Image univers Subito Texto Image univers Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent et Sami, vivent leurs premiers moments au secondaire. Ensemble, ils tentent d'apprivoiser cet univers inconnu, mais débordant de promesses... et d'inquiétudes!

Site officielpour Subito Texto
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Ciel ma maman

Sami a obtenu l´autorisation de ses parents pour qu´il puisse répéter en soirée avec Brandon-Lee pour leur audition. Mais le nouveau patron de Saad qui était censé venir souper le lendemain, change ses plans à la dernière minute et s´invite pour le soir même. Sami doit donc annuler sa répétition, ce qui le frustre, car ses parents n´ont pas tenu leur promesse.



Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Début générique d'ouverture


Subito texto


Fin générique d'ouverture


Chez les Mazari, SAMI pratique un morceau à la guitare dans la cuisine, sous le regard excédé de SAAD et FATIMA. SAMI fait un erreur et arrête de jouer.


SAMI

Merde.


FATIMA

Bolbol, ton langage.

Tu pratiques ce morceau

depuis hier soir.

Pourquoi tu tiens tant

à le réussir?


SAMI

C'est ma pièce d'audition

pour les Dead Poitras.

Je bloque toujours

à la même place.


SAAD

J'ai confiance en toi, Bolbol.

Quand on travaille fort,

on finit toujours par réussir.


SAMI

Même si je finis

par l'avoir à l'audition,

il faut que je la joue avec

Brandon-Lee à la batterie.


SAAD

Et alors?


SAMI

Bien, on n'est pas habitués.

Et l'audition, c'est bientôt,

comme c'est là,

on n'aura même pas le temps

de pratiquer ensemble.

Si j'avais la permission

de pratiquer avec Brandon-Lee

même quand vous êtes à la maison...


SAAD

Bien, peut-être juste...



FATIMA

Pas question!


SAAD

... pour ce soir.


Pendant ce temps à l'école, au local du journal, MÉLANIE parle au téléphone avec sa mère alors que MAUDE travaille à l'ordinateur.


MÉLANIE

(Au téléphone)

Hé, est-ce que

je pourrais lui parler?

Oui, juste...

juste une petite seconde, là.

Bien, oui. Mets le téléphone

sur ton ventre.

Allô, Nina-Cerise.

C'est Mélanie,

ta grande soeur préférée.

Est-ce que tu es bien,

là-dedans?

Bon, c'est sûr qu'on est

un peu à l'étroit, là,

mais dis-toi que tu n'en as

plus pour très longtemps.


MÉLANIE marche dans le local en parlant et se prend les pieds dans le sac à main de MAUDE qui est par terre.


MÉLANIE

(Au téléphone)

Voyons!

Voyons, voyons,

maudite cochonnerie! Oh!

Non, non, ce n'est pas à toi

que je parlais, Nina-Cerise.

C'était au sac de Maude.


MAUDE

Je m'excuse, Mélanie.


MÉLANIE

Chut!

(Au téléphone)

Ah, mais maman, maman,

est-ce que je pourrais lui

reparler juste une petite

seconde, c'est parce que...

c'est à cause de...

OK... Non, non,

je comprends.

(Déçue)

Bon voyage, bye.


MÉLANIE met fin à la communication.


MAUDE

Au moins,

tu n'as rien de cassé, hein?


MÉLANIE

(Fâchée)

Non, mais je viens de briser

le cœur de ma petite sœur.


De retour chez les Mazari, FATIMA et SAAD discutent avec SAMI.


FATIMA

Bon, c'est d'accord,

Bolbol.

On est prêts à faire

une exception pour ce soir.


SAMI

Pour vrai?


SAAD

Pour vrai.

Mais juste pour ce soir, hein,

parce que demain,

il y a mon nouveau patron

qui vient souper.


SAMI

Il n'est pas gêné,

ton nouveau patron, hein,

de s'inviter chez ses employés.


SAAD

C'est moi qui l'ai invité.

Il prépare une équipe

pour un nouveau projet

et moi, j'aimerais

en faire partie.


SAMI

Peut-être que si je lui faisais

une petite prestation,

ça augmenterait tes chances.


SAAD

De ce que je connais de lui,

je ne pense pas que ce soit

un fan de rock.


SAMI

Ah.


SAMI se remet à jouer.


FATIMA

Bolbol,

tu vas être en retard.


SAMI

Juste une dernière fois.


Au même moment, au local du journal, MAUDE et MÉLANIE discutent.


MAUDE

Ne t'en fais pas, les fœtus

ne peuvent pas comprendre

ce qu'on leur dit.


MÉLANIE

Ah, qu'est-ce que

tu en sais, toi?

Tu t'en souviens,

quand tu étais un fœtus?

Ou une « foetuse »?


MAUDE

C'est fœtus, au féminin.

Et de toute façon,

Nina-Cerise ne s'en rappellera

pas de ce que tu lui as dit

quand elle était

dans le ventre de ta mère.


