Image univers Subito Texto Image univers Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent et Sami, vivent leurs premiers moments au secondaire. Ensemble, ils tentent d'apprivoiser cet univers inconnu, mais débordant de promesses... et d'inquiétudes!

Site officielpour Subito Texto
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Consommation responsable

Mélanie a la carte de crédit de son père dans les poches. Maude parviendra-t-elle à l’empêcher d’acheter le Carrefour 2000 au complet?



Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Générique d'ouverture


Titre :
Subito texto


MÉLANIE entre subtilement dans le bureau de son père et va voler sa carte de crédit.


Pendant ce temps, MONSIEUR PRUD'HOMME est au comptoir du casse-croûte de l'aréna.


GUYLAINE

J'ai... j'ai une nouvelle

sorte de galette

dans le spécial du jour,

si ça vous dit.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Ah non, non, s'il vous plaît,

pitié, pitié!

Parlez-moi pas de vos galettes,

ce matin!

Ma fille m'a demandé

de me contrôler,

et ça commence ce matin,

avec un déjeuner santé,

pas de galette.


GUYLAINE

Ha! ha! ha!


MONSIEUR PRUD'HOMME

C'est pas drôle.


JULIE-PIER, qui est dans la file, s'approche du comptoir.


JULIE-PIER

Excusez-moi,

c'est parce que les cours

commencent bientôt,

et on aimerait ça déjeuner,

nous aussi.


GUYLAINE donne un sac en papier à MONSIEUR PRUD'HOMME.


GUYLAINE

Ça va faire 4,25$.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Vos galettes,

elles sont à quoi, déjà?


Plus tard, dans la zone des casiers, MÉLANIE montre la carte de crédit à MAUDE.


MÉLANIE

La carte de crédit

de mon père.

Il me l'a prêtée,

ce matin.

(Voyant l'air peu convaincu de MAUDE)

OK...

Je l'ai empruntée

dans son portefeuille.


MAUDE

J'appelle pas ça

empruntée, moi.

J'appelle ça volée!


MÉLANIE

Mais c'est pour une urgence!

C'est des souliers

d'éducation physique.

La dernière fois,

le prof m'a dit

que si j'arrivais encore

au gym en ballerines,

je coulais.


MAUDE

T'as eu presque une semaine

pour aller en acheter!

Ça te tentait pas

d'y aller avant?


MÉLANIE

Je déteste quand tu prends

ta petite attitude

de ministre des Finances!


MAUDE

Bon, les nerfs, là.

J'ai peut-être

une solution pour toi.


MAUDE va fouiller dans son casier.


MAUDE

Ma vieille paire!

J'en ai pas besoin.

Je te les prête.


MÉLANIE

Yark!


Au casse-croûte, BASTIEN croise JULIE-PIER, qui attend que GUYLAINE termine sa discussion avec un client.


BASTIEN

Hé! Ça va?


JULIE-PIER

Hum. Ça va

comme une fille qui a faim.


BASTIEN

Ça doit vraiment être le fun,

comme expérience.


JULIE-PIER

(S'adressant à GUYLAINE)

Ç'a l'air super intéressant,

votre grande conversation,

mais j'ai pas juste ça à faire.

(Voyant qui est le client)

Antoine? Salut! Hé, je savais

pas que c'était toi.

Je veux dire,

je t'ai pas vu rentrer,

t'étais de dos pis tout.


ANTOINE

Il y a un problème?

C'est parce que la cloche

est juste dans 20 minutes.


JULIE-PIER

Ben non, ben non!

Vous pouvez...

vous pouvez continuer.

On n'était pas si pressés

que ça, hein, Bastien?


BASTIEN

Euh, hé...


GUYLAINE

De toute façon,

c'est prêt.


ANTOINE

Merci, Guylaine.

Tu peux garder le change.

Merci. Bonne journée!


GUYLAINE

Bonne journée!


ANTOINE s'en va, suivi du regard par JULIE-PIER.


GUYLAINE

Qu'est-ce que je te sers?


JULIE-PIER

Hein?

Je vais prendre

un... un muffin

pis un jus

de quelque chose.

De quoi vous parliez?


GUYLAINE

Antoine me racontait

son voyage.

Il a participé à un programme

de kung-fu études en Californie.

Il me contait qu'avec tout ça,

il a pas eu le temps

de se trouver une cavalière

pour le bal

des finissants.


JULIE-PIER

Hein? Lui?

Il a pas de cavalière?


GUYLAINE

Non.

Je suis pas vraiment

inquiète pour lui, hein?

Un beau garçon comme ça...


BASTIEN

Ha! Ben là, je suis pas

si beau que ça, là!

Hé! Hé! Hé!


À l'école, MÉLANIE et MAUDE poursuivent leur discussion.


