENJAMIN

Je n'en veux pas

de ton pourcentage, Thivierge.


THIVIERGE

Je suis vraiment

content de savoir

que je me suis pas déplacé

pour rien.

Merci, Ben.


THIVIERGE sort de la cafétéria, laissant BENJAMIN en colère. Entre-temps, chez les Allard-Fraser, MAUDE, JACQUES, MÉLANIE et JULIEN sont tous dans la cuisine.


MÉLANIE

Bien, là, vas-y, ouvre-la!

Depuis le temps

que tu en parles!


MAUDE

Je suis pas encore prête.


JACQUES

On va respecter ça,

hein, Mélanie?


MÉLANIE

(Gênée)

Oui, oui. Bien sûr.


JULIEN

Moi, je pense

que dans la vie,

des fois, ça sert

à rien d'attendre.


MAUDE

Oui...


JULIEN

Prends mon popsicle,

si j'attends, il va fondre.


MÉLANIE regarde les jouets qu'elle a descendus de la chambre de JULIEN.


MÉLANIE

Ah, non!

Ces jouets-là

sont tellement maganés,

ça en est dégueulasse.

Regarde, celui-là!

Il est tout grafigné.

Celui-là, il est plein

de morsures de dents.

Ark!


JULIEN

Bien, là,

c'est pas ma faute

si j'aimais ça mâchouiller

mes jouets quand j'étais bébé.


MÉLANIE

C'est parce que je n'appelle

plus ça mâchouiller, on dirait

qu'il a pris un bain

dans un lac à crocodiles.


MAUDE

Non, mais franchement,

Mélanie.

C'est juste

des petites traces de dents.

On les voit quasiment pas.


MÉLANIE

Bien, ouvre tes yeux,

tu vas les voir.


MAUDE

Si t'es pas contente,

tu peux laisser les jouets ici

et t'arranger toute seule

pour ta chambre de bébé.


MÉLANIE

Woh!

Qui a parlé

de les laisser ici?

Non, non, il suffit juste

de les « glamouriser » un peu là.

Et avec mes talents

de styliste,

ça devrait pas être

un problème. Allez, viens!


MÉLANIE prend le bac de jouets et quitte la cuisine. Peu de temps après, MAUDE est assise dans le local du journal et n'ose toujours pas ouvrir la lettre de la maison d'édition. MÉLANIE entre dans le local avec un bac d'accessoires de bricolage.


MÉLANIE

Bon!

C'est tout ce que

la prof d'art plastique

a bien voulu me prêter.

Elle aurait pu

me donner le fond

du bac de recyclage,

ça aurait fait pareil.

Alors, hum... Oh!

Des brillants, c'est le fun,

ça, des brillants, hein, Maude?


MAUDE

C'est vraiment cool,

du vernis.


MÉLANIE

Bon, Maude, sois tu lis

ta lettre et tu m'aides

avec la colle et le vernis

parce que ça m'écoeure,

soit tu la ranges

dans ton sac et tu m'aides

avec la colle et le vernis

parce que ça m'écoeure.


BENJAMIN entre dans le local.


BENJAMIN

Maude,

j'ai tout fait rater!


MAUDE

Hein? Quoi?

Comment ça?


BENJAMIN

(Mal-à-l'aise)

Euh, bien, tu sais,

mon histoire de ce matin-là.


MÉLANIE

Relaxe, Benjamin.

Maude m'a tout raconté

et comme tu vois,

j'ai rien dit à personne.


BENJAMIN

Bon, OK.

J'ai demandé à Thivierge

de rendre le papillon,

mais j'ai comme empiré

les affaires.

Il vient de m'envoyer ça.

Regarde.


BENJAMIN sort son téléphone et montre une annonce avec une photo du papillon volé à MAUDE.


MAUDE

Un site de petites annonces?


MÉLANIE

Oh, le beau papillon!


MAUDE

C'est le papillon

de monsieur Nolin!


BENJAMIN

En ce moment, il est à 30$,

mais sur ce site-là,

les enchères

montent super vite.


À cet instant, MONSIEUR NOLIN entre dans le local.


MONSIEUR NOLIN

Bonjour, chers élèves.

Je me cherche un endroit

pour ranger mon projecteur.


MÉLANIE

Il n'y a pas de place

dans la salle des profs?


MONSIEUR NOLIN

Ah, le problème, c'est pas

la place, c'est les profs.

ils n'arrêtent pas

de le tripoter,

comme des enfants

devant un nouveau joujou.