MÉLANIE

N'essaie pas, Maude, OK?

Je viens de traiter ma petite

sœur de maudire cochonnerie.

Toute sa vie, elle va être

traumatisée, elle va associer

ma voix à celle d'un loup-garou

mangeur de bébé.


MAUDE

Ou à celle

d'une grande sœur hystérique

qui fait des drames pour rien.


MÉLANIE

Et ma mère qui part

au bout du monde

pour toute une semaine, là,

elle va être full occupée et...

je n'aurai même plus

le temps de lui reparler.


MAUDE

Pourquoi tu ne lui enregistres

pas un message? Hum?

Tu lui enverras par courriel

et ta mère va le faire écouter

au bébé pendant la semaine.


MÉLANIE

Oui. Mais tu sais ce qui serait

encore mieux qu'un message

pour ma petite sœur?


MAUDE

Deux messages

pour ta petite sœur?


MÉLANIE

Une berceuse!

Une berceuse personnalisée.


MAUDE

Tu vas lui écrire

une berceuse? Ah, c'est cool.


MÉLANIE

Bien, non. Bien, non, moi,

je n'ai pas le talent pour ça.

J'aurais juste besoin

de l'aide d'un ou d'une auteure

qui a vraiment le tour

avec les mots.


MÉLANIE s'approche de MAUDE en lui faisant les yeux doux. Entre-temps, dans la salle des pas perdus, SAMI et BRANDON-LEE dînent ensemble.


SAMI

Justement, as-tu

encore l'application

« accordeur de guitare »

sur ton cell?

Ça va nous sauver du temps.


BRANDON-LEE

Je l'ai, mais Mona

a confisqué mon cell.

Ce n'était pas une grande fan de

l'application « bruits de pet ».


FATIMA arrive dans la salle des pas perdus et vient voir SAMI et BRANDON-LEE.


FATIMA

Alors, les garçons.

Vous planifiez

votre répétition de ce soir?

Vous voulez peut-être

un petit goûter?


BRANDON-LEE

Euh... Oui, OK.

Avez-vous des menus?


FATIMA rit puis répond à son téléphone qui sonne.


FATIMA

(Au téléphone)

Allô, Soussou?


BRANDON-LEE

Avec une pratique de feu

et la bouffe de ta mère,

c'est clair qu'on va la réussir,

notre audition.


SAMI

Mets-en.


FATIMA met fin à sa conversation téléphonique.


FATIMA

Euh, je suis désolée,

les garçons,

mais votre répétition

est annulée.


SAMI et BRANDON-LEE

Hein?


Dans le local du journal, MÉLANIE fait lire sa berceuse à MAUDE.


MAUDE

Ish.


MÉLANIE

Soit très honnête,

je suis capable d'en prendre.


MAUDE

Bien, là, À quoi tu as

pensé en faisant rimer

« bonheur » avec « chou-fleur »?


MÉLANIE

Bien, je ne sais pas.

J'avais faim.


MAUDE

OK. Bon...

Pour la mélodie, vas-y avec

quelque chose qui existe déjà.

Comme « À la claire fontaine »,

par exemple.


MÉLANIE

C'est bon, ça.


MAUDE

Hum... tu pourrais

commencer par hum...

(Chantant)

Petite Nina-Cerise

Jolie sœur adorée


MÉLANIE

Ah, c'est génial!


MAUDE

(Chantant)

Sur ton croissant de lune...

(Réfléchissant)

Attends, je vais trouver.


MÉLANIE

Peut-être quelque chose

comme « prune », ça rime.


MAUDE

Attends, attends,

ne me déconcentre pas.


Dans la salle des pas perdus, SAMI est mécontent.


SAMI

Maman, tu nous avais promis

qu'on pourrait pratiquer.


FATIMA

Mais le patron

de ton père a décidé

de déplacer le souper

à ce soir.


BRANDON-LEE

On va être au sous-sol.


SAMI

On ne dérangera pas.


FATIMA

Avec une batterie

et une guitare électrique?

Tu rigoles?

Non, non, non.

J'ai un souper à préparer,

un tajine de poulet,

ça ne se fait pas

en claquant des doigts.


BRANDON-LEE

Vous avez juste

à commander de la pizza.


FATIMA

Bolbol, tu vas m'aider

à faire le souper,

je ne rigole pas, hein.

Et je ne veux pas

d'amis à la maison.


SAMI

Mais, là!


FATIMA

Bolbol!

Et je te rappelle

qu'on a une entente.

Pas de répétition

sans ma permission,

sinon tu peux dire adieu

à toutes les autres répétitions.


SAMI

Quoi?


FATIMA

Et la batterie peut retourner

chez Brandon-Lee.


BRANDON-LEE

Mais madame Mazari,

mes parents

ne veulent rien savoir

de la batterie chez nous.


FATIMA

Ah, bien, pour ça,

je les comprends, hein.

Alors, vous savez quoi faire

si vous voulez

qu'elle reste à la maison.