MÉLANIE

Il y a rien qui va me faire

changer d'idée.

Je vais aller m'en acheter

une nouvelle paire ce midi.


MAUDE

Avec ta carte volée?


MÉLANIE

Ça va, là.

C'est pas la première fois

que j'emprunte la carte

de crédit de mon père.


MONSIEUR PRUD'HOMME passe et reprend sa carte de crédit.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Peut-être.

Mais c'est la dernière.


MÉLANIE

Mais papa!


MONSIEUR PRUD'HOMME

Il y a pas de "mais papa!"

Prendre la carte de crédit

de quelqu'un

dans son portefeuille,

ça se fait juste pas.


MAUDE

Je te l'ai dit.


MÉLANIE

Mais c'est pour des souliers

d'éducation physique!

Tu le sais, tu peux pas

venir avec moi, ce soir.


MONSIEUR PRUD'HOMME

T'as eu presque

une semaine pour en acheter.

Ça te tentait pas

qu'on y aille avant?


MÉLANIE

Coudonc, vous vous êtes

parlé avant ou quoi?


MAUDE

J'ai proposé à Mélanie

de lui prêter mes souliers

d'éducation physique.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Bon, il est où

le problème, d'abord?


MÉLANIE

Le problème,

c'est que la grand-mère

de mon arrière-grand-tante

en avait une paire pareille

quand elle a immigré

en Amérique.


MAUDE

Bien voyons!

C'est juste des souliers

d'éducation physique!

On s'en fout

de ce qu'ils ont l'air!


MONSIEUR PRUD'HOMME

De toute façon,

c'est juste pour un cours.

On ira en fin de semaine.


MÉLANIE

Mais papa!


MONSIEUR PRUD'HOMME

Non, là, c'est assez,

ça va faire, OK?

C'est ça qui est ça

et c'est tout!


MÉLANIE attrape le sac en papier des mains de son père.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Hé!


MÉLANIE

(Sortant une galette du sac)

Ha!

Ha! ha! ha!

C'est quoi, ça?


MONSIEUR PRUD'HOMME

Non, non, non.

Non, ça, là,

c'est parce que...

Non, c'est Guylaine

qui m'a forcé.

De toute façon, tu vois,

elle est intacte.

J'y ai même pas goûté!

J'ai quand même droit

à un petit dessert, non?


MÉLANIE

Confisquée.


MONSIEUR PRUD'HOMME

(En colère)

Bonne journée, les filles.


MONSIEUR PRUD'HOMME s'en va.


MAUDE

Bonne journée,

monsieur le directeur!


MÉLANIE

Mon Dieu! T'es donc

ben téteuse, toi.


MAUDE

Non, c'est juste

que j'essaie de me rattraper

depuis que je me suis fait

prendre à sécher un cours.


MÉLANIE

Je pense que je sais, moi,

comment tu pourrais te racheter.


Plus loin, JULIE-PIER aperçoit ANTOINE qui travaille à une table dans la salle des pas perdus. JULIE-PIER se recoiffe et s'approche de ANTOINE.


JULIE-PIER

Ah! Salut!


ANTOINE

Allô!


JULIE-PIER

Je voulais m'excuser

pour tantôt.

Des fois, je suis

un petit peu impatiente.


ANTOINE

C'est correct,

ça arrive à tout le monde.


JULIE-PIER

Hum! Pis, votre bal

approche, hein?


ANTOINE

Oui!


JULIE-PIER

Pis, c'est qui,

la chanceuse?


ANTOINE

Ah, euh, j'ai...

J'ai pas encore de cavalière.


JULIE-PIER

Ah? Pour vrai?


ANTOINE

C'est parce que j'arrive

de la Californie.

Là-bas, il y avait

un programme de sports-études

pour le kung-fu.


JULIE-PIER

Ah wow! C'est super.

Je savais vraiment pas ça.

C'est vraiment cool!

Va falloir que tu te dépêches,

parce que sinon,

il va juste te rester

les trognons.


ANTOINE

Tu veux dire

pour ma cavalière?

Ouais, non,

ça me stresse pas trop, ça.

D'ailleurs, c'est drôle,

je voulais te parler

à propos du bal.

Euh...

Est-ce qu'on peut se voir ici

entre les deux cours?


JULIE-PIER

J'accepte. Euh...

Je veux dire,

pas de problème.


ANTOINE

OK! Ben, bon cours!


JULIE-PIER

Toi aussi!


Alors que ANTOINE s'en va, JULIE-PIER a un sourire de triomphe.


Pendant ce temps, MAUDE et MÉLANIE sont assises dans le bureau de MONSIEUR PRUD'HOMME.


MÉLANIE

T'as compris?

T'as juste à lui expliquer

tout ce que tu m'as dit

sur les cartes de crédit, OK?


MAUDE

Ben oui!


MONSIEUR PRUD'HOMME entre en se raclant la gorge.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Bon, qu'est-ce

qui se passe, les filles?


MÉLANIE

Papa, il faut

qu'on discute.

C'est parce que...

je comprenais pas vraiment

c'est quoi, le crédit.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Hum. Et c'est pour ça

que la carte reste

dans mon portefeuille.


MÉLANIE

Je comprends, mais je voulais

aussi que tu saches que tantôt,

Maude m'a tout expliqué

très, très clairement,

c'était quoi, le crédit.

C'est vraiment une experte.


MAUDE

Ben non!

Pas une experte, mais je suis

quand même capable de comprendre

que du crédit,

c'est pas comme de l'argent

qu'on a dans nos poches.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Ah! Ça, c'est un bon début.


MAUDE

Oui, non,

mais c'est pas tout.

Je sais aussi qu'il faut

réserver le crédit

seulement

pour les achats essentiels.


MÉLANIE

Pis c'est comme ça

que j'ai compris

que j'ai été vraiment

irresponsable

avec ta carte, tantôt.

Pis pour ça,

je voulais m'excuser.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Excuses acceptées.


MÉLANIE

Pis je me suis dit

que si tu me prêtais ta carte,

pis que Maude m'accompagnait

au Carrefour 2000 ce midi,

elle pourrait me surveiller

pour que j'achète

juste des choses essentielles.


MONSIEUR PRUD'HOMME

OK, on va faire un petit test.

Admettons que les souliers

sont achetés,

que vous sortez du Carrefour

2000, mais soudainement,

vous réalisez qu'il y a

un super solde

sur les cannes

à pêche, tiens.

Est-ce que ça,

ce serait un achat essentiel?


MÉLANIE

Euh...


MAUDE

Ben non, voyons!


MÉLANIE

Mais si je sais que...

qu'une belle canne neuve,

ça ferait vraiment plaisir

à mon papa qui adore la pêche?


MAUDE

On a dit qu'on achetait

les souliers.


MÉLANIE

C'est vrai, t'as raison.

Tu vois?

Un vrai chien de garde.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Hum-hum. Parfait.

Alors toi, Mélanie,

c'est ta dernière chance.

Maude, je te fais confiance.

Mais là,

je dois quitter, OK?

J'ai une réunion

super importante.

Alors, tiens, voilà.

Et... ben...

Fermez la porte

derrière vous, OK?


MONSIEUR PRUD'HOMME s'en va.


MÉLANIE

T'as été parfaite!

On va avoir tellement de fun!

Bon, je te paye le lunch

et je te garantis que ce sera

pas le spécial du jour.


MAUDE

Ben non, Mélanie!

On a dit qu'on achetait

juste les souliers.


MÉLANIE

C'est beau, Maude.

Tu peux arrêter de faire

semblant, il est parti.


MAUDE

Je faisais pas semblant.


Plus tard, ANTOINE est assis avec JULIE-PIER à une table de la salle des pas perdus.


ANTOINE

Ce que je voulais

te demander...

Je trouve ça

un peu niaiseux, mais...


JULIE-PIER

Voyons, je suis sûre que non!


ANTOINE

Est-ce que tu...

tu pourrais me conseiller

une bonne place

pour louer un tuxedo?


JULIE-PIER

Hi! Ben oui! Ça va me faire

plaisir de t'accom...

Quoi?!


ANTOINE

Ouais...


JULIE-PIER

Une place à tuxedos?


ANTOINE

C'est que je suis pas

trop bon là-dedans, pis...

Comme t'as participé

à

Victimes de la mode,

je me suis dit que tu pourrais

peut-être me conseiller

une bonne place où ils louent

pas des affaires de mononcles.


JULIE-PIER a un rire nerveux.


JULIE-PIER

Ben oui, hein, j'imagine

que je pourrais faire ça.


ANTOINE

T'es trop fine! Merci.

Tu peux m'envoyer ça

par Facebook?


JULIE-PIER

Pas de problème!


ANTOINE s'en va. BASTIEN vient rejoindre JULIE-PIER.


BASTIEN

Est-ce qu'il t'a invitée

au bal, finalement?


JULIE-PIER

Pas vraiment, non.

Toi, là...

t'es un gars?


BASTIEN acquiesce. JULIE-PIER indique à BASTIEN de s'asseoir en claquant des doigts.


JULIE-PIER

Donc...

Tu penses comme un gars.

S'il te plaît, aide-moi

à faire comprendre à Antoine

que je suis la cavalière

parfaite pour lui!


BASTIEN

Ben, je sais pas trop, là.


JULIE-PIER

Je te promets

que je t'en devrai une

pour le bal

de l'année prochaine.


BASTIEN

Tu veux dire

pour notre bal?


JULIE-PIER

Oh oui!


BASTIEN

Ben, est-ce que t'as déjà

entendu parler

du pouvoir d'attraction

des odeurs?


Pendant ce temps, MAUDE et MÉLANIE arrivent au casse-croûte.


MÉLANIE

Pis? Raisonnable, hein?


MAUDE

Pas pire.


MÉLANIE

Comment ça, pas pire?

J'ai juste acheté

les souliers!


MAUDE

C'est ça que

tu devais faire, aussi.


MÉLANIE

Mais as-tu remarqué?

J'ai pris les moins chers

de tout le magasin.

Une coche plus

cheap

et je me mettais des sacs

en plastique dans les pieds.


GUYLAINE

Ah! Bonjour, Maude.

Qu'est-ce que je te sers?


MAUDE

Je vais prendre le spécial

du jour, s'il te plaît.


MÉLANIE essaie les souliers.


MÉLANIE

Ah non!


MAUDE

Qu'est-ce qu'il y a?


MÉLANIE

Ils sont trop petits!


MAUDE

Je t'ai dit 100 fois

qu'il fallait les essayer!


MÉLANIE

Je comprends pas!

Ça fait deux ans

que je porte du 6!


MAUDE

C'est pas les mêmes tailles

pour toutes les marques

de souliers!


MÉLANIE

T'as raison.

C'est de ma faute.

Je me sens vraiment mal.


MAUDE

En effet.


MÉLANIE

Mange ton spécial du jour

pendant qu'il est encore chaud.

Je vais aller

les échanger toute seule

pour me faire pardonner, OK?

À tantôt.


MÉLANIE s'en va en souriant.


VOIX DE MAUDE

Merci!


VOIX DE MÉLANIE

Bon appétit!


Dans la zone des casiers, JULIE-PIER tient une pointe de pizza devant elle.


JULIE-PIER

Pis j'attire son attention

avec une pointe de pizza?


BASTIEN

L'odeur de la pizza.

Antoine est peut-être

juste un peu timide.

C'est prouvé que la pizza

favorise le rapprochement

chez près de 75%

de la population.

Il y a même une chaîne

de pizzerias

qui a parti un parfum.

Tiens, il est là.


JULIE-PIER

Il est là!

Je fais quoi?


BASTIEN

Tu t'approches de lui

et tu laisses la magie opérer.


JULIE-PIER approche de ANTOINE, qui discute avec une élève, et souffle sur la pointe de pizza vers ANTOINE.


ANTOINE

Hum...

On se voit après?

C'est qui le roi des Français?


L'élève s'en va. ANTOINE ne remarque pas JULIE-PIER. JULIE-PIER regarde vers BASTIEN, qui lui fait signe de continuer. JULIE-PIER revient vers BASTIEN.


JULIE-PIER

C'est vraiment

n'importe quoi!


BASTIEN

C'est scientifiquement prouvé

que l'odeur de la pizza

favorise le rapprochement.


En se retournant, JULIE-PIER écrase la pointe de pizza sur le chandail de ANTOINE.


JULIE-PIER

Ah!

Excuse!


ANTOINE

C'est... c'est correct.

C'est un...

C'est un vieux t-shirt.


JULIE-PIER

J'ai repensé

à ton histoire de tuxedo,

et je pense que j'ai trouvé

des bonnes places.


ANTOINE

Cool! C'est vraiment cool.

Là, faut juste que j'y aille.

J'ai plein de rattrapage à faire

pour les cours que j'ai manqués.

Envoie-moi ça

par Facebook, OK?


JULIE-PIER

Hum.


ANTOINE

(Redonnant la pointe de pizza)

Pis... je pense

que ça, c'est à toi.


JULIE-PIER

Merci.


ANTOINE s'en va.


JULIE-PIER

(Lâchant la pointe de pizza)

Ha!


BASTIEN

Euh, je te l'avais dit

que l'odeur de la pizza

favorisait

les rapprochements.


JULIE-PIER

Ça prend quelque chose

de moins subtil.


BASTIEN

Pour le bal de l'année

prochaine, notre bal, on...


JULIE-PIER

OK!

Je l'ai.


JULIE-PIER s'en va.


BASTIEN

Bon... J'ai peut-être

une autre solution.


Plus tard, MÉLANIE revient à son casier avec différents achats et les place dans le casier. MAUDE vient rejoindre MÉLANIE.


MAUDE

OK, j'hallucine.

T'as fait exprès de pas prendre

la bonne taille de souliers

pour retourner

toute seule au Carrefour

et dépenser

comme une folle?!


MÉLANIE

J'ai juste acheté

un ou deux trucs, là.


MAUDE

Pis tu pensais que

je m'en rendrais pas compte?

Je te rappelle qu'on est

dans le même casier.


MÉLANIE

Oui, mais c'est juste

des trucs essentiels.


MAUDE pousse MÉLANIE et sort les différents achats de MÉLANIE des sacs.


MAUDE

Du vernis à ongles.

Un parfum.

Un masque pour les yeux...

zébré bleu et rose?


MÉLANIE

Oui, bon, ça,

c'était pas essentiel, OK.

Mais ça donnait la chance

de gagner un voyage,

si je payais

avec la carte de crédit!


MAUDE

Est-ce que t'as au moins

échangé les chaussures?


MÉLANIE

Ben, elles sont...


Dans le salon étudiant, JULIE-PIER rejoint ANTOINE avec un sac dans les mains.


ANTOINE

Qu'est-ce que tu fais là?


JULIE-PIER

Je voulais m'excuser encore

une fois pour ton t-shirt.

Je t'en ai trouvé un autre,

pour me faire pardonner.


JULIE-PIER sort un t-shirt du sac et le donne à ANTOINE.


ANTOINE

Ha!

(Voyant un portrait de JULIE-PIER sur le t-shirt)

C'est toi?


JULIE-PIER

Ah! T'as remarqué!

Oui, c'est un

des articles promotionnels

qui ont sorti

pour

Victimes de la mode.


ANTOINE

Ha! Euh, je...

je le trouve vraiment beau.


Dans la zone des casiers, MAUDE et MÉLANIE continuent leur conversation.


MÉLANIE

Je pense que

je les ai perdus.


MAUDE

Hé, t'es vraiment

la pire consommatrice

de toute l'histoire

de la consommation!


MÉLANIE

Mais je comprends pas!

J'étais certaine

que je les avais!


MAUDE

Bon, OK, pas de panique.

Tu... tu vas réfléchir à tous

les endroits où t'es allée.


MONSIEUR PRUD'HOMME arrive.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Quels endroits?


Dans le salon étudiant, ANTOINE et JULIE-PIER poursuivent leur conversation.


JULIE-PIER

J'ai réfléchi

à ton histoire de tuxedo:

c'est vrai que c'est toujours

laid, les affaires louées!

Ce qu'il te faudrait,

c'est un design personnalisé.

J'ai fait un croquis

de ce que ça pourrait donner.

Tadam!

T'as vu? Je t'ai...

Je t'ai dessiné

une cavalière!

Au moins, t'en as une

sur le dessin!


Sur le dessin, la cavalière a les cheveux roux comme JULIE-PIER.


ANTOINE

Hé, euh,

c'est vraiment gentil.


Dans la zone des casiers, MÉLANIE tente de s'expliquer à son père.


MÉLANIE

Les... les endroits...

où on pourrait trouver

les souliers les moins chers!

Hein, Maude?


MAUDE

Oui, c'est ça.


Les prochaines répliques sont dites alors que MÉLANIE et son père se confrontent du regard.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Pis? Ç'a bien été,

le magasinage raisonnable?


MAUDE

Oui.

Aucun problème.


MÉLANIE

Pis, toi,

ça se passe bien,

le contrôle de la consommation

de galettes?


MONSIEUR PRUD'HOMME

Aucun problème.

Est-ce que

je peux les voir,

les souliers?


MÉLANIE

Aucun problème.

Est-ce que je peux voir

le contenu de ton sac à lunch?


MONSIEUR PRUD'HOMME

Aucun problème.


La cloche sonne.


MÉLANIE

Oh... C'est plate!

Nous, faut

qu'on retourne en classe.


MONSIEUR PRUD'HOMME

On va poursuivre

cette discussion-là plus tard.


MÉLANIE

J'y compte bien.


MONSIEUR PRUD'HOMME s'en va.


MAUDE

On est dans la chnoute.


MÉLANIE

Ben non!

T'oublies que j'ai encore

la carte de crédit

de mon père!


Par la suite, JULIE-PIER entre dans le salon étudiant et se dirige vers ANTOINE.


JULIE-PIER

Oh!

Je suis tellement

contente de te voir!

Je t'ai cherché partout!


ANTOINE

Qu'est-ce

qui se passe?


JULIE-PIER

T'as pas lu le journal?


ANTOINE

Non.


JULIE-PIER

Il y a une vague

de vol de vélos

dans le parc

derrière l'épicerie.


ANTOINE

Ha! OK, pis?


JULIE-PIER

Ben, ça paraît

que c'est pas toi qui habites

à côté d'un lieu

infesté par le crime.

J'ai des frissons

juste à m'imaginer

passer par le parc

en rentrant chez nous, le soir.


ANTOINE

Pourquoi tu me cherchais?


JULIE-PIER

Tu fais du kung-fu, hein?


ANTOINE

Oui.


JULIE-PIER

Ah, super!

Est-ce que tu pourrais

me montrer un ou deux prises?

Pour que je puisse

me défendre

si jamais je me fais

attaquer par un criminel!


ANTOINE

Ha! Attends, tu veux

que je te montre ça là, là?


JULIE-PIER acquiesce.


ANTOINE

C'est parce que ça s'apprend pas

en deux minutes.


JULIE-PIER

Mais c'est pas grave!

Fais-moi juste

une démonstration.


ANTOINE

OK. Comme tu veux.


ANTOINE fait une démonstration en lâchant des cris de gorge. ANTOINE garde la dernière position, le bras tendu. JULIE-PIER, impressionnée, se lève et va rejoindre ANTOINE.


JULIE-PIER

Je veux juste voir

si je serais capable.

(Prenant la main de ANTOINE)

Oh! C'est drôle,

hein, on...

On dirait qu'on va

se mettre à danser!

Comme si on était à un bal!


ANTOINE fait une prise à JULIE-PIER et on entend un craquement. ANTOINE, dans la lancée, envoie JULIE-PIER sur le divan.


ANTOINE

Oh... Oh... Ça va?


JULIE-PIER

Je pense que non.


JULIE-PIER gémit.


Plus tard, MAUDE et MÉLANIE marchent dans le corridor.


MAUDE

Pour la 48e fois,

je suis vraiment pas d'accord.

On devrait juste

chercher tes chaussures,

pas en acheter d'autres!


MÉLANIE

Mais pourquoi pas?

On a la carte de crédit

de mon père!


MÉLANIE et MAUDE croisent JULIE-PIER, qui a un collet cervical dans le cou.


MÉLANIE

Wô... Mais qu'est-ce

qui t'est arrivé?


JULIE-PIER

J'ai essayé

de m'intéresser au kung-fu

pour qu'Antoine m'invite au bal.

Mais il y a rien à faire,

il m'invite pas.

Pis là,

j'ai l'air d'un hot-dog!


MÉLANIE

Ha! ha! ha!

Inquiète-toi pas,

moi, je sais exactement comment

faire pour qu'il t'invite.


JULIE-PIER

Ça m'étonnerait.


MÉLANIE

Dans ces affaires-là,

il faut que tu sois

très évidente.


JULIE-PIER

C'est ça que j'ai fait.


MÉLANIE

Non, encore

plus évidente que ça.


JULIE-PIER

Ben là, je suis quand même pas

pour me promener en robe de bal!


MÉLANIE

Quasiment. Tu vas porter

un bouquet de corsage.

En voyant ça, c'est sûr

qu'Antoine va allumer.


JULIE-PIER

OK, mais c'est parce que j'ai

pas de bouquet de corsage.


MÉLANIE

On va t'en commander un.

Je connais un site qui vend

plein d'affaires de bal.

En plus, ils livrent

super vite.


MAUDE

Euh, tu veux pas commander ça

avec la carte de ton père?


MÉLANIE

Pourquoi pas?

C'est clairement une urgence!


JULIE-PIER

Comment ça se fait

que tu connais ce site-là?


MÉLANIE

J'ai commandé un nœud

papillon pour Bastien, ce matin.

Bastien essaie de faire

comprendre à une fille

qu'il veut

aller au bal avec elle.


JULIE-PIER

Le bal de cette année?


MÉLANIE

Non, non, non.

Il se prend d'avance

pour le bal

de l'année prochaine.


JULIE-PIER

Ah.


MÉLANIE

Et voilà, c'est commandé!

Oh non!


MAUDE

Quoi?


MÉLANIE

Tu vas être contente:

je pense qu'on n'ira pas

m'acheter des nouveaux souliers.


MAUDE

Bon, enfin!


MÉLANIE

Je comprends pas, il y a

un problème avec la carte:

la transaction a été refusée.


JULIE-PIER

Elle est peut-être

pleine, ta carte.


MÉLANIE

Ça se peut, ça?


MAUDE soupire.


Par la suite, MONSIEUR PRUD'HOMME mange une galette dans son bureau. Des coups à la porte forcent MONSIEUR PRUD'HOMME à cacher rapidement la galette.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Entrez!

(Voyant MAUDE et MÉLANIE entrer)

Ah! Tiens.

Les deux

consommatrices responsables.


MÉLANIE

Papa, euh...

Ta carte de crédit

est pleine.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Pardon?!


MAUDE

Je vous jure, j'ai tout fait

ce que je pouvais

pour l'empêcher de dépenser!


MÉLANIE

Je comprends vraiment pas

comment elle a pu être pleine

aussi rapidement!

J'ai juste acheté

des trucs essentiels!

En tout cas, selon moi. Ha!


MONSIEUR PRUD'HOMME

Pis les souliers?


MÉLANIE

On les a perdus.


MAUDE

Euh, ELLE les a perdus.


MÉLANIE

Oui, c'est vrai.

Mais je te promets que je vais

retourner au magasin

pour me faire rembourser toutes

les affaires essentielles

pis... les inutiles

que j'ai achetées.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Non.

Non, non. Tu les as achetées,

ces affaires-là,

tu vas les garder.


MÉLANIE

Ah bon?

Wow, OK! Cool, merci!


MONSIEUR PRUD'HOMME

Tu vas les garder,

mais écoute-moi bien:

tu vas ME les rembourser,

parce que c'est comme ça

que ça fonctionne, le crédit.

C'est un emprunt.

C'est pas une excuse

pour acheter n'importe quoi

sur un coup de tête.


MÉLANIE

Je comprends.

Je m'excuse.

Mais je te dis

que je comprends vraiment pas

comment la carte a pu être

pleine aussi rapidement.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Ben oui...


Un LIVREUR cogne à la porte et entre.


LIVREUR

J'ai une livraison au nom

de Jean-Pierre Prud'homme.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Euh, oui, oui.

Vous avez fait

ça vite, hein?


LIVREUR

Livraison express,

on fait ça vite!


MONSIEUR PRUD'HOMME

Ben oui, c'est...

C'est un petit truc

que je me suis commandé, hier.


LIVREUR

Pour moi, on n'a pas la même

définition de "petit truc"!

Il pèse à peu près trois tonnes,

votre vélo stationnaire!


MONSIEUR PRUD'HOMME

Ha! ha! ha!


LIVREUR

À moins que ce soit

une erreur.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Hein? Non, je...

Je sais pas. Peut-être.

Hein, c'est...

Oui, je me suis

commandé un vélo, mais...

Bon, OK! Non, non,

il y a pas d'erreur!


Dans la zone des casiers, JULIE-PIER tente de prendre des cartables en haut de son casier. BASTIEN rejoint JULIE-PIER avec un nœud papillon autour du cou.


BASTIEN

Hé! Je peux t'aider?


JULIE-PIER

Non, merci. Ça va.


BASTIEN

Pis ton cou?


JULIE-PIER

Ils ont dit que

je devrais porter le collet

seulement pendant

deux jours.


BASTIEN

Ça fait mal, hein?


JULIE-PIER

Non, ça va déjà mieux.

Mais en tout cas,

c'est clair qu'Antoine

m'invitera pas au bal.


BASTIEN

À cause de ton collet?


JULIE-PIER

Pas juste ça.

Je commence même

à m'inquiéter

pour mes chances d'être invitée

à mon propre bal.


BASTIEN

Je pensais à ça

en venant ici,

des fois, dans la vie,

le moyen le plus simple,

c'est le meilleur.


BASTIEN donne une feuille à JULIE-PIER.


JULIE-PIER

"Si tu me demandais d'aller

au bal avec toi, je dirais oui."

Wow! C'est pour moi?


BASTIEN

Oui.


JULIE-PIER

C'est vrai

que c'est direct, hein?

Mais merci.


JULIE-PIER va donner la feuille à ANTOINE.


JULIE-PIER

Tiens.


ANTOINE

"Si tu me demandais d'aller

au bal avec toi, je dirais oui."


ANTOINE sourit.


Au bureau de MONSIEUR PRUD'HOMME, le LIVREUR pose la boîte du vélo stationnaire par terre.


LIVREUR

Ça va si je laisse ça ici?

Bonne fin de journée, monsieur!


Le LIVREUR s'en va.


MÉLANIE

Ça ne m'étonne plus

que la carte ait été pleine

aussi vite!


MONSIEUR PRUD'HOMME

Parce que je me suis dit

que ça me donnerait

peut-être

un petit coup de main,

si jamais je faisais

une rechute de galettes.


MÉLANIE ouvre le tiroir du bureau de son père et aperçoit la galette.


MÉLANIE

Si jamais tu faisais

une rechute?!

T'as même pas l'intention

de faire un effort!


MONSIEUR PRUD'HOMME

Mais je sais même pas pourquoi

tu veux que je fasse attention!

Je suis même pas gros!


MÉLANIE

Ç'a pas rapport

avec le fait d'être gros!

Tu manges mal, c'est tout!

C'est pas un vélo stationnaire

qui va changer de quoi à ça.


MONSIEUR PRUD'HOMME

"Tu manges mal"...

J'ai peut-être mangé

une ou deux petites galettes,

je sais pas, j'ai pas calculé!


MAUDE

Moi, j'en ai vu une ce matin,

deux ce midi...


MONSIEUR PRUD'HOMME

Oui, non, c'est beau,

Maude. Merci.


MÉLANIE

C'est pas parce que

t'engraisses pas

qu'il faut absolument

que tu te garroches

dans les cochonneries

à toutes les deux minutes!

La consommation responsable,

ça s'applique pas juste

aux affaires qu'on achète.


MONSIEUR PRUD'HOMME

Bon, c'est correct, ça va.

Je vais m'arranger pour me faire

rembourser mon vélo.


MÉLANIE

Oh non, monsieur!

JE vais rembourser

mes vernis à ongles,

alors TU vas rembourser

ton vélo stationnaire.

C'est comme ça que ça

fonctionne, le crédit, papa.


MAUDE

Si vous économisez

tout l'argent que vous dépensez

dans vos galettes

que vous mangerez pas,

ça va se rembourser vite!


MONSIEUR PRUD'HOMME

Merci, Maude.

Bon, d'accord,

c'est de bonne guerre.

Mais si je me fais pas

rembourser le vélo,

la carte va rester pleine.

Et si la carte reste pleine,

pas de souliers

en fin de semaine.


MÉLANIE

Inquiète-toi pas: j'ai trouvé

une autre façon de m'arranger.


MONSIEUR PRUD'HOMME et MAUDE se regardent sans comprendre.


Dans la zone des casiers, JULIE-PIER attend une réponse de sa demande.


ANTOINE

Est-ce que ça veut dire

que toute la journée,

t'essayais de t'arranger

pour que je t'invite?


JULIE-PIER

Oui, c'est pas mal ça, oui.


ANTOINE

Ah! Je suis tellement pas

vite, je suis désolé.


JULIE-PIER

Ha! Ben non, voyons.

T'es juste...

Non, t'es vraiment pas vite.


ANTOINE

Ha! Ben en tout cas, ça...

Ça me ferait plaisir

que tu m'accompagnes.


JULIE-PIER

Hein? Pour vrai?

Oh! Cool! Je te jure

que tu seras pas déçu

de ton choix de cavalière.

Je sais déjà

comment je vais m'habiller,

pis pour ton tuxedo...


ANTOINE

Envoie-moi ça par Facebook.


JULIE-PIER

Oui, Facebook. Ha!


ANTOINE

À plus!


ANTOINE s'en va et JULIE-PIER va rejoindre BASTIEN.


JULIE-PIER

(Euphorique)

Ah! Ah! Merci,

merci, merci, merci!

T'avais tellement raison:

le plus simple,

c'était de lui demander!

Le petit mot,

c'était juste parfait.


BASTIEN

(À contrecœur)

Ça fait plaisir.


JULIE-PIER

Pis tu sais, pour le bal

de l'année prochaine,

je t'ai pas oublié.


BASTIEN

Tu veux dire, NOTRE bal

de l'année prochaine?


JULIE-PIER

Je te promets que je vais

t'aider à faire comprendre

que t'es le cavalier idéal

à la fille que tu veux inviter.


BASTIEN

Je pensais avoir été clair.


JULIE-PIER

Je le sais!

Entre toi pis moi,

elle doit vraiment pas

être une lumière! Ha! ha! ha!

Pour pas comprendre

l'affaire du nœud papillon,

faut pas être vite, vite.

Bonne soirée!


JULIE-PIER s'en va alors que BASTIEN est découragé.


Le lendemain, MÉLANIE arrive à l'école en souriant et va rejoindre MAUDE dans la salle des pas perdus.


MÉLANIE

Dis-moi...

(Sortant des souliers de son sac)

qu'est-ce que t'en penses?


MAUDE

C'est mes souliers, ça?


MÉLANIE

C'étaient tes souliers!

Je les ai "pimpés" avec les

vernis que j'ai achetés hier!


MAUDE

Ça fait...

coloré.


MÉLANIE

C'est grunge psychédélique.

C'est vraiment

la toute dernière tendance!


MAUDE

J'imagine que ça s'enlève pas.


MÉLANIE

Non.

Ça te dérange pas, hein?


MAUDE

Non, non.

Je ne les portais plus.


MÉLANIE

Je sais que tu dis

que c'est juste des souliers

d'éducation physique

pis que tout le monde s'en fout

de ce qu'ils ont l'air,

mais...

(Montrant une autre paire de souliers)

tadam!

j'ai fait la même chose

avec ton autre paire!

Ha! ha! ha!

Dans le fond,

je le savais que les vernis,

c'était vraiment

quelque chose d'essentiel.

C'est beau, hein?


MAUDE fait un faux sourire.


Fin épisode


MÉLANIE

(S'adressant au public de l'émission)

Hé! Viens créer ton propre

univers de

Subito texto!


L'adresse du site web suivant: «tfo.org/subitotexto» apparaît.


Générique de fermeture



Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison

Résultats filtrés par