MAUDE

Vous pouvez laisser la machine

ici, il n'y a pas de problème.


MONSIEUR NOLIN

Ah, merci, chère Maude.

Comme ça, ici,

je serai certain qu'un collègue

ne tentera pas de me le voler.


BENJAMIN

(Mal-à-l'aise)

Ce serait plate, hein?


MONSIEUR NOLIN

Bon, bien, au revoir,

chers élèves. Bon après-midi.


MONSIEUR NOLIN laisse son projecteur et quitte le local.


MAUDE

(S'adressant à BENJAMIN)

Il faut absolument

que tu lui avoues tout

avant que le papillon

soit vendu.


MÉLANIE

Pas si moi, j'appelle Thivierge.


BENJAMIN

Toi?

Bien, pourquoi toi?


MÉLANIE

Je pourrais demander

à mon père de...

d'appeler son directeur.


BENJAMIN

OK.


MÉLANIE

Ou mieux encore!

Je pourrais

lui faire croire

que mon père a déjà

appelé son directeur

et qu'il n'a pas le choix

de te rendre le papillon.


BENJAMIN

Oui, ça pourrait

être bon, ça.

Mais essaie de ne pas

trop provoquer Thivierge, hein?

C'est plus dangereux que

de piler sur la queue d'un puma.


MÉLANIE

Benjamin, tu me connais!

Je suis subtile comme tout.


MAUDE tousse discrètement.


BENJAMIN

Bon, bien, OK.

Merci, Mélanie.


MAUDE

Euh, Mélanie?

Est-ce que ça se pourrait

que tu aies quelque chose

à demander à Benjamin

en échange?


MÉLANIE

Mais pas du tout,

c'est pas mon genre.


BENJAMIN

Attends, quoi là?


MÉLANIE

C'est presque rien.

Un petit truc de rien du tout.


BENJAMIN

Hum, hum.


Chez les Allard-Fraser, JACQUES range ses outils alors que JULIEN entre dans la cuisine.


JACQUES

Et voilà, c'est fait,

j'ai réussi.


JULIEN

Tu as réparé le frigo?

Déjà?


JACQUES

Oui!

Il faut laisser l'ampoule

à moitié dévissée

et il faut pas ouvrir la porte

plus que 10 secondes...


JULIEN

(Sceptique)

10 secondes?


JACQUES

... mais il est comme neuf.


JULIEN

Tu es pas mal bon,

mais là, il est

un peu trop tard

pour récupérer les popsicles

et les sandwichs

à la crème glacée.


JACQUES

Comment ça?


JULIEN

Bien, je m'en suis

un peu servi

pour me faire un milk-shake!

Le milk-shake du sacrifice!


JACQUES

Ah, oui, c'est ça, ton dîner.

Mais moi, je pense

plutôt que c'est le milk-shake

du futur mal de coeur.


JULIEN

Tu capotes pour rien.

Je vais mettre

le reste au frigo.


JULIEN ouvre rapidement la porte du réfrigérateur.


JACQUES

Bon, attention, il faut pas

ouvrir la porte trop vite.


JULIEN

Oups...


La lumière du réfrigérateur s'éteint.


JACQUES

Ah, non, c'est pas vrai!


JULIEN

C'est pas grave papa,

il me reste encore

d'autre place

pour plein de sacrifice.


JULIEN continue de boire son milk-shake.


JACQUES

(Découragé)

Oui.


Au même moment, dans les couloirs de Victoire-Desmarais, BENJAMIN est à côté de MÉLANIE qui parle au téléphone. MAUDE attend, appuyée sur les casiers.


MÉLANIE

(Au téléphone)

Ce que ça peut te faire,

mon cher Alex,

c'est que tu vas rendre

le papillon à Benjamin, sinon,

mon père va s'arranger

pour que tu le regrettes.

Je le sais, que mon père

n'est pas ton directeur,

je suis pas stupide,

contrairement à d'autres.


BENJAMIN

(Chuchotant)

OK, arrête de l'énerver,

tu vas juste

empirer les affaires.


MÉLANIE

(Au téléphone)

Pardon?

Répète ce que tu as dit!

Arrête de rire!

C'est un dernier avertissement,

Alex Thivierge.

Rends le papillon

à Benjamin, sinon...

(Changeant de ton)

Ah, oui?

(Criant dans l'appareil)

Bien, celui qui le dit,

celui qui l'est!