BRANDON-LEE

Comment on est sensés

entrer dans les Dead Poitras

si on n'a jamais

la chance de pratiquer?


SAMI

Je ne sais pas.


BRANDON-LEE

Demain soir,

je ne suis pas libre.

Si on attend trop,

il va être trop tard.


SAMI

Quand c'est moi

qui ne tiens pas parole,

là, ce n'est pas drôle...

Sais-tu quoi? Je sais

comment on va s'organiser.


BRANDON-LEE

Ah, oui?


Dans le local du journal, MAUDE réfléchit à la berceuse.


MÉLANIE

Écoute, Maude,

je ne voudrais surtout pas

nuire à ton inspiration.

Voudrais-tu que

je quitte la pièce?


MÉLANIE se lève doucement.


MÉLANIE

Tu es sûre, là,

que ça ne te dérange pas?


MAUDE

(Enthousiaste)

Ah, je l'ai!

Ça va être écœurant!


MÉLANIE quitte le local en souriant, fière d'avoir donné le travail à MAUDE.


MAUDE

(Chantant)

Nina...


Plus tard, chez les Mazari, SAMI entre dans sa chambre avec BRANDON-LEE.


BRANDON-LEE

C'est ridicule,

c'est juste ridicule.


SAMI

Arrête de chialer

et fais juste chercher, OK?


BRANDON-LEE

Ça fait dix minutes

qu'on cherche.

Pourquoi tu n'as pas mis

les baguettes de batterie

à côté de la batterie?


SAMI

Si tu n'es pas content, vas-y,

amène la batterie chez vous.


BRANDON-LEE

Le pire, c'est que ton idée

de faire une « power pratique »

avant que ta mère arrive

n'était pas si conne.


SAMI

Tout espoir n'est pas perdu.

Quand ma mère travaille

à la bibliothèque,

elle arrive plus tard que prévu.


Quelqu'un entre dans la maison.


SAMI

C'est peut-être juste Nadya.


FATIMA

(Criant de l'entrée)

Bolbol!


SAMI

C'est ma mère!


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Qu'est-ce que je fais?


SAMI

(Chuchotant)

Si tu ne veux pas

que la batterie

se retrouve au bord

de la rue, fais le mort,

il ne faut pas

que ma mère te voit.


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Je suis sensé sortir quand?

Au cas où tu n'aurais pas

remarqué,

je n'ai pas apporté

mon pyjama.


SAMI

(Chuchotant)

Je vais te texter

quand ça va être

le bon moment.


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Tu texteras Mona parce

que mon cell est confisqué.


SAMI

(Chuchotant)

Merde, j'avais oublié.

OK, je vais trouver

le moyen de t'avertir.


SAMI sort de sa chambre en fermant la porte. BRANDON-LEE s'assoit sur le lit de SAMI et trouve ses baguettes. Un peu plus tard, MÉLANIE retourne dans le local du journal et y retrouve MAUDE.


MÉLANIE

Bien, voyons,

tu n'as pas encore fini?


MAUDE

J'achève, j'achève.


MÉLANIE

Tu sais, Maude,

ça ne dérangera

vraiment pas ma petite sœur

si tu mets

une virgule à la place

d'un point-virgule.


MAUDE

Terminé!


MÉLANIE

Voyons voir

le chef-d’œuvre.

OK, « croissant de lune »,

« la caresse du matin »,

« un rêve voluptueux »,

mais c'est parfait, ça, Maude.


MAUDE

Hum, non, finalement,

je n'aime pas trop ça.

« Rêve voluptueux », ça sonne

bizarre à voix haute.


MÉLANIE

Non, non, non, il est parfait,

ton texte, comme ça. OK?


MAUDE

Ça ne sera pas long,

je vais juste changer ça.

Ah, tant qu'à faire,

je retravaillerais

mon quatrième ver...

et les autres aussi.


MÉLANIE

Maude.

Tu n'as pas besoin de faire ça.

Il est bien correct, ton texte.


MAUDE

Je ne veux pas

qu'il soit bien correct,

je veux qu'il soit parfait.


MÉLANIE

Bon...

Bien, moi,

pendant ce temps-là,

je vais faire des tests

avec mon micro.

Alors...


MÉLANIE fait des tests avec le micro de son téléphone.


MÉLANIE

(Parlant dans le micro)

Salut, Mel!

Toi aussi, tu as hâte

d'enregistrer, hein?


MÉLANIE écoute ce qu'elle a enregistré.


MÉLANIE

(Voix enregistrée)

« Salut, Mel!

Toi aussi, tu as hâte

d'enregistrer, hein? »


Le son de l'enregistrement est très mauvais.


MÉLANIE

Yark! Le son de mon micro

est donc bien dégueulasse!


MAUDE

Tu exagères.

Le son est bien correct.


MÉLANIE

Non, mais moi, je ne veux pas

qu'il soit bien correct,

je veux qu'il soit parfait.


MAUDE

Ah, très drôle.


