Image univers Subito Texto Image univers Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent et Sami, vivent leurs premiers moments au secondaire. Ensemble, ils tentent d'apprivoiser cet univers inconnu, mais débordant de promesses... et d'inquiétudes!

Site officielpour Subito Texto
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Mange ta main

Puisqu’il veut dépenser plus, Vincent doit travailler plus. Ça tombe bien, Madame Café cherche un goûteur pour ses nouvelles recettes appétissantes… ou pas!



Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Début générique d'ouverture


Titre :
Subito texto


Fin générique d'ouverture


VINCENT met ses livres dans son sac à dos avant de quitter sa chambre. Au loin un bruit de porte attire son attention.


SAMI

(Voix au loin)

Allô!


VINCENT

(Accueillant SAMI)

Sami! Félicite-moi.


SAMI

Bien, bravo, mais pourquoi?


VINCENT

J'ai trouvé LE secret

pour être le plus hot

à mon académie de hockey.


SAMI

T'as décidé de manger

comme du monde, de courir puis

de te coucher de bonne heure.

C'est pas un secret, Vincent.

C'est juste un truc

Pour devenir le meilleur.


VINCENT

Me coucher de bonne heure,

moi, Vincent Beaucage...

Oui, elle est bonne.


SAMI

C'est pas toi qui te lèves

à 4 h pour passer les journaux?

Tu dois être fatigué.


VINCENT

(Hochant la tête)

Sami, Sami, Sami.

Comme dirait mon père,

dans la vie comme au hockey,

il faut savoir mettre

les priorités à la bonne place.

Regarde ça.


À l'école, dans la salle des pas perdus, AUDREY et MAUDE discutent autour d'une table.


MAUDE

(Lisant un texte)

"Mon nouveau voyage m'a menée

en "Normalie".


SIERRA

C'est le pays

des gens normaux.


MAUDE

Ah!

(Lisant de nouveau)

"Chez les habitants

de la Normalie,

"on passe des heures

à lire des circulaires

et l'eau chaude

ne manque jamais."


SIERRA

Ils prennent des douches

de 20 minutes.


MAUDE

C'est si dur que ça,

de vivre comme

tout le monde,

pour une fois?


SIERRA

Ah! Déjà d'avoir dû manger

toute la semaine à la cafétéria!


MAUDE

T'as survécu! Hé, c'est

pratiquement un miracle!


SIERRA

Regarde. Je parle

de mon traumatisme

un peu plus loin,

sur mon blogue.


MAUDE

(Lisant)

"En Normalie, les gens font

la file, dans les écoles, le midi,

pour s'acheter

une mixture inqualifiable

qui sert soit à les nourrir,

soit à les empoisonner..."

C'est un peu trash.


SIERRA

Je dis juste la vérité!

Puis c'est rien,

comparé aux commentaires

que mes lecteurs ont rajoutés.

T'as lu?


MAUDE

(Se penchant sur la tablette)

Aouch!


SIERRA

(Acquiessant)

Hum.


De nouveau chez les Beaucage, SAMI tient un bâton de hockey.


VINCENT

Dis-le encore,

"bravo, Vincent".


SAMI

Ça vaut au moins 200 $,

un bâton comme celui-là.


VINCENT

Il paraît que P.K. Lecavalier

avait le même.

Je me suis fait

ce cadeau-là à moi,

de la part de moi.

(S'embrassant les mains)

Merci, moi!


SAMI

T'as payé ça comment? T'as

pris l'argent dans les arbres?


VINCENT

Bien, je distribue des

journaux puis un jeudi sur deux,

bang! Je reçois une paye.


SAMI

Mais t'étais pas censé

les garder, tes payes,

pour rembourser ton père,

pour ton académie de hockey?


VINCENT

C'est parce que t'es jaloux

que t'es désagréable de même?

(Rigolant puis tendant son téléphone)

Prends des photos de moi

avec mon bâton.


Sami prend plusieurs photos qui défilent à l'écran.


On revient à la lecture du blog de SIERRA dans la salle des pas perdus de l'école.


MAUDE

"Le royaume du dégueu.

Pitié pour nos estomacs".

Il y a vraiment personne qui

l'aime, la bouffe de la café.


SIERRA

Ouais. Je suis pas la seule

à trouver ça douteux.

Il y a quand même des

commentaires un peu drôles, non?


MAUDE

Oui, j'avoue.

Mais il faudrait pas que

Mme Café tombe sur ton blogue.

Avec son caractère!


Au même moment, MADAME CAFÉ arrive derrière les filles.


MADAME CAFÉ

Mon nom, c'est Mme Danielle.

Mon caractère, c'est:

faite forte.

Puis montre-moi donc ça,

ce que je devrais jamais voir.

Hum!


MADAME CAFÉ prend la tablette électronique et lit.


BRANDON-LEE entre dans la salle des profs. Madame PRÉFONTAINE parle au téléphone dans un petit bureau attenant.


MADAME PRÉFONTAINE

Ah! Ha, ha, ha!

Parole de Nicole,

je lâcherai pas tant que

j'aurai pas toutes mes cartes.

Euh, alors, je vous rappelle,

M. Boisjoly.

Merci.

Et bonne fin de journée!

Je parlais à un...

ami collectionneur.

Mais je vois que tu

t'intéresses, toi aussi,

aux grands auteurs français!


BRANDON-LEE

C'est quoi, ces cartes-là?


MADAME PRÉFONTAINE

C'est des cartes Bookamon.


BRANDON-LEE

Ah! Je les connais pas,

celles-là.


MADAME PRÉFONTAINE

Elles représentent les plus

grands auteurs français.

Ah, moi, c'est mon péché mignon.


BRANDON-LEE

Les auteurs, c'est poche.


MADAME PRÉFONTAINE

Mais non! Camus, Duras,

Daudet... C'est magnifique!

Mais dis-moi donc,

quand t'étais petit,

tu collectionnais

les cartes de hockey.

Tu les trouvais où?


BRANDON-LEE

Au dépanneur.

Bon, désolé-


MADAME PRÉFONTAINE

Non, je veux dire...

les cartes les plus rares.


BRANDON-LEE

Oh, excusez-moi,

j'ai un appel.


MADAME PRÉFONTAINE

Est-ce que tu connais

Simone de Beauvoir?


BRANDON-LEE

Oui, allô?

Oui, une urgence!

Oui, c'est bon, j'arrive.


BRANDON-LEE se dépêche de quitter la salle.


MADAME PRÉFONTAINE

Ah, j'imagine qu'il la connaît

pas, Simone.

Bon...


Dans la salle des pas perdus, MADAME CAFÉ est découragée.


MADAME CAFÉ

Mosus de réseaux sociaux!


SIERRA

C'est plate, mais tout le

monde a droit à ses opinions.


MADAME CAFÉ

"Le macaroni est

full méga ouache!"

C'est une opinion, ça?


BRANDON-LEE

Ça va pas, madame Danielle?


MADAME CAFÉ

On s'en va direct

dans le mur, mon homme.

Je prépare ma soumission

pour renouveler mon contrat,

mais il y a des opinions

qui circulent.

Ça pourrait me nuire.


SIERRA

C'est pas ma faute

si votre macaroni

ressemble à de la bouette.


MADAME CAFÉ

Ah, c'est une opinion,

ça aussi? Bien, je me

laisserai pas faire.

Je vais tout changer mes menus.


BRANDON-LEE

Non, non, tout d'un coup,

c'est pire, hein.


MADAME CAFÉ

(Sur le point de s'étouffer)

Euh...


MAUDE

Vous pourriez peut-être juste

améliorer vos recettes, hein?


MADAME CAFÉ

Bien, c'est ça que je dis.

Puis s'il le faut,

je vais engager

un goûteur professionnel.

Pas plus tard qu'aujourd'hui.


VINCENT et SAMI s'immiscent dans la conversation.


VINCENT

Est-ce que j'ai entendu dire

que vous vouliez engager...

quelqu'un?


SAMI

Oui, Vincent a vraiment besoin

d'argent, ces temps-ci.


BRANDON-LEE

Laissez-nous gérer

nos affaires, OK?


MADAME CAFÉ

Non, attends.

J'ai besoin de quelqu'un, oui,

quelqu'un de fiable.


BRANDON-LEE

Bien, moi.


MADAME CAFÉ

De fiable puis de populaire.


SAMI

Le président d'école.


MADAME CAFÉ

Fiable, populaire et honnête.

Ce gars-là, il me fera pas

de cadeau.

Il m'a déjà critiquée

sur mes menus.


SIERRA

Quand lui critique, ça passe,

puis pas moi?


MADAME CAFÉ

Si le président aime

ma nouvelle popote,

le monde devrait l'aimer aussi.


VINCENT

Ça va me faire plaisir

de vous aider, madame Danielle.

Je vous chargerai pas cher.

200 piastres?


MADAME CAFÉ

On s'entend pour 35 $?


VINCENT

40 $ puis c'est

marché conclu.


MADAME CAFÉ

(Serrant la main de VINCENT)

On se revoit à midi.

Prépare tes papiers.


VINCENT

Vous serez pas déçue.


MADAME CAFÉ

Ça, c'est de la belle

attitude.

(S'adressant à BRANDON-LEE)

Viens-t'en, toi.

J'ai de la job

pour toi aussi.


MAUDE et SIERRA entre dans le bureau du journal étudiant.


MAUDE

Je dis pas

que t'as pas raison,

juste que tu devrais

faire attention.


SIERRA

Faire attention à quoi?

Ne plus dire ce que je pense?

C'est Maude, la journaliste,

qui me dit ça.


MAUDE

Non, mais, si Mme Café

perd son contrat

par ta faute...


SIERRA

Tu fais quoi de ma liberté

d'expression?


MADAME PRÉFONTAINE arrive à ce moment.


MADAME PRÉFONTAINE

Maude... attends de voir

la merveille!

Ah, non... Victor Hugo,

je l'ai déjà trois fois.


MAUDE

Qu'est-ce que c'est?


MADAME PRÉFONTAINE

Toi qui aimes

la littérature,

tu devrais aimer les cartes

Bookamon autant que moi.


SIERRA

Madame Préfontaine,

vous savez, la semaine passée,

quand vous nous avez parlé

des textes d'opinion...


MADAME PRÉFONTAINE

Oui.


SIERRA

Qu'est-ce que je fais

si mes opinions dérangent?


MADAME PRÉFONTAINE

Ah, bien, c'est très bien, ça!


MAUDE

Même si ça nuit

à quelqu'un d'autre?


MADAME PRÉFONTAINE

Mais non, il faut savoir

s'exprimer dans le respect.


SIERRA

Oui, mais c'est ceux

qui ont fait des commentaires

après moi qui ne respectent rien!


MAUDE

Mais c'est sur ton blogue.


MADAME PRÉFONTAINE

Et ton but, c'est quoi là?

Faire réfléchir, dénoncer...

provoquer?


SIERRA

C'est juste d'être honnête.


MADAME PRÉFONTAINE

Le choix des mots,

c'est important.


SIERRA

OK...


Au café étudiant, MADAME CAFÉ fait goûter des plats à VINCENT.


MADAME CAFÉ

En voilà déjà un:

de l'agneau au blé d'Inde

en canne, sauce brune.

Les autres plats, Brandon-Lee

va te les apporter à mesure.


VINCENT

Je vais goûter ça

en cinq minutes, vos patentes.

Après, je vais venir

vous dire si... c'est bon ou pas.


MADAME CAFÉ

Juste "bon" ou "pas bon",

ça m'aidera pas.

Ça me prend une critique

de chaque plat

pour ma soumission,

avec beaucoup de mots.

Puis essaie de trouver

du positif.

On se comprend?


VINCENT

Ça veut dire quoi, pour vous,

beaucoup de mots?


BRANDON-LEE arrive avec un écritoire qu'il tend à VINCENT.


BRANDON-LEE

Ça veut dire que j'ai préparé

des belles fiches pour

que Vincent mette des beaux

commentaires full détaillés.


MADAME CAFÉ

Bon. Là, je te laisse

avec mon sous-chef.

Il faut que j'aille rajouter

de la moutarde puis du persil

dans mon poulet aux ananas.

Hum!


De retour au local du journal étudiant, MAUDE et SIERRA poursuivent leur discussion.


SIERRA

Je vais supprimer

les commentaires.


MAUDE

Mais pas mon texte.


MADAME PRÉFONTAINE

C'est M. Boisjoly

qui m'a fait découvrir

les Bookamon.


MAUDE

M. Boijoly...


MADAME PRÉFONTAINE

Bien, c'est...

Comment dire?

Un ami, un... soupirant.


SIERRA

Le choix des mots, hein.


MADAME PRÉFONTAINE

Bon, peu importe.

Il me manque toujours la même

carte: Simone de Bavoir.


MAUDE

Euh, c'est pas

Simone de Beauvoir,

le nom de l'auteure française?