MÉLANIE met fin à la communication.


BENJAMIN

Qu'est-ce

qui s'est passé?

Je t'avais dit

de ne pas le provoquer.


MÉLANIE

Relaxe,

c'est un petit comique,

mais dans le fond,

il a eu la chienne de sa vie.

Je te parie qu'il l'a ôté,

sa petite annonce sur le site.


BENJAMIN

OK, bon,

on va aller voir.


BENJAMIN sort son téléphone et cherche l'annonce.



BENJAMIN

Bien, non.

Bien, non.

L'enchère

est rendue à 75$.

(Découragé)

Bon, là, je n'ai

plus le choix, il va falloir

que j'aille voir monsieur Nolin

pour tour lui raconter.


MÉLANIE

Inquiète-toi pas, je suis sûre

que ça va très bien aller,

c'est juste un petit insecte,

après tout.

J'espère juste que tu n'as pas

oublié notre petite entente.


BENJAMIN

Quoi ça?

Ah, oui, réparer des jouets

pour bébé, c'est ça?


Pendant que MÉLANIE et BENJAMIN discutent, MAUDE ouvre la lettre de la maison d'édition et esquisse un sourire.


MÉLANIE

Non, non, pas réparer,

juste mettre un peu de pep,

de « glamour »,

rends-les dignes

de la petite soeur

de Mélanie Prud'homme.


BENJAMIN

OK, mais pourquoi

c'est moi qui fait ça?

Je connais pas ça,

les jouets « glamour ».


MÉLANIE

C'est juste

que moi, mes mains,

elles sont tellement délicates

que le seul vernis

que je peux toucher,

c'est le vernis à ongles.

Et Maude est pas super

productive aujourd'hui.


MAUDE

Hein? Quoi?



MÉLANIE

Tu vois.


BENJAMIN

Bon, OK.


BENJAMIN part.


MÉLANIE

(S'adressant à MAUDE)

Je lui ai parlé dans

le casque, hein, à Thivierge?


Chez les Allard-Fraser, JACQUES écrit un chèque pour MONSIEUR FRIGO qui est venu réparer le réfrigérateur.


JACQUES

Oui, bien, vous êtes pas mal

rapide, mon capitaine.

Ou peut-être que je devrais plus

vous appeler monsieur frigo.


MONSIEUR FRIGO

Vous m'avez aidé, quand même,

avec votre patentage.


JACQUES

Une chance parce

que je m'attendais

à une facture salée,

mais là, je pense plus

que je vais faire

de la haute pression.


MONSIEUR FRIGO

Merci.


JACQUES

Merci bien.


MONSIEUR FRIGO part.


JACQUES

(Pour lui-même)

Mon patentage?


À cet instant, JULIEN revient de l'école.


JULIEN

Salut, papa!


JACQUES

Salut, mon gars.



JULIEN

As-tu réussi à réparer

le frigo tout seul?


JACQUES

Non, pas tout seul,

mais sais-tu quoi?

Ça s'en vient.


JULIEN

Hum?


Dans la salle des pas perdus, BENJAMIN court pour attraper MONSIEUR NOLIN.


BENJAMIN

Monsieur Nolin!

Monsieur Nolin! Il faut que

je vous montre quelque chose.


BENJAMIN montre l'annonce du papillon à MONSIEUR NOLIN.


MONSIEUR NOLIN

Oh, un Morpho didius.

Ah, c'est bien aimable,

monsieur Benjamin,

mais mon papillon avait surtout

une valeur sentimentale.

Et puis, 100$, ça m'apparaît

un peu cher,

à mon humble avis.


BENJAMIN

Si je vous disais

que c'est lui?


MONSIEUR NOLIN

Alors, je vous demanderais

un peu plus d'explications.


BENJAMIN

Votre voleur, c'est Thivierge.

C'est lui qui a mis

l'annonce en ligne.


MONSIEUR NOLIN

Ah, et comment

êtes-vous au courant?

Vous êtes tombé

sur l'annonce par hasard?


BENJAMIN

Euh, non. Bien, en fait,

pas par hasard là.

Je cherchais un papillon

pour... pour vous.


MONSIEUR NOLIN

Ah, et quand vous avez

contacté le vendeur,

vous vous êtes aperçu

que c'était...

monsieur Thivierge, exact?


BENJAMIN

Oui, oui, c'est exactement ça.

Il m'a tout avoué.