MÉLANIE

Non, mais sérieusement,

je ne serai jamais capable

de détraumatiser ma petite sœur

avec un son en cacanne!

À moins que...


Pendant ce temps, chez les Mazari, SAMI aide sa mère à préparer le souper tout en gardant un œil sur sa chambre.


FATIMA

As-tu fini, Bolbol?


SAMI

Hein? Quoi?


FATIMA

Bon, je sais que tu es fâché

parce que ta répétition

est annulée,

mais il faut quand même

que tu restes attentif.


SAMI

Oui, excuse-moi.


FATIMA

Bon, maintenant, tu vas

t'occuper de la coriandre.

Comme ça.


FATIMA met de la coriandre sur une planche à découper et l'apporte vers la table.


SAMI

Non, non, non.

Je peux rester au comptoir.


FATIMA

Non, non.

On va se marcher

sur les pieds. Allez, viens.

Alors, tu enlèves

les feuilles

et tu haches finement.

Tu as compris? OK.

Je vais aller chercher ma tajine

spéciale dans le sous-sol.


FATIMA descend au sous-sol. SAMI se dirige vers sa chambre. La sonnette de la porte d'entrée retentit à cet instant.


FATIMA

(Criant du sous-sol)

Tu peux répondre,

Bolbol?


MÉLANIE entre dans attendre.


MÉLANIE

Allô, Sami.

Je viens t'annoncer

que tu vas avoir l'honneur

de m'aider à détraumatiser

ma petite sœur.


SAMI

Hein?

De quoi tu parles?


MÉLANIE

J'aurais besoin d'emprunter

ton micro « high-tech ».

Celui que tu utilises pour

t'enregistrer à la guitare.


SAMI

Oui, oui, il est dans

ma chambre, c'est juste que...


MÉLANIE

Cool, bon, bien,

je te le rends demain.


MÉLANIE se dirige vers la chambre de SAMI.


SAMI

Non, attends, attends.

Mélanie, tu ne peux pas.


SAMI empêche MÉLANIE d'ouvrir la porte.


MÉLANIE

Quoi?


FATIMA

(Criant du sous-sol)

À qui tu parles,

Bolbol?


SAMI

OK, cache-toi, là.


MÉLANIE

Quoi?


SAMI ouvre la porte de la chambre et pousse MÉLANIE à l'intérieur avant de la refermer.


MÉLANIE

Bien, non, je ne vais pas

me cacher. Hé, hé!

(Confuse)

OK...


FATIMA

(Criant du sous-sol)

Sami?


FATIMA revient à l'étage.


FATIMA

C'était qui, à la porte?


SAMI

Une jeune bénévole qui faisait

du porte-à-porte. Oui.


FATIMA

Ah.

Allez, va couper.


Dans la chambre de SAMI, MÉLANIE trouve le micro de SAMI sur son bureau et le prend avant de se retourner et d'apercevoir BRANDON-LEE.


MÉLANIE

Ah!


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Chut!

Ne fais pas de bruit,

il ne faut pas

que la mère de Sami nous

entende, c'est clair?


MÉLANIE

(Chuchotant)

Qu'est-ce que tu fais ici?

Tu te pars une carrière

de cambrioleur?


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Sami et moi, on voulait

pratiquer en cachette,

mais sa mère est arrivée

plus tôt qu'on pensait.

Si elle nous pogne,

c'est fini les pratiques

chez eux et ma batterie

prend le bord.


MÉLANIE

(Chuchotant)

Quand est-ce

qu'on va pouvoir sortir?

C'est parce que moi,

j'ai une petite sœur

traumatisée qui attend

après ma chanson.


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

On va sortir quand Sami

va nous donner le signal.


MÉLANIE

(Chuchotant)

Donc, dans mille ans?

Non, merci.

Moi, j'ai une berceuse

à enregistrer.


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Hé, je ne risquerai pas

de me faire pogner

parce que tu veux chanter

ta petite chanson.

Tu restes.


MÉLANIE

(Chuchotant)

Sinon quoi?

Madame Mazari, elle va

me priver de dessert?


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Non, mais Sami pourrait

te priver de micro pour toujours.


MÉLANIE

(Chuchotant)

C'est bon, je vais rester.

Mais à une condition.

J'enregistre ma berceuse ici.


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Jamais de la vie,

on va se faire pogner.


MÉLANIE

(Chuchotant)

C'est ça ou je sors

et je dis à madame Mazari

que vous faites

des petites pratiques secrètes.


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

OK, mais tu ne fais pas de bruit.


MÉLANIE

(Chuchotant)

Bien, non, voyons donc!

C'est une berceuse

que je vais enregistrer, OK,

pas un toune de « death metal ».


MÉLANIE cherche un endroit pour s'installer.


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Hé, j'ai pensé à ça.

As-tu ton cell avec toi?


MÉLANIE

(Chuchotant)

Brandon-Lee, le jour où tu vas

me voir sans mon cell,

ça va être le jour

de mon enterrement... et encore.