MADAME PRÉFONTAINE

Bien, c'est ça, le problème.

Elle a été imprimée

avec une erreur

puis c'est ça qui fait

qu'elle est introuvable!

Je ne sais plus quoi faire

pour l'avoir!


MAUDE

Bien, mon père trouve

ses disques les plus rares

sur des sites d'enchères

en ligne.


MADAME PRÉFONTAINE

Veux-tu avoir mon opinion

là-dessus?

T'es géniale,

Maude Allard-Fraser!


MADAME PRÉFONTAINE reprend ses cartes et quitte la pièce en riant.


Au café étudiant, VINCENT semble dégoûté.


BRANDON-LEE

Mme Café avait l'air

de penser

que tu ferais plus l'affaire

que moi pour cette job-là.


VINCENT

OK. Moi, ma job,

c'est de m'assurer

qu'elle te paie pas pour rien.


VINCENT

Arrête donc de te prendre

pour un petit boss.

J'ai besoin des 40 piastres.

J'ai des grosses dépenses,

ces temps-ci.


BRANDON-LEE

Bien, travaille pour

puis mange!


VINCENT

Je peux pas écrire

puis manger en même temps.


BRANDON-LEE

Ça va me faire plaisir

de te les écrire,

tes longs commentaires.

Go!


VINCENT prend une bouchée en faisant la grimace.


BRANDON-LEE

Tu veux commencer

par quoi?

Saveur? Présentation?


VINCENT

Ouf...


BRANDON-LEE

Ça rentre pas dans mes cases.

Prends des plus grosses

bouchées, ça va t'inspirer plus.

Vas-y.


VINCENT

Euh... écris...

Je peux aussi aller dire

à Mme Danielle

de garder son argent.


VINCENT

Transcendant.


BRANDON-LEE

Oui?


VINCENT

Ouais.


BRANDON-LEE

Euh, ça s'écrit

comment, ça?


SIERRA rejoint MAUDE à la salle des pas perdus.


SIERRA

On va faire une expérience,

toi et moi.

Ferme les yeux.


MAUDE

C'est quoi?

Ferme les yeux

puis ouvre la bouche.

Fais-moi confiance.


SIERRA ouvre un plat pour apporter et fait goûter les aliments à MAUDE.


SIERRA

(Donnant une bouchée à MAUDE)

Ah!...


MAUDE

Hum!

C'est quoi?


SIERRA

Une symphonie "viandue "

sur légumes de saison.


MAUDE

Mais c'est bon!

Ça vient de Normalie?


SIERRA

Non, c'est le plat du jour

de la café.

Le bon vieux ragoût

de boulettes!


MAUDE

Ah, mais c'est de la triche!


SIERRA

Non, c'était pour

mon expérience!

Tu trouves ça vraiment bon

quand tu sais pas

que c'est du ragoût.


MAUDE

C'est niaiseux, hein?


SIERRA

Ils font ça dans

les grands restaurants:

donner des noms poétiques

à de la bouffe ordinaire.

Je vais faire pareil

avec mon blogue pour la café.

Peut-être que les mauvais

commentaires vont arrêter.


MAUDE

C'est de la manipulation.


SIERRA

Non, c'est choisir ses mots.

Ça respecte

ma liberté d'expression

puis la liberté de Mme Café

de faire de la bouette.

Comment t'appellerais

son spaghetti au pesto?


MAUDE

Hum-hum!

Farandole pâteuse

sur étang jardinier.


SIERRA

Oh... Puis son pain perdu?


MAUDE

Concerto de croûtes!

(Riant)

Hé! On devrait proposer ça

pour ses menus.

C'est tellement plus poétique.


SIERRA

Ouais...

On aura beau appeler ça

comme on voudra,

si ça ressemble encore

à de la bouette...


MAUDE

À moins que les gens viennent

manger les yeux bandés.


SIERRA

Dis-moi pas que je vais devoir

faire comme le monde normal.


MAUDE

Bon, qu'est-ce qu'ils ont

encore, les gens normaux?


SIERRA

Ils ont besoin d'images

pour comprendre.


De retour à VINCENT qui en est à son quatrième plat.


VINCENT

Ah....


VINCENT regarde les photos de son bâton de hockey pour se motiver à continuer. SAMI entre dans le café étudiant


SAMI

Oh! Le goûteur a l'air dégoûté...


VINCENT

Ah, non, non, j'adore

ma nouvelle job.


SAMI

Tant mieux! T'achèves bientôt?


VINCENT

Euh, je pense.


SAMI

On est une gang à aller jouer

au hockey bottines.

Ça te tente?


VINCENT

Oui, Peux-tu m'aider un peu?

J'ai comme le ventre plein.


SAMI

Ah, c'est parce que les gars

m'attendent.


VINCENT

Fais donc ça pour un ami.


BRANDON-LEE

(Rapportant un nouveau plat)

Tiens! Voilà le porc au navet,

sauce brune.

Puis? C'était comment,

le jambon?


SAMI

Ça tombe mal pour toi,

Vincent, mais je mange pas

de porc.


VINCENT

Sérieux...


SAMI

C'est fou, travailler autant

pour un bâton de hockey

puis même pas avoir le temps

de jouer.

Bon appétit!


VINCENT

Il en reste combien,

des plats à sauce brune?


BRANDON-LEE

Ah, il y en a plein d'autres

qui s'en viennent.

Mme Danielle

est full inspirée.


VINCENT renifle le plat avant d'éclater.


VINCENT

Ah, non, je peux pas.

Je ne suis plus capable!


BRANDON-LEE

Oh, oh, oh!

T'as dit que tu goûterais

à tout.

Puis tout, ça veut dire encore.

Assieds-toi.

Ouvre la bouche.

Une bouchée

pour mon oncle...

Hum!

Une bouchée

pour ma tante...


BRANDON-LEE n'attend pas que VINCENT ait avalé et lui propose déjà sa prochaine bouchée.


VINCENT

(Éternuant)

Atchou!


BRANDON-LEE

Qu'est-ce qui te prend?


VINCENT

Je sais pas... un rhume?

Atchou!


BRANDON-LEE

Malade ou pas,

un contrat, c'est un contrat.


VINCENT

Oui, mais pourrais-tu

me passer la boîte

de mouchoirs

qui est là-bas?

(Éternuant)

Atchou!

Atchou!


VINCENT en profite pour mettre sa dernière bouchée dans sa main et la transférer dans un mouchoir.


De retour au journal, MAUDE est interpellée par MADAME PRÉFONTAINE.


MADAME PRÉFONTAINE

Maude! J'ai trouvé

Simone de Bavoir.

Elle vaut quasiment 100 $.


MAUDE

Ha! Tout ça parce qu'il y a

une faute dans le nom...


MADAME PRÉFONTAINE

Bien oui. Le monde

arrête pas de miser.

Puis ça fait monter le prix,

c'est fou!


MAUDE

J'ai même jamais lu

un de ces livres.


MADAME PRÉFONTAINE

Une si grande auteure, Maude.

Mais la carte est rendue

à 120 $!


MAUDE

Ça serait quoi, mettons,

le livre d'elle par lequel

je devrais commencer?


MADAME PRÉFONTAINE

Commence par...

je sais pas...

Les mandarins.

Ou bien...

Mais elle est à moi,

cette carte-là!

Je rajoute 10 $.


MAUDE

Eh bien...

Madame Préfontaine!


MADAME PRÉFONTAINE

140 $!

Encore 10 $.

C'est ma carte!


Au café étudiant, le subterfuge de l'éternuement semble bien fonctionner pour VINCENT.


VINCENT

Atchou!


BRANDON-LEE

Bon, puis, tes commentaires?


VINCENT

Ah, euh... savoureux,

mais manque de cumin.


BRANDON-LEE

Bon. Un autre bouchée

pour mon oncle Brandon-Leee...


SIERRA

(D'un air affolé)

Non, attends, Vincent,

mange pas!

J'ai besoin de prendre

des photos de ta bouffe.

J'ai pas le droit de

photographier dans la cafétéria,

mais ici, ça va être parfait.


Au journal, MADAME PRÉFONTAINE panique.


MADAME PRÉFONTAINE

Maude! Le site d'enchères

s'est brisé.


MAUDE

Hein?

Ça se brise pas,

un site.


MADAME PRÉFONTAINE

J'ai beau essayer

de rafraîchir la page,

j'arrive pas à revenir

en arrière.


MADAME PRÉFONTAINE

Vous avez dépensé 400 $

pour votre carte?


MADAME PRÉFONTAINE

J'ai dû accrocher le bouton.

Je vais jamais payer

autant pour...

Bien oui! J'avoue.

Je me suis laissée emporter.

Mais qu'est-ce qu'il m'a pris?

J'aurai jamais les moyens

de payer ça.

Aide-moi à l'annuler,

s'il te plaît.


MAUDE

Je pense qu'une fois

que vous avez misé,

vous pouvez pas revenir

en arrière.


MADAME PRÉFONTAINE

Mais oui, je peux.

Regarde.

En appuyant sur "quitter".

Ou... "enter".

Ou bien... ici? Ou...


SIERRA veut apporter les plats que VINCENT n'a pas encore goûtés.


BRANDON-LEE

Qu'est-ce que tu fais?

Vincent a pas fini.


SIERRA

Oui, mais j'ai pas envie

que Mme Café

perde sa soumission

par ma faute.

Je vais lui faire de la pub

pour ses nouveaux plats

sur mon blogue.

Je lui dois bien ça.

Veux-tu m'aider?


BRANDON-LEE

Bien, OK. Ma boss a

toujours trouvé

que j'étais bon vendeur.


SIERRA

Ça a l'air un peu chenu, comme

ça, une assiette à moitié vide.


BRANDON-LEE

Ah, on a juste à mélanger

ça avec ça. Comme ça.


BRANDON-LEE compose de nouvelles assiettes que SIERRA photographie.


SIERRA

Ah! J'ai ce qu'il me faut.


BRANDON-LEE

Attends, montre, je veux voir.

(Suivant SIERRA qui quitte le café étudiant.)


BRANDON-LEE

Attends.

Ouais...

Si tu veux faire

une vraie pub de pro,

il va falloir y mettre

un peu de Photoshop.


Pendant ce temps, VINCENT vide les assiettes dans des mouchoirs qu'il dissimule dans son sac à dos.


SIERRA

Ouais, je vais voir

ce que je peux faire.


BRANDON-LEE

Je vais t'envoyer le lien

d'une application

qui est super facile

pour ajuster

des trucs de bouffe.


SIERRA

Cool! Merci.


BRANDON-LEE

Déjà fini?


VINCENT

Bien oui, avant

que ça soit froid!

Note donc mes commentaires,

qu'on en finisse.


BRANDON-LEE

Je sais ce que j'ai

à faire.


MADAME PRÉFONTAINE panique vraiment devant le site d'enchères sur internet.


MADAME PRÉFONTAINE

Bien, voyons...

Il doit bien y avoir un moyen

d'annuler ça.


MAUDE

Je pense pas, non.

Puis les enchères se terminent

dans moins de deux minutes.


MADAME PRÉFONTAINE

400 $! C'est 18 pots

de crème de jour,

20 romans, 100 boîtes de

céréales multigrains.

Un mois d'épicerie!


Le goûteur rend son verdict et BRANDON-LEE prend des notes.


BRANDON-LEE

Je t'écoute.


VINCENT

Ah bien, écris que...

le plat était vitaminé

et envoûtant.


BRANDON-LEE

Ouais, on va dire

que c'est correct, là.

Mais c'était quoi, déjà,

ce plat-là?

Le boeuf aux légumes

ou le riz au brocoli?


VINCENT

Je ne m'en souviens plus.

Toi et Sierra, vous avez

mélangé les deux assiettes.


BRANDON-LEE

L'autre d'avant,

c'était l'agneau.

Je ne sais plus où ils vont,

tes commentaires!


MADAME CAFÉ

Puis? Ça se passe comment,

ce "goûtage"-là?


VINCENT

Mal. Puis ça,

c'est à cause de lui.


MADAME CAFÉ

C'est pas de ma faute

si tous les plats

sont de la même couleur.



MADAME CAFÉ

Bien, la sauce brune,

c'est ça qui donne du goût.

Vincent, t'as tout mangé!


VINCENT

Ouais!


MADAME CAFÉ

Ça, c'est mon champion!

Bien, s'il a tout mangé,

c'est la preuve que ma bouffe

est mangeable.

Hé, puis tu m'as fait tout ça

de bons commentaires

pour ma soumission?

Mais, mais, mais!


VINCENT

Je vous l'avais dit

que j'étais votre homme.

Pas comme Brandon-Lee qui a tout

fait pour que je me plante.


MADAME CAFÉ

C'est vrai, ça?


BRANDON-LEE

Il a fallu que je le fasse

manger de force

puis quasiment que je l'oblige

à faire des bons commentaires.


MADAME CAFÉ

Ah, parce qu'à ton avis,

c'est dur de trouver du positif.


BRANDON-LEE

Bien... non. Je dis juste

que c'était pas évident.

Hein, Vincent?


VINCENT

Moi, j'ai fait

ce que j'avais à faire.


MADAME CAFÉ

Puis tu mérites ta paye,

mon gars!

(En donnant l'argent à VINCENT)

Tiens.

(S'adressant à BRANDON-LEE)

Me faire du trouble, une journée

stressante comme aujourd'hui.

Tu sais quoi?

Je vais en ramener

du positif dans mes affaires.

Puis tu sais comment?

En tassant les "chialeux"!

(S'adressant à VINCENT)

Une job à la cafétéria,

champion, ça te tenterait?


VINCENT

Bien, oui!


BRANDON-LEE

Minute, là.

Vous allez pas lui donner

ma job?


MADAME CAFÉ

Bien oui, tant qu'à

me renouveler!


VINCENT

Yes!

Avec le salaire, je vais pouvoir

renouveler mon équipement

de hockey au complet!

Bien, tapez là-dedans.


MADAME CAFÉ et VINCENT se tapent la main.


Devant son ordinateur, MADAME PRÉFONTAINE panique encore.


MADAME PRÉFONTAINE

400 journaux!

8 000 jujubes à cinq cennes!


L'écran change, quelqu'un vient de faire monter l'enchère.


MAUDE

Vous allez pas être obligée

de payer!

Il y a quelqu'un qui a misé

plus haut que vous.

Les enchères sont finies!


MADAME PRÉFONTAINE

Ah! Je suis sauvée.


MAUDE

Ah, mais vous aurez pas

votre Simone de Bavoir.


MADAME PRÉFONTAINE

Ah, bien, je trouverai bien

un autre moyen

pour impressionner

mon prétendant.

Je veux dire... mon ami.

(riant)

Mais qui peut donc

vouloir payer 450 $

pour une carte?


La sonnerie du téléphone de MADAME PRÉFONTAINE l'avise qu'elle a reçu un message texte.


MADAME PRÉFONTAINE

Oups!

Oh, c'est un texto

de M. Boisjoly...

Mais... c'est lui qui vient

de payer 450 $

pour me voler ma carte.

C'est pas un homme

pour moi, ça.

Moi, il me faut quelqu'un

de raisonnable,

quelqu'un comme moi.


MADAME CAFÉ marche dans le corridor avec sa soumission. SIERRA l'interpelle au passage.


SIERRA

Madame Café!

Vous en reviendrez pas.


MADAME CAFÉ

J'ai une soumission

à finir. Puis c'est Duplessis,

mon nom.


SIERRA

En tout cas, vous êtes

devenue l'idole

de mes lecteurs,

sur mon blogue.


MADAME CAFÉ

Pour de vrai?

Ça ne chiale plus?


SIERRA

(Montrant son téléphone)

Regardez ça.


MADAME CAFÉ

Puis?


SIERRA

Bien, j'ai mis des photos

de votre bouffe sur mon blogue

puis j'ai laissé le monde

s'exprimer librement.

Et ça m'a donné une idée

pour votre nouveau menu:

de l'antipublicité.


MADAME CAFÉ

Qu'est-ce que tu veux

dire par là?


SIERRA

Au lieu d'appeler

vos plats par leur nom,

vous leur donnez

des noms de catastrophes,

comme tsunami, déraillement,

avalanche!


MADAME CAFÉ

Pourquoi pas accident

écrapouti ou carambolage,

tant qu'à y être?


SIERRA

Oui. Comme si goûter

votre bouffe

devenait une expérience

extrême! Full adrénaline.


MADAME CAFÉ

Puis j'imagine que tu trouves

ça full méga wow?


SIERRA

Je trouve ça au boutte

puis mes lecteurs aussi.

Ça va marcher,

j'en suis certaine.


MADAME CAFÉ

Fais comme tu veux, fille.


Soudain MADAME CAFÉ voit VINCENT étendu sur un banc. Elle le réveille d'un petit coup de pied.


MADAME CAFÉ

Bon! J'ai tassé un "chialeux"

pour me retrouver avec

un "dormeux".


MADAME PRÉFONTAINE

Ah... excusez-moi,

c'est parce que...

je me réveille comme tôt,

ces temps-ci.

Donc, j'espère que vous me ferez

pas travailler trop fort.


MADAME CAFÉ

Bien, il faut quand même

que tu prépares

tes livraisons le matin, que

tu viennes m'aider à la pause

puis que tu fasses

ta distribution le midi.

Si t'étais sûr de pas pouvoir,

il fallait me le dire tantôt.


VINCENT

Oui, mais c'est parce que...

j'ai pas tellement de temps

à vous donner, hein.

Il faut que je me garde du temps

pour jouer au hockey

ou... dormir.


MADAME CAFÉ

Eh qu'ils m'épuisent,

toute la gang.

Je suis aussi bien

tout arrêter ça tout de suite.

Moi, je démissionne!


VINCENT

Ça veut dire que j'ai fait

tout ça pour rien?

Bien, moi aussi, je démissionne!


BRANDON-LEE

(Se mêlant à la conversation)

Ça veut dire que je peux

récupérer ma job, ça?


VINCENT

Pas vraiment, ta boss

démissionne.


BRANDON-LEE

Hé, hé! C'est pas le temps

de se décourager.

Sans vous, l'école serait pas

pareille, madame Café, OK?

Je suis sûr que même

les "chialeux"

ont pas envie de vous voir

baisser les bras.

Hein, Vincent?


MADAME CAFÉ

Tu penses?


VINCENT

Je suis d'accord.

Pourquoi changer

une équipe gagnante?

Reprends-la, ta job,

Brandon-Lee.


BRANDON-LEE

On revient comme avant,

madame Danielle?


MADAME CAFÉ

Bien, si tu y crois, là,

je vais y croire aussi.

Je vais déposer ma soumission

avec mes nouvelles recettes,

puis on se croise les doigts,

je crois bien.


VINCENT

Mais allez-y mollo

avec la sauce brune.

Ça pourrait passer mieux.


MADAME CAFÉ

À demain, mon équipe

gagnante.

Puis sois pas en retard!


BRANDON-LEE

Non, promis.

T'as compris c'était qui,

le vrai champion, là, hein.


VINCENT prend son téléphone dans sa poche et tombe sur un mouchoir imbibé de sauce brune.


VINCENT

Ah, ouache!


Puis VINCENT se rappelle tous les mouchoirs imbibés déposés dans son sac à dos qu'il ouvre en catastrophe.


Dans le salon des BEAUCAGE, VINCENT fait des travaux.


SAMI

(Entre sans frapper)

Salut!


VINCENT

Salut...


SAMI

Vincent, je pense

que tu vas être content.


SAMI déroule une affiche


VINCENT

C'est quoi, ça? Ha, ha, ha!


SAMI

Tu cherchais une job,

je t'en ai trouvé une.

Un clown pour les enfants

au Carrefour 2000.

Il faut juste que t'apprennes

à faire des ballounes

en forme d'animaux d'ici samedi.


VINCENT

Tut-tut-tut.


SAMI

Quoi? En six semaines,

tu vas l'avoir ramassé,

ton argent pour ton hockey.


VINCENT

Sami, il faut que je sois

raisonnable.


SAMI

Aurais-tu compris

des affaires aujourd'hui?


VINCENT

Bien, mettons que j'aurais

besoin d'un peu d'aide

pour me planifier un budget.

Trop chiant à faire, ça.


SAMI

C'est pas si compliqué.

T'as juste à faire une colonne

pour les revenus,

une pour les dépenses puis...

une pour les imprévus.


VINCENT

Comme un bâton de hockey

à 200 piastres, par exemple?


SAMI

Oui, par exemple.


VINCENT

Puis mettons que j'ai pas

les moyens de m'acheter

un bâton de hockey

à 200 piastres,

est-ce que je le retourne

en magasin puis j'attends

d'avoir assez économisé

pour le mériter?


SAMI

Est-ce que c'est la bouffe

de la cafétéria

qui te rend intelligent

comme ça?


VINCENT

Ouais. Je pense que ouais.


SAMI

Oui, hein?


VINCENT

Le ragoût de boulettes,

des fois...


Fin de l'épisode


VINCENT

Viens sur le site.

Tu pourras, toi aussi,

collaborer à la vie de quartier

de Subito texto.


Texte informatif :
tfo.org/subitotexto


Générique de fermeture




Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison

Résultats filtrés par