MONSIEUR NOLIN

Vous trouvez pas ça drôle

que monsieur Thivierge

mettre le papillon

en vente aujourd'hui,

alors qu'on évoquait le sujet

pas plus tard que ce matin?


BENJAMIN

(Mal-à-l'aise)

Bien, oui, hein!

C'est drôle.


MONSIEUR NOLIN

Monsieur Benjamin,

mon petit doigt me dit

que vous me cachez

quelque chose.


BENJAMIN

Bon, OK.

J'ai un peu participé au vol.

C'est moi qui ai pris

le papillon dans votre dos

pour le donner à Thivierge,

mais j'étais sûr

qu'il allait vous le rendre.


MONSIEUR NOLIN

Je vois.


BENJAMIN

Donnez-moi la punition

que vous voulez. Je la mérite.


MONSIEUR NOLIN

J'aurais beau

vous faire copier

jusqu'à ce que vous ne sentiez

plus votre bras,

ça ne me rendra pas

mon Morpho didius.


BENJAMIN

Mais là,

l'encan finit dans une heure.

J'ai demandé à Thivierge

de le rendre,

mais il ne veut rien savoir.


MONSIEUR NOLIN

Ah, ça ne m'étonne pas.

Ce jeune homme semble avoir

le virus de la délinquance.


BENJAMIN

Un virus?


MONSIEUR NOLIN

Oui.


BENJAMIN semble avoir une idée. Plus tard ce jour-là, MÉLANIE entre dans le local du journal. Les jouets de bébé « glamourisés » sont sur le bureau.


MÉLANIE

Ah, wow!

Beau travail, Benjamin!


MAUDE entre dans le local.


MÉLANIE

Maude, qu'est-ce

que tu fais encore à l'école?


MAUDE

J'avais juste oublié

mon agenda.


MÉLANIE

Oh, ça ne va pas bien,

toi, aujourd'hui?


MAUDE

Oui.


MÉLANIE

As-tu vu ce que Benjamin

a fait avec les jouets?

Ah, ils sont beaux!

Ils ont un petit look rétro,

mais neuf en même temps.


MAUDE

Oui, bien beaux.


MÉLANIE

Coudonc, tu es donc bien

bizarre, toi, depuis ce midi!

C'est ta lettre

qui te rend comme ça?

Ouvre-la qu'on en finisse.


MAUDE

Je l'ai ouverte.


MÉLANIE

Oh...

C'est pas le résultat

que tu voulais, j'imagine?

Pauvre toi.

Veux-tu en parler?


MAUDE

Je veux juste

retourner chez moi.


MÉLANIE

OK.


MAUDE regarde les produits posés sur le bureau.


MAUDE

Euh, Mélanie.

Est-ce que c'est ça,

les produits que tu as fourni

à Benjamin?


MÉLANIE

Oui, pourquoi?


MAUDE

Parce qu'avec

une grosse tête de mort

sur la bouteille,

c'est soit hyper toxique

ou c'est de la colle

de pirate.

Je suis pas certaine

que ta petite soeur

va apprécier ses jouets

à saveur de poison.


MÉLANIE

Ah, non.


Plus loin, BENJAMIN et MONSIEUR NOLIN discutent devant les casiers.


MONSIEUR NOLIN

Je m'appelle Hector Nadon...

Victor Nadeau?


BENJAMIN

Le nom est pas important.



MONSIEUR NOLIN

OK.


BENJAMIN

Ce qui compte, c'est de dire

que vous êtes de Santé Canada.


MONSIEUR NOLIN

Bien, oui, je le sais ça.

Je le sais.


MONSIEUR NOLIN prend son téléphone et se pratique.


MONSIEUR NOLIN

Oui, bonjour,

ici Santé Canada.


BENJAMIN

Non, non, il faut que

vous soyez plus confiant que ça.

Quand les inspecteurs

de Santé Canada viennent

au casse-croûte de mes parents,

ils font presque peur.


MONSIEUR NOLIN

Ah, ils sont

si bêtes que ça?


BENJAMIN

Pas bêtes, mais disons

qu'ils ne vous lâchent pas

avec leurs histoires

de bactéries, d'infections,

de maladies.

Vous voyez le genre.


MONSIEUR NOLIN

Je pourrais lui dire

que le papillon est porteur

d'un virus polymorphe

aéroporté en phase latente

infectieuse.


BENJAMIN

Ah, c'est bon, ça!

Mais ça veut dire quoi?


MONSIEUR NOLIN

Ah, je sais pas,

je viens d'inventer ça.


BENJAMIN

Je sais, rajoutez aussi

que ça donne des plaques rouges!

Il va capoter.


MONSIEUR NOLIN

Ah, c'est énervant.

J'ai jamais fait de coups

au téléphone dans ma jeunesse.


BENJAMIN

Il est jamais trop tard

pour commencer.


À Saint-Placide, le téléphone de THIVIERGE sonne.


THIVIERGE

(Répondant au téléphone)

Oui, allô?


MONSIEUR NOLIN

(Au téléphone)

Ah, monsieur Thivierge,

ici Victor Nadon

de Santé Canada.


THIVIERGE

(Au téléphone)

Euh, c'est une joke?


MONSIEUR NOLIN

(Au téléphone)

Non, non,

c'est Santé Canada.


THIVIERGE

(Au téléphone)

OK. Et vous me voulez quoi?


MONSIEUR NOLIN

(Au téléphone)

Euh, c'est au sujet

du Morpho didius

que vous avez mis en vente

sur Internet ce matin.


THIVIERGE

(Au téléphone)

Ah, vous le voulez?

OK, c'est 100$.


MONSIEUR NOLIN

(Au téléphone)

Non, non, il semble

qu'il y ait un petit problème

avec le papillon.


Pendant ce temps, MAUDE et MÉLANIE entrent chez les Allard-Fraser. JACQUES et JULIEN sont assis à la cuisine. MÉLANIE transporte le bac de jouets.


JACQUES

Allô, Maude.

Ah, Mélanie, si tu veux

nous retourner des jouets,

donne-toi pas la peine,

tu peux tout garder si tu veux.


MÉLANIE

Ah, oubliez ça, les jouets,

monsieur Fraser.

Je vais me contenter

de trucs plus de base

pour ma future petite soeur.


JACQUES

Ah. Toi, ma belle?

As-tu ouvert

ton enveloppe?


MAUDE

Oui.

Ils n'ont pas voulu

de mon roman.


JACQUES

Ah... Ah, mais là,

décourage-toi pas.

Il y en a plein

d'autres maisons d'édition.


MAUDE

Bof, j'ai pas vraiment envie

d'envoyer mon roman ailleurs.

Se faire rejeter

une seule fois,

c'est déjà humiliant.


JULIEN

En tout cas, moi,

je les trouve

vraiment niaiseux

de ne pas avoir pris ton roman.

Hé, j'ai lu la première page

et c'était full bon.


MAUDE

Merci, Julien.


JACQUES

Sais-tu que la plupart

des grands auteurs

se sont fait refuser

leur manuscrit?

Surtout à leurs débuts.



JULIEN

Je me sers un verre

de limonade, Maude.

En veux-tu un?


MAUDE

Non, merci.

(S'adressant à JACQUES)

Hé, tu as réparé

le frigo?


JACQUES

Euh, non, pas vraiment.

J'ai fait venir

un réparateur.

Mais sais-tu quoi?

J'ai pris une grande décision.

Je vais prendre

des cours pour devenir

technicien en électroménagers.


JULIEN

Tu vas être

comme Capitaine frigo?

Est-ce que tu vas avoir

ton annonce à la télé?


JACQUES

Non, pas pour l'instant.

Et pour ton roman, je veux pas

que tu te décourages.

Tu as tellement de talent

que ce serait du gaspillage

que tu gardes ça pour toi.


MAUDE

Tu as raison.

Si tu es capable

de changer de métier,

je suis capable d'envoyer

mon roman à d'autres éditeurs.


JACQUES

Yes!

Ça, c'est ma fille!

(JACQUES et MAUDE se tapent dans la main. MÉLANIE s'approche de la table en lisant sur son téléphone.)


MÉLANIE

Des couches,

des lingettes humides,

de la gelée de pétrole,

des cure-oreilles pour bébé

et un tire-morve?

Ark! C'est donc bien

dégueulasse, un bébé!

à lire la liste, on dirait

que je vais m'occuper

d'une bibitte puante

pleine de morve.


JACQUES

Bien, pour en avoir eu trois,

c'est pas mal ça, oui.


MAUDE et JULIEN protestent en riant.


MÉLANIE

Je pense que je suis pas

faite pour m'occuper

de ces affaires-là.

Je vais plutôt y aller avec

ton idée de ce matin, Maude.


MAUDE

Quoi? Quelle idée?


MÉLANIE

Celle de m'organiser

un « shower » de grande soeur

une idée géniale, en passant.


MAUDE

Je pense que tu as mal

compris, j'ai jamais dit que...


MÉLANIE

Inquiète-toi pas,

je vais te fournir

la liste des invités

et la liste des cadeaux.

Tu auras juste à t'occuper

de l'organisation.


MAUDE

Ah! Rien que ça!


JACQUES

Rien d'autre!


MAUDE

(Sarcastique)

Merci Mélanie.


JULIEN

Tu es trop gentille,

Mélanie.


JACQUES

(Sarcastique)

Bien, oui, une amie.



MÉLANIE

Ah, merci.


Au même moment, dans la cafétéria de Saint-Placide, BENJAMIN vient rencontrer THIVIERGE qui se gratte le cou frénétiquement.


THIVIERGE

Euh, je veux te faire

profiter d'une aubaine.

Le papillon du vieux Nolin,

pour 30$.


BENJAMIN

Finalement, je ne le veux

plus, le papillon.

En tout cas,

pas à ce prix-là.


THIVIERGE

OK, 15$

et je te le laisse.


BENJAMIN

C'est drôle, tu as comme

une plaque rouge dans le cou.


THIVIERGE

OK, 5$

et il est à toi.


BENJAMIN

À mon tour

de te faire une offre.

Le Morpho didius

contre la poignée de change

que j'ai dans ma poche.


BENJAMIN laisse tomber quelques sous sur la table devant THIVIERGE.


THIVIERGE

Oui, oui, c'est correct.


THIVIERGE sort le papillon de son sac à dos. THIVIERGE s'apprête à quitter la cafétéria lorsque MONSIEUR NOLIN arrive. MONSIEUR NOLIN salue THIVIERGE de la même voix que celle qu'il a utilisée pour lui parler au téléphone plus tôt.



MONSIEUR NOLIN

Ah, bonjour,

monsieur Thivierge.


THIVIERGE

Comment vous avez dit ça?


MONSIEUR NOLIN

Belle journée,

n'est-ce pas?


THIVIERGE

Le gars au téléphone,

c'était vous?


MONSIEUR NOLIN

Victor Nadon, de Santé Canada,

pour vous servir.


THIVIERGE

Ça veut dire

que le virus...


MONSIEUR NOLIN

Il n'y a pas de virus, arrêtez

de vous gratter comme un cabot.

Et ne vous avisez plus

de voler quoi que ce soit

ni à moi ni à d'autres.

Les conséquences pourraient être

plus graves, on se comprend?


THIVIERGE

Oui, monsieur.


THIVIERGE quitte la cafétéria.


MONSIEUR NOLIN

Félicitations, Benjamin.

Très ingénieux.


BENJAMIN

C'est vous

qui avez appelé.


MONSIEUR NOLIN

Et mon Morpho didius,

je peux le voir?


BENJAMIN

C'est vraiment

un beau papillon.


BENJAMIN donne le papillon à MONSIEUR NOLIN.


MONSIEUR NOLIN

Ah, magnifique,

vous voulez dire.

Ah, je pourrais

passer des heures

à me perdre dans le reflet

de ses ailes.


BENJAMIN

Monsieur Nolin,

je tenais à m'excuser

pour tous les problèmes

que j'ai pu vous causer

en empruntant

votre papillon.


MONSIEUR NOLIN

Pour cette fois,

je vais passer l'éponge.

Vous vous êtes donné

beaucoup de mal

pour réparer votre erreur.

L'important c'est que

mon Morpho didius va pouvoir

retourner chez lui,

avec ses frères et ses soeurs.


BENJAMIN

C'est drôle,

vous parlez de vos papillons

comme si c'était vos enfants.


MONSIEUR NOLIN

Ah, non, non,

n'exagérez pas.

Je ne suis pas fou,

quand même.


MONSIEUR NOLIN sort son portefeuille et montre à BENJAMIN des photos de ses nouveaux papillons.


MONSIEUR NOLIN

Vous ai-je montré les derniers

arrivés dans ma famille?

Regardez, ça,

c'est Issoria Lathonia.

Alors, un très,

très beau spécimen.


Fin de l'épisode


MAUDE

Des jeux, des défis

et des missions t'attendent

sur notre site.


Texte informatif :
tfo.org/subitotexto


Générique de fermeture

Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison

Résultats filtrés par