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Je te l'emprunte

deux secondes. Passe.


MÉLANIE donne son téléphone à BRANDON-LEE. BRANDON-LEE envoie un message texte à SAMI.


BRANDON-LEE (Par message texte)

Mel a son cell.


Dans la cuisine, SAMI reçoit le texto de BRANDON-LEE.


SAMI

Maman?


FATIMA

Hum?


SAMI

Pour le souper, ce soir,

avec le patron de papa,

on pourrait se mettre

un chandelier?



FATIMA

Ah, quelle bonne

idée, Bolbol!


SAMI

Tu sais où il est?


FATIMA

Euh... Il est

dans le salon, non?


FATIMA va chercher le chandelier dans le salon. SAMI envoie un message texte à BRANDON-LEE.


SAMI (Par message texte)

GO


FATIMA trouve le chandelier et revient vers la cuisine.


FATIMA

Voilà!


SAMI

Es-tu certaine

qu'on a des chandelles?


FATIMA

Ah, des chandelles.

Des chandelles.

Des chandelles...


FATIMA se met à la recherche de chandelles dans l'étagère du salon. SAMI envoie un autre message texte à BRANDON-LEE.


SAMI (Par message texte)

SORTEZ


FATIMA trouve les chandelles.


FATIMA

Ah, ah, voilà!


FATIMA met les chandelles à côté de SAMI et retourne à la cuisine.


FATIMA

On va les placer

plus tard.

Tu as fini avec la coriandre

et le persil?


SAMI

Oui, je t'apporte ça.


SAMI envoie un message texte à BRANDON-LEE.


SAMI (Par message texte)

Trop tard


SAMI apporte la coriande et le persil à sa mère.


FATIMA

Ah, merci.

Tu peux me passer le safran,

s'il te plaît?


SAMI fouille dans le garde-manger, sort le safran et le cache dans sa poche.


SAMI

Maman, il n'y a pas de safran.

Je ne vois plus le flacon.


FATIMA

(Paniquée)

Non, non, non,

ce n'est pas possible.


SAMI

Bien, regarde.


FATIMA regarde dans le garde-manger.


FATIMA

Je ne comprends pas.

Le flacon a disparu.

Mais la recette ne sera pas

la même sans safran!


SAMI

Calme-toi, on peut aller

en chercher chez les Allard-Fraser.


FATIMA

Ah, oui, c'est

une très bonne idée, Bolbol.

Mais tu peux y aller, toi?

J'ai beaucoup de choses à faire.


SAMI

Non, non,

je vais texter Maude

pour qu'elle vienne

nous en porte.


FATIMA

Ah, c'est une bonne idée

ça aussi.


Dans la chambre de SAMI, MÉLANIE enregistre sa berceuse.


MÉLANIE

(Chantant)

Nina, c'est toi,

mon étoile

Comme j'aime

te voir briller

La luisance de la nuit

Veille à te protéger

Nina, c'est toi,

mon étoile

Comme j'aime

te voir briller


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Trop n'importe quoi!

As-tu regardé ton cell

comme je t'ai demandé?


MÉLANIE

(Chuchotant)

Pas besoin, mon cell fait

un petit son full cute

quand je reçois un texto.


MÉLANIE regarde son téléphone et voit qu'elle a reçu deux messages texte de SAMI.


MÉLANIE

(Gênée)

Sauf quand je baisse le volume

pour enregistrer une berceuse.


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Hein?


BRANDON-LEE prend le téléphone et lit les messages texte.


BRANDON-LEE

Tu me niaises?


MÉLANIE

(Chuchotant)

Chut... Désolée.


Pendant ce temps, à la cuisine, MAUDE entre.


FATIMA

Ah, Maude!

Si tu savais

comme tu nous sauves la vie.


MAUDE donne un flacon de safran à FATIMA.


MAUDE

Contente

d'avoir pu aider.


FATIMA

Oui.


MAUDE

Euh, hum, madame Mazari,

il faudrait juste

que je consulte

un livre à Sami

pour un travail d'école.

Il est dans sa chambre,

ça va prendre deux minutes.


FATIMA

Bon, mais tu fais vite.


MAUDE

Promis.


MAUDE s'approche de SAMI.


SAMI

(Chuchotant)

Tu me sauves la vie.


MAUDE

(Chuchotant)

Contente d'avoir pu aider.

De toute façon, tout ça,

c'est une super bonne

inspiration pour mon roman.


MAUDE se dirige vers la chambre de SAMI et ouvre la porte.


MÉLANIE

(Chantant)

Tu viens de commencer

La scintillance de...


MAUDE ferme la porte, interrompant MÉLANIE.


MÉLANIE

(Chuchotant)

Maude, tu viens

de gâcher ma prise!


MAUDE

(Chuchotant)

Vous enregistrez la chanson?


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Elle enregistre sa chanson

plate, moi, j'endure.


MAUDE

(Chuchotant)

Mais pourquoi vous n'êtes pas

sortis quand Sami vous a textés?


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Demande ça à miss

« je ferme le son

de mon cell pendant que

j'enregistre des berceuses ».


MAUDE

(Chuchotant)

Mélanie.


MÉLANIE

(Chuchotant)

Bien, quoi?


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Ne t'en fais pas, maintenant,

c'est moi qui surveille

son cell, aussitôt

que Sami nous texte,

on se pousse.


MAUDE

(Chuchotant)

OK, je vais avertir Sami.

Et en passant, tu t'es trompée

dans les paroles, ce n'est pas

« la scintillance de la nuit »,

c'est « la luisance de la nuit ».


MÉLANIE

(Chuchotant)

Je le sais, mais je trouvais

que c'était plus joli.

En plus, « luisance »,

ça ressemble à « nuisance »

et je n'ai pas l'intention

d'insulter ma petite sœur

une deuxième fois.


MAUDE

(Chuchotant)

Mais là, tu ne peux pas

changer les mots

juste parce que tu trouves

que ça fait plus joli.


MÉLANIE

(Chuchotant)

Bien, oui, je peux.

C'est ma berceuse.


MAUDE

(Chuchotant)

Euh, oui, mais c'est mes paroles.

Et en passant, « scintillance »,

ce n'est même pas

un vrai mot.


MÉLANIE

(Chuchotant)

Euh, c'est tellement

un vrai mot!

Dis-lui, Brandon-Lee,

que c'est un vrai mot.


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

C'est une vraie torture!


MAUDE

(Chuchotant)

Tu ne me crois pas? OK.

Je vais te le prouver.


Désespéré, BRANDON-LEE se frappe la tête avec le téléphone de MÉLANIE.


MÉLANIE

Chut.


Au même moment, dans la cuisine, FATIMA et SAMI terminent le souper.


FATIMA

As-tu fini, Bolbol?


SAMI

Oui, j'achève.


SAAD entre dans la maison.


SAAD

Salut, tout le monde.



FATIMA

Bravo, Bolbol,

juste à temps.


Le patron de SAAD, MONSIEUR MICHAUD, entre avec SAAD. MONSIEUR MICHAUD observe FATIMA et SAMI sans sourire.


FATIMA

(Dans sa tête)

Je ne l'imaginais pas comme ça,

le patron de Soussou.


SAMI

(Dans sa tête)

S'il est de bonne humeur,

il devrait le dire à sa face.


SAAD

(Dans sa tête)

Je sais qu'il a l'air

d'un croque-mort,

mais je ne l'ai pas choisi,

mon patron, hein?

Alors, faites

un effort. Hum?


SAAD regarde FATIMA et SAMI d'un air entendu. FATIMA se force à sourire.


FATIMA

Il n'y avait pas trop de trafic

sur l'autoroute,

monsieur Michaud?


MONSIEUR MICHAUD

Non, non, juste assez.


FATIMA, SAAD et SAMI sont mal-à-l'aise.


SAAD

Monsieur Michaud,

je vous présente

mon épouse, Fatima,

et mon fils, Sami.


MONSIEUR MICHAUD s'avance pour serrer la main de FATIMA et de SAMI.


MONSIEUR MICHAUD

Enchanté de vous rencontrer.



FATIMA

Enchantée.


SAMI

Enchanté.


FATIMA

Et si on faisait une petite

visite des lieux, hein?


MONSIEUR MICHAUD

(Sans sourire)

Avec plaisir.


SAAD

On peut commencer

par la chambre de Sami.


SAMI

(Rapidement)

Non! Je n'ai pas fait

le ménage de ma chambre.


FATIMA

(Mal-à-l'aise)

Ce n'est pas si pire

que ça, hein, Bolbol?


SAMI

Tu pourrais être surprise.


SAAD

C'est par là.


SAAD entraîne MONSIEUR MICHAUD vers la chambre de SAMI. Dans la chambre, BRANDON-LEE est appuyé sur la porte pour essayer d'entendre ce qu'il se passe de l'autre côté alors que MAUDE et MÉLANIE s'obstinent encore.


MAUDE

(Chuchotant)

Ah, tu vois, « scintillance »

n'est pas dans le dictionnaire.


MÉLANIE

(Chuchotant)

Ce n'est pas un dictionnaire,

ça, c'est Internet.


FATIMA

(À l'extérieur de la chambre)

... les murs,

peut-être bleu ou mauve.


BRANDON-LEE entend FATIMA s'approcher de la chambre.


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Il faut se cacher,

il faut se cacher.


MAUDE

C'est vrai, je n'ai pas

besoin de me cacher, moi.


MAUDE ouvre un livre de SAMI et fait semblant de lire. BRANDON-LEE et MÉLANIE se couchent par terre derrière le lit mais les pieds de BRANDON-LEE dépassent.


MAUDE

(Chuchotant)

Brandon-Lee.


FATIMA, SAAD, SAMI et MONSIEUR MICHAUD entrent dans la chambre.


MAUDE

(Mal-à-l'aise)

Ah, bonjour,

bonjour, ah, hé.

Euh, j'avais... j'ai fini.

J'avais fini de regarder ça.

Je vais pouvoir enfin commencer

mon travail sur les...


MAUDE ferme le livre pour regarder la page couverture.


MAUDE

… la guitare électrique.


FATIMA

C'est Maude,

une amie de Bol...

de Sami. Elle s'en allait,

justement, hein?


MAUDE

Oui, non, en fait, il me reste

deux, trois pages à lire.


SAAD

Ah, mais tu peux l'apporter,

je suis sûr que Sami te le prête

volontiers, volontiers.


SAAD entraîne MAUDE hors de la chambre.


MAUDE

Oui? Ah, OK, bien, merci.


SAAD

Allez, allez.


SAAD et MAUDE sortent de la chambre, laissant FATIMA avec MONSIEUR MICHAUD.


FATIMA

Ah, ça,

c'est la chambre.


MONSIEUR MICHAUD

Une vraie chambre de gars.


FATIMA

(Riant nerveusement)

Je vais vous montrer

le salon.


FATIMA part. MONSIEUR MICHAUD jette un dernier coup d'oeil à la chambre avant de sortir en fermant la porte. BRANDON-LEE et MÉLANIE se relèvent.


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Ouf, ça a passé

proche, hein?


MÉLANIE

(Chuchotant)

Ah, mets-en.


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Mais là,

si le patron est là,

ça veut dire qu'ils vont

bientôt commencer à manger.


MÉLANIE

(Chuchotant)

Oui, puis?


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Bien comment on va

faire pour sortir

si tout le monde

mange à côté?


MÉLANIE

(Chuchotant)

Non, non, non,

moi, je ne passe pas toute

la soirée toute seule ici.


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Bien, là, tu n'es pas

toute seule, je suis là.


MÉLANIE

(Chuchotant)

Pourrais-tu, s'il te plaît,

ne pas me le rappeler?


Plus tard, dans la cuisine des Mazari, le repas se déroule dans le silence.


FATIMA

Reprendrez-vous un petit peu

de couscous, monsieur Michaud?


MONSIEUR MICHAUD

Non, merci. C'était délicieux,

mais je n'ai plus de place.


SAAD

À propos, je me demandais

s'il y avait encore de la place

dans l'équipe pour le nouveau

projet, vous savez...


MONSIEUR MICHAUD

Excuse-moi de t'interrompre,

mais euh...

J'ai remarqué

qu'il y avait une guitare

dans la chambre de ton fils.

Est-ce que c'est à lui, ça?


SAAD

En fait, c'est celle

de sa petite soeur.

Sami a

une guitare électrique.

Et il y a aussi

une batterie au sous-sol.

Sami adore la musique.


MONSIEUR MICHAUD

Très bien, ça.

Moi aussi, je suis

un « trippeux de musique »,

assez intense merci.


SAAD

Ah, oui?


MONSIEUR MICHAUD

Certain.

Je suis même batteur

dans un petit groupe.


MONSIEUR MICHAUD émet un petit rire.


SAAD

Euh... en parlant

de groupe, vous savez,

pour le nouveau projet,

là, je... j'aimerais.


SAMI

(S'adressant à MONSIEUR MICHAUD)

C'est quoi le nom?


MONSIEUR MICHAUD

On s'appelle

« Les Barbares du Nord ».


SAMI

« Les Barbares du Nord »?


MONSIEUR MICHAUD fait oui de la tête.


SAMI

(Enthousiaste)

Je vous connais,

vous êtes malades!


MONSIEUR MICHAUD

(Surpris)

Hein? Bien, merci.

Comment tu as entendu

parler de nous, toi?


SAMI

Bien, sur Internet, là.

Et même que j'auditionne

bientôt pour un petit groupe

qui sonne un petit peu

comme le vôtre.


MONSIEUR MICHAUD

Bien, écoute...

Si ça te tente, on pourrait

peut-être aller « jammer »

au sous-sol,

ça te ferait pratiquer.


SAMI

J'aimerais bien ça,

mais j'ai perdu

les baguettes de la batterie.


SAAD

(S'adressant à SAMI)

Ah, c'est vraiment dommage,

ça, hein?

(S'adressant à MONSIEUR MICHAUD)

Bon, alors, pour...


MONSIEUR MICHAUD

Ça ne fait rien, ça, voyons!

Un bon batteur ne sort jamais

sans ses baguettes.


MONSIEUR MICHAUD sort des baguettes de sa valise de travail.


MONSIEUR MICHAUD

On y va?


SAMI

Bien, oui, là.

Merci, monsieur Michaud.


MONSIEUR MICHAUD

Hé, monsieur Michaud,

ça, c'est mon père.

Appelle-moi Max.


SAMI

Cool, Max.


SAMI et MONSIEUR MICHAUD quittent la table.


SAAD

Si j'avais su que mon patron

était fan de rock,

je l'aurais invité

à un concert,

pas à venir souper

à la maison.


FATIMA

Non, mais tu t'inquiètes

pour rien.

L'important, c'est qu'il ait

aimé mon tajine.


SAAD

J'aurais quand même aimé

pouvoir lui parler du projet.


Pendant ce temps, dans la chambre de SAMI, BRANDON-LEE s'est endormi et ronfle. MÉLANIE entend de la musique monter du sous-sol.


MÉLANIE

(Chuchotant)

Brandon-Lee.

(Plus fort)

Brandon-Lee.


BRANDON-LEE

(Se réveillant)

Ce n'est pas moi,

je n'ai rien fait.


MÉLANIE

(Chuchotant)

Chut! Tu dormais.


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Pantoute!

Coudonc, avec qui Sami est

en train de « jammer » de même?


MÉLANIE

(Chuchotant)

Je n'en ai

aucune idée, justement.


BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Il faut trouver un moyen

de sortir d'ici.


MÉLANIE

(Chuchotant)

Mets-en!


Entre temps, dans la cuisine, FATIMA et SAAD peinent à s'entendre parler.


FATIMA

L'important, c'est

qu'il passe un bon moment.

Ah, je vais aller chercher

la guitare de Didi!

On pourra parler de musique.

Attends.


FATIMA se lève de table. Dans la chambre, BRANDON-LEE élabore un plan.




BRANDON-LEE

(Chuchotant)

Premièrement,

tu vas texter Sami

pour savoir

ce qui se passe.


FATIMA entre dans la chambre et pousse un cri de surprise en voyant BRANDON-LEE et MÉLANIE. SAAD vient voir ce qu'il se passe. Peu de temps après, SAAD et FATIMA accompagnent MÉLANIE et BRANDON-LEE à la porte, SAMI et MONSIEUR MICHAUD derrière eux.


MÉLANIE

(Mal-à-l'aise)

Bon, bien.

Bye, Sami.

Et ma petite sœur te fait dire

merci pour le micro.


BRANDON-LEE

Texte-moi

quand tu sauras

ce qui arrive

avec la batterie, hum?


MÉLANIE et BRANDON-LEE partent.


MONSIEUR MICHAUD

Oui, bien, on peut dire que

la soirée a été animée, hein?


SAAD

Ah, pour ça.


MONSIEUR MICHAUD

En tout cas, Saad,

j'espère avoir le bonheur

de revenir ici bientôt.


SAAD

Ah, mais oui,

pourquoi pas?


MONSIEUR MICHAUD

Après tout, on va devenir

très proches, toi et moi,

puisque tu vas

faire partie de mon équipe

pour le nouveau projet.



SAAD

(Surpris)

Vraiment?


MONSIEUR MICHAUD

Oui, dès lundi.

C'est pour ça que je tenais

à m'inviter ce soir.


SAAD

(Enthousiaste)

Vous ne savez pas

à quel point

ça me fait plaisir,

merci infiniment.


MONSIEUR MICHAUD

Il n'y a vraiment pas de quoi.

Je vous laisse en famille.

Salut, Sami.

Et ne lâche pas, hein?

Tu as vraiment

beaucoup de talent.

Je ne suis pas inquiet

pour ton audition.


SAMI

Merci, Max.


MONSIEUR MICHAUD

Madame Mazari.

Merci

pour l'excellent repas.

Votre veau fondait carrément

dans la bouche.


SAAD accompagne MONSIEUR MICHAUD à la porte.


SAAD

Bonsoir, monsieur Michaud.


MONSIEUR MICHAUD part.


FATIMA

(Déçue)

Mais c'était du poulet.


SAAD

L'important, c'est qu'il ait

aimé ton tajine, c'est tout.


FATIMA

(Fâchée)

Je pense qu'il a surtout

aimé « jammer »

avec notre petit cachottier.


SAMI

OK, c'est vrai, excusez-moi

de vous avoir désobéi.

Je pensais juste

à ma pratique, là.

J'aurais dû penser

un petit peu plus à vous.


FATIMA

Ah, je suis contente

que tu t'en rendes compte.

Mais c'est vrai

que nous non plus,

on n'a pas gardé

notre promesse.


SAAD

La prochaine fois,

on va respecter

nos engagements

nous aussi.


FATIMA

L'important,

c'est que la soirée

s'est très bien terminée.


SAMI

Ah, bien, c'est sûr, avec

du bon veau comme le tien.


SAAD

Comme tu dis, ton veau

était tellement bon,

qu'on jugerait

que c'était du poulet.


FATIMA et SAMI éclatent de rire alors que SAAD imite un poulet.


Fin de l'épisode


SAMI

Envie de t'amuser?

Les personnages

de Subito texto t'attendent

sur le site web

de l'émission.


Texte informatif :
tfo.org/subitotexto


Générique de fermeture



Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison

Résultats filtrés par