Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Chronique Techno : CRTC vs Netflix

Créée par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), Parlons télé est une conversation à propos de l’avenir de la télévision au Canada. Cette conversation est rendue nécessaire notamment à cause de l’apparition de Netflix qui révolutionne l’industrie audiovisuelle.
Une chronique de Carl-Edwin Michel.
Catégorie wordpress : Société
Playlist Youtube : Chroniques
Mots clés : CRTC, guerre, Netflix, Parlons télé, télévision, Google, économie.
TFO 24.7, le nouveau regard francophone



Réalisateur: Aurélien Offner
Année de production: 2014

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

CARL-EDWIN MICHEL est assis seul sur un fauteuil. Il s'adresse directement au public de l'émission.


CARL-EDWIN MICHEL

Créé par le le CRTC, Parlons

Télé est une conversation

à propos de l'avenir

de la télévision au Canada.

Cette conversation est rendue

nécessaire, notamment à cause

de la baisse de la télé

traditionnelle depuis

l'avènement d'Internet

et des services proposés

en ligne par des entreprises

comme Google et Netflix.

Ces concertations visent

à étudier de nouvelles règles

pour encadrer la télévision.

Le CRTC étudie même la

possibilité de mettre en place

un système de télévision à la

carte où on ne paiera que pour

les chaînes que l'on regarde.

Cette initiative a permis aux

Canadiens de se prononcer sur

ce qu'ils pensaient du nouvel

environnement télévisuel, de

nouvelles règles pour encadrer

la télévision, et de comment

le Conseil de Radiodiffusion

et des Télécommunications doit

légiférer avec l'arrivée de ces

joueurs étrangers très puissants

que sont Google et Netflix.

Un rapport annuel du CRTC

prétend que le service

de

streaming vidéo Netflix

a grandi au Canada de près

de 70% en 2012. Ce qui se

traduit à près de 2,5 millions

de foyers canadiens.

Ce chiffre est beaucoup plus

grand maintenant, car cette

étude a été réalisée avant

même la sortie de la série

très populaire

House of Cards.

L'adoption rapide de ce service

de

streaming en ligne pose un

défi de taille pour le CRTC qui

doit s'assurer que le contenu

canadien et francophone

soit bien représenté au pays.

Et des services comme

Netflix ou Google n'ont pas

l'obligation d'avoir du contenu

canadien actuellement.

Le CRTC dit aussi que les

diffuseurs comme Netflix

devraient contribuer et payer

des redevances comme le font

les autres câblodistributeurs

du pays. Ces mêmes

câblodistributeurs se disent

victimes de compétition

déloyale, car ils doivent

respecter plusieurs règles

que Netflix, Google et autres

services du genre ne sont

pas obligés de suivre

pour l'instant.

Selon eux, soit Netflix doit

se plier aux mêmes règles,

ou soit que ces règles soient

assouplies pour tout le monde.

Le problème, c'est que Netflix

ne veut pas se plier à ce genre

de règles. Mais on doit

se poser la question:

à l'heure du numérique où il

est très facile de se procurer

du contenu sur Internet, sur un

ordinateur, sur sa tablette ou

même sur son téléphone mobile,

est-ce que le CRTC et ses règles

ont toujours leur place

dans cette mondialisation

du contenu télévisuel?

Par contre, éliminer le CRTC

sonnera-t-il la fin du contenu

canadien, mais surtout du

contenu francophone qui est très

important à la culture du pays?

Netflix, Google et les

possibilités de payer que pour

les chaînes qu'on regarde est

intéressant, mais cela menace

l'industrie de baisse de revenus

et de visibilité spécialement

pour les chaînes de télévision

francophones hors Québec.

Si elles n'ont plus de redevance

garantie, une baisse potentielle

d'auditeurs, pourront-elles

survivre? Il est prouvé

que pour développer des services

en français dans un milieu

minoritaire, il faut faire

de l'offre active et non

une demande active.

En gros, il faut inciter en

rendant les services accessibles

et visibles. Selon plusieurs,

il faut s'adapter aux nouvelles

technologies et mieux refléter

l'usage des citoyens en ce qui

concerne la façon de consommer

des produits télévisuels.

D'autres diront au contraire

qu'il faut plutôt protéger nos valeurs

canadiennes et notre culture,

et sans le CRTC, nous serons

envahis de contenu américain.

C'était Carl-Edwin Michel,

à la prochaine.



Épisodes